3 étapes pour trouver l’âme sœur avec le zen

Une fois que vous avez vu la vidéo cliquez ici pour rejoindre gratuitement des milliers d’entrepreneurs passionés de développement personnel en vous abonnant à la chaîne Youtube !

Ressources :

Transcription de la vidéo :

S’il y a un sujet sur lequel je ne prétends pas être expert, c’est « Trouver l’âme sœur ». Mais je suis tombé sur un livre intéressant qui s’appelle « Le zen et l’art de tomber amoureux » de Brenda Shoshanna.

Cela me parle d’autant plus que j’ai eu la chance d’aller faire un week-end dans un monastère zen bouddhiste, « Le village des Pruniers » qui se trouve dans le sud-ouest de la France.

J’ai été frappé à la lecture du livre par les parallèles que fait l’auteur avec le zen et l’expérience que j’ai moi-même vécue dans ce monastère zen.

Ça m’a permis de trouver l’approche de l’auteur extrêmement pertinent.

Voici un partage de « comment trouver l’âme sœur avec le zen ».

3 étapes fondamentales pour trouver l’âme sœur tirée du livre « Le zen et l’art de tomber amoureux » de Brenda Shoshanna.

Le livre part du principe de base que nous sommes naturellement amoureux, mais que cet état est masqué par les souffrances qui nous empêchent de vivre dans l’instant présent.

Grâce à l’enseignement du zen, ce livre nous apprend à retrouver le chemin de l’amour en nous et ainsi améliorer nos relations au quotidien.

– La première étape pour trouver l’âme sœur est de se préparer.

  • La toute première chose à faire est d’ôter ses chaussures, c’est-à-dire devenir disponible.

Parce que la première chose qu’on demande à l’étudiant qui rentre au zendo, c’est-à-dire le centre d’enseignement du zen, c’est de retirer ses chaussures tout en portant attention à ce geste.

Ensuite, il doit marcher pieds nus en étant attentif à ses pieds au contact du sol.

Retirer ses chaussures permet d’entrer dans le zendo en abandonnant ses barrières du monde extérieur.

Les pieds sont importants parce qu’ils symbolisent l’équilibre avec lequel nous marchons et par extension la manière dont nous avançons dans notre vie sentimentale.

C’est pourquoi il est important de faire attention à sa démarche. Est-elle sûre ou hésitante ? Sommes-nous pressés ou avons-nous du mal à avancer ?

Pour la mise en pratique, la toute première étape est d’ôter vos chaussures et de le faire en étant conscient de vos gestes.

Rangez-les de manière ordonnée, prenez-en soin et soyez attentif à vos pieds quand vous remettez les chaussures.

La deuxième étape de la mise en pratique est de prendre le temps de remarquer.

Prenez conscience de ce qu’il est nécessaire de faire chez vous ou autour de vous, par exemple : payer une facture, ranger…

Observez votre attitude face à ces choses à faire.

La troisième étape est d’examiner vos relations passées.

Examinez ces relations de manière objective sans rejeter la faute sur quelqu’un. Faites un bilan écrit de ces relations. Observez la place ou l’influence que peut avoir votre passé amoureux sur votre vie actuelle.

La quatrième étape est celui qui est à côté de vous maintenant.

Observez la personne qui se trouve à côté de vous en ce moment. Notez votre attitude face à cette personne. Si vous la repoussez, arrêtez simplement de le faire pour voir ce qui va se passer.

Acceptez cette personne telle qu’elle est, profitez de l’instant présent avec elle.

  • La deuxième étape pour vous préparer est de vous asseoir sur le coussin, c’est-à-dire de partir à la rencontre de vous-même.

Une des pratiques les plus importantes de l’enseignement zen est la méditation, on s’assoit en lotus sur un cousin sans bouger.

Pendant ce temps, on fait attention à sa respiration, mais aussi à tout ce qui se passe en nous et autour de nous. Cela nous aide à nous libérer de nos attachements et à nous satisfaire de ce que l’on est dans l’instant présent.

Nous sommes centrés sur nous-mêmes et nous privilégions l’être à l’avoir.

Comme nous ne pouvons plus échapper à nous-mêmes, c’est pendant cette activité que nous prenons conscience de nos pensées et de notre dialogue intérieur. Et ça nous permet de faire connaissance avec nous-mêmes.

Pour la mise en pratique, la toute première étape est de vous asseoir.

Mettez un coussin au sol et asseyez-vous le dos droit et les jambes croisées. Suivez votre respiration en comptant jusqu’à 10, recommencez cet exercice tous les jours.

La deuxième étape est de prendre conscience de vos schémas répétitifs, c’est-à-dire de tous les schémas qui se répètent dans votre vie.

Et notamment, et c’est la troisième étape, remarquez les relations répétitives dans lesquelles vous vous trouvez.

Essayez de voir les choses qui se répètent de mois en mois ou d’année en année et peut-être de décennie en décennie.

La quatrième étape est de vous poser la question : qui est assis là ?

Arrêtez-vous quelquefois dans la journée pour observer qui vous êtes, votre nature profonde. Prenez conscience des rôles que vous jouez dans vos relations.

L’étape numéro cinq est de saluer nos efforts.

Reconnaissez les efforts que vous avez accomplis aujourd’hui même s’ils sont infimes.

  • La troisième étape de la préparation est de ne rien faire, c’est-à-dire de lâcher le contrôle.

En méditant, nous apprenons également à ne pas nous laisser submerger par nos vagues d’émotions et à ne pas bouger quoi qu’il arrive.

On reconnaît ce qui se passe en nous, mais on décide de lâcher prise face à cela.

Ne rien faire est pourtant quelque chose que nous n’appliquons pas assez dans notre vie sentimentale.

Dès qu’un problème apparaît, nous avons tendance à agir pour arranger les choses et garder le contrôle sur l’autre. Mais parfois, il est peut-être utile de ne rien forcer pour laisser les choses se résoudre d’elles-mêmes.

Dans certains cas, agir ne fait qu’empirer la situation.

Méditer nous permet donc de nous accorder le temps nécessaire pour contrôler nos émotions et réagir de manière plus juste face à la situation.

Pour la mise en pratique, la première étape est de vous poser la question : qui contrôlez-vous ?

Observez chaque jour quelles sont les choses que vous avez besoin de contrôler et de changer.

La deuxième étape est d’arrêter de bouger.

Observez les situations ou relations dans lesquelles vous pouvez vous empêcher de vous activer pour améliorer les choses.

La troisième étape est d’abandonner les rapports de force, parce qu’y a-t-il de rapports de force dans vos relations ?

Prenez conscience qu’ils puisent en vous de l’énergie précieuse.

La quatrième étape est de vous poser cette question : qui est le responsable ?

Quand vous vivez l’amour ou la joie, posez-vous cette question.

La cinquième étape est de marcher dans la boue.

Et la sixième est de le laisser venir et repartir.

Parce que quand quelqu’un entre dans votre vie, laissez-le venir comme il est. Quand quelqu’un s’en va dans votre vie, laissez-le partir comme il est venu sans prendre cela comme un geste contre vous. C’était le moment pour lui de partir.

– La deuxième étape pour trouver l’âme sœur est de vous mettre en action de façon zen.

  • La première chose à faire pour cela est de pratiquer le kinhin, c’est-à-dire la méditation en marchant.

Parce qu’après une séance de médiation assise au zendo, quand la cloche sonne, c’est qu’il est temps de passer à une autre activité, le kinhin.

Le kinhin consiste à marcher en méditant, c’est-à-dire en étant concentré sur ses pas et sa respiration.

Il peut être difficile pour certains étudiants de passer de méditation immobile à une méditation dynamique. Mais ils n’ont pas le choix, ils doivent accepter de passer à autre chose.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Ces idées qui collent - Pourquoi certaines idées survivent et d'autres meurent

Il en est de même dans nos relations amoureuses, il y a un temps pour toute chose et on doit l’accepter.

Parfois c’est le bon moment de faire évoluer notre relation et de passer à l’étape suivante : vivre ensemble, avoir des enfants… D’autres fois, il est temps de dire au revoir à une relation qui ne nous satisfait plus.

Passer à une activité à l’autre dans le zendo nous enseigne à vivre dans le moment présent sans s’accrocher au passé.

Au niveau de la mise en pratique, la toute première étape est de faire un pas à la fois.

Soyez présent et attentif à chacun de vos pas.

La deuxième étape est de vous mettre au centre du cercle.

Observez les moments où vous avez l’impression de tourner en rond dans vos activités ou relations.

Quelle est la force qui vous fait tourner en rond ? Regardez-là, elle se trouve souvent en vous.

Faites des exercices de méditation. Imaginez cette fois que ce n’est plus vous qui tournez en rond, mais c’est ce qui se trouve autour de vous, que vous êtes le centre de la roue et la roue tourne autour de vous.

La troisième étape est de se perdre et de se trouver.

Examinez les domaines de votre vie dans lesquels vous avez l’impression de vous être perdus. Acceptez le fait de vous être perdus, cela fait partie de la vie, et le reconnaître est le meilleur moyen de retrouver son chemin.

Quand vous vous sentez perdu, observez chaque pas que vous faites sur le chemin un à un plutôt que d’essayer d’anticiper ou de décider sur le long terme.

La quatrième étape est d’inclure toutes les parties de soi-même.

Qu’est-ce qui vous empêche d’avancer ? A quoi ou à qui restez-vous accrocher ? Personne, idée, croyance, une peur par exemple.

Décidez de lâcher prise face à cela et d’avancer pour passer à l’étape suivante.

La cinquième étape est de retourner à la racine, parce que quels sont les racines de votre vie ? Ce qui vous relie à vous-même et à la vie ? À quoi faites-vous confiance dans la vie ?

Les racines de votre vie vous relient-elles à des choses bénéfiques pour vous ?

Si ce n’est pas le cas, remplacer progressivement ces racines par des racines qui vous relieront à l’amour.

La sixième étape est de faire un nouveau pas.

Quels sont les domaines de votre vie où vous avez le besoin d’avancer ?

Décidez de faire un seul pas aujourd’hui dans un domaine. Faites un autre pas demain pour une autre chose et habituez-vous à faire ainsi un petit pas chaque jour.

  • La deuxième grande étape pour passer à l’action est de nettoyer la maison, c’est-à-dire faire le vide en vous.

Le zendo est un endroit vide et propre dans lequel n’apparaît que ce dont on se sert dans l’instant présent. Chaque étudiant a l’obligation d’effectuer une tâche ménagère telle que nettoyer le sol à la main ou nettoyer les toilettes.

Nettoyer n’est pas vu comme une tâche ingrate car on se consacre pleinement à cette action nécessaire dans l’instant présent et on n’accorde plus d’importance au passé.

On retrouve alors l’esprit d’un enfant, un esprit émerveillé et ouvert à l’amour.

Dans notre logement, nous accumulons souvent des objets inutiles qui nous attachent au passé et nous empêchent d’aller de l’avant. Il est donc important de désencombrer son intérieur et de ne garder que le strict minimum pour laisser la place à de nouvelles choses dans notre vie.

Dans notre esprit, nous devons apprendre à nous débarrasser de nos souffrances passées et de la peur de souffrir pour pouvoir nous ouvrir à de nouvelles personnes et à l’amour.

Pour la mise en pratique, la première étape est de vous accrocher.

Qu’est-ce qui vous semble indispensable dans la vie comme personnes, comme objets, comme projets ? Et quels sont les effets négatifs que cet accrochement apporte dans votre vie ?

La deuxième étape est de réfléchir à votre accroche des relations.

De quoi pensez-vous avoir absolument besoin dans vos relations ?

Prenez conscience que ces exigences vous éloignent des autres et vous font vivre dans l’inquiétude.

La troisième étape est de nettoyer la maison.

Quels sont les objets dont vous avez réellement besoin chez vous et dont vous vous servez ? N’hésitez pas à vous débarrasser de tout ce que vous n’avez pas utilisé depuis plus de 6 mois par exemple.

La quatrième étape est une simple tâche.

Quelle tâche de votre vie attend d’être nettoyée ? Quelle conséquence a cette tâche sur votre vie ?

La cinquième étape est un espace ouvert.

Comment êtes-vous attachés aux objets ou aux autres personnes de votre vie ? Vous sentez-vous en sécurité en vous ou reposez-vous votre sécurité sur les autres ?

Rendez-vous compte que votre relation avec les autres ne détermine pas votre valeur. Prenez conscience que vous n’avez pas nécessairement besoin des autres pour être heureux.

  • La troisième grande étape pour passer à l’action est d’être le portier, c’est-à-dire, être là pour les autres.

À tour de rôle, les étudiants ont le poste de portier.

Le portier est simplement là pour accueillir les nouveaux étudiants à l’entrée du zendo. Le reste du temps, il demeure silencieux et immobile.

Le portier n’attend aucune marque d’affection des personnes venues de l’extérieur. Il les accueille simplement tels qu’ils sont.

Dans notre vie sentimentale, être le portier, c’est savoir accueillir les autres sans chercher leur approbation ou leur reconnaissance en permanence.

On ne cherche rien à travers eux, on veut juste partager des moments avec eux.

Apprendre à passer ce moment seul avec soi-même enseigne également de se libérer du sentiment de perdre les autres ou de les abandonner.

Nous comprenons que se plier en quatre pour satisfaire les autres ou être toujours disponible pour eux n’est pas agir selon notre nature et n’est pas de l’amour.

Le début d’une relation amoureuse est donc très significatif. Il en dit long sur la manière dont elle se déroulera par la suite.

Étant accueilli par l’autre, nous accepte-t-il tel que nous sommes ? Quelle est sa nature ? S’intéresse-t-on à l’autre pour ce qu’il est ou pour l’image qu’il nous renvoie de nous-mêmes ?

Telles sont les questions qu’on devrait se poser.

Au niveau de la mise en pratique, la première étape est les moments les plus importants, parce que quels sont ces moments les plus importants dans vos relations ? Qu’est-ce qui vous fait envie ?

La deuxième étape, ce sont les demandes des autres.

Qu’est-ce que vous exigez et n’acceptez pas de la part des autres ? Pour quelles raisons pourriez-vous stopper nette une relation ?

La troisième étape est de faire des cadeaux.

Quels cadeaux faites-vous aux autres au cours de vos relations ? Est-ce que ce sont des cadeaux dont ils ont réellement besoin ?

La quatrième étape est d’être là.

Êtes-vous comme le portier prêt à accueillir les autres comme ils sont ? Autorisez-vous aussi à vous montrer aux autres tel que vous êtes ?

La cinquième étape est d’être isolé et être seul, parce que quand vous sentez-vous seul ? Quelle solution apportez-vous à ce sentiment de solitude ?

Vivez pleinement cette solitude dans l’instant présent, vous deviendrez un ami pour vous-même.

La quatrième étape pour agir est de cuisiner, c’est-à-dire nourrir les autres et soi-même.

Le cuisinier tenzo est indispensable au zendo. Il s’occupe de faire à manger pour tous les étudiants et parfois assisté par d’autres étudiants.

Les repas devaient être prêts à une heure précise pour nourrir les personnes affamées auprès des séances de méditation assise.

Les repas sont servis et on mange assis en silence.

Nourrir les autres, c’est développer son esprit parental, savoir donner facilement et naturellement, et se nourrir soi-même par l’acte de nourrir les autres.

Dans notre vie sentimentale, apprendre à nourrir les autres, c’est apprendre l’art de donner et de recevoir.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Comment se faire des amis : les meilleures astuces pour se faire des contacts

C’est donner de bon cœur sans compter ce qu’on donne, sans attendre quelque chose en retour. C’est apprendre à remercier ce qu’on nous donne plutôt que de vouloir toujours plus.

Certaines personnes donnent toujours plus dans l’espoir de recevoir et cela les épuise.

Et si on arrêtait de donner autant et si on se posait la question : pour quelle raison est-ce que je donne ?

Pour la mise en pratique de cette étape, la première sous-étape, c’est votre aliment préféré.

De quoi vous nourrissez-vous dans vos relations ?

La deuxième étape est la digestion émotionnelle.

Qu’est-ce que vous n’arrivez pas à digérer dans vos relations ? Quelles sont les raisons qui vous poussent à en manger quand même ? Pourriez-vous remplacer cette nourriture par une autre ?

La troisième étape est de cuisiner pour les autres.

Pour qui avez-vous l’habitude de cuisiner ?

La quatrième étape est d’offrir.

Qu’offrez-vous à la vie et le faites-vous de bon cœur ?

Si ce n’est pas le cas, ce n’est pas un vrai don. Essayez de trouver quelque chose qui pourrait satisfaire les autres autant que vous-même.

La cinquième étape est de faire des cadeaux.

Donnez quelque chose à quelqu’un chaque jour. Cela peut-être un sourire, un geste, un petit acte, un petit objet…

La cinquième grande étape pour agir est de recevoir le bâton, affronter les coups.

Quand les étudiants sont assis en silence, un surveillant se promène parfois avec un bâton de bois. Il frappe certains étudiants d’un coup sec sur les deux épaules.

Recevoir le bâton a plusieurs fonctions : cela évacue les douleurs, ravive l’attention des étudiants. Mais surtout, cela leur apprend à recevoir des coups au moment où ils ne s’y attendaient pas, parce que quand on est amoureux, on doit être prêt à recevoir le bâton.

Problème, tristesse, colère, déception, jalousie peuvent apparaître à tout moment dans le couple.

On doit apprendre à faire face à ces obstacles et reconnaître qu’ils ne sont que temporaires comme une tempête finit toujours par disparaitre.

Nous ne devons pas arrêter une relation à la moindre difficulté car cela fait partie de la vie. Cependant, savoir recevoir le bâton n’est pas accepter la souffrance que quelqu’un nous cause inutilement.

Quand nous avons le sentiment d’être dans une relation destructrice, la meilleure solution est de partir.

Au niveau de la mise en pratique, la première étape est de vous poser la question : d’où viennent les coups ? Quels sont les coups de ma vie ?

La deuxième étape est de renoncer au blâme.

Faites la liste des personnes ou des situations que vous pensez être responsables de vos ennuis et ajoutez sur cette liste les reproches que vous faites à vous-même.

La troisième étape est de refuser de refuser, parce que quelle expérience de la vie refusez-vous de connaitre ? Et que se passerait-il si vous acceptiez de la vivre ?

La quatrième étape est de guérir une relation meurtrie.

Y a-t-il une relation qui a besoin d’être soignée dans votre vie ?

Visualisez ce qui n’a pas été dans cette relation. A qui avez-vous besoin de demander pardon ?

La cinquième étape est de dire « oui ».

Quelle est la chose à laquelle vous dites ou vous aimeriez dire « oui » dans la vie ? Il peut s’agir d’une personne ou d’un animal, d’un objet, d’une plante.

Mentalement, ouvrez vos bras et votre cœur et dites « oui ».

– La troisième grande étape pour trouver l’amour, c’est l’entrainement intensif pour trouver l’âme sœur, parce que oui, ça ne va pas non plus vous tomber tout cuit dans le bec.

  • La première étape de cette troisième grande étape, c’est le sesshin, la période d’entrainement intensif pour développer votre endurance.

Parce que le sesshin, c’est une période d’entrainement intense durant laquelle on médite pendant plusieurs heures, jours, semaines ou mois, jusqu’à trois mois.

Pendant cette période, nous avons l’interdiction de parler. Les activités suivent une certaine routine : méditation, marche, repas, nettoyage, repas.

Nous ne pouvons pas fuir. Nous devons accepter la situation et faire ce qui doit être fait, tout en restant centré sur nous-mêmes.

Le sesshin nous apprend à développer la patience et ne pas céder à nos émotions ou pulsions négatives.

Dans notre vie amoureuse, le sesshin représente notre capacité à gérer la routine dans le couple. Certains voudraient partir une fois que la magie du début s’est estompée, mais agir ainsi, c’est perdre de vue qu’il peut y avoir des moments magiques dans le quotidien.

D’autres personnes aimeraient changer leur partenaire ou réagissent mal face à son comportement. Mais le meilleur cadeau que l’on puisse faire à quelqu’un est de l’accepter tel qu’il est et de ne pas s’identifier à ses émotions ou son attitude.

On peut choisir de changer notre réaction face à quelqu’un plutôt que de vouloir le changer. C’est cet acte même qui transforme son attitude.

Au niveau de la mise en pratique, la première étape est la persévérance.

Faites-vous preuve de persévérance dans votre vie, dans votre relation, dans vos relations ?

La deuxième étape est d’égayer ses relations, parce que, qu’est-ce que vous faites pour rendre une relation plus joyeuse ?

La troisième étape est de mettre fin à la guerre, parce que, quel est le conflit qui apparaît sans cesse dans votre relation ?

La quatrième étape est de s’échapper.

Est-ce que vous vous échappez souvent de votre relation ? De quelle manière le faites-vous ? Qu’est-ce que vous cherchez à fuir dans cette relation ? S’il vous restait peu de temps ensemble, comment réagiriez-vous ?

Vivez un moment avec cette personne en concentrant toute votre attention sur elle. Acceptez la personne telle qu’elle est et montrez-vous tel que vous êtes dans l’instant présent.

La cinquième étape est de ne pas renoncer à une personne, ne pas renoncer à vous-même.

Dans le bouddhisme tibétain, renoncer à une personne, c’est comme renoncer à soi-même. Cela veut dire que même quand une relation se finit, on ne doit pas rejeter quelqu’un de notre cœur.

La deuxième étape pour pratiquer, c’est de se débattre avec son koan, de travailler sur les problèmes.

Le koan est une énigme irrationnelle donnée à un élève par le maître zen. L’élève doit résoudre cette énigme non pas mentalement, mais par la voix de l’éveil, par la méditation.

La réponse apparaît dans l’esprit comme une évidence.

Quelques exemples de koan : Lorsqu’il n’y a plus rien à faire, que faites-vous ? Quel est le son d’une seule main qui applaudit ?

Les koan peuvent paraitre insensés, mais ils ont pour but de nous connecter à la sagesse en nous pour retrouver les réponses.

Dans notre vie amoureuse, résoudre un koan revient à ne pas réfléchir de manière excessive face à un problème ou un doute.

A trop réfléchir, nous ne sommes plus centrés sur l’instant présent et nous sommes donc fermés à l’amour. De plus, cela finit par devenir une obsession et nous faire souffrir.

Face à une telle situation, il est beaucoup plus utile de se centrer sur soi-même et de permettre aux réponses de venir à nous au moment où on en a besoin.

Pour la mise en pratique, la première étape est votre koan, parce que quel est le koan qui apparaît au quotidien de votre vie ?

Nous pouvons en avoir plusieurs et depuis longtemps. Identifiez-les et arrêtez d’essayer de comprendre ce ou ces koan.

La deuxième étape est de travailler sur ce koan.

Comment avez-vous l’habitude de travailler sur eux ?

Notez vos pensées et réactions quotidiennes, examinez celles qui se répètent. Observez les résultats de ces pensées et actions dans votre vie.

Choisissez de changer la manière dont vous travaillez sur les koan, ne plus faire autant d’efforts pour les résoudre.

La troisième étape est d’accueillir votre koan.

Accueillez-le dans votre vie sans chercher à le résoudre à tout prix.

Acceptez sa compagnie, passez du temps avec lui sans être à la recherche d’une solution.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Ces Idées qui Collent - Pourquoi Certaines Idées Survivent et d’Autres Meurent - 2

La quatrième étape est de laisser parler votre koan, soyez à l’écoute de lui.

Et la cinquième étape, c’est de donner une réponse.

Quand vous avez compris votre koan, répondez-y rapidement par une action ou une décision.

  • La troisième étape pour vous entrainer est le dokusan, la rencontre avec le maître, c’est-à-dire des moments de choix crucial.

Le dokusan est la rencontre des élèves à tour de rôle avec le maître zen. Cette rencontre n’est pas obligatoire, seuls les élèves qui le souhaitent peuvent aller le voir.

Mais les périodes de disponibilité du maître étant très restreintes, les élèves doivent se dépêcher pour arriver dans les premiers s’ils veulent avoir la chance de lui parler.

C’est donc un moment où il ne faut pas réfléchir mais agir rapidement et saisir l’occasion qui se présente.

Le maître accueille les élèves tels qu’ils sont au moment présent et les guide, mais le plus important est la manière dont les élèves se présentent au maître.

Certains sont capables de se montrer nus, c’est-à-dire tels qu’ils sont vraiment, tandis que d’autres apparaissent avec des masques qui les empêchent de voir la vérité.

Dans une relation amoureuse, il est nécessaire de ne plus jouer de rôle et d’enlever son masque pour se montrer à l’autre tel que nous sommes. C’est le seul moyen de parvenir à l’amour véritable.

C’est sûr qu’il peut être difficile de montrer sa vraie nature, car en agissant ainsi, on se sent plus vulnérable. Mais en cherchant à nous protéger de l’autre, nous ne pouvons pas être ouverts à l’amour.

Au niveau de la mise en pratique, la première étape est l’urgence du moment.

Quelle est la chose la plus urgente dans votre vie ? Quelle relation êtes-vous prêts à faire tout ce qu’il est nécessaire ? Et qu’est-ce qui différencie cette relation des autres ?

La deuxième étape est l’échec et la réussite.

Notez ce dans quoi vous réussissez et ce dans quoi vous échouez dans vos relations.

Notez ce dans quoi vous pensez que les autres réussissent ou échouent et arrêtez de voir la réussite ou l’échec dans vos relations et considérez-les à présent comme parfaites.

La troisième étape est d’ôter votre masque.

Quels sont les masques ou jeux que vous utilisez dans vos relations ? Quel rôle jouez-vous ?

La quatrième étape est de réelle rencontre.

Avoir une réelle rencontre, c’est se préparer avant de rencontrer une personne.

On se prépare de manière différente selon chaque personne : on peut méditer, se balader, dessiner, chanter. On se prépare en laissant tomber l’ancien et en étant résolu à laisser de la place pour le nouveau.

  • La quatrième grande étape pour pratiquer, pour vous entrainer, c’est une seule respiration : pas de séparation.

Quand on est assis dans le zendo à côté des autres et même si nous respirons tous, c’est sur notre propre respiration que nous devons nous concentrer.

Et c’est cette respiration qui fait que même si nous sommes séparés des autres, nous nous sentirons unis à eux.

C’est cet acte de respirer ensemble qui constitue la respiration unique.

Tomber amoureux peut être comparé à l’acte de respirer.

Pratiquer la respiration unique, c’est cesser de chercher l’amour à travers les autres mais le chercher en nous pour pouvoir le partager avec eux.

On peut voir que bien que nous soyons séparés des autres, l’amour nous unit.

On peut cesser d’être dépendant d’une personne car on ne la perçoit plus comme la source unique d’amour.

Nous ne fermons pas ce moment extérieur quand nous sommes amoureux car nous prenons conscience que s’isoler du monde extérieur, c’est se fermer à l’amour et rejeter les autres.

Nous ne renoncerons pas à ce que nous sommes vraiment pour plaire à l’autre. Nous savons que l’amour véritable, ce n’est pas de s’accrocher à quelqu’un, c’est de pouvoir en être séparé.

Et même en étant séparés, nous pouvons rester unis l’un à l’autre. Nous ne sommes pas intéressés à quelqu’un pour ce qu’il peut nous apporter mais pour l’amour qu’on peut partager avec lui.

Au niveau de la mise en pratique, la première étape est de vous poser la question : qu’est-ce qui tient l’amour éloigné ? Quelles sont les barrières qui vous tiennent éloignées de l’amour et des autres ?

La deuxième étape est l’unité.

Quels sont les moments où vous vous sentez en unité, en étant seul ou accompagné ? Est-ce en pratiquant une activité particulière ?

Passez un moment tous les jours à faire cette chose qui vous donne une sensation d’unité.

La troisième étape est l’unité avec les autres.

Choisissez une personne avec laquelle vous vous sentez capables d’être en unité. Soyez conscients du moment que vous partagez avec cette personne et soyez calmes en sa compagnie.

La quatrième étape est l’unité avec le monde entier.

Qu’est-ce qui vous donne l’impression d’être séparé ou divisé dans votre vie ou dans le monde ? Face à quoi ressentez-vous du rejet ? Prenez conscience que cette séparation fait partie de la vie, tout comme l’expiration fait partie de la respiration.

Choisissez de ne plus reculer face à cela, appréciez des aspects de ce que vous rejetez.

La cinquième étape, c’est de servir avec un esprit ouvert. Donnez de vous-même chaque jour à quelqu’un que vous aimez et à quelqu’un que vous n’aimez pas. Ne cherchez pas à recevoir quelque chose en retour.

Donnez en oubliant que vous donnez, vous recevriez des cadeaux en retour. Acceptez ces cadeaux avec reconnaissance.

  • La cinquième étape finale pour vous entrainer, c’est de trouver le bœuf, c’est-à-dire enfin rencontrer l’être aimé.

Dans l’enseignement du zen, trouver le bœuf signifiait trouver la nature véritable au centre de nous-mêmes : la joie, la vérité, l’amour.

Pour trouver le bœuf, on prépare le terrain à travers les pratiques méditatives.

En amour, trouver le bœuf signifie trouver l’âme sœur. Et pour cela, il faut aussi préparer le terrain.

Il faut déjà commencer par trouver l’amour en soi pour pouvoir le trouver à l’extérieur de soi.

Ensuite, nous devons prendre conscience que grâce à l’amour qui est en nous, nous sommes déjà complets. Nous ne cherchons donc pas l’être aimé pour nous compléter mais pour partager l’amour.

Il faut aussi accepter les expériences passées difficiles et faire face à la peur de souffrir dans le futur.

Ainsi, on lâche prise et on s’accepte et on se montre tel que l’on est dans l’instant présent. C’est la meilleure façon de vivre l’amour.

Enfin, il faut prendre conscience que toute personne peut potentiellement devenir l’âme sœur si nous la voyons avec les bons yeux.

Au niveau de la mise en pratique, la première étape est de chercher le bœuf.

Quel bœuf cherchez-vous dans votre vie ? Où cherchez-vous le bœuf et où pouvez-vous le trouver ? Avez-vous trouvé ? L’avez-vous perdu ?

La deuxième étape est les yeux du bien et du mal.

Qu’est-ce que vous voyez d’un mauvais œil en amour ? Choisissez de le voir avec les yeux de l’amour, qu’est-ce que cela change en vous ?

La troisième étape est la voix du serpent.

Que vous dit la voix mensongère du serpent à propos de vous, de l’amour et des relations ?

Apprenez à écouter les mensonges, les peurs, les croyances de votre esprit. Puis, décidez de ne plus les croire, ils finiront ainsi par disparaitre.

La quatrième étape est la voix directe vers l’amour.

Remplacez les pensées malsaines vis-à-vis des personnes que vous rencontrez par des pensées d’amour. Voyez le côté positif de ces personnes.

La cinquième étape est la parfaite personne.

Aujourd’hui, ouvrez votre cœur à toutes les personnes qui croiseront votre chemin. Voyez la perfection en chacune d’entre elles.

La sixième étape est de trouver le bœuf.

Où se trouve le bœuf, l’être aimé ? Avez-vous désespéré un jour de pouvoir le trouver ? Accueillez-le pleinement dans votre vie.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Pas de Commentaires pour :

3 étapes pour trouver l’âme sœur avec le zen







    Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

    Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.