Mon week-end dans un monastère bouddhiste, et ce qu’il m’a apporté

Mon week-end dans un monastère bouddhiste: le bonheur de la méditation

Début Novembre 2009, j’ai passé un week-end au Village des Pruniers avec une amie. Le Village des Pruniers – situé à Thénac en Dordogne – est un monastère bouddhiste fondé en 1982 par Thich Nhat Hanh, un moine zen qui a été exilé du Vietnam en 1966 pour avoir prôné une solution pacifique au conflit avec les Américains.

Les trois jours que j’ai passé là-bas ont été très riches pour moi, et de nombreuses choses prônées par le bouddhisme zen et que j’ai pu vivre pendant ce court temps ont de nombreux points communs avec le développement personnel et différentes notions que j’ai déjà abordé sur ce blog, notamment dans ma chronique de L’art de la Méditation, et j’ai souhaité les partager avec vous dans le cadre du A la croisée des blogs du mois de février intitulé Comment vivre l’instant présent ?. Suivez le guide.

Thich Nhat Hanh et le village des Pruniers : courte présentation de ce monastère bouddhiste

Thich Nhat Hanh (prononcez tiche nate hann) est un moine bouddhiste zen (tout comme le christianisme, le bouddhisme est divisé en nombreuses branches, et le bouddhisme zen en est une) célèbre et qui a une vie riche et mouvementée derrière lui : il est né au Vietnam en 1926, devint moine en 1949, étudia les religions comparées à Priceton aux Etats-Unis, puis retourna au Vietnam pour prôner une issue pacifique au conflit avec les Américains. Celui lui valu à la fois de se faire exiler du Vietnam, et de se faire recommander par Martin Luther King (qu’il avait rencontré en 1965) pour le prix Nobel de la Paix de 1967 (le prix ne fut pas attribué cette année).

Monastère bouddhiste-Thich Nhat Hanh

Thich Nhat Hanh en marche vers le temple bouddhiste en Dordogne où il va donner son enseignement

Il s’installa en France en 1972, où il est réfugié politique, et fonda le village des Pruniers en 1982. Il est l’auteur de très nombreux livres dont la plupart sont traduit dans plusieurs langues, lui donnant un rayonnement international (Tim Ferris le cite dans La semaine de 4 heures, chapitre 15 “Combler le vide” 😉 ).

Le village des pruniers est un monastère réparti en 4 sites principaux proches les uns des autres (deux pour les hommes, et deux pour les femmes), dont le nom vient des 1250 pruniers qui poussent dans son verger.

Hameau du bas, Village des Prunier, centre bouddhiste en Dordogne

La cloche du Hameau du Bas, partie du monastère réservée aux femmes

Une centaine de moines et nonnes y vivent, la majorité Vietnamiens – de riches familles Vietnamiennes envoient apparemment leurs enfants en France pour suivre l’enseignement de Thich Nhat Hanh – avec des Français et quelques étrangers. Le village accueille des visiteurs toute l’année, sauf pendant 2 semaines pendant lesquelles il est complètement fermé à ceux-ci. Il reçoit tous les dimanches des visiteurs locaux pour l’enseignement hebdomadaire, et héberge ceux qui souhaitent y vivre quelques temps, de un week-end – comme moi – à jusqu’à plusieurs mois (il faut expliquer par écrit vos motivations si vous souhaitez rester plus de 2 semaines). Le coût est de 375 € par semaine pour l’hébergement et la nourriture (ce qui est vraiment peu cher étant donné l’excellente nourriture qui est servie ! 😉 ) et une participation aux tâches ménagères.

Venons-en à présent à ce que m’a apporté cette retraite au monastère bouddhiste Les Pruniers :

Vivre le moment présent : La Pleine Conscience

Celui-ci depuis très longtemps je l’observe et toute sa vie, il a regardé vers l’avenir, vers l’horizon. Jamais l’esprit là ou il était. A ce qu’il faisait.” – Yoda

C’est la chose principale que j’ai appris pendant cette retraite dans en un monastère bouddhiste. Ma pratique de la méditation et de GTD m’aide à me débarrasser des mes pensées parasites et à apprécier le moment présent, mais je suis loin d’être un expert en ce domaine et j’ai encore beaucoup à apprendre. Traduisez : j’ai encore très souvent l’esprit concentré sur le passé, ou l’avenir, pas à ce que je fait.

Au village des Pruniers, les moines et les nonnes tâchent de vivre chaque journée, chaque heure, chaque instant en Pleine Conscience. Cela signifie qu’ils tâchent d’avoir l’esprit à ce qu’ils font, de savourer chaque instant pour ce qu’il est. Toute leur vie est organisée de manière à pouvoir vivre au maximum en Pleine Conscience.

Cela se traduit notamment par une lenteur et un silence de rigueur dans de nombreuses activités. Ainsi lors des repas, les 20 premières minutes se font en silence, et il est recommandé de manger lentement en savourant sa nourriture. Les moines pensent que l’on ne peut pas savourer pleinement sa nourriture lorsque nous faisons quelque chose en même temps que nous mangeons, comme lire, parler, ou regarder la télé, et après avoir expérimenté quelques repas avec eux avec les 20 premières minutes complètement silencieuses, je ne peux qu’être entièrement d’accord : se concentrer pleinement sur sa nourriture permet vraiment de la savourer davantage, de mieux goûter sa texture, son odeur, ses goûts, d’en tirer la moindre étincelle de plaisir et de contentement. Cela rejoint ce que dit Léo Babauta dans son article 5 excellentes raisons de manger plus lentement.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Comment être en bonne santé et vivre longtemps

Ensuite, les discussions étant moins obligatoires que dans la société où nous vivons habituellement, il y a moins de paroles qui sont là juste pour combler un vide : le vide fait moins peur, le silence est accueilli comme un moment privilégié pour se recentrer sur soi-même. Régulièrement, une cloche sonne, et pendant toute la durée de son gong, tout le monde doit s’arrêter de parler, respirer profondément et se concentrer sur le moment présent. Cela permet de remarquer que l’on oublie très fréquemment de se concentrer sur ce que l’on fait ! De même, quand le téléphone sonne, tout le monde fait comme pour la cloche, et un moine n’ira décrocher le téléphone qu’après trois sonneries, sans se presser – ayez cela à l’esprit si vous appelez le village des Pruniers ! 😉 .

Les moines pratiquent environ cinq heures de méditation par jour, assise – dans le temple – ou marchée, moments privilégiés pour se concentrer sur moi-même et le moment présent. Et à partir de 21H30, le Noble Silence est de rigueur, c’est à dire que personne n’est censé parler, sauf nécessité.

Vivre un telle vie au rythme de la Pleine Conscience, même pour 3 jours, a été une expérience très intéressante pour moi, et m’a permit de renforcer ma pratique de la Pleine Conscience que j’abordai déjà par la méditation et GTD. J’ai l’habitude de lire en mangeant, et j’essaie depuis ma visite au monastère de me concentrer pleinement sur ma nourriture quand je mange seul – mais je cède encore assez souvent à la tentation de lire 😉 .

Pour vous entraîner à vivre le moment présent, vous pouvez lire l’article 5 Inspirations pour Vivre le Moment Présent

Les Pruniers à un horaire assez stricte : Lever à 5H, 3H de méditation par jour, coucher très tôt : la vie monacale n’est pas si difficile

Je pensai que j’allai avoir du mal à m’adapter à un tel changement de rythme, mais ce fut extrêmement facile, à mon grand étonnement. Sans doute que l’excitation de la découverte a contribué à créer chez moi une forte motivation, et la courte durée du séjour m’a empêcher de voir celle-ci diminuer, mais je sais à présent que je peux me lever à 5H pour aller méditer une heure et demi dans un temple glacé, sans trop en souffrir et sans fournir une énergie considérable pour cela. Par contre j’ai eu du mal à me concentrer pleinement pendant les une heure et demi des séances de méditation : je suis habitué à de courtes séances de 10 minutes, et je n’ai pas pu empêcher mon esprit de vagabonder à droite et à gauche, ni de m’ennuyer. Mais c’est définitivement une expérience intéressante à vivre.

Si vous venez vivre quelque temps au monastère, personne ne vous obligera à suivre le rythme des moines – vous pourrez vous lever plus tard et ne pas participer à la méditation du matin – mais vous perdrez une grande partie de l’intérêt d’une telle visite si vous faites cela.

La nourriture végétarienne peut être absolument nourrissante et délicieuse

Afin de ne pas à devoir faire du mal à aucun animal, tous les moines et les nonnes sont végétariens, et la nourriture servie au Village est exclusivement végétarienne. A ma grande surprise également, tous les repas que j’ai pu consommer se sont révélés riches, variés, et absolument succulents ! Et il y avait tellement de légumes, tofu et autres ingrédients inconnus à choisir (c’est un buffet chaud et froid auquel on se sert) que chaque repas était l’occasion de découvrir de nouvelles saveurs et combinaisons.

De plus les moines et les nonnes sont dans une forme olympienne malgré le fait que certains sont  végétariens depuis des dizaines d’années. Cela m’a donc montré de manière claire que l’on peut tout à fait être végétarien, en forme et se régaler ! Serons-nous Immortels ? recommandant de limiter fortement sa consommation de viande en ne consommant que de la viande blanche bio, l’étape suivante me semble être de tenter d’être végétarien quelque temps pour voir ce que cela fait, même si l’idée d’abandonner le poisson, et notamment le saumon – à la fois très sain pour le corps et délicieux – ne me tente pas. Mais je pourrai définitivement me passer de viande. Grâce au réseau d’échanges solidaires SEL de Lille auquel j’appartiens, je troque actuellement mes compétences en blogging contre des cours de cuisine végétarienne. J’espère bien pouvoir d’ici peu mijoter d’excellents plats végétariens qui feront les délices de mes invités, tout en étant sains pour leur corps ! 😉

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Les 3 livres mode de vie sain qui ont révolutionné ma santé

La cloche bouddhiste distille ses ondes bienfaisantes

Les moines utilisent une cloche appelée Rin, très utilisée dans le bouddhisme Zen, en forme de bol, entièrement en métal, et qui fait entendre un son profond et puissant quand on la frappe avec un maillet :

Je trouve personnellement ce son extrêmement agréable, apaisant et permettant de mieux se recentrer sur soi-même. Je n’aurai jamais pensé avant d’entendre cette cloche qu’il pourrait être aussi agréable d’écouter du métal qui résonne ! J’ai du coup acheté un petit Rin pour m’accompagner pendant mes séances de méditation, et je prévois d’en acheter un (très) gros prochainement, car le son est plus grave quand la taille du Rin est plus importante, et je trouve cela plus agréable encore !

Le Partage, une thérapie de groupe chargée en émotions

J’ai eu l’occasion de vivre un Partage, qui est tout simplement une discussion en groupe à coeur ouvert, autour d’un sujet commun. Le Partage était un dimanche, et le monastère était rempli de personnes du coin et d’autres du monde entier venus assister à l’enseignement de Thich Nhat Hanh, en plus des moines et des résidents temporaires dont je faisais partie. Il y a eu plusieurs groupes, chacun contenant un mélange de moines, de nonnes et de laïques.  Chaque Partage se déroule de la même façon : nous nous asseyons en cercle, sur des coussins ou en position de méditation, et le Rin sonne le début et la fin de la séance.

Lorsque la séance commence, nous commençons par un rapide “tour de table” puis chacun peut s’exprimer librement quand il le souhaite. Le sujet du Partage auquel j’ai participé était “La colère”. Différentes personnes ont donc commencées à parler de leurs expériences ou de leur ressenti par rapport à la colère, librement. Les débuts ont été un peu timides, mais rapidement des personnes ont commencés à partager des expériences et des émotions profondes, sincères et parfois intimes, et cette expérience a été semblable à l’ouverture d’un oeil pour moi. J’ai vu des inconnus tomber le masque et se mettre en danger, se dévoiler, juste pour partager leur réflexion, pour tenter de comprendre.

Je ne me suis pas senti suffisamment à l’aise pour prendre la parole dans ce groupe, mais ce moment fut à la fois fortement chargé en émotions, excitant, apaisant et très instructif. C’est vraiment quelque chose de voir d’autres humains partager leurs joies, peines et difficultés en rapport avec la colère, et de se rendre compte que l’on est pas le seul sur Terre à devoir gérer cette émotion !

Je pense qu’aller tous les dimanches faire un Partage au village des Pruniers peut être avoir un impact profond sur notre vie, en particulier si vous partagez à votre tour en parlant en public. Je n’avais jamais fait auparavant ce genre de “thérapie de groupe” et je ne me doutait pas de l’intérêt que cela a. Cette expérience a changé mon point de vue.

Un décor et des matériaux apaisants

Le Hameau du Bas où j’ai eu l’occasion de vivre est un lieu magnifique situé en pleine zone de campagne de la Dordogne, au milieu des champs. Les bâtiments sont d’anciens corps de ferme, environnés d’arbres, de bambous et de collines, environnement apaisant et magnifique qui doit être encore plus merveilleux l’été.

Les matériaux utilisés un peu partout sont en général extrêmement apaisants et participent pleinement à la Pleine Conscience : bois, coussins, cloches, fleurs, bambous et  lumières douces sont omniprésents et alimentent la quiétude de l’esprit.

Matériaux zen - centre bouddhiste en dordogne

Bois, fleurs et nature, un mélange apaisant

Mon séjour au village m’a ainsi permit de saisir de manière beaucoup plus aigüe qu’un judicieux choix des matériaux et des couleurs peut avoir un véritable impact sur notre esprit et notre quiétude.

L’ouverture d’esprit et l’absence de dogme

Je ne suis pas très religieux – en fait je ne cache pas ma sympathie pour l’athéisme militant prôné par Richard Dawkins – et ce séjour n’y aura certainement rien changé. J’aime toutefois étudier la philosophie et en appliquer certains principes – ceux des Stoïciens par exemple – et je pense que le message de Jésus (s’il a existé, ce qui reste à prouver) aurait eu beaucoup plus de force s’il avait été considéré comme une philosophie de l’amour plutôt que comme une religion. Si Jésus était né en Grèce ou à Rome, il serait sans doute devenu philosophe et aurait eu sa place à coté d’Epicure ou de Sénèque, mais il est née en Galilée, et pour être dans le coup il se devait d’être prophète. Ou s’il a voulu être autre chose, ceux qui l’entourait ne purent faire autrement que de le prendre pour tel, étant donné le contexte socio-culturel qui était le leur.

De même dans le bouddhisme et l’enseignement de Bouddha se mêlent religion et philosophie. Je suis très loin d’être un spécialiste du bouddhisme, mais il me semble que c’est une religion beaucoup moins dogmatique que le christianisme, en ce sens que ce qu’enseigne cette religion n’est pas autant considéré comme une Vérité Absolue qui ne peut pas s’accommoder de celle d’autres religions. En tout cas, l’enseignement et les valeurs que prône Thich Nhat Hanh s’écartent définitivement de cela : il dit « Les chrétiens sont mes frères. Je ne veux pas faire d’eux de nouveaux bouddhistes. Je veux les aider à approfondir leur propre tradition », et vous n’avez nullement à renoncer à votre religion – ou à votre non-religion – pour participer à la vie du monastère et tirer des bienfaits des enseignements de Thich Nhat Hanh, du village et de Bouddha. Personne ne vous demandera de comptes à ce niveau là, l’ouverture d’esprit règne, et l’éclectisme des visiteurs – venus du monde entier –  en est la preuve.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Surmonter les émotions destructrices

Les Pruniers et le sexe

Le principal défaut du Village des Pruniers est que si vous venez en couple, vous êtes censé vous abstenir sexuellement pendant toute la durée de votre séjour ! Les moines et nonnes bouddhistes vivent une vie chaste comme leurs confrères chrétiens. C’est bien dommage, car je trouve qu’appliquer la Pleine Conscience au sexe ne peut qu’être positif et renforcer le partage déjà intense entre deux conjoints. Mais sans doute que de telles relations feraient exploser leur petite communauté.

Le lieu de transition idéal pour les Nouveaux Riches de La semaine de 4 heures

Tim Ferris explique dans son livre La semaine de 4 heures que la transition entre votre vie professionnelle classique tournée vers la performance et la vitesse, et celle de Nouveau Riche qui a éliminé la majeure partie de son travail et automatisé le reste ne se fait pas sans heurts, et recommande de passer un peu de temps dans un centre de yoga, de méditation ou autre pour se désaccoutumer et aborder plus sereinement notre nouvelle vie.

Le village des Pruniers est un lieu idéal pour cela : je recommande à toute personne venant de quitter son travail et propriétaire d’une muse rentable et automatisée toute fraîche d’y passer une semaine ou deux avant de se lancer dans sa nouvelle vie. C’est certainement ce que je ferai, car un tel séjour me permettra de me recentrer sur le moment présent, d’apprendre à ralentir et à mieux savourer les choses, et de me désintoxiquer d’Internet et de la vitesse trépidante qui caractérise notre vie de tous les jours.

Aller à la rencontre de la différence, une richesse pour notre vie

Voici donc un aperçu de ce que j’ai appris lors de ma retraite de méditation trois jours et deux nuits au village des Pruniers. Comme vous pouvez le voir, ce furent pour moi des moments très riches où j’ai appris énormément au contact d’un monde étranger dont je ne connaissais rien. Pourtant si l’on se contente de regarder la surface des choses, qu’est-ce qu’un athée comme moi est allé faire dans un monastère bouddhiste ? J’essaie de ne pas m’arrêter à ce genre de considérations, et même de bâtir dessus un principe de vie. Comme je l’indiquai à la fin de mon article Les 9 secrets de ceux qui sont bien dans leur tête, il me semble primordial d’avoir une vie riche en rencontres de qualité, avec des personnes d’horizons très différents, avec qui vous pourrez apprendre et partager d’innombrables choses dont vous ne soupçonnez même pas l’existence.

L’ouverture me paraît primordiale. L’ouverture, c’est la volonté consciente de s’affranchir au maximum de ces préjugés pour se forger sa propre opinion. Ayez des discussions passionnantes avec des personnes diverses, venant d’horizons différents. Passez d’un milieu social à un autre. Fréquentez des riches, des pauvres, des nationalistes, des internationalistes, des communautaires, des individualistes, des athées, des religieux, des jeunes, des vieux, si possible de nationalités et d’origine très diverses. Avez-vous des amis blacks, d’origine maghrébine, asiatique, indienne ? Si vous en avez l’occasion, faites Erasmus, c’est l’une des expériences les plus riches et les plus fun que vous puissiez vivre, et l’une des plus sexuellement assumée et libérée. Allez à la rencontre de l’opposé. Si vous votez UMP, allez à un meeting d’Arlette Laguiller. Si vous pensez qu’il faut bombarder les phoques au napalm, allez à une conférence de Greenpeace. Vous avez compris. Cela ne vous fera pas forcément changer d’avis – heureusement 😉 – mais vous comprendrez mieux le point de vue adverse et les tenants et aboutissants. Et vous enrichirez votre esprit, et votre vie.

Je vous invite aussi à visionner ma vidéo concernant mon week-end dans le centre bouddhiste de dordogne Le village des Pruniers :

Recherches utilisées pour trouver cet article :

village des pruniers secte, centre bouddhiste dordogne, monastère bouddhiste, thich nhat hanh secte, village des pruniers avis, le village des pruniers secte, village des pruniers, temple bouddhiste dordogne
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

44 Commentaires pour :

Mon week-end dans un monastère bouddhiste, et ce qu’il m’a apporté

  • Seb

    27 Jan 2010 à 20:02

    Bizarrement c’est assez proche de ce qu’il y a dans d’autres communautés.
    Je suis catholique et j’ai eu l’occasion de visiter, Taizé, un petit village en Bourgogne qui accueille chaque année des milliers de jeunes et moins jeunes chrétiens de toute la planète pour une expérience saisissante.

    En gros, il y a dès années, Frère Roger, le fondateur de la communauté, y fait de la résistance, puis décide d’en faire un lieu religieux. Il propose à d’autres chrétiens: catholique, protestants, orthodoxes, anglicans… (c’est nouveau de rassembler les chrétiens comme ça) à le rejoindre dans le petit village, pour fonder la communauté de Taizé.

    Alors forcément, comme dès fois il y a des milliers de personnes qui s’y pressent les règles sont un peu allégées au niveau du silence, mais elles sont très proches de celles dont tu parles:

    3 temps de prière: matin, midi et soir. Dans une immense église moderne à l’ambiance très zen (odeur d’encens, lumière tamisée, bougies), les gens s’assoient ensemble et répètent des chants comme des mantras. Doux, positifs, répétitifs. On a donc une forme de méditation partagée par des milliers de personnes à la fois, et je peux vous dire que ça fait quelque chose ! C’est sensé durer 15minutes, mais au final, même les moins religieux ont du mal à quitter la salle et la prière du soir peut durer plusieurs heures.

    Pour le reste, en journée des groupes de réflexion s’y forment. Les tâches ménagères sont organisées et partagées dans la bonne humeur. Après la prière du soir, murmures et silence sont de rigueur, excepté dans une petite zone réservée à ceux qui veulent encore passer du temps à discuter ou à s’amuser… jusqu’à une certaine heure. Il y a également une source un peu plus loin, qui est aussi un endroit de silence.

    Bref, c’est quelque chose à visiter, puisque ce lieu procure un rafraichissement de l’âme similaire aux temples zen, et puis ce n’est pas réservé aux chrétiens, n’importe qui voulant jeter un oeil peut y aller et j’ai des amis juifs qui y retourneraient avec plaisir…

    Répondre



    • Jérémie

      27 Jan 2010 à 21:21

      Tu ne pouvais faire meilleur choix, Olivier.
      Moi-même bouddhiste, c’est toujours un plaisir, et un ressourcement extrême de me retrouver dans ce cadre, où je peux vraiment appliquer les préceptes.
      Ceci permet de repartir à fond dans ses projets, car l’esprit a pu se reposer, notamment grâce à l’application de la pleine conscience par exemple lors des séances de marche.

      Répondre



      • Alex

        28 Jan 2010 à 10:11

        Merci pour cet article détaillé. Ca donne envie de faire un petit séjour là bas. Je pense en effet que ce n’est pas souvent qu’on nous donne l’occasion de ralentir, et de prendre plus conscience de là où on est plutôt que là où on va.

        Quand j’aurais ma muse en place ça pourrait être un bon commencement 🙂

        Répondre



        • cobaye007

          28 Jan 2010 à 10:50

          Merci Olivier pour cet article. J’ai découvert l’existence du village des pruniers quand j’ai lu le livre de Tich naht hanh “l’art du pouvoir” et j’ai failli y passer une semaine. Ton article m’a convaincue d’y aller. Je vais essayer de faire ça au printemps pour profiter des beautés de la nature.
          Merci aussi pour ton blog que je suis assidument et qui m’aide beaucoup dans ma démarche. J’ai même téléchargé et écouté tous les podcasts ;o). Bonne continuation.

          Répondre



          • therealdoc

            28 Jan 2010 à 13:30

            Merci pour ce retour détaillé.
            J’habite à quelques km de Thénac et j’en avais déjà vaguement entendu parler mais de manière très globale.
            Je vais donc me pencher un peu plus là dessus.
            Sans être bouddhiste c’est quelque chose qui m’attire, comme en témoigne le bouddha qui trône sur mon bureau depuis bien des années …
            Si tu le souhaites, nous pourrons échanger dessus en MP.

            Répondre



            • Olivier Roland (Auteur)

              28 Jan 2010 à 14:14

              Merci pour vos commentaires.

              Seb, le parallèle que tu dresses avec la communauté de Taizé est très intéressant, merci pour ton témoignage 😉 .

              cobaye007, merci pour tes encouragements, heureux de savoir que cet article t’a convaincu d’aller au village des Pruniers 🙂 .

              therealdoc, pas de problèmes pour les MP.

              Répondre


              • edith

                6 Mai 2014 à 15:35

                bonjour ,
                c est étrange et intéressant….: je découvre les Pruniers (puis personnellement votre blog) grace à la lecture d’un article à son sujet recu à table ce midi au monastère chrétien protestant de Grandchamp (Suisse) ou je séjourne , et qui est lui meme issu de Taizé …Comme quoi l information et l’ouverture …circulent entre les religions .(Les jours precedents on avait lu de la meme manière un article sur Mahommet et les origines du Coran)
                Bonne suite a vous !

                Répondre



                • pol

                  11 Avr 2016 à 10:14

                  L’article est intéressant,mais quel dommage de parler de secte dans le titre même! Ceci risque de mettre un doute dans l’esprit du lecteur ou simplement le dissuader de lire l’article !Ce serait bien regrettable !

                  Répondre



                • docG

                  28 Jan 2010 à 21:25

                  Merci Olivier de ce partage.

                  Pratiquant la méditation depuis longtemps, je n’y suis jamais allé.
                  Et cela me plairait également d’y passer quelques jours.

                  Par contre, une petite mise en garde pour les non initiés.
                  Autant il est plus aisé de pratiquer la pleine conscience lorsqu’on se retrouve dans un endroit isolé et “fait pour cela” ou règne sérénité, calme, autres personnes qui méditent,…autant une fois retourné chez soi, cela peut être beaucoup beaucoup plus difficile.
                  Je conseille donc de pratiquer tous les jours même 10 minutes dans son milieu de vie afin de l’intégrer dans sa vie de tous les jours.

                  Répondre



                  • Patrick

                    9 Juil 2014 à 10:35

                    Je pense comme toi, si c’est plus “pratique” de méditer en groupe dans un lieu consacré, le retour à la maison est plus problèmatique !Il faut s’amènager un lieu et essayer de pratiquer régulièrement.On peut tout de même à chaque moment de la journée et pour chaque tâche méditer quelques instants sans pour autant être en position assise!

                    Répondre



                  • remy66

                    28 Jan 2010 à 23:52

                    Moi j’ai fait une méditation Vipassana qui m’a fait un bien profond.
                    J’ai appris que tout change. Que si j’ai mal au dos, cela passera, et qu’il n’est pas nécessaire de se crisper donc sur le mal au dos.
                    Il y a d’autres sensations à apprécier.
                    Cette découverte m’aide aussi quand j’ai beaucoup de pression sur des projets, par exemple.

                    Répondre



                    • lefevre

                      19 Mai 2012 à 10:08

                      pratiquant le Vipassana depuis longtemps, ces techniques m’ont permis d’être illuminée

                      Répondre



                    • Jon Nakata

                      29 Jan 2010 à 12:14

                      Merci bien pour ce fabuleux post et si tu le veux bien j’aimerai te « MPisé » pour avoir les coordonnées de ce centre, je crois que lorsque je rentrerai en été, j’irai y passer une petite semaine.
                      Pour rebondir sur certaines des choses dites ici (essayons de rebondir dans l’ordre), j’ai une technique pour me refocaliser dans la journée sur le moment présent. Ainsi a trois reprises lors de la journée mon téléphone sonne et me montre le message suivant : « Pause, je choisis l’éveil », en voyant ce message je me dois de m’arrêter (peu importe l’activité) et me centrer sur le moment présent pendant au moins dix secondes. J’ai remarquée que cet automatisme fait que je pense a me recentrer même quand je n’entends pas mon téléphone sonner.
                      Pour ce qui est du fait d’être végétarien, j’ai du m’y plier pendant mon séjour en Inde (6 mois en tout) et je dois bien avouer que mis a part avoir perdu les 15 kilos en trop que j’ai traine durant des années, ben je n’ai vraiment pas souffert. Cependant je nuancerai ici en précisant qu’en Inde cela fait 5000 ans qu’être végétarien est dans la culture et que donc tout le monde sait se mitonner des plats sans viandes et sans carences, en France je pense que ceux qui voudraient se lancer là-dedans devraient préalablement mesurer leur besoins caloriques, énergétiques etc avant de se lancer dans l’aventure. Je terminerai la page sans viande en précisant tout de même qu’il ne faut pas oublier que le Dalaï-lama lui-même (sur ordre de ces médecins) se doit de manger de la viande, sous peine de sévères complications.
                      Concernant le chapitre sur la colère, je dois dire qu’elle a été pour moi aussi un problème très longtemps jusqu’à finir par comprendre que c’est la peur de l’autre qui me faisait exprimer de la colère (émotion saine) par de l’agressivité (émotion bien moins saine) et qu’a moins de comprendre les raisons pour lesquelles nous choisissons de mélanger ces deux sentiments, la colère revient toujours sous une forme ou une autre, déclarée comme telle ou voilée (jalousie etc)
                      Thich Nhat Hanh s’écartent définitivement de cela : il dit « Les chrétiens sont mes frères. Je ne veux pas faire d’eux de nouveaux bouddhistes. Je veux les aider à approfondir leur propre tradition », et vous n’avez nullement à renoncer à votre religion – ou à votre non-religion – pour participer à la vie du monastère et tirer des bienfaits des enseignements de Thich Nhat Hanh, du village et de Bouddha…Je finirai par AAAMMMEEENNN. Ce sont ces paroles d’unité dont nous avons besoin tous les jours et plus les phrases qui commencent par un « eux » puis finissent par « nous ». Nous nous devons a nous même et a notre humanité de ne plus voir des riches, des pauvres, des nationalistes, des internationalistes, des communautaires, des individualistes, des athées, des religieux, des jeunes, des vieux mais des maillons d’une chaine planétaire. Un maillon sur 6.5 milliards ne pèse pas bien lourd mais le jour ou l’un de ses maillons est affaibli alors toute la chaine en pâtît.
                      En inde le salut traduit en français est le suivant : « je salue l’étincelle divine qui est en toi ». Que l’on soit croyant ou non importe peu tant que nous nous accordons croyants et non croyants sur l’idée que peut-être OOOH peut-être nous n’avons pas toute la sagesse et qu’objectivement l’existence ET l’inexistence de « cela » n’a jamais été confirmée…ni infirmée.
                      Je finirais en te (et vous) conseillant le podcast Zencast (en anglais…sorry) mais qui est absolument génial pour quiconque s’intéresse a ces questions philosophico-bouddhiste.

                      Paix

                      Jon

                      Répondre



                      • pommeliane

                        31 Jan 2010 à 03:11

                        Bravo pour cet article brillant et bien explicité qui donne envie d’essayer (en rêve parce qu’ici, chez nous, point de moine ou nonne). Merci

                        Répondre



                        • Yann

                          1 Fév 2010 à 15:36

                          Article très intéressant. Ton expérience montre que la pratique de la méditation et de la pleine conscience est dénue de prosélytisme chez les bouddhistes. C’est un excellent moyen de combattre le stress.
                          J’ai vécu en Dordogne mais je ne suis jamais allé au Village des Pruniers. J’ai fréquenté d’autres centres. La Dordogne est un lieu privilégié pour le bouddhisme, notamment tibétain. Tous les livres de Thich Nhat Hanh sont riches et passionnants, et la plupart faciles à lire par tous les publics.
                          Merci pour ce partage.

                          Répondre



                          • Olivier Roland (Auteur)

                            1 Fév 2010 à 19:28

                            Merci pour vos commentaires,

                            Jon Nakata, pas besoin de me MPtiser, je donne un lien vers le site du village des Pruniers dans le premier paragraphe, tu y trouveras toutes les informations nécessaires.

                            Merci pour ton retours d’expérience sur l’Inde, j’ignorais qu’ils étaient végétariens depuis si longtemps.

                            J’aime beaucoup ta distinction entre la colère et l’agressivité.

                            Et merci pour Zencast, mais il s’agit d’une plateforme comme iTunes, est-ce que tu n’as pas plutôt le nom spécifique du podcast, ou son URL ?

                            Répondre


                            • lefevre

                              19 Mai 2012 à 10:06

                              les pruniers comme le centre du Bosc pratiquent le mahayana. En premier quand vous allez dans un de ces centres vous êtes hypnotisés. Après, au début, tout va bien sauf les lueurs dans les yeux des moines. Après ils vous jaugent: qu’est ce que vous pouvez accepter? Si vous êtes prêt cela finit par des meurtres magiques et des orgies.
                              Ils ne peuvent être illuminés. Le plus haut est le plan de Shiva. Et Shiva s’active actuellement à prendre le trône des dieux. Quand ce sera fait, ce sera l’apocalypse. Alors s’il vous reste un peu de conscience quittez ces sectes destructrices.

                              Répondre



                            • Mohamed MOURAS

                              2 Fév 2010 à 15:08

                              Bonjour tout le monde,

                              C’est vrai que j’aurais du donner directement l’url, d’ailleurs la voila:
                              http://www.zencast.org
                              Vous pouvez soit directement telecharger ou ecouter le mp3 soit aller en haut a droite il y a un lien pour directement l’importer au format que vous souhaitez (dans mon cas netvibes)
                              Voila

                              Take Care

                              Mohamed (anciennement Jon Nakata)

                              Répondre



                              • Ben

                                3 Fév 2010 à 02:18

                                C’est un article très intéressant sur le village des Pruniers. Tant sur ta perception de cette communauté que sur ce que t’y as appris. Ayant effectué plusieurs retraites (séjours de plus de 2 semaines) au sein de cette communauté, c’est un plaisir pour moi de réagir simplement sur quelques points au fil de la lecture de ton article.

                                La Pleine Conscience : après des discussions avec des prêtres des différents courants chrétiens, Thich Nhat hanh écrit dans son livre “Bouddha vivant Christ vivant” que ce que les bouddhistes appellent “vivre en Pleine Conscience”, les chrétiens appellent “recevoir l’Esprit Saint” ou “toucher Dieu”, que”méditer” pour les bouddhistes est “prier” pour les chrétiens. (Presque) tout n’est qu’une question de vocabulaire finalement … 🙂

                                Règles de la communauté : comme toi, je n’ai aucune difficulté à m’y conformer (méditations à 5h, vivre lentement, manger en silence, essayer de vivre en Pleine Conscience, etc.). Ce qui m’embête beaucoup plus est la vitesse à laquelle je reprends mes anciennes habitudes une fois revenu en ville.

                                Végétarisme : certes, pour ne pas faire du mal aux animaux à viande, les moines ne mangent pas de la viande mais ils évitent aussi de tuer les insectes et d’autres formes de vie (moustiques par exemple, et en septembre, à mon avis, il y en avait. Tu es sûr de n’avoir tué aucun ? 🙂 …)

                                Les Rin dans ton article sont aussi appelés les bols chantant.

                                Dogme : je pense que le Bouddhisme se caractérise par son absence de Dieu (dans le sens monothéiste) plutôt que son absence de dogme. Je veux dire par là que l’Amour est un dogme. La Pleine Conscience ou la Non Violence en sont d’autres. De plus, l’absence de Dieu dans le Bouddhiste n’est que relative car cette philosophie, dans son expansion, s’est adaptée au paysage de déités de différents pays. Aujourd’hui, il y a bien des pays où les divinités côtoient Bouddha (cf. Musée d’arts asiatiques Guimet à Paris, section Tibet).

                                Lieu de transition de vie : pour porter une réflexion personnelle sur sa vie, je suis d’accord avec toi que cette communauté est un des lieux idéaux pour séjourner car l’atmosphère y est calme mais pas oisif, lent mais réactif car conscient. Par contre, si l’on vient faire un séjour juste pour avoir le calme et la lenteur, c’est dommage car on peut rater beaucoup de choses intéressantes.

                                En conclusion, j’ai le plaisir de connaitre ton blog depuis ton résumé de “La semaine de 4 heures – Timothy Ferriss” qui m’a beaucoup fait réfléchir car j’ai créé mon entreprise il y a 4 ans. Cela va certainement m’aider à orienter mon bussiness et ma vie. Je te souhaite beaucoup courage dans ton projet fou des 52 livres et j’espère lire d’autre résumé de livre ou d’article passionnant sur ton blog.

                                Ben

                                Répondre



                                • Joanna

                                  4 Mar 2010 à 00:15

                                  Salut Olivier,
                                  Je vais en Dordogne à la fin du mois et un des amis que je vais voir vient de me parler du village des pruniers. J’hésitais à y aller mais ton article tombe à point nommé 🙂
                                  J’ai l’audio book de Tim Ferris et le petit tour dont je viens de me délecter sur ton blog m’a donné envie d’en commencer l’écoute. Félicitations pour ton travail/plaisir, c’est très riche et beau.
                                  Joanna

                                  Répondre



                                  • Giscard

                                    25 Mar 2010 à 20:56

                                    vous êtes des mecs géniaux, frnachement, toi Olivier, Tim, Ferrari que j’ai découvert en 1er la semaine dernière.
                                    c’est fou ce que j’vous lis à tors et à travers..
                                    mais sur le sujet de cette page, je vous souhaite de visionner (et oui, pas d’lecture pour cette fois;) )au moins une vidéo de ce mec http://www.man-of-peace.com/fr/bio-12.htm, si vous ne le connaissez pas encore.

                                    j’ai pas pu trouver de lien vers eurcommunications.org mais je pense que vous aurez de meilleurs liens vers ses conf.
                                    http://potentiel.over-blog.com/categorie-163985.html

                                    Gisk (Côte d’Ivoire)

                                    Répondre



                                    • Yoann Romano

                                      19 Sep 2010 à 01:43

                                      @Jon Nakata D’ailleurs certains états d’Inde ont un taux de végétarisme supérieur à 80% !

                                      Yoann

                                      Répondre




                                      • […] Les monastères, les communautés et les foyers de charité ne sont plus la chasse gardée des religieux. Depuis une quinzaine d’années, des pèlerins séjournent dans des édifices religieux pour s’y reposer. Les raisons qui les poussent vers ce choix sont variées:  un besoin de souffler ou de réfléchir sur sa propre existence comme  l’illustrent ces témoignages « suite à une séparation », « une semaine de sérénité totalement déconnectée me semblerait salutaire ». La durée moyenne d’un séjour spirituel est d’une semaine, au-delà certaines abbayes acceptent mais sous conditions.  […]

                                        Répondre



                                        • Maud

                                          28 Fév 2012 à 08:29

                                          Bonjour,

                                          J’aimerai moi aussi pouvoir faire un week end de retraite dans un temple bouddha. Je m’initie à cette “culture”, et j’aimerai pouvoir faire l’expérience d’une immersion complète dans le silence de la méditation.

                                          Néanmoins, j’habite en région Lyonnaise et même si ton expérience est très attirante, c’est un peu compliqué pour moi de venir jusque dans cette belle région de la Dordogne. Je voulais donc savoir si quelqu’un connaissait un temple similaire plus proche de chez moi ou un endroit ou je pourrai trouver les infos que je cherche.

                                          Merci beaucoup. 😉

                                          Répondre



                                          • Brice

                                            28 Fév 2012 à 12:09

                                            Bonjour,

                                            J’ai été très touché quand tu parles des moments de partages. J’assiste également de temps en temps à ce genre de groupe de discussion à “coeur ouvert”.

                                            Je ne sais pas si tu l’as ressenti de cette manière mais c’est comme si la méditation + l’environnement était propice à faire ressortir ce que nous avons sur le coeur pour le partager avec les autres.

                                            Bref, une expérience vraiment miraculeuse.

                                            Merci encore pour cet article enrichissant qui donne envie!

                                            Répondre



                                            • Anonyme

                                              5 Mai 2012 à 00:50

                                              Salut à toi, ou se trouve ce temple?

                                              Répondre



                                              • Nathalie Denaissance

                                                4 Juin 2012 à 20:33

                                                Bonjour, tu trouveras toutes les infos ici : http://villagedespruniers.net/ en t'en souhaitant une belle découverte.

                                                Répondre



                                                • Anonyme

                                                  5 Mai 2012 à 00:56

                                                  il faut payer pour passer du temps dans ce centre?

                                                  Répondre



                                                  • Nathalie Denaissance

                                                    4 Juin 2012 à 20:31

                                                    Oui, il faut payer pour y faire une retraite, géré par une communauté bouddhiste. Mais cela n'est pas très chers et c'est plus que bénéfique je pense pour le moral, le bien être intérieur, etc. Tu trouveras toutes les infos ici : http://villagedespruniers.net/ Bonne découverte.

                                                    Répondre



                                                    • Stephane Steak Demey

                                                      24 Août 2012 à 10:26

                                                      Merci pour ce temoignage.

                                                      Répondre



                                                      • Kabumonkey Fabre

                                                        27 Août 2012 à 16:06

                                                        Là, tu me surprends, je pensais pas que tu prenais le temps de lire ce genre d'articles. J'aime bien. 🙂 Merci.

                                                        Répondre



                                                        • Jill

                                                          9 Juin 2013 à 19:26

                                                          Je viens de lire ton article et j’aimerais bien moi aussi aller passer un peu de temps dans un monastere bouddhiste.J’en aurais bien de besoin avec les problemes qui m’entourent et me stresse constament.Malheureusement j’en n’ai pas trouvé pres de chez moi et je n’ai pas d’argent pour le faire.En tout cas merci pour de ton témoignage et j’ai pri en note ton site pour continuer de lire tes articles intéressants.bonne journée. Jill Rhee du Québec.Canada

                                                          Répondre



                                                          • Annie

                                                            9 Juin 2015 à 21:05

                                                            Bonsoir, je viens de lire ton article Olivier et il m’a beaucoup parlé. J’ai passé il y a quelques temps une semaine au Village des Pruniers, au Hameau Nouveau (celui pour les femmes). Cette semaine m’a permis de déposer d’énormes valises d’émotions en tout genre et de rencontrer de très belles personnes.
                                                            La culture bouddhiste m’intéresse depuis de nombreuses années mais je n’avais jamais osé m’y immergée complètement et c’est chose faite.
                                                            Comme certains l’ont dit le retour n’est pas simple, car revenir dans le rythme frénétique de la vie quotidienne est comme recevoir en pleine figure tout ce que vous avez “quitté” le temps de la retraite. Mais la méditation m’aide beaucoup à surmonter ce “stress”. Je me surprends à marcher au rythme de mon souffle dans la rue et je croise des regards curieux à mon égard, cela me fait sourire. Je me surprends à être plus sereine face à des situations qui me rendait “à cran” avant.
                                                            Je me suis promise de retourner chez les sœurs du Hameau Nouveau en fin d’année pour expérimenter une méditation plus profonde au cœur de l’hiver.
                                                            Et en attendant pour continuer à profiter de cette énergie collective qui m’a bien portée, je vais pratiquer à la Maison de l’Inspir en région parisienne, pour ne rien perdre de ce que cette immersion méditative m’a apporté.
                                                            Paix et Sourires à vous tous.

                                                            Répondre



                                                            • hervé65

                                                              27 Mai 2016 à 16:01

                                                              Au lieu d’aller dans un monastère bouddhiste vous auriez mieux fait d’aller dans un monastère catholique. C’est complètement ridicule d’aller dans un monastère bouddhiste.

                                                              Répondre



                                                              • hervé65

                                                                27 Mai 2016 à 16:06

                                                                ALLEZ DANS UN MONASTÈRE CATHOLIQUE BON SANG !

                                                                Répondre



                                                                • claude

                                                                  23 Jan 2017 à 00:35

                                                                  Si vous cherchez l’éveil,je ne suis pas certain que vous le trouverez chez les catholiques ,ou Alors il est très bien caché .Mais les bouddhistes ne vous interdisent pas de pratiquer votre religion ,ou faire les deux .Mais dans la recherche de la vérité.Ne jamais nuire ,ni a soi ni a autrui .ça s’applique aux etres humains en premier .Pour les animaux pas de souffrance ni torture inutiles (si on tue pour manger ).Et dernier conseil ne cultivez aucune imagination malsaine car vous risquez de le payer cher

                                                                  Répondre




                                                                • […] En quête d’en savoir plus sur la méditation, j’ai effectué il y a quelques années, un séjour dans un monastère Bouddhiste, dont voici la chronique: Mon week-end dans un monastère bouddhiste, et ce qu’il m’a apporté. […]

                                                                  Répondre




                                                                  • […] Mon week-end dans un monastère bouddhiste […]

                                                                    Répondre




                                                                    • […] nous parle de quatre nutriments que le Bouddhisme préconise pour pouvoir maîtriser son poids […]

                                                                      Répondre




                                                                      • […] le bouddhisme tibétain, renoncer à une personne c’est comme renoncer à […]

                                                                        Répondre




                                                                        • […] le bouddhisme tibétain, renoncer à une personne, c’est comme renoncer à soi-même. Cela veut dire […]

                                                                          Répondre




                                                                          • […] n’importe quel âge, avec n’importe qui. J’ai moi-même effectué une retraite dans un monastère Bouddhiste afin d’approfondir ma pratique de la méditation. Des auteurs bouddhistes comme […]

                                                                            Répondre




                                                                            • […] d’assister à des conférences sur la spiritualité, de se faire masser, de côtoyer les monastères, les lieux réservés à la […]

                                                                              Répondre




                                                                              • […] répétitives d’élites sans enfant, comme la prêtrise catholique, les monastères bouddhistes ou les bureaucrates chinois […]

                                                                                Répondre









                                                                                Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

                                                                                Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.