Une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie.

Les somnambules – Arthur Koestler

Acheter « Les Somnambules : Essai sur l’histoire des conceptions de l’Univers » sur Amazon.

Transcription texte (littérale) pout le livre Les somnambules :

Les somnambules
La couverture du livre Les somnambules

Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle vidéo du blog « Des livres pour changer de vie ».

Alors, je continue dans ma série un petit peu en dehors des livres de business pour vous parler d’un livre d’histoire absolument passionnant. Et ce livre, c’est « Les somnambules » d’Arthur Koestler. Un livre un petit peu épais, il faut le dire. Ça s’adresse aux passionnés d’histoire parmi vous, je pense. Mais même pour ceux qui ne s’intéressent pas à ça, restez juste avec moi parce que je vais vous donner quelques leçons, quelques-unes des clés que donne ce livre.

Arthur Koestler, c’est un historien tout à fait intéressant qui a l’habitude d’écrire des livres d’histoire extrêmement complets, extrêmement recherchés avec aussi une tendance tout à fait intéressante qui est de vraiment donner une vie aux personnages historiques. On a l’impression un petit peu de les connaître au quotidien, de les découvrir notamment à côté de nous, en train de discuter avec nous, tellement il arrive à leur donner quelque chose, une personnalité, une vie qui fait qu’on a vraiment l’impression de les connaître.

Il traite ses personnages de manière très différente de ce qu’on peut voir dans les livres d’histoire classiques. Donc on a vraiment l’impression de vivre une histoire.

Alors d’ailleurs, il y a certaines personnes qui critiquent cette approche en disant qu’il prend trop de liberté avec l’histoire parce qu’il y a des tas de trous, souvent dans les biographies mêmes des hommes les plus connus, et bien du coup, il les traite un petit peu comme des personnages de théâtre et on ne sait pas si c’est vraiment du lard ou du cochon. Mais bon. Peu importe.

En tout cas, au niveau des faits en eux-mêmes, ils sont extrêmement bien recherchés. Peut-être qu’il y a un peu de liberté dans la manière dont il définit ses personnages, mais j’ai trouvé ça forcément extrêmement plaisant.

Et donc, de quoi parle « Les somnambules » ?

Et bien, « Les somnambules » parle des génies qui ont complètement changé notre manière de voir l’univers. Je vous rappelle qu’avant le XVe siècle, c’était l’univers de Ptolémée qui était la manière standard de voir les choses. C’est-à-dire qu’on pensait que la Terre était au centre de l’univers. Tout le reste tournait autour, y compris le soleil et on pensait des tas de choses qui étaient complètement fausses, mais on pensait que c’était vrai.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Civilisation, l’Ouest et le reste

Et il y a eu tout un tas de personnes qui ont remis en cause cette manière de voir l’univers. D’abord, il y a eu Copernic, ensuite il y a eu Kepler, il y a eu Galilée, il y a eu Newton, puis d’autres après. Voilà. Le livre s’attarde essentiellement sur Copernic, sur Kepler, un petit peu sur Galilée, un petit peu sur Newton. Et c’est vraiment extrêmement intéressant de découvrir d’abord pourquoi ces fausses croyances se sont mises en place. Pourquoi ces fausses théories ont été érigées comme des principes vrais et absolus auxquels on ne pouvait pas déroger, au point même que l’église disait que c’étaient des doctrines religieuses et qu’on ne pouvait y déroger, on ne pouvait pas les contredire. Notamment, il y a eu des problèmes avec la théorie de Copernic qui avait été mise à l’index, c’est-à-dire sur la liste des livres interdits. Donc, Koestler explique tout ça de manière très intéressante.

Pourquoi toutes ces fausses croyances se sont mises en place ? Par exemple, il nous dit : dans le système de Ptolémée où il y avait la Terre qui était au centre de l’univers, et bien il y avait cette idée que le cercle c’était une figure parfaite, c’était Platon qui avait pondu ça, on ne sait pas pourquoi. Le cercle était une figure parfaite et on ne pouvait pas y déroger. C’est-à-dire que toutes les planètes étaient censées tourner selon une orbite parfaitement circulaire.

Bon, on sait aujourd’hui que les planètes ne tournent pas autour du soleil sous la forme d’une orbite parfaitement circulaire, mais sous la forme d’une ellipse, un ovale en gros.

Donc à l’époque, non seulement ils pensaient que ça tournait autour de la Terre, mais en plus sous forme de cercles parfaits. Le problème c’est qu’évidemment, ça ne correspondait pas aux observations qu’il pouvait y avoir. Donc le problème c’est que plutôt que de remettre en cause cette conception très simple qui était de dire : Ah non finalement, ce n’est pas des cercles, c’est des ellipses. Ce n’est pas des cercles, c’est des ovales, ce n’est quand même pas quelque chose qui nous paraît insurmontable comme défi intellectuel à surmonter. Mais pour eux, c’était tellement érigé en tant que… Pour lui, d’après l’auteur, les cercles c’est une sorte de dieu. C’est donner une divinité. On ne pouvait pas y déroger, c’est une vérité à laquelle on ne pouvait pas déroger.

Et du coup, les hommes de l’époque ont imaginé des tas de systèmes pour que les lois mathématiques qui dérivaient de leur système puissent s’accorder aux observations sans pour autant remettre en cause le fait que c’était un cercle parfait, l’orbite des planètes, alors que c’était une ellipse. Si vous arrivez à me suivre. Donc ça veut dire qu’en fait, ils rajoutaient des cercles dans les cercles. C’est-à-dire que plutôt que de considérer une orbite ovale avec des formules qui puissent se raccorder aux observations qui sont faites dans le ciel, ils imaginaient que les orbites étaient des cercles parfaits, que dedans il y avait également des petits cercles, c’est-à-dire que les planètes tournaient aussi dans un cercle dans l’orbite. Peut-être même avec d’autres cercles, etc. Enfin, ça devenait super complexe.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  My Life in Advertising

Je crois que dans le système de Ptolémée, je ne me rappelle pas, il doit y avoir quarante sphères imbriquées les unes dans les autres. Enfin, c’était à s’arracher les cheveux. Mais ça permettait de faire des prédictions à peu près correctes. C’est-à-dire que les mathématiciens dès le deuxième siècle après Jésus-Christ, en utilisant le système de Ptolémée, étaient capables de prédire le mouvement des planètes, de savoir à peu près où elles seraient à telle date, avec une marge d’erreur acceptable.

Mais voilà, c’est très intéressant. Je veux dire, ça nous apporte énormément de choses en termes personnels de voir que parfois on a ce blocage intellectuel, ce blocage psychologique puisqu’on hérite de quelque chose en absolu qu’on ne peut pas contredire. Et du coup, on se crée des tas de circonvolutions de choses pour essayer d’accorder une théorie par rapport à ce qu’on peut observer, alors qu’en fait, il faut juste complètement chambouler certaines conceptions des choses pour vraiment se rapprocher au maximum de la réalité.

Et ce qui est intéressant aussi, ce qu’on apprend dans Les somnambules c’est qu’au moment où Ptolémée a mis en place son système qui a été ensuite largement accepté, il y avait déjà quelqu’un qui avait un peu proposé un système héliocentrique, c’est-à-dire un système qui disait que c’était le soleil qui était au centre et que tout le reste tournait autour. Déjà il y avait un Grec, comment il s’appelle déjà ? Je ne sais plus. Si je me rappelle bien, vers le troisième ou quatrième siècle avant Jésus-Christ, un Grec avait déjà proposé le bon système. Mais voilà malheureusement, il n’a pas eu de bol, son idée n’a pas été suffisamment acceptée, pas assez suffisamment diffusée et c’est le mauvais système qui a été accepté. Jusqu’au moment où il y a eu Copernic, puis Kepler, puis Galilée, Newton, etc. qui sont arrivés.

Et la partie la plus intéressante, c’est la partie de Kepler puisque Kepler c’est le premier qui a dit : « Non, les orbites des planètes ne sont pas des cercles parfaits, ce sont des ellipses. » Et ça nous paraît tout bête, mais pour eux, c’était une révolution énorme et c’est ce qui a permis notamment à Newton de trouver la loi de la gravitation qui est toujours utilisée aujourd’hui.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Terre d’Éveil, Une aventure familiale sur les chemins du monde

Donc, voilà, un livre vraiment passionnant. Ça nous fait rentrer dans l’histoire intellectuelle de quelque chose de fondamental qui est notre vision de l’univers, notre vision de la réalité. Aussi, de toutes les erreurs intellectuelles qui ont jalonné ce parcours, des donnes qui ont été établies, etc. Et de tous ces gens-là qui ont réussi à briser les mensonges, l’illusion pour approcher de la vérité, mais on voit aussi que ces personnes sont humaines. Copernic, par exemple, n’a pas osé publier sa théorie de son vivant. Il a publié ça à titre posthume. C’est-à-dire que son système était loin d’être parfait. Il y avait aussi plein d’erreurs dans son système à lui, même s’il se rapprochait de la vérité.

Par exemple, on croit que Copernic avait été le premier à dire que les planètes ne tournaient pas autour de la Terre, mais c’est la Terre qui tournait autour du soleil avec les autres planètes. Et donc, voilà, déjà il y a un gars qui l’avait fait avant lui. Et Copernic ne disait pas, en fait dans son système que c’est le soleil qui était au centre du système solaire. Il disait qu’il y avait un point dans l’espace qui était le centre du système solaire, que le soleil tournait autour de ce point et les planètes avec.

Alors, c’est déjà une amélioration par rapport au système de Ptolémée, mais ce n’était pas encore ça. Et donc, on voit tous ces gens qui sont des génies, mais qui tâtonnent, qui tâtonnent, qui font beaucoup d’erreurs. On voit d’ailleurs que Kepler, il a failli passer à côté de ses découvertes, et qu’à côté de ses découvertes, il a fait aussi énormément d’erreurs.

Voilà, très intéressant le livre que je vous recommande. Si vous êtes passionnés par le sujet, ça va vraiment étendre votre univers intellectuel et vous faire réfléchir différemment sur l’humanité et aussi nos propres normes, nos propres tabous, nos propres choses dans la société qui peut-être un jour seront amenés à changer dramatiquement.

Donc, merci d’avoir regardé cette vidéo et à très bientôt pour de nouvelles aventures.

Acheter « Les Somnambules : Essai sur l’histoire des conceptions de l’Univers » sur Amazon.

6 commentaires
  1. Bonjour Olivier,
    l’idée du tatonnement de ces hommes,considérés comme des génies, on peut la raccrocher a celui d’un autodidacte , de quelqu’un qui apprend. Mais pas seulement, au fait aussi qu’un génie ne nait pas génie, avec son savoir, mais a un cheminement vers
    son « état final » de savant. Il faut donc chercher le savoir, l’intelligence et ne pas considérer ces génies comme des êtres a la science infuse, ou de façon plus réaliste comme des gens qui ont compris dès le début.
    Et bien c’est comme l’ordinateur le premier était énorme et pas du tout comme le produit fini qu’on a aujourd’hui.
    Et bien, conclusion: qui peut savoir qui est un génie ou pas, il faut cheminer avant de le savoir. (Ma conclusion est pertinente j’espère)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.

Partagez
WhatsApp
Partagez
Tweetez
Enregistrer