Une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie.

La guerre de l’art 

couverture livre la guerre de l'art Steven Pressfield

Résumé de « La guerre de l’art » de Steven Pressfield : Un livre percutant et lucide qui dresse surtout le portrait de notre pire ennemi dans notre approche de la création : la résistance, et nous guide dans l’attitude à adopter pour la contrer. Ce livre est un véritable éloge des batailles de l’esprit qui se déroulent en nous à chaque acte de création. Il nous encourage à prendre conscience de ces guerres et nous donne de précieux conseils pour guérir et reconquérir notre créativité.

Par Steven Pressfield, 2002, 192 pages

Titre original : The war of Art

Note : Cette chronique invitée est rédigée par Damien Giraud du blog monpotentielcreatif.

Table des matières

Chronique et Résumé de « La guerre de l’art » de Steven Pressfield

Un mot sur l’auteur, Steven Pressfield

image de Steven Pressfield, l'auteur de 'La guerre de l'art”
Steven Pressfield, l’auteur de ‘La guerre de l’art”

Steven Pressfield est un écrivain américain de renom, connu pour ses œuvres de fiction historique et ses livres sur l’acte de création.

Il a écrit des best-sellers qui ont captivé un large public. Il a notamment écrit « Les portes du feu », un roman épique sur la bataille des Thermopyles, et « La dernière Amazone », une aventure mêlant mythe et histoire.

Son livre le plus populaire, « The War of Art », explore les défis internes auxquels sont confrontés les artistes et propose des stratégies pour surmonter la résistance créative.

Pressfield continue d’inspirer de nombreux créateurs avec ses histoires captivantes et ses idées perspicaces.

Introduction – Cette force limitante en nous : la résistance

Pour nous présenter le livre, l’auteur jette un regard bref mais perspicace sur la révélation d’un secret, le secret qui différencie les créateurs de ceux qui ne peuvent pas ou ne sont pas.

« Les créateurs savent que le plus difficile n’est pas de créer, mais de s’asseoir et de commencer à créer. »

Et ce qui est entre, c’est la résistance.

Résistance et conséquences : Une vie non vécue

Par sa nature même, la résistance est la force la plus toxique de la vie humaine, la racine du malheur, de la maladie et de la pauvreté.

Elle nous retient et nous limite dans l’accomplissement de ce que nous sommes, de ce que nous sommes censés être ; elle nous empêche de vivre la vie que nous sommes censés vivre au plus profond de nous-mêmes.

Pour ceux qui croient aux dieux, la résistance est le diable qui nous empêche de vivre notre vie.

La résistance est l’ombre qui cache le soleil dans nos vies.

Elle a affecté des millions d’hommes et de femmes avant nous, les empêchant de vivre une vie pleine de joie et d’épanouissement.

La résistance défigure nos vies, elle nous prive de notre espoir et de notre nature, elle nous fait payer un lourd tribut : le prix d’une vie non vécue !

Structure du livre « La guerre de l’art – Surmontez les blocages et gagnez vos batailles créatives intérieures ».

Le livre « La Guerre de l’Art » est structuré en trois parties principales :

Livre 1 : Résistance – Comprendre l’ennemi

Il explore la compréhension de la force appelée « Résistance » dans ses différents champs d’action et manifestations.

Explorer la résistance sous ses différents aspects nous permet de mieux comprendre les obstacles qui se dressent sur le chemin de notre créativité et de notre épanouissement.

En comprenant la résistance, nous pouvons nous libérer et devenir plus conscients des pièges qui nous entravent.

Livre 2 : Lutter contre la résistance – Devenir professionnel

Il aborde le concept d’action et de professionnalisme face à la résistance, en mettant l’accent sur des qualités telles que la patience, l’endurance et la préparation.

En développant ces qualités, nous sommes mieux préparés à relever les défis et à maintenir notre engagement malgré les obstacles.

Cette approche nous aide à évoluer vers un niveau supérieur d’état d’esprit et d’épanouissement.

Livre 3 : Au-delà de la résistance – Les royaumes supérieurs

Il s’enfonce dans une dimension introspective, métaphysique et souvent spirituelle, explorant des concepts qui dépassent notre entendement, parfois d’ordre divin, et qui influencent notre vie et nos résultats dans le processus créatif.

La phrase suivante illustre parfaitement l’atmosphère du livre 3 : « Lorsque nous nous consacrons à notre travail quotidien, le monde se concentre autour de nous et nous devenons presque magnétiques. »

Cette partie nous permet d’explorer et d’acquérir des angles de vue qui peuvent permettre un changement de conscience.

Elle nous invite à réfléchir aux aspects qui régissent notre existence et notre créativité, en abordant des notions parfois divines.

En nous ouvrant à ces idées profondes, cette partie du livre nous offre la possibilité de transcender les limites conventionnelles et d’approfondir notre compréhension de nous-mêmes et de notre processus créatif.

LIVRE 1 : Résistance – Comprendre et connaître l’ennemi dans notre guerre de l’art.

"Livre 1 : 'La guerre de l'art' - Comprendre l'ennemi : la résistance.
Livre 1 : ‘La guerre de l’art’ – Comprendre l’ennemi : la résistance.

La première bataille consiste à comprendre d’où vient la résistance

Cette partie du livre explore les différentes sphères de notre existence où s’opère la résistance, primordiale à la connaissance de l’adversaire. Dans :

  • La poursuite de toute vocation artistique, qu’il s’agisse de peinture, de dessin, de danse ou d’autres formes d’expression artistique.
  • Le lancement d’une entreprise ou d’une initiative entrepreneuriale.
  • Notre alimentation et nos efforts pour adopter un régime alimentaire sain.
  • Notre programme de développement spirituel, visant à cultiver notre esprit et notre bien-être intérieur.
  • Nos efforts pour vaincre les mauvaises habitudes ou les dépendances.
  • Notre programme sportif, visant à améliorer notre condition physique et notre santé.
  • Toutes les formes d’éducation, qu’elles soient formelles ou informelles.
  • Nos actes moraux ou éthiques, lorsque nous prenons la responsabilité de créer un changement positif, même si cela va à l’encontre des conventions.
  • Tout acte d’altruisme, lorsque nous cherchons à aider les autres ou à contribuer à la société.
  • Les engagements les plus profonds de notre cœur, tels que le mariage, la parentalité, la résolution de conflits relationnels ou l’affrontement de défis dans nos relations.
  • Toute forme d’adversité qui peut survenir dans notre vie.

En bref, l’ennemi se manifeste dans toutes ces sphères de notre existence, dans tout acte qui tend à être créateur de notre vie, et surtout, dans tout acte qui rejette la gratification immédiate en faveur de la croissance, de la santé ou de la « bonne vie ».

La résistance : qui est-elle et quelles sont ses caractéristiques ?

L’auteur adopte une perspective intéressante en personnifiant et en humanisant la résistance.

En attribuant à la résistance des caractéristiques telles que l’invisibilité, l’intériorité, la ruse et l’implacabilité, il met en évidence sa nature complexe et presque organique.

LA RÉSISTANCE EST INVISIBLE

Elle ne se touche pas, ne se sent pas et ne se voit pas, mais elle se ressent.

LA RÉSISTANCE EST INTERNE

Elle est interne : la résistance, bien qu’elle semble venir de l’extérieur, est une force qui naît en nous, qui s’auto-génère et s’auto-entretient. La résistance est un ennemi qui vient de l’intérieur.

LA RÉSISTANCE EST INSIDIEUSE

Elle mentira, fabriquera, falsifiera, séduira, harcèlera… s’il le faut !

LA RÉSISTANCE EST IMPLACABLE

La Résistance est comme un méchant de cinéma, comme Alien, Terminator ou Jason Voorhes. Elle ne peut être réduite au silence, elle n’a d’autre raison que de détruire nos vies, et de nous empêcher de nous épanouir, même réduite, elle continuera d’attaquer.

LA RÉSISTANCE EST IMPERSONNELLE

Elle ne sait pas qui vous êtes et s’en moque ; c’est une force de la nature à l’intérieur de vous, qui agit avec froideur, et indifférence pour la personne qui se trouve en face d’elle.

LA RÉSISTANCE EST INFALSIFIABLE

Elle ne ment pas, et pour cause : vous pouvez l’utiliser comme une boussole et naviguer grâce à elle,

La règle est simple : plus l’appel et les actions qui en découlent sont importants pour notre esprit et notre évolution, plus la résistance nous poursuivra ardemment.

LA RÉSISTANCE EST UNIVERSELLE

Nous sommes loin d’être les seuls à y être confrontés : toute personne dotée d’un corps en fait l’expérience.

LA RÉSISTANCE NE DORT JAMAIS

Elle ne dort jamais, et certains grands créateurs la ressentent même des décennies après leurs débuts, mais les créateurs vivent selon le même code de nécessité : se battre chaque jour pour créer.

LA RÉSISTANCE JOUE LE TOUT POUR LE TOUT

Elle est sérieusement engagée à atteindre son objectif : détruire, saboter et résister à votre génie, votre esprit et votre unicité.

Quand on la combat, c’est un combat à mort.

LA RÉSISTANCE EST ALIMENTÉE PAR LA PEUR

La résistance est en soi une force qui n’a pas de force propre ; la seule force qu’elle possède vient de vous, qui la nourrissez de votre peur.

Elle est plus puissante sur la ligne d’arrivée, lorsque nous sommes très proches de la réalisation de notre vision.

Au fur et à mesure que nous nous rapprochons de notre objectif, de la création, la résistance le sait et fera tout ce qui est en son pouvoir pour nous battre, en mettant tout ce qu’elle a dans son assaut final.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Vidéo : Comment lire sans lire

Vous aurez peur, peut-être même plus que jamais.

Le professionnel le sait et ne panique pas face à cela.

LA RÉSISTANCE RECRUTE DES ALLIÉS

La résistance est un auto-sabotage, parfois au point de vous faire agir bizarrement, et (trop) émotionnellement.

Mais ce n’est pas tout, elle recrute dans son équipe toute autre forme de sabotage. La résistance se fera aussi des alliés dans votre entourage.

Eux aussi sont susceptibles d’agir sous l’influence d’émotions telles que la jalousie et la peur pour saboter votre temps et vos opportunités. À travers vous, ils combattent leur propre résistance, leurs propres démons, leurs propres vies non vécues.

Le créateur doit être impitoyable d’abord envers lui-même, mais aussi envers les autres, il ne doit pas se laisser briser et saboter ! 

De quelle manière le combat se manifeste-t-il ?

 'La guerre de l'art' - connaître l'ennemi pour mieux le combattre, c’est aussi décoder les manifestations de la résistance 
 ‘La guerre de l’art’ – connaître l’ennemi pour mieux le combattre, c’est aussi décoder les manifestations de la résistance 

La résistance à son chaos et sa mission : détruire tout aspect de la création dans votre vie est capable de se métamorphoser sous différentes formes, chacune pouvant avoir un impact sur votre vie et votre épanouissement.

RÉSISTANCE ET PROCRASTINATION

C’est la forme de résistance la plus courante, et la plus facile à rationaliser, notamment en trouvant des excuses pour remettre les choses à demain (jamais).

Cette résistance est vicieuse, car sans s’en rendre compte, elle devient une habitude, non seulement sur notre projet, mais jusqu’à notre lit de mort.

Éviter la procrastination, c’est cette seconde où l’on s’assoit et où l’on commence à faire son travail quotidien…

RÉSISTANCE ET SEXE

Oui, la résistance prend parfois cette forme, que ce soit en amour ou en inquiétude, pour la simple raison que le sexe est le plus puissant fournisseur de gratification immédiate, et la résistance adore ça !

Nous nous sentons approuvés, parfois aimés, dans l’arène sexuelle, et la résistance en profite pour nous distraire de notre travail,

Bien sûr, toutes les formes de sexe ne sont pas comme ça, mais en général, plus vous vous sentez vide, plus vous pouvez être certain que votre véritable motivation n’était pas l’amour ou même le désir, mais la Résistance.

Ce principe s’applique à toutes les formes de drogue et de gratification immédiate, telles que l’alcool, la télévision, le shopping, les réseaux sociaux …

LA RÉSISTANCE ET LES PROBLÈMES

Les problèmes sont des situations facilement accessibles, sur lesquelles il est facile d’attirer l’attention ou d’être attiré, c’est pourquoi la résistance les utilise pour contourner notre attention.

Tout ce qui retient notre attention par la douleur ou l’artificialité est une manifestation de la résistance.

L’artiste qui travaille ne tolère pas les problèmes dans sa vie parce qu’il sait que les problèmes l’empêchent de faire son travail. L’artiste qui travaille bannit toutes les sources de problèmes de son monde.

LA RÉSISTANCE ET L’AUTO DRAMATISATION

La création de drames dans nos vies est un symptôme de résistance. 

Certaines personnes sont attirées par le drame, et lorsque le niveau de drame tombe en dessous d’un certain seuil, elles augmentent à nouveau inconsciemment. Parfois, c’est un proche qui alimente ce jeu.

C’est comme si, dès que l’ordre commence à régner, une alarme nucléaire se déclenche, ramenant le chaos et le désordre. Il s’agit d’une dynamique malsaine dans laquelle le drame devient une source d’attention et de divertissement.

Ce comportement, bien qu’inconscient, maintient les personnes impliquées dans un cycle de distraction, les empêchant de progresser et de s’épanouir.

RÉSISTANCE ET VICTIMISATION

Beaucoup de gens ne sont pas malades, ils aiment simplement rester dans le drame et la victimisation.

Jouer le rôle de victime, être plaint, être réconforté est une forme de gratification immédiate.

Parfois, la victimisation est une forme de résistance, obligeant les autres à venir à notre secours pour que nos souhaits se réalisent, et nous tenant ainsi en otage de notre propre désordre et de notre victimisation.

Si vous vous comportez comme une victime au lieu de faire votre travail, arrêtez !

LA RÉSISTANCE ET LE CHOIX D’UN PARTENAIRE

Parfois, nous ne sommes pas conscients de notre résistance et nous choisissons un partenaire qui l’a surmontée.

Peut-être parce qu’il est plus facile de donner et de percevoir le pouvoir que nous possédons chez les autres, peut-être parce qu’il est moins menaçant de croire que notre partenaire mérite de vivre cette vie plus que nous, ou peut-être parce que nous faisons de notre partenaire un modèle à admirer, ou parce que nous croyons que rester suffisamment sous le contrôle de notre partenaire aura l’influence souhaitée sur nous….

Dans tous les cas, cela nous empêche de poursuivre notre propre résistance et notre propre vie non vécue.

En outre, elle défigure l’amour.

RÉSISTANCE ET MALHEUR

L’un des principaux sentiments de résistance est le malheur et la tristesse.

Nous nous ennuyons, nous ne trouvons ni repos ni satisfaction, nous nous sentons coupables, nous ne nous sentons pas aimés et nous pensons que nous ne le serons jamais.

Nous sommes dégoûtés et détestons ce que nous sommes.

Le vice frappe, et il frappe fort : drogues, adultère, procrastination sur internet…

En outre, la dépression s’installe, nous nous sentons attaqués ou devenons les agresseurs, nous nous détruisons.

Cela ressemble à la vie de beaucoup de gens, n’est-ce pas ? C’est normal, la résistance touche tout le monde…

Plus délicat…

Notre société, qui en est bien plus consciente que nous, est prête à nous faire consommer à tout prix pour nous donner l’illusion du bonheur, une drogue légale, mais surtout pour nous détourner de notre esprit de création.

Le seul remède ?

Reprendre notre pouvoir, débrancher, faire notre travail !

RÉSISTANCE ET CRITIQUE

La résistance peut parfois prendre la forme d’une critique à l’égard des autres.

Lorsque nous observons les autres vivre leur vie de manière authentique, nous ressentons une profonde frustration de ne pas avoir vécu la nôtre (souvent inconsciemment).

Les personnes qui mènent une vie épanouie sont généralement moins enclines à critiquer les autres, à moins que leurs commentaires ne soient constructifs et encourageants.

Ceux qui vivent pleinement leur vie n’ont tout simplement pas le temps de critiquer, car ils consacrent leur énergie à accomplir leurs propres tâches et à mener à bien leur mission.

RÉSISTANCE ET DOUTE DE SOI

Le doute de soi peut être fructueux et bénéfique, car il peut refléter l’amour, le désir et l’aspiration que nous avons pour quelque chose que nous nous efforçons d’atteindre.

Vous arrive-t-il de vous poser de telles questions ?

« Suis-je vraiment un écrivain ? 

Suis-je une bonne personne ?

 Est-ce que je mérite vraiment de former un couple ou de fonder une famille ? »

Ces questions suggèrent qu’il y a de fortes chances que ce soit le cas !

RÉSISTANCE ET PEUR

La peur peut être bénéfique, car elle nous guide vers des actions à entreprendre et des chemins à suivre.

Plus la peur est grande, plus la résistance est intense, ce qui indique que vous devriez vous engager pleinement dans cette entreprise et en faire une mission de vie, car elle est d’une grande importance pour votre propre croissance et votre développement spirituel.

D’ailleurs, si cela vous intéresse, j’ai un Ebook complet de 50 pages sur le thème de la peur (et de la procrastination qui va avec), dont les formulaires sont accessibles partout sur mon site.

Je vous renvoie à cet article : Les 12 peurs qui bloquent votre créativité, En prendre conscience ! qui est un amuse bouche de ce qui est abordé beaucoup plus en profondeur (aspect Mindset et outils de coaching pro).

Si cela n’avait pas d’importance pour nous, il n’y aurait pas de résistance.

Le professionnel, concept dont nous parlerons ensuite, accepte les projets qui peuvent l’aider à évoluer et à explorer des aspects de lui-même qui restent à découvrir, même si cela peut être effrayant.

Comme vous et moi, il ressent aussi la peur, mais il fait quand même son travail.

RÉSISTANCE ET AMOUR

Ici aussi, la résistance sera proportionnelle à votre niveau d’amour.

L’amour de quelque chose peut créer une résistance incroyable, le projet peut vous terrifier, car là où il n’y a pas d’amour, il y a de l’indifférence, et la résistance ne s’attaque jamais à ce qui ne vous intéresse pas.

LA RÉSISTANCE ET L’ILLUSION DE DEVENIR UNE STAR

Le fantasme et l’illusion de devenir une star sont des symptômes de la résistance – c’est un comportement nuisible.

Le professionnel se concentre uniquement sur le présent, se détache des objectifs séduisants de l’avenir et fait son travail sans se soucier des résultats futurs.

RÉSISTANCE ET ISOLEMENT

Il est parfois effrayant d’être seul dans un acte créatif.

Mais n’oubliez pas ceci :

Selon l’auteur : Nous ne sommes jamais seuls, à partir du moment où nous commençons à créer, votre lumière brille, votre courage vient vous soutenir.

Le temps semble disparaître lorsque, pendant ce temps de solitude, nous changeons de vision, et les heures s’envolent.

De plus, dans nos actes de création, nous ne sommes jamais seuls : nous sommes avec nos personnages, avec nos instruments lorsque nous jouons de la musique, nous sommes avec nous-mêmes,

Et souvent, pour un créateur, son monde intérieur est beaucoup plus riche et plus vivant que les gens du monde réel.

LA RÉSISTANCE ET LA GUÉRISON

La résistance sait que plus nous mettons d’énergie à craindre notre santé et à nous forcer à guérir, moins il y a de jus disponible pour notre travail.

RÉSISTANCE ET SOUTIEN

Chercher le soutien de nos amis et de notre famille revient à les rassembler autour de notre lit de mort.

C’est une belle intention, mais tout ce qu’ils peuvent faire, c’est se tenir sur le quai et dire au revoir.

Tout le soutien que nous recevons de la part de personnes réelles se résume souvent à du vent et nous empêche de faire notre travail.

En fait, plus nous comptons sur le soutien de nos collègues et de nos proches, plus nous nous affaiblissons et plus nous devenons incapables de gérer nos propres affaires.

RÉSISTANCE ET RATIONALISATION

La rationalisation est l’alliée la plus proche de la résistance, car elle vise à nous empêcher de prendre conscience de notre résistance et même de la justifier rationnellement.

Elle nous pousse à nous mentir à nous-mêmes, mais nous avons le pouvoir de choisir de croire ou non ces mensonges.

La rationalisation est une voie qui cache la véritable source de nos problèmes plutôt que de nous la révéler.

Ce qui rend la résistance si subtile, c’est sa capacité à paraître tantôt vraie, tantôt légitime.

LA RÉSISTANCE PEUT ÊTRE VAINCUE

Mais ne vous inquiétez pas, la résistance peut être vaincue. Si ce n’était pas le cas, la plupart des actes créatifs de tous les temps n’auraient pas eu lieu.

Vaincre la résistance, c’est comme accoucher !

LIVRE 2 – Lutter contre la résistance – devenir professionnel

devenir professionnel passer du statut amateur à professionnel
Livre 2  ‘La guerre de l’art’ – Devenir professionnel  passer du statut d’amateur à celui de véritable expert.  

Deux piliers du livre 2 selon l’art de la guerre : Professionnels et amateurs

Pour introduire le livre 2, selon Steven Pressfield, les artistes en herbe qui échouent face à la Résistance ont un point commun : ils ont une mentalité d’amateur.

Or, le moment où un artiste devient professionnel est d’une importance capitale, comparable à la naissance de son premier enfant.

  • Les amateurs jouent pour le plaisir, à temps partiel, tandis que les professionnels jouent pour gagner, à temps plein.
  • Être professionnel signifie s’engager pleinement dans son art et y consacrer toute sa vie.

Un professionnel ne dépend pas de l’inspiration pour son travail ; il s’assoit régulièrement et fait son travail sans être dérangé par la Résistance. En construisant ce travail avec constance et discipline, l’inspiration finit par venir.

Pourquoi la Résistance cède-t-elle lorsque nous devenons professionnels ?

Lorsque nous devenons professionnels, la Résistance cède parce qu’elle puise sa force dans notre peur.

En nous concentrant sur notre travail et en mettant de côté nos peurs, nous pouvons vaincre la Résistance.

Comme les Spartiates, qui considéraient l’ennemi comme anonyme, nous devons rester déterminés et acharnés dans notre poursuite.

Même si la résistance persiste, le professionnel continue d’avancer avec détermination et discipline, en surmontant les obstacles qui se dressent sur son chemin.

Comment devenir professionnel, l’acte de volonté

Devenir professionnel n’a rien de mystérieux. C’est un acte de volonté. 

Nous décidons de nous considérer comme des professionnels et nous le faisons. C’est aussi simple que cela.

Les principes et comportements des professionnels, Le code d’honneur du créateur

  • Se présenter au travail tous les jours, quelles que soient les circonstances : Cela signifie qu’il faut être diligent et discipliné, faire face aux responsabilités et aux tâches quotidiennes, même lorsque cela peut être difficile ou décourageant.
  • Rester engagé et concentré sur son travail tout au long de la journée : Il s’agit de maintenir un niveau élevé d’attention et de concentration dans son travail, en évitant les distractions et en restant concentré sur les objectifs à atteindre.
  • S’engager à long terme : Il s’agit d’avoir une vision à long terme de sa carrière et de persévérer dans ses efforts, même lorsque les résultats tardent à venir. C’est la volonté d’affronter les défis et les difficultés pour progresser et réussir dans son domaine.
  • Reconnaître que les enjeux de son travail sont réels et importants pour sa survie : il s’agit de prendre conscience de l’importance de son travail pour sa subsistance et celle de sa famille, et de reconnaître que la réussite professionnelle a des répercussions concrètes sur sa vie et ses aspirations.
  • Être rémunéré pour son travail : Cela signifie être conscient de la valeur de son travail et être capable de le monétiser, d’être récompensé financièrement pour ses compétences et son investissement.
  • Ne pas s’identifier exclusivement à son travail : Il s’agit de comprendre que l’identité et la valeur personnelles ne sont pas déterminées uniquement par le travail, mais qu’il existe d’autres aspects de la vie qui sont tout aussi importants.
  • Maîtriser son métier : Cela signifie acquérir les compétences nécessaires, approfondir ses connaissances et développer son expertise dans son domaine afin de fournir un travail de qualité et de se distinguer professionnellement.
  • Avoir le sens de l’humour dans son travail : Il s’agit d’adopter une perspective positive et légère face aux difficultés et aux échecs, d’être capable de rire de soi-même et de trouver de la joie dans le processus créatif et les défis professionnels.
  • Recevoir des éloges ou des critiques dans le monde réel : Il s’agit d’être ouvert aux commentaires et aux réactions des autres, qu’il s’agisse de compliments ou de critiques constructives, afin de pouvoir progresser et s’améliorer dans son travail. Il s’agit de rechercher une validation authentique et objective de la qualité de votre travail.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Strengths Finder 2.0 : Maintenant, découvrez vos forces

Qui sont les professionnels ?  Compétences, aptitudes et caractéristiques

LE PROFESSIONNEL A ACCEPTÉ LE MALHEUR.

L’artiste engagé dans sa vocation a volontairement choisi l’enfer, qu’il en soit conscient ou non.

Toute sa vie, il doit se nourrir d’un régime d’isolement, de rejet, de doute, de désespoir, de ridicule, de mépris et d’humiliation.

L’artiste doit être comme un Marine. Il doit savoir être malheureux, il doit aimer être malheureux. Il doit être fier d’être plus malheureux que n’importe quel soldat.

LE PROFESSIONNEL JOUE POUR L’AMOUR DU JEU

Le professionnel, même s’il accepte de l’argent, fait son travail par amour.

Il doit l’aimer. Sinon, il n’y consacrerait pas volontiers sa vie. Le professionnel a cependant appris que trop d’amour peut être une mauvaise chose. Trop d’amour peut l’étouffer et devenir de la résistance.

UN PROFESSIONNEL EST PATIENT

La résistance contrecarre l’amateur avec la plus vieille des ruses : l’impatience et l’enthousiasme.

La résistance nous plonge dans un projet avec un calendrier trop ambitieux et irréaliste. Elle sait que nous ne pourrons pas maintenir ce niveau d’intensité. Nous nous heurtons à un mur. Nous nous écraserons.

Le professionnel, lui, comprend que ce n’est qu’une question de temps.

Il conserve son énergie. Il prépare son esprit pour le long terme.

UN PROFESSIONNEL CHERCHE L’ORDRE

Le professionnel ne peut pas se permettre de vivre ainsi. Il est engagé dans une mission. Il ne tolère pas le désordre. Et, il élimine le chaos de son environnement et le chasse de son esprit.

Le professionnel s’efforce de maintenir un environnement et un esprit propres, afin que l’inspiration puisse circuler sans être entravée par le désordre.

UN PROFESSIONNEL DÉMYSTIFIE

Un professionnel démystifie son travail en le considérant comme une profession plutôt que comme un art.

Il reconnaît la dimension mystique de tout effort créatif, mais ne s’y attarde pas.

Il se concentre sur la technique, maîtrisant le « comment », laissant le « quoi » et le « pourquoi » à des forces supérieures.

Le professionnel est conscient des éléments intangibles de l’inspiration, mais respecte leur pouvoir en les laissant agir.

Il se concentre sur ses propres actions.

Contrairement à l’amateur qui glorifie et obsède le mystère, le professionnel se tait et se met au travail.

LE PROFESSIONNEL AGIT FACE À LA PEUR

L’amateur croit qu’il doit d’abord vaincre sa peur ; ensuite, il peut faire son travail.

Le professionnel sait que la peur ne peut jamais être surmontée. Il sait qu’il n’existe pas de guerrier ou d’artiste sans peur.

UN PROFESSIONNEL N’ACCEPTE AUCUNE EXCUSE

Le professionnel s’efforce de s’améliorer en permanence. Il respecte la résistance.

Il sait que s’il cède aujourd’hui, quelles que soient les excuses valables, il aura deux fois plus de chances de céder demain.

Le professionnel comprend que la résistance est tenace !

UN PROFESSIONNEL AGIT EN FONCTION DE LA SITUATION

Le professionnel agit en fonction des circonstances.

Il mène son projet dans le monde réel, où il fait face à l’adversité, à l’injustice et aux espoirs déçus.

Voilà ce qu’est le monde réel pour le professionnel. Il sait que le sol n’est parfait qu’au paradis.

UN PROFESSIONNEL EST PRÉPARÉ

Ici, nous ne parlons pas de son art, de son entreprise… non, nous parlons d’être préparé chaque jour à faire face à son propre auto-sabotage, à sa propre résistance.

Le pro sait que la résistance ne cessera jamais d’être une force intelligente agissant contre lui, lui envoyant des choses qu’il n’a jamais vues auparavant.

Il est prêt à les absorber et à les libérer.

C’est son travail avant de penser au succès !*

UN PROFESSIONNEL NE SE MET PAS EN AVANT

Un professionnel a son propre style et ne crée pas pour se mettre en valeur ou attirer l’attention sur lui.

Son style est au service du matériau et de sa création.

UN PROFESSIONNEL SE CONSACRE À LA MAÎTRISE DE LA TECHNIQUE

Un professionnel se consacre à l’acquisition de compétences techniques.

Il a un profond respect pour son métier et ne se considère pas comme supérieur à celui-ci.

Il reconnaît la contribution de ceux qui l’ont précédé et apprend d’eux.

Le professionnel se consacre à la maîtrise de la technique, non pas parce qu’il croit que la technique remplace l’inspiration, mais plutôt parce qu’il veut être armé de toutes les compétences nécessaires lorsque l’inspiration se présente.

UN PROFESSIONNEL N’HÉSITE PAS À DEMANDER DE L’AIDE

Il ne lui viendrait jamais à l’esprit, comme à celui d’un amateur, qu’il sait tout ou qu’il peut tout faire tout seul.

Au contraire, il recherche le professeur le plus compétent et l’écoute attentivement.

LE PROFESSIONNEL SE DÉTACHE DE SON INSTRUMENT

Le professionnel reconnaît que son corps, sa voix, son talent et tous les aspects physiques, mentaux, émotionnels et psychologiques qu’il utilise dans son travail ne sont que les instruments que Dieu lui a donnés pour exercer son art.

Il les évalue de manière objective, impersonnelle et rationnelle.

UN PROFESSIONNEL NE PREND PAS L’ÉCHEC (OU LE SUCCÈS) PERSONNELLEMENT

Il agit en fonction de sa conscience professionnelle et non de son ego.

La résistance exploite l’un de nos programmes biologiques et évolutifs : le sentiment profondément ancré de rejet, car le rejet a eu des conséquences évolutives.

La résistance utilise cette peur du rejet pour nous entraver et nous paralyser dans notre travail.

Les professionnels ne prennent pas le rejet personnellement, car il renforce leur résistance.

L’ennemi n’est pas la critique ou le rejet, mais les pensées négatives qui encombrent notre esprit.

Le professionnel utilise la critique comme une opportunité d’écouter, d’apprendre et de se développer.

UN PROFESSIONNEL RÉSISTE À L’ADVERSITÉ

Le professionnel ne peut pas prendre l’humiliation personnellement.

L’humiliation, comme le rejet et la critique, est le reflet extérieur de la résistance intérieure.

Le professionnel endure l’adversité. Son essence créative, son noyau, ne peut être enterrée, même sous une montagne d’ordures.

Son noyau est indestructible. Rien ne peut l’atteindre.

UN PROFESSIONNEL S’AUTO-VALIDE

Le professionnel possède un état d’esprit que la plupart d’entre nous ne peuvent qu’imaginer et comprendre.

Il ne réagit pas de manière automatique, mais contrôle ses réactions et ses émotions.

Le professionnel ne prend pas les choses personnellement et ne se comporte pas en victime.

Il ne voit pas les aspects négatifs comme des signes de la volonté divine et ne les utilise pas comme une excuse pour échouer.

Il préserve son estime de soi au-delà du moment présent, quels que soient les obstacles extérieurs.

Le professionnel refuse de laisser les actions des autres le définir, ou même sa réalité, de sorte que les critiques de demain deviennent de lointains souvenirs.

Il reconnaît que les autres peuvent, sans le vouloir, servir de porte-voix à la même résistance qui réside en nous.

Le professionnel voit la critique pour ce qu’elle est : un moteur, un compliment suprême.

Rappelez-vous : le critique aime profondément ce que l’autre réalise et qu’il n’a pas eu le courage de faire lui-même.

UN PROFESSIONNEL RECONNAÎT SES LIMITES

Il sait qu’il ne peut être professionnel que dans un seul domaine. Il fait appel à d’autres professionnels lorsque ce n’est pas dans son domaine et les traite avec respect.

UN PROFESSIONNEL EST RECONNU PAR LES AUTRES PROFESSIONNELS

Le professionnel a un sixième sens pour reconnaître ceux qui ont fait leurs preuves et ceux qui ne les ont pas faites.

LIVRE 3 – AU-DELÀ DE LA RÉSISTANCE – Le domaine supérieur

Les forces invisibles : Les anges, les divinités et les pouvoirs de l’inconscient

Livre 3  'La guerre de l'art' - Les forces invisibles Explorer les anges, l'inconscient et la muse qui nous guident dans notre créativité.
Livre 3  ‘La guerre de l’art’ – Les forces invisibles Explorer les anges, l’inconscient et la muse qui nous guident dans notre créativité.

Dans ce chapitre, les forces invisibles sont présentées comme des éléments impersonnels qui existent dans chaque partie de notre être dédiée à notre croissance.

Elles se manifestent dans les comportements qui nous poussent à courir, à jouer et à apprendre. De même, la résistance peut être considérée comme une force personnelle ou une force impersonnelle de la nature.

L’appel à la croissance peut être perçu de différentes manières, que ce soit à travers notre génie, un ange, une muse ou simplement comme une force impersonnelle : c’est ce que nous appelons les forces invisibles. Quelle que soit notre conception, l’important est de se sentir à l’aise avec elle.

En résumé, il y a des forces qui nous font face et des forces qui sont avec nous, des alliés, nos anges.

Mais n’oubliez jamais que la chose la plus importante dans la création est de s’asseoir et de faire son travail, d’expérimenter, d’essayer. Rien d’autre ne compte vraiment !

Lorsque nous nous engageons à grandir chaque jour, quelque chose de mystérieux se produit.

Le ciel semble nous venir en aide. Des forces invisibles se joignent à nous et soutiennent notre mission.

C’est un secret que seuls les professionnels connaissent : au fur et à mesure que nous accomplissons notre travail quotidien, une force se rassemble autour de nous. Les anges créateurs se concentrent sur nous. Nous entrons dans un état de flux divin.

Interaction entre les dieux et les affaires humaines

William Blake, poète, peintre et graveur britannique du XVIIIe siècle, et largement reconnu pour son œuvre visionnaire et symbolique, il est surtout célèbre pour ses poèmes lyriques et mystiques, notamment « Songs of Innocence and Experience » et « The Marriage and Hell ». Il dit que « l’éternité est amoureuse des créations du temps », faisant écho à la croyance grecque en une interaction entre les dieux et les affaires humaines, soulignant que l’univers n’est pas indifférent à notre existence.

Blake décrit l’éternité comme une réalité supérieure, transcendant le temps et l’espace, qui se passionne pour les créations nées dans le flux du temps.

Les esprits célestes, comme les muses, se mêlent à notre réalité matérielle et s’intéressent à ce que les êtres temporels, en particulier les artistes, matérialisent dans notre monde terrestre.

La figure de la muse qui murmure l’inspiration à l’oreille de l’artiste symbolise cette communication entre le temps et l’éternité.

Les œuvres d’art existent déjà dans la sphère supérieure, mais elles nécessitent l’incarnation d’un être physique, l’artiste, pour prendre forme dans notre réalité concrète.

L’artiste devient ainsi le canal par lequel les forces supérieures peuvent nous inspirer et nous guider dans notre travail créatif.

La magie du démarrage

Lorsque nous prenons l’initiative ou que nous nous lançons dans un projet créatif, il existe une vérité fondamentale : dès que nous prenons une décision ferme, le destin se met également en marche.

Des événements et des circonstances favorables se mettent en place, offrant un soutien et une aide inattendus. Une décision génère une série d’événements qui nous sont bénéfiques.

Ces entités célestes, invisibles à nos yeux, sont des agents d’évolution qui œuvrent pour le bien de l’humanité. Elles sont décrites comme des sources de lumière, symbolisant l’intelligence et la conscience.

Lorsque nous nous lançons dans nos projets, une ouverture se crée dans notre réalité.

Les anges, métaphoriquement représentés comme des sages-femmes, nous entourent et nous aident à donner naissance à notre vrai moi, à la personne que nous sommes destinés à devenir.

En nous libérant de nos propres entraves, nous permettons aux anges de jouer leur rôle en nous apportant conseils et inspiration. Cela apporte de la joie aux anges et à Dieu.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Vidéo : Crème Solaire

En résumé, s’engager avec détermination dans une entreprise ouvre un passage entre l’éternité et le temps.

Des forces invisibles nous accompagnent et nous guident sur notre chemin, faisant de notre accomplissement une source de bonheur et de plénitude pour nous-mêmes et pour les entités célestes.

La magie de la persévérance

Ce texte explore le pouvoir de la persévérance et la poursuite du travail créatif.

L’auteur partage son expérience de recevoir des idées et des corrections lors d’une déconnexion mentale au cours d’une randonnée.

Il s’interroge sur l’origine de ces pensées et révisions automatiques, se demandant si elles proviennent des anges, des muses, de l’inconscient….

Il observe que cette force interne semble être plus intelligente que lui et travaille de manière autonome pour organiser ses idées et améliorer son travail.

En réalité, nous sommes tous créatifs et nous avons tous accès à cette force, qui est rendue possible par une dynamique d’engagement et de persévérance.

Forces invisibles et expériences intérieures

L’Art de la guerre traite des mystérieuses expériences intérieures de l’auteur, telles que les rêves et les moments de méditation profonde.

Ces expériences lui font prendre conscience de l’existence de forces invisibles et puissantes qui semblent le guider et lui transmettre ainsi des messages importants.

L’auteur s’interroge sur l’origine de ces expériences et sur leur place dans le fonctionnement de l’univers.

Il se rend compte que ces expériences intérieures sont aussi réelles et significatives que les aspects de sa vie éveillée.

Selon lui, ces forces mystérieuses et supérieures utilisent ces canaux pour nous guider.

Affronter la mort : Révéler l’essence et les priorités de la vie

faire face à la mort raviver créativité
Faire face à la mort : Le pouvoir de raviver notre créativité

La confrontation avec la réalité de la mort a le pouvoir de provoquer des changements profonds et radicaux dans notre vie. 

Elle nous fait prendre conscience de ce qui compte vraiment pour nous.

Nous pouvons nous rendre compte que des choses qui semblaient importantes, comme travailler pendant le week-end ou avoir le dernier mot dans une dispute, ne sont pas vraiment essentielles. Nous commençons à nous interroger sur le véritable sens de la vie et sur ce qui lui donne de la valeur.

Face à notre propre mortalité, nous nous posons des questions importantes : Avons-nous des regrets ? Avons-nous vécu pleinement notre vie ou sommes-nous restés dans une existence non vécue ?

L’auteur souligne que la confrontation avec la mort peut réveiller et révéler notre pouvoir créatif. La mort n’est pas perçue comme une fin, mais comme le début d’une nouvelle vie.

L’ego versus la conscience : un combat intérieur

Une bataille au sein de notre créativité L'Ego contre conscience
Une bataille au sein de notre créativité L’Ego contre conscience

L’auteur mentionne à nouveau un concept : les anges s’installent dans le Soi, tandis que la Résistance est basée sur l’Ego.

La bataille se joue entre les deux :

  • Le Soi souhaite créer, évoluer.
  • L’Ego aime les choses telles qu’elles sont.

Mais qu’est-ce que l’Ego ?

L’auteur le définit comme suit :  L’Ego est la partie du psychisme qui croit en l’existence matérielle. Le rôle de l’Ego est de s’occuper des affaires du monde réel.

C’est un rôle important. Nous ne pourrions pas tenir une journée sans lui. Mais il existe d’autres mondes en dehors du monde réel, et c’est là que l’ego rencontre des problèmes.

Voici ce que croit l’ego :

La mort est réelle : L’ego croit que notre existence est définie par notre corps physique. Lorsque le corps meurt, nous mourons. Il n’y a pas de vie au-delà de la vie.

Le temps et l’espace sont réels : L’ego est linéaire. Il croit que pour aller de A à Z, nous devons passer par B, C et D. 

Chaque individu est différent et séparé de tous les autres : l’ego croit que je suis distinct de vous. Les deux ne peuvent pas se rencontrer. Je peux te faire du mal sans que cela me fasse du mal.

L’impulsion prédominante dans la vie est l’auto-préservation : Parce que notre existence est physique et donc vulnérable à d’innombrables maux, nous vivons et agissons par peur dans tout ce que nous faisons. Selon l’ego, il est sage d’avoir des enfants pour perpétuer notre lignée après notre mort, d’accomplir de grandes choses qui survivront après nous et de boucler nos ceintures de sécurité.

Il n’y a pas de Dieu : Aucune sphère n’existe en dehors du monde physique et aucune règle ne s’applique en dehors du monde matériel.

Voici ce que croit la conscience de soi :

La mort est une illusion : L’âme perdure et évolue à travers d’innombrables manifestations.

Le temps et l’espace sont des illusions : le temps et l’espace ne s’appliquent que dans la sphère physique, et même là, ils ne s’appliquent pas aux rêves, aux visions, aux transports. Dans d’autres dimensions, nous nous déplaçons aussi vite que la pensée et habitons plusieurs plans simultanément.

Tous les êtres sont un : Si je te fais du mal, je me fais du mal à moi-même.

L’amour est l’émotion suprême : l’union et l’entraide sont les impératifs de la vie. Nous sommes tous dans le même bateau.

Dieu est tout ce qui existe : Tout ce qui est, est Dieu sous une forme ou une autre. Dieu, l’arrière-plan divin, est ce dans quoi nous vivons, nous nous déplaçons et nous existons. Il existe une infinité de plans de réalité, tous créés, soutenus et imprégnés par l’esprit de Dieu.

La peur du succès – Surmonter les résistances pour atteindre son véritable potentiel

La peur que nous ressentons est alimentée par la résistance.

Elle nous empêche de suivre notre cœur par peur des conséquences et des changements profonds que cela pourrait entraîner dans notre vie. Nous craignons d’être confrontés à l’échec, de perdre nos relations et de nous retrouver seuls en terrain inconnu.

Cependant, la véritable peur qui se cache derrière tout cela est la peur de réussir. Nous avons peur de découvrir notre véritable potentiel et de devenir la personne que nous sommes vraiment au fond de nous-mêmes. Cela nous sortirait de notre zone de confort et remettrait en question notre identité et nos relations actuelles.

Pourtant, lorsque nous trouvons le courage d’affronter cette peur et de suivre notre véritable voie, nous découvrons une source infinie de sagesse, de conscience et d’accompagnement qui nous guide et nous soutient.

Selon Steven Pressfield, chaque personne naît avec une personnalité distincte et unique, déjà formée dès le départ. Nous ne sommes pas des êtres passifs qui attendent que le monde nous influence. Au contraire, nous arrivons avec une âme individualisée.

Notre tâche dans cette vie n’est pas de nous façonner selon une idéalisation imaginaire, mais de découvrir qui nous sommes vraiment et de le devenir.

Si nous sommes nés pour peindre, notre tâche est de devenir un artiste.

Si nous sommes nés pour élever et nourrir des enfants, notre tâche est de devenir parents.

Et si nous sommes nés pour renverser l’ignorance et l’injustice dans le monde, notre travail consiste à nous en rendre compte et à agir.

En embrassant notre véritable vocation, nous nous libérons des chaînes de la peur et de la résistance. Nous découvrons en nous un potentiel incommensurable, une force créatrice qui nous guide vers un épanouissement profond et authentique.

Territoire versus Hiérarchie

Dans le règne animal, les individus se définissent soit par leur position dans une hiérarchie, soit par leur rattachement à un territoire.

Dans notre société, l’approche hiérarchique est souvent privilégiée, nous incitant à nous définir en fonction de l’opinion des autres et de notre place dans la hiérarchie sociale.

Cependant, cette approche a ses limites, surtout face à une société de masse où l’individu peut se sentir dépassé et anonyme. L’orientation hiérarchique nous pousse à entrer en compétition avec les autres, à évaluer notre bonheur en fonction de notre rang et à agir selon le statut des autres.

Pour l’artiste, cependant, cette approche est fatale. L’artiste doit plutôt adopter une approche territoriale, travailler pour l’amour de son art et non pour la validation des autres.

Il doit se tourner vers l’intérieur, vers sa véritable essence, plutôt que de se préoccuper de sa place dans la hiérarchie.

L’artiste et la hiérarchie

  • Examinons les comportements associés à un système hiérarchique :
  • Il entre en compétition avec les autres pour améliorer son statut en dépassant ceux qui sont au-dessus de lui, tout en défendant sa position contre ceux qui sont en dessous.
  • Il juge son bonheur et sa réussite en fonction de son rang dans la hiérarchie, se sent satisfait lorsqu’il est haut et malheureux lorsqu’il est bas.
  • Il interagit avec les autres en fonction de leur rang dans la hiérarchie, en mettant de côté tous les autres aspects.
  • Il évalue chacune de ses actions uniquement en fonction de l’impact qu’elle a sur les autres : il agit pour les autres, s’habille pour les autres, parle pour les autres, pense pour les autres.

L’artiste, quant à lui, ne peut pas chercher la validation de ses efforts ou de sa vocation auprès des autres. Il doit faire son travail pour lui-même.

L’Artiste et le territoire

En résumé, l’extrait souligne que l’acte de création est territorial, qu’il s’agisse d’un artiste ou d’une mère.

Lorsque l’artiste adopte une approche hiérarchique, en essayant de deviner les attentes de son public ou de manipuler sa création à des fins personnelles, il court-circuite l’inspiration et l’authenticité de son œuvre.

Au contraire, l’artiste doit se connecter aux forces mystérieuses qui animent l’univers et travailler pour l’amour de son art, en faisant confiance à ce qui grandit en lui et en le mettant au service de la création elle-même, plutôt qu’en se concentrant sur les récompenses ou l’avancement personnel.

C’est un appel à travailler de manière territoriale, en se soumettant humblement aux forces créatrices et en se laissant guider par elles.

La différence entre territoire et hiérarchie

L’extrait explique la différence entre une orientation territoriale et une orientation hiérarchique dans notre approche du travail.

Si notre orientation est hiérarchique, nous recherchons la validation et l’approbation des autres et sommes impatients de savoir ce que les autres pensent de nous.

Une orientation territoriale, en revanche, signifie que nous trouvons notre motivation intrinsèque et notre satisfaction dans l’activité elle-même, indépendamment de ce que pensent les autres.

L’auteur propose des tests pour déterminer notre orientation : si nous cherchons à nous rassurer en cherchant l’approbation des autres, nous avons une approche hiérarchique.

Mais si, même si nous étions seuls sur terre, nous continuons à poursuivre notre activité avec passion, alors nous sommes dans une approche territoriale.

Devenir le Créateur Ultime : L’Artiste et la Quête de l’Excellence

Voici un portrait de l'artiste idéal par steven pressfield, auteur de la guerre de l'art.
Voici un portrait de l’artiste idéal par steven pressfield, auteur de la guerre de l’art.

La Vertu Suprême, le mépris de l’échec

La vertu suprême de l’artiste est le mépris de l’échec.

Tout comme le roi spartiate Léonidas identifiait le mépris de la mort comme la vertu suprême du guerrier, l’artiste doit adopter une attitude similaire face à l’échec.

En se concentrant sur son propre travail et en ignorant la peur de l’échec, l’artiste peut surmonter les obstacles et se libérer des contraintes qui pourraient l’empêcher de créer. En cultivant ce mépris de l’échec, l’artiste peut se concentrer pleinement sur sa création et atteindre son plein potentiel artistique.

Une vie, un portrait : L’artiste en lumière

Dans ce portrait de l’artiste, nous découvrons que l’artiste est à la fois le serviteur des sphères supérieures de la réalité et des forces créatrices qui cherchent à communiquer avec notre monde.

Il est un instrument volontaire et capable, permettant la manifestation des visions qui émergent de ces plans de pure potentialité. Cependant, l’ennemi de l’artiste réside dans l’ego restreint qui engendre la résistance et bloque l’expression créative.

Pour embrasser pleinement sa vocation artistique, l’artiste doit devenir un guerrier, acquérir la modestie et l’humilité, reconnaître que sa créativité ne vient pas de lui, mais qu’elle est canalisée à travers lui. Il se libère de l’idée d’être la source de ses créations et se positionne plutôt comme un canal à travers lequel elles se matérialisent.

La vie de l’artiste est également abordée. L’accent est mis sur le fait que l’accomplissement de notre véritable vocation artistique ou créative nécessite une action délibérée.

Il est essentiel de ne pas négliger ou abandonner cette vocation, car cela aurait des répercussions non seulement sur nous-mêmes, mais aussi sur nos enfants, sur la planète et même sur les forces supérieures qui nous ont dotés de nos dons uniques.

Le travail créatif n’est pas égoïste, c’est un don au monde et à chaque être vivant. Les artistes sont invités à ne pas retenir leur contribution, mais à la partager généreusement. La vocation artistique est considérée comme un appel à partager nos dons et à apporter une contribution précieuse à l’humanité.

Conclusion de « La guerre de l’art – Surmontez les blocages et gagnez vos batailles créatives intérieures »

La lecture du livre « The War of Art » a été pour moi une expérience transformatrice.

Le livre percutant de Steven Pressfield était plus qu’un simple guide pour les artistes ; il a agi comme une sonnette d’alarme, une prise de conscience profonde de mes propres blocages créatifs et une source d’inspiration inépuisable.

En explorant les pages de ce livre, je suis tombé nez à nez avec l’ennemi universel qui sommeille en moi depuis toujours  : La résistance.

J’ai pris conscience de la force invisible mais puissante qui nous empêche de poursuivre nos aspirations créatives, en nous accablant de doutes, de procrastination et de peurs.

Cette prise de conscience m’a profondément touchée, me faisant comprendre que je ne suis pas seule à lutter et que ces obstacles font partie intégrante du chemin de l’artiste, de l’humain.

La guerre de l’art m’a aidé à comprendre l’importance de la discipline, de la persévérance face à la résistance. 

J’ai appris à reconnaître les formes qu’elle prend dans ma vie et à développer des stratégies pour la surmonter. Ce livre m’a appris que la créativité n’est pas un don passif, mais une bataille active que nous devons mener chaque jour.

Au-delà de son impact sur ma propre vie, je crois fermement que « La guerre de l’art » peut avoir un effet profond sur les lecteurs qui se sentent bloqués dans leur processus créatif.

Il les invite à s’interroger sur leurs propres résistances, à reconnaître leurs peurs et à accepter la lutte qui accompagne la création.

Il peut donner aux lecteurs la permission d’être vulnérables, de prendre des risques et d’explorer leur créativité sans craindre le jugement ou l’échec.

En ce qui me concerne, ce livre a rempli sa mission, en faisant de moi un guerrier de l’art.

Points forts et points faibles du livre La guerre de l’art

Points forts :

  • Éclaire la lutte contre les résistances qui entravent la création
  • Offre de puissantes perspectives pour surmonter les obstacles artistiques
  • Motivant et inspirant, pousse le lecteur à affronter ses peurs
  • Encourage l’engagement total dans la pratique artistique

Points faibles :

  • Le langage peut être direct pour certains lecteurs (ce que j’ai trouvé être un point positif).
  • Certaines parties peuvent sembler répétitives ou prévisibles dans leurs messages.
  • Il peut manquer des exemples et des explications pour appliquer les concepts à d’autres domaines de la vie.

La note de Damien Giraud du blog monpotentielcreatif.com :

⭐⭐⭐⭐

Avez-vous lu le livre « La guerre de l’art » de Steven Pressfield ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (Pas encore de Note)

Loading...

Visitez Amazon afin de lire plus de commentaires sur le livre de Steven Pressfield « La guerre de l’art »

Visitez Amazon afin d’acheter le livre de Steven Pressfield « La guerre de l’art »

Foire Aux Questions (FAQ) du livre « La guerre de l’art – Surmontez les blocages et gagnez vos batailles créatives intérieures » de Steven Pressfield

Quels types d’artistes peuvent bénéficier de ce livre ?

Ce livre est utile pour tous les types d’artistes, qu’ils soient écrivains, peintres, musiciens, danseurs ou créatifs dans tout autre domaine. Les principes abordés sont universels et peuvent s’appliquer à toute personne cherchant à développer sa créativité et à surmonter les blocages artistiques.

Quelles sont les principales leçons enseignées dans ce livre ?

Dans La Guerre de l’Art, l’auteur explore des thèmes essentiels tels que la Résistance, la discipline, la persévérance, l’engagement total dans la pratique artistique, ainsi que le rôle des forces supérieures dans notre processus créatif. Le livre insiste sur l’importance de reconnaître et de surmonter les obstacles internes qui entravent notre créativité, tout en soulignant la nécessité d’être constant et déterminé dans la poursuite de nos aspirations artistiques.

Est-ce que ce livre fournit des conseils pratiques pour surmonter les blocages artistiques ?

Non, il s’agit plutôt d’un livre qui m’a fait réfléchir. Dans le but de changer notre état d’esprit, Steven Pressfield propose des  » changements de conscience  » pratiques pour faire face à la Résistance et stimuler la créativité.

Ce livre est-il seulement destiné aux artistes professionnels ?

Non, « La Guerre de l’Art » est pertinent pour tous ceux qui cherchent à développer leur créativité, qu’ils soient amateurs ou professionnels. Il encourage chacun à cultiver son expression artistique et à surmonter les obstacles internes qui peuvent entraver le processus créatif. Les principes abordés peuvent également être appliqués à d’autres domaines de la vie où la résistance peut se manifester.

Recherches utilisées pour trouver cet article :
https://des-livres-pour-changer-de-vie com/la-guerre-de-lart/
un commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.

Partagez
WhatsApp
Partagez
Tweetez
Enregistrer