Une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie.

Décrochez le job de vos rêves en 5 rounds

résumé décrochez le job de vos rêves en 5 rounds

Résumé de “Décrochez le job de vos rêves en 5 rounds” d’Uriel Megnassan : S’appuyant sur son expérience de coach en recherche d’emploi, l’auteur de ce livre nous propose des méthodes nouvelles, efficaces et modernes pour obtenir l’emploi de nos rêves, regroupées en cinq parties faciles à lire et à appliquer pour obtenir n’importe quel emploi.

Par Uriel Megnasan, 2017, 199 pages.

Note : Cet article invité a été écrit par Olivier Carlier du blog Mon coach de carrière.

Chronique et résumé de “Décrochez le job de vos rêves en 5 rounds” d’Uriel Megnassan

Round 1 : L’étape négligée par 99 % des chercheurs d’emploi

Mesurer la réussite de sa recherche d’emploi

Avant toute chose, l’auteur propose une simple formule mathématique pour mesurer l’efficacité de votre recherche d’emploi. Il propose de calculer le taux d’entretiens décrochés TED, c’est-à-dire le nombre d’entretiens décrochés en fonction du nombre de candidatures envoyées. Voici la formule.

TED = (Nb d’entretiens/Nb candidatures)*100

Il est intéressant de connaître votre taux actuel si vous êtes en recherche d’emploi depuis un certain temps. L’auteur promet de faire voler ce taux à 60 %. Cela signifie que vous obtiendrez au minimum un entretien une fois sur deux à chaque fois que vous postulerez, à condition de suivre ses conseils.

Se souvenir de ses tâches

L’erreur que font la plupart des gens, est de lister des tâches dans leur CV, de manière générique. L’auteur nous explique que cela n’est pas efficace. En effet, nous savons tous qu’une secrétaire “traite des correspondances”, qu’un commercial “réalise de la prospection”, ou qu’un comptable “établit des bilans”.

Pour avoir un CV efficace il faut lister des compétences et les prouver, pour que le recruteur puisse se projeter.

Mais avant de pouvoir lister ses compétences, il faut se remémorer les différentes tâches que nous avons réalisées dans nos différentes activités. Et il ne faut pas se contenter des tâches classiques, que tous vos concurrents vont également mentionner.

Il rappelle alors que certaines tâches sont trop souvent oubliées, des tâches qui peuvent pourtant apporter un vrai plus à votre profil. Notamment :

  • Les tâches annexes (une à plusieurs fois par mois). Cela peut être par exemple un rapport mensuel fait pour votre direction ou d’avoir géré un appel d’offre.
  • Les tâches exceptionnelles (une fois par an). Cela peut être par exemple si vous avez organisé un événement dans votre société ou si vous avez fait une présentation en anglais devant 40 personnes.
  • Les tâches officieuses (qui ne sont pas dans vos fonctions, mais qui permettent de prétendre à plus de responsabilités). C’est le cas si par exemple vous avez remplacé une personne (avec plus de responsabilités) quand elle était malade ou si vous avez identifié une carence et pris l’initiative de la corriger.

Lister ses compétences

Ensuite, l’auteur propose de remplir un tableau à quatre colonnes afin d’avoir à portée de main vos compétences les plus solides, au moment de rédiger votre CV, votre lettre de motivation et au moment de préparer vos entretiens.

  1. Dans la première colonne, mettre la liste des tâches que vous avez réalisées. Attention, ne faites pas apparaître plus de 10 tâches par expérience. Si vous en avez plus, il faut les regrouper en groupes de tâches.
  2. Dans la deuxième colonne, décrire les difficultés rencontrées lors de l’exécution de chaque tâche. Répondez à cette question : quels ont été les défis à relever ?
  3. Dans la troisième colonne : expliquez comment vous avez surmonté les difficultés rencontrées.
  4. Dans la quatrième colonne, énumérer les résultats obtenus. Il faut les chiffrer. Cela peut être l’augmentation de quelque chose de positif, la diminution de quelque chose de négatif, l’ajout de quelque chose de positif, la suppression de quelque chose de négatif.

L’auteur insiste sur le fait que chiffrer ses résultats est la partie la plus importante de la recherche d’emploi efficace. C’est ce qui poussera les recruteurs à vous recevoir en entretien et à vous embaucher.

Le fait de chiffrer ses résultats permet de mieux retenir votre profil, car tout le monde retient mieux les chiffres. Les chiffres sont souvent plus efficaces que des longs discours. Mais ils permettent surtout aux recruteurs de se projeter et d’imaginer facilement comment vous pourriez servir leur société.

Rappelez-vous qu’absolument tout le monde peut chiffrer ses résultats, de la femme de ménage au vendeur de tapis en passant par le développeur informatique.

Round 2 : Créer et entretenir un réseau puissant pour conquérir votre prochain job

réseau professionnel

Le marché caché de l’emploi

Avant de nous expliquer comment utiliser le réseau professionnel pour trouver facilement un emploi, l’auteur nous explique pourquoi il est très utile de faire appel au réseau pour augmenter ses chances de décrocher un emploi.

La plupart des personnes répondent à des offres sur des sites web, mais en réalité, ces annonces ne représenteraient que la moitié du marché de l’emploi. En effet, de nombreux postes sont couverts par le bouche-à-oreille, ou sont promus en interne et ne sont donc jamais publiés en annonce.

C’est la raison pour laquelle il est utile de savoir approcher des experts dans notre domaine, afin qu’ils puissent nous aiguiller vers des postes vacants qui n’existent pas en annonce. Il nous explique aussi qu’il est indispensable de savoir utiliser les réseaux sociaux, notamment LinkedIn, pour recevoir des opportunités sans même avoir à envoyer un seul CV.

Les erreurs courantes lors de l’utilisation du réseau

Pour la plupart des gens, le réseau se résume à demander à son cousin ou à son oncle de passer son CV aux ressources humaines de son entreprise.

Voici les erreurs courantes lors de l’utilisation du réseau :

  • Mettre la pression à son entourage. Il ne faut pas se contenter de donner son CV à son entourage. Cela ne fonctionne jamais et cela les oblige à se faire responsable de vous.
  • Adopter la posture incorrecte. Il ne faut pas paraître nécessiteux, mais plutôt essayer d’avoir une relation de professionnel à professionnel.
  • Voir large pour ne pas se fermer des portes. En ratissant large on se ferme des portes, il faut postuler pour un poste précis et définir un projet précis.
  • Ignorer l’aspect psychologique. Quand on contacte une personne qu’on ne connait pas, si on commence par lui demander un service, elle voudra raccrocher tout de suite. Il faut prendre le temps de se présenter et de faire en sorte d’attirer son attention et l’intéresser.
  • Croire que le réseau est du piston. Ça l’est si vous êtes le fils du patron et que vous n’êtes pas compétent pour le poste. Avec le réseau, c’est vous qui passez les entretiens comme les autres candidats et si vous décrochez le poste, c’est parce que vous le méritez.
  • Rester dans sa zone de connaissances. Si on reste dans notre cercle (famille, amis, ex-collègues) on se limite, alors qu’en contactant des inconnus on démultiplie nos chances d’obtenir un emploi.

Comment se créer un réseau efficace ?

Beaucoup de gens ne sont pas à l’aise avec l’idée de solliciter de l’aide pour trouver un emploi. Alors qu’ils le font sans problème quand ils cherchent un bon mécanicien et qu’ils demandent à leurs collègues si quelqu’un connait un bon mécanicien fiable et pas cher. C’est la même chose avec le marché de l’emploi, il y a de nombreuses personnes qui peuvent nous aider grandement. Il suffit d’agir pour en profiter.

Pour entrer en contact avec un inconnu, il faut trouver un point commun avec cette personne pour engager la conversation et lui faire ressentir un intérêt pour nous.

Il existe plusieurs techniques pour entrer en contact avec un inconnu :

  • La recommandation. La recommandation permet à un inconnu d’avoir confiance en vous sans même vous connaître, grâce au principe de transfert
  • Le déclencheur artificiel.  Vous pouvez contacter quelqu’un sans avoir de recommandation, en trouvant un point de communication qui peut l’intéresser et en essayant de lui apporter de la valeur. C’est donnant donnant. Il faut fouiller et chercher comment un profil inférieur comme le vôtre pourrait lui apporter quelque chose.

Si vous n’avez pas de recommandation, trouvez un déclencheur artificiel, quelque chose que vous avez en commun avec la personne. Par exemple :

  • Un établissement en commun. Cette technique fonctionne même si vous ne l’avez pas fréquenté à la même époque.
  • Une formation en commun. Cela fonctionne également si vous ne l’avez pas faite en même temps et si ce n’était pas dans la même ville.
  • Une expérience en commun. Cela peut être le cas si vous partagez une expérience dans une entreprise commune, même si ce n’était pas en même temps. Cela fonctionne également si vous avez partagé une fonction, que ce soit dans la même société ou non.
  • Un parcours en commun. Cela peut être par exemple si vous avez eu un projet de reconversion professionnel semblable.
  • Une activité en commun. Partager une passion commune avec l’interlocuteur peut attirer son attention positivement et lui donner envie de vous dédier du temps.

Une fois la connexion amorcée, vous devrez rencontrer cette personne lors d’un rendez-vous d’information. Quand vous la contactez, ne lui dites pas que vous attendez d’elle qu’elle vous aide à trouver un emploi. Dites-lui plutôt que vous voulez valider un projet professionnel en ayant un retour d’expérience.

Le meilleur moyen de réussir ce rendez-vous est de rencontrer physiquement la personne. Ne le faites pas par téléphone, cela ne donne jamais de résultats.

Voici les avantages à organiser ces rendez-vous :

  • Ils permettent de vérifier un projet professionnel
  • Ils permettent d’affiner un projet professionnel
  • Vous vous entrainez pour les entretiens d’embauche, en travaillant votre aisance à l’oral

Voici des exemples de questions que vous pouvez poser lors de l’entretien :

  • Quels sont les principaux acteurs de votre marché ?
  • Quelles sont les difficultés, contraintes et inconvénients du poste ?
  • Qu’appréciez-vous le plus dans le poste ?
  • Quelles sont les perspectives de reconversion ?
  • Pouvez-vous raconter le déroulement d’une journée type ?
  • Pourquoi avez-vous quitté votre dernier poste ?
  • Comment avez-vous pris vos marques dans l’entreprise ?
  • Quels sont les savoir-faire et compétences indispensables pour exercer ce type de poste ?
  • Selon vous, qu’est-ce qui fait un bon [intitulé du poste] ?

Essayez de ne pas trop parler et laissez le plus possible parler la personne.

L’objectif du réseautage est de rebondir de contact en contact pour arriver à la personne que vous souhaitez atteindre. Pour bien choisir la personne qui pourra vous apporter de la valeur, renseignez-vous en amont sur les contacts que possèdent vos contacts.

L’auteur nous rappelle d’être toujours respectueux envers la personne qui donne de son temps pour nous écouter. Il ne faut pas passer pour un profiteur.

  1. Remerciez la personne
  2. Donnez-lui des signes de vies après l’entretient et rendez-lui un service. Essayer de résoudre une de ses problématiques
  3. Récupérez la monnaie de votre pièce. Cela peut être en demandant son avis sur votre CV, par une mise en relation, vous donner des informations sur une entreprise, vous donner un nouveau rendez-vous, vous donner son conseil d’expert, etc.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Lead the Field

Comment se créer un profil LinkedIn efficace ?

La pire erreur que je vois dans les profils de chercheur d’emploi d’avoir pour titre “en recherche active”, “en recherche d’opportunités” ou encore “en recherche d’emploi”. Ces titres sont synonymes de chômage, et sont donc moins attractifs. Il faut donner envie aux recruteurs.

Dans la suite l’auteur nous décrit le fonctionnement de l’algorithme de LinkedIn pour le comprendre et l’utiliser à bon escient.

Un profil LinkedIn est comme un site internet. Il faut le positionner sur des mots clés pour apparaitre dans les recherches des recruteurs.

Attention, il ne faut pas le remplir avec le plus possible de mots clés, mais se positionner sur un ou deux mots-clés pertinents.

Les bons-mots clés sont ceux utilisés par les recruteurs.

Faites une liste avec les mots-clés utilisés par les recruteurs dans les offres d’emplois (scannez 10 à 20 offres).

Une fois la liste triée, intégrez-les intelligemment dans votre profil. Dans votre profil les champs les plus importants pour l’algorithme de LinkedIn sont :

  • Le champ “Titre professionnel”
  • Les champs “Titre” (poste occupé), “Description”, et “Nom de l’entreprise”
  • Les champs “compétences”
  • Le résumé

Répartissez les mots de votre liste sur ces champs et attendez une semaine pour constater l’évolution des vues de votre profil.

La taille de votre liste de contacts compte. Il ne sert à rien d’avoir une liste de contacts énorme si celle-ci n’est pas qualifiée. Vos contacts doivent avoir un rapport avec votre métier. L’algorithme de LinkedIn prend en compte la qualité de vos contacts lorsqu’il qualifie votre profil. Il vaut mieux avoir cinquante contacts, tous issus de votre domaine, plutôt qu’avoir mille cinq-cent contacts dans des secteurs variés.

Mais avoir cinquante contacts ne suffit pas. Lorsque votre liste est qualifiée, faites en sorte de faire évoluer sa taille en permanence. Connectez-vous avec vos pairs et ajoutez des nouveaux  contacts régulièrement.

Si vous rêvez de travailler pour une société, ajoutez dans vos contacts des personnes qui travaillent dans cette entreprise et qui travaillent dans votre domaine, il y a plus de chances pour que vous apparaissiez dans les recherches des recruteurs de cette société !

Les recommandations dans LinkedIn sont importantes, elles donnent de la crédibilité à votre profil. Il est facile d’obtenir des recommandations, il suffit de demander à vos ex-collègues. Demandez-leur en orientant leurs réponses, pour qu’elles intègrent les mots clés qui vous intéressent. Expliquez à la personne les points que vous souhaitez qu’elle aborde et remerciez-la.

LinkedIn propose de choisir jusqu’à cinquante compétences et permet de les faire valider par vos contacts. Là encore, il ne s’agit pas de choisir cinquante compétences vagues telles que “travail en équipe”, “motivation” ou “aisance relationnelle” mais de choisir peu de compétences, mais des compétences recherchées par les recruteurs.

Reprenez la liste de vos compétences et faites-les valider par vos contacts.

Round 3 : Les secrets des CV qui forcent les recruteurs à vous appeler

le cv parfait

Dans cette partie, l’auteur commence par nous mettre face à la réalité : Si on ne répond pas à nos candidatures c’est que notre CV est mauvais.

Les recruteurs ne peuvent dédier que quelques minutes à la lecture de votre CV, c’est pourquoi vous devez leur présenter vos meilleurs arguments sur un plateau. Ils doivent trouver les informations qui les intéressent facilement et rapidement.

L’auteur présente ensuite ses six principes à respecter lorsqu’on rédige son CV.

Principe 1 : Se créer un avatar

Il faut identifier le personnage que l’on veut incarner lorsqu’on cherche un emploi.

Si vous cherchez un emploi d’expert-comptable, créez une candidature qui raconte l’histoire d’un expert-comptable.

Pour cela il faut répondre à deux questions :

  • Quel est le profil idéal recherché par les recruteurs ?
  • Comment voulez-vous être perçu par les recruteurs à la lecture de votre CV ?

Vous devez savoir comment orienter votre CV avant même de commencer à le rédiger. Le CV se crée à la carte pour un poste visé.

Principe 2 : La fluidité temporelle

À la lecture de votre CV, on doit pouvoir reconstruire chronologiquement votre parcours professionnel. Votre parcours doit être logique du début à la fin.

Voici des situations qui disqualifient vos CV :

  • La rupture temporelle subie
  • La rupture temporelle volontaire

Dans tous les cas, si votre CV présente un trou de plus de 6 mois sans emploi depuis votre dernière expérience professionnelle, cela peut empêcher de décrocher un entretien.

Essayez de montrer aux recruteurs que vous êtes encore dans le coup. Si vous n’avez pas travaillé depuis 1 an, ce n’est pas ce que cela dégage.

Si vous avez un trou dans votre CV de ce type, ne dites pas que vous étiez en recherche d’emploi. Cela donne l’impression que vous n’avez rien fait pendant tout ce temps. Mettez en valeur diverses activités qui mettent en valeur votre profil. Par exemple :

  • Une activité associative. Qu’elle soit bénévole ou rémunérée, cela peut vous mettre en valeur, même si vous n’avez participé que quelques heures par semaine.
  • Revoir son projet professionnel. Il n’est pas rare qu’une personne se penche sur la définition d’un nouveau projet pendant plusieurs mois, par exemple en effectuant du réseautage ou en faisant un bilan de compétence qui dure entre 6 et 12 semaines.
  • Un projet de création d’entreprise. C’est le genre de projet qui consomme des mois alors il ne faut pas hésiter à le mentionner, même s’il n’a rien donné.
  • Un projet personnel. Certaines personnes profitent du chaumage pour réaliser des projets personnels. Par exemple en faisant des travaux dans leur maison, en ayant un enfant ou encore en voyageant quelques mois pour apprendre une langue étrangère. N’ayez pas honte de vos projets, ils peuvent mettre en valeur votre profil.
  • Des missions d’intérim. C’est un cas courant même si ces missions ne mettent pas en valeur votre carrière. Ne mentionnez pas toutes les petites missions, mais regroupez-les : “janvier-septembre 2020 : diverses missions en intérim”.
  • Préparer un examen, suivre une formation. Il en existe des milliers, certaines sont gratuites. Préparer et obtenir une certification permet de réduire les trous de votre CV et cela augmente la valeur de votre profil.

Principe 3 : L’argument le plus puissant de votre CV

Le pire conseil en matière de rédaction de CV consiste à dire qu’il faut lister les missions et les tâches que nous avons effectuées dans nos précédentes expériences professionnelles. Si vous voulez vous démarquer de vos concurrents, il va falloir faire mieux.

Si vous voulez rédiger un CV qui vous apporte des entretiens, essayez de répondre aux deux questions suivantes.

  • Est-ce que mon CV permet à l’entreprise qui recrute d’évaluer mon potentiel ?

Pour “évaluer” votre profil, le recruteur doit pouvoir mesurer vos résultats, pas seulement lire les tâches qui vous sont confiées. Cela ne lui permet pas de savoir si vous étiez bon pour les résoudre.

  • Est-ce que mon CV sort du lot si la majorité des candidats a le même profil que moi ?

Imaginez que votre clone et vous cherchiez le même emploi au même moment, que vous avez les même formations, expériences, le même parcours. Demandez-vous comment vous démarquer de lui. Car la réalité est que le recruteur reçoit des dizaines de CV de profils identiques pour le même poste.

Imaginez le CV de deux comptables. Il y a de fortes chances qu’ils aient tous les deux la même liste de tâches : saisies comptables, déclarations fiscales, réalisations de bilans, suivi de comptes, déclaration de TVA, etc.

Mettez en avant votre valeur ajoutée, rédigez un CV orienté à résultats.

Reprenons l’exemple du comptable. Il serait beaucoup plus convaincant s’il montrait comment il a réussi à optimiser la fiscalité de son employeur à hauteur de quinze miles euros. Ou s’il parlait de l’amende de quatre miles euros qu’il a évité à l’entreprise en corrigeant une simple formalité négligée.

Quel que soit votre parcours, vous avez :

  • Généré des économies (temps ou argent)
  • Amélioré un processus ou une équipe
  • Mis en place de nouvelles choses
  • Réduit des délais
  • Optimisé des rendements

Rappelez-vous que même si vos tâches sont identiques à celles de la concurrence, vos résultats sont uniques.

Principe 4 : Optimiser la pertinence du contenu

Beaucoup de gens se posent la question de la taille du CV. Ils s’imaginent que comme ils ont beaucoup d’expérience, ils doivent faire un long CV pour le montrer.

Il faut apprendre à synthétiser et essayer de faire le CV le plus court possible.

Raccourcir son CV ne veut pas dire qu’on ne peut pas se mettre en valeur. Au contraire, cela signifie mettre seulement en valeur les arguments coups de poing.

Dans la plupart des CV que je vois, beaucoup d’informations sont inutiles pour le recruteur. Allez droit au but, rappelez-vous que le recruteur survole votre CV en quelques minutes.

II faut l’impressionner avec peu de mots, pour attirer son attention sur les éléments vraiment importants de votre profil.

Un CV doit toujours tenir sur une seule page (recto). Certains recruteurs ne regardent pas les CV de deux pages.

Gardez toujours en tête ceci lorsque vous rédigerez votre CV :

  • 1 page
  • 100 % d’informations utiles
  • Informations concentrées et orientées à résultats

On retrouve presque systématiquement les informations inutiles suivantes sur les CV :

  • Vos informations personnelles.
    • Votre âge. C’est inutile de le mentionner, surtout si vous êtes un profil señor.
    • Votre statut en couple/marié/divorcé. Certaines sociétés ont la famille comme valeur, autant éviter de dire qu’on est divorcé. Cela ne regarde que vous.
    • Si vous avez des enfants. Si vous êtes une femme et que vous avez des enfants en bas âge, cela ne vous aidera pas à trouver un emploi, alors ne le dites pas.
    • Seules les infos pertinentes sont à privilégier : nom, prénom, email, téléphone, adresse et si vous avez un véhicule personnel cela est parfois intéressant. Pas plus.
  • Les longues énumérations de compétences. Dans certains CV on trouve une longue liste de compétences qui n’apporte aucune information sur votre niveau d’expérience dans ces compétences. En plus, en avoir trop vous discrédite, limitez-vous à six compétences que vous pouvez justifier facilement et qui sont primordiales pour votre poste.
  • Les langues. Vous devez simplement répondre à la question suivante : “Pouvez-vous effectuer un appel téléphonique professionnel dans la langue ?”. C’est tout.  Ne mettez pas les niveau type “A1” ou “B2” qui sont abstraits et encore moins “Lu 100%, écrit (80%) et parlé (50%)”. Identifiez les besoins de l’emploi dans l’utilisation de la langue et montrer que vous avez le niveau nécessaire. Avoir des “notions” en anglais (autrement dit savoir dire “je t’aime” et “bonjour”) ne vous aidera pas à négocier les prix avec un fournisseur australien.
  • Les compétences informatiques. On trouve souvent dans les CV les mentions : “Word, Excel et Powerpoint”. Apparemment tout le monde maitrise le pack Office, mais dès qu’on leur demande de faire une formule sur Excel il n’y a plus personne ! Si vous maitrisez vraiment ces outils et que cette compétence est utile pour le poste, mentionnez-le, mais faites-le plutôt de la manière suivante : “création de macros Excel qui font économiser 5 heures de saisie manuelle aux 3 assistantes”. Si vous ne maitrisez pas ces outils, ne le mettez pas. Tout le monde connait les fonctions de bases. C’est la même chose pour les langages informatiques, ne vous contentez pas de mentionner “Java, CSS et HTML”. Dites plutôt ce que vous savez faire avec. Essayez de faire ressortir un résultat pour montrer que vous avez ces compétences.
  • Les centres d’intérêts. Franchement, si votre CV contient les banalités comme “cinéma, voyages, cuisine, sport, lecture”, c’est de l’espace perdu. Si cela est pertinent, faites-le de la manière suivante : “Jogging 3 fois par semaine, entre 8 et 10 kms par session”, “cuisine : passion pour la cuisine mexicaine (membre de l’association “tacos anonimos”)”.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Strengths Finder 2.0 : Maintenant, découvrez vos forces

L’auteur rappel ensuite que vous pouvez très bien postuler pour un poste sans posséder tous les critères d’une annonce. En général, sachez qu’il faut posséder plus des trois quarts des critères demandés. Sinon vous risquez de perdre votre temps.

Principe 5 : Construire un CV taillé sur mesure

Pour faire le tri dans vos compétences, l’auteur propose de remplir un tableau afin de faire correspondre les compétences de votre palmarès professionnel de la partie une, avec les critères demandés par le recruteur dans son annonce.

Certaines fois, il vous manque des compétences demandées, mais il existe une technique qui peut vous permettre de valider ces compétences, même si vous n’avez pas d’expérience dans le domaine.

Il se peut qu’une action que vous avez réalisé en tant que bénévole ou dans votre sport d’équipe puisse être une compétence requise dans le poste visé. Mentionner ces expériences est une technique redoutable, surtout quand on cherche à se reconvertir ou quand on sort des études et qu’on n’a pas d’expérience.

Principe 6 : Optimiser l’espace de votre CV

L’auteur nous prévient que la mise en page parfaite pour un CV qui donne des résultats exceptionnels ne nous plaira pas. Mais, il rappelle que ce qui compte ce n’est pas d’avoir un CV joli, mais d’avoir un CV qui décroche des entretiens.

  • L’en-tête du CV. Vous mettez souvent vos données personnelles dans un énorme bandeau. Il gâche de l’espace inutile. Des fois ce bandeau occupe 1/4 de la page ! Ce bandeau doit être tout fin. Il ne faut pas perdre de l’espace sur notre unique page avec des informations peu utiles au recruteur.
  • Le corps du CV doit être à une seule colonne. Plus vous avez de colonnes et moins le recruteur fera attention aux informations de votre CV. Le fait d’avoir un CV d’une seule colonne donne aussi l’avantage de perdre moins d’espace sur la page que les modèles à 2 ou 3 colonnes.
  • Certain CV contiennent des jauges avec des pourcentages pour décrire votre niveau d’expertise dans une compétence. Cela ne donne aucune information utile car cela dépend de l’appréciation de la personne qui lit le CV. Il faut orienter votre CV “résultats”.
  • Oubliez les templates Word achetés sur internet et autres CV “design” très jolis. Concentrez-vous sur le fond plutôt que sur la forme. L’auteur rappel que plus le design est sobre et plus le contenu est mis en valeur.

comparons cinq CV pour décrocher le job de vos rêves

J’ai moi-même dressé le portait robot du CV parfait dans mon article “Le CV qui décroche des entretiens”, je vous invite à le consulter pour avoir une description plus visuelle.

Round 4 : Écrire une lettre de motivation qui décroche des entretiens

Dans cette partie, l’auteur commence par poser la question de l’utilité de la lettre de motivation. En effet on peut penser que la lettre de motivation n’a plus une grande utilité à notre époque. Mais c’est justement pour cela que vous pouvez tirer votre épingle du jeu, en proposant une lettre différente de toutes celles de vos concurrents. lettre motivation efficace

N’utilisez pas de modèle

Oubliez les templates téléchargeables sur le web. Tous ces modèles sont identiques et les recruteurs les détectent tout de suite. Ils reflètent un manque de personnalité et ne produisent jamais de résultats positifs.

L’auteur nous fait noter (à juste titre) que les documents “types” sont utiles pour résilier un bail ou pour s’adresser au service des impôts, mais pas pour trouver un emploi.

Selon l’auteur, le seul moyen d’attirer l’attention des recruteurs sur votre lettre de motivation est de rédiger une lettre originale.

Éviter les phrases “bateau”

La plupart des lettres de motivations commencent pas la même phrase vide de sens, qui en plus est souvent une répétition de l’information contenue dans le CV. Par exemple :

  • “Fraichement diplômé du BTS force de ventes”.
  • “Actuellement en recherche d’emploi”.
  • “J’ai le plaisir de vous adresser ma candidature”.
  • “Votre annonce a retenu mon attention”.

Toutes ces phrases n’apportent rien et sont franchement agaçantes.

L’idée est de trouver d’autres choses à dire, des choses qui n’apparaissent pas dans votre CV. Par exemple, si vous mentionnez dans votre CV que vous avez managé une équipe de huit personnes, vous pouvez mentionner dans votre lettre de motivation comment vous avez réussi à résoudre les retards systématiques de livraison en organisant deux réunions pour crever l’abcès entre les membres de l’équipe.

Ensuite l’auteur nous rappelle qu’il faut toujours justifier d’une compétence en donnant un exemple concret, pas en se contentant d’affirmer une compétence. Les recruteurs ne sont pas habitués à recevoir ce genre d’argumentaires, car tout le monde envoie les mêmes phrases trouvées sur le web.

Le plan à ne surtout pas utiliser dans vos lettres

C’est le fameux VOUS-MOI-NOUS recommandé partout.

Il consiste à commencer par parler de la société (VOUS). En pratique c’est dire des flatteries sur la société. On parle ensuite de soi (MOI). Il s’agit d’énumérer ses compétences. On termine la lettre en parlant de la collaboration avec la société (NOUS). On réclame un entretien avec des phrases très littéraires.

Alors comment structurer sa lettre de motivation ?

Rappelez-vous : Le but d’une lettre de motivation est uniquement de vous faire décrocher un entretien.

Pour l’auteur, utiliser un style de littérature avec des tournures de phrase que personne n’utilise au XXIᵉ siècle n’a aucun sens.

Selon lui, dire que l’on souhaite travailler pour une entreprise pour ce qu’elle représente n’est pas pertinent. Le recruteur doit vous vouloir pour vos compétences, par parce que vous rêvez de travailler pour cette entreprise !

L’auteur nous explique quelque chose d’essentiel : En fait la lettre de motivation n’est pas faite pour montrer VOTRE motivation, mais pour attiser celle du recruteur, en lui montrant ce que vous pouvez lui apporter.

En tant que coach de carrière, je vous conseillerai de toujours garder cette phrase en tête lorsque vous écrirez des lettres de motivation.

Vous ne devez parler que de vous dans votre lettre de motivation, pas de l’entreprise ou de votre collaboration avec elle. Vous êtes là pour vous vendre.

La meilleure structure pour le faire est la suivante :

  • Il faut 3 paragraphes, entre une et cinq lignes.
  • Chaque paragraphe démontre une compétence dont la société a besoin.
  • La lecture de votre lettre doit être fluide. Il faut se relire et améliorer son texte encore et encore jusqu’à ce qu’il soit facile à lire.
  • Faire la lettre la plus courte possible, sinon elle ne sera pas lue.

Dans le livre “ Décrochez le job de vos rêves en 5 rounds”, Uriel Megnassan nous livre de nombreuses techniques pour raccourcir les phrases et apprendre à nous relire efficacement. Le but est de perfectionner sa lettre pour que son effet soit tel une bombe entre les mains du recruteur.

Round 5 : Éliminer définitivement la concurrence en entretien pour être le candidat sélectionné !

entretien embaucheL’entretien est une énigme pour beaucoup de personnes. Elles ne comprennent pas ce que les recruteurs attendent d’elles.

La nature de votre CV détermine la nature de vos entretiens

Il y a des CV médiocres qui décrochent beaucoup d’entretiens, mais qui ne permettent pas de décrocher le poste.

La qualité du CV déterminera la réussite de votre entretien.

Si vous avez rédigé votre CV orienté à “résultats”, vous savez déjà comment vous vendre, car vous avez en tête vos compétences et les résultats que vous avec obtenus grâce à elles.

En plus, il y a de grandes chances que les questions durant l’entretien soient centrées sur ce que vous avez mis dans votre CV. Il est donc plus facile de convaincre, quand on est convaincu soi-même.

Mais il y a un élément qui conditionne la réussite de vos entretiens.

L’entretien dépend des questions que les recruteurs vous posent. Malheureusement, leurs questions dépendent de leur personnalité et de leur humeur du jour.

L’auteur nous livre une technique pour réussir à orienter les questions des recruteurs, afin de nous assurer de placer nos meilleurs arguments.

Comment imposer votre rythme en entretien ?

Beaucoup d’entre vous se préparent aux entretiens en cherchant sur internet les questions types.

C’est inefficace, et vous perdez votre temps si vous faites cela.

En effet, le recruteur peut vous poser des milliards de questions différentes alors vous n’avez aucune chance de vous préparer efficacement en procédant de cette façon.

Quand vous cherchez un emploi, vous devez être semblable à un commercial qui vend des aspirateurs, sauf que vous vendez votre profil.

Tel un commercial, vous devrez être capable de vous adapter à n’importe quelle situation.

Vous devez adapter la présentation de votre profil en fonction du type de recruteur.

Souvent, à cause du stress, les candidats omettent de mentionner certains aspects de leurs profils qui pourraient les mettre en valeur. Ils n’osent pas prendre les rênes de l’entretien. Ils attendent que la question du recruteur soit adéquate pour parler des sujets qu’ils veulent aborder.

C’est pourquoi il faut toujours se préparer avant l’entretien.

Dans un premier temps, prenez une feuille de papier et faites la liste de tous les éléments que vous voulez placer pendant l’entretien.

  • Vos meilleurs résultats.
  • Vos compétences à mettre en avant.
  • Des anecdotes qui prouvent vos compétences.
  • Des questions à poser au recruteur.
  • Et tout ce qui peut vous permettre de vous mettre en valeur.

Ensuite, faites un tableau Excel à deux colonnes. Dans celle de droite listez les éléments que vous voulez absolument placer dans l’entretien. Dans celle de gauche, listez toutes les questions types des recruteurs pour lesquelles vous pouvez dévier et parler de chaque élément de la liste de droite.

L’auteur prend l’exemple de Paul qui est dirigeant d’entreprise et qui cherche un emploi stable de cadre pour pouvoir dédier plus de temps à sa famille. Il souhaite absolument mettre en avant sa capacité à gérer les crises, qui est l’une des plus grandes forces des entrepreneurs.

Voici à quoi ressemblerait la ligne de son tableau qui correspond à cette compétence.

tableau matcher compétence pour décrocher le job de vos rêves

Interpréter les questions des recruteurs

L’erreur que font beaucoup de personnes en entretien est de répondre de manière théorique à une question concrète des recruteurs. Si vous répondez avec une réponse scolaire apprise par cœur, cela ne sent pas le vécu aux yeux des recruteurs. Il vaut mieux parler d’un cas concret qui vous est arrivé.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Les Blogueurs se dévoilent : 3 livres qui ont changés leur vie

Bien souvent, les recruteurs vous posent des questions qui en cachent d’autres. Vous devez lire dans leurs questions et ne pas vous contenter d’y répondre superficiellement.

Quand on leur demande quel est leur plus gros défaut, beaucoup de personnes donnent un faux défaut qui s’avère en fait être une qualité. Les recruteurs sont fatigués d’entendre “je suis trop perfectionniste”.

L’auteur nous donne sa technique pour répondre aux questions invisibles des recruteurs.

Étape 1 : Lire entre les lignes.

Pour les questions types, listez un maximum de questions invisibles. Par exemple :

  • Est-ce que votre défaut ne vous pénalisera pas dans le poste ?
  • Est-ce que votre plus grand défaut ne handicapera pas l’entreprise ?
  • Prenez-vous en considération les remarques des autres à votre égard ?
  • Est-ce que vous avez fait quelque chose pour corriger ce défaut ?
  • Êtes-vous soucieux de l’image que vous reflétez ?
  • Comment avez-vous surmonté votre défaut ?
  • Êtes-vous humble ? (attention à ceux qui disent qu’ils n’ont pas de défauts)
  • Est-ce que vous avez du recul vis-à-vis de vous-même ?
  • Est-ce que ce défaut peut s’avérer utile ?

Étape 2 : Choisir les trois piliers de votre argumentaire.

Choisir trois questions de votre liste dont vous souhaitez apporter une réponse qui fait partie de votre liste de compétences effectuée dans la première partie.

Étape 3 : Maximiser l’impact de votre réponse.

Rédiger une réponse courte qui met en valeur une compétence de votre bilan professionnel pour chacune des trois questions.

Avec cette méthode, vous n’êtes plus obligé de chercher des questions types sur internet. Vous aurez des réponses originales, authentiques et percutantes.

Vous devez préparer vos réponses avant de vous présenter en entretien sinon c’est l’échec assuré. Le fait de préparer ce genre de réponses, vous permet de rebondir automatiquement en entretien, sans avoir à réfléchir.

La méthode pour surmonter les sujets délicats

Parfois nous trainons des “casseroles” dans notre parcours ou dans notre dernière expérience qui peuvent rendre notre recherche d’emploi très compliquée. C’est le cas par exemple si :

  • Victime de harcèlement vous avez quitté votre emploi.
  • Vous êtes fait licencier pour faute grave ou lourde.
  • Vous avez fait un burnout ou une dépression.
  • Quelle que soit la raison, vous avez dû attaquer en justice votre ancien employeur.
  • Vous avez séjourné en hôpital psychiatrique.
  • Vous êtes allé en prison.
  • Et toutes ces raisons que vous ne souhaitez pas aborder en entretien, car elles sont difficiles à justifier et font peur aux employeurs.

Voici le secret de l’auteur pour expliquer votre parcours aux recruteurs sans avoir à mentir ni avoir à raconter la vérité.

Il prend l’exemple de Paul qui s’est fait licencier pour avoir insulté son supérieur qui, après être revenu de congé maladie et avoir été remplacé par Paul, n’a pas apprécié l’efficacité de Paul en son absence. Il avait 14 ans d’ancienneté et cela faisait 8 ans qu’il n’avait pas été augmenté.

Voici la liste des causes directes et indirectes qui ont conduit Paul dans cette situation. En commentaire, notons si elles sont recevables par le recruteur ou non.

  • J’ai insulté mon chef après qu’il m’eut insulté. Je n’ai pas accepté de m’excuser par fierté. Ceci est non recevable par le recruteur.
  • J’étais frustré, car je n’avais plus été augmenté depuis huit ans. Ceci est non recevable par le recruteur. Il ne faut jamais refléter quelqu’un qui ne s’intéresse qu’à l’argent.
  • Quatorze ans d’ancienneté dans l’entreprise. J’avais fait le tour de tous les postes et excepté ceux à responsabilité. Ceci est recevable par le recruteur.
  • J’ai remplacé mon supérieur pendant la longue période d’accident de travail de mon supérieur. Ceci est recevable par le recruteur.
  • Malgré la cadence, j’ai assuré mon poste en plus de celui de mon chef pendant des mois, et j’ai constaté que j’étais parfaitement capable d’assumer le poste de responsable. Ceci est recevable par le recruteur.
  • Au retour de mon chef, malgré avoir fait un bon travail, reconnu par la direction, mon chef s’est senti menacé et nous avons eu de nombreuses altercations. Ceci est non recevable par le recruteur. Mais Paul peut évoquer le fait qu’il a repris son poste au retour du chef.
  • Aujourd’hui je souhaite quitter le secteur chimique pour revenir vers la logistique. Ceci est recevable par le recruteur.

En tant normal, Paul aurait seulement mentionné le premier point lors de l’entretien. Grâce à cette liste, il avait quatre points parfaitement recevables par le recruteur.

Maintenant quand on lui demande pourquoi il a quitté son dernier poste, Paul explique les choses suivantes :

  • Il a travaillé 14 ans dans la même entreprise et a occupé tous les postes.
  • Ensuite, il s’est proposé pour remplacer son supérieur parti en congé maladie pendant des mois, afin de savoir s’il était capable d’occuper un poste à responsabilités. Il s’est rendu compte qu’il pouvait non seulement occuper le poste de son supérieur, mais qu’il pouvait occuper les deux postes en même temps.
  • Quand son supérieur est revenu travailler, il a naturellement repris ses fonctions. Son travail dans le poste de son supérieur a été reconnu par la direction et sa priorité est désormais d’évoluer vers un poste à responsabilités. Il n’y avait pas d’opportunités dans sa société.
  • C’est pourquoi il veut revenir dans le domaine de la logistique et occuper un poste qui lui permette d’évoluer.

La technique pour s’assurer d’être pris

La pire crainte d’un recruteur est de contracter quelqu’un qui a un bon CV et qui réussi à être performant en entretien, mais qui est incompétent une fois sur le terrain.

Pour être sûr d’impressionner le recruteur, il faut essayer de proposer une solution à un problème de la société durant l’entretien.

Avec cette technique vous montrez au recruteur que vous êtes compétent, que vous vous adaptez rapidement, que vous comprenez rapidement les problématiques de la société, que vous serrez capable de faire des propositions, etc. Bref, que vous êtes l’homme ou la femme de la situation.

En plus, cette technique vous permettra d’obtenir un bien meilleur salaire, car votre valeur perçue par les recruteurs sera plus élevée.

Concrètement, il faut préparer un document de quelques pages avec une analyse que vous seriez susceptible de réaliser une fois embauché.

Cela peut être un document écrit, une présentation, un bout de programme, une application, un site web, une vidéo, etc.

Si vous êtes développeur, n’hésitez pas à faire un audit du site web de l’entreprise. Trouvez le moyen de démontrer vos compétences en fournissant une analyse d’une problématique et en proposant une solution et un plan d’action.

Le syndrome de l’imposteur

Le plus gros problème du chercheur d’emploi est le manque de confiance en soi. On doute souvent d’être légitime pour un poste.

Pour surpasser ce syndrome, l’auteur propose de faire la liste de vingt raisons qui font de vous une personne légitime pour le poste.

Cela permet de se convaincre qu’on est légitime. Car si on est convaincu soi-même, on pourra convaincre les recruteurs à leur tour.

La confiance en soi est la clé de l’entretien.

Conclusion de “Décrochez le job de vos rêves en 5 rounds” d’Uriel Magnassan

J’ai souhaité vous présenter ce livre car je suis convaincu qu’il vous aidera dans votre recherche d’emploi. En effet c’est un exercice difficile qui est une source de préoccupation pour beaucoup d’entre-vous. Vous être nombreux à nécessiter de l’aide, que ce soit pour refaire votre CV ou pour réussir vos entretiens d’embauche.
Afin d’approfondir mon expertise dans le domaine de la recherche d’emploi et pour pouvoir toujours mieux vous accompagner, j’ai lu des dizaines de livres sur ce sujet, et beaucoup n’étaient pas toujours très pertinents. J’ai été agréablement surpris par celui-ci, qui apporte une perspective différente, et rejoint bien souvent ma propre vision de la recherche d’emploi.

Ce livre propose des techniques qui marchent si on les applique. Uriel Magnassan revisite la recherche d’emploi en proposant un modèle en cinq parties :

  • Définir son palmarès professionnel
  • Se construire un réseau professionnel efficace
  • Créer un CV qui force les recruteurs à vous appeler
  • Rédiger une lettre de motivation qui décroche des entretiens
  • Réussir ses entretiens et éliminer la concurrence

Le palmarès professionnel est une étape préliminaire qui permet de lister toutes ses compétences dans un tableau et d’y associer les résultats que nous avons obtenus, pour prouver chacune d’elles. Cela permet plus tard de piocher dans la liste pour réaliser son CV et sa lettre de motivation, a la carte, en fonction du poste pour lequel on postule. C’est une étape trop souvent négligée par les chercheurs d’emplois qui pourtant permet de gagner beaucoup de temps lors de la réalisation des différentes candidatures, d’être beaucoup plus convaincant et en bonus de gagner confiance en soi.

Ensuite, l’auteur nous explique comment se construire et utiliser efficacement le réseau professionnel pour avoir accès au marché de l’emploi invisible, celui qui n’existe dans aucune annonce. Il explique en détail comment contacter des experts dans notre domaine et comment réussir à faire en sorte qu’ils nous aident à obtenir des entretiens dans le poste de nos rêves. L’auteur nous explique également comment avoir un profil LinkedIn solide. Cela vous permettra d’être convoqué en entretien sans même avoir à envoyer un CV.

Dans la troisième partie, l’auteur nous explique comment réaliser un CV orienté “résultat” qui convertie presque systématiquement une candidature en entretien d’embauche. Il décrit le design du CV et comment le remplir, avec les compétences du tableau réalisé dans la première partie. Oubliez les modèles de CV téléchargés sur internet, tout le monde a le même. Le CV que propose Uriel vous permettra de vous démarquer de la concurrence et d’attirer l’attention des recruteurs.

Dans la quatrième partie, il nous explique pourquoi le modèle de lettre de motivation classique est inutile et comment écrire une lettre qui vous permette d’attirer l’attention des recruteurs, dans le seul but de décrocher un rendez-vous. Comme pour le CV, la lettre de motivation doit prouver des compétences, sans répéter ce qui se trouve déjà dans votre CV. Il énumère également les erreurs courantes qui envoient vos lettres de motivations actuelles dans la corbeille des recruteurs.

Dans la cinquième et dernière partie, vous apprendrez comment dominer l’entretien pour réussir à placer vos meilleurs arguments. Car certaines fois, les recruteurs ne posent pas les questions qui nous permettent de nous mettre en valeur. L’auteur vous apprendra comment comprendre les besoins des recruteurs en interprétant leurs questions invisibles, celles qui se cachent derrière le sens premier de leurs questions. Il nous livre une technique qui demande de la préparation, mais qui nous assure d’obtenir le poste. Enfin il propose de vaincre le syndrome de l’imposteur, pour se présenter en entretien avec un niveau de confiance soi au plus haut.

Points forts :

  • Des méthodes originales qui changent des conseils classiques que l’on trouve partout.
  • Ces méthodes sont basées sur des tests effectués sur le terrain, elles ont fait leurs preuves.
  • Lecture facile, rapide et fluide.
  • Une approche réaliste et concrète de la recherche d’emploi.

Points faibles :

  • Le style de rédaction laisse parfois à désirer, les idées sont mal organisées

Ma note :

image image imageimageimageimageimageimageimageimage

Olivier Carlier du blog Mon coach de carrière.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

1 Commentaire pour :

Décrochez le job de vos rêves en 5 rounds

  • Florian

    1 Sep 2020 à 10:57

    J’ai acheté le livre “Trouvez le job de vos rêves en 5 rounds” et je l’ai adoré.
    Je pensais déjà tout savoir sur la recherche d’emploi grâce aux différents coachings scolaires et mes recherches sur le web, mais j’ai vraiment été bluffé par les astuces que donne Uriel.
    J’aime particulièrement l’approche du Palmarès Professionnel, et de se dire qu’avec n’importe quelle expérience on a pu développé des compétences à revendre.
    Uriel nous motive vraiment avec un ton décalé mais qui fait son effet : pendant toute la lecture je me suis senti coaché et poussé à l’action. Et ce côté est accentué grâce aux contenus bonus qui nous sont partagés régulièrement par mail.
    En revanche, j’ai un doute sur le côté “MOI MOI MOI” de la lettre de motivation. Certaines entreprises (les PME entre autres) recherchent avant tout un humain avec une personnalité et cela nécessite, je pense, de placer une anecdote et de parler de l’entreprise également.
    Très bonne lecture, je recommande!

    Répondre









    Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

    Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.

    Partagez
    WhatsApp
    Partagez
    Tweetez
    Enregistrer