Une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie.

Comment pensent les personnes qui réussissent (How Successful People Think)

How successful people think - John Maxwell

Résumé du livre « How Successful People Think » : Les personnes qui atteignent des niveaux élevés de réussite dans leur vie pensent de façon différente des gens ordinaires et, selon l’auteur John Maxwell qui a étudié durant quarante ans ces hommes et femmes exceptionnels, leur manière autre de penser est l’élément principal permettant d’expliquer leur succès phénoménal.

Par John C. Maxwell, 2009, 160 pages.
Titre original : How Successful People Think. Il semble qu’une version similaire de cet ouvrage ait originellement été publiée en 2005 sous le titre : « Thinking for a Change ».

Note : Cette chronique est une chronique invitée écrite par Paul Duvoisin du blog Secrets du Succès.

Chronique et résumé de « How Successful People Think »

Introduction :

Cette chronique est subdivisée en 2 parties. Elle respecte pour l’essentiel la structure de l’ouvrage de John C. Maxwell « How Successful People Think » (en français : Comment pensent les personnes qui réussissent)

La première partie de ma chronique a pour objectif de poser les fondements qui vous permettront de progresser, en cultivant des meilleures habitudes de pensées. J’y présenterai brièvement :

A. Les raisons pour lesquelles vous devriez peut-être changer votre façon de penser.

B. L’approche générale vous permettant de devenir un « meilleur penseur ».

C. Le processus idéal pour développer des grandes pensées.

Dans la seconde partie de cette chronique, je détaillerai les différentes « approches de pensées » dont la maîtrise a permis à de nombreuses personnes de se créer une vie extraordinaire et de déployer un impact puissant et durable sur le monde. Il y sera ainsi traité, conformément aux différents chapitres du livre How Successful People Think, de ce qui suit :

  • La pensée « à large perspective » (chapitre 1).
  • La pensée focalisée (chapitre 2).
  • La pensée créative (chapitre 3).
  • La pensée réaliste (chapitre 4).
  • La pensée stratégique (chapitre 5).
  • La pensée « explorant les possibles » (chapitre 6).
  • La pensée réfléchie (chapitre 7).
  • La pensée populaire (chapitre 8).
  • La pensée partagée (chapitre 9).
  • La pensée altruiste (chapitre 10).
  • La pensée « axée sur le résultat final » (chapitre 11).

Partie 1 : Les bases d’une nouvelle pensée plus efficace

Nouvelle penséeCrédit Photo – Jacob Botter

  • A. Les raisons pour lesquelles vous devriez peut-être changer votre façon de penser

Si vous devenez un « bon penseur » – donc que vous apprenez à maîtriser les concepts développés dans cet ouvrage – vous connaîtrez notamment les bénéfices suivants dans votre vie :

  1. Vous n’aurez aucune peine à gravir les échelons au niveau professionnel et obtiendrez les meilleures positions dans votre entreprise, pour autant que vous ne décidiez pas même de créer la vôtre. Comme le dit John C. Maxwell « une personne qui sait ‘comment faire’ trouvera toujours un job, mais celle qui comprend ‘pourquoi le faire’ sera toujours son patron ».
  2. Vous deviendrez plus autonome et libre. Vous ne serez plus « à la merci » des autres et de leurs manipulations. Certains dictateurs n’ont pu prendre le pouvoir que parce que la masse du peuple ne réfléchissait pas de façon efficace. D’ailleurs John C. Maxwell souligne qu’Adolf Hitler aurait dit : « quelle chance pour les dirigeants que les hommes ne réfléchissent pas ». Se satisfaire d’une paresse mentale peut ainsi mener à des catastrophes (collectives) sur le plan humain.
  3. Toute richesse (à tous les niveaux, donc pas seulement Financier) trouve son origine dans votre pensée. Les personnes les plus sages de l’histoire l’ont affirmées d’une manière ou d’une autre. Pour ce qui concerne la richesse « patrimoniale », Napoleon Hill – l’auteur de « Think and Grow Rich » (en français : « Pensez et devenez riche ») l’a clairement indiqué : « plus d’or a été créé à partir des pensées des hommes qu’il n’en a été extrait de la terre ». Il serait avisé de suivre les conseils de cet homme qui, pendant plus de 20 ans, a consacré sa vie à l’étude de milliers de personnes ayant réussies et qui a même eu l’occasion de rencontrer personnellement – et parfois devenir ami – avec certains des personnages les plus puissants de son époque (dont des artistes, entrepreneurs et inventeurs fameux, de même que des présidents des États-Unis, dont il est devenu conseiller). Si vous souhaitez recevoir un rapport PDF contenant 8 des plus puissants secrets révélés par Napoleon Hill ainsi que d’autres cadeaux gratuits, lisez cet article jusqu’au bout.
  4. Améliorer votre façon de penser ne viendra pas tout seul. Ce n’est pas automatique et ce n’est pas facile. Comme le dit John C. Maxwell : « les seules personnes qui estiment que ‘réfléchir’ est facile sont généralement celles qui ne le font pas ». Albert Einstein, qui fut certainement l’un des plus grands « penseurs » de tous les temps, allait dans ce sens également lorsqu’il a dit : « Réfléchir, c’est un travail difficile, et c’est la raison pour laquelle si peu de personnes se consacrent à cette activité ». Néanmoins, compte tenu de tous les bénéfices qu’une « meilleure manière de penser » peut vous apporter, il serait dommage de ne pas faire l’effort nécessaire. Cela pourrait contribuer à changer votre vie ainsi que le monde entier. Ce ne sont pas les accomplissements extraordinaires d’Einstein qui « diront » le contraire.

« Une personne qui sait comment peut toujours avoir un travail, mais la personne qui sait pourquoi sera toujours son patron » John C. Maxwell, How Successful People Think

  • B. L’approche générale vous permettant de devenir un « meilleur penseur »

Si le fait d’améliorer votre façon de penser n’est pas une tâche aisée, elle se doit pour le surplus d’être une habitude durable. On ne devient pas un meilleur penseur en procédant à une action ou réflexion unique et ponctuelle. On parvient en effet à une pensée plus claire et efficace en s’engageant à progresser continuellement et sur la durée à cet égard.

Il existe 11 approches de pensées sur lesquelles il vous est possible de vous améliorer jour après jour. Nous allons les examiner dans la seconde partie de cette chronique. Mais pour l’heure, voici 6 actions à réaliser et attitudes auxquelles vous conformer qui, de façon globale, tendront à améliorer votre manière de penser et de réfléchir.

1. Exposez-vous à de nouvelles informations. Lisez donc des livres (ou des chroniques de livres ), écoutez des audios, regardez des vidéos, participez à des séminaires, etc. Et lorsque quelque chose vous intrigue, notez-le.

2. Exposez-vous à de bons penseurs. Passez du temps avec les bonnes personnes, donc celles qui peuvent vous faire progresser. Comme le dit John C. Maxwell : « si vous voulez devenir un penseur brillant, entourez-vous de personnes brillantes ». Jim Rohn l’avait exprimé ainsi : « vous êtes la moyenne des 5 personnes avec qui vous passez le plus de temps ». Choisissez donc bien votre entourage, et ne doutez pas de l’influence que celui-ci aura sur vous, votre vie et votre manière de penser.

3. Choisissez les bonnes pensées. De façon régulière, mettez-vous en position de pouvoir penser de manière efficace (choisissez des lieux et moments calmes et sans distraction). Faites-en une priorité. Faites comme Dan Cathy, président d’une grande société américaine, qui a décidé d’inclure dans son agenda diverses périodes de réflexion : (a) une demi-journée toutes les deux semaines ; (b) une journée entière chaque mois ; (c) 2 ou 3 journées entières chaque année. Ces périodes de réflexion lui permettent de s’extraire de son quotidien (parfois stressant), de sortir le nez du guidon et de prendre de la hauteur, en conservant une perspective sur ce qui est essentiel. Ou comme le disait Stephen Covey, donner la priorité aux priorités.

4. Implémentez vos meilleures pensées. Les idées sont souvent volatiles. Vous devez les mettre en action rapidement, avant qu’elles ne se « périment ».

5. Permettez à vos émotions positives de vous apporter de nouvelles bonnes pensées. Vous ne pouvez pas attendre le moment où vous vous sentirez suffisamment bien pour envisager de faire quelque chose. Le conseil de John C. Maxwell est donc le suivant : commencez dès maintenant à pratiquer le processus de réflexion et d’amélioration de vos pensées. Puis, lorsque ces dernières (et leur implémentation) vous auront offert quelques succès, savourez ces moments et les émotions positives en résultant et surfez sur la vague de cette énergie mentale positive. Cela déclenchera certainement en vous d’excellentes nouvelles pensées.

6. Répétez ces actions et faites-en des habitudes. Souvent une seule bonne pensée ne suffira pas à créer votre vie de rêve. Parfois, il arrive que des personnes aient une excellente idée qui leur soit profitable. Mais si elles s’arrêtent là et se contentent juste de vivre de cette unique idée, elles risquent de passer leur existence à se battre pour tenter de la protéger et de la promouvoir. Les bonnes pensées et idées continueront par contre d’affluer dans votre vie si vous vous exercez continuellement à améliorer votre réflexion et votre façon de penser. Vous n’aurez alors pas à vous inquiéter du fait quelqu’un copie votre idée ou vous fasse concurrence.

  • C. Le processus idéal pour développer de grandes pensées

Si vous appliquez les 6 recommandations décrites ci-dessus et en faites des habitudes, vous allez affûter votre pensée de manière exponentielle. Il est, cela étant, tout aussi important d’apprendre les différentes étapes qui vont vous permettre de produire des pensées de qualité, de les sélectionner, de les optimiser, de les faire croître et de vous permettre de les concrétiser. Ceci est nécessaire afin que vos pensées puissent être utiles au monde, et non pas qu’elles restent de simples idées théoriques séduisantes. John C. Maxwell a à cette fin développé un processus en 5 temps.

1. Réfléchissez à vos pensées et notez-les. Choisissez un endroit qui vous convient afin que vous puissiez générer des pensées et réflexions utiles. Quelle est la place idéale ? Elle sera différente pour chacun. Certains produisent leurs meilleures réflexions sous la douche, d’autres en se baladant dans un parc ou une forêt, d’autres dans leur voiture, d’autres encore dans un SPA, etc. Trouvez l’endroit qui convient le mieux à votre réflexion, allez-y régulièrement et notez vos pensées et idées afin de ne pas les oublier ni les perdre. Une bonne suggestion serait également de garder un bloc note et un crayon près de votre lit pour pouvoir y inscrire les bonnes idées que vous pourriez avoir en vous endormant ou à votre réveil. En outre, avoir un carnet et un crayon sur vous à tout moment peut vous être utile afin de capturer vos meilleures pensées (vous pouvez aussi utiliser la fonction « notes » de votre téléphone portable à cette fin).

2. Façonnez vos pensées. Consacrez également des périodes régulières de votre temps afin d’affiner vos pensées. Il est en effet rare que vos pensées et idées vous viennent dans une forme totalement aboutie et directement « implémentable ». Noter vos idées par écrit et y réfléchir constitue en outre un excellent moyen de les clarifier et de mieux cerner si elles ont réellement du potentiel. N’hésitez donc pas à questionner la pertinence et la validité de vos pensées et idées.

3. Etirez vos pensées. Noter puis façonner vos pensées est un bon début. Mais si vous souhaitez les développer afin d’en faire de grandes idées, il vous faudra encore respecter quelques étapes additionnelles. La suivante est de donner de l’expansion à vos idées. Une des meilleures façons de le faire est de partager vos idées avec d’autres personnes (votre équipe ou votre Master Mind), de leur demander qu’elles s’expriment à cet égard et qu’elles fournissent leur contribution afin de permettre à vos idées de « grandir ». Comme le dit John C. Maxwell, « vous pouvez aller beaucoup plus loin avec une équipe que vous ne le pouvez si vous cheminez seul ».

« Les idées ont une courte durée de vie. Vous devez agir en conséquence avant la date d’expiration. » John C. Maxwell, How Successful People Think

4. Exposez vos pensées. « Le véritable pouvoir d’une idée se révèle lorsqu’elle passe de l’abstraction à l’application ». John C. Maxwell illustre son propos précédent par l’exemple d’Albert Einstein, dont la théorie de la relativité ne constituait, au moment de sa publication, que des idées profondes. Celles-ci ont cependant changé la face du monde lorsque des scientifiques ont appliqué sa théorie pour construire des réacteurs nucléaires (ou, plus tristement, la bombe atomique). Soyez donc sûr de convaincre toute personne potentiellement concernée de la validité de votre idée : (a) persuadez-vous vous-même en premier lieu. Les gens ne croiront en votre idée que si vous y croyez vous-même totalement ; (b) assurez-vous de convaincre les acteurs clés (les influenceurs), donc ceux qui vous porter votre idée et la soutenir ; (c) enthousiasmez ceux qui seront le plus « affectés » par votre idée (typiquement les consommateurs potentiels de votre produit, les « cibles » dans votre marché ou votre niche).

5. Implémentez vos pensées. « La pensée séparée de l’action ne peut pas être productive » (John C. Maxwell). Vos pensées n’auront de la valeur que si elles peuvent connaître des applications dans le monde réel. Donc, après avoir développé, façonné, étiré et exposé vos idées, n’oubliez pas l’étape la plus importante, celle qui donnera de la substance à vos pensées : les concrétiser et les réaliser afin qu’elles puissent bénéficier au monde.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Comment se faire des amis : Les meilleures astuces pour se faire un réseau de contacts

Peu importe votre formation, votre quotient intellectuel, votre niveau social, votre passé, votre niveau de santé, l’état de vos finances…en fait, quelles que soient vos circonstances, vous pouvez apprendre à améliorer votre manière de penser. Il vous suffit (1) de vous forger les 6 bonnes habitudes exposées plus haut, (2) de respecter les 5 étapes décrites ci-dessus, puis (3) de les appliquer à chacun des 11 types de pensées fondamentales présentés dans la seconde partie de la présente chronique.

Partie 2 : Les 11 types fondamentaux de pensées

penséeCrédit Photo – Davide Restivo

Chapitre 1 : La pensée « à large perspective »

pensée largeCrédit Photo – topikito

  • La théorie

La pensée « à large perspective » comprend deux facettes : (1) savoir prendre de la hauteur afin de voir une situation dans son ensemble (en anglais : « big picture thinking ») ; (2) s’autoriser à avoir des pensées ambitieuses et de grands rêves (en anglais : « thinking big »).

Comme le dit John C. Maxwell, ce type de pensée vous « offre de la perspective. C’est comme d’agrandir le cadre d’une image et, ce faisant, d’élargir non seulement votre vision, mais également ce que vous êtes capable de réaliser ».

Les gens dotés de cette capacité de pensée « à large perspective » ont développé 4 habitudes principales : (1) ils apprennent continuellement de nouvelles choses ; (2) ils posent des questions et écoutent les autres de façon attentive, surtout les réponses des personnes qui peuvent leur en apprendre beaucoup ; (3) ils étendent leur vision, en essayant de se mettre à la place des autres, et de voir le monde depuis leur perspective ; (4) ils vivent pleinement et accomplissent davantage que les personnes étroites d’esprit.

Il existe au moins 6 raisons pour lesquelles vous voudriez certainement apprendre à élargir la perspective de vos pensées et de vos réflexions :

  1. Cela vous aidera si vous souhaitez devenir un leader sur votre marché ou dans votre entreprise. John C. Maxwell précise qu’il est possible que vous trouviez « plusieurs penseurs ‘ à large perspective’ qui ne sont pas des leaders, mais vous ne trouverez que peu de leaders qui ne sont pas aussi des penseurs ‘à large perspective’ ».
  2. Cela vous aide à garder le cap sur votre objectif. « C’est seulement lorsque vous incluez vos activités quotidiennes dans le contexte plus large [de votre objectif final] que vous serez capable de rester focalisé sur votre cible » (John C. Maxwell). Ou, comme le dirait, Alvin Toffler « vous devez penser aux ‘grandes choses’ pendant que vous faites les ‘petites choses’, de sorte que toutes les ‘petites choses’ aillent dans la bonne direction ».
  3. Cela vous aide à voir ce que les autres voient. J’ai déjà souligné l’importance de savoir regarder une situation depuis la perspective qui est celle des autres. Mettez-vous dans leurs souliers. Ce n’est pas chose aisée, mais il s’agit certainement d’une qualité qui pourra vous être très utile.
  4. Cela contribue au travail d’équipe. Le plus les membres de votre équipe comprennent la perspective plus large, et plus facilement ils coopéreront de façon efficace afin de réaliser le but final de votre entreprise.
  5. Cela vous permet de vous extraire des mondanités du quotidien pour vous concentrer sur ce qui est essentiel. Comme le dit élégamment John C. Maxwell : « la personne qui oublie l’objectif ultime est un esclave de ce qui est immédiat ».
  6. Cela vous aide à explorer des territoires inconnus. En élargissant votre perspective, vous allez pouvoir découvrir de nouveaux horizons et réaliser des innovations.
  • La pratique

Il existe plusieurs façons d’élargir votre perspective. Voici deux habitudes que vous pouvez développer à cette fin :

(1) Apprenez de chacune de vos expériences. Ne vous reposez pas sur vos lauriers et ne vous satisfaites pas de vos succès. Tirez les leçons de vos réussites, afin de pouvoir les reproduire (dans d’autres circonstances). Faites de même avec vos échecs. Ces derniers ne sont négatifs que si vous n’en retirez rien de positif. Mais si vous en tirez un enseignement, celui-ci pourra vous permettre de progresser et de grandir.

(2) Testez de nombreuses expériences différentes. Le plus vous serez exposés à de nouvelles situations, le plus vous apprendrez et pourrez évoluer. Ne vous contentez donc pas de faire tout le temps la même chose.

Tirer des leçons de vos expériences (positives et négatives / succès et échecs) et tester de nouvelles activités constituent ainsi deux clés fondamentales qui vous permettront d’élargir vos horizons et développer une pensée « à large perspective » ainsi qu’à penser « grand ».

N’oubliez pas les mots de David Schwartz, l’auteur de « La Magie de Voir Grand » (qui a fait l’objet d’une précédente chronique sur le blog à laquelle vous pouvez accéder en cliquant ici) : « Lorsqu’on parle de succès, les personnes ne sont pas mesurées en termes de taille, de poids, de diplômes académiques ou d’origines familiales ; ils sont évalués par le biais de la dimension de leurs pensées ».

Chapitre 2 : La pensée focalisée

pensée focaliséeCrédit Photo – Dimitris Kalogeropoylos

  • La théorie

La pensée focalisée vous permet d’éviter les distractions et de vous concentrer avec clarté sur ce qui est essentiel. Ce type de pensée présente 4 avantages : (1) elle vous donne de l’énergie pour réaliser votre but ; (2) elle vous permet de développer vos idées : « j’ai découvert qu’une bonne idée peut devenir une grande idée quand on lui consacre du temps focalisé » (John C. Maxwell) ; (3) elle vous apporte de la clarté, en vous permettant de vous focaliser sur votre objectif, rendant la réalisation de celui-ci beaucoup plus probable ; (4) elle vous permet de dépasser votre niveau actuel de réalisation et de maîtrise.

  • La pratique

Vous vous demandez peut-être dans quels secteurs vous focaliser. Si c’est le cas, vous avez raison. Il n’est pas possible d’exceller partout. Soyez donc sélectifs. Choisissez les domaines que vous souhaitez développer et sur lesquels vous allez exercer votre pensée focalisée. Les suggestions suivantes pourront vous aider à faire votre choix :

(1) Identifiez vos priorités. Celles-ci peuvent concerner les domaines qui vous plaisent, ceux où vous avez de grandes compétences ou encore ceux qui vous promettent un retour sur investissement intéressant. Quel que soit votre critère principal pour déterminer votre priorité, faites-le. Et si nécessaire recourez à la loi de Pareto, en choisissant les 20% de causes (secteurs, domaines, activités) qui vous apportent 80% des résultats (plaisir, argent, etc).

(2) Découvrez vos talents naturels. Si nécessaire, passez un ou plusieurs tests de personnalité. (Note : certains sont excellents, alors que d’autres sont plus médiocres. Comme Olivier Roland, je considère que celui auquel donne accès le livre « Strengths Finder 2.0 » est un des plus précis et révélateur. Si le sujet vous intéresse, lisez la chronique qui est consacrée à cet ouvrage (et à son test) sur le blog).

(3) Définissez vos rêves. Comme l’explique justement John C. Maxwell, « si vous voulez accomplir de grandes choses, vous avez besoin de grands rêves. Si vous n’êtes pas sûrs de vos rêves, consacrez du temps à votre pensée focalisée afin de les découvrir ». Et lorsque vous avez découvert et défini votre rêve, il est alors de temps de le réaliser (et de ne pas le remettre maintes et maintes fois en question ou à plus tard).

Trois conseils additionnels pour jouir d’une pensée focalisée : (1) retirez toute distraction ; (2) fixez-vous des blocs de temps pour vous consacrer à votre réflexion sur un sujet particulier ; (3) évitez d’effectuer plusieurs tâches en même temps. En effet, le « multi-tâches » a tendance, selon des études, à réduire votre productivité d’environ 40%.

Chapitre 3 : La pensée créative

pensée créativeCrédit Photo – Airik Lopez

  • La théorie

Annette Moser-Wellman, auteur de l’ouvrage « The Five Faces of Genius » (en français : « Les cinq visages du génie ») a souligné l’importance fondamentale de la créativité : « La plus grande ressource que vous apportez à votre travail et à votre entreprise est votre créativité (…). Ce sont vos idées qui comptent ».

La pensée créative ne doit pas être confondue avec la pensée originale. Il peut en effet s’agir de simples associations nouvelles de pensées existantes, sans nécessairement que chacune ne représente en soi une innovation fracassante et totalement révolutionnaire.

Les penseurs créatifs présentent quelques caractéristiques communes :
  1. Ils valorisent les idées ;
  2. Ils explorent les diverses options et aiment utiliser leur imagination. Einstein disait d’ailleurs : « L’imagination est plus importante que la connaissance » ;
  3. Ils acceptent les incertitudes et ambiguïtés ;
  4. Célèbrent-ils l’originalité et leur côté un peu « bizarre », ou en tout cas leur tendance à se promener hors des sentiers battus ;
  5. Ils parviennent à trouver des relations et liens entre divers éléments qui, a priori, paraissent totalement déconnectés ;
  6. Ils ne craignent pas l’échec. Comme le dit John C. Maxwell, « la créativité requiert d’accepter de pouvoir paraître stupide ».
Il donne cinq bonnes raisons pour vous de développer votre pensée créative :
  1. Cela apporte de la valeur à toute chose et activité (quel que soit votre domaine) ;
  2. Elle évolue et se cumule par votre usage. Comme l’a relevé Maya Angelou : « vous ne pouvez pas épuiser votre créativité. Le plus vous l’utilisez, et le plus vous en avez » ;
  3. La pensée créative tend à attirer les gens à vous et à vos idées. Les gens admirent en effet la créativité ;
  4. Elle vous aide à apprendre davantage. « Cela semble presque trop évident pour le dire, mais si vous cherchez en permanence et de façon active de nouvelles idées, vous en apprendrez [toujours plus] » ;
  5. La pensée créative remet en question le statu quo, et permet donc d’améliorer votre environnement et, à plus large échelle, le monde.

LECTURE COMPLÉMENTAIRE CONCERNANT LA CRÉATIVITÉ : Dans The Creative Habit, Twyla Tharp explore les méthodes de développement de la créativité.

  • La pratique

Voici deux actions qui vous permettront de retrouver ou de développer votre pensée créative

(1) Supprimez tout ce qui annihile votre créativité. Certains comportements et attitudes empêchent votre créativité de s’épanouir. Il en va ainsi de nombreuses phrases négatives que beaucoup de personnes se répètent dans leur tête (à longueur de journée) ou parfois même se font répéter par d’autres personnes de leur entourage (personnel ou professionnel).

Par exemple : « vous n’êtes pas une personne créative » ; « suivez les règles » ; « ne posez pas de questions » ; « il faut rentrer dans les rangs » ; « soyez sérieux » ; « ce n’est pas logique ni pratique » ; « ce n’est pas réalisable », etc. (note : étant moi-même une personne créative, le simple fait d’écrire ces phrases m’est difficile, tellement elles me semblent erronées, limitantes et négatives).

(2) Posez les bonnes questions. Sir Anthony Jay a dit : « l’esprit qui n’est pas créatif est capable de repérer les mauvaises réponses, mais il est nécessaire d’avoir un esprit créatif pour repérer les mauvaises questions ». Les mauvaises questions sont celles qui éteignent la flamme de la pensée créative et tendent à nous conduire sur les mêmes chemins qui sont ceux qui ont toujours été arpentés. En d’autres termes, il n’en résulte rien de nouveau ni de mieux, et donc pas de progrès. Au contraire, posez-vous les bonnes questions.

Par exemple : « pourquoi cela devrait-il être fait de cette manière en définitive ? » ; « quelle est la véritable cause de ce problème ? » ; « qu’est-ce que cela me rappelle ? » ; « qui dispose d’une perspective différente sur le sujet ? ».

Chapitre 4 : La pensée réaliste

pensée réalisteCrédit Photo – Stephen Hampshire

  • La théorie

(Note : Il ne s’agit pas d’une pensée qui m’est naturelle. J’aime plutôt penser à ce qu’il est possible de réaliser sans me fixer de limites, mais au contraire en usant librement de ma créativité. John C. Maxwell a la même tendance naturelle. Il a néanmoins admis les mérites d’une pensée réaliste, en parallèle des autres types de pensées. Ces différentes formes de pensées ne sont, en d’autres termes, pas contradictoires, mais complémentaires).

« La réalité est la différence entre ce que nous aimerions et ce qui est » (John C. Maxwell).

La pensée réaliste peut vous apporter beaucoup d’avantages :
  1. Elle minimise les risques de déconvenues, en vous incitant à créer des plans pour pallier aux scénarios catastrophes ;
  2. Elle vous force à faire face à la réalité et donc à créer un plan d’action « réaliste » et concret pour atteindre votre objectif ;
  3. Et elle est un catalyseur de changement, car le fait de regarder la réalité dans les yeux peut vous révéler la nécessité d’opérer une modification dans votre façon de faire ou d’être (par ex : repenser votre stratégie afin de mieux vendre vos produits) ;
  4. Elle vous offre sécurité et confiance en vous ainsi qu’en l’avenir. La présence de plans de secours en cas d’occurrences négatives vous rassure en effet et vous garantit une certaine sérénité d’esprit ;
  5. Elle a tendance à renforcer la confiance que vos employés ont en vous (qui êtes en effet un leader qui sait où il va et sait prévoir par avance les risques pouvant se présenter sur le chemin) ;
  6. La pensée réaliste vous garantit des fondations solides, car vous ne vous basez pas sur ce que vous voudriez, mais sur ce qui est ;
  7. Elle apporte de la stabilité au milieu de circonstances incertaines, en vous offrant un coussin de sécurité pour l’hypothèse où les choses tourneraient mal ;
  8. La pensée réaliste vous permet enfin de réaliser plus facilement vos objectifs. En effet, « si vous ne portez pas un regard réaliste sur votre rêve – et ce qu’il vous faudra entreprendre pour le réaliser – vous ne le concrétiserez jamais » (John C. Maxwell)
  • La pratique

Vous pouvez mettre en œuvre votre pensée réaliste et reconnaître les besoins de poser une telle réflexion ancrée dans la réalité en observant en particulier les deux suggestions pratiques suivantes :

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Sources of Power - 2

(1) Appréciez la vérité. John Maxwell confesse qu’il n’a réussi à développer une véritable pensée réaliste qu’à partir du moment où il a réellement commencé à apprécier la réalité. Il a donc dû apprendre à regarder la vérité en face et à y prendre un certain plaisir (ou en tout cas à ressentir de la reconnaissance d’avoir à disposition tous les faits pertinents). La plupart des gens ont beaucoup de peine à faire ceci. Ils préfèrent recourir à la stratégie de l’autruche consistant à mettre la tête dans le sable et à faire comme si de rien n’était…ce constat a été celui de Winston Churchill : « les hommes tombent parfois sur la vérité, mais la plupart se reprennent rapidement et se dépêchent de faire comme si rien ne s’était passé ». Mais connaître la vérité constitue un grand pouvoir, même si ce n’est pas toujours agréable. Suivez donc les conseils de John C. Maxwell et développez le courage de regarder la réalité en face. En résumé, comme il le dit : « la vérité vous libérera – mais d’abord elle vous mettra en colère ».

(2) Examinez les « pour » et les « contre » de chaque situation et solution envisagées. Il convient d’examiner les faits de façon neutre et sous différentes perspectives. Ne regardez pas juste ce qui vous arrange. Mais creusez tous les aspects pertinents du problème. Attention toutefois à ne pas simplifier à l’excès votre analyse : la meilleure solution n’est pas forcément celle qui comporte le plus de « pour », respectivement le moins de « contre ». Il convient également de mettre en balance le poids et l’importance relatifs de chaque élément positif, respectivement négatif des solutions envisagées.

Chapitre 5 : La pensée stratégique

pensée stratégiqueCrédit Photo – JasonBrown2013

  • La théorie

La pensée stratégique n’est pas seulement utile dans un contexte militaire ou pour la gestion optimale d’une entreprise. Elle peut servir dans tous les aspects de votre vie.

La plupart des gens ne font aucune planification ou alors y procèdent de façon très limitée. S’il n’est ainsi pas rare que des personnes établissent une liste de choses à faire pour le jour même, leur pensée « stratégique » ne va en général pas beaucoup plus loin.

Si vous voulez vraiment maîtriser votre vie, il va vous falloir planifier de façon plus approfondie et détaillée. Voici le conseil de John Maxwell : au début de chaque mois, consacrez une demi-journée à établir votre calendrier pour les 40 prochains jours (ce qui, au début du mois suivant, vous laissera donc 10 jours « de battement » pour planifier à son tour ce nouveau mois). Déterminez précisément ce que vous allez faire durant le mois (l’auteur va dans un degré de détail tel qu’il sait exactement à l’avance ce qu’il fera chaque jour du mois, et ce presque heure par heure).

Une pensée stratégique vous aidera à planifier, à devenir plus productif et donc à atteindre plus facilement vos objectifs. Il existe d’autres raisons qui plaident en faveur d’une pensée stratégique : (1) elle simplifie ce qui est complexe. En effet, elle permet de subdiviser en tâches réalisables des objectifs et problèmes longs et complexes (qui, pris dans leur ensemble, peuvent donc paraître impossibles à réaliser, ou en tout cas décourageants) ; (2) elle vous pousse à vous poser les bonnes questions, comme par exemple : « que devrais-je faire ensuite ? »; « qui est responsable de ceci ? »; « quelles sont nos dépenses envisagées et comment allons-nous les payer ? » ; « comment pouvons-nous améliorer la qualité de nos services ou être plus productifs ? » ; (3) la pensée stratégique incite à trouver des solutions adaptées. Il n’existe pas de solution unique qui permette résoudre tout problème ; (4) elle vous prépare à faire face à l’incertitude (quant au futur), augmentant ainsi vos chances de réussite ; (5) elle réduit votre marge d’erreur et aligne vos actions sur vos objectifs ; (6) elle vous confère un pouvoir d’influence sur les autres. Vos employés sont plus enclins à vous suivre s’ils sentent que vous savez où vous allez.

« Au lieu d’essayer d’être génial, faites partie de quelque chose de plus grand que vous-même. » John C. Maxwell, How Successful People Think

  • La pratique

Deux actions pour développer votre pensée stratégique :

(1) Ne vous « attaquez » pas à un grand problème ou objectif directement. D’abord, subdivisez-le en des sous-objectifs plus réalisables. Puis continuez à subdiviser ces sous-objectifs (et ainsi de suite) afin d’en arriver à des tâches faciles à réaliser, que vous pourrez ajouter sur vos listes (quotidienne, hebdomadaire et mensuelle) de choses à faire. Comme l’a dit Miguel de Cervantes : « l’homme préparé a déjà gagné la moitié de la bataille ».

(2) Demandez toujours « pourquoi » avant de demander « comment ». Demandez-vous si le problème / objectif est réellement important. Quelles seraient les conséquences si vous ne le résolviez / atteigniez pas ? Et si vous le faisiez ? Ces questions vous aideront à déterminer l’attention et les ressources que vous allez y consacrer.

Chapitre 6 : La pensée « explorant les possibles »

pensée explorationCrédit Photo – Chris James

  • La théorie

Les personnes qui pratiquent ce type de pensée sont capables d’accomplir des choses qui semblaient extraordinairement difficiles, ou même improbables, voire impossibles à réaliser.

Il y a de nombreuses raisons d’explorer ainsi les possibles : (1) cela étend vos possibilités concrètes et vous ouvre des opportunités. Comme le dit John C. Maxwell : « si vous croyez que vous pouvez réaliser quelque chose de difficile – et que vous réussissez à le faire – de nombreuses portes s’ouvriront à vous ». Il donne l’exemple de George Lucas (le réalisateur des films Star Wars) qui, bien que de nombreuses personnes lui affirmaient que cela était impossible, est parvenu à réaliser des effets spéciaux révolutionnaires (pour l’époque). Cela lui a procuré de nombreuses autres opportunités (par ex : offrir à prix élevé des services d’effets spéciaux à d’autres réalisateurs).

La pensée explorant les possibles vous apporte d’autres avantages encore :
  1. Elle attire à vous d’autres personnes qui ne se restreignent pas à voir seulement « ce qui est » ou à se focaliser exclusivement sur « l’état des limites actuelles de ce qui est considéré comme possible » par la population en générale ou même par les experts ;
  2. Elle inspire les gens de votre entourage et ceux qui vous rencontrent ;
  3. Et elle vous permet d’avoir de grands rêves (et donc potentiellement de les réaliser) ;
  4. Elle vous met en position de vous élever au-dessus de la médiocrité ;
  5. Elle vous donner de l’énergie ;
  6. Enfin, elle vous aide à ne pas renoncer. Au contraire, si vous ne croyez pas réellement que vous pouvez réaliser un objectif ambitieux / un grand rêve, alors vous allez peut-être essayer, mais cela ne vous sera pas très utile, car vous avez déjà perdu (en ayant renoncé dans votre tête) avant même de commencer.
  • La pratique
Deux conseils pour apprendre à pratiquer la pensée explorant les possibles :

(1) Remettez en question le statu quo. Comme le dit l’auteur, « la croissance signifie le changement. Le changement nécessite de défier le statu quo. Si vous voulez jouir de possibilités plus grandes, vous ne pouvez vous satisfaire de ce que vous avez à l’heure actuelle. Quand vous devenez un penseur explorant les possibles, vous serez confronté à de nombreuses personnes qui voudront que vous abandonniez vos rêves et que vous vous conformiez au statu quo. Ceux qui réalisent [de grandes choses dans leur vie] refusent d’accepter le statu quo ».

(2) Inspirez-vous des hommes et des femmes qui ont accompli de grandes choses. Trouvez des personnes dont les accomplissements vous inspirent et que vous admirez, puis étudiez leur parcours. Lisez leur biographie. Cela vous permettra certainement de commencer à penser de la façon qui a été si bien décrite par George Bernard Shaw : « Certains hommes voient les choses comme elles sont et disent, ‘pourquoi ?’. Je rêve pour ma part de choses qui n’ont jamais existé et je dis, ‘pourquoi pas ?’ ».

Chapitre 7 : La pensée réfléchie

pensée réfléchieCrédit Photo – Brian Slewiorek

  • La théorie

Même si le rythme effréné qui est aujourd’hui celui de notre société ne favorise certes pas les temps consacrés à la réflexion, cette dernière n’en reste pas moins fondamentale. Elle vous permet d’examiner certains événements de votre passé – qu’il s’agisse de succès ou d’échecs – afin d’en tirer des leçons utiles, et donc de déterminer les comportements que, à l’avenir, vous allez répéter ou ceux dont vous allez vous abstenir. Cinq raisons spécifiques devraient vous motiver à pratiquer la pensée réfléchie : (1) elle vous procure une certaine perspective. Vous pouvez ainsi évaluer votre expérience, mais également apprécier plus sincèrement les événements positifs que vous avez vécus ; (2) elle ajoute une intégrité émotionnelle à vos pensées, en vous permettant de prendre de la distance par rapport à des expériences hautement chargées en émotions (qu’elles soient positives ou négatives). Mais suivez alors le conseil du Président américain George Washington, qui vous incite à ne pas remuer le passé inutilement: « nous ne devrions pas examiner notre passé, sauf si c’est pour tirer des leçons profitables de nos erreurs passées, et avec l’objectif de bénéficier des expériences chèrement acquises » ; (3) la pensée réfléchie augmente également votre confiance en vos décisions. Comme l’explique John C. Maxwell, « lorsque vous avez réfléchi à un problème, vous n’avez alors plus à répéter chaque étape du processus décisionnel quand vous êtes à nouveau confronté au même problème » ; (4) elle clarifie votre situation générale. En effet, quand vous pratiquez la pensée réfléchie, il vous est possible de classer plus précisément vos idées et expériences dans le cadre d’un contexte plus global, et donc de mieux comprendre celles-là et leur impact ; (5) enfin, la pensée réfléchie permet de faire d’une expérience quelque chose qui vous apporte de la valeur. Comme le précise John C. Maxwell « l’expérience seule n’apporte pas de valeur dans une vie. Ce n’est pas nécessairement l’expérience en soi qui a de la valeur ; ce sont [au contraire] les inspirations [et leçons] que les gens reçoivent par suite de leur expérience [qui leur apporte de la valeur]. La pensée réfléchie permet [ainsi] de transformer une expérience en des inspirations [et des leçons profitables] ».

  • La pratique

Deux actions pour pratiquer la pensée réfléchie :

(1) Regardez et analysez votre calendrier « après coup ». « La plupart des gens utilisent leur calendrier comme un outil de planification, et c’en est [effectivement] un. Mais peu de personnes l’utilisent comme un outil de réflexion ». Utilisez donc votre calendrier pour examiner ce que vous avez accompli, où vous êtes allé, qui vous avez rencontré, etc. Et demandez-vous si vous avez utilisé votre temps de façon sage et productive, compte tenu notamment de vos objectifs et priorités. Vous pourrez ainsi voir si vous êtes en train de faire des progrès et de vous diriger vers l’accomplissement de vos buts finaux.

(2) Posez-vous les bonnes questions. Meilleures seront vos questions et plus votre temps passé à réfléchir pourra apporter de la valeur dans votre vie. Voici quelques exemples de bonnes questions à vous poser lorsque vous passez en revue ce que vous avez fait : « qu’ai-je appris aujourd’hui qui va me permettre d’évoluer et progresser ? » ; « ai-je apporté de la valeur aux autres aujourd’hui ? Si oui, à qui ? » ; « ai-je témoigné mon amour et mon affection aux personnes qui me sont chères ? ».

Chapitre 8 : La pensée populaire

pensée populaireCrédit Photo – Doug

  • La théorie

La pensée populaire est parfois envahissante et difficile à éviter. Comme l’a dit John Maynard Keynes « la difficulté n’est pas tant de développer des idées nouvelles qu’elle est d’échapper aux anciennes ». La pensée populaire tend à vous limiter de diverses manières. Osez remettre en question ce type de pensée. Ce courage vous rendra peut-être impopulaire auprès de certaines personnes, mais il vous apportera divers avantages, dont les suivants : (1) apprendre à penser de façon autonome, même si ceci n’est pas toujours facile, et peut-être même à penser « tout court ». Kevin Myers l’a compris, lui qui a dit : « le problème avec la pensée populaire est qu’elle ne requiert pas de vous que vous pensiez du tout » ; (2) éviter une vision erronée et de faux espoirs. La pensée populaire fut à diverses époques la suivante : « la Terre est plate » ; « les instruments chirurgicaux n’ont pas besoin d’être propres » ; « les femmes ne devraient pas avoir le droit de vote ». Ces trois assertions nous semblent totalement ridicules aujourd’hui. De même, de nombreuses choses qui sont de nos jours admises par la pensée populaire seront certainement considérées absurdes à l’avenir. Ne soyez donc pas un mouton et réfléchissez par vous-même ; (3) vous adapter plus rapidement aux changements. La pensée populaire aime en effet le statu quo et résiste à l’innovation ; (4) réaliser de grandes choses. La pensée populaire n’apporte en effet que des résultats moyens et, par conséquent, si vous voulez réaliser de grandes choses, il va falloir vous en libérer.

  • La pratique

Voici deux moyens de vous extraire de la pensée populaire :

(1) Pensez avant d’agir. Beaucoup de personnes – en fait certainement la majorité des gens – suivent les autres de façon quasiment automatique et sans réfléchir. Ne soyez pas l’une de ces personnes. « Si vous voulez réussir, vous avez besoin de réfléchir à ce qui est le mieux, non pas à ce qui est populaire. Défier la pensée populaire requiert d’accepter la possibilité d’être impopulaire et de sortir de la norme » (John. C. Maxwell).

(2) Appréciez ceux qui ont une pensée différente de la vôtre. Si vous souhaitez réellement échapper à la pensée populaire, passez du temps avec des personnes de différents secteurs, milieux sociaux, niveaux d’éducation, expériences professionnelles, etc. Comme l’explique l’auteur, « vous penserez comme les gens avec lesquels vous passez le plus de temps. Si vous passez votre temps avec des personnes qui pensent différemment, il est plus probable que vous arriviez à défier la pensée populaire et à découvrir de nouveaux territoires ».

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Conversations Cruciales - 2

« Votre vie d’aujourd’hui est le résultat de vos réflexions d’hier. Votre vie de demain sera déterminée par ce que vous pensez aujourd’hui. » John C. Maxwell, How Successful People Think

Chapitre 9 : La pensée partagée

pensée partagéeCrédit Photo – AJC1

  • La théorie

Comme l’a si bien dit Ken Blanchard « aucun de nous [individuellement] n’est aussi intelligent que nous tous [réunis] ». Les gens qui réfléchissent de façon optimale, et notamment les bons leaders, comprennent en général le pouvoir de la pensée partagée.

Voici 6 avantages de la pensée partagée :
  1. Elle est plus rapide que la pensée individuelle. « Collaborer avec les autres est comme vous présenter à vous-même un raccourci » (John C. Maxwell). Par exemple, vous apprenez plus rapidement une nouvelle compétence si quelqu’un d’expérience vous l’enseigne que si, en autodidacte, vous tentez de l’apprendre seul dans votre coin ;
  2. La pensée partagée est plus innovante que la réflexion individuelle. Les résultats les plus innovateurs sont très souvent obtenus suite à une collaboration de diverses personnes, une coopération harmonieuse des efforts de ces dernières ;
  3. La pensée partagée est souvent plus « mature ». Il n’est pas possible de disposer seul de toutes les compétences, mais une telle richesse peut s’obtenir lorsque diverses personnes aux aptitudes complémentaires s’associent ;
  4. La pensée partagée est plus puissante. « Deux têtes sont meilleures qu’une seule – lorsqu’elles pensent dans la même direction ». Ce qui est étonnant est que la puissance de la réflexion partagée ne constitue pas qu’une simple addition de deux cerveaux. Il y a en outre un effet de synergie. C’est ce que Napoleon Hill a dénommé le Master Mind (parfois désigné en français comme étant le « cerveau collectif »), dans son ouvrage « Pensez et devenez riche ». Si vous souhaitez découvrir plus sur Napoleon Hill, vous pouvez consulter notre article à son sujet  ;
  5. La pensée partagée fournit un retour sur investissement plus important que la pensée individuelle ;
  6. La pensée partagée vous offre davantage de chances de jouir d’une grande pensée. Comme le dit John C Maxwell «  je crois que toute grande idée débute avec trois ou quatre bonnes idées. Et la plupart des bonnes idées proviennent de la pensée partagée ».
  • La pratique

Les leaders tendent à utiliser intuitivement la pensée partagée, se demandant dans chaque cas : « qui est-ce que je connais qui peut m’aider à ce sujet ? ». Mais vous pouvez développer ce type de pensées en recourant aux deux actions suivantes :

(1) Ne soyez pas obsédés par la concurrence, mais pensez plutôt en termes de coopération. « Une personne qui accorde de l’importance à la coopération désire compléter les idées des autres, non pas les concurrencer. Si quelqu’un vous demande de partager des idées, concentrez-vous sur comment aider cette personne et l’équipe, non pas comment vous mettre en avant ».

(2) Choisissez les bonnes personnes. Pour vos séances de partage d’idées et de brainstorming, ne choisissez pas vos partenaires en fonction de vos affinités personnelles ou juste parce qu’ils sont vos amis. Choisissez les « bonnes » personnes, donc celles qui peuvent apporter un réel « plus » au processus, notamment celles qui désirent ardemment concrétiser et améliorer votre idée, qui apprécient à leur juste valeur les forces et talents des autres membres de l’équipe, qui placent l’intérêt du groupe et du projet avant leur intérêt propre, enfin qui disposent d’expérience et d’expertise sur le sujet discuté.

Chapitre 10 : La pensée altruiste

pensée altruisteCrédit Photo – Adam Moralee

  • La théorie

Cela peut sembler paradoxal à certains, mais penser de façon altruiste peut grandement vous aider, et ce à divers égards : (1) ce type de pensées vous comble « spirituellement ». Comme l’a dit Charles H. Burr « ceux qui prennent ne sont en général pas heureux ; ceux qui donnent le sont » ; (2) la pensée altruiste ajoute de la valeur dans la vie des autres ; (3) elle favorise l’éclosion d’autres vertus, comme la gratitude, l’amour et la patience ; (4) elle augmente votre qualité de vie, car elle vous aide à apprécier davantage votre vie et à mieux saisir les valeurs humaines fondamentales ; (5) elle vous inclut dans quelque chose plus grand que vous-même. « Au lieu d’essayer de devenir quelqu’un de  ‘grand’, faites partie de quelque chose de plus grand que vous-même » (John C. Maxwell) ; (6) la pensée altruiste enfin crée un legs pour l’humanité. « Quand vous pensez de façon altruiste et investissez dans les autres, vous gagnez la chance de créer un héritage qui vous survivra » (John C. Maxwell).

  • La pratique

Deux actions peuvent vous aider à penser de façon plus altruiste :

(1) Exposez-vous à des situations où d’autres personnes sont dans le besoin. Peu importe la façon dont vous êtes altruiste (bénévolat, donations, etc), ce qui compte est que vous appreniez à donner (de votre temps, énergie et/ou argent) aux autres et que vous cultiviez l’habitude de penser comme quelqu’un d’altruiste.

(2) Donnez de façon anonyme. Si vous procédez à des donations dans l’espoir de recevoir une reconnaissance publique, celle-ci sera votre contrepartie, donc l’avantage que vous en retirerez. Mais « il y a des bénéfices spirituels, mentaux et émotionnels que ne reçoivent que ceux qui donnent de façon anonyme » (John C. Maxwell).

Chapitre 11 : La pensée « axée sur le résultat final »

pensée butCrédit Photo – clarkmaxwell

  • La théorie

De nombreuses entreprises pensent que le résultat final et de créer le plus d’argent possible. Ce n’est pas exact. La finalité de toutes « grandes » entreprises – en tout cas de celles qui améliorent véritablement le monde – est leur mission intrinsèque et fondamentale.

(Note : par exemple ma mission est d’aider le plus de gens possible à réaliser leurs rêves ainsi qu’à se créer une vie épanouie et équilibrée. Je le fais en révélant les plus puissants secrets du succès. Si vous aussi vous souhaitez améliorer le monde, svp dites-le moi et partagez avec moi, sur la page internet indiquée précédemment, quelle est votre vision d’un monde meilleur. Comme je le dis souvent : « Ensemble tout est possible »).

Le fait de garder à l’esprit le résultat final comporte de nombreux avantages : (1) cela augmente votre clarté, vous permettant notamment de savoir si vos activités quotidiennes sont alignées sur votre objectif plus large ; (2) cela vous permet de mesurer vos progrès et de déterminer si vos résultats sont bons ; (3) cela facilite le processus décisionnel, chaque choix s’inscrivant dans une perspective plus large, cette dernière offrant une meilleure direction et une plus grande cohérence ; (4) cela contribue à la motivation de tous, car en gardant le cap sur le résultat final, vous augmentez vos probabilités de l’atteindre. Or tout succès est bon pour le moral ; (5) enfin cela augmente vos chances de réussite. « Observez toute société ayant un succès durable et vous y trouverez des leaders qui savent quel le résultat final [de leur société] » (John C. Maxwell).

  • La pratique

Deux actions peuvent favoriser ce type de pensée :

(1) Identifiez quel est votre résultat final. Cela semble une évidence, mais si vous ne savez pas exactement quel est votre objectif final, il y a peu de chance que vous l’atteigniez et il est pour le surplus invraisemblable que vous puissiez focaliser votre pensée dessus. Lorsque vous procédez à la détermination de votre but final, soyez aussi spécifique que possible. Demandez-vous quelle est l’essence même de votre objectif fondamental. Mettez de côté toute émotion ou tout détail qui pourraient troubler ou complexifier inutilement votre réflexion. Mettez-vous au calme et demandez-vous : « qu’est-ce que je cherche réellement à accomplir ? »

(2) Créez un plan stratégique pour atteindre le résultat final. Lorsque vous avez conscience de ce que vous voulez véritablement réaliser, l’élaboration d’un plan stratégique est indispensable. À défaut, votre objectif final ne serait qu’une belle idée qui n’aurait que peu de chances de se concrétiser. Identifiez les éléments-clés essentiels de votre objectif. Lorsque chacun d’entre eux sera réalisé, alors (si votre plan stratégique est bien conçu et approprié) vous aurez réalisé votre objectif final. Si tel n’est pas le cas, cela vous informe que votre plan stratégique n’était pas le bon. Dernier conseil : une fois que vous avez déterminé votre stratégie, tenez-vous à celle-ci. N’en changez donc pas (à moins qu’elle se révèle clairement inadaptée).

Conclusion sur « How Successful People Think » :

« How Successful People Think » est un de ces rares livres qui vous fait penser: “si seulement tous les auteurs avaient autant d’expériences à partager et un désir si fort d’aider leurs lecteurs!”

C’est en effet un ouvrage « petit par la taille », mais « grand par le contenu ». En moins de 200 pages, John C. Maxwell a réalisé le tour de force de présenter un panorama relativement complet des diverses façons de réfléchir qui mènent au succès. Comme on le sait, il est possible d’en raconter peu en beaucoup de pages, ou au contraire d’en dire beaucoup en peu de pages. How Successful People Think appartient à la seconde catégorie. C’est la raison pour laquelle cette chronique est relativement longue.

Non seulement la densité d’information par page est importante, mais on constate aussi avec plaisir que l’auteur n’oublie pas de proposer de nombreuses actions afin de permettre au lecteur de mettre en application ses conseils et donc de maîtriser les 11 types de pensées qui caractérisent les hommes et femmes exceptionnels. Dans ma chronique, j’ai indiqué quelques moyens d’améliorer chacun des 11 axes de la réflexion optimale. Le lecteur sérieusement intéressé à aiguiser ses capacités de réflexions globales – ou même certains des aspects de sa pensée seulement – sera bien avisé d’acquérir l’ouvrage et de prendre connaissance des parties pertinentes de celui-ci. L’application des nombreux exercices proposés par l’auteur feront alors de l’étudiant sérieux un penseur hors norme, qui non seulement trouvera l’admiration des autres, mais également se surprendra lui-même de son acuité intellectuelle.

How Successful People Think est-il dépourvu de défauts pour autant? Non, bien sûr. Ainsi, même si je considère qu’il s’agit d’un ouvrage qui sort clairement du lot, je ne lui attribuerai pas la note maximale (avec laquelle il a, cela étant, flirté de près), et ce pour trois raisons :

Premièrement, le livre ne se lit pas aussi vite qu’on pourrait se l’imaginer à la vue de son format. En effet, compte tenu de sa densité, on a vite fait de manquer un détail important. En d’autres termes, afin de tirer le maximum de cet ouvrage, il convient de le lire très attentivement…et plusieurs fois. Ce n’est pas un défaut en soi, mais cela le rend moins accessible au lecteur pressé.

En second lieu, même si la structure du livre est excellente dans l’ensemble, il y a quelques répétitions. Il s’agit peut-être de l’intention de John Maxwell d’insister sur des points qu’il juge essentiels ou peut-être est-ce là sa façon d’atténuer la densité de l’ouvrage. Quoi qu’il en soit, cela constitue un léger défaut qu’il me fallait souligner.

Enfin, même si l’auteur en a dit énormément en peu de pages, il n’y a pas de miracles. En à peine 160 pages (incluant table des matières, notes et annexes…), il est difficile de traiter de façon approfondie d’une question aussi complexe que la pensée humaine (menant au succès). John Maxwell a certes présenté un panorama relativement complet, mais davantage d’exemples ainsi qu’un exposé plus détaillé de certains aspects auraient apporté une plus grande clarté et, potentiellement, auraient pu faire de How Successful People Think une référence absolue sur le sujet.

Ces trois défauts sont mineurs et je considère que, dans l’ensemble, il s’agit d’un des tout meilleurs livres que j’aie lus (et je suis un lecteur plutôt du genre insatiable, notamment lorsqu’il s’agit d’ouvrages de développement personnel). Je le recommande donc très vivement à toutes personnes, en particulier à celles ayant le désir de devenir un leader (plus efficace), de créer leur entreprise, d’affiner leur façon de penser ou, tout simplement, de progresser et de devenir une personne meilleure et plus brillante.

Si vous souhaitez apprendre non seulement comment améliorer votre pensée, mais également tous les autres aspects importants de votre existence (santé, finances, relations humaines, spiritualité), vous créer une vie épanouie, harmonieuse, heureuse et équilibrée, enfin découvrir les meilleurs secrets et les outils les plus puissants pour réaliser vos objectifs, tout cela est possible. Je vous invite à visiter mon blog « Secrets du Succès » pour plus d’informations à ce sujet.

Pour conclure la présente chronique, voici un résumé des points forts et faibles de l’ouvrage de John C. Maxwell.

Points forts de How Successful People Think :
  • Densité (beaucoup d’informations en peu de pages)
  • Aperçu relativement complet du sujet
  • Grande expérience de John Maxwell (il a lui-même une grande réussite et possède 3 entreprises)
  • Approche pédagogique
  • De nombreuses suggestions d’actions pour progresser
  • Format pratique de l’ouvrage (petit donc facile à emporter partout avec vous)
Points faibles de How Successful People Think :
  • Peut-être trop dense (nécessite donc une lecture très attentive, voire plusieurs relectures)
  • Quelques répétitions
  • On aurait parfois désiré davantage de détails et d’exemples

La note de Paul Duvoisin du blog Secrets du Succès:

image image imageimageimageimageimageimage image

Avez-vous lu le livre How Successful People Think de John Maxwell ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (1 votes, moyenne: 5,00 out of 5)

Loading...

Lire plus de commentaires sur « How Successful People Think » sur Amazon

Acheter « How Successful People Think  » sur Amazon

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

47 Commentaires pour :

Comment pensent les personnes qui réussissent (How Successful People Think)

  • jonathan

    18 Oct 2015 à 19:51

    Super articles, très riche en contenue, maintenant je sais ce que je dois faire 🙂

    Répondre



    • Paul

      18 Oct 2015 à 20:46

      Merci Jonathan!

      Je suis ravi que l’article t’ait plu.

      Il est assez dense (comme le livre). Je te conseille donc de le relire, puis de mettre ses conseils en application bien sûr.

      Répondre



    • norbert

      18 Oct 2015 à 20:53

      Merci Paul, comme on dit, bien penser permet de bien agir! J’aime beaucoup la prière de Napoléon Hill « Seigneur, je ne demande pas plus de richesse mais plus de sagesse pour utiliser toutes les richesses reçues à ma naissance sous la forme du pouvoir de contrôler et de diriger mon esprit pour tous les rêves que je désire. »
      Les gens qui réussissent agissent de manière ferme et disciplinée. Ce livre est vraiment inspirant

      Répondre



      • Paul

        18 Oct 2015 à 21:12

        Merci Norbert pour ton commentaire.

        Je suis bien d’accord avec toi. La pensée précède l’action. Si la pensée est efficace, l’action le sera aussi.

        Je connais cette « prière » de Napoleon Hill. Je l’ai découverte la première fois dans une de ses vidéos, disponible sur YouTube.

        Et, comme te le sais certainement, j’ai lu, relu (plusieurs version, en français et en anglais…) et étudié en détail son ouvrage fondamental « Think and Grow Rich » (traduit en français sous le titre « Réfléchissez et devenez riche »): un classique qui, selon moi, aurait dû être intitulé, « Pensez comme les gens qui réussissent et accomplissez tous vos objectifs ».

        En effet, l’application des principes présentés par Napoleon Hill peuvent permettre d’atteindre tout objectif, et pas seulement celui de devenir riche 🙂

        Une grosse « parenthèse » pour rappeler la valeur des enseignements de Napoleon Hill.

        Les ouvrages de John Maxwell – à commencer par celui résumé dans la présente chronique – sont également très précieux.

        Répondre



      • Eliane

        19 Oct 2015 à 05:11

        Merci pour d’avoir résumé et expliqué cet ouvrage par un article dense et en même temps fluide à lire apportant des solutions à mettre en place. Tout est dit, il n’y a plus qu’à se lancer. Le problème, c’est que nous n’allons pas toujours au-delà de ce type de réflexion. Mais merci Paul de nous aider malgré tout à structurer notre réflexion pour nous dépasser dans l’action.

        Répondre



        • Paul

          19 Oct 2015 à 20:01

          Et oui, Eliane, tu as raison. Aussi bons soient les conseils et aussi bien présentés soient-ils, le passage à l’action n’est pas du ressort de l’auteur, mais de celui du lecteur.

          Comme l’ont bien rappelé Olivier et d’autres personnes, le fossé entre l’ignorance et la connaissance est moins important que celui entre la connaissance et l’action.

          Comment passer à l’action? C’est tout un programme.

          Mais un des « secrets » est de choisir d’agir dans un domaine qui nous motive ou dans lequel on perçoit le changement comme absolument nécessaire.

          En d’autres termes, choisissez de passer à l’action dans des domaines qui vous tiennent à coeur. La résistance au mouvement sera moins importante ainsi.

          Répondre



          • Eliane

            20 Oct 2015 à 20:01

            Merci pour cette réponse claire. Alors je continue, je ne me suis pas trompée.

            Répondre



        • cathy

          19 Oct 2015 à 08:37

          Super article très dense, c’est bien sûr le chapitre 3 avec la pensée créatrice qui a le plus attiré mon attention et surtout l’idée que plus on révèle notre créativité plus elle se développe 🙂

          Répondre



          • Paul

            19 Oct 2015 à 20:12

            Merci Cathy!

            Je te comprends tout à fait! La créativité est aussi une des « formes d’intelligence » qui me viennent naturellement!

            Et comme comme l’on a tous tendance à aimer le reflet de ce qu’il y a de bon en nous, il est normal que nous aimions tout particulièrement ce chapitre 🙂

            Je te conseille de lire le chapitre de ce livre et peut-être de l’explorer davantage encore sur ton excellent blog : http://changerdevieaujourdhui.com/

            Répondre



          • Taty Chantal

            19 Oct 2015 à 10:00

            Waouh ! Quel travail ! Toi qui dans les « moins » de l’auteur souligne la densité de son ouvrage, je pourrai te retourner la même observation. Un article très complet, qui, je pense tire bien l’essentiel du livre à tel point qu’on croirait le lire. Les différentes formes de pensée sont très bien détaillées mais j’apprécie plus particulièrement ta première partie. Même si certains points sont connus, les revoir fait beaucoup de bien. Bravo pour cet article !

            Répondre



            • Paul

              19 Oct 2015 à 20:19

              Merci Chantal pour ton gentil commentaire et tes compliments. J’en rougirais presque 🙂

              C’est vrai que c’est un long article. L’ouvrage est cela étant tellement riche de pépites qu’il aurait été dommage d’en faire un résumé trop synthétique.

              Tu as préféré la première partie? C’est intéressant! Tu as peut-être une affinité particulière avec le premier type de pensée, celle à « large perspective ». 🙂

              Répondre



              • Taty Chantal

                22 Oct 2015 à 10:46

                En fait je dirai pensée à large perspective et pensée créatrice 😉

                Répondre



            • Renata

              19 Oct 2015 à 10:35

              Merci Paul pour ton article, Merci Olivier de l’avoir invité!
              Comme d’hab Paul tu nous fait un méga article!
              Ce qui m’a le plus intéressé c’est le « focus » et aussi et bien évidement tout sur la créativité. c’est superbe car on se rend compte que c’est important et on l’applique enfin dans tous les domaines, en réalité cela existe depuis le « début » (depuis les hommes préhistoriques), mais c’est d’une manière consciente et c’est top car c’est mon créneau. ;-)))
              gracias et ciao je cours faire un peu de créa!!!!

              Répondre



              • Paul

                19 Oct 2015 à 20:46

                Merci Renata! Oui, je crois que c’est peut-être le plus long des articles que j’ai écrits (sur internet en tout cas…) 🙂

                Ah, pour être créative, c’est sûr que tu l’es Renata! Toujours plein de bonnes idées de dessin et autres concepts sur ton blog : http://lesimages2renata.com/

                Répondre



              • Marie-Ange

                19 Oct 2015 à 19:36

                « Supprimez tout ce qui annihile votre créativité », dans cette chronique de haute voltige, la photographe que je suis ne pouvait pas laisser passer cette phrase.
                Voici, ma réflexion sur l’esprit créatif en photographie ou dans toute autre forme d’art. Formatrice en photographie, je ne fais que ressasser à mes stagiaires d’appliquer scrupuleusement les techniques de bases de la composition d’une image. Certains mettent des mois voire des années afin de les appliquer scrupuleuses. Une fois cet état de fait acquis, Je leur lance un message qui a l’effet d’une bombe.
                « Les règles sont faites pour être transgressées, et pour cela vous pouvez maintenant « être libre », libre de créer, de vous exprimer, libre de transgresser les règles pour exprimer votre créativité. Certains, se « lâchent » sur le champ, tandis que d’autres sont médusés, ils perdent leurs repères !

                Une des 18 règles du Dalaï Lama « Quand il s’agit de transgresser les règles, faites-le correctement pour éviter les répressions. Mais par-dessus toutes choses, assurez-vous que vous le faites dans les règles »…..

                Bravo Paul pour cette chronique qui a pour effet de faire un ménage d’automne dans mon esprit !

                Répondre



                • Paul

                  19 Oct 2015 à 20:51

                  Suivre les « règles », un processus structuré afin de poser les bases de la maîtrise de tout domaine peut en effet être utile.

                  Mais si l’on veut laisser parler « qui l’on est réellement », alors il faut oser sortir des sentiers battus et laisser libre cours à ce flot de créativité et d’idées qui sommeillent en soi et ne demandent qu’à s’exprimer.

                  Répondre



                • Paul

                  19 Oct 2015 à 20:58

                  Il est intéressant de constater à quel point la plupart des commentaires jusqu’ici mettent en avant la pensée créative.

                  Se pourrait-il que les lecteurs de ce blog soient nettement plus créatifs et intéressés par le sujet que la moyenne des gens?

                  Quelles sont les types de pensées qui vous correspondent le plus parmi les 11 qui ont été détaillés dans cet article?

                  Pour ma part ce sont:

                  – La pensée « à large perspective »

                  – La pensée créative

                  – La pensée « explorant les possibles »

                  – La pensée partagée

                  ET

                  – La pensée altruiste.

                  Et vous? Quels sont les types de pensée vous venant naturellement et pour lesquels vous pensez avoir un talent inné?

                  Répondre



                  • Maxime

                    19 Oct 2015 à 23:54

                    Salut,

                    J’ai beaucoup apprécié cette chronique qui bien sûr me pousse à me remettre en question sur ma façon de penser.

                    En fait, j’aime les livre danses comme celui-ci. ils sont facile à lire et permettent de gagner du temps.

                    En outre, ils permettent de mettre facilement la main sur un savoir sans devoir ingurgiter de nombreux paragraphes inutiles.

                    Du moment où un livre traite du pourquoi, du comment et du résultat, cela me suffit amplement.

                    Un peut comme le livre  » les 100 conseils pratiques pour attirer le vrai bonheur dans sa vie » dont je viens de terminer la lecture et qui m’a pas mal secoué en quelques pages.

                    j’aime son style direct et pratique.

                    Maxime

                    Répondre



                    • Paul

                      20 Oct 2015 à 20:01

                      Merci pour ton commentaire et tes réflexions Maxime!

                      Tu as raison de remettre en question ce que tu penses. C’est là un des clés pour évoluer que de savoir rester ouvert d’esprit et ne pas se figer dans l’immobilisme en pensant tout savoir!

                      Je suis d’accord avec toi: la densité d’un livre est un signe de sa valeur.

                      Il vaut mieux lire les mêmes conseils en 100 pages qu’en 400 pages. On perd moins de temps et il est plus facile de retrouver l’information essentielle 🙂

                      Répondre



                    • aurelie

                      20 Oct 2015 à 19:49

                      Wahouhhh 🙂 🙂
                      Je pensais lire cet article une fois et passer à autre chose, mais non non non…. Le contenu est si intéressant que je vais y revenir. Je vais prendre des notes pour pouvoir appliquer cela dans mon quotidien. Merci !!

                      Répondre



                      • Paul

                        20 Oct 2015 à 20:07

                        Ça me fait super plaisir ce que tu me dis Aurélie!

                        Et ton approche est tellement juste!

                        Lorsque nous trouvons quelque chose intéressant et des suggestions qui « nous parlent » il faut avoir l’intelligence de noter ces conseils utiles, de les relire, de les étudier, de les faire « siens » et de les appliquer dans notre vie.

                        C’est mieux que de passer rapidement à autre chose. Cet attrait de la nouveauté est en effet un piège, dans lequel la plupart d’entre nous (y compris moi) tombons parfois.

                        En avoir conscience, c’est déjà un premier pas pour (aussi souvent que possible) éviter de succomber à cette tentation et de tomber à nouveau dans ce piège.

                        Répondre



                      • Nicolas

                        20 Oct 2015 à 19:55

                        Merci Paul pour cet article, j’apprécie beaucoup ton billet qui nous donne les clés indispensables pour atteindre des sommets. Pas la peine de lire le livre avec un tel résumé, n’est-ce-pas ?

                        Répondre



                        • Paul

                          20 Oct 2015 à 20:11

                          Merci à toi Nicolas d’avoir lu mon article (très dense et long 😉 )!

                          En fait, même après la lecture de celui-ci, je recommanderais de lire ce livre, car je le trouve vraiment excellent, et je n’ai bien sûr pu tout y inclure.

                          Mais c’est vrai que mon article est plutôt complet 🙂

                          Je suis totalement ravi qu’il t’ait plu.

                          Répondre



                        • Lili

                          21 Oct 2015 à 18:06

                          Bravo Paul pour cette chronique que j’ai dégustée avec attention.
                          Je n’avais jamais réfléchi au fait qu’il y ait autant de sortes de pensées. Maintenant c’est très clair dans mon esprit. Chaque style de pensées est extrêmement enrichissante. Je vois donc bien l’intérêt du partage et du travail en équipe.
                          Je vois aussi ce qui peut me limiter et grâce à toi, comment y remédier.

                          Je vois sur ton blog que tu t’occupes de l’esprit comme moi je m’occupe du corps.
                          Merci beaucoup pour cet article

                          Lili

                          Répondre



                          • Paul

                            21 Oct 2015 à 19:39

                            Merci Lili!

                            Nous arrivons à la même conclusion: c’est par la réunion de ces divers types de pensées que l’on arrive au succès.

                            Et comme chaque personne est dotée de certains types de pensées qui lui viennent naturellement (= forces et talents) et d’autres qui lui sont difficiles et laborieux (= faiblesses), le secret de la réussite de ses projets (en tout cas ceux d’envergure) est de cumuler les talents complémentaires 🙂

                            Oui, l’esprit est un sujet qui me fascine. Mais s’intéresser à son corps est essentiel également. Et ton blog (http://www.lili-coaching.com/) est est véritablement excellent et généreux à cet égard. 🙂

                            « Un esprit sain dans un corps sain »

                            Répondre



                          • Pierre

                            21 Oct 2015 à 20:00

                            Bravo pour cet article-fleuve passionnant !
                            Je ne connaissais pas bon nombre de formes de pensées, du coup je vais aller un peu plus loin dans mes réflexions et expérimenter dans les jours qui viennent ! 🙂

                            En revanche, je m’intéresse à deux formes de pensées que j’utilise avec beaucoup de plaisir le plus naturellement du monde, car elles font partie de ma personnalité : la pensée décalée (changer d’angle de vue constamment, ou être le témoin de sa propre pensée, par exemple) et la pensée rebelle (remettre en cause systématiquement tous les fondements qui paraissent acquis par les autres, par exemple), et donc je me demande bien dans quelles catégories on pourrait les mettre… Tu aurais une idée Paul ?

                            Par ailleurs, on a tous des formes de pensée privilégiées et un petit défi consiste à utiliser celles dont on se sent le plus éloigné, afin d’augmenter sa zone de confort, et ce n’est pas du tout évident de mettre ça en place !
                            Bref, je me suis régalé en lisant l’article, c’est vraiment très complet ! Bravo ! 🙂

                            Répondre



                            • Paul

                              21 Oct 2015 à 20:16

                              Merci Pierre pour tes remarques et ajouts très pertinents.

                              On sent que tu pratiques en effet la pensée décalée et à multiples points de vue.

                              On sent également que tu as un cerveau qui fonctionne très bien 🙂

                              Je suis d’accord avec toi lorsque tu dis qu’il est utile de s’adonner à des types de pensées qui ne nous correspondent pas totalement, afin d’étirer sa zone de confort. Cela dit, outre l’exercice intéressant et certainement bénéfique que cela peut constituer, je suis plutôt d’avis que, pour l’essentiel et au quotidien, il est plus productif et satisfaisant de capitaliser sur ses forces (par ex: les types de pensées qui nous viennent naturellement).

                              Maintenant, pour ce qui est des deux formes de pensées que tu mentionnes de façon tout à fait opportune (« pensée décalée » et « pensée rebelle »), je pense qu’on pourrait les catégoriser comme suit:

                              – La pensée décalée serait un mix entre la pensée créative et la pensée « à large perspective ».

                              – La pensée rebelle serait la remise en question de la pensée populaire.

                              Qu’en penses-tu Pierre?

                              En fait le débat est ouvert à tous!

                              Et si vous voyez d’autres types essentiels de pensées, n’hésitez pas à les partager ici 🙂

                              Répondre



                            • Xavier

                              22 Oct 2015 à 10:42

                              Intéressant de voir le parallèle entre les différents types de pensées !

                              Le chapitre sur la pensée créative m’a particulièrement interpellé.

                              Si je ne m’abuse , on retrouve pas mal de ces principes dans la PNL non ?
                              En tout cas cela m’a rappelé l’excellent : « Pouvoir illimité » d’Anthony Robins

                              Répondre



                              • Paul

                                23 Oct 2015 à 10:12

                                Merci Xavier pour ton commentaire.

                                Je ne sais pas John Maxwell est un expert de la PNL, mais il est sûr qu’il a étudié en profondeur les principes de la réussite, et notamment les façons de penser qui mènent au succès.

                                Il y aura donc inévitablement des aspects qui se recoupent avec d’autres disciplines traitant de l’utilisation adéquate de son cerveau et de sa pensée, y compris très vraisemblablement la PNL. 🙂

                                Répondre



                              • Emmanuelle

                                24 Oct 2015 à 18:52

                                Merci pour l’article.
                                Très intéressant !

                                Répondre



                                • Paul

                                  25 Oct 2015 à 15:40

                                  Merci Emmanuelle pour le compliment 🙂

                                  Et n’hésitez pas à me dire ce que vous en aurez retiré après avoir mis en application l’une ou l’autre (ou même plusieurs… 😉 ) des stratégies de pensées présentées dans l’article.

                                  Répondre



                                • Harouna

                                  31 Oct 2015 à 04:17

                                  Bravo Paul pour ce brillant article très complet !

                                  Livre très instructif, dense, alliant théorie et pratique, savoir et faire, pensée et action.

                                  C’est vraiment un condensé de COMMENT « pensent les personnes qui réussissent ».

                                  Les types de pensées qui me correspondent le plus :
                                  – La pensée « à large perspective »
                                  – La pensée focalisée
                                  – La pensée stratégique
                                  – La pensée altruiste
                                  – et un peu de pensée créative

                                  Merci

                                  Harouna

                                  Répondre



                                  • Paul

                                    1 Nov 2015 à 16:38

                                    Merci Harouna!

                                    Oui, tu as raison, c’est vraiment un ouvrage très pragmatique et riche en suggestions utiles.

                                    Évidemment il faut ensuite mettre tout ceci en pratique.

                                    Comme le disent de nombreux coaches de la réussite, notamment Darren Hardy, il vaut mieux étudier un livre et le mettre en pratique plutôt que de lire une multitude d’ouvrages, mais ne rien en faire.

                                    En ce sens lire des chroniques résumées d’ouvrages, telles que celles figurant sur le présent blog, est intéressant. Car cela permet de tirer quelques excellentes idées (qu’il est ensuite possible de mettre en application) sans avoir à passer de longues heures à lire un livre 🙂

                                    Répondre



                                  • Dominique

                                    2 Nov 2015 à 11:32

                                    Quel travail Paul! Ton article est dense, clair, structuré et complet. L’ouvrage est intéressant car comme tu le dis, il allie la théorie à la pratique. ce qui peut manquer dans d’autres œuvres.
                                    La réflexion précède l’action, d’où l’importance de bien penser. Ce libre est instructif. L’auteur propose entre autre, de réfléchir à ses pensées et de les noter à des moments précis. Personnellement, j’ai toujours un carnet avec moi, car l’inspiration vient à n’importe quel moment de la journée.
                                    Très bon article!

                                    Répondre



                                    • Anonyme

                                      2 Avr 2016 à 00:28

                                      Ma pensé principale c’est la pensée large perspective mais je m’inspire de toute les autres pensées et j’ai pu y reconnaître des personnes que je connais dans ma vie privée ou qui sont publiques comme vadamme, Schwarzenegger, olivier roland ou steve Pavlina avec l’une de ses autres pensées..

                                      Répondre




                                      • […] notre capacité à nous concentrer sur un objectif qui fait la différence entre ceux qui réussissent et ceux qui échouent, et cela, dans n’importe quel domaine […]

                                        Répondre




                                        • […] Pour écrire ce programme (livres, vidéos, séminaires, coaching personnel), Franck Nicolas s’est basé sur des milliers d’observations et de témoignages de personnes qui réussissent. […]

                                          Répondre




                                          • […] et atteindre le point de la joie perpétuelle n’est cependant pas facile sans avoir cultivé la pensée positive. Et c’est peu dire, parce que la plupart des gens n’atteignent jamais cet état […]

                                            Répondre



                                            • Une vie meilleure

                                              27 Fév 2020 à 09:31

                                              […] exemple, si vous voulez penser plus positivement, alors imaginez-vous penser de plus en plus positivement – dès maintenant, à […]

                                              Répondre




                                              • […] il a été prouvé que nous pouvons fortement augmenter nos chances d’atteindre le succès en imitant les gens qui y réussissent, et ce dans n’importe quel domaine. Si l’on considère cette probabilité, nous pouvons alors […]

                                                Répondre




                                                • […] Lire Plus […]

                                                  Répondre




                                                  • […] ne perds jamais. Soit je gagne, soit […]

                                                    Répondre




                                                    • […] perte de temps. Cela peut sembler plus efficace à première vue parce qu’on peut joindre un grand nombre de personnes en peu de temps, mais est-ce vraiment le moyen le plus efficace ? Qu’en est-il de la […]

                                                      Répondre




                                                      • […] à déjeuner. J’avais entendu parler de lui, mais je ne l’avais jamais rencontré en personne, alors j’ai accepté l’invitation. Cependant, avant que ce déjeuner ait […]

                                                        Répondre




                                                        • […] LECTURE RECOMMANDÉE : How Successful People Think (Comment pensent les personnes qui réussiss… […]

                                                          Répondre




                                                          • […] sa carrière. Pour l’auteur, cet événement lui permit de voir que tout ce qu’il a réussi à faire dans la vie, c’est grâce à ceux qui l’ont […]

                                                            Répondre




                                                            • […] des grands leaders que l’auteur a étudié a connu des difficultés et des défaites temporaires avant de […]

                                                              Répondre









                                                              Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

                                                              Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.

                                                              18 Partages
                                                              Partagez
                                                              WhatsApp
                                                              Partagez
                                                              Tweetez
                                                              Enregistrer