Podcast : émission de radio “Travailler moins, gagner plus et vivre mieux”

Ce podcast est l’enregistrement de l’émission “Travailler moins, gagner plus et vivre mieux” diffusée sur Sud Radio le 24 mars 2010.

Dans cette émission, Victoria Valhner et ses auditeurs me questionnent et je révèle un maximum de conseils pour réussir votre projet de création. Vous entendrez aussi des témoignages d’anciens membres d’Agir et Réussir, et je donne à l’antenne une stratégie peu connue mais extrêmement efficace pour obtenir vos premiers clients dès les premiers jours de votre entreprise 😉 .

Vous pouvez écouter ce podcast en live en cliquant sur le bouton Play en haut, téléchargez le MP3 en cliquant sur Download, ou le récupérer dans iTunes directement.

Nous avons abordé en particulier les points suivants :

  • 01:40 : J’explique ce qui m’a conduit à me lancer dans mon défi fou de lire 52 livres en 52 semaines et de créer mon blog Des Livres Pour Changer de Vie.
  • 03:45 : Anthony, coach sportif et client d’Agir & Réussir, se présente et témoigne.
  • 04:40 : Sébastien, coach en séduction et lecteur de mon blog, se présente et témoigne de ce que mon blog lui a apporté
  • 06:10 : François, 53 ans, au chômage depuis 3 ans et futur auto-entrepreneur, se présente.
  • 08:57 : J’indique que créer son entreprise permet aux personnes n’ayant pas accès à l’emploi de créer leur propre emploi.
  • 09:50 : J’indique qu’il est très important lorsque l’on créé une entreprise d’être très bien préparé. Je parle ensuite de l’importance de se faire accompagner pendant sa création.
  • 12:57 : J’explique l’objectif de la formation multimédia Agir & Réussir, et détaille mon parcours d’entrepreneur.
  • 15:30 : David, auto-entrepreneur et proposant des cours à distance, se présente et expose son problème : comment gérer son activité tout en gérant son emploi à coté, donc en y passant le minimum de temps possible ?
  • 16:40 : Je parle du premier obstacle qui empêche nombre de personnes de réaliser leur rêve de création d’entreprise : la peur sous toutes ses formes, et l’incompréhension des autres qui ne comprennent pas notre démarche d’entrepreneur.
  • 19:40 : J’explique l’un des points les plus importants pour gagner plus en travaillant moins.
  • 20:50 : Anthony explique sa démarche qui l’a conduit à créer son entreprise de coaching sportif à domicile tout en gardant son emploi à coté. Il explique ce qui lui apporte Agir & Réussir.
  • 25:00 : Je démonte deux des trois mythes du salariat dont je parle également dans la première vidéo.
  • 27:50 : Blandine, entrepreneuse sur Internet, parle de son entreprise et indique qu’elle a recommandé Agir & Réussir à sa belle-mère ! 😉
  • 30:00 : Sébastien présente ses produits et son activité.
  • 33:00 : J’indique que le fait de se faire coacher et accompagner pendant sa création d’entreprise permet de gagner des années de sa vie.
  • 35:15 : A quelle quantité de travail faut-il s’attendre lorsque l’on créé son entreprise ? Et quand peut-on “lâcher un peu les pédales” ?
  • 36:00 : Faut-il avoir de l’argent de coté pour se lancer ?
  • 37:15 : Anthony explique son démarrage et notamment de quel financement il a eu besoin, et nous parle de son activité.
  • 42:10 : Faut-il avoir un large éventail de produits et de services ou se concentrer sur un produit ou service phare ?
  • 43:20 : Jean-Luc, auto-entrepreneur depuis 3 ans, se présente et présente le projet de coiffure à domicile de sa femme.
  • 44:35 : Vaut-il mieux avoir un local professionnel ou non ?
  • 45:10 : Une technique peu connue pour trouver de nouveaux clients dès le démarrage de votre activité.
  • 48:05 : Que faire pour démarrer quand on a l’envie mais pas d’idée ?
  • 49:00 : Anthony nous explique son point de vue sur ce que je viens de dire.
  • 49:25 : Comment faire pour vérifier que son idée a un potentiel de business ?
  • 51:00 : Sébastien explique comment mon blog l’a aidé à mieux gérer les critiques.
  • 52:30 : Dominique souhaite créer son auto-entreprise et a du mal à trouver des aides dans sa ville.
  • 53:00 : Comment se faire accompagner pour son projet de création d’entreprise ?
  • 54:20 : Sébastien nous raconte le succès de son entreprise, et à quel point Des Livres Pour Changer de Vie l’a aidé à affronter de nouveaux défis
  • 57:25 : J’explique comment la peur du succès peut vous freiner dans votre projet de création d’entreprise.
  • 58:15 : Comment gérer les critiques.
  • 59:30 : Comment Anthony a géré ses doutes pendant sa création d’entreprise.
  • 01:00:30 : Sébastien explique comment il a géré ses doutes pendant sa création.
  • 01:02:00 : Pascal témoigne et nous montre que l’on peut échouer dans son projet de création d’entreprise et rebondir tout en ayant vécu une expérience très enrichissante et intéressante.
  • 01:04:30 : Anthony donne son conseil pour vous aider à vous lancer en parlant du perfectionnisme.
  • 01:05:40 : Le conseil de Sébastien.
  • 01:06:50 : Il est tout à fait possible pour les femmes de créer une entreprise.
  • 01:07:20 : Mon conseil pour faire démarrer votre entreprise sur les chapeaux de roues.

Si la création d’entreprise vous intéresse, inscrivez-vous à la newsletter, je vous enverrai un podcast “7 étapes pour vaincre la Procrastination et rester motivé à créer ou diriger une entreprise” et une vidéo “Vidéo : 7 livres indispensables pour créer son entreprise” 😉 .

Transcription texte (littérale) de l’émission :

Bonjour ! C’est Olivier du Blog: des livres pour changer de vie. Bienvenue dans ce dixième podcast un peu particulier, puisqu’il s’agit de l’enregistrement d’une émission de radio qui a été diffusée le mardi 23 mars 2010 sur le sujet travailler moins gagner plus et vivre mieux.

Et pendant une heure je suis interrogé par la journaliste Victoria et par différents auditeurs de la radio sur des sujets très variés en relation avec la création d’entreprise, comment faire en sorte d’avoir une entreprise rentable le plus rapidement possible et comment développer son entreprise. Alors, une précision importante, la formation Agir et réussir dont je parle plusieurs fois dans cette émission, n’est plus ouverte, les inscriptions sont actuellement fermées. Donc si vous vous rendez sur agir-reussir.com, vous ne pourrez plus vous inscrire. Par contre vous pouvez vous inscrire sur la liste d’attente pour être prévenu quand les inscriptions ré ouvriront à nouveau. Je vous laisse à présent écouter l’émission, il y a beaucoup, beaucoup de conseils intéressants pour les personnes qui souhaitent créer leur entreprise ou qui viennent juste de créer leur entreprise. Donc, je vous souhaite une excellente écoute.

Jingle: Travailler moins, gagner plus, et vivre bien. Ils ont décidé de changer de vie, ils sont à l’honneur sur Sud Radio. Faut qu’on en parle. Comment quitter son patron et monter son entreprise. Avec Olivier Roland et Victoria Valhner, nous tenterons cette après-midi de répondre à la question, parce qu’on en parle.

Victoria Valhner: et oui…

Jingle: 14h30- 16h00 Faut qu’on en parle: présenté par Victoria Valhner sur Sud Radio

Victoria Valhner: Et on va en parler justement de la libre entreprise et surtout vous aider à lâcher votre boulot pour vivre bien…vivre mieux. Travailler moins et gagner plus, c’est une idée d’Olivier Roland. Olivier, bonjour!

Olivier Roland: Bonjour Victoria !

Victoria Valhner: Vous êtes avec nous justement pour nous parler de votre programme Agir et réussir, vous êtes vous-même, Olivier, entrepreneur. Alors travailler moins, gagner plus et vivre bien, le mieux possible en tout cas, c’est un programme que nous pouvons retrouver justement sur votre site: agir-réussir.com ; il y a aussi votre blog, on va en parler dans un instant: www.des-livres-pour-changer-de-vie.com

Alors agir et réussir, c’est un programme d’accompagnement et de formation pour les personnes qui aimeraient créer leur entreprise, c’est ça?

Olivier Roland: Tout à fait, oui.

Victoria Valhner: J’aimerais….on va en parler de ça justement, mais j’aimerais qu’on commence par votre blog: www.des-livres-pour-changer-de-vie.com, en 2008 vous avez décidé de lire à peu près 52 livres, les plus importants sur l’entreprise, de les décortiquer sous toutes les coutures, un pari bien sûr audacieux, est ce que vous avez réussi?

Olivier Roland: Alors, d’abord il faudrait peut-être que j’explique pourquoi j’ai fait ça?

Victoria Valhner: Oui, dites-nous tout!

Olivier Roland: En fait à la base, je suis un entrepreneur depuis longtemps, j’ai créé mon entreprise très jeune à 19 ans, alors que je n’ai pas passé le bac, j’ai un bac moins deux en fait. Et donc, j’ai appris en fait par moi-même, j’ai créé mon entreprise…j’ai fait beaucoup d’erreurs au début. J’ai réussi à développer jusqu’à un certain point, et puis j’ai rencontré des murs en fait parce qu’il me manquait des connaissances. Donc j’ai commencé à lire en fait des livres sur le business, sur l’entreprenariat et je suis tombé sur vraiment, vraiment des livres exceptionnels. Et c’est là où j’ai eu l’idée en me disant: qu’est ce qui se passe si je lis 52 livres exceptionnels sur l’entreprenariat et sur le business et que j’en fais un résumé par semaine sur un blog. Qu’est-ce que ça va m’apporter en termes de connaissances, en termes d’actions concrètes appliquées à mon entreprise et qu’est-ce que cela pourra me permettre de faire dans l’entreprenariat? Donc j’ai lancé mon blog des livres pour changer de vie puisque mon but c’était clairement de changer ma vie en lisant ces livres. Alors, je n’ai pas réussi à lire les 52 livres…j’en ai lu 32 en fait dans l’année, tout simplement parce que j’ai sous-estimé un paramètre qui est que…ça prend beaucoup, beaucoup plus de temps d’écrire le résumé d’un livre que de le lire, en général deux fois plus de temps. Du coup, lire 52 livres ne m’aurait pas posé de problèmes, mais lire 52 livres et les résumer ça s’est avéré trop grand. Enfin je suis assez content, parce que…euh…les premiers livres que j’ai lus étaient tous exceptionnels. C’était un objectif délibérément ambitieux et je pense que c’était quand même une belle performance.

Victoria Valhner: Oui, c’est vrai !

Olivier Roland: En plus, mon blog des livres pour changer de vie m’a permis de rencontrer beaucoup de lecteurs qui eux-mêmes sont intéressés par l’entreprenariat et j’ai commencé à bâtir une petite communauté autour de ce concept-là.

Victoria Valhner: Alors justement on va tout de suite accueillir…. on continuera bien sûr à parler de votre site agir et réussir et de votre blog, on parlera justement d’une vidéo aussi qui démonte les trois plus grands mythes autour de la création d’entreprise. C’est une vidéo assez polémique, on en parlera dans un instant. Avant je vous propose d’accueillir Anthony. Bonjour Anthony!

Anthony: Bonjour !

Victoria Valhner: Oui, bonjour. Alors vous êtes inscrit au programme d’Olivier Roland, agir et réussir. Vous êtes-vous même professeur d’éducation physique dans un lycée, et vous avez décidez, en suivant les cours d’Olivier Roland…et bien…de devenir, en fait, Coach sportif à domicile, c’est ça?

Anthony: Voilà, c’est ça, tout à fait. Donc j’ai eu l’idée…je l’avais déjà depuis plusieurs années. Il y a eu un déclic dans ma vie qui a fait que j’ai voulu me lancer et…euh…j’ai découvert le blog d’Olivier Roland, je me suis fait coaché une journée par lui…donc, personnellement par lui… Olivier Roland. Cela m’a énormément appris. Donc maintenant j’ai une motivation vraiment tous les jours, de plus en plus grande.

Victoria Valhner: Bon on va en parler, au cours de cette émission de cette motivation et surtout de votre réussite. Sébastien est lui lecteur de votre blog, Olivier Roland, bonjour Sébastien!

Sébastien Night: Bonjour !

Victoria Valhner: Alors vous, vous avez carrément changé de vie aussi…si on peut dire comme ça, mais vous vous êtes un lecteur du blog justement d’Olivier Roland…

Sébastien Night: Oui

Victoria Valhner: Vous, vous êtes devenu un coach de séduction, c’est ça?

Sébastien Night: Oui c’est ça….je suis coach en séduction. Alors, ancien grand timide, donc effectivement, un gros changement de vie au cours des dernières années…j’ai décidé un jour d’affronter ma timidité et de rencontrer beaucoup de femmes, puisque j’ai fait un millier d’approches en un an.

Victoria Valhner: Ouh la la! C’est plus d’une femme par jour, c’est deux à peu près…même plus…

Sébastien Night: Oui, ça fait même plus de trois femmes par jour. Quand je fais les choses, j’essaie de les faire en grand…

Victoria Valhner: Quelle santé! J’ai envie de dire.

Sébastien Night: Et en fait, je suis sorti de ma timide très très vite, forcément en faisant cet exercice. Et puis ensuite je me suis rendu compte qu’il y avait sûrement d’autres défis, d’autres challenges à relever que juste sortir de sa timidité. Et donc, c’est là que j’ai commencé à chercher un peu, à entamer une démarche de développement personnel. J’ai vraiment commencé à appliquer le genre de conseils que l’on trouve sur le site d’Olivier, des livres pour changer de vie.

Victoria Valhner: On peut d’ailleurs vous retrouver sur votre site: drague.tv aussi…entre autres, également Sébastien Night, et vous verrez…c’est très intéressant…Vous restez bien avec nous, on va parler de comment ça se passe pour vous désormais. Est-ce que vraiment ça vaut le coup de suivre les conseils d’Olivier Roland?…..Je n’en doute pas en même temps. On va aussi toute suite accueillir François, bonjour François! François est là?

François: Oui oui, il est là

Victoria Valhner: Bonjour François, vous allez bien?

François: Oui très bien et vous-même?

Victoria Valhner: Très bien. Alors, vous, vous êtes au chômage depuis trois ans, c’est ça?

François: Pas tout à fait, un peu plus de deux ans maintenant. J’ai 52 ans, je suis au chômage, j’ai écouté le chant des sirènes de l’auto-entrepreneur…

Victoria Valhner: Et alors, qu’est ce qui s’est passé?

François: Ce qui s’est passé? J’ai regardé d’un peu plus près, il faut être très vigilant quand on veut se lancer là-dedans, surtout si on souhaite créer une activité principale…euh…et non pas une activité secondaire. Puisque quand vous monter votre entreprise en tant qu’auto entrepreneur, vous n’avez pas le droit d’investir. Et on sait qu’aujourd’hui la première cause de problèmes des entreprises…comment dirais-je…qui fendent les plombs dans les deux premières années, c’est un problème d’investissement. Donc déjà, en tant qu’auto-entrepreneur, vous ne pouvez pas investir.

Victoria Valhner: Donc vous dites, vous, François, qu’il faut regarder à deux fois avant de se mettre à son propre compte, c’est ça ?

François: Il faut regarder à deux fois….si vous touchez les ASSEDIC, sachez que même si vous faites 0 euros de chiffres d’affaires, vous serez de toute manière ponctionné de 561 euros par mois sur vos indemnités ASSEDIC, et que de toute façon au bout de 15 mois vous serez radié des ASSEDIC systématiquement. Si vous êtes créateur d’entreprise, que vous ayez réussi ou non en tant qu’auto entrepreneur, vous serez radié des ASSEDIC. Et l’auto-entrepreneur dans le monde du service, ça va vous laisser bon an mal an si vous faites le maximum de chiffre d’affaires dans les 1900 euros par mois, sachant que la dessus il faudra que vous ayez votre assurance personnelle en tant que créateur d’entreprise puisque vous n’avez plus le droit aux ASSEDIC. Vous allez avoir des frais professionnels….

Victoria Valhner:…non mais on ne pas revenir sur tous les frais, parce qu’on va pas en finir, François, on le sait, c’est très très compliqué de…justement monter son entreprise. Qu’est ce qui a pour vous a été très difficile….et où est-ce que vous avez buté dans votre entreprise?

François: Là où j’ai buté dans l’entreprise, c’est effectivement sur le fait que la sécurité entre guillemets ou le fait d’arriver à faire quelque chose avec une assurance de la part des ASSEDIC n’est absolument pas garanti. Si je montais quelque chose, j’avais toutes les chances d’être irradié des ASSEDIC assez rapidement…et à 53 ans on ne plus prendre ces risques quand on a 4 gosses et des crédits à rembourser…

Victoria Valhner: Olivier Roland, qu’est-ce que vous pouvez dire à François?

Olivier Roland: Alors François, déjà, dans quelle activité vous êtes? Quelle est votre entreprise?

François: Alors moi je voulais dans le monde du conseil, d’accord? Puisqu’à 53 ans vous êtes trop vieux, donc le conseil aux entreprises en assistance maitrise d’homme, maitrise d’ouvrages, que je vais sûrement finir par faire, mais pas dans le cadre de l’auto entrepreneur, ça c’est clair.

Olivier Roland: Alors déjà, vous venez de dire quelque chose de très intéressant….c’est qu’effectivement, c’est pas toujours évident après 50 ans de trouver un emploi. Le fait de créer son entreprise, c’est génial parce que ça permet à des personnes qui justement n’ont pas accès facilement à l’emploi de créer leur propre emploi. C’est déjà quelque chose de formidable. Alors quel était votre plus gros obstacle? Vous avez créé votre entreprise, c’est ça?

François: Pour le moment, j’ai déposé…..je suis en train de négocier pour reprendre……je d’entreprendre…je vais la créer dans les mois qui viennent, dans les deux ou trois mois qui viennent. En tout cas, il faut bien partir du principe que c’est pas parce qu’on crée une entreprise au travers de l’auto entrepreneur qu’on doit négliger de faire un business plan, de faire un plan de trésorerie, de faire toutes ces étapes nécessaires pour qu’une entreprise soit viable.

Olivier Roland: Alors là, François, vous avez le doigt sur quelque chose de très important, à savoir que toute entreprise c’est un projet qui demande à être préparé le plus soigneusement possible… on ne se lance pas comme ça du jour au lendemain, même si c’est une aventure excitante et qu’en général on a l’idée de créer son entreprise, on pense que c’est la meilleure idée du monde, et que son entreprise ça va être génial et que tout le monde va se ruer pour acheter nos produits ou nos services.

Victoria Valhner: ….Bein c’est ce qu’on souhaite, en tout cas que ça marche tout de suite….

Olivier Roland: Mais alors, c’est très important de préparer ça au maximum. Alors effectivement, le statut de l’auto-entrepreneur, il a beaucoup d’avantages, il permet de se lancer beaucoup plus facilement qu’avant, mais François a tout à fait raison quand il dit que ce n’est pas une raison pour se précipiter et créer à la va vite. D’ailleurs je ne sais plus exactement les chiffres, mais je crois qu’il y a une très forte proportion d’entreprises qui sont déclarées en auto entreprises qui n’ont en fait aucune activité…c’est à dire que ce sont des personnes qui ont crée et qui derrière n’assurent rien comme activité. Donc, moi je mets l’accent vraiment sur le fait qu’il est très très important, lorsqu’on une idée de création d’entreprise, de se faire accompagner….par les réseaux d’accompagnement à la création, c’est à dire qu’il ne faut juste avoir une idée, faire son propre dossier pour soi, aller voir son banquier, et puis se lancer comme ça. C’est un projet qui demande à être muri, qui demande à être confronté à différentes visions, pas seulement à la sienne. Donc c’est vraiment très important de rencontrer le maximum de personne, d’experts en différents domaines qui pourront donner leur avis. Et aujourd’hui, il y a vraiment beaucoup de choses qui existent pour les personnes qui veulent créer leur entreprise, pour se faire accompagner….et je recommande vraiment ça. Il y a des chiffres qui montrent….je ne connais pas les chiffres exactement, mais il y a des études qui montrent que les entrepreneurs qui se font accompagner ont beaucoup plus de chance de réussir, que ceux qui se lancent tout seul sans s’être fait accompagner. Donc en fait, mon programme agir et réussir ne se positionne pas en substitut de ces réseaux d’accompagnement, c’est vraiment un complément….à ça. Voilà!

Victoria Valhner: On va continuer à parler de votre entreprise à vous, Olivier Roland…de votre programme, agir et réussir, travailler moins, gagner plus, et vivre bien. C’est aussi un programme que l’on peut retrouver bien sûr sur votre site, agir-réussir.com; et aussi vous pouvez aller sur le blog: www.des-livres-pour-changer-de-vie.com, et là aussi vous aurez tous les renseignements. On va continuer bien sûr à parler d’auto entreprise, est-ce que c’est bien ou c’est mieux aussi de préparer une entreprise sur ce qu’on sait faire en général, est-ce que ce ne sera pas mieux ou moins bien que peut être carrément créer autre chose? On va le savoir dans un instant.

Jingle: Sud Radio, faut qu’on en parle, réagissez au 0826 300 300

Victoria Valhner: ….il faut qu’on parle justement de vivre bien surtout et de travailler moins. On l’a entendu cette phrase pas mal, Olivier Roland, durant une certaine élection il y a quelques années. Tout le monde est déçu, désappointé, comme on dit. Comment réussir apparemment à travailler moins, surtout à vivre mieux, c’est ce que vous donnez vous…c’est votre objectif dans votre programme agir et réussir.

Olivier Roland: Alors, l’objectif principal d’agir et réussir c’est créer son entreprise, d’arriver à créer son entreprise….ensuite pour ceux qui le souhaitent…je donne effectivement des méthodes, des outils pour faire en sorte de travailler plus efficacement….donc de travailler moins, en faisant plus. J’insiste en fait sur la notion d’entrepreneur malin, ça ne veut pas dire être un fainéant, mais juste de ne pas travailler pour le travail, en fait de ne pas se surcharger de tâches juste pour combler un vide, mais vraiment d’essayer de trouver….d’aller à l’essentiel dans toutes les choses qu’on fait pour être le plus efficace possible. Et ça veut dire, avoir du temps pour soi, savoir équilibrer sa vie professionnelle et personnelle parce que malheureusement, pour la plupart des entrepreneurs qui créent, cela veut dire des semaines de travail énorme, souvent pas loin de 70 heures par semaine. Et même s’ils peuvent avoir un salaire qui en terme de montant n’est pas trop mal, si on ramène ça au salaire horaire, on se rend compte qu’il y a beaucoup d’entrepreneurs qui ont un salaire horaire équivalent à une femme de ménage. Avec en plus les responsabilités et le stress que cela implique. Donc pour beaucoup de personnes, le fait de créer son entreprise c’est vraiment l’accomplissement d’un rêve, c’est quelque chose de libératoire, c’est le début d’une nouvelle vie. Moi cela a été le cas pour moi, parce que si j’ai créé si jeune, c’est parce que je voulais rentrer dans la vie active, je ne voulais pas être dans le circuit scolaire, ça a vraiment été pour moi quelque chose de formidable de merveilleux, mais…..au fur des années j’ai eu le parcours de l’entrepreneur classique…. je bossais vraiment énormément de temps, souvent je faisais de 8 heures à 22 heures tous les jours, je travaillais 6 jours par semaine. Et mon cas n’est vraiment pas isolé, il y a beaucoup beaucoup de chef de petites entreprises qui sont dans ce cas-là. Et donc au bout de quelques années, je me suis rendu quand même rendu compte que ma vie professionnelle prenait trop le pas sur ma vie personnelle, que j’avais un certain déséquilibre dans ma vie, et je me suis rendu compte…je me suis dit qu’en fait ce rêve que je m’étais construit c’est peut-être une prison. Et quand j’ai réalisé ça, ça m’a fait un choc. Du coup j’ai cherché des moyens de m’échapper de ça….de faire en sorte que ce qui, à la base d’un rêve, devenu une prison, redevienne un rêve. Alors ça ne se fait pas en un jour, mais il y a des méthodes, des outils qui existent pour faire en sorte, de pouvoir mieux équilibrer sa vie professionnelle et personnelle, de travailler moins et de vivre mieux et de gagner plus aussi.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Podcast : Chronique de Lead the Field

Victoria Valhner: On reviendra d’ailleurs au témoignage d’Anthony qui lui….s’est inscrit à votre programme, agir et réussir et aussi de Sébastien qui lui est un lecteur de votre blog tout simplement. Nous allons accueillir David, bonjour David !

David: Bonjour Victoria !

Victoria Valhner: Alors vous, vous avez envie de commencer votre propre entreprise, de faire une création d’entreprise, mais vous vous demandez justement comment vous démarquer. parce que c’est une idée de cours à distance, je crois, c’est ça?….y en a pas mal déjà sur internet justement. Alors allez y posez votre question.

David: Et bien, en fait cet objectif de cours à distance prend du temps, parce qu’il faut faire un suivi des personnes. On ne peut pas juste proposer un cours et simplement les laisser se débrouiller. J’ai été enseignant et je veux continuer d’enseigner. En fait je cherche une entreprise, mais je ne vois comment concilier les deux…comment proposer aux parents et aux élèves une offre de formation scolaire, notamment en seconde….je voudrais commencer par cette classe, sans que cela ne prenne tout mon temps.

Victoria Valhner: Alors c’est vrai que…Olivier Roland, souvent on a des bonnes idées, on ne sait pas par quel bout commencer. Et puis on se dit: « mais je ne vais plus avoir de vie, ça va plus être possible »…c’est vrai que l’on est devant des obstacles, est ce que l’on se met d’ailleurs des obstacles soi-même, des barrières?

Olivier Roland: La première barrière en fait avant la création d’entreprise, c’est souvent la peur. Il y a beaucoup de personnes qui rêvent de créer leur entreprise mais qui au final n’osent jamais franchir le pas, parce qu’elles ont peur…elles ont peur de changer de vie, de faire quelque chose de complètement nouveau. Elles ont peur de perdre leur emploi, elles ont peur d’échouer, ça c’est clair. Et elles ont aussi parfois peur du regard de l’autre, car malheureusement la personne qui souhaite créer son entreprise souvent dans son entourage n’a pas d’entrepreneur. Et malheureusement…souvent….elle n’est pas vraiment comprise dans sa démarche. Moi j’étais au téléphone avec une jeune femme hier, qui vient juste d’entamer les démarches pour créer son entreprise, elle avait fait une petite soirée chez elle pour inviter ses amis pour fêter l’événement, et elle était vraiment vraiment désappointée, parce que….en fait, ses amis ne comprenaient pas sa démarche. Ils ont dit qu’elle était folle, qu’en ce moment c’était la crise, qu’elle aurait mieux fait de garder son emploi, et que si elle faisait ça…..elle risquait tout. Voilà, elle qui pensait fêter quelque chose de joyeux, et bien finalement elle se retrouvait un peu déprimée….

Victoria Valhner:…..déprimée

Olivier Roland:…..complètement déprimée par rapport à ses amis qui ne comprenaient pas démarche.

Victoria Valhner:…alors par rapport à David et sa question, qu’est-ce qu’on peut lui dire?

Olivier Roland: Alors David, votre programme de formation est sur internet?

David: Je commence….c’est que je souhaite faire, oui.

Olivier Roland: Alors, et quel est le support de vos cours?….C’est écrit?…c’est audio? …c’est vidéo?

David: les trois…disons c’est suivant le forfait…..du forfait minime où tout est accessible pratiquement, ce sera du pdf écrit. Et puis ensuite avec un suivi où il y aura de l’audio. Et le suivi maximum, avec de la vidéo et puis de toute manière un accompagnement quoi qu’il en soit.

Olivier Roland: Alors pourquoi d’après vous, l’accompagnement est obligatoire dans vos cours? Est ce qu’il n’y a pas une possibilité de faire une formule peut être moins chère sans accompagnement?….Parce que si j’ai bien compris, votre problématique, c’est comment je peux faire pour dégager le temps nécessaire pour pouvoir accompagner mes clients, mes élèves?….Parce qu’ils doivent faire des exercices que vous devez corriger, c’est ça?

David: Notamment…Dans l’éducation, la pédagogie….voilà, c’est ça. On ne peut pas…on doit suivre l’évolution de l’étudiant….de l’apprenant….quoi qu’il en soit, et pas forcément suivre un programme. Donc le suivi est indispensable pour déceler des lacunes etc….En fait moi mon idée de ne pas vendre mon temps mais mes compétences. Là….je bloque parce que j’ai déjà un temps complet et je ne sais pas….je n’arrive pas à voir d’horizon…comment choisir les bons outils pour choisir les bons outils sur internet pour automatiser un peu cet apprentissage et avoir quand même un suivi personnalisé…..

Olivier Roland: Mais alors qui est votre public? Qui recherche vos cours?

David: Pour l’instant ce sont les secondes……c’est à eux que je m’adresse en priorité…

Victoria Valhner: En même temps, on ne va pas pouvoir faire non plus de l’auto entreprise sur l’antenne de Sud radio…..Le cas de David…voilà….mais rapidement qu’est-ce que l’on pourrait conseiller à David?

Olivier Roland: ….Bon, déjà David, vous mettez le doigt sur quelque chose d’important. Effectivement pour gagner du temps, il faut en fait se libérer de l’obligation de passer du temps pour gagner de l’argent. Donc le mieux c’est effectivement, en fait, c’est de vendre des produits, plutôt que de vendre juste de la prestation de services. Moi ce que je dirais, c’est qu’il faut essayer d’automatiser au maximum le suivi des clients. Pourquoi ne pas…je pense que vous faites des exercices dans vos cours…..pourquoi….il y a surtout des QCM…..essayez de faire des QCM dans vos cours qui seront corrigés automatiquement par l’ordinateur, par votre site. Si vous faites des questions qui ne sont pas ouvertes, vous pouvez faire en sorte que les corrections soient automatiques et que vous n’ayez pas besoin vous même de les faire. Cela vous fera gagner un temps considérable….

Victoria Valhner:…ça c’est une très très bonne idée, je l’avoue, c’est pas mal….on lui conseille aussi d’aller….

Victoria Valhner: Si vous avez besoin de faire des questions ouvertes, au moins vous pourrez automatiser la partie avec les questions fermées.

Victoria Valhner:…bon très bien. David, vous…..moi je vous conseille d’aller sur le site agir et réussir et aussi sur le blog www.des-livres-pour-changer-de-vie.com; on va tout de suite rejoindre Anthony. Anthony, vous….vous êtes inscrit au programme justement d’agir et réussir. Vous avez décidez, étant professeur d’éducation physique, et bien de devenir coach sportif à domicile. Alors comment avez-vous vous même Anthony, fait le passage…parce que vous avez gardé votre emploi c’est ça? Donc comment cela s’est passé pour vous?

Anthony: Alors donc, j’ai créé mon auto entreprise au moins de novembre. J’ai fait les démarches sur internet, comme disait Olivier ça prend très peu de temps. En quinze minutes, on est inscrit. On reçoit son numéro de Siret 3 semaines après. Donc moi, ça me donnait au moins une date butoir, en me disant voilà dans un mois il faut que je sois lancé. Parce qu’on en a pas parlé mais les dates butoirs c’est très important quand on veut se lancer dans l’entreprenariat….de se dire, voilà, à tel moment il faut que j’ai fini telle chose, comme ça, ça permet d’avancer sereinement. Ensuite, donc, j’ai pris contact avec Olivier Roland à travers son blog. Je me suis inscrit à son cours agir et réussir. Chaque mois on reçoit des commentaires audio, des séminaires audio. Donc ça nous aide vraiment. Et donc, en fait, comme on disait tout à l’heure, moi ce que je garde à l’idée c’est le fait de me dire, chaque jour, est-ce que ce je suis en train de faire, est-ce que c’est de l’occupation ou est-ce que je suis productif dans ce que je fais. Cela veut dire que des fois que j’ai une heure devant moi, il faut que je consacre une heure à mon entreprise. Et vraiment je coupe mon téléphone, je coupe mon ordinateur, je me consacre à ça vraiment. Donc là je suis productif et je ne me laisse pas distraire par autre chose et c’est en faisant cela que l’on gagne du temps et qu’on évite de passer 60 heures par semaine sur la création d’entreprise.

Victoria Valhner: En même temps vous êtes donc professeur d’éducation physique, pour devenir coach sportif à domicile, il n’y a pas grand-chose à faire pour vous. Vous connaissez déjà les mouvements à faire, comment remettre en forme quelqu’un….ça c’est important aussi, ça aide pas mal?

Anthony: Tout à fait. Vous l’aviez abordé tout à l’heure, c’est bien de se lancer dans un domaine qu’on maitrise. Donc moi, on va dire que j’ai une très bonne formation universitaire par rapport à tout ce qui est domaine sportif, au niveau de la pédagogie, de s’adapter aux différents publics….parce que ce que je fais avec mes élèves, je peux le faire avec mes clients. A savoir avec tel client je vais plutôt faire telle chose, avec un autre client j’ai lui parler plutôt de cette façon-là, et lui proposer tel exercice. Donc c’est vrai que moi j’ai eu l’avantage de me lancer dans un domaine que je connais, que je maitrise et je n’ai pas eu besoin de repasser encore deux ans à me former pour me lancer.

Victoria Valhner: …Il y a aussi Sébastien, on va le rejoindre aussi. Et bien, Lui, il a joint l’utile à l’agréable. Il a abordé plus de mille femmes en un an pour donner vraiment….pour essayer comme ça la séduction, ces tests de séduction, qu’est ce qui marche, qu’est qui ne marche pas…il a d’abord déjà mis en place un blog drague.tv ; et aussi Sébastien Night, vous allez sur internet et vous verrez, il vous apprend à séduire une femme et ça c’est bien en plus, on joint l’utile à l’agréable. Et c’est le but justement du programme d’Olivier Roland.

Jingle: Si vous avez des idées de quitter votre patron et de monter votre entreprise, contactez-nous 0826 300 300, aujourd’hui, faut qu’on en parle. 14h30 – 16h00 Faut qu’on en parle, présenté par Victoria Valhner sur Sud Radio

Victoria Valhner: Et je sais que vous avez envie de travailler moins et de gagner plus, et aussi de vivre bien…..et bien ça c’est bien le désir de chacun, mais est-ce que c’est possible? Apparemment Olivier Roland, c’est possible. Olivier Roland, vous êtes entrepreneur, je le rappelle. On peut suivre votre programme sur internet, agir et réussir.com c’est ça?

Olivier Roland: agir-reussir.com tout simplement….

Victoria Valhner: Si on tape agir et réussir, je pense qu’on trouve votre site quand même; Oui?

Olivier Roland: Sur google…

Victoria Valhner: Google oui….et puis aussi votre blog sur lequel on peut aussi pour s’enquérir de beaucoup d’informations, www.des-livres-pour-changer-de-vie.com; on parlait justement d’une vidéo qui est sur votre blog, cette vidéo ou vous démonter un petit peu les trois grands mythes par rapport à l’auto-entreprise, à la création d’entreprise.

Olivier Roland: c’est plus par rapport au salariat. Alors les trois mythes c’est tout simplement le fait d’être salarié c’est la sécurité de l’emploi. Il y a beaucoup de personnes qui finalement ont peur de se lancer dans l’entreprenariat parce qu’elles ont peur pour la sécurité de leur emploi mais… enfin, je pense que vraiment qu’aujourd’hui il faut se rendre à l’évidence, il y a très très peu d’entreprises où dans lesquelles on fait carrière toute sa vie et même quand c’est possible, qui le veut aujourd’hui? En 2008, il y a 320 000 emplois de perdus, ça fait presque 1000 par jour. On entend partout en ce moment des grèves… des gens qui se mettent en grève, parce qu’ils ont peur de perdre leur emploi. Je pense qu’aujourd’hui, clairement, ce n’est pas la meilleure période pour être salarié. Et que de se dire, je ne me lance pas dans l’entreprenariat parce que moi j’ai un salaire, j’ai un emploi sûr, à mon avis ce n’est pas forcément la meilleure manière de voir les choses…parce que son emploi, on peut le perdre du jour au lendemain…son salaire aussi du coup. Alors qu’au moins quand on crée son entreprise, clairement, qui vont nous virer? Est-ce que vous allez vous virer tout seul? Non. Alors évidemment il y a toujours la contrainte des clients, si on ne trouve pas assez de clients, c’est les clients qui vont nous virer. Mais quand on est un entrepreneur malin, qu’on a les bonnes méthodes, les bons outils, la bonne approche, on fait en sorte de sélectionner ses clients de manière à choisir les plus rentables et les plus sympas et de virer les clients qui sont nuisibles en fait.

Le deuxième mythe c’est que…Aujourd’hui être salarié c’est un long fleuve tranquille par rapport aux entrepreneurs….disons que ce n’est pas aussi dangereux, aussi difficile qu’être entrepreneur, mais moi quand je regarde autour de moi, je vois quand même qu’en général, les salariés n’ont pas l’air très très heureux de leurs conditions de travail aujourd’hui. J’ai vu qu’il y a pas longtemps que des compagnons d’Emmaüs se sont mis en grève pour réclamer de meilleures conditions de travail. Alors moi ça m’a vraiment frappé…parce que quand même les compagnons d’Emmaüs sont dans le social, ils sont censés être là pour apporter du bonheur et du bien- être…ici… et eux-mêmes, les salariés des compagnons d’Emmaüs réclament de meilleures conditions de travail. Et je me dis, mais c’est incroyable quand même. Quand on est entrepreneur, on a des contraintes, c’est sûr, mais on est beaucoup plus libre….

Victoria Valhner: Non mais ça, on a bien compris qu’on va mieux maitriser beaucoup plus son emploi du temps, qu’on va se gérer soi-même, que personne ne va nous embêter….simplement nous même à dire: bon bein…aujourd’hui tu bosses. D’accord. Mais il faut que ça marche aussi, que l’idée qu’on a développé, qu’elle soit….on en demande par rapport à une clientèle certaine, qu’on puisse aussi en vivre, et bien comme vous le dites sur votre site. Avant de rejoindre Sébastien qui lui a joint l’utile à l’agréable, d’ailleurs il propose, d’arriver à embrasser une femme en 45 minutes chrono. C’est un expert en séduction, un coach personnel, et ça marche plutôt pas mal pour lui. On va rejoindre Blandine, Blandine bonjour.

Blandine: Bonjour

Victoria Valhner: Bonjour Blandine, alors vous vous êtes décidée un jour à vous lancé sur internet, c’est ça?

Blandine: Tout à fait, avec mon mari…lui s’est arrêté de travailler il y a 3 ans pour se lancer sur internet, mais c’est seulement à la fin de l’année dernière que l’on a effectivement créé notre entreprise.

Victoria Valhner: sur internet, c’était quoi comme business.

Blandine: Alors mon business, c’est surtout en fin de compte moi qui donne des cours comme un coach aussi…je vois qu’il y a beaucoup de coach dans votre émission. Je suis coach en création de sites web. J’aide les gens à apprendre à créer des sites web et de par ce métier-là, je croise énormément de gens qui veulent se lancer sur internet mais qui n’ont aucune idée des difficultés que ça va engendrer.

Victoria Valhner: Alors en fait, Blandine, ce que vous dites, en gros, c’est qu’il faut vraiment se méfier. Mais se méfier de quoi?

Blandine: Surtout de l’apparente facilité finalement. Parce que je vois qu’il y a beaucoup de gens qui disent : je vais gagner de l’argent, j’ai des méthodes etc…et puis finalement, ils se rendent compte qu’il y a beaucoup de choses à savoir, par exemple la formation d’Olivier, je l’ai vu sur internet aussi, je l’ai même conseillée à ma belle-mère qui voulait se lancer.

Victoria Valhner:…Ah, bein, très bien….

Blandine: Oui oui, parce qu’en fin de compte, elle me voyait moi et mon mari, depuis trois ans, à nous démener mais on arrive à quelque chose aujourd’hui. Elle croit que c’est facile. Donc je lui ai dit non, il faut du travail, il faut de la persévérance, il faut connaître ces choses….et finalement, voilà…je pense que la formation d’Olivier peut être pas mal…..

Victoria Valhner: D’accord, selon vous, si on se lance, il faut quelqu’un derrière qui s’y connait bien, et qui puisse nous expliquer les erreurs à ne pas commettre, c’est ça?

Blandine: tout à fait…je pense que c’est indispensable

Victoria Valhner: On va retrouver justement un autre coach, Sébastien, merci Blandine d’avoir témoigné sur l’antenne….

Blandine: Est-ce que je peux vous dire, ne serais-ce que l’adresse de mon site?

Victoria Valhner: Bien sûr, allez-y

Blandine: Alors c’est videoformationinternet.com

Victoria Valhner: Merci Blandine. On va retrouver Sébastien, drague.tv…..Séduction by night, c’est ça? On vous retrouve vous Sébastien coach en séduction. Vous, vous proposez de trouver une copine en 21 jours, comment se muscler pour séduire….ça je ne savais pas que ça existait…se muscler quoi? On se le demande…et aussi (rires) comment embrasser une fille en 45 minutes chrono…moi j’aime bien parce qu’on commence le chrono et on y arrive…alors Sébastien…

Sébastien Night:…Alors attention, attention ! Je n’enseigne pas comment embrasser une fille en 45 minutes chrono…

Victoria Valhner: Non, comment arriver à l’embrasser, on l’a bien compris…

Sébastien Night: alors effectivement le titre des vidéos est accrocheur…mais je raconte comment embrasser une fille, comment ça m’est arrivé en 45 minutes….euh, cependant, j’explique bien que…

Victoria Valhner: Vous n’êtes pas un rapide….en même temps, je suis désolée…. (Rires)…y en a des plus rapides…

Sébastien Night: Oui, on va dire que j’ai pris le temps de déguster la conversation. Ce qui est vraiment important en fait, c’est que je me suis rendu compte, après avoir vaincu ma timidité, moi….que j’aidais beaucoup, je conseille beaucoup les amis, ça m’arrives fréquemment et donc j’ai commencé à maintenir un blog où au bout d’un certain temps, j’ai commencé à mettre des vidéos, donc maintenant c’est drague.tv, parce que c’est une télévision web, parce qu’il y a beaucoup de vidéos dessus. Mais il s’agit pas de conseils de dragues pour….ça c’est ce dont les gens ont le plus peur on va dire…quand on parle du site, c’est voilà….des conseils pour tirer son coup le plus rapidement, des choses comme ça. Ce n’est pas du tout ça, même s’il y a des vidéos qui ont des titres un peu accrocheurs comme celui que vous avez cité…par exemple, comment se muscler pour séduire. Ce n’est pas se muscler pour séduire, c’est tout simplement un programme, justement de fitness, pour des gens qui sont complètement débutant en musculation, qui se disent, bon je suis timide, je n’ai pas confiance avec mon corps, je ne suis pas à l’aise avec mon corps…je n’ose pas aller parler avec une fille parce que je me trouve trop sec. Je suis un bon exemple de ça, parce qu’avant de faire le programme en question, on aurait dit que j’étais fait d’un assemblage de fils de fer….

Victoria Valhner: (rires)

Sébastien Night: Voilà, il y a une vidéo avant et après….

Victoria Valhner: (rires)…c’est vrai?

Sébastien Night: Et on voit avant, qui n’est pas très glorieux…et donc voilà je me suis fait coaché par un coach sportif un peu comme Tony, et j’ai dit je vais partager mon expérience, on va voir si ça fonctionne, c’est un peu un défi pour me forcer à le faire, de partager l’expérience en vidéo, et donc on a fait 21 jours de vidéos avec l’entrainement que quelqu’un peut suivre lui-même au jour le jour et avoir les résultats, les mêmes résultats.

Victoria Valhner: Mais est ce que, Sébastien, on va demander aussi à Olivier Roland, est-ce c’est aussi un effet de mode que ce coaching, coacher pour séduire, coach pour bien faire à manger etc….

Sébastien Night: Je suis d’accord que c’est un peu un effet de mode.

Victoria Valhner: Olivier?

Olivier Roland: Oui

Victoria Valhner: Est-ce que ça durer, parce que…en même temps, les gens sont de plus un petit largués par rapport à tout ça…à la séduction….à comment mener leur vie…tout ça….peut être ça a des beaux jours devant eux, tous ces coaches, coaching etc…mais, est ce qu’au bout d’un moment, ça ne va pas s’essouffler, il ne va pas y en avoir trop sur le marché? …Oui, Olivier, Sébastien?

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Podcast : Chronique de The Path of Least Resistance

Olivier Roland: Moi je pense qu’il y a un effet de mode, ça c’est indéniable, par contre je pense aussi que se faire accompagner par quelqu’un de plus expérimenté que soi, qui est déjà passé par …..

Victoria Valhner:…Olivier Roland, c’est sûr que vous n’allez pas dire le contraire, puisque vous, vous êtes aussi un coach quelque part dans votre entreprise.

Olivier Roland: Effectivement, mais c’est plus une formation, mon programme agir et réussir. Mais effectivement je coach aussi certains clients…oui alors, effectivement je ne vais pas dire le contraire. Mais vraiment, moi j’ai conçu agir et réussir comme la chose que moi j’aurais bien aimé avoir quand j’ai débuté mon entreprise; Blandine parlait tout à l’heure de tout qui est nécessaire, de ce que l’on doit apprendre, que l’on a pas forcément quand on créé son entreprise…bein…clairement, ça ça peut être accéléré. Entre quelqu’un qui apprend par lui-même et quelqu’un à qui on apprend, justement toutes les erreurs qu’il faut éviter, les choses à mettre en place le plus vite possible dans son entreprise, qui donne un plan de route en fait, il y a vraiment une grosse différence. Je pense qu’on peut gagner plusieurs années de sa vie, en se faisant accompagner de manière efficace, lorsque l’on crée son entreprise.

Victoria Valhner: On va continuer bien sûr à parler de votre site, agir-réussir.com et aussi de votre blog www.des-livres-pour-changer-de-vie.com; ce qui est bien, c’est que vous avez tout lu pour nous et vous avez tout décortiqué, comme ça on n’a pas à s’embêter à lire tous les livres de créateurs d’entreprises, et ça c’est plutôt mal. On va aussi savoir avec vous Olivier Roland, et d’autres invités, bien sûr, vous pouvez continuer à nous poser des questions au 0826 300 300. Il y a beaucoup de personnes qui attendent justement, il y a beaucoup de questions par rapport à ….si l’entreprise ne marche pas justement, comment fait-on après? Est-ce que si on doit déposer le bilan, est ce que l’on peut rebondir? Comment rebondir? On en parle.

Jingle: ça vous intrigue, ça vous titille, ça vous agace, ça vous choque…faut qu’on en parle…14h30- 16h avec Victoria Valhner sur Sud Radio

Victoria Valhner: Et la quête bien sûr du bonheur, ne rien faire et gagner beaucoup d’argent, on en rêve tous, est ce que c’est possible, Olivier Roland?

Olivier Roland: Oui bien sûr, c’est possible.

Victoria Valhner: (rires!) ….non mais je n’ai pas envie comme ça non plus de vendre du rêve à nos auditeurs et auditrices, parce qu’il faut bosser aussi, c’est surtout ça en premier lieu…

Olivier Roland: Alors, créer une entreprise et la développer, clairement ça demande beaucoup de travail. C’est clair qu’il ne faut se lancer dedans en espérant travailler 10 heures par semaine, quoi qu’il y ait des personnes qui arrivent à créer une entreprise de complément de revenus, a temps partiel. Mais ce n’est de cela dont je vais parler. Par contre, à partir d’un certain niveau de croisière, il est tout à fait possible d’automatiser au maximum son entreprise…pour y passer moins de temps. Et comme je disais tout à l’heure, d’équilibrer sa vie personnelle et professionnelle.

Victoria Valhner: Est- ce qu’on a besoin d’avoir de l’argent de côté quand même?

Olivier Roland: Alors…ça dépend. Oui il faut avoir un peu d’argent de côté. Quand on se fait financer pour créer une entreprise, clairement on n’est pas crédible, si on n’a pas, on n’apporte pas un peu d’argent. Parce qu’on ne pas demander à des investisseurs, à des financiers de nous faire confiance et d’investir dans notre projet si nous même on n’investit pas de l’argent dans notre projet. Ça parait logique. Donc clairement c’est un gros handicap de ne pas avoir du tout d’argent, pour financer son entreprise. Par contre, clairement, on peut créer des entreprises avec un apport personnel qui est minimal. Souvent pour les personnes qui n’ont pas beaucoup de revenus, les réseaux d’accompagnement à la création qui font des financements, ne vont pas regarder le montant de l’apport, mais plutôt le montant en relation avec le salaire de la personne. Si la personne est au chômage et gagne le smic, par exemple, on ne va pas lui demander d’apporter 10 000 euros. Si elle peut apporter 1000 ou 2000 euros, ça sera déjà très bien. Et elle trouvera les financements complémentaires. Aujourd’hui, il y a énormément de possibilités de se faire financer à condition que le projet est viable…..avec des prêts à taux zéro, des prêts d’honneur et des compléments en prêts bancaires. Donc le financement, ce n’est vraiment pas un problème.

Victoria Valhner: Oui…d’accord. On va demander à Anthony. Anthony, je rappelle que vous vous êtes inscrit au programme d’Olivier Roland, agir et réussir.com, vous êtes-vous même professeur d’éducation physique dans un lycée, vous avez décidé bien sûr de devenir coach sportif à domicile. Vous avez commencé par quoi vous?

Anthony: Alors, petite rectification, je suis prof d’EPS au un collège, donc ça a sa petite importance avec mes élèves qui ont un âge différent. Donc, concernant l’investissement. Comme disait Olivier, c’est vrai que l’on n’est pas crédible si on demande à des gens d’investir si nous même on n’a pas investi. Moi je me suis fixé 3000 euros d’investissement au départ, sachant que….

Victoria Valhner:…Oui, alors 3000 eutros pour quoi faire?

Anthony: Donc moi j’ai créé un site web, je me permets de donner l’adresse: www.myhomebodycoach.fr, ensuite j’ai créé des flyers, des affiches, donc ça ça m’a couté un peu d’argent….création du site internet, j’ai pris une société qui s’est chargé de remplir mon dossier de demande d’agrément de services à la personne, ce qui permet à mes clients de déduire 50% de mes services de leurs impôts.

Victoria Valhner:….C’est bien ça…

Anthony: Oui c’est une bonne chose. Donc j’ai préféré une entreprise, car c’est création d’entreprise, création des statuts…le prévisionnel…c’est vraiment quelque chose d’important. Je ne me sentais pas capable de tout prendre moi-même en charge, donc j’ai confié ça à une société, et j’ai acheté un peu de matériel sportif, ce qui me revient à peu près à 3000 euros. Ça c’est mon investissement de base. Après, par rapport à ce que m’a dit Olivier, j’ai créé un forum, je donne mon adresse aussi, c’est: forum.enformechaquejour.fr; et donc ça permet en fait d’établir une relation de confiance avec les gens, en leur montrant que je ne suis pas là juste pour l’aspect financier et leur prendre leur argent, en me disant voilà j’ai gagné tant ce mois-ci. Moi ce que je veux déjà, c’est apporter quelque chose aux gens, leur donner les clés pour s’entrainer chaque jour, avoir des conseils au niveau de l’alimentaire et au niveau de la musculation. Donc mon objectif numéro un, c’est vraiment d’apporter quelque chose aux gens, plutôt que de me dire : «voilà, je veux avoir tant de clients pour avoir tel niveau de vie». Ce n’est pas ça du tout, mon objectif. Bon, voilà le forum, ça m’a couté aussi un peu d’argent, mais ce n’est pas très important. Donc 3000 euros, investissement de départ, sachant que mon domaine, me permet d’investir très peu, parce que je n’ai pas besoin d’investir dans beaucoup de matériel.

Victoria Valhner:…Surtout vous n’avez pas de salle, de local…vous allez carrément chez les gens. Vous les emmenez courir dehors, je suppose….enfin de faire pleins de choses…

Anthony: Bon alors, ça dépend de mon humeur, ça dépend de l’humeur du client. Je peux très bien faire à domicile ou…

Victoria Valhner: ….Est ce que rapidement, vous avez eu des appels par rapports aux flyers, par rapport à votre site? Est-ce que vous avez eu rapidement des contacts ?

Anthony: Alors, clairement….et là c’est un conseil pour tous ceux qui veulent se lancer dans la création d’entreprise, j’ai pris une feuille, j’ai décrit clairement mon type de client. Donc je me suis dit : « qu’est-ce que mon client…..quels sont les lieux qu’il fréquente? Quels sont les magazines qu’il lit? ». Donc moi je me suis dit: « ma clientèle ce sera principalement des femmes entre 25 et 50 ans à peu près…catégorie socio-professionnelle relativement aisée parce qu’il faut avoir les moyens de se payer un coach sportif….. »

Victoria Valhner:…ça coûte combien, Anthony, une heure?

Anthony: Alors le tarif de base…

Victoria Valhner:…Je vous appelle, je vous dis, j’ai besoin d’une heure par jour…euh…vous me faites un prix….peut- être pas… (Rires)….je plaisante bien sûr…

Anthony:

Victoria Valhner: Non mais j’ai besoin de me remettre en forme…selon aussi des objectifs je suppose…je veux être en maillot de bain, cet été sur la plage. Je pense que vous allez avoir pas mal de monde, qui va vous appeler. Comment ça se passe, une heure….vous dites… bon bein…trois fois par semaine c’est mieux…C’est vous qui donnez le programme? Est ce qu’on peut étaler sur plusieurs semaines? Est ce qu’on peut faire ça au jour le jour?

Anthony: Alors moi mon tarif de base c’est 50 euros la séance d’une 1h15 à peu près, avant réduction d’impôt. Donc après réduction d’impôt, ça passe à 25 euros. Ensuite, je propose une formule à 150 euros par mois, avec une séance par semaine, ça fait une séance offerte par mois. Et en fait j’ai mis ça en place, justement, pour m’orienter sur le long terme. Parce que ça ne m’intéresse pas d’avoir des gens qui disent : « je vais faire une seule cette semaine et je verrais si j’en fais une autre la semaine suivante ». Clairement, si j’étais quelqu’un qui ne voulait que de l’argent, je dirais : « ok, venez avec moi ». Mais ce qui m’intéresse c’est de prendre quelqu’un aujourd’hui et de l’accompagner sur plusieurs mois pour avoir vraiment un accompagnement et des résultats.

Victoria Valhner: Et pour vous, avoir aussi un rendement efficace par rapport à vous au niveau de votre clientèle. Est ce qu’on peut aussi dire : « on est 3 copines, vous nous prenez les trois, et puis vous nous faites un prix? ».

Anthony: Oui tout à fait. Donc moi, mon tarif de base c’est 50 euros et après c’est 15 euros par personne supplémentaire. C’est à la fois avantageux pour le client, parce que ça réduit le tarif de la séance et en plus ça a un avantage au niveau de la motivation, c’est toujours intéressant de faire un cours avec des copines plutôt que tout seul avec le coach.

Victoria Valhner:…c’est sûr….parce que pendant que vous vous occupez de la copine, on peut buller pendant ce temps-là. Bien, je crois qu’en tant que bon coach, vous avez les yeux partout comme on dit. Olivier Roland….oui ça ne m’étonne pas….Olivier Roland, comme Anthony, il a été obligé de donner un grand éventail de propositions et de…comment dire…de coaching…c’est à dire différents coaching pour plaire à tout le monde?

Olivier Roland:…Euh….c’est important évidemment d’avoir un éventail varié de produits et de services pour pouvoir toucher une large gamme de clientèle. Enfin, au début, quand on crée son entreprise, ça peut être bien de ne pas trop se disperser. Et de se concentrer sur un produit ou un service phare qui va être le plus rentable, le plus intéressant possible pour faire décoller l’entreprise. Alors le conseil que je donne, c’est qu’en fait quand on est entrepreneur et qu’on se lance, ça peut vraiment être une dispersion que de vouloir faire trop de choses en même temps. Il vaut mieux identifier….normalement comme on a une bonne connaissance du marché dans lequel on se lance, on sait ce qui marche, on sait ce qui est rentable. Il suffit d’étudier la concurrence, de voir les services qu’ils proposent et il faut proposer un produit phare….le produit phare de l’entreprise qui va aider à faire identifier l’entreprise et qui va amener le plus possible de l’argent dans les caisses de l’entreprise….

Victoria Valhner:…et rapidement surtout…

Olivier Roland:..voilà le plus rapidement possible.

Victoria Valhner:…Jean Luc est avec nous, bonjour Jean Luc.

Jean Luc: Bonjour…

Victoria Valhner: Vous êtes-vous même micro entreprise, c’est ça?

Jean Luc: Tout à fait…

Victoria Valhner: Et votre femme pense aussi à l’auto entreprise?

Jean Luc: Tout à fait…

Victoria Valhner: Vous pouvez nous en dire plus, Jean Luc?

Jean Luc: Et bien, disons que ça fait un moment qu’elle cherche du travail et par rapport à ça, elle a décidé de se mettre en auto entrepreneur. Disons que c’est une solution comme une autre, effectivement par rapport à l’âge. Je me suis retrouvé, il y a trois ans….trop vieux aussi peut être. Du coup, je me suis en micro à cause de ça. Avec l’âge c’est plus dur de trouver du travail, et donc depuis je suis en micro. Et donc ma femme fait exactement la même chose.

Victoria Valhner: Et elle veut créer quel genre d’entreprise?

Jean Luc: Dans la coiffure.

Victoria Valhner: Dans la coiffure….à domicile, par exemple?

Jean Luc: Tout à fait

Victoria Valhner: Alors qu’est-ce qu’on pourrait donner comme conseils Olivier à la femme de Jean Luc?

Olivier Roland: L’idée c’est que quand elle créera son salon de coiffure….à non c’est à domicile….

Victoria Valhner: Parce qu’en fait, j’ai l’impression que créer son entreprise, travailler moins, gagner plus…il faut….le local, tout ça, il faut éviter parce que ça coûte de l’argent.

Olivier Roland: Ca dépend vraiment des entreprises, c’est vrai que quand on fait du service à domicile, ce n’est pas indispensable…..il y des différentes écoles, moi je recommanderais plutôt, à terme si l’entreprise marche bien de louer un petit bureau, parce que travailler chez soi, parfois cela peut être un peu handicapant, dans le sens où ce n’est pas évident de fixer la limite entre le moment où je ne travaille pas et le moment où je travaille. Ça déborde un peu. Si on a de la famille ça peut ne pas être évident à gérer. Bon il y a des personnes qui s’en sortent très bien comme ça, pour qui un bureau ça aide vraiment à délimiter temps de travail; temps où je suis dans ma vie personnelle. Donc que je recommande, en fait, à la femme de Jean Luc, c’est de nouer des partenariats pour trouver ses premiers clients. Il faut qu’elle se demande, quelles sont les entreprises qui ont les mêmes clients que moi, et avec qui je ne suis en concurrence frontale avec qui je peux proposer des partenariats? Alors je ne sais pas, les services à domicile se développent énormément.

Peut-être qu’elle peut aller voir une entreprises qui fait des services à domicile comme ça et dire voilà…bonjour…je fais de la coiffure à domicile, vous pourriez peut être parler de moi à vos clients. En échange, je vous donne une petite commission….sur la prestation que je fais. Ces entreprises, normalement seront très ouvertes à ce genre de proposition….parce que vous n’êtes pas en concurrence avec elles….là vous leur donnez un moyen de gagner de l’argent avec très très peu d’effort, puisqu’elles ont juste à parler de vous à leurs clients. Et puis leurs clients pourront peut-être être reconnaissants si la femme de Jean Luc fait de la prestation de qualité.

Victoria Valhner:…ça c’est de bonnes idées justement…on va continuer à parler de bonnes idées aussi Olivier Roland…..je rappelle que l’on peut vous contacter sur votre site: agir-reussir.com et votre blog aussi: www.des-livres-pour-changer-de-vie.com; on continue à parler, merci Jean Luc d’avoir été avec nous…. on va continuer à parler de votre femme qui commence à créer son auto entreprise, avec justement toutes les astuces d’Olivier Roland.

Jingle : Vous vivez au quotidien aux côtés d’un menteur, un manipulateur, ou vous êtes-vous même mythomanes et vous ne pouvez-vous en empêcher. Contactez-nous par e-mail: [email protected]; vous êtes un drogué ou vous vous êtes sorti de la drogue, [email protected] [email protected]; 14h30 -16h00 faut qu’on en parle, présenté par Victoria Valhner sur Sud Radio

Victoria Valhner: Et on vient de l’entendre dans les informations de Sud Radio, le chômage va progresser et c’est sûrement le moment de se lancer dans sa propre entreprise, de créer son entreprise. Etre son propre patron, on en rêve tous, il faut bien l’avouer un jour ou l’autre, quand on travaille, on se dit : « houla la, autant mettre toute mon énergie pour ma propre entreprise ». Olivier Roland est avec nous jusqu’à 16 h00, Olivier Roland je rappelle votre site: agir-réussir.com et votre blog www.des-livres-pour-changer-de-vie.com et là c’est un blog super intéressant, et vraiment je vous conseille vous qui nous écoutez d’aller voir le blog d’Olivier Roland. Alors je le disais à l’instant, le chômage va progresser, on le sait. A mon avis, il ne descendra comme c’était prévu en 2011, il ne faut pas rêver. Donc c’est le moment de se lancer dans sa propre entreprise. On commence par quoi vraiment Olivier Roland?

Olivier Roland: il faut partir d’une….à la base, souvent, ça part d’une envie…on a envie de créer son entreprise, parce que…voilà…on a envie de créer son propre job, on a envie de vivre une aventure excitante, d’être indépendant. Mais il y a beaucoup de personnes qui restent bloquées au stade de l’envie parce qu’elles n’ont pas d’idée. Donc j’ai un conseil à donner à ce niveau-là. La force d’Anthony qu’on a écouté tout à l’heure, c’est qu’il a des compétences et une passion. C’est professeur d’EPS, il est passionné par le sport et il n’est pas le seul dans son cas, clairement. Mais lui il a eu l’idée,….il est parti de ça, il s’est dit : « tiens, je suis passionné par ça, j’ai de très bonnes compétences là-dedans, comment je peux faire pour en faire un produit ou un service que je pourrais vendre dans le cadre d’une entreprise ». Et il y a énormément de personnes en fait qui sont passionnées par quelque chose, qui vont développer une véritable expertise dans un domaine mais qui ne le valorisent pas assez en fait. Il suffit qu’elles partent de ça…de leurs passions, de leurs compétences et qu’elles essaient de réfléchir à comment je peux gagner de l’argent avec ça?

Victoria Valhner:….Alors Anthony, vous êtes toujours avec nous, je rappelle votre site: www.myhomebodycoach.fr; c’est vrai que cela part bien sûr de votre passion?

Anthony: Oui tout à fait….moi je suis dans le domaine du sport depuis très longtemps. C’est très intéressant ce que vient de dire Olivier, parce que dans mon entourage je connais aussi des gens qui ont une très grosse compétence dans un domaine, mais qui ne s’en servent pas, qui ont du mal à se lancer dans une activité…en se disant moi je peux gagner de l’argent, je peux apporter quelque chose aux choses.

Victoria Valhner:….oui mais est-ce que ça va être rentable au bout du compte? Parce que ça peut aider quelques personnes…intéresser quelques personnes, au bout du compte, pas toutes les personnes. C’est ça aussi Olivier Roland le problème. C’est qu’on peut avoir une super idée, et en fait ça n’intéresse pas grand monde?

Olivier Roland: C’est pour ça que la préparation est importante. Je viens juste d’avoir une idée pour la femme de Jean Luc, qu’on a entendu tout à l’heure, qui veut faire de la coiffure à domicile, elle pourrait très bien demander à Tony s’il n’y a une synergie à faire entre eux. Puisque la plupart des clients de Tony sont des femmes, donc il y a peut-être quelque chose à faire. Voyez en fait quand on une idée, effectivement c’est que le début de l’aventure, après il faut vérifier qu’il y a un marché par rapport à ça. C’est là que l’étude de marché est très importante, on peut faire une étude de marché aujourd’hui avec très peu de moyens, notamment grâce à l’internet. Mais effectivement il y a une phase de préparation de la création d’entreprise. Et c’est pour ça que je recommande de se faire accompagner. Ensuite pour trouver ses premiers clients, il y a énormément de stratégies. J’en ai donné une tout à l’heure, qui est de trouver des entreprises qui ont les mêmes clients, avec lesquelles on n’est pas en concurrence pour faire des partenariats. C’est quelque chose qui marche très bien, et qui permet vraiment de démarrer très vite. Ensuite quelque chose de très facile à faire, c’est juste d’étudier la concurrence….parce que c’est très bien d’être original, d’inventer quelque chose d’essentiellement nouveau, mais ça ne sert à rien de réinventer la roue. Il y a déjà des entreprises qui seront dans le même secteur que vous, quand vous allez créer et qui font ça depuis des années, qui ont trouvé avant vous la meilleure manière de trouver des clients. Regardez ce qu’elles font, par exemple si elles font de la publicité dans les magazines, allez voir dans quel magazine c’est….renseignez-vous sur le prix des publicités, parce forcément si elles font des publicités dans ces magazines c’est que c’est rentable. Voilà ce genre de chose.

Victoria Valhner:….en même il faut faire attention car c’est cher, c’est très très cher dans les magazines ou dans les journaux….

Olivier Roland: …c’est très cher…

Victoria Valhner: On va demander justement à Sébastien, puisque vous dites en premier c’est une passion, par exemple pour Anthony qui est coach, myhomebodycoach.fr. C’était une passion pour vous aussi la drague, Sébastien?

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Podcast : Conversations Cruciales

Sébastien Night: Oui, alors les femmes effectivement c’est une passion pour moi. Evidemment c’est quelque chose que tout le monde ne comprend pas, c’est pourquoi ça m’a été très utile…la lecture du blog d’Olivier. Par exemple, il y a un article qui m’a été super utile, c’est quelque chose qu’il a écrit sur comment gérer les critiques, parce que j’ai effectivement un métier qui n’est pas évident. Et qu’il y a beaucoup de gens qui vont laisser des critiques….il y a aussi beaucoup d’articles sur le site d’Olivier, sur comment gérer sa passion et que ce soit son métier. Parce que mine de rien, ce n’est pas si simple que ça. Beaucoup de gens créent dans leur passion mais sans se rendre compte que….si on créé avec sa passion, il faut aussi maintenant se trouver un nouveau hobby à côté. Parce que sinon, on tombe soit dans un piège de ne plus aimer sa passion autant qu’avant….ce qui m’est un peu arrivé. C’est pour ça que récemment j’ai publié une vidéo sur mon blog, comme ça, qui disait que…j’arrêtais mon activité. Sois on se retrouve….tout simplement à être tellement à fond qu’on ne lâche plus la roue et qu’on est en train de bosser cent heures par semaine. et donc j’ai vraiment beaucoup bénéficier des conseils d’Olivier là-dessus pour pouvoir un petit peu décrocher et me donner un peu de temps pour vivre. Parce qu’être entrepreneur, c’est quand même vivre un peu aussi.

Victoria Valhner: Comme vous le dites, c’est travailler moins, vivre bien et surtout gagner plus. On va tout de suite rejoindre Dominique, bonjour Dominique.

Dominique: Oui, bonjour !

Victoria Valhner: Alors vous…vous dites qu’il n’y a pas beaucoup d’aide pour les auto- entreprises surtout dans les villes, c’est ça?

Dominique: Bon c’est à dire, moi je suis dans la haute Garonne. En ce moment je veux créer mon auto-entreprise dans les hautes Pyrénées. On m’a dit que ce n’était pas le même système. Bon, et en plus j’ai un problème de loyer…..

Victoria Valhner: Bon, en gros, vous dites…. Dominique….que…que la ville n’aide pas beaucoup les entreprises, c’est à dire quand on se présente dans une ville…et bien…. si l’on n’est pas de la même de la région, il y a des soucis, c’est ça Dominique?

Dominique:…Euh, je pense oui.

Victoria Valhner: On va demander à Olivier Roland… Olivier,

Olivier Roland: ça c’est une question qui est vraiment récurrente chez les personnes qui veulent créer leur entreprise, comment se faire accompagner? Dans agir et réussir, je donne de nombreuses manières de se faire accompagner, de se faire aider. En gros ce qu’il faut c’est commencer par la chambre du commerce ou la chambre des métiers de sa ville. Normalement… je ne connais pas spécifiquement la haute Garonne, mais en France il y a vraiment un réseau très dense d’accompagnement à la création. N’importe qui peut se faire accompagner gratuitement, il faut commencer par la chambre du commerce, la chambre des métiers, dire qu’on a un projet de création d’entreprise. Ils vont vous donner une liste d’organismes à contacter qui peuvent tous vous apporter quelques chose de différent, des formations, un accompagnement pour monter votre dossier, créer le business plan, des financements. Normalement, il y en a vraiment beaucoup, je ne pense pas qu’il y ait des régions qui soient particulièrement plus, ou moins bien desservies que ça par rapport à d’autres. C’est vraiment quelque chose dont il faut profiter. C’est vraiment des ressources gratuites des experts qui sont dans ce domaine-là…voilà.

Victoria Valhner: …Bon très bien. Dominique, j’espère qu’on a bien répondu à votre question. On va continuer avec Sébastien qui lui de sa passion de dragueur ou de séducteur plutôt…et bien….a créé son entreprise. Est-ce que ça marche bien Sébastien?

Sébastien Night: Oui ça marche très bien. J’ai une équipe qui en ce moment compte cinq personnes.

Victoria Valhner:…Ah oui…parce que vous avez formé….bien sûr vous ne pouviez répondre à toutes les demandes, vous avez formé cinq personnes, c’est ça?

Sébastien Night: En fait je me suis rendu compte que si on a une entreprise…si moi j’ai une entreprise, c’est parce que je me se sent quand même un petit peu une mission, et mon but de pouvoir du compter toucher un maximum de personnes. Je me suis rendu compte que tout seul à faire mon coaching, moi avec une personne à la fois, ce n’est pas ce qui permettait de toucher plus de monde. Alors évidemment en montant les prix, ça permet de bien gagner sa vie…..mais ce n’est pas ce qui est le plus intéressant quand on sait que j’ai plus de 80 000 personnes inscrites sur un mailing list pour recevoir des conseils. A moi tout seul je ne peux pas les coacher un à un tout seul.

Victoria Valhner:….c’est sûr.

Sébastien Night: Donc je me suis rendu compte de ça…donc j’ai commencé à faire des vidéos. Effectivement j’ai une équipe de trois personnes qui est consacrée à faire des DVDs….qui sont publiés en permanence et…j’ai formé cette année des coachs qui reprennent le flambeau pour… aider les gens….vraiment à vaincre leur timidité, ce que j’appelle sur le terrain….et à séduire dans la rue. Donc c’est là que j’ai à nouveau utilisé les conseils de management que j’ai pu trouver sur le blog des livres pour changer de vie….parce qu’à chaque fois qu’on essaie de franchir un nouveau cap en tant qu’entrepreneur, il y a des nouveaux défis à relever…il y a des nouveaux challenges, on ne sait pas exactement vers quoi se diriger, par quoi commencer et donc c’est là qu’il faut chercher les ressources au lieu d’essayer de réinventer la roue tout seul.

Victoria Valhner:..Tout simplement. D’ailleurs on va parler avec Olivier Roland. En fait le but c’est de faire travailler les autres….en gros c’est ça?

Olivier Roland: Non (rires), le but ce n’est pas ça….le but c’est d’avoir le maximum de résultats pour le travail que nous on met….et donc ça passe effectivement par trouver des gens qui sont bons dans ce qu’ils font. Par exemple, mon assistante Caroline qui est aussi quelqu’un qui est un entrepreneur. Elle avait sa propre entreprise avant de venir travailler pour moi…elle est même plus âgée que moi, elle a plus d’expérience dans le domaine de l’entreprise. Et elle venue parce qu’elle sentait que c’est effectivement une occasion de mettre ses compétences, de mettre sa passion…de faire grandir quelque chose, faire grandir une entreprise et…d’être accompagnatrice puisqu’elle est assistante de direction. Donc ce n’est pas faire travailler les autres, c’est utiliser les forces d’autres personnes….

Victoria Valhner:….oui bien sûr, mais bon, c’est les faire travailler quand même….De toute façon dans n’importe quel projet on va faire face à beaucoup de critiques…Comment les gérer? Ne pas les écouter et aussi il y a bien sûr des pièges à éviter pour réussir…bien….son entreprise.

Jingle: 14h30 -16h00 Faut qu’on en parle sur Sud Radio.

Victoria Valhner:..On parlait des critiques, ça aussi ça nous arrête pas mal dans notre vie en général. De toute façon, quoi qu’il arrive, on sera toujours critiqué. C’est vrai quand on commence à vouloir…et bien….être un petit peut indépendant…quand aussi la réussite est au bout…les gens sont jaloux et puis réussir aussi ça fait peur parfois Olivier Roland!

Olivier Roland: Tout à fait, il y a certaines personnes qui n’osent pas se lancer, parce qu’elles ont peur de réussir, parce qu’effectivement réussir ça impliquerait un tas de changement dans leur vie qu’elles ne sont pas forcément prêtes à accepter. Par exemple le regard des autres. Parce que si autour de vous vous n’avez que des personnes qui ne sont pas dans l’entreprenariat qui sont salariées, peut-être qu’elles vont être jalouses si vous avez une entreprise qui a vraiment du succès. Peut-être que vous venez d’un milieu modeste, et que si votre entreprise réussit, vous allez vous élever au niveau social et vous avez peur de ça, parce que vous avez peur de vous couper de votre base en fait. Tout ça, j’en parle dans les vidéos…on arrive à la fin de l’émission. Alors les personnes qui sont intéressées par l’entreprenariat par créer leur propre entreprise, elles peuvent aller voir les trois vidéos que j’ai publiées sur agir-reussir.com, où je donne de nombreux conseils gratuits pour les aider. Voilà.

Victoria Valhner:….Donc les critiques, comment fait-on face aux critiques, on les laisse parler, on ne se détache pas de son but c’est ça?

Olivier Roland: Alors, en partie. Il ne faut quand même pas être dans sa tour d’ivoire et penser que son projet d’entreprise est absolument incroyable et merveilleux. C’est très important aussi de savoir se remettre en cause et d’accepter les bonnes critiques. Une des premières choses que l’on doit apprendre à quelqu’un qui se lance, c’est de distinguer les bonnes critiques, les critiques constructives des critiques qui n’ont aucun intérêt. Donc j’ai écrit un article là-dessus dans mon blog qui s’appelle: comment gérer les critiques en quatre étapes. En gros, il faut déjà que la critique soit neutre. Je veux dire que si quelqu’un…quand vous parlez d’un projet de création d’entreprise, quelqu’un tout de suite s’enflamme, est colérique ou et est méprisant, il y a un problème. Ensuite il faut que la critique vous apporte quelque chose. L’idéal c’est quand même quelqu’un qui émet une critique à partir d’une position d’expertise. Si vous en parlez à votre mère ou à votre voisine qui n’y connait rien dans le domaine…bon….la critique aura déjà beaucoup moins de valeurs. Voilà…

Victoria Valhner:…bein oui….

Olivier Roland:C’est pas évident mais il faut trouver le curseur entre à la fois être convaincu de son projet et savoir ne pas se laisser abattre par les critiques qui sont là uniquement pour nous démonter mais en même temps il faut être ouvert aux critiques constructives qui sont là pour nous aider. Il faut vraiment savoir faire la distinction.

Victoria Valhner: On va demander à Anthony…Anthony….www.myhomebodycoach.fr; Anthony, est ce vous avez eu des doutes vous même quand vous avez commencé votre création d’entreprise? Votre entreprise?

Anthony: Alors oui, je pense que j’ai eu des doutes comme chaque personne qui se lance dans ce domaine. Sachant que moi…les doutes sont centrés sur la concurrence…..parce je suis dit quand même rentre dans un milieu où il y a déjà beaucoup de coaches sportifs. Je ne suis pas le seul, et je vais être en concurrence avec d’autres gens. Après au niveau de mon entourage, effectivement on a toujours des critiques négatives de la part de personnes qui ne sont pas dans le milieu de l’entreprenariat. Donc qui ne comprennent pas. J’ai aussi souvent la remarque….on me dit : « tiens, est ce que tu as de nouveaux clients cette semaine »…

Victoria Valhner:…ça vous stresse Anthony?

Anthony: Moi ça ne me stresse plus, parce que je prends du recul par rapport à tout ça…je sais que ce n’est pas des bonnes questions….parce que la chose la plus importante, c’est de se dire que ça prend du temps. Effectivement je ne vais pas avoir dix clients qui vont venir en deux jours. Il faut que je fasse l’effort d’aller distribuer des flyers, d’aller rencontrer des gens, d’aller créer des partenariats avec d’autres sociétés et ça prend du temps, donc c’est pour ça qu’il faut

Victoria Valhner : …et le bouche à oreille aussi….

Anthony:…voilà le bouche à oreille….prend du temps…

Victoria Valhner:…Sébastien, vous…drague.tv….il y a d’autres sites…aussi

Sébastien Night:…séduction by night

Victoria Valhner:…séduction by night. Vous aussi vous avez eu des doutes quand vous avez commencé votre entreprise?

Sébastien Night: J’avais énormément de doutes parce que je sortais d’études supérieures…et que ce que mes parents m’ont répété….alors je ne leur en veux pas évidemment parce qu’on en a beaucoup parlé….ce qu’ils m’ont répété c’est: il faut que tu utilises ton diplôme…..je n’avais pas envie d’être ingénieur informaticien, ce que mon diplôme me désignait comme métier. Je me suis rendu que ça ne me convenait pas du tout. Donc effectivement j’ai énormément douté. J’ai eu énormément d’inquiétude quand j’ai créé…

Victoria Valhner:…est ce que vous pensiez justement que….quand vous avez créé votre entreprise, est ce que vous pensiez que vous alliez avoir cinq personnes sous vos ordres ou pas ?

Sébastien Night: Non, au début mon but c’était d’être micro entrepreneur, c’était le statut qu’il y avait avant l’auto entrepreneur à l’époque, c’était d’être micro entrepreneur dans mon coin….faire 3000 euros de chiffres d’affaires par mois et être tranquillement posé. Et puis après j’ai eu envie de toucher plus de monde en fait. Donc continué même si j’ai continué à me payer pareil pour pouvoir payer d’autres personnes…après…des salariés, j’avais quand même envie de faire croitre ce projet, parce c’était une passion.

Victoria Valhner:….on va retrouver tout de suite Pascal. Pascal, bonjour!

Pascal: Bonjour!

Victoria Valhner: Bonjour….alors vous, vous êtes en situation…on peut le dire…d’échec ou pas, Pascal? Par rapport à votre auto entreprise?

Pascal:…on ne peut pas dire que c’est un échec…on va dire que c’est une expérience qui a échoué. Il faut toujours avant de se lancer avoir plusieurs choix. Moi j’avais envie de faire la SARL et puis le comptable m’a dit….il vaut mieux commencer petit…donc l’auto-entreprise c’était le mieux. Et on s’est vite aperçu qu’au niveau rentabilité ça ne pouvait pas tourner…donc je n’ai pas échoué, on va dire là-dessus….

Victoria Valhner: bien…alors, vous…vous êtes à la retraite agricole c’est ça? Agriculteur, c’est ça, au départ?

Pascal: Oui

Victoria Valhner: Et qu’est-ce que c’était votre auto entreprise?

Pascal: Je voulais faire de la maintenance au niveau du matériel agricole. Voilà, c’est à dire remettre en état….quand l’exploitant n’avait pas le temps de faire lui-même ses vidanges ou ses réparations. Etre de suite, derrière…là…pour lui faire….

Victoria Valhner: Et pourquoi ça n’a pas marché? Pascal?

Pascal: Bein, tout simplement au niveau de la facturation, quand on n’a pas le droit de facturer de la TVA et que les exploitants vous demandent à avoir une TVA. Donc, quand on arrive à un chiffre d’affaires qui est supérieur à 25 000 euros, on est obligé de passer en SARL et après ça demande…disons…. d’avoir beaucoup plus de temps de travail avec les gens et on ne peut plus suivre en déplacement.

Victoria Valhner: Donc vous dites, vous Pascal, il y a quand même beaucoup de piège à éviter.

Pascal: Il y a beaucoup de pièges qui sont à éviter, mais il faut toujours essayer…il ne faut pas se dire….ouh la la…. je vais me planter…non, non…..qui ne tente rien, n’a rien.

Victoria Valhner: ça c’est bien dit….quels sont les….le plus grand piège à éviter par exemple? Quel est-il?

Pascal: Je crois que c’est un petit peu se glorifier…de dire je vais réussir à faire ça. Il faut y croire, mais sans se dire je vais le faire et ça va marcher. Il faut se mettre des barrières un petit peu, en disant…j’ai aussi une vie de famille derrière.

Victoria Valhner: Bien sûr…merci beaucoup Pascal d’avoir témoigné sur l’antenne de Sud Radio. On va terminer avec Olivier Roland et aussi Sébastien et Anthony. Olivier, quel conseil vous pourriez donner, vous…vous allez les donner dans un instant….on va d’abord à Anthony, quel conseil il peut donner à quelqu’un qui se lance?

Anthony:….par rapport au témoignage qui vient de passer à l’antenne, de Pascal, je pense qu’effectivement il faut pas avoir peur de se lancer et moi pour ma part…..les deux années précédentes….donc c’est un projet que j’ai depuis deux ans. Je me suis lancé récemment, mais ce qui me bloquait avant, c’est que je me disais il faut encore que je me forme sur la musculation, il faut encore que je me forme sur le fitness etc…

Victoria Valhner:….encore plus musclé, c’est ça?…. (Rires)

Anthony:….voilà. Et en fait on rentre dans un engrenage et on se dit, on est jamais assez bien formé pour se lancer. Et finalement, c’est un conseil que j’ai eu sur le blog d’Olivier, c’est de se dire qu’on n’apprend jamais autant que quand on a un pied dans le métier. C’est qu’effectivement depuis que je suis dans le coaching sportif, le fait de voir des clientes chaque jour, j’apprends énormément de choses….plutôt que ce que j’aurais appris dans les bouquins. J’ai plus appris…j’aurais pu passer dix ans en me disant, voilà il faut que je me forme.

Victoria Valhner:…on passe toujours de la théorie à la pratique….qui est…c’est autre chose

Anthony:….voilà.

Victoria Valhner:…merci beaucoup Anthony, d’avoir été avec nous sur l’antenne de Sud Radio…..

Anthony:….voilà…si je peux me permettre je passe le bonjour à Sébastien, parce que c’est quelqu’un que je connais et je l’apprécie beaucoup….. (Rires)

Victoria Valhner: …bein oui…puisque vous êtes retrouvés sur le site d’Olivier Roland…merci à vous Anthony. Sébastien, pareil, les mêmes conseils?

Sébastien Night: Oui effectivement, quelqu’un qui veut démarrer, je lui dirais de trouver de trouver d’autres entrepreneurs, pour se sentir en fait dans son bain avec d’autres gens qui sont aussi un peu fous, qui ont aussi une envie de créer quelque chose de nouveau, qui veulent prendre des risques. C’est vraiment comme ça qu’on peut croire à son projet. Moi c’est ça le conseil que je donnerais à quelqu’un qui crée, et bien sûr de faire confiance à des experts. Moi, aussi….même plusieurs années après crée, je vais sur le site d’Olivier par exemple…parce que je sais que c’est quelqu’un qui a plus d’expérience que moi, qui a lu beaucoup plus de livres que moi… (Rires) …ça c’est clair.

Victoria Valhner:…(rires)….ah oui, il en beaucoup plus lu que moi aussi….merci beaucoup Sébastien, je rappelle que pour Anthony, on vous retrouve Anthony sur: www.my homebodycoach.fr et aussi drague.tv et aussi séduction by night…et on va Olivier Roland clôturer l’émission avec vous. Bien sûr on vous retrouve sur vos sites également…on essaie de s’inscrire…car c’est une bonne idée…ce n’est pas trop cher en plus…sur votre site agir-reussir.com?

Olivier Roland: Non, effectivement, l’abonnement est de 97 euros par mois, pendant 7 mois pour un programme d’accompagnement. Alors je voudrais juste dire quelque chose, c’est que l’entreprenariat, ça s’adresse aussi aux femmes. Je dis ça parce là, on est trois hommes…dans l’émission, on est trois hommes, et malheureusement, il y a beaucoup moins de femmes que d’hommes qui sont chefs d’entreprises, je ne sais pas pourquoi. Mais c’est une tendance qui en train de se renverser. Il y a de plus en plus de femmes qui se lancent dans l’entreprenariat. Donc j’insiste vraiment sur le fait possible pour les femmes de se lancer. Donc ça, pareil, agir-reussir.com est ouvert aux femmes sans aucun problème. Alors moi, le conseil que je donnerais à ceux qui viennent de créer leur entreprise, c’est vraiment vraiment de passer 80% de leur temps à trouver leur meilleure stratégie pour trouver des clients avant de vendre. Il y a beaucoup trop d’entrepreneurs qui ont peur de se lancer dans la vente, parce qu’ils ont peur du rejet, de se prendre des « non »…et du coup ils passent leur temps à des tâches un peu subalternes. Moi je suis passé par là aussi. Mais vraiment quand on démarre son entreprise, le nerf de la guerre, c’est de trouver immédiatement le plus grands nombre de clients rentables parce que sans ça, notre entreprise n’est pas viable. Et elle peut se planter très vite, alors que le modèle de l’entreprise en lui-même est bon. Donc il faut vraiment, quand on crée son entreprise, se focaliser immédiatement. Et je conseille de passer 80% de son temps sur vendre son produit ou son service, trouver des clients et leur vendre.

Victoria Valhner:…très bien. En tout cas je vous conseille vraiment d’aller sur le site d’Olivier Roland: agir-reussir.com; j’avoue Olivier que vous m’avez même donné envie de créer ma propre entreprise… (Rires)…mais je ne sais pas encore quoi. Il va falloir que je réfléchisse…mais vous donnez beaucoup de conseils et c’est vrai…et puis d’aller sur votre blog www.des-livres-pour-changer-de-vie.com……voilà, n’hésitez pas des livres pour changer de vie et vous verrez, il y a plein plein d’astuces. Et je rappelle que avez réussi une performance incroyable…32 livres que vous avez lu sur l’entreprise, vous les avez décortiqué et vous nous avez donné le meilleur bien sûr dans votre blog….merci infiniment d’avoir été avec nous sur l’antenne de Sud radio….Olivier Roland…on refera une émission, parce qu’il y a eu beaucoup d’appels pour poser des questions…je les invite bien sûr à se rendre sur votre site: agir-reussir.com; merci beaucoup, à bientôt! Au revoir!

Olivier Roland: Merci, à bientôt!

Victoria Valhner: On se retrouve demain, on va parler de la drogue en général, si vous voulez témoigner n’hésitez pas, appelez le 0826 300 300 ou par sms au 71 200, je vous embrasse, à demain!

Jingle : 14h30 – 16h00 Faut qu’on en parle sur Sud Radio

Olivier Roland: Voilà ! J’espère que cette émission vous a plu, si vous aussi, vous avez envie de créer votre entreprise, vous êtes intéressé par la création d’entreprise, retrouvez-moi sur mon blog: des livres pour changer de vie, il vous suffit de taper des livres pour changer de vie dans Google pour tomber immédiatement sur mon blog, et inscrivez-vous à la news letter qui vous permettra de recevoir un podcast: 7 étapes pour vaincre la procrastination et créer votre entreprise et une vidéo : 7 livres indispensables pour créer votre entreprise. Merci d’avoir écouté, et à bientôt pour de nouvelles aventures.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

7 Commentaires pour :

Podcast : émission de radio “Travailler moins, gagner plus et vivre mieux”

  • Frédéric

    31 Mar 2010 à 20:39

    Merci d’avoir mis l’émission en ligne ! Je n’avais pas pu l’écouter en entier sur Agir & Réussir.

    A écouter lors de mon prochain jogging 🙂

    Répondre



    • Thomas AVDC

      1 Avr 2010 à 17:59

      Super sympa ton passage dans l’émission. Bien que l’on retrouve pas mal de chose dans ton blog et ton site, les interviews sont trés intéressantes et les conseils et bonus d’une grande utilité.

      Par contre les temps indiqués ne concordent pas avec la piste audio. C’est également dommage que tu sois interviewé au téléphone. Vivement que tu passes chez Delarue 🙂

      Répondre



      • loic

        7 Mai 2010 à 14:03

        toujours aussi bon !! on en redemande
        merci pour ce sommaire, surtout sur un podcast aussi long
        C’est idéal dans les transports, on sait en permanence ou on en est. On peut écouter en plusieurs fois et surtout ré-écouter les meilleurs passage

        Répondre



        • Olivier Roland, Cet homme qui a réussi (1/2) | Capacite-Riche

          7 Juin 2010 à 13:11

          […] est même passé à la radio (Sud […]

          Répondre




          • […] Podcast : émission de radio « Travailler moins, gagner plus et vivre mieux » […]

            Répondre



            • Marguerite Tilly

              9 Fév 2012 à 08:18

              Merci pour "La semaine de 4 heures", ce livre est en train de révolutionner ma vie …
              alors un grand MERCI

              Répondre



              • julie

                3 Juil 2014 à 19:37

                C’est inspirant ce que tu fais, j’ai téléchargé ton livre numérique “Vivez la vie de vos rêves grâce à votre blog”, je l’ai trouvé génial, clair et bien fourni! je vais suivre tes conseils.

                Merci encore Julie

                Répondre









                Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

                Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.