Une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie.

De la blockchain à crypto-investisseur

de la blockchain à crypto-investisseur

Résumé du livre “De la blockchain à crypto-investisseur – Comprendre la technologie blockchain et investir stratégiquement dans le Bitcoin, l’Ethereum, le Ripple & Co.” : Les crypto-monnaies et la blockchain constituent une révolution technologique et une opportunité d’investissement sans précédent, que ce livre nous permet de comprendre en nous guidant étape par étape.

Par Jens M. Helbig, 2019, 148 pages.

Note : Cette chronique invitée a été écrite par Antonin du blog Apprendre à investir.

Chronique et Résumé de “De la blockchain à crypto-investisseur” :

Introduction

La blockchain est une technologie qui est en train de révolutionner de nombreux domaines, bien au-delà du secteur bancaire. Investir dans les crypto-monnaies permet d’accompagner cette révolution, mais n’est pas sans risque du fait de leur volatilité.

Les banques centrales, les banques privées et les hauts patrimoines commencent à s’y intéresser. De plus, l’arrivée prochaine des fonds indiciels (ETF), permettra d’investir encore plus facilement dans le Bitcoin et les cryptos.

Les entreprises commencent à mettre en œuvre des projets cryptographiques pour étendre leurs activités, et certains États envisagent de mettre en place leur propre monnaie numérique (États-Unis, Estonie).

Une chose est déjà certaine aujourd’hui : les crypto-monnaies changent durablement notre pensée, notre avenir et notre vie en tant que terriens sur cette planète !

L’objectif de ce livre est de vous permettre de comprendre cette technologie, et de voir en quoi elle constitue un investissement intéressant.

Chapitre 1 : L’histoire du Bitcoin

l'histoire du bitcoin blockchain à crypto-investisseur

Pour comprendre en quoi le Bitcoin est novateur et génial, une connaissance élémentaire du système monétaire actuel et de sa monnaie est importante.

Le développement des moyens de paiement

Le troc a été la première forme d’échange. La monnaie marchandise lui a succédé (sel, coquillages, pierre…), mais elle n’était acceptée que localement. L’arrivée des métaux précieux, plus rares, a permis de donner une meilleure valeur aux choses, et d’avoir un moyen de paiement plus largement accepté.

Mais les limites des métaux (pesée, transport) les ont conduit à être remplacés par des pièces de monnaie métalliques, plus pratiques à utiliser au quotidien.

Cependant, la monnaie métallique peut être manipulée et générer de l’inflation ou de la déflation. Elle peut aussi être falsifiée. Elle a été complétée par la monnaie fiduciaire (monnaie papier), qui permet de justifier de la possession d’une somme, avec des billets.

Les États pouvaient imprimer une certaine quantité de monnaie papier, en fonction du stock d’or possédé. On parle du système de l’étalon-or.

L’étalon-or a ensuite été remplacé par le système de Bretton Woods, faisant du Dollar la seule monnaie échangeable contre de l’or. Ce système dura jusqu’en 1971, date à partir de laquelle la valeur des monnaies se mit à flotter indépendamment de l’or, en fonction de l’offre et de la demande.

Désormais, les monnaies fiduciaires ne dépendaient plus que de la confiance accordée par leurs utilisateurs.

Les Bitcoins ou crypto-monnaies sont actuellement une des dernières évolutions de la monnaie.

L’émergence du Bitcoin

Le système monétaire actuel comporte de nombreux dangers :

  • La masse monétaire est contrôlée de manière très centralisée, et elle crée de l’inflation lorsqu’elle augmente trop rapidement.
  • Il s’effondre régulièrement à cause de la croissance exponentielle des actifs et de la dette.

Aux États-Unis, en 2007, la baisse des taux d’intérêt et l’assouplissement des règles d’accès au crédit immobilier ont conduit à un afflux massif de capitaux dans le secteur immobilier.

Lorsque les taux sont remontés, l’insolvabilité d’un grand nombre d’emprunteurs a provoqué une crise financière, qui dérivé en crise bancaire et en crise de la dette.

C’est dans ce contexte de crise que sorti en 2008 le livre blanc du Bitcoin, publié par Satoshi Nakamoto. Puis le Bitcoin vit le jour, en 2009.

La particularité du Bitcoin par rapport au système monétaire actuel est qu’il n’est pas basé sur la confiance des utilisateurs.

Nous sommes tous dépendant des banques commerciales, que ce soit pour gérer notre argent ou pour le protéger.

Le Bitcoin élimine le besoin de faire confiance à une institution financière, qui est remplacée par un code informatique, publique et open source.

Il constitue une révolution dont le but est de se libérer du système bancaire, qui est régulièrement sujets aux crises.

La première transaction Bitcoin a été réalisée le 22 mai 2010 alors qu’un Bitcoin ne valait qu’un petit centime d’euros.

Aujourd’hui (en 2019 date de l’édition du livre), un Bitcoin vaut 7 000 euros.

Chapitre 2 : La technologie de la blockchain

la technologie de la blockchain

La blockchain

La blockchain est un registre public, qui liste les transactions sous la forme d’une chaîne de blocs.

Contrairement aux banques, qui tiennent un registre privé, le registre du Bitcoin est public, ce qui garantit sa transparence.

Tout le monde peut accéder au registre et y inscrire une transaction, qui sera alors automatiquement mise à jour dans la blockchain.

Contrairement au système monétaire précédent, la blockchain est donc un système décentralisé.

Les blocs

Les blocs correspondent aux pages du registre. Chaque bloc contient :

  • Son emprunte numérique (hachage)
  • L’emprunte du bloc précédent
  • Des transactions

Chaque bloc est validé par la création du bloc qui suit, et chaque nouveau bloc est relié au précédent.

Lorsqu’une personne (un mineur) a généré un nouveau bloc, il est inscrit dans la blockchain, et tous les membres du réseau sont avertis.

Le hachage

Un hachage est un marqueur d’identification unique d’un bloc qui est généré lors de sa création.

Le hachage est une chaîne de caractères qui est calculée par une fonction mathématique complexe. Cette fonction empêche que le hachage puisse être recalculé.

Ainsi, une fois créé, un bloc ne peut pas être manipulé, car toute tentative de manipulation serait immédiatement détectée.

La sécurité de la blockchain

Trois outils de sécurité empêchent qu’un bloc puisse être modifié rétroactivement :

  • Le hachage (empreinte digitale) : Pour manipuler un bloc, il faudrait pouvoir manipuler le bloc précédent, car son hachage est indiqué dans le bloc suivant, et donc il faudrait finalement recalculer toute la chaîne.
  • La preuve de travail (Proof of Work) : Il s’agit d’un mécanisme qui complexifie la création des blocs, en demandant la réalisation d’un calcul dont la difficulté s’adapte à la puissance de calcul des mineurs. Chaque nouveau bloc inscrit renforce ainsi la sécurité de la chaîne entière, la rendant toujours plus difficile à recalculer.
  • Le réseau P2P et les registres partagés : Le registre de la blockchain est partagé, via un réseau peer to peer, avec tous les membres du réseau, qui en obtiennent une copie. La validation des blocs demande ainsi le consensus des membres du réseau, en étant approuvé par au moins 50% d’entre eux.

Il est donc aujourd’hui impossible de manipuler les transactions sur la chaîne des blocs.

Utilisateurs, nœuds et mineurs

La plupart des blockchains ont trois types de membres (chaque membre pouvant être un humain, un ordinateur ou une intelligence artificielle) :

  • Les utilisateurs : Ils utilisent la blockchain pour faire des transactions, et payent des frais modiques.
  • Les nœuds : Ils stockent l’historique des transactions effectuées dans la chaîne des blocs, de façon décentralisée.
  • Les mineurs : Ils vérifient les transactions à l’aide du consensus défini, et reçoivent une partie des frais de transaction (récompense pour le travail effectué).

Le terme « mineur » est trompeur, car il suggère que des Bitcoins pourraient être trouvés – au même titre que l’or peut être découvert et exploité. Bien entendu, seules les propriétés du bloc suivant peuvent être trouvées.

La prime de minage du Bitcoin diminue avec le temps, en étant divisée par deux tous les 210 000 blocs.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  30 mensonges sur l'argent

Une gestion de compte décentralisée

Les comptes ouverts sur la blockchain sont tous décentralisés : Vous vous attribuez votre propre numéro de compte, et il est nécessaire d’avoir un compte pour chaque crypto-monnaie (Bitcoin, Ethereum, IOTA…).

La blockchain utilise un système de cryptage asymétrique. Contrairement au cryptage symétrique dans lequel toute personne possédant la clé numérique peut déchiffrer les données qu’elle protège, le cryptage asymétrique nécessite une clé privée et une clé publique.

La clé publique est utilisée pour chiffrer les données. Pour déchiffrer, vous avez besoin de la clé privée.

Ainsi, pour envoyer des Bitcoins, nous utilisons la clé publique du destinataire, qui est son adresse publique. Mais lui seul peut accéder aux Bitcoins envoyés, grâce à sa clé privée, qu’il est seul à connaître, et qui décrypte la transaction.

L’adresse publique est comme un numéro de compte : d’autres personnes peuvent vous envoyer de l’argent. Mais seule la personne qui possède la clé privée associée à la clé publique peut recevoir l’argent envoyé.

C’est pourquoi il est extrêmement important de conserver votre clé privée en lieu sûr.

Inconvénients de la preuve de travail

Le mécanisme de consensus sur lequel repose le Bitcoin, la preuve de travail, a quelques inconvénients :

  • Le Bitcoin consomme autant d’énergie que des pays entiers (Autriche, Chili…) pour fonctionner.
  • Elle pousse les mineurs à s’associer dans des « pool miniers », qui pourraient conduire à une centralisation, rendant ainsi théoriquement possible le contrôle de 51% du réseau.

Cependant, des alternatives à la preuve de travail existent.

La preuve de participation (proof-of-stake)

La preuve de participation sélectionne de manière aléatoire qui valide les blocs. Pour valider un bloc, il faut préalablement consigner un montant crypté, qui est bloqué jusqu’à la validation du bloc.

Plus le montant consigné est important, plus il y a de chances de valider un bloc.

Avec la preuve de participation, il n’est plus nécessaire de faire tourner des ordinateurs pour le minage, et il est plus facile de devenir un nœud du réseau.

Cependant, la preuve de participation favorise ceux qui ont le plus gros patrimoine en crypto-monnaie.

La preuve de participation est utilisée par des crypto-monnaies comme NEO, Lisk ou PIVX.

L’alternative aux mécanismes de consensus

D’autres alternatives sont en cours de test :

  • Le tangle (enchevêtrement), qui demande de valider deux transactions avant de pouvoir faire une transaction (ex : IOTA).
  • La preuve de participation déléguée : Les nœuds votent pour élire ceux qui peuvent valider les blocs.
  • Preuve de brûlure, qui remplace le coût énergétique par un rendement financier.
  • La preuve de capacité (ou preuve d’espace) : Les solutions aux blocs suivants sont stockées au lieu d’être calculées.
  • Preuve d’autorité : Les nœuds sont sélectionnés d’après leur réputation.
  • La preuve de temps écoulé : Chaque nœud est validé après une durée aléatoire.
  • Preuve d’importance : Similaire à la preuve de participation, en intégrant la taille des transactions effectuées au montant consigné.

Chapitre 3 : La crypto en pratique

la cryptomonnaie en pratique

Les portefeuilles

Les portefeuilles ne servent pas à stocker les crypto-monnaies, qui restent sur la blockchain, mais à sécuriser la clé privée, et à calculer l’adresse publique.

La clé privée permet de prouver que l’on est le propriétaire légitime de l’adresse publique.

Les Bitcoins ou autres crypto-monnaies ne peuvent jamais être perdues.

En revanche, il est possible de perdre l’accès à ses crypto-monnaies, en perdant la clé privée. Il existe deux façons de conserver sa clé privée :

  • Stockage froid (cold storage), non connecté à Internet.
  • Stockage chaud (hot wallet), connecté à Internet.

Le stockage froid

Le stockage froid est plus sécurisé que le stockage chaud, et convient particulièrement pour sécuriser des montants importants, ou pour une conservation à long terme.

Il existe plusieurs options de stockage à froid :

  1. Mind Wallets : Retenir sa clé privée par cœur, ce qui est à la fois sûr et dangereux (perte de mémoire).
  2. Clés USB : Pratique mais peu sécurisé, car les fichiers contenus dans la clé peuvent rester, pendant un temps, dans la mémoire de l’ordinateur.
  3. Hardware Wallets : Spécialement conçus pour stocker des clés privées, qui ne peuvent pas être lues en clair par des ordinateurs (exemple : Trezor, Ledger).
  4. Paper Wallets : La clé privée est inscrite sur un morceau de papier, qu’il faut ensuite conserver en sécurité.

Les portefeuilles chauds

Les portefeuilles chauds conviennent pour les petits montants et les transactions fréquentes, car ils sont moins sécurisés : la quasi-totalité des vols des crypto-monnaies ont eu lieu sur des portefeuilles chauds.

Il existe plusieurs types de portefeuilles chauds :

  1. Desktop Wallets : Le stockage se fait via un logiciel téléchargé sur l’ordinateur (attention aux virus).
  2. Mobile Wallets : Le stockage se fait via une application sur smartphone (attention aux vols/pertes/casses de téléphone).
  3. Clouds Wallets : La clé est stockée sur un portefeuille en ligne, ce qui est pratique (pas besoin de s’occuper de sa clé) mais risqué, car les portefeuilles en ligne sont ciblés par les pirates (exemples : Bitcoin.de, Coinbase).
  4. Exchanges (bourses) : Les exchanges permettent d’échanger de nombreuses cryptomonnaies, mais font aussi office de portefeuilles en ligne. Ils sont pratiques et esthétiques, mais risqués, car vous n’avez pas la main sur votre clé privée (exemples : Binance, Kraken).

Les échanges sont parfaitement adaptés afin d’acquérir une expérience initiale. (…) Si vous souhaitez conserver de plus grandes quantités, vous devez absolument recourir à un stockage froid.

À l’avenir, les bourses décentralisés sur la blockchain permettront d’accroître la sécurité (exemple : Bitshares).

Qu’est-ce qu’une graine ?

Il est nécessaire d’avoir une clé privée pour chaque crypto-monnaie, ce qui complique leur mise en sécurité.

Les graines résolvent le problème en permettant de générer et sauvegarder plusieurs clés privées au même endroit.

Une graine (mnemonic seed) prend la forme d’une suite de mots spécifiques, dans un ordre précis. Il suffit de mémoriser les mots pour pouvoir extraire les clés privées.

Toute personne connaissant la graine peut accéder à vos cryptos, vous devez la conserver en lieu sûr.

Qu’est-ce qu’un portefeuille déterministe ?

Les portefeuilles déterministes changent d’adresse publique lors de chaque transaction, grâce aux graines qui peuvent aussi extraire des adresses publiques.

Leur avantage est de répartir tous les Bitcoins et cryptos dans différentes adresses, afin de renforcer la sécurité et la confidentialité.

Qu’est-ce qu’un Fork ?

Le protocole d’une blockchain évolue avec des mises à jour. Lorsque ces évolutions sont acceptées, on parle de soft fork.

Mais lorsqu’une bonne partie des participants ne sont pas d’accord entre eux, il se produit un hard fork : une séparation des protocoles, qui aboutit à la création d’une nouvelle crypto-monnaie.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  A Sense of Urgency - John P. Kotter

Les deux crypto-monnaies évoluent ensuite séparément, tout en gardant parfois un historique commun.

Par exemple :

  • Un hard fork de l’Ethereum (ETH) a engendré l’Ethereum Classic (ETC).
  • Le Litecoin (LTC) a vu le jour après un fork du Bitcoin.

Quels sont les domaines d’application ?

Il existe maintenant environ 2 000 cryptomonnaies différentes !

Chacune d’entre elle a son propre domaine d’application :

  • Moyen de paiement, pour acheter des biens/services, et faire des virements (Bitcoin, Litecoin, Bitcoin Cash).
  • Confidentialité, pour conserver l’anonymat des participants (Dash, Monero, Zcash…).
  • Plateformes qui servent d’infrastructures blockchain, pour d’autres crypto-monnaies ou des applications décentralisées. Les cryptos qui utilisent une blockchain déjà existante sont des « jetons ». Les contrats intelligents sur ces plateformes permettent d’éviter les intermédiaires, en exécutant automatiquement des clauses dans de nombreux domaines (Ethereum, NEO, EOS et Cardano).
  • Internet des objets, ou communication de machine à machine, pour l’industrie et les villes intelligentes (IOTA, Atonomi…).
  • Logistique et contrôle des chaînes d’approvisionnement, en associant la blockchain et des puces RFID (Waltonchain, VeChain…).
  • Stockage décentralisé dans le cloud, avec une meilleure sécurité (Storj, Siacoin…).
  • Superordinateur, en connectant la puissance de calcul inutilisée de nombreux ordinateurs pour l’analyse de données et la recherche scientifique (Golem, SONM).
  • Réseaux sociaux, pour rémunérer les créateurs de contenu (Steem, ReddCoin).
  • Jeux et divertissement décentralisés (WAX, dMarket, Decentraland…).
  • Bourses décentralisées, afin de mieux protéger les fonds des clients (BitShares, Waves…).
  • Jetons d’exchange, les crypto-monnaies des bourses crypto (Binance Coin, Huobi Token…).
  • Banques, fintech et services financiers (Ripple, Stellar…).

Les domaines d’application sont très variés, et incluent également la comptabilité, la vérification d’identité, la sécurité automobile, l’intelligence artificielle, ainsi que les domaines qui nécessitent des intermédiaires couteux.

Chapitre 4 : Investir dans la crypto

investir dans la crypto

Investir dans des crypto-monnaies, c’est faire du capital-risque et il est possible de tout perdre à cause de la volatilité extrême des prix.

Les cryptos sont en plein boom, mais comme dans la plupart des secteurs naissants, 99% des entreprises finissent par échouer.

Il est donc nécessaire de n’investir que de l’argent que vous êtes prêt à perdre.

Les premières étapes

Il y a un juste milieu à trouver entre la précipitation et le perfectionnisme. L’idéal est de passer à l’action avec de petites sommes, pour forger votre expérience.

Voici les étapes à suivre :

  1. Se doter d’un portefeuille. Il est plus simple et plus rapide de commencer avec un portefeuille chaud, tel que Coinbase ou Binance.
  2. Déposer de la monnaie fiduciaire (des euros).
  3. Achetez la crypto-monnaie de référence (Bitcoins ou Ethers), qui pourra être échangée contre de nombreuses crypto-monnaies.
  4. Envoyer des Bitcoins / Ethers sur l’adresse publique de votre compte ou portefeuille (ou bien utilisez-les pour acheter d’autres crypto-monnaies).
  5. Sécuriser les crypto-monnaies : Les petits montants peuvent rester sur les places boursières, mais il sera ensuite nécessaire de les envoyer sur votre paper Wallet ou hardware wallet.

Vous avez besoin d’une adresse publique distincte pour chaque crypto-monnaie dérivée de la clé privée.

Critères d’investissement

Chaque crypto-monnaie a des caractéristiques et des utilisations différentes.

Le « crypto-investissement » est proche de la spéculation sur les devises (note : le Forex). Il s’agit d’un investissement spéculatif et très volatil.

En conséquence, le trading à court terme peut être générateur de pertes et de stress : visez plutôt le moyen/long terme.

Voici quelques critères sur lesquels baser vos décisions d’investissement :

  • Critère de distinction : Qu’est-ce qui distingue une crypto-monnaie ? A-t-elle une valeur unique, qui résout un problème réel, qui lui permettra de réussir à long terme ?
  • Masse monétaire : la masse monétaire est-elle plafonnée ? (signe de confiance et de potentielle hausse de valeur à long terme).
  • Spécifications techniques : Le code est-il open source (publique) ? Le taux de hachage montre-t-il qu’un nombre élevé de transactions peut être traité par seconde ?
  • Produit fonctionnel : Le projet est-il fonctionnel ? (Seules 36% des crypto-monnaies ont déjà un projet qui fonctionne).
  • Équipe et fondateur : Peut-on trouver des informations sur le(s) fondateur(s) ? L’équipe du projet est-elle compétente ?
  • La communauté : Une communauté enthousiaste joue le rôle d’ambassadeur d’une crypto-monnaie, et contribue à la demande croissante de nouveaux utilisateurs (par exemple, Dogecoin n’a rien d’innovant, mais est porté par une communauté très dynamique).
  • Partenariats : Ils permettent à une crypto-monnaie de prendre de l’ampleur (par exemple : Bitcoin avec PayPal, Ethereum avec Microsoft, IOTA avec Volkswagen, Stellar avec IBM…).
  • La capitalisation boursière : Plus elle est grande, plus la crypto-monnaie est stable.

Pour vous renseigner sur une crypto-monnaie, n’hésitez pas à croiser au maximum les sources d’informations : vidéos YouTube, groupes officiels Facebook ou Telegram, portails d’information connus sur la crypto…

Les impôts et les crypto-monnaies

Depuis 2019, en France, les plus-values réalisées sur cryptos sont taxées au taux unique de 30%, pour l’année N-1. Il est également possible de déduire les moins-values.

Dans tous les cas, il est obligatoire de déclarer les plus-values (pensez à garder une trace de vos transactions), ainsi que les comptes détenus à l’étranger (Coinbase, Kraken…).

Le site cryptio.co permet d’obtenir un rapport fiscal à partir de votre portefeuille.

Votre stratégie d’investissement

Décidez quelle proportion de votre patrimoine placer dans les crypto-monnaies. Dans l’idéal, de 5% à 15% devrait suffire.

Vous ne devez en aucun cas investir de l’argent dont vous aurez besoin au cours des cinq prochaines années ou que vous n’êtes pas prêt à perdre.

Comme il s’agit d’un marché volatil, il est approprié d’investir progressivement et régulièrement, plutôt que l’intégralité de votre capital d’un seul coup.

Contrairement aux actions, il est difficile d’évaluer la véritable valeur d’une cryptomonnaie. Celles qui ont un produit fonctionnel constituent l’investissement le plus sûr.

Il y a deux sortes d’investisseurs :

  • Les traders : investisseurs actifs
  • Les holders : investisseurs long terme

Les traders tentent d’obtenir une performance à court terme, mais dans l’ensemble, ils ne font pas mieux que la croissance du Bitcoin (sachant qu’ils payent plus de frais et de taxes).

Privilégiez le long terme et les crypto-monnaies prometteuses, qui seront toujours là dans 3 ans, plutôt que le trading.

Ne spéculez pas à court terme sur la survenue d’évènements. Vous pourriez très rapidement perdre tout votre argent.

Méthodes d’investissement

Voici deux approches réalistes pour investir dans les crypto-monnaies :

  1. Investissez dans très peu de crypto-monnaies. Il existe plusieurs milliers de crypto-monnaies, et il est impossible de toute les étudier en détails. Vous pouvez vous concentrer sur les deux premières (Bitcoin et Ethereum, les pionniers), dont la place comme crypto de référence a peu de chance d’être contestée.
  2. Investissez dans quelques crypto-monnaies, au-delà du Bitcoin et de l’Ethereum. En allant sur des crypto-monnaies moins capitalisées, le potentiel de rendement est plus élevé. Visez cependant les projets qualitatifs (les flux de capitaux sont de plus en plus sélectifs) plutôt que les shitcoins (mauvaises crypto-monnaies).

En revanche, il serait dangereux de s’aventurer dans trop de crypto-monnaies différentes, car vous ne pourriez alors pas suffisamment connaître chacune d’entre elles.

Voici quelques cryptomonnaies intéressantes selon l’auteur (note : vous êtes seul responsable de vos décisions d’investissement, et le livre a été écrit en 2019 – le monde des cryptos évolue rapidement) : IOTA, Litecoin, Ripple, NEO, Waltonchain, TenX, DASH, Stella, VeChain, BitShares.

Plus vous êtes impliqué dans l’univers de la crypto et mieux vous vous informez, meilleures seront les décisions que vous prendrez.

Opportunités de crypto-investissement

Il existe plusieurs manières d’investir dans les crypto-monnaies, outre l’achat sur une bourse :

  • Initial Coin Offering (ICO) : Investir dans une nouvelle crypto-monnaie lors de sa création. Similaire aux IPO (Initial Public Offering) pour les actions, à la différence que l’on obtient des jetons à la place des actions. Toutefois, certaines ICO sont parfois des arnaques.
  • Multi-Coins : Panier contenant plusieurs crypto-monnaies, permettant de diversifier facilement son portefeuille.
  • Produits financiers règlementés : Des contrats à terme, des certificats et des fonds permettent aussi d’investir dans le Bitcoin. Le premier ETF Bitcoin devrait voir le jour rapidement.
  • Investissements indirects : Investir dans des actions de sociétés impliquées dans la blockchain (par exemple, Nvidia fournit des cartes graphiques aux mineurs).
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Le Millionnaire Minute : La voie éclairée vers la richesse

Mes cinq règles d’or

Voici cinq règles pour éviter de graves erreurs :

  1. Achetez les rumeurs, vendez les faits : Pensez de manière anticyclique, en achetant lorsque des rumeurs négatives font plonger les cours, et en vendant lorsque tout le monde est convaincu qu’il faut acheter.
  2. Investissez dans des crypto-monnaies que vous connaissez bien : établissez vos propres critères à valider avant d’investir.
  3. Diversification et concentration : Évitez d’être trop concentré (trop de risques sur la même crypto), ou trop diversifié (dilution de la performance).
  4. Méfiez-vous des arnaques : Le marché des cryptos n’est pas encore règlementé, et on trouve des shitcoins (des cryptos financées à outrance pour attirer les capitaux, et qui sont vendues massivement par leurs créateurs lorsque le cours a suffisamment monté).
  5. Prenez soin de votre argent : Occupez-vous de vos investissements régulièrement en vous informant des évolutions, et en surveillant votre portefeuille (une fois par semaine, par exemple).

Par ailleurs, n’achetez pas de crypto-monnaies à crédit, et ne conservez pas de grandes quantités sur une seule bourse (utilisez le stockage à froid).

Portails d’information

Mieux vous serez informés, plus vous pourrez prendre de bonnes décisions d’investissement.

Voici quelques portails d’informations recommandés :

On pourrait aussi citer Coindesk et BitcoinTalk.

Le site https://coinmarketcap.com/fr/ donne accès à des informations supplémentaires, notamment sur l’évolution des cours.

Bitcoin est le nouvel or

L’or est considéré comme une valeur refuge, pour couvrir son portefeuille.

Le Bitcoin présente néanmoins plusieurs avantages face à l’or :

  • Il est échangeable contre des biens et services (paiement en ligne en Bitcoin)
  • Il peut être transféré rapidement, sans intermédiaire.
  • Le bitcoin constitue une monnaie alternative, en cas d’effondrement monétaire.
  • Il permet d’utiliser le droit des contrats (prêts, propriété, divorces, héritage…) de façon neutre et sécurisée.
  • Il s’intègre de mieux en mieux dans le système financier, et les grandes places financières mondiales (New York, Stuttgart, Chicago) permettent déjà sa négociation via des contrats à terme, des FNB (fonds négociés en bourse), et bientôt via des ETF.

Aujourd’hui, le marché de la crypto ne représente que 136 milliards de dollars (note : il a déjà été multiplié par dix deux ans seulement après l’édition du livre), sur les 111,2 billions de dollars d’actifs sous gestion dans le monde.

L’arrivée des investisseurs institutionnels pourrait multiplier la valeur totale du marché des cryptos (note : les institutionnels ont commencé à investir massivement en 2020).

Ce marché a donc encore un très fort potentiel de hausse.

Si le Bitcoin s’avère être le meilleur or, sa capitalisation boursière dépassera un jour véritablement celle de l’or. Si ce scénario devait se produire, un seul bitcoin représenterait environ 333 333 dollars.

Un tel scénario n’a bien sûr pas 100% de chance de se produire. Bien que le Bitcoin représente une opportunité rare avec un potentiel de profit très élevé à long terme, il faut néanmoins accepter la possibilité de tout perdre.

La crypto devrait ne devrait donc être que l’un de vos investissements, parmi d’autres.

Dangers de la technologie blockchain

La blockchain devrait atteindre progressivement tous les domaines de vie. Voici quelques réflexions sur les risques potentiels :

  • Tout ce que l’on possède (entreprises, maisons, animaux) pourrait être un jour numérisé, « tokenisé », et négociable.
  • L’ordre mondial pourrait être bouleversé par des crypto-monnaies qui deviendraient plus fortes que certains pays.
  • La blockchain est un outil qui offre plus de liberté, mais elle pourrait aussi être utilisée pour contrôler la population (personne n’est anonyme sur Internet).
  • Les GAFAM peuvent sortir leur propre crypto-monnaie et bouleverser le marché de la crypto.
  • Les banques centrales pourront aussi créer leur propre crypto-monnaie, afin de continuer à contrôler l’argent.
  • La puissance de calcul des ordinateurs quantiques pourrait menacer la sécurité de la blockchain.

Toute technologie nouvelle (…) peut être utilisée pour le meilleur comme pour le pire.

Conclusion sur “De la blockchain à crypto-investisseur” :

Après avoir lu ce livre, vous comprenez désormais :

  • Le rôle du Bitcoin dans un contexte historique.
  • La technologie blockchain et ses principaux concepts.
  • Les stratégies d’investissement applicables.

Bien que les cryptos pourraient vous offrir la sécurité financière à l’avenir, restez prudent et prévoyant.

Nous sommes probablement dans le plus grand bouleversement depuis l’invention d’Internet.

Mon avis sur « De la blockchain à crypto-investisseur »

Ce livre se lit assez rapidement, et permet de comprendre l’essentiel sur la technologie blockchain, ainsi que le fonctionnement des principales crypto-monnaies, comme le Bitcoin et l’Ethereum.

Le thème de l’investissement dans les crypto-monnaies est bien entendu central, et toutes les étapes nécessaires à l’investissement sont décrites : ouverture de compte, sécurisation, stratégies pour investir.

Mais la blockchain ne se résume pas uniquement à de l’investissement, et l’auteur aborde également les nombreuses applications possibles dans la vie de tous les jours (celles qui existent et celles à venir).

Le monde des crypto-monnaies évolue très vite, et bien que ce livre soit assez récent (2019), plusieurs évolutions ont déjà vu le jour depuis sa parution. De plus, beaucoup de chiffres cités ne sont plus à jour.

En conséquence, si la lecture de ce livre peut être une première étape particulièrement utile pour comprendre le fonctionnement de ce marché, il reste nécessaire de faire des recherches complémentaires, pour être à jour sur les différents thèmes abordés dans le livre.

Par ailleurs, il manque parfois d’images et de visuels, qui auraient été bienvenues pour présenter les concepts et illustrer les données.

Ce livre reste néanmoins un très bon outil pour qui veut s’initier aux crypto-monnaies.

Antonin du blog Apprendre à investir :

Points forts :

  • Livre assez court, efficace et bien pensé.
  • Parfait pour comprendre l’essentiel du monde des crypto-monnaies et de la blockchain.
  • Une bonne base pour faire ses premiers pas d’investisseur.

Points faibles :

  • Le monde des cryptos évolue vite, et certains chiffres sont déjà obsolètes.
  • Manque d’illustration.

Ma note :

imageimageimageimageimageimageimageimageimage

Avez-vous lu le livre “De la blockchain à crypto-investisseur” de Jens M. Helbig ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (1 votes, moyenne: 5,00 out of 5)

Loading...

Visitez Amazon afin de lire plus de commentaires sur le livre de Jens M. Helbig “De la blockchain à crypto-investisseur

Visitez Amazon afin d’acheter le livre de Jens M. Helbig “De la blockchain à crypto-investisseur

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Pas de Commentaires pour :

De la blockchain à crypto-investisseur







Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.

Partagez
WhatsApp
Partagez
Tweetez
Enregistrer