Une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie.

Pourquoi trop penser rend manipulable

pourquoi trop penser rend manipulable christel petitcollin

Résumé du livre « Pourquoi trop penser rend manipulable – protégez votre mental de l’emprise » : Ce livre est un outil vital lorsque nous traversons des crises au niveau personnel ou sociétal, en particulier pour les personnes hypersensibles, qui se sentent empêtrées dans une toile d’araignée, car « Pourquoi trop penser rend manipulable » donne des clés de compréhension du fonctionnement de pensées complexes et des clés pour établir ses limites personnelles.

Par Christel Petitcollin, éditions Guy Trédaniel, 2017, 261 pages.

Note : cette chronique est une chronique invitée écrite par Angèle Caignec-Langlo du blog L’Essentiel des Parents.

Chronique et résumé de « Pourquoi trop penser rend manipulable – Protégez votre mental de l’emprise »

Christel Petitcollin est spécialiste de la manipulation mentale et de la surefficience mentale[1]. Depuis plus de vingt-cinq ans auprès des victimes de manipulateurs, Christel Petitcollin est aussi écrivaine, conférencière et formatrice en développement personnel.

Introduction

« Depuis quand n’avez-vous pas ri ? »

Ma mère m’a transmis ce livre « Pourquoi trop penser rend manipulable » à un moment désespéré de ma vie sentimentale. Sur une intuition de sa part, il est arrivé à point nommé pour moi. J’étais prête à le lire, et ce livre m’a sauvé la vie.

Sauver la vie, c’est-à-dire ? J’étais dans une relation de couple malsaine et toxique, je n’y voyais plus rien et je ne savais plus qui j’étais. Un jour, je me suis réveillée en sursaut pour échapper à ma disparition intérieure – en clair, je me serais éteinte intérieurement si le réveil en douche froide ne s’était pas manifesté.

En épuisement maternel extrême et burn-out global, j’étais allée voir un ostéopathe qui m’avait demandé « depuis quand n’avez-vous pas ri ? », une question qui m’a surprise car je ne me l’étais pas posée et que je suis une personne d’ordinaire rayonnante et joyeuse. J’ai fondu en larmes.

Un livre bouée de sauvetage

« Pourquoi trop penser rend manipulable, protégez votre mental de l’emprise » a été un phare dans la traversée de la tempête. Ce livre m’a aidée à savoir dans quelle situation je me trouvais. Le livre m’a donné des clés concrètes et applicables pour poser des balises. Il m’a aidée à maintenir mon cap jusqu’à ce que je sorte la tête de l’eau de façon durable.

Depuis j’ai lu aussi, en complément, quelques autres livres de l’auteur (« Je pense mieux », « Je pense trop », « Divorcer d’un manipulateur », « Échapper aux manipulateurs », « Enfants de manipulateurs », l’auteur y aborde aussi la notion d’aliénation parentale).

phare dans la traversée de la tempête

Voici, dans cette chronique de « Pourquoi trop penser rend manipulable », l’essence du message du livre et des suggestions complémentaires. Je vous recommande vivement de LIRE le livre si vous pensez être dans une relation toxique, ou que vous vous dites « je pense trop », ou que vous vous trouvez face à une personne ou entité à double face.

Le livre de Christel Petitcollin démontre tous les mécanismes de la manipulation et offre les clés pour ne plus se laisser prendre au piège. Livre à garder à son chevet !

Contenu du livre « Pourquoi trop penser rend manipulable » : Les clés pour se libérer de l’emprise

Donc, si vous voulez vous libérer définitivement de tout ce qui fait que vous êtes manipulable, lisez ce livre dans l’ordre car il a un objectif thérapeutique.

Vous allez découvrir :

  • Qui est le manipulateur
  • Qui est le manipulé
  • La pensée complexe arborescente et l’hypersensibilité de la personne manipulable
  • Le grand malentendu de la projection : quand deux mondes se rencontrent
  • Comment trouver son axe intérieur, se centrer et se recentrer régulièrement
  • Comment poser des limites, un cadre :
    • Se respecter soi-même
    • Sortir du triangle victime–bourreau–sauveur
    • Qu’en est-il de cette amnésie traumatique ?
    • Développer son assertivité et ce que vous ne devez plus jamais faire

Les clés à retenir de « Pourquoi trop penser rend manipulable » :

Voici les trois clés à retenir de ce livre :

  1. Il y a des gens méchants et malintentionnés, oui !
  2. Il ou Elle ne changera pas. Seul vous pouvez changer votre attitude face à lui ou elle.
  3. Fuyez ! car il ne servira à rien d’y faire face, vous perdrez.

Enfin, le dernier élément important à retenir est de s’en tenir aux faits, aux actes.

En effet l’observation factuelle permet de constater la réalité indépendamment des ressentis. Les éléments bancals de la situation ressortiront comme le nez au milieu de la figure. A titre d’exemple, faire ses comptes est un bon moyen de voir les dysfonctionnements dans le foyer, la gestion de chacun et son rapport aux choses.

« Ne vous disputez jamais avec un imbécile :
il vous tirera à son niveau
et il gagnera par expérience ».
Citation d’Albert Einstein

les clés à retenir pour se libérer de la manipulation mentale et psychologique

Partie 1- Qui est le manipulateur ?

Chapitre 1 : Un manipulateur a deux visages

Docteur Jekyll et Mister Hyde : il s’agit de la première caractéristique. L’auteur explique qu’en consultation ce critère est validé dans 100% des cas. L’un très sympathique et avenant, pour l’extérieur, l’autre morose et cruel, il devient haineux avec le temps, réservé pour le cercle privé. En général, seule la victime connaît ce deuxième visage. L’auteure explique qu’il s’agit en réalité plus d’un masque par-dessus un visage que de deux visages.

MASQUE :

  • Sympa,
  • Proche,
  • Amical

VRAI VISAGE :

  • Familiarité déplacée,
  • Sans gêne,
  • Curiosité intrusive,
  • Envahisseur d’espace
    • Se tient dans votre sphère intime,
    • Vous touche physiquement,
    • Regard dur mais il sourit de toutes ses dents,
    • S’inclut effrontément dans votre futur.

deux visages masque manipulation jekyll et mister hide

Un manipulateur utilise quatre ficelles pour vous transformer en marionnette

1- Séduction

Capture de rêve et mimétisme : vous aurez l’impression d’avoir rencontré votre alter ego.

Flatterie et promesses alléchantes. Mais il ne tient pas ses paroles.

Les clés pour s’en sortir :

  • Taisez-vous et laissez les gens parler en premier
  • Demandez-vous « en quoi cette personne est-elle comme moi ? »
  • Regardez les actes plutôt que d’écouter les paroles qui peuvent être un tissu de mensonges

2- Victimisation

Le manipulateur va se présenter comme une pauvre chose qui a souffert, quelqu’un de malheureux mais qui ne se remet jamais en question. Si vous éprouvez de la pitié pour lui, vous êtes piégé. L’auteur démontre bien tous les leviers activés chez le manipulé par le manipulateur.

L’auteure cite une consœur qui dit « Si vous ressentez ne serait-ce qu’une goutte de pitié pour votre conjoint… fuyez ! ».

Elle précise ensuite la différence entre compassion et pitié. La compassion c’est comprendre la souffrance de l’autre et savoir qu’il a les ressources internes pour la surmonter. Une personne peut avoir besoin de soutien moral mais pas que vous régliez ses problèmes personnels à sa place.

3- Intimidation

Cette troisième corde est activée très tôt dans la relation, explique Christel Petitcollin. L’intimidation sert au dressage du manipulé. Elle se met en place insidieusement et progressivement, pour faire vivre dans la peur.

Le manipulateur est comme un orage prêt à exploser. Quand il entre dans la pièce l’atmosphère change.

Après la phase de séduction, les compliments du début de la relation se transforment en critiques et moqueries blessantes.

4- Culpabilisation

La quatrième ficelle achève de vous transformer en marionnette.

La culpabilisation c’est vous rendre responsable de ce qui ne va pas. Quoique vous fassiez, quoique vous disiez, ce n’est pas ce qu’il fallait faire ou dire.

Le manipulateur est de mauvaise foi et utilise volontiers les injonctions de conformité « les gens intelligents font… », « tout le monde sait que… ».

L’objectif de ce mécanisme est de vous faire apprendre à connecter vous-même vos actes à ses réactions.

manipulation tirer les ficelles

L’auteure précise bien que ces ficelles ne sont pas si subtiles que cela et que le jour où elles ne fonctionnent plus, vous êtes libre.

Chapitre 2 : Le piège à trois clés du manipulateur

Un piège à trois clés :

  1. Le doute,
  2. La peur,
  3. La culpabilité.

Cela vous parle ? Nous y voilà, alors poursuivons.

Un procédé en trois temps :

  1. La période de séduction,
  2. Le temps du harcèlement,
  3. Le moment de la destruction.

J’ai fait partie de tous ceux qui, ayant vécu une expérience similaire, ont tous dit « j’allais y laisser ma peau ! »

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Comment se faire des amis : Les meilleures astuces pour se faire un réseau de contacts

Et trois pensées :

  • « Cause toujours ! » : vous vous plierez en quatre, vous vous justifierez, rien n’y fera
  • « Ça te fera les pieds ! » : vous vous retrouvez sur le bord de la route, ou vous retrouvez planté dehors car il a fermé la porte à clé et qu’il est parti avec, ou à devoir refaire une énième fois la tâche que vous pensiez avoir finie. L’auteur donne des exemples de situations très concrètes et précise que le manipulateur trouvera toujours légitime de vous punir.
  • « Rendors-toi ! » la voilà l’amnésie traumatique. Nous y reviendrons plus bas. Quand vous êtes sur le point de rompre la relation, le manipulateur redevient subitement adorable. Cela sème le doute en vous puisque le voilà soudain en train de se comporter comme vous l’attendiez depuis longtemps. Ce n’est que temporaire.

belle au bois dormant rendors toi manipulation amnésie traumatique

« Aie confiance, Crois en moi, que je puisse veiller sur toi » dit le serpent Kaa dans Le Livre de la Jungle pour hypnotiser et manger Mowgli.

Chapitre 3 : Mais qui sont ces manipulateurs ?

Le manipulateur peut se rencontrer dans n’importe quelle relation. Cela peut être un conjoint, une collègue de travail, un partenaire, une belle-sœur etc.

Hommes et femmes en proportion équivalente.

Christel Petitcollin détaille dans « Pourquoi trop penser rend manipulable » que ces personnes sont les mêmes que celles que vous avez croisées à l’école dans la cour de récréation.

En fait, les manipulateurs semblent être bloqués à un certain âge mental. L’auteure détaille dans le chapitre 3 sa théorie de l’immaturité pour faire la différence et voir les nuances entre un manipulateur, un pervers narcissique, un sociopathe, un psychopathe.

Dans tous les cas, il ne s’agit pas de cautionner leurs déviances. Pour les aider il faut les cadrer, mais c’est un travail à temps plein et loin d’être reposant. D’où la question « peuvent-ils changer ? », ce à quoi l’auteure répond « NON » catégoriquement. Les manipulateurs ne changeront pas, c’est une des clés à retenir de ce livre.

Comment repérer un manipulateur ?

  • Tout va trop vite
  • Ne confondez plus familiarité et chaleur humaine
  • Ne vous laissez plus mystifier par l’assurance d’une personne
  • Vérifiez la cohérence de vie
  • Repérez son côté profiteur
  • Vous découvrez des sentiments inhumains : les manipulateurs ne ressentent aucune culpabilité, se montrent glacials dans des situations pleines d’humanité, ils gâchent délibérément les bons moments. Christel Petitcollin est formelle à l’issue de 100% de ses consultations : « la seule humanité qu’ils ont est celle que vous voulez bien leur prêter »
  • Vous vivez un sentiment de piège

Partie 2- Qui sont les manipulés ?

Christel Petitcollin consacre une partie importante de son livre « Pourquoi trop penser rend manipulable » pour détailler les personnes manipulées, qu’elle appelle les surefficients, différents des normo-pensants.

Chapitre 4 : Précision entre surefficients et normo-pensants :

  • La pensée neurotypique est linéaire et séquentielle, dans une progression logique d’idées sans en sauter une.
  • Les personnes surefficientes ont une pensée arborescente, une pensée qui part en étoile, chaque nouvelle idée en fait jaillir dix nouvelles et ainsi de suite.

Il n’y a pas de connotation de valeur. Ce sont des fonctionnements différents.

pensée arborescente surefficience

Chapitre 5 : Surefficience

La spécificité des personnes surefficientes se complète avec une hyperesthésie, une hypersensibilité, une hyperémotivité (dont une hyperempathie).

En outre, l’auteure énonce aussi des caractéristiques chez les manipulés comme le besoin inconscient de symbiose et la dépendance affective.

L’auteure évoque aussi une mémoire gémellaire (syndrome du jumeau perdu).

Voici quelques autres traits de caractère :

  • Manque de confiance en soi
  • Respect maladif de la parole donnée
  • Sincérité à en être transparent ; les surefficients s’imaginent que tout le monde a le même sens de l’engagement et la même sincérité qu’eux
  • Besoin d’être utile et de sauver le monde

Christel Petitcollin insiste sur l’importance de la connaissance de soi comme élément pour sortir des relations manipulées, ce pourquoi elle développe cet aspect dans ce livre et aussi dans ces ouvrages « Je pense trop » et « Je pense mieux ».

Je voudrais souligner ici que l’auteure est particulièrement pertinente et qu’elle utilise les mots justes mais aussi des exemples très concrets issus de ses consultations, ce qui permet de bien s’y reconnaître.

Christel Petitcollin souligne que les techniques de manipulation fonctionnent en général mieux sur les gens intelligents et humanistes, souvent trop ouverts et pas assez méfiants.

Chapitre 6 : Pensée complexe arborescente et hypersensibilité

Elle détaille dans cette partie de « Pourquoi trop penser rend manipulable » les raisons neurologiques, émotionnelles et psychologiques qui rendent vulnérable à la prédation.

  • Besoin de clôture cognitive : le cerveau complexe ne supporte pas l’inachevé, les dossiers en attente, mais aussi le fait de devoir tout recommencer quand il pensait avoir enfin terminé
  • Difficulté à sortir des automatismes mentaux et à gérer les imprévus et encore plus l’effet de surprise
  • Un système sensoriel plus développé et alerte (sens du détail, sensibilité aux sons, odeurs, pulls qui grattent, etc.)
  • Déficit de l’inhibition latente, c’est-à-dire que la personne n’a pas la possibilité de se protéger des informations parasites, elle capte tout en même temps, d’où la quasi-impossibilité de se concentrer et de réfléchir quand le manipulateur se trouve dans la même pièce.
  • Une amygdale cérébrale hyper vigilante qui va être sur-stimulée par la relation avec le manipulateur (il est inquiétant, menaçant, joue avec l’effet de surprise et les changements de programme à la dernière minute, mise devant le fait accompli)

Le jeu des émotions

Dans les caractéristiques psychologiques, Christel Petitcollin propose un tableau des émotions dont elle expose les fonctions d’alerte et d’actions. Les cinq émotions naturelles :

  1. Joie
  2. Colère
  3. Tristesse
  4. Frustration
  5. Peur

Les deux émotions apprises :

  1. Honte
  2. Culpabilité

Christel Petitcollin indique que les gens déviants sont éhontés et ne ressentent aucune culpabilité, que seuls les gens braves ayant une conscience ressentent honte et culpabilité.

Le manipulateur repère l’hyperémotivité désordonnée (tempêtes intérieures) de sa victime et joue avec, comme le jeu de la barbichette :

Vous êtes bouleversé, il est glacial. Vous êtes calme, il perd son self-control.

Lors d’un divorce par exemple, vous passez pour une folle, hystérique et perdez votre crédibilité, tandis qu’il vous pousse à bout, calme, posé, raisonnable. Ou bien, vous êtes calme et factuelle, il est nerveux et agressif.

Combien de fois avez-vous eu la sensation désagréable de faire de la gymnastique intellectuelle ou des montagnes russes émotionnelles ?

À la question : « mais, ne serait-ce pas moi qui suis le manipulateur, la manipulatrice dans cette histoire ? »

L’auteure répond que si vous pensez que vous l’êtes, vous ne l’êtes pas.

Christel Petitcollin pense que les manipulateurs sont bien plus conscients de leur méchanceté qu’ils ne veulent bien le faire croire, comme elle en atteste de courriers qu’elle reçoit de leur part. Elle en donne un exemple lors de son passage à la radio dans l’émission « On est fait pour s’entendre » sur RTL « Pervers narcissique : comment échapper à l’emprise ».

La confusion mentale dans laquelle se retrouve la victime peut amener à croire que c’est elle-même la manipulatrice. D’où l’importance de savoir ce qui vient de l’autre, et ce qui vient de moi. Le manipulateur, dont les mécanismes de projection sont primaires et beaucoup plus conscients qu’on ne voudrait le croire, sait que la meilleure défense est l’attaque ; il vous coupe l’herbe sous le pied.

Chapitre 7 : Pourquoi essayer de comprendre un manipulateur ne sert à rien

L’auteure détaille dans la suite la notion de territoire et de cartes. Pour un même territoire, chacun peut et a une carte différente. Le territoire correspond à la réalité, tandis que la carte est une vision, une perception unique et subjective de la réalité.

Christel Petitcollin reprécise à cet endroit les subtilités entre la pensée neuro typique et la pensée complexe pour illustrer le fait qu’il est difficile de lire la carte de quelqu’un d’autre. Pour cela, elle utilise l’image d’arbustes dans un parc public.

  • La pensée neuro typique, rationnelle et analytique : à chacun d’arroser son arbuste, ici c’est chez moi, là c’est chez toi ; voler du terrain se voit ; si chacun fait sa part, le monde tournera bien.
  • La pensée complexe, émotionnelle et globale : tous les arbres et les arbustes font partie du parc, d’un grand tout, il convient d’arroser tous les arbres et arbustes du parc ; ici, voler un arbuste (la notion de territoire personnel) est inconcevable puisqu’il fait partie d’un tout. « Cela n’a pas de sens d’être bien si les autres sont mal. » Intérêt pour tous, s’entendre et collaborer.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Conversations Cruciales - 2

Or la méchanceté et le sabotage existent dans la réalité, il est donc vital de le discerner.

Deux cartes pour un territoire

carte différente du terrain trouver sa voie

L’auteure utilise la notion de cartes et territoires abordée en PNL. Elle explique que les surefficients ajoutent un ensemble de données sur leur carte et qu’il convient de hiérarchiser l’information. Il convient de faire un nettoyage, afin de pouvoir ajouter des informations qui ne vont pas dans le sens de ce qu’on aurait envie de croire mais qui sont indispensables à l’orientation. Pour rester dans la métaphore des cartes d’orientation, il est bon à savoir que dans telle zone il y a des vipères pour pouvoir emporter avec soi sa pompe à venin. Il s’agit de sécurité.

Christel Petitcollin rapporte les paroles prononcées par les victimes de manipulateurs, comme « mais je ne veux pas savoir que le monde n’est pas celui que je crois qu’il est. » Enfermés dans leur idéalisme, les surefficients refusent d’intégrer à leur carte des données qui dérangent leurs croyances. Ce qui explique l’amnésie traumatique que nous développons plus loin.

C’est un problème crucial quand on a accès brusquement à la pensée psychopathe alors qu’on n’en soupçonnait même pas l’existence. Des paysages glaçants apparaissent souvent dans un frisson d’horreur. Christel Petitcollin rapporte que les victimes confessent avec honte « ça m’avait effleuré l’esprit » et elle rassure en précisant « non, votre esprit n’est pas tordu d’oser penser que … ».

Christel Petitcollin insiste sur le fait que savoir que les manipulateurs existent et comment ils fonctionnent permet d’ajouter les couloirs à avalanche et les ravins sur sa carte pour ne plus tomber dedans et ne plus se faire avoir. Par ailleurs, comme nous l’avons déjà évoqué au début de cette chronique, l’auteure insiste sur les paroles vides de sens. Il ne sert à rien d’essayer de comprendre un manipulateur, mais il est important d’indiquer certaines informations sur sa carte pour pouvoir s’orienter.

Qu’est-ce qui fait que le manipulé et le manipulateur semblent être si complémentaires ?

Complémentarités des fonctionnements

En effet, la proie du manipulateur a une complémentarité avec son prédateur. Ce qui en fait toutes les subtilités de la relation toxique. Les surefficients et les manipulateurs sont sur un même territoire mais avec des cartes différentes et une façon de les lire aux antipodes.

  • Valeurs d’harmonie, humanité, altruisme, intégrité
  • Guerre, cruauté, cupidité, mensonge

La question se pose : « Pourquoi s’obstiner à croire que la paix est unanimement désirée ? »

Guerre et paix

Vous voulez la paix, il ne cherche que la guerre car le conflit le fait vivre. La guerre commence par être sensorielle (hyperesthésie), elle s’attaque ensuite à la joie de vivre, puis elle est neurologique avec les imprévus et les effets de surprise. Le manipulateur est :

  • Imprévisible
  • Pulsionnel
  • Contradictoire
  • Met la pression de l’urgence

Le manipulateur n’est gentil que par calcul. Il vous fait payer sa gentillesse.

Les gens qui pensent trop sont des fontaines inépuisables, tandis que le manipulateur est un puits sans fond.

L’enjeu est essentiellement énergétique, d’où la métaphore du vampire. Quand on sort d’une interaction avec un manipulateur, on se sent vidé, rincé, essoré, cela épuise.

Partie 3- Être centré pour ne plus subir ni cautionner

Comment trouver son axe intérieur ? Par quel processus ?

Maintenant que le paysage a été dépeint, il s’agit de se sortir de la situation d’emprise et de ne plus y retomber. Cela passe par :

  • Démarche de connaissance de soi, d’introspection, de rapports factuels des événements et des données pour une analyse factuelle et objective de la situation.
  • Accepter de voir les choses telles qu’elles sont, accepter que la réalité soit différente de la projection qu’on s’en fait. C’est-à-dire être dans la capacité de voir ce qui n’est pas beau dans la relation/situation et plus globalement ce qui n’est pas beau, concrètement, dans le monde.
  • Avoir la capacité et l’accompagnement sain prévu pour faire face à l’effondrement de ses croyances et projections.

Une note que j’ajoute aussi, l’importance de se connecter régulièrement à soi pour être en mesure d’écouter ses intuitions et de voir les signes (par exemple, vous êtes plus souvent malade que d’ordinaire). Cela peut se faire via la tenue d’un journal quotidien (gardez-le secret), et de bilans personnels et professionnels réguliers (point abordé plus bas pour éviter l’amnésie traumatique, l’oubli, et contrer l’occultation).

trouver son axe intérieur souplesse et robustesse du roseau stabilité danse

Chapitre 8 : Comment poser ses limites et poser un cadre ?

Comment sortir du triangle victime-bourreau-sauveur ?

L’auteur creuse en profondeur ce sujet du triangle, le rôle de victime et celui du sauveur face au bourreau. Elle détaille en particulier les subtilités dans les conceptions de l’amour et de la spiritualité, dans le but d’éviter de se fourvoyer.

Effectivement, tant qu’on ne connaît pas le phénomène de manipulation mentale, on est objectivement une victime. Toutefois, à partir du moment où l’info est disponible, refuser d’en prendre connaissance engage déjà sa responsabilité. Une victime qui sait mais qui laisse faire devient complice.

Dans ce chapitre, plusieurs sonnettes d’alarme et de points d’attention sont tirés.

Les points d’attention :

  • L’auteur souligne qu’il est très grave de refuser de voir la méchanceté ou de ne pas prendre au sérieux un message d’alerte. « En cautionnant les déviances et la cruauté de 2% à 4% de la population, c’est l’humanité tout entière que vous trahissez. » Elle souligne la grande erreur de laisser l’impunité totale aux gens déviants.
  • Le jeu de l’avocat – avocat du diable, qui se joue à partir du rôle du sauveur dans le triangle
  • Attention à ne pas confondre angélisme et spiritualité
  • Attention à ne pas confondre amour au 4e degré et syndrome de Stockholm

Aimer ce n’est pas tout permettre

Il est important de garder son humanité en y ajoutant le discernement et l’auto-protection.

Les clés :

  • Il n’est pas question « d’exterminer » les manipulateurs mais de ne plus s’occuper d’eux et d’arrêter de vouloir les changer
  • Les actes déviants ne sont pas cautionnables
  • Ne pas amplifier leur pouvoir de nuisance, soit ne plus leur laisser l’espace de nuire

Chapitre 9 : L’amnésie traumatique

L’amnésie traumatique, qu’est-ce que c’est ?

L’amnésie traumatique c’est le refus de voir les choses. Une personne peut préférer continuer de ne pas voir, plutôt que de s’avouer à elle-même qu’elle n’a pas vu, car c’est très humiliant de s’être fait avoir, pendant parfois des années !

D’où l’importance de se reconnecter à soi, sans jugement, en se maternant, se considérer avec douceur lors de cet effondrement.

L’auteur donne ici la clé ultime de désenvoutement, le prix pour se libérer définitivement des manipulateurs : faire face à tous les aspects de la manipulation, même les plus obscures et dérangeantes. C’est notamment pour cela qu’une lecture du livre est nécessaire dans l’optique thérapeutique, afin que chaque voile puisse être ôté, déclic après déclic.

Comment empêcher l’amnésie traumatique ?

Il s’agit de prendre conscience de la situation, d’accepter de la voir dans toutes ses dimensions même les plus désagréables et de noter les nouvelles informations sur la carte, pour reprendre l’analogie utilisée plus haut.

  • S’en tenir aux faits et aux actes
  • Apprendre à se protéger, par soi-même
  • Apprendre à se connaître soi-même
  • Faire des bilans réguliers pour tirer les enseignements des expériences vécues
  • Tenir un journal de bord

tenir un journal de bords s'en tenir aux faits faire un bilan crise

Chapitre 10 : La clé de l’assertivité

L’assertivité est un état d’esprit. Vous n’êtes ni paillasson, ni hérisson, juste dans l’affirmation. L’affirmation tranquille face à un manipulateur c’est la posture d’adulte responsable rappelle l’auteur.

Se connaître et se définir pour être centré et authentique

Votre instinct ne vous ment jamais (survie : idées qui effleurent l’esprit)

Votre intuition ne vous ment jamais (ne pas remettre en question les avertissements de l’intuition)

Écouter votre sagesse intérieure

Votre intuition est votre amie et protectrice, elle ne veut que votre bien.

Poser des interdits et restaurer des droits inaliénables

C’est à vous de définir vos limites, de défendre vos valeurs, de faire respecter votre intégrité. Si vous souhaitez faire l’exercice de nommer les valeurs qui vous sont chères, je vous recommande la vidéo de la web-série diffusée en ligne « Et tout le monde s’en fout » sur les valeurs.

L’auteur souligne que les manipulateurs ne respectent pas les limites et ne reconnaissent pas nos droits. Que c’est donc à nous de faire en sorte qu’ils n’aient plus l’espace de les transgresser.

Réapprendre d’urgence l’impolitesse et l’inconstance

Cet aspect qui n’est pas forcément évident au premier abord est en fait vital. Vous avez le droit de changer d’avis, de reprendre votre parole.

Ne plus vous dérober devant vos responsabilités

Christel Petitcollin propose la signature d’un pacte avec soi-même, de prendre un engagement vis-à-vis de soi, pour ne plus se laisser tomber.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Les pervers narcissiques : Qui sont-ils ? Comment leur échapper ?

Chapitre 11 : Outils d’affirmation de soi simples et efficaces

Christel Petitcollin propose aussi par ailleurs des stages d’affirmation de soi et d’assertivité, car il est compliqué de s’affirmer face à un manipulateur mais c’est vital.

Voici les outils qu’elle donne pour s’affirmer et être assertif :

  • Refuser la pression de l’urgence : « je vais y réfléchir »
  • Le disque rayé : résumer votre position en trois phrases synthétiques que vous répétez en boucle, en ajoutant l’énumération des itérations « c’est la deuxième fois que je te le dis, c’est la cinquième fois que je te le dis »
  • Les phrases magiques : face à votre disque rayé qui montre votre positionnement solide, le manipulateur va essayer de vous entraîner dans une discussion stérile dont l’objectif est de vous forcer à vous justifier. Les phrases magiques servent à rester à l’extérieur du débat, explique l’auteur.

Exemples de phrases magiques que vous pouvez utiliser dès maintenant :

    • « Si tu le dis »
    • « Tu as le droit de le croire »
    • « C’est ton avis »
    • « Personne n’est parfait »
    • Si vous souhaitez aller encore plus loin, je vous recommande cet autre ouvrage qui donne beaucoup de phrases magiques et qui propose des dialogues de situations concrètes pour s’exercer, il s’agit de « Les manipulateurs sont parmi nous » d’Isabelle Nazare-Aga
  • S’en tenir fermement aux faits objectifs : ils évitent de sombrer dans le doute. Gardez beaucoup de traces écrites (« tu as dit ceci, tel jour à telle heure, je t’ai envoyé un mail pour te confirmer… »), rester hors de l’émotionnel et devenir conscient de votre propre subjectivité (« il fait chaud », ce n’est pas pareil que « il fait 25°C » ; l’auteur donne cet exemple : votre manipulateur dit « Tu es toujours en retard ! », vous regardez votre montre et répondez « Tu as raison. Il est 9h06. J’ai exactement 6 minutes de retard. »)

Chapitre 12 : Ce que vous ne devez plus jamais faire

  • Arrêter de jouer les sauveurs : les adultes ne sont pas de petits êtres sans défense. Vous n’avez pas à les prendre en charge.
  • Tout donner sans jamais rien recevoir : le maternage n’a rien à faire dans une relation d’adulte à adulte.
  • Lui trouver des excuses ou essayer de le comprendre : certains actes sont inexcusables, on ne doit jamais cautionner les comportements déviants. Ne pas confondre excuser et pardonner.
  • Essayer de lutter : renoncer à avoir une bonne communication avec lui. La meilleure chose à faire est de le cadrer au maximum et de s’en tenir le plus loin possible.
  • Le laisser-faire : c’est un mauvais calcul, car en pensant éviter sa colère vous alimentez sa toute-puissance
  • Croire qu’il changera : nous l’avons déjà rappelé plusieurs fois. Depuis combien de temps attendez-vous qu’il change ? Le manipulateur vous fait vivre en permanence dans l’espoir d’un changement prochain. Reprenez en main votre vie.
  • Rester dans une culpabilité naïvement prétentieuse : comportement qui consiste à croire que l’on a trop investi pour reculer. Les clés pour cela sont d’arrêter de sublimer le sordide, se rendre compte qu’on s’est fait escroquer, que vous n’avez pas tout pouvoir sur tout.
  • Être transparent et vous justifier : les victimes de manipulateurs n’ont pas de jardin secret, aucun espace d’intimité et répondent candidement aux questions posées. Les clés sont : restez silencieux, ne répondez pas aux questions, faites de la rétention d’informations, cultivez un jardin secret.
  • Accepter d’être malheureux : faites le point de votre vie. Les manipulateurs vous placent dans une non-vie, ils étouffent votre joie de vivre.

Conclusion du livre « Pourquoi trop penser rend manipulable » et dernières clés

Christel Petitcollin, l’auteure de « Pourquoi trop penser rend manipulable », remarque que la rencontre avec un manipulateur est effectivement un formidable accélérateur de développement personnel mais que le but est de ne pas y laisser sa peau !

Il est nécessaire d’apprendre à dire non, de poser ses limites et de se faire respecter, ce qui relève de la responsabilité de toute personne adulte.

Toutefois, sachant que le manipulateur est ce qu’il est et qu’il ne changera pas, l’application de l’affirmation de soi et de l’assertivité face au manipulateur ne peut durer qu’un temps. Vous avez mieux à faire de votre temps de vie. Il n’existe alors qu’une solution : SORTIR DE LA RELATION.

L’auteur met bien le point sur le fait que peu de relations avec un manipulateur sont réellement obligatoires. Si le manipulateur est de votre famille, la clé est d’espacer et écourter les contacts avec lui et de ne parler de rien de personnel (la météo suffit).

Le souhait de l’auteur est qu’à la fin de cette lecture, c’est nous qui choisissions de :

  • Nous aimer,
  • Rire,
  • Être joyeux et détendu,
  • Pratiquer les activités dont on raffole,
  • Qui on veut fréquenter,
  • Réaliser nos rêves.

C’est ce que la lecture de ce livre « Pourquoi trop penser rend manipulable » m’a permis de faire.

joies enfants se libérer de l'emprise réaliser ses rêves

Conclusion sur « Pourquoi trop penser rend manipulable – Protégez votre mental de l’emprise » de Christel Petitcollin

Ce que « Pourquoi trop penser rend manipulable » m’a apporté, en quoi a-t-il changé ma vie

« Pourquoi trop penser rend manipulable » a révolutionné ma manière de voir le monde, les gens et les relations – en particulier les relations ou jeux de pouvoir, dont je n’avais pas conscience ou même pas connaissance auparavant (#bisounours).

Ce livre m’a conduit à agir différemment, à sortir de ma zone de confort, à mettre les deux pieds dans la Vie pour sauver ma lumière intérieure. Un autre livre m’a aussi accompagné dans ce travail de libération d’un point de vue juridique ; il s’agit de « Pour en finir avec les tyrans et les pervers narcissiques dans la famille » de Yvonne Poncet-Bonissol, psychoclinicienne, aux éditions Dangles.

Ce changement de paradigme et de vie par la pose d’actes concrets m’a apporté des résultats que je n’aurais jamais pensé avoir. Dans un premier temps on peut dire que j’ai changé de vie, puisque je suis passée d’une vie « de famille » au statut de maman solo. Mais le changement se manifeste aussi par un nouveau regard sur le monde, plus factuel, avec plus de recul et aussi d’observation de mes mouvements intérieurs (peurs, schémas, gymnastique intellectuelle).

Je vois les actes, les propos et les gens tels qu’ils sont et je fais attention à ne plus tomber dans les pièges ou les panneaux qui jonchent les chemins.

Je vous invite à lire aussi « Relations et jeux de pouvoir » de Jean-Jacques Crèvecœur qui, dans son travail avec Ananou Thiran, démontre que :

  • « Le pouvoir que l’on peut avoir sur nous dépend totalement de notre acceptation. »
  • « À partir du moment où nous arrêtons de donner du pouvoir nous nous libérons. »

« Qui n’empêche pas le mal le favorise. »
Citation de Cicéron

A l’issue de la lecture de ce livre « Pourquoi trop penser rend manipulable », vous aurez non seulement tout compris mais aussi vous aurez les clés pour changer immédiatement et guérir à jamais.

Le livre est structuré, la langue claire et juste. Il convient parfaitement aux personnes qui sont dans une situation étouffante ou qui les tiraille, et qui « pensent trop » ou s’auto-censurent dans leur tête, leur cœur et leur corps.

Points forts :

  • Très complet et pratique
  • Va à l’essentiel sans langue de bois
  • Attendez-vous à être secoué mais libéré.
  • Une méthodologie efficace, un mode d’emploi à appliquer, simple pour sortir de l’emprise.
  • Il permet de commencer à vivre.
  • Tableaux récapitulatifs, pour des rappels simples et rapides en cas de besoin.
  • A l’issue de la méthode, vous vous êtes libéré et pouvez retrouver votre joie de vivre qui vous est inhérente mais que vous aviez oubliée.

Point faible :

  • aucun, mis à part la difficulté d’en faire un résumé !

Ma note :

image image imageimageimageimageimageimage image

Avez-vous lu “Pourquoi trop penser rend manipulable” ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (1 votes, moyenne: 5,00 out of 5)

Loading...

Visitez Amazon afin de lire plus de commentaires sur le livre de Christel Petitcollin “Pourquoi trop penser rend manipulable”

Visitez Amazon afin d’acheter le livre de Christel Petitcollin “Pourquoi trop penser rend manipulable”

[1] Terme que l’auteure de « Pourquoi trop penser rend manipulable » a inventé et qui est dissocié de la pensée normée. Toute une partie du livre est dédiée à ce concept de surefficience mentale.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Pas de Commentaires pour :

Pourquoi trop penser rend manipulable







Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.

Partagez
WhatsApp
Partagez
Tweetez
Enregistrer