Une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie.

Karma Sutra

karma sutra steve transforme-toi

Résumé de « Karma Sutra » : Ce livre « Karma Sutra » vous présente 17 règles issues de l’expérience de l’auteur pour vous aider à prendre votre vie en main !

Par Steve Abd Al Karim, 152 pages, 2019

Note : Cet article invité a été écrit par Alexy de Neuro Nomade

Chronique et résumé de « Karma Sutra » de Steve Abd Al Karim :

Mon introduction

Commençons ce texte par un peu de joie : Tôt ou tard, vous allez mourir.

C’est étrange non ? L’être humain est le seul animal conscient de sa propre mortalité. Il arrive au milieu de sa vie, et soudain fait une crise existentielle. Il réalise qu’il n’a pas accompli ses rêves de jeunesse, et choisit ainsi de tout laisser tomber pour conquérir cette jeunesse perdue ! C’est ce que l’on appelle la crise de la quarantaine.

Personnellement, je suis terrifié par cette idée de passer à côté de ma vie ! Mais je le suis d’une bonne manière : je veux faire en sorte d’agir chaque jour pour rendre ma vie meilleure de 1%, même si cela demande de passer par des phases de courage héroïque ou d’intense souffrance. Et dans cette quête spirituelle périlleuse, des compagnons fidèles sont là pour m’accompagner : les livres !

En ces compagnons, je cherche des solutions, des conseils et des exercices me permettant de poursuivre cette aventure !

Et aujourd’hui, je souhaite vous présenter l’un de mes plus fidèles alliés, m’ayant aidé à braver monts et marées, j’ai nommé : Karma Sutra !

Vous avez du mal à passer à l’action ? Vous procrastinez pendant des heures, voir des jours, devant ce projet qui pourrait radicalement changer votre vie ?

Alors Karma Sutra est fait pour vous !

Karma Sutra se résume en une phrase : 17 règles acquises de l’expérience de Steve (l’auteur) qui vous permettront de « plier votre game » tel ce joli origami, ou, en d’autres mots, d’accomplir votre légende personnelle (dont on parlera plus tard dans cette article).

karma sutra plier votre game

Grâce à ces règles, vous maximiserez vos chances de vous créer une vie remplie de sens et d’accomplir vos rêves les plus fous (rien que ça !).

Mais quelles sont ces fameuses 17 règles allez-vous me demander, cher auditeur tressaillant d’impatience à l’idée d’accomplir votre quête de vie ? Prenez une bonne tasse de thé, un bon brocoli bio (cuit, c’est meilleur !) et installez-vous confortablement.

Je vous propose le format suivant :

Je vous raconte l’histoire à la première personne (comme si l’auteur parlait), et de temps en temps j’interagirai avec vous sous forme de parenthèse, comme ça vous saurez que ce ne sont pas les mots prononcés par l’auteur, mais les miens, un peu à l’effigie d’une fée qui parle à votre inconscient !

On est bon ? C’est parti !

Chapitre 1 : La stratégie du Masque à oxygène

Il neige, il fait sombre. Les seuls bruits que l’on entend sont les tirs des armes de l’ennemi. J’ai peur, j’ai froid. A côté de moi, une balle atteint le corps de mon ami. Pris par l’émotion, je le mets sur mon dos et cours. Erreur !

Game over

Cette simulation a vraiment fini de la pire des manières.

Face à moi, le capitaine. Un homme qui grimpe une montagne en 2 heures et la redescend en 30 minutes en sifflotant.

Vexé face à notre incompétence, il nous rappelle une chose :

« Savez-vous qu’en cas de dépressurisation d’un avion, il faut d’abord mettre votre masque à oxygène avant de mettre celui des autres ?».

Peut-être qu’en lisant ces lignes tu penses : « Jamais ! J’aide d’abord ce que j’aime avant de m’aider ». Mais qui aideras-tu quand tu seras tombé dans les pommes ?

Je me souviens encore de ce moment où il nous a enfermés à 15 dans une pièce avec un masque à oxygène et a jeté une grenade fumigène. Il aurait suffi qu’un homme attrape ce foutu masque, défonce la porte, et aide les autres à sortir. Mais non. Il a fallu que l’on se batte pour ce masque.

Tout ça à cause de cette peur, cette peur qui se diffuse dans nos veines comme un mauvais poison.

Beaucoup de gens viennent me voir et me disent « Comment je peux aider les autres ? ».

Mais il suffit de poser deux questions pour se rendre compte que la personne est au chômage, célibataire, ou malade et que Netflix est son activité favorite.

Quelle est ma réponse à ces personnes ? La stratégie du masque à oxygène.

Investis en toi. Apprends à te connaître, agis, et quand tu seras bien aligné avec toi, à ce moment-là aide les autres.

Règle n°1 : Ceux qui donnent doivent apprendre à poser des limites, car ceux qui prennent n’ont aucune limite

C’est chez les commandos alpins que j’ai appris à me créer un champ de distorsion mentale.

En entraînement, je m’enterrais dans un trou sous la neige, sans lumière, sans communication avec l’extérieur. Et quand je voulais abandonner, je me disais « tu ne revivras jamais ce moment hors du commun qui va faire de toi un être hors du commun. Rappelle-toi de ce que disait Mohamed-Ali : « Je détestais chaque jour d’entraînement, mais je savais que cela ferait de moi une légende » »

C’est suite à cette expérience que j’ai compris une chose : il existe deux catégories de personne.

Les premiers se font dévorer par la vie, et les deuxièmes respectent la règle n°2.

Règle n°2 : Quand on te jette aux loups, reviens à la tête de la meute

revenir à la tête de la meute loups

Mais, bien avant de me retrouver seul dans un trou, j’étais un enfant solitaire passionné de mangas.

J’étais jaloux des supers héros et de leurs supers pouvoirs. Si moi aussi je possédais ce genre de pouvoir, je pourrais accomplir des actes extraordinaires !

A cette époque, ma vie est bien moins belle. Orphelin de père, je n’ai pas de pouvoir particulier, à part l’écriture de poèmes que je ne montre à personne, je suis bien trop attaché à ma réputation de racaille charismatique.

On m’a collé une étiquette de cancre, et je ne cherche pas à la décoller, je suis trop occupé à m’inventer un père.

Mais au fil des années, je me rends à l’évidence, mon père m’a juste abandonné.

Après 20 ans de déni, je prends mon courage à deux mains, direction la Tunisie pour le rencontrer.

Je me retrouve face à un inconnu, j’ai alors deux choix : la haine ou le pardon. En lui parlant, je réalise la chance que j’ai eu d’avoir une mère et une grand-mère aimantes. Je ne peux pas changer mon passé, mais je peux écrire mon histoire.

Avant de repartir, je passe le voir une dernière fois, il ne me dit rien, je ne lui dis rien, mais nous comprenons dans nos regards qu’on est bien trop fiers pour pleurer, bien trop cons pour se dire « je t’aime » et pas assez honnêtes pour se dire que l’on ne souhaite pas se revoir.

Règle n°3 : N’importe quelle forteresse peut être transformée en prison et n’importe quel obstacle peut être retourné contre lui-même

(Je suis de retour suite à ce chapitre mouvementé. Je vous propose un exercice bonus pour vous permettre d’appliquer ce que l’on vient de voir.

Tous les jours quand vous vous levez, ou tous les soirs quand vous vous couchez, demandez-vous quels ont été les trois moments de la veille pour lesquels vous avez eu de la gratitude. Faîtes cela pendant une semaine et vous vous sentirez plus souvent joyeux, étude à la clé )

Chapitre 2 : De Paname à Gotham

Si Bruce Wayne n’avait pas perdu ses 2 parents à 12 ans suite à un meurtre, il ne serait pas devenu Batman.

A 18 ans, je suis face à un choix : Rester bloqué à Paname ou m’envoler vers la ligue des ombres de Gotham.

Sans diplôme, je décide d’intégrer l’armée ! Je savais que j’avais un potentiel à exploiter, et que si l’on me donnait l’occasion de m’entraîner avec les meilleurs, je deviendrai un warrior !

C’est quand tu es prêt à exploiter ce potentiel que le Karma t’envoie les meilleures opportunités !

D’ailleurs, je ne te l’ai pas dit :

Le karma, c’est le terme employé dans ce livre « Karma Sutra » pour désigner ce que tu veux, sacré ou profane, tant que ça te parle !

Mon Karma à moi m’a mis face au mur, soit j’allais en prison, soit j’allais à l’armée. J’ai donc rejoint les troupes alpines. Et là, c’est la révélation, je m’éclate comme un fou ! On m’apprend à développer mes capacités physiques et mentales.

C’est bien sûr ici que j’ai rencontré le fameux capitaine inarrêtable, qui me prendra sous son aile pour développer mon mindset.

Tu veux devenir meilleur ?

Règle n°4 : Choisis la douleur de la discipline plutôt que la facilité de la distraction

Comme Michael Jordan, considéré comme le meilleur joueur de tous les temps (le GOAT pour les connaisseurs) je m’entraîne 5 minutes avant tout le monde et finit 5 minutes après tout le monde.

Je t’entends rire devant ton écran. 5 minutes, c’est rien ! Vraiment ? Sache que c’est grâce à ces 5 minutes que tu développeras de bonnes habitudes, mais également un moral d’acier qui te poussera à faire plus. Comme appris à l’armée, la force d’un homme, c’est 20% de muscle et 80% de mental.

Mais le jour où l’on m’a convoqué sur le terrain pour un exercice impliquant de tuer, j’ai senti un désalignement de mes valeurs. C’est comme ça que je suis parti de l’armée, direction : ma mère !

Dans la vie, il y a des choses qui peuvent s’acheter, et des choses qui ne peuvent pas s’acheter. Les valeurs font partie de la deuxième catégorie. Si tu bafouilles tes valeurs pour obtenir quelque chose, ce quelque chose se transformera pour toi en fardeau, car quand on l’a fait une fois, on a 100 fois plus de chance de le refaire. (C’est le fameux principe de cohérence développé dans le bouquin « Influence et Manipulation » de Robert Cialdini).

Tu ne souhaites pas devenir un homme sans cœur.

Règle n°5 : Reste aligné avec tes valeurs

Comment savoir ton alignement ? Va dans un parc, installe-toi confortablement et ferme les yeux. Quand tu te sens près, pose-toi ces 3 questions :

  1. Tout d’abord : «Est-ce que la vie que je mène aujourd’hui correspond aux valeurs que je prône et auxquelles je tiens ?
  2. Est-ce que je me sens en cohérence ?
  3. Est-ce que mon cœur, mon corps et mon esprit sont bien alignés sur la même ligne ? »

Quand tu ressortiras de ce parc, tu sauras s’il faut agir ou se réjouir.

Et n’oublie pas, le vrai super héros, c’est celui qui n’a pas de super-pouvoir, et qui s’en crée un avec sa sueur, ses larmes et sa ténacité ! C’est celui qui a la rage de devenir ce pour quoi il est venu au monde.

(Mais comment connaître ses valeurs me demanderez-vous, jeune spectateur attentif ?

Voici un petit exercice pour vous aider, tiré du livre « Votre temps est infini » :

  • Etape 1 : Listez tous vos objectifs, vos buts, vos buts ultimes et ce qui vous anime, que ce soit « obtenir mon permis », « révolutionner le monde de la musique » ou « jouer au foot ».
  • Etape 2 : Rassemblez chaque terme ensemble jusqu’à obtenir 1 à 5 mots génériques. Par exemple « Obtenir mon permis » et « voyager » peuvent être regroupé en « pouvoir me déplacer où je veux par mes propres moyens » qui sera transformé en « liberté »

Quand vous aurez cette liste de mots, vous connaitrez vos valeurs !)

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Lead the Field

Chapitre 3: B Plan Killed the A Plan

–Pays de Wu, 512 avant JC–

Un village (d’irréductibles Gaulois … Pardon je me suis emporté) résiste face à l’empereur Wu. Encerclés, les habitants se battent corps et âme pour défendre ceux qu’ils aiment.

C’était sans compter sur l’arrivée du meilleur général de l’armée de Guerre : Sun Tzu, ayant écrit le très célèbre « L’art de la guerre ».

Comment vaincre ces irréductibles chinois ? Une méthode simple : créer des brèches.

Sun Tzu explique que lorsqu’un village n’a plus de possibilités de fuir, un homme en vaut alors 10 ! Mais si on leur laisse une brèche, certains hésiteront, d’autre fuiront, et tous mourront !

Maintenant, visualise ta vie comme ce village. Tu as ton projet, le plan A, et tu es prêt à te battre avec l’énergie du désespoir s’il le faut.

Mais si tu as un plan B, cela représente des brèches, et la tentation de fuir sera trop forte. Le plan B n’est qu’une excuse pour ne pas réaliser le plan A.

(Salut, ici fée clochette ! Juste pour vous dire que je n’adhère pas avec les idées de Steve sur ce point.

Je pense qu’il est plus stratégique d’assurer ses arrières si jamais votre plan foire ! Parce que ce que ne nous dit pas Steve, c’est que parmi les guerriers qui se battent avec l’énergie du désespoir, il y en a plein qui meurent !

Après, c’est un choix personnel, est-ce que vous voulez risquer le tout pour le tout ou jouer la sécurité ?)

Moi aussi, je me suis retrouvé encerclé. Plusieurs années avant de lire l’art de la guerre, j’ai plongé ma tête la première dans la délinquance, jusqu’à ce qu’un jour, un pote vienne me dire que ma tête figurait en haut de la liste de la police. Je n’avais plus le choix, l’armée ou la prison. J’ai fait de l’armée mon plan A.

Règle n°6 : Quand tu tournes en rond, brise le cercle

« Le meilleur moyen d’obtenir ce que l’on veut du Karma, c’est d’être convaincu que l’on va l’obtenir. »

Suite à une erreur de l’armée, je me retrouve en position de force, et demande à intégrer le peloton de sécurité. Là-bas, j’ai repéré un type, une sorte de Clint Eastwood, que je souhaite avoir comme mentor.

La magie du plan A, c’est qu’il t’offre la détermination pour tout accomplir, malgré les obstacles sur ton chemin.

Contrairement à ce que le plan B veut te faire croire, c’est ta zone de confort l’endroit le plus dangereux pour toi.

Un rapport publié montre que 1% de la population possède plus d’argent que les 99% restants.

Parmi ces gens, Rhett Power, a décrit 8 choses que les 1% font :

  • Définir ses objectifs de vie
  • Prioriser
  • Planifier
  • Se protéger des distractions
  • Agir
  • Recevoir les critiques
  • Apprendre (La clé de la réussite ! Surtout dans un monde en mouvement comme le nôtre)
  • Passer à l’action

Rhett Power conclut : « Faire partie des 1% n’est pas une question de chance, mais de décisions, de concentration et de discipline ».

Pour Sun Tzu ou Rhett Power, le but est le même : atteindre son objectif.

Les gens croient qu’un jour quelqu’un va les aider à sortir du trou.

Laisse-moi te dire qu’au même titre que les licornes (ou les fées clochettes), c’est un mythe !

Tu es un lion, mais tu crois être un cafard car on te l’a répété tant d’années. N’attends pas que quelqu’un vienne te secouer ou te montrer la voie, car cette personne, c’est toi.

Le gamin sans père du fond de la classe avait bien compris qu’il n’avait aucun talent. Mais il avait également compris qu’en travaillant dur, en fournissant des efforts constants, il pouvait pirater le Karma et faire partie des meilleurs. Car la constante est plus forte que le talent.

Règle n°7 : La persévérance est la force des faibles

la persévérance est la force des faibles

Comme le dit la célèbre fable du lion et du rat : « Patience et longueur de temps, font plus que force ni que rage ». Qu’est-ce que cela veut dire ?

Dans ta vie, tu rencontreras des gens plus doués que toi, avec un talent inné. Ces personnes ont tendance à se reposer sur leurs lauriers et à abandonner dès le premier problème venu.

A l’inverse, il y a des gens, comme toi et moi, qui allons accumuler une série de petites actions qui peuvent paraître insignifiantes. Pourtant ces petites actions créent de grands résultats sur le long terme. (Le livre « l’effet cumulé » de Darren Hardy décrit bien ce concept)

« La persévérance, c’est faire une série de choix minimes, mais intelligents et stratégiques qui, couplés avec la constance, vont finir par donner d’immenses bénéfices. »

(C’est encore moi pour, cette fois ci, un petit challenge Ne me remerciez pas !

Je vous propose le défi suivant : Pendant une semaine, faîtes une action chaque jour qui vous challenge un peu, comme lire 10 minutes, faire du sport, parler à un inconnu …)

Chapitre 4 : Le pouvoir de l’intention

« Pour réaliser une chose vraiment extraordinaire, commencez par la rêver » – Walt Disney –

Rêver, ce mot est inconnu de ma conseillère d’orientation. Je lui parlais d’écriture et de créativité, elle m’oriente vers la sidérurgie et autres banalités. Elle s’en tape clairement de mon potentiel, elle a juste des entreprises qui recrutent dans ces domaines.

Règle n°8 : Ne demande de conseils qu’à ceux qui sont au niveau que tu souhaites atteindre

A l’époque, j’écrivais sur tout. Un jour ma prof de français m’a cramé, et a lourdement insisté pour que je lui lise un de mes poèmes. Elle était choquée. Mon style « racaille » ne collait pas avec les mots défilant sous ses yeux. Elle m’affirme que j’ai un potentiel pour devenir excellent en français, mais que je dois fournir de gros efforts et suivre ses enseignements.

Je refuse, c’est ma réputation qui est en jeu !

Mais au fond de moi, je sens que le problème est différent. J’expérimente la peur de réussir, qui est plus forte encore que celle d’échouer.

Ma prof comprend très bien ce qui se joue en moi, et me dit ses mots qui resteront à jamais gravés dans ma mémoire : « Qui es-tu pour priver le monde de ta lumière ? ».

Dès lors, je la laisse devenir mon mentor.

Contrôle de français suivant : je termine premier. La « première de la classe » n’était pas prête à ça, elle se met à pleurer. Je comprends alors qu’elle ne se reposait que sur son talent naturel. Et je réalise la puissance d’avoir un mentor pour exploser ses objectifs de vie !

Règle n°9 : Quand les gens quittent un mentor, ils doivent être meilleurs qu’au moment où ils l’ont rencontré. La mission d’un mentor est de créer plus de mentors

Laissez-moi vous raconter une histoire vraie.

Un garçon ramène une lettre de l’école à sa mère, qui fond en larmes après l’avoir lue ! « C’est incroyable ! Il est écrit que tu es beaucoup trop intelligent pour ta classe, et que pour ne pas défavoriser tes autres camarades, il est mieux de te trouver une nouvelle école. Je suis fier de toi mon fils ! ».

Ce petit garçon continue son bout de chemin. Il inventa quelques inventions comme l’ampoule. Quelques temps après le décès de sa mère, Edison retrouve la fameuse lettre et, ému, commence à la lire. « Madame, votre fils est insupportable, c’est un véritable cancre. Par conséquent nous le renvoyons de l’école ». (Thomas Edison, en larme, écrivit à la suite « Thomas Edison est un cancre qui, grâce à une mère incroyable, est devenu l’homme qu’il est aujourd’hui »)

Chacune de nos paroles peut faire la différence dans la vie des autres. Le pouvoir de l’optimisme est incroyable. Pour le chercheur scientifique Michel Lejoyeux (Quel beau nom !), il y a neuf bienfaits qui en découlent :

  • Être plus apprécié en société
  • Avoir plus de chance de se marier et moins de risque de divorcer
  • Avoir un plus grand nombre d’amis prêts à aider
  • Être plus productif professionnellement
  • Faire plus facilement face aux épreuves et difficultés
  • Avoir un système immunitaire plus performant
  • Avoir une meilleure forme physique
  • Mieux se nourrir
  • Vivre plus longtemps

Développer un mindset optimiste, ça s’apprend ! Mais si tu manges bio en te disant « de toute façon ça ne fonctionne pas ces conneries », les résultats ne seront pas là. Que se passerait-il si tu inversais le processus.

(Attention cependant ! L’optimisme à l’extrême est mauvais pour l’esprit et le bonheur, c’est assez contre-intuitif, je vous l’accorde.

Si nous possédons des émotions comme la colère ou la tristesse, c’est qu’elles nous ont été utiles pour survivre jusqu’à présent, les ignorer serait donc dangereux !

Mon conseil ? Pratiquer la gratitude. Quand un mal vous arrive, dîtes vous « je ne sais pas en quoi cette chose va me faire grandir dans ma vie, mais elle est parfaite pour moi ». Ainsi vous ne tombez pas dans un piège d’illusion de bonheur. Le meilleur conseil reste d’être un « bon » sceptique, comme développé dans le livre d’Olivier Roland « Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études » )

Tu aimes les histoires ? Laisse-moi t’en raconter une autre.

Milton Erickson, âgé alors de 12 ans, s’exclame : « Wow ! Le dictionnaire est dans l’ordre alphabétique ». Évidemment, après cette remarque ; ses camarades le considèrent comme un idiot.

Devenu ado, il attrape une maladie grave. Sur son lit d’hôpital, il a alors l’idée suivante : « Si je fais croire à mon corps qu’on est dans le passé, quand je n’avais pas la polio, mes cellules se régénéreront ». Eh bien, crois-le ou non, après de nombreuses heures de visualisation, il guérit. Il deviendra par la suite le père des « thérapies brèves ».

Cette histoire peut paraître dingue. Mais à l’origine, c’est juste un homme ordinaire que le Karma a mis en situation extrême. Et c’est lui qui a choisi de transformer son épreuve en expérience extraordinaire.

« Nous possédons tous en nous la réussite. Celle qui fera de nos obstacles des grands tremplins et de nos souffrances les composts les plus fertiles »

Chapitre 5 : La déclaration de guerre

–La défense – 1999—

découvre l'effet boomrang du karma

Il est tard. Je marche avec des potes dans la rue, capuche sur la tête. Au loin j’aperçois un autre groupe de racailles. Je ne veux pas chercher la merde, je me fais discret. Soudain, une fille sort d’un entrepôt. Elle semble bien amochée. Elle regarde un des types callés contre le mur. D’un coup, ce dernier se met à hurler et s’effondre par terre …

On apprit plus tard que cette fille s’était faite violer par tout le groupe.

Sauf que, quand elle est sortie à la lumière des lampadaires, il s’est avéré que c’était la sœur d’un des ravisseurs, celui qui s’est écroulé au sol.

« Karma is a bitch », voilà ce que m’a appris cette histoire. Quand tu sombres dans la noirceur, le karma s’occupe de te renvoyer le boomerang. En faisant du mal aux autres, tu te détruis toi-même.

Je suis assis sur un banc, me demandant si j’arriverais un jour à reprendre la plume. Je n’ai plus la passion d’avant et ça me déprime. C’est alors qu’un type du quartier vient me taper la discute, un CD de rap en main. Mais moi je n’y connais rien. « Comment ça cousin ? C’est la loose ! ». Après 2 heures d’explication intense sur toute l’histoire du rap, il s’en va. Et moi je sens ce frisson bien particulier, c’était l’étincelle qu’il me fallait pour rallumer ma flamme intérieure. Je vais transformer mes écrits en mélodies.

On ne fait jamais de rencontre par hasard. Toute rencontre a une sagesse. « Quand l’élève est prêt, le maître apparaît. »

Avec le monde du rap est revenu celui de la drogue et de toute autre activité « du milieu ». Retour à la case départ. Je suis devenu un expert en narcotisation. Qu’est-ce que ça veut dire ? Que je suis un hamster, qui passe ses journées à tourner sur une roue.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Vidéo : Comment lire sans lire

Le monde est séparé en 3 catégories de personnes, ceux qui creusent la tombe de leur propre vie, ceux qui sont en mode avion, et ceux qui roulent dans la vie en Batmobile.

La narcotisation, c’est le boulot des premiers et le passe-temps des seconds. Elle consiste à remplir le vide abyssal de sa vie par des activités inutiles pour son propre avancement et celui du monde. En bref, tout type d’activité qui évite de se retrouver seul face à soi-même et de se poser les questions « Qui suis-je ? Est-ce que je fais vraiment ce pourquoi je suis fait ou est-ce que je passe à côté de ma vie ? ».

Einstein disait : « La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent ». Il ne suffit pas de changer la roue de place, ou même de changer de roue, pour que le hamster arrête de courir en vain. L’objectif, c’est de sortir de la roue, de changer son mode de fonctionnement.

Je suis assis dans le métro à côté de mon pote Steve. Notre passe-temps favori de l’époque, c’était de s’incruster à des soirées parisiennes, et de développer des stratégies pour rester une fois incrustés.

Un grand de la cité vient nous saluer « Alors, ça fait quoi la jeunesse ? ». On lui raconte nos mésaventures et le mec nous regarde avec des grands yeux.

« Hé les frères siamois, vous êtes complétement à la masse ! Si vous avez l’intelligence de faire des trucs comme ça c’est que vous pouvez faire des vrais trucs utiles ! »

Laissez-moi vous raconter ma version de l’histoire des trois petits cochons.

Il y a 3 types. Le premier passe des journées à glander en fumant du shit. Il finit caissier et construit une maison en paille parce qu’il n’a pas une thune. Quand le grand méchant loup arrive, c’est un carnage.

Le deuxième taffe un peu, mais se repose sur ses facilités. Toujours dans la moyenne, vous voyez ? Il se fait une banale maison en bois, un peu bancale. Quand le loup arrive, une allumette et c’est réglé.

Le troisième, c’est la force tranquille. Il ne se vante pas et fait ses petites actions dans son coin. Il se construit une maison super solide, et finit son bout de vie tranquille, à l’abri du loup.

Alors, c’est quel type de mec que vous voulez devenir ? »

C’est grâce à lui que j’ai découvert la stratégie des « 3 petits cochons ». Celle qui pousse à choisir la douleur de la discipline plutôt que la facilité de la distraction. Faut dire qu’entre Netflix et le porno, la distraction est partout.

Règle n°10 : Choix simples, vie difficile. Choix difficiles, vie simple.

Il existe 4 choses que la narcotisation détruit à feux doux : Le focus mental, l’énergie physique, la discipline et le temps.

Le focus mental te permet d’avoir un projet fixe auquel tu tiens.

L’énergie physique, c’est comme ta voiture. Tu préfères faire un Paris-Marseille en Ferrari ou en Fiat Panda ? Pour un corps en bonne santé, la règle fondamentale c’est le sport, 3 fois par semaine minimum.

La discipline te programme sur le long terme pour obtenir de meilleurs résultats.

Le temps, c’est ta ressource la plus précieuse, et celle que tu dépenses le plus facilement. Un bon exercice à faire serait d’avoir un cahier journalier dans lequel tu notes le temps que les tâches te prennent, et ce qu’elles t’apportent, histoire de te débarrasser de l’inutile.

Une des meilleures façons d’investir ton temps, c’est de prendre soin de ton corps. Arrête de te lever à 14 heures en ouvrant ton fil Instagram. Offre à ton corps des vrais matins, même si ça implique douche froide ou roulé-boulé par terre.

Calle-toi sur tes rythmes circadiens (ce sont les rythmes naturels de ton corps).

Et tous les matins, répète-toi ta « déclaration de guerre ».

Voici, en exemple, la mienne :

  • On ne peut pas à la fois obéir au monde et le transformer
  • N’accorde pas à la vie une importance qu’elle n’a pas : sois comme une flèche qui chemine vers sa cible et détourne-toi de tout ce qui est autre que ton but
  • Transforme-toi et tu transformeras ton histoire
  • Pour cesser d’être aliéné il faut cesser d’être aliénable
  • La richesse diminue en la dépensant et la science croît en la répandant
  • Découvre tes limites, ensuite dépasse-les
  • Apprends parfaitement les règles du jeu et entraîne-toi plus que les autres
  • Si tu veux devenir excellent, vise la perfection
  • Investis ton temps, ne le dépense pas
  • Ton programme est le chemin qui va te permettre d’atteindre tes objectifs et ta discipline accélère ta vitesse de croissance
  • La guerre se gagne dans les plans, jamais sur le champ de bataille

Chapitre 6 : Ghostbusters

Le psychiatre Eric Berne a identifié 4 mythes qui guident notre vie et handicapent notre relation à nous-même et aux autres.

  • J’ai le pouvoir de rendre les gens heureux
  • J’ai le pouvoir de rendre les gens malheureux
  • Les gens ont le pouvoir de me rendre heureux
  • Les gens ont le pouvoir de me rendre malheureux

Ces mythes sont extrêmement malsains, car ils nous font croire que notre bonheur dépend de l’extérieur.

En réalité, j’ai le pouvoir d’influencer le bonheur de l’autre, la nuance est très importante.

Tellement importante que je vais ruiner ces mythes les uns après les autres.

1) J’ai le pouvoir de rendre les gens heureux

Tu n’as aucun pouvoir. Si l’autre n’est pas heureux, c’est parce qu’il l’a choisi.

Imagine un arbre avec de magnifiques pommes rouges bien mûres et une petite pomme verte. Si en tant que sauveur, tu veux cueillir cette pomme, tu ne pourras rien en faire, et tu ne pourras pas non plus la remettre sur l’arbre. Attends qu’elle soit mûre pour la cueillir !

2) J’ai le pouvoir de rendre les gens malheureux

Quand une information sort de toi, elle devient neutre, et c’est à l’autre de l’interpréter de la manière qu’il veut. Ce n’est pas pour rien que deux personnes peuvent recevoir un même message et le vivre très différemment.

3) Les autres ont le pouvoir de me rendre heureux

Cette croyance est parfaite pour rester en mode avion toute ta vie. En revanche, si tu veux une vie remplie de sens, endosse la responsabilité d’atteindre tes objectifs sans te reporter à une personne extérieure. (Attention ! Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas demander de l’aide. Je pense que le plus sain à faire, c’est de demander à l’autre COMMENT faire la tâche et non pas QUOI faire, ce qui nous permet d’apprendre et de prendre nos responsabilités !)

4) Les autres ont le pouvoir de me rendre malheureux

Tu ne peux pas rendre les gens malheureux, donc ils ne le peuvent pas non plus.

Règle n°11 : Se changer soi-même, c’est changer le monde, car nous sommes une partie de ce monde

Ma plus grande peur, c’est de nager dans une eau où on ne voit pas le fond. J’ai donc décidé d’aller nager dans un lac volcanique.

surmonter ses peurs nager dans un lac volcanique

Règle n°12 : Si tu as une peur, fixe-la toi en objectif

Nos croyances ont un impact énorme sur nos vies. A force de croire quelque chose, on va avoir des actions en adéquation avec cette croyance. Et ces actions vont amener des résultats qui vont renforcer notre croyance.

Je me suis répété que j’allais réussir, et j’ai fini par réussir.

(Attention sur ce point ! Travailler dur ne suffit pas, sinon toutes les caissières seraient multimillionnaires. Mais par contre, tous les entrepreneurs à succès ont travaillé dur. Pour les pensées c’est pareil. Rester positif est nécessaire pour vous assurer de continuer vers votre objectif, mais cela ne vous assure pas le succès pour autant. La nuance est importante !)

Chapitre 7 : Le Dawn Wall

destin à accomplir ton down wall

Ahhhh le Dawn Wall… Le mur le plus dur à escalader au monde.

C’est ce mur qu’ont escaladé Tommy Caldwell et Kevin Jorgeson, du jamais-vu ! Leur ascension, épicée de différentes galères, a duré 19 jours ! Mais ils y ont cru jusqu’au bout. Arrivés en haut, ils diront « Nous sommes capables de bien plus que ce que l’on imagine ».

Leur légende personnelle à eux, c’était le Dawn Wall.

Leur quoi ? La légende personnelle, c’est un concept présenté dans le très célèbre livre de Paulo Coelho « l’alchimiste » dans lequel un enfant voyage à l’autre bout du monde pour accomplir ce pour quoi il est né : sa légende personnelle.

Nous sommes tous venus au monde avec un destin à accomplir, un Dawn Wall personnel.

(Sur ce point, je ne suis pas tout à fait d’accord. Je me permets de vous proposer cette vidéo du neuroscientifique David Lefrançois apporte un peu plus de clarté sur la mission de vie, et tout ce dont il en découle)

Règle n°13 : Accomplir sa légende personnelle est la seule et unique obligation des hommes

La neuropsychologue Patricia Boyle a montré que les personnes avec un but important dans la vie étaient plus heureuses, plus équilibrées et en meilleure santé.

Evidemment, identifier sa légende personnelle n’est pas chose aisée. Cela peut venir dès notre jeunesse, ou beaucoup plus tard.

Mais il est possible de pirater le Karma et d’aller plus vite ! Comment ?

Le médecin et professeur en neuroscience et neurologie Antonio Damasio a démontré que nos émotions s’expriment d’abord physiquement, puis mentalement.

Règle n°14 : Ton corps sait déjà ce que ta tête va mettre des années à comprendre

Ma légende personnelle, j’ai mis des années à la trouver.

Quand je me remets dans le rap pour avoir un nouvel objectif de vie, je suis de loin le plus lent.
Mais un jour, suite à un énorme coup de pression, je dois écrire un texte en une heure. Résultat : le plus beau texte de ma vie. C’est là que je me rends compte que trop d’analyse paralyse.

Un beau jour, je tombe sur le film « Slam », et là, nouvel éclair : le rap c’est trop facile, je veux faire du slam. Quelque temps plus tard, je suis au championnat de France, inscrit par mon mentor dans la discipline.

J’arrive avec mon survêt Nike face au juge, je ne sais pas si je suis à la hauteur, mais je donne tout ce que j’ai :

poème reminiscence karma sutra

(note : ce texte vient directement du livre « Karma Sutra »)

Je finis champion de France.

Plus tard, je gagne un séjour en Grèce grâce à un concours Skyrock. Je suis assis face à la mer, avec un cigare devant le soleil. J’ai tout ce qu’un homme pourrait rêver…

Et là, j’ai un bug : « C’est quoi le sens de tout ça ? »

Chapitre 8 : La sagesse de l’échec

quel sens met on derrière les mots

Cette œuvre nous pousse à une réflexion : « Quel sens met-on derrière un mot ou une image ? »

Par exemple, le mot « liberté » est compris très différemment par tout un chacun.

Eh bien, si je te dis que le mot échec n’existe pas dans mon monde, que je possède un tableau mental de « ceci n’est pas un échec » auquel je pense à chaque fois que tu me décris ta situation, que me répondrais-tu ?

Je n’utilise plus « échec » mais « feedback » et « expérience ». Ce qui ne marche pas n’est en réalité qu’un brouillon de la réussite.

Thomas Edison disait : « Je n’ai pas échoué, j’ai simplement trouvé 10 000 solutions qui ne fonctionnent pas ».

Au fond, l’échec n’est-il pas juste une excuse pour ceux qui n’ont pas le courage de continuer ?

95 % des gens abandonnent après ce qu’ils appellent un échec. Mais ceux qui réussissent ont compris que la voie du succès se résume de cette manière : échouer, recommencer, échouer, recommencer …

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Pourquoi vous n'appliquez pas ce que vous lisez (et comment y remédier)

Paulo Coelho écrit dans l’alchimiste « Il n’y a qu’une chose qui puisse rendre un rêve impossible, c’est la peur d’échouer »

Mon plus gros « échec », je le vis durant une mission humanitaire, lorsque je n’arrive pas à sauver une petite camerounaise de la gangrène.

Grâce à mon coach, je comprends que je n’ai de pouvoir que sur les causes et que les conséquences ne m’appartiennent pas, et que penser le contraire serait dangereux et complétement égoïste.

Règle n°15 : Si tu essaies, tu as une chance de perdre. Si tu n’essaies pas, tu as déjà perdu.

Transformer n’importe quelle épreuve en tremplin, c’est un mindset, à l’effigie de l’Aïkido où l’on retourne la force de l’adversaire contre lui. La souffrance n’est qu’un SMS de ton corps et de ton esprit t’indiquant qu’il est l’heure de se recentrer.

Deng Xiaoping a dit « Ce qui est bon est ce qui fonctionne ». Il y a des gens qui passent leur vie à peaufiner des taches secondaires. Il se cache dans le perfectionnisme par peur d’échouer.

Par exemple, après qu’un de mes élèves m’ait révélé travailler sur son logo depuis 4 mois, je l’ai amené dans le restaurant italien le plus connu de Paris, et lui est montré le logo : fait en quelques clics sur Arial.

Un de mes mentors disait « Tant que tu as besoin d’une carte de visite pour te présenter, c’est que tu n’es personne ».

Pense progrès et non perfection, car la perfection bloque le cerveau. Pendant que tu perds ton temps sur ton logo, d’autres avancent.

Règle n°16 : Une vision sans action n’est qu’une hallucination

(Si vous souhaitez un livre entier sur comment combattre cette perfection et toute autre forme de résistance au travail, je vous conseille l’excellent livre de Steven Pressfield : la guerre de l’art)

Chapitre 9 : La fabrique du Warrior

En cinquième, j’ai été viré du cours d’histoire toute l’année. Laisse-moi t’expliquer pourquoi.

J’avais l’habitude d’aller dans une bibliothèque, une espèce d’antre avec une sorte d’alchimiste, les cheveux en pétards. A force de la fréquenter, il m’a conseillé plein de livres. C’est comme ça que j’ai découvert d’incroyables faits sur l’histoire.

Puis, naïf, je présente un exposé sur l’Egypte en expliquant à la prof, du type militante FN, que les pharaons étaient probablement noirs et que l’Egypte était bien plus avancée que l’Europe. J’avais trop de savoir et d’arguments, ça ne lui a pas plu.

Grâce à cette expérience, j’ai compris que le savoir, je devais aller le chercher moi-même !

Des années plus tard, je reprends mes études, mais je me retrouve en galère d’argent, allant même jusqu’aux restos du cœur. Quand j’apprends que mon école organise un concours et que le gagnant se verra offrir sa scolarité, il ne m’en faut pas plus. Pendant 2 mois, je m’enferme. Je réduis mon sommeil (à éviter !), je mange bio et sain et je sors uniquement pour faire du sport. Ce mode de vie m’a tellement était profitable que c’est devenu mon IOS, tu sais ce logiciel des IPhones qui détermine la performance de l’appareil. Bah ton corps, c’est la machine, et ton cerveau le système d’exploitation. Et comme pour un ordinateur, télécharge des logiciels profitables, et évite d’endommager ton IOS avec des merdes. Comment ?

En 4 étapes :

  1. Elimine le micro-ondes (ici j’ai fait des recherches et des expériences avec un ami et je n’ai rien trouvé de concluant, donc à prendre avec des pincettes)
  2. Supprime la télévision (ohhhh que oui !) : « Les gens normaux ont de grandes télévisions, les gens extraordinaires ont de grandes bibliothèques »
  3. Dis adieu à la junk food !
  4. Fais du sport ! (Tant de bénéfices dans ce dernier point)

Quelques temps plus tard, je me rends en Suisse pour voir un ami, et quand je lui dis que j’ai mis

2 mois à lire 10000 pages, il tique. Il me fait découvrir la lecture rapide ! « Quand l’élève est prêt, le maitre apparaît ».

Les élèves me voient dans mes délires de lire toute la bibliothèque en 2 ans. J’en intrigue certains qui me demandent des cours. Ma première micro-entreprise était créée, avec aujourd’hui plus de 10 000 personnes formées dans près de 100 pays.

De par mes expériences, j’ai compris que j’avais créé un IOS super-performant et que je me devais de le partager au monde ! « Et toi, tu es qui pour priver le monde de ta lumière ? »

Pendant un de mes séminaires, un élève m’explique qu’il n’ose pas aborder la fille de ses rêves à son boulot car il est trop timide. Après lui avoir demander l’autorisation d’être en sincérité radicale, je lui réponds : « Il ne faut pas confondre timidité et stupidité. La timidité ne peut pas servir d’excuse pour ne pas accomplir ta légende personnelle ».

Tu ne sais pas ce qu’est la sincérité radicale ? C’est une des deux méthodes de communication que j’utilise avec la communication non-violente.

La sincérité radicale, c’est dire ce qu’il y a à l’intérieur de toi, la stratégie Shrek pour les intimes, car « mieux vaut que ça pète dehors que dedans ». Demande toujours l’autorisation de ton interlocuteur avant de l’utiliser.

Cette méthode est très bénéfique pour créer des relations saines et profondes (et les relations c’est la clé n°1 de notre bonheur, selon une étude d’Harvard de 70 ans)

La communication non violente, quant à elle, peut-être comparée à la technique du sandwich :

  1. Une tranche de pain : j’ai aimé que …
  2. Le contenu : ce que j’aurais aimé …
  3. La deuxième tranche : en tout cas j’apprécie …

Utilise ces deux techniques en fonction du contexte et de l’interlocuteur, et laisse sortir ce que tu penses pour ne pas te dégrader de l’intérieur.

Règle n°17 : Tant que nous ne sommes pas en amour avec nous-mêmes, nous sommes une fréquentation dangereuse pour les autres.

Chapitre 10 : La valse des mentors

–Championnat du monde de lecture rapide et de Mind Mapping. Hong Kong, 2018–

Mon équipe est composée de racailles, de cancres et même d’un mal entendant. Pourtant, on rafle 7 médailles.

Il y a un an, j’étais un looser à qui Tony Buzan n’avait même pas serré la main. Aujourd’hui, je suis entraîneur de l’équipe de France. Au moment où je monte sur scène, j’ai un flashback de mon père qui me dit « Tu sais Steve, si tu as grandi sans père, c’est peut-être parce que le Karma a décidé que tu n’en avais pas besoin. Et que plus tard il te donnerait autre chose en compensation. »

Dans ma tête valsent tous les mentors que j’ai rencontrés, et parmi eux : Tony Buzan, ou « Tony B » pour les intimes, celui qui a amené sa part de progrès sur terre en apportant des éclaircissements sur le fonctionnement du cerveau.

Je le rejoins sur scène pour prendre la photo, c’est le kiff ! Et là il me glisse à l’oreille : « Bravo ! le flambeau est passé. »

Quelques semaines plus tard, j’apprends avec horreur la mort de Tony B. « Le meilleur moment pour réaliser ses rêves, c’est maintenant, tant qu’il en est encore temps ». C’est une règle de vie que j’essaye de transmettre à mes élèves.

Je me souviens encore de cette phrase qu’il m’a dite : « Si on peut muscler son corps, on peut aussi muscler son cerveau ; les sports mentaux comme la lecture rapide sont le futur, et toi et moi en sommes les ambassadeurs. »

La veille de la compét’, mon équipe et moi sommes dans un bar, et c’est ce moment que je choisis pour faire mon speech : « Les amis, j’ai 10 conseils qui peuvent vous aider, je l’espère, à booster votre excellence ».

trouver le bon chemin marc aurele

Marc Aurèle disait : « Si tu es bloqué sur le chemin, alors tu es sur le bon chemin ».

Le conseil n°1 est d’arrêter de brasser de l’air et d’agir. Mais c’est prendre un risque me diras-tu ? Oui, je sais, alors applique le conseil n°2, si tu fais ce que tu as toujours fait, tu obtiendras ce que tu as toujours obtenu.

Continuons avec le conseil n°3 qui vous enseigne que ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que vous n’osez pas, mais parce que vous n’osez pas qu’elles sont difficiles. Bah ouais, la peur a tué plus de rêves que l’échec, mais j’ai une bonne nouvelle, le conseil n°4 nous dit que soit vous gagnez, soit vous apprenez, vous ne perdez jamais. J’aurais pu ne prendre aucun risque et écouter ce que ma conseillère d’orientation m’a dit, mais j’ai préféré écouter le conseil n°5 qui dit qu’il ne faut jamais croire quelqu’un qui affirme que vous ne pouvez pas le faire. Ces croyances limitantes, ce sont justes des croyances, pas la réalité. Thomas Jefferson disait « Je me suis rendu compte que plus je travaille dur, plus j’ai de la chance », et ouais, nos vies, ce n’est rien d’autre que le miroir de nos choix …

C’est d’ailleurs en lien avec le conseil n°6 qui te dit que tu n’as que deux choix : Avancer ou abandonner. Et je ne crois pas en la chance, je crois plutôt au conseil n°7, chance, hasard et coïncidence sont justes le nom que les ignorants donnent à leur ignorance.

Enchainons sur le conseil n°8 qui nous rappelle que c’est en faisant des choses que vous n’avez jamais faîtes que vous obtiendrez des choses que vous n’aviez jamais réussi à obtenir.

Etes-vous prêt à partir à la conquête de vous-même ? Soit, vous êtes un lâche, soit vous êtes un guerrier qui apprend que l’excellence est un processus qui s’apprend. Mais c’est en lien avec le conseil n°9, l’excellence, c’est de mettre en place une méthode pour augmenter votre excellence de 1% chaque jour.

Vous pouvez me dire que l’excellence coûte cher, je vous répondrai que l’ignorance coûte bien plus cher. Laissez-moi vous offrir le conseil n°10 : Faire plus de choses qui ne fonctionnent pas ne produit que plus de dysfonctionnement.

Mes amis, le meilleur moment pour investir en vous, c’était il y a 10 ans, le deuxième meilleur moment, c’est maintenant. N’ayez peur que d’une chose, vous retrouver au même niveau dans 1 an.

Les perdants ont des excuses, les gagnants trouvent des moyens. Demain il n’y aura ni gagnant, ni perdant, car ce soir, vous avez déjà gagné. »

Conclusion sur « Karma Sutra » de Steve :

Karma Sutra est un livre « de motivation » par excellence. C’est le genre d’ouvrage à emporter avec vous pour retrouver la motivation d’affronter les épreuves difficiles. Le mot clé de Karma Sutra est « Agir ». Et c’est ce mot-clé qui gouverne les pensées de l’auteur tout au long du récit. A travers son parcours, il nous montre l’importance d’agir et tous les bénéfices que cela nous apportera ! Vous avez tendance à procrastiner ? Alors lisez ce livre et vous agirez !

J’ai écouté ces conseils, et ils m’ont été d’une grande utilité ! Je partais de l’idée que je devais attendre que ma vie devienne incroyable, et ce livre m’a fait comprendre, à travers ses 17 règles, que c’était de mon devoir de me créer ma vie. Personne d’autre ne le ferait à ma place.

Alexy de Neuro Nomade

Points forts :

  • Karma Sutra est facile et agréable à lire
  • Beaucoup d’exemples pour illustrer les règles
  • Des conseils simples et applicables immédiatement
  • Des histoires qui nous captivent et donnent envie de lire la suite du livre

Points faibles :

  • Certains passages sont tournés uniquement sur la motivation sans réelle étude derrière
  • Certains conseils peuvent être mal interprétés et apporter un résultat opposé.

Ma note : image image imageimageimageimageimageimageimage

Avez-vous lu le livre ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (1 votes, moyenne: 4,00 out of 5)

Loading...

Visitez Amazon afin de lire plus de commentaires sur le livre de Steve “Karma Sutra”

Visitez Amazon afin d’acheter le livre de Steve “Karma Sutra”

Crédits photos : Orudorumagi11 / Gustave Doré / Ashton Emanuel/ Zainubrazvi / Nate Ptacek /Ωméga * /anonyme

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Pas de Commentaires pour :

Karma Sutra







Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.

Partagez
WhatsApp
Partagez
Tweetez
Enregistrer