The Game – Les secrets d’un virtuose de la drague

The Game : Les secrets d'un virtuose de la drague - Comment draguer

Phrase-résumé de livre de Neil Strauss The Game : Les secrets d’un virtuose de la drague : Un journaliste nommé Neil Strauss n’a aucun succès avec les femmes ; il met son égo de côté et décide de s’inscrire à un coaching en séduction où il rencontre Mystery, un des premiers coachs en séduction sur Internet et devient son assistant sous le pseudonyme de

Style : il profite alors de cette notoriété pour aller à la rencontre de tous les experts en séduction de l’époque et nous fait pénétrer dans l’univers underground (secret comme le Fight Club) des PUA en relatant sous forme d’une autobiographie didactique sa progression dans cette discipline. Le lecteur découvrira comment séduire une fille mais aussi les codes et les astuces qui feront de lui un être plus attirant de manière générale.

Ecrit par Neil Strauss, 2005, 547 pages.
Titre original : The Game: Penetrating the Secret Society of Pickup Artists.

Note : cette chronique est une chronique invitée écrite par Fabrice Julien, PUA français et auteur du blog Diary of a French PUA.

Chronique et résumé du livre de Neil Strauss The Game :

Mise en garde :

The Game ne laisse pas indifférent. Vous allez, au choix, vous braquer et détester OU trouver ça génial et vouloir en savoir plus sur cette mystérieuse communauté de la séduction. Si vous appartenez à la première catégorie, essayez s’il vous plaît d’ouvrir votre esprit le temps de la lecture et j’arriverai peut-être à vous faire changer d’avis.

L’immense popularité qua connu le livre The Game et le feedback qui s’ensuivie démontrent bien à quel point les leçons que les lecteurs ont pu en tirer les aidèrent à trouver ce qu’ils cherchent : Comment draguer une fille avec confiance.

Les dragueurs dont on parle ici ne sont pas des hommes méchants.

Comme écrit dans le livre :

« La séduction est définie dans le dictionnaire comme l’action de corrompre en particulier pour amener une femme à consentir à des relations hors mariage en triomphant de ses scrupules. Autrement dit, la séduction implique la fourberie, la malhonnêteté, la dissimulation des objectifs.

Ce n’est pas ce qui m’intéresse. La séduction que j’enseigne consiste à vous faire travailler sur vous-mêmes, à vous améliorer au point que les femmes seront attirées par vous comme par un aimant et voudront être près de vous. »

Partie 1:  Au début du roman, Neil est un “AFC”.

Un AFC (Average Frustrated Chump – « pauvre type moyen frustré ») est un homme qui veut utiliser les stéréotypes politiquement corrects enseignés par les médias pour séduire une femme. Souvent timide, il a de fausses croyances sur les femmes et collectionne les râteaux comme un jardinier hyperactif.

Il se retrouve donc avec peu de femmes autour de lui, ou alors avec des femmes qui l’ont friendzoné (c’est-à-dire qui lui ont dit “soyons amis je préfère” etc.).

Mon avis :

Neil Strauss se décrit lui-même comme un geek (intello), petit et pas beau, mais je connais beaucoup de garçons qui sont “pas mal” et qui n’ont pas de succès avec les femmes.
D’une part, séduire pour un homme dépend beaucoup de l’attitude.
D’autre part, je pense que c’est parce que les deux sexes ne se comprennent pas.

Quand je sors en boîte ou même lorsque j’observe les interactions hommes-femmes au quotidien, je remarque souvent ce genre d’hommes trop nerveux et maladroit, parfois résigné “à faire l’amour avec sa propre main” le soir avant même d’ouvrir la bouche pour adresser la parole à une femme. Pourtant, ce sont sûrement des gens géniaux. Ils ne savent pas présenter quelque chose d’attirant aux femmes.

Trop de garçons confondent “être gentil” et “être attirant” (attention je ne conseille pas de devenir méchant mais de devenir vrai). Je me dis que ça ferait du bien à tout ceux qui pensent que ce que je raconte est irréaliste, de voir qu’il n’y a pas de fatalité et que quelques détails peuvent faire une énorme différence dans nos rapports avec l’autre sexe.

Beaucoup de gens sont malheureux : je suis effaré par les statistiques sur la violence conjugales et le taux de divorce. Mais comme le sexe (et la séduction) est censé être quelque chose d’inné et de tabou, on n’en parle pas et nombreux sont ceux qui souffrent en silence (les filles aussi).

Neil Strauss souffre mais décide intelligemment de changer. C’est un battant qui va au bout de ce qu’il entreprend. Il est très motivé. Il prend prétexte de faire un reportage pour le Rolling Stone Magazine, où il travaille, pour se payer un coaching en séduction avec Mystery.

Mystery est un innovateur qui a fait de la séduction une “science” et qui propose de démontrer et d’enseigner son savoir-faire lors de séminaires payants. Neil raconte qu’il a très honte de payer pour apprendre à séduire des femmes.

D’un autre côté, il nous raconte à quoi se résument ses histoires d’amour et c’est aussi la honte. Alors, pour surmonter sa solitude sentimentale, il franchit le pas. Ses confessions intimes sont touchantes.

Mon avis :

Nombreuses sont les femmes qui lisent des articles de séduction dans les magazines féminins. Elles n’en ont pas honte. En fait, j’ai l’impression que ce n’est un sujet honteux… QUE pour les hommes (c’est pour ça que la plupart des membres de la communauté de la séduction veulent rester anonymes et garder secret le fait qu’ils s’intéressent à la drague).

Or, savoir séduire, n’est-ce pas un problème universel ?
Par manque d’informations et de sources fiables, c’est nous les hommes qui avons le plus besoin de progresser dans ce domaine, car rares sont ceux qui ont réellement la science infuse.

Si on réservait une heure de cours au lycée à la compréhension du sexe opposé, les Français seraient sûrement plus heureux toute leur vie. Ceci n’est qu’une réflexion personnelle, pas une proposition pour le gouvernement.

Au cours de ce coaching, Mystery voit un potentiel en Neil et décide de le prendre sous son aile. Il le relooke et en fait son assistant. Neil Strauss devient Style, car dans la communauté de la séduction, les membres ont tous un pseudo.

Mon avis : Ca aide sûrement de se sentir devenir quelque qu’un d’autre pour se décoincer.

Partie 2 :  Neil devient un “PUA”.

Pick Up Artist, abrégé couramment en PUA est un terme, issu de l’anglais américain, signifiant littéralement « artiste de la drague » : il désigne un homme (pas forcément un beau gosse) habile à rencontrer, attirer et séduire des femmes. Il sait avoir des femmes quand il en a envie. Il a résolu le problème femme de sa vie.

Attention :

Ce n’est pas forcément un obsédé sexuel, un sex-addict, un misogyne ni un pervers narcissique.

C’est plutôt un homme normal qui a travaillé dur pour s’améliorer et comprendre les dynamiques sociales. Ce n’est pas non plus obligatoire qu’il ait pris la grosse tête, certains sont restés simples et cool et ne prennent pas les autres de haut, car ils ont été à leur place et ne l’ont pas oublié.

Certes, pour vouloir devenir un PUA, il faut aimer les femmes et ne pas en avoir assez dans sa vie (du moins des filles à son goût) mais c’est le cas de beaucoup d’hommes. Pour moi, c’est une marque d’ambition que d’être exigeant envers sa partenaire et de s’en donner les moyens.

Alors, soit on se résigne soit on se bat pour tirer son épingle du jeu. Des hommes chanceux qui ont naturellement du succès avec les femmes, il y en a, mais ce ne sont pas des PUA, ce sont des “naturals”.

The Game est à la fois un journal intime qui retrace l’évolution de Style au sein de la communauté de la séduction et un manuel de développement personnel assez fin.

Attention :

Je vois venir tous les gens politiquement corrects qui vont s’insurger : “The Game – Les secrets d’un virtuose de la drague” n’est pas un livre de manipulation, il n’est pas destiné à faire souffrir les femmes.

Les membres de la communauté sont des hommes comme moi qui aiment les femmes, qui veulent s’améliorer et les comprendre pour que l’on puisse tous prendre notre pied ensemble.

Et souvent, nous sommes bien plus féministes que la plupart des femmes elles-mêmes puisqu’on se bat POUR leur liberté sexuelle, en apprenant à ne plus les juger lorsqu’elles s’éclatent. C’est une forme d’utopie…

Ainsi, dans son livre The Game Neil Strauss fait des plans à 3 ou couche avec des actrices de X “à l’arrache” dans des toilettes de boîte. Il teste différents régimes et différents modes de vie (par exemple, il essaye de dormir 20 minutes toutes les 4 heures). C’est un expérimentateur et ça me touche particulièrement car on se ressemble sur ce point.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Real World Seduction (La séduction dans le monde réel) - Swinggcat

Certes, son physique s’améliore comme une conséquence logique du développement personnel qu’il fait mais c’est surtout l’évolution de sa personnalité et son nouveau charisme qui font la différence.
De plus, il aborde beaucoup de femmes, donc son succès est proportionnellement et statistiquement lié au nombre de femmes avec qui il tente de se lier.

Il se débarrasse complètement de l’anxiété d’approche qui est une prison de verre castratrice pour beaucoup de garçons (certains utilisent au début la règle de ne pas attendre plus de 3 secondes avant d’aborder une femme afin de ne pas avoir de pensées parasites qui les paralysent… mais avec le temps on devient plus spontané).

Attention :

Neil évite soigneusement de parler de toutes les femmes avec qui ça ne marche pas (il le fait un peu mais surtout au début après on dirait qu’il n’en a presque plus). Ainsi, il a certes pris le numéro d’un mannequin playboy mais l’histoire ne dit pas si ce n’est pas un faux numéro. Il faut donc prendre tout ça avec des pincettes.

Pour vendre et faire “The Game – Les secrets d’un virtuose de la drague un best-seller”, l’auteur a voulu faire dans le sensationnel. Ne lui jetons pas la pierre, c’est normal! Seulement, j’aurais aimé qu’il parle un peu plus de ses échecs, afin de nous enlever quelques complexes de plus.

La séduction est démystifiée dans ce livre, les femmes aussi, et c’est sûrement ce qui dérange. Mais il s’agit d’une innovation qui invite les gens qui le souhaitent à comprendre les relations hommes-femmes (psychologie évolutionniste, psychologie féminine, humour, communication verbale et non-verbale, biologie, sport, diététique, style de vie, etc.)

The Game peut être un déclencheur pour tous les hommes qui souffrent parce que les filles ne les calculent pas, mais il faut savoir mettre son ego de côté pour se remettre en question et ça ce n’est pas facile. Il vous donnera envie de travailler pour prendre confiance en vous, être plus à l’aise avec les femmes et en société en général, et donc plus heureux.

Mon avis :

Vouloir s’améliorer est un objectif qui me semble noble. L’être humain devrait être en perpétuelle recherche d’évolution, du moins jusqu’à ce qu’il atteigne un certain stade d’épanouissement.

Combien d’hommes vivent malheureux parce qu’ils n’ont pas osé changer ? Il est logique de vouloir évoluer si l’on estime que quelque chose ne va pas, ou si l’on pense que quelque chose pourrait aller mieux. Seulement, ce n’est pas toujours facile.

Bien qu’il ne faille pas tomber dans le piège du « toujours plus jusqu’à l’infini » : reconnaître et accepter ses faiblesses dans le but de les combler est une entreprise courageuse qui, avec du bon sens et de la motivation, conduit logiquement au bonheur.

Je dirais que les garçons comme moi qui font partie de la communauté de la séduction ne sont pas des geeks déconnectés de la réalité. Nous sommes des types normaux, ordinaires, sauf qu’on a osé. Et souvent, le culot paye !

Neil raconte une anecdote : une fille le prend pour le chanteur Moby et grâce à ça, est intéressée. Le statut social joue donc énormément lorsqu’on veut séduire les femmes (je ne dis pas qu’elles sont vénales, c’est juste naturel (même si certaines en ont honte et veulent le cacher) : vous apprendrez dans le livre The Game ce qui marque l’attirance entre les deux sexes.

Comment les hommes réagissent à la beauté d’une femme, alors que la femme réagit aux caractéristiques “alpha” de l’homme (beauté et muscles d’accord mais aussi et surtout confiance, popularité, être amusant d’une manière sexy, être ambitieux, indépendant…)).

Alors non, vous ne deviendrez pas Ashton Kutcher, vous n’aurez pas des tonnes de groupies qui se jetteront sur vous dans la rue.

Mais en travaillant, vous aurez plus de succès que vous ne pourrez gérer de femmes. Il n’y a pas de raison que ça ne marche pas pour vous si ça a marché pour Neil (et moi), c’est ça, la leçon de The Game (et de cet article). Donc, si vous subissez de nombreux échecs sentimentaux, au lieu de vous plaindre : réfléchissez et travaillez.

Mon avis :

Ce qu’il faut véritablement éviter, c’est de devenir le pauvre type de 30 piges qui porte des t-shirts One Direction, qui vit dans le grenier de ses parents mais sort 5 soirs par semaine grâce à son RSA pour lever des adolescentes.

La trentaine passée, ce gars-là n’arriverait plus à rien car son style de vie est naze, et j’suis à peu près sûr qu’il n’aurait pas un véritable choix dans ses conquêtes parce que son lifestyle (style de vie) ne lui offrirait pas un panel de filles assez étendu.

Si on dénigre trop le développement personnel pour ne se consacrer qu’à la drague, on risque de devenir ce type. C’était une vision extrême d’un homme sans aucune volonté de développement personnel.

A l’autre extrême, être un as du développement personnel et passer sa vie à lire un max de bouquins ou à réfléchir sur des sujets hyper pointus (masturbation intellectuelle), et donc ne jamais foutre le nez dehors pour rencontrer et faire l’amour (parce que bon, c’est un peu ça le but de la drague) c’est pas sain non plus.

L’erreur serait de considérer la communauté comme une secte, comme une fin en soi ou comme un business facile (et c’est beaucoup le cas en France en ce sens où peu de coachs sont crédibles et donc la profession est ridiculisée).

Neil, après avoir rencontré tous les auteurs qui ont buzzé à l’époque (David de Angelo, David X, Juggler, etc.) tombe dans ce piège et décide de gagner sa vie avec la séduction.

A partir de là, il est de parti pris, et même s’il développe des réflexions très intéressantes et pertinentes, il ne faut plus prendre ce qu’il dit au pied de la lettre. Il ne faut pas confondre PUA et coach en séduction (d’ailleurs un coach en séduction ça n’existe pas officiellement). Je connais beaucoup de garçons qui se sont autoproclamés PUA mais qui n’en sont pas.

Ce n’est pas parce qu’un homme prétend avoir couché avec plein de filles (ou pire quand il dit qu’il ne peut pas vous montrer ce qu’il sait faire car il est en couple) et qu’il donne des conseils bateaux sur un blog que c’est un coach compétent (certains sont atteints de mythomanie et sur-compensent leur vide existentiel).

Attention aux arnaques donc (pensez par vous-même et ayez un esprit critique sur les charlatans qui font dans le commercial mais n’ont pas réellement envie que vous progressiez parce que vous ne continueriez pas à leur acheter leurs produits) ! C’est triste mais j’ai l’impression que l’humanité est bien souvent décevante.

Enfin, je ne voudrais pas communiquer de négativité ici. Ceci dit, dans le livre, vous verrez qu’il y a beaucoup d’embrouilles à cause des filles et de l’argent. Les PUA se tirent dans les pattes et se manipulent. Faut dire qu’il y a un espèce de psychopathe, Tyler, a pour but de prendre le contrôle de la communauté en écrasant ses concurrents (il ne s’en cache même pas).

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Comment obtenir ce que vous voulez

Comment draguer une fille - The Game de Neil Strauss

Partie 3 : Neil devient “coach en séduction”.

Dans des pays comme l’Ukraine ou la Russie, il est possible de coucher avec des belles filles facilement, parce que les règles sociales ne sont pas les mêmes. Il faut donc vraiment être naïf pour ne pas avoir compris que, si Mystery & Compagnies font des séminaires dans les pays de l’Est dans The Game, c’est parce qu’il est plus facile pour un américain même « moyen » de conclure là-bas.

Donc leurs clients ont l’IMPRESSION d’avoir VRAIMENT progressé en rentrant. Mais la vérité c’est qu’une fois de retour de leur week-end ou de leur semaine, ils n’auront pas retenu grand chose. La séduction est apprentissage de long-terme.

Vers la fin du livre, Neil raconte que ce sont les femmes qui se jettent sur lui toutes seules parce qu’il a acquis une certaine notoriété dans la communauté. Ca m’est aussi arrivé grâce à mon blog mais le piège est qu’il ne faut pas se reposer sur nos lauriers à ce moment là.

Les coachs en séduction ne sont pas tous mauvais. Mais il ne faut pas croire à la solution magique ni aux trucs trop commerciaux sinon vous allez perdre beaucoup de temps et beaucoup d’argent (en voulant en économiser) puis vous serez dégouté et direz que ça ne marche pas.

Au travail (ceux qui refusent d’étudier ou de se remettre en question sur certains points n’auront pas le droit de se plaindre de ne pas satisfaire leur appétit sexuel ni d’en vouloir aux autres d’avoir réussi) ! Heureusement, le succès vient progressivement donc on est encouragés dans la bonne voie.

Partie 4 : Neil entretient le mythe de l’amour.

A la fin du livre, Neil Strauss laisse entendre qu’il finit avec une fille et c’est ça qui rassure beaucoup de lecteurs bien-pensants.

Mais ceux-là devraient savoir qu’il a écrit la suite, ce qui veut dire que ça n’a pas duré avec cette fille… ce n’est donc pas un happy end comme dans les contes qu’on nous lisait quand on était petits. Loin de moi l’idée d’être négatif sur l’amour! Cependant, sachez qu’il est préconisé de coucher avec au moins deux ou trois femmes avant de se lancer dans une relation longue.

Et d’attendre un peu de mieux connaître une femme (ça marche aussi avec les hommes) avant de s’autoproclamer “en couple” afin d’éviter pas mal de déceptions. C’est pas forcément pour perpétuer le modèle du Dom Juan collectionneur ni du méchant qui s’interdit tout sentiment et qui est plein de rancœur envers les femmes…

C’est surtout parce qu’un paquet d’hommes se mettent en couple par défaut avec la première fille qui veut bien d’eux. Je l’ai vu moult fois : le gars qui arrive à presque rien, et qui au premier succès, refuse de lâcher la fille et entame quelque chose qu’il subit plus qu’il ne vit parce que la nana ne lui correspond pas plus que ça.

Avoir quelques princesses à son actif permet de savoir ce qu’on recherche/ne recherche pas chez une fille, quels traits de caractère nous plaisent ou nous répugnent, quelle personnalité compléterait bien la nôtre…

Si c’est du réalisme que vous cherchez, je vous conseille de lire mon Diary of a French PUA (ebook gratuit) parce que là… il y a tout : les réussites, mais aussi mes doutes et mes nombreux râteaux.

Ces nombreux râteaux ne figurent pratiquement pas dans The Game : Neil y laisse entendre qu’il existe une recette miracle pour séduire TOUTES les filles mais c’est archi-faux. Dans son livre, il dit qu’il approche absolument toutes les filles qu’il croise, et pourtant il n’a que quelques succès à raconter.

Bizarre, non ? Si une telle technique miracle existait alors ces PUAs sortiraient avec des actrices célèbres, des bombes richissimes et non simplement des filles mignonnes. Ce qui en ressort et qui est souvent mal interprété par les lecteurs : la drague au sens où le Game l’entend… c’est un style de vie, c’est ne plus accorder de crédit aux râteaux, aux gens haineux, aux envieux et tout.

Et la communauté de la séduction, ce n’est pas seulement coucher avec des jolies filles, c’est aussi ouvrir les yeux sur le monde et faire beaucoup de développement personnel pour devenir un meilleur soi-même. C’est apprendre la vie en fait !

Ce qui est assez marrant c’est que la copine de Neil Strauss lui dit qu’elle aime le “vrai” Neil. Pas celui que la communauté a fait de lui. Et pourtant, s’il n’avait pas reçu cet apprentissage, il n’aurait jamais osé l’aborder ou l’embrasser… Ca donne à réfléchir !

Partie 5 : Un pont vers l’avenir.

Dans The Game, on lit des choses à propos de personnes qui étaient déjà ou sont devenues célèbres depuis. Notamment des blogueurs qui ont ouvert des sites de conseils en séduction et qui ont percé dans ce milieu.

Parmi les stars qui donnent leur avis sur The Game :

  • Il y a Tom Cruise qui adore ça (et qui essaye de convertir Neil à la scientologie mais ce dernier refuse car il est curieux de tout et ne veut s’enfermer dans aucune doctrine).
  • Britney Spears que Neil rencontre en l’interviewant et avec qui il est fier de raconter qu’il a eu un ticket.
  • Paris Hilton qui craque pour un des élèves de Neil.

Parmi les PUAs qui ont percé depuis The Game :

  • Mystery a eu son émission de télé, il a sorti récemment un nouveau guide (obsolète quand même : c’est juste un remake de sa Mystery Method).
  • Ross Jeffries qui fait toujours des séminaires et vend toujours sa méthode (très compliquée et peu applicable en France ; de plus il utilise l’hypnose donc c’est controversé).
  • David de Angelo qui vend toujours sa méthode bien qu’elle soit obsolète aussi.
  • Tyler Durden qui travaille maintenant à Real Social Dynamics.
  • Zan Perrion qui est devenu célèbre en sortant avec la copine d’un acteur connu.

Enfin, les droits du livre The Game ont été réservés pour une éventuelle adaptation cinématographique. Pierre Niney et Gaspard Ulliel s’en disputeront peut-être la vedette !

Conclusion sur le livre The Game par Fabrice Julien du blogue Diary of a French PUA:

The Game – Les secrets d’un virtuose de la drague est encore aujourd’hui une bible pour moi. Je l’ai déjà lu 6 fois et j’y trouve toujours de nouvelles choses. Il faut dire que, le relisant tous les ans, je progresse entretemps. Tout le monde y trouvera donc des choses intéressantes : de l’AFC au PUA, en passant par les curieux qui veulent juste fantasmer (sans oublier les curieuses qui veulent mieux comprendre les hommes).

Cela dit, bien que ce soit une histoire vraie, je ne sais pas dans quelle mesure il l’a embellie et romancée à des fins commerciales (l’auteur a ensuite ouvert son école de séduction).

Pour tout vous dire, après avoir lu ce livre, j’ai listé tous les films et les bouquins que conseillait l’auteur et je les ai tous lus. J’ai appris énormément de choses dans des domaines très variés. Aujourd’hui, je suis un PUA, un vrai.

J’ai couché avec plus d’une centaine de femmes dans des situations originales, je tiens un journal dans lequel je raconte mes aventures les plus originales et incroyables pour le garçon lambda coincé par ses pensées limitantes. Je suis également engagé contre la bienpensance et le politiquement correct. The Game m’a mis sur le chemin pour devenir un homme, un vrai, un alpha modeste et j’ai maintenant toutes les cartes en main pour avoir des opinions réfléchies sur à peu près n’importe quoi.

Je ne suis pas un homme exceptionnel physiquement même si je me suis amélioré (vous pouvez voir ma photo sur ma page FB – profitez-en pour vous abonner afin de recevoir mes news) mais je travaille tous les jours pour devenir un meilleur moi-même. Et j’espère que j’y arriverai, en tout cas, j’aurai essayé contrairement à beaucoup d’autres qui préfèrent rester dans leur zone de confort par facilité et critiquer tout le monde.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  La Bible de la Séparation : le guide pour les femmes intelligentes qui veulent guérir d'une séparation ou d'un divorce

Les femmes ne sont plus un problème pour moi, plutôt une source de fun. J’ai même une jolie copine depuis 2 ans qui accepte ce que je fais (relation ouverte). Ce que j’ai fait, tout le monde peut le faire… à condition d’être motivé. Ceci dit, je ne cherche plus à faire “du chiffre”, juste à profiter de la vie quand j’en ai l’occasion. Je suis devenu beaucoup plus réaliste.

Pour finir, disons que le vrai séducteur, comme le dragueur honnête, n’a pas pour objectif de pousser quelqu’une à faire ce qu’elle ne veut pas faire. Il incite seulement les femmes à faire ce qu’elles ont secrètement envie de faire.

Points forts :

  • Facile à lire.
  • Est une histoire vraie.
  • J’ai adoré son mea culpa au début du livre envers les gens qu’il a côtoyés dans cette aventure (surtout les femmes au début alors qu’il était encore très maladroit).
  • La simple lecture de ce livre permet de comprendre les grandes lignes du Game (la science de la séduction) et de retenir des techniques pour savoir comment draguer une fille. Il désamorcera certains blocages et éliminera quelques croyances négatives.
  • Introduction potentielle dans la communauté de la séduction : très motivant et décomplexant pour un garçon qui n’a pas beaucoup de succès avec les femmes actuellement. En lisant cette aventure, on se dit que si un gars avec un physique moyen comme Neil Strauss l’a fait, alors il n’y a pas de raison que l’on ne puisse pas le faire.
  • Toutes les écoles et les courants de pensée en séduction sont décrits : les gens qui s’investissent dans la communauté se reconnaîtront dans les étapes de progression et pourront peut-être ainsi gagner du temps et éviter les pièges (comme par exemple devenir un robot en se dépersonnalisant et en n’utilisant plus que des techniques toutes faites).
  • Nous oriente vers d’autres livres plus généralistes de développement personnel qui sont très pertinents. Il peut donc être le point de départ d’une nouvelle vie pour tout un chacun.
  • Nous permet de nous assumer davantage, de voir que nous ne sommes pas les seuls à ressentir du désir pour les femmes et à avoir du mal à le leur communiquer.
  • Nous, les hommes, avions bien besoin d’un roman de ce genre pour pouvoir égaler tous les magazines féminins qui existent.
  • L’auteur nous met bien en garde contre les dérives malsaines possibles du game (le pouvoir peut rendre fou).
  • Il insiste sur le fait qu’il ne faut pas délaisser ses études ni son travail pour étudier la drague.
  • Il met bien en garde contre ces gens qui ont reçu une éducation émotionnelle biaisée.
  • Vous aurez compris que ce livre n’est pas politiquement correct (même s’il est édulcoré par rapport à des choses que l’on peut maintenant trouver dans la communauté).
  • Neil Strauss recommande la Méthode Mystery mais c’est maintenant du matériel obsolète et puis de toute façon c’est un truc trop compliqué et ingérable pour le commun des mortels qui a d’autres passions dans la vie. Je vous recommande plutôt de checker mon blog ou des méthodes moins “prise de tête” et plus “osées/viriles” comme la Fast Seduction (La vérité (qui dérange) sur les relations H/F est une des seules ressources en français sur le sujet- eh ouais, j’ai innové). En clair, je serai toujours pour l’école de la simplicité, car c’est à mon avis la seule façon de vraiment apprécier la séduction comme un jeu. Mais libre à vous d’avoir un autre avis !
  • En ne relatant quasiment plus ses échecs à partir de son entrée dans la communauté, Neil laisse penser à ses lecteurs qu’ils peuvent atteindre un taux de réussite de 100% avec les femmes et que s’ils ne réussissent pas c’est parce qu’ils appliquent mal les méthodes ou parce qu’ils ont un mauvais langage corporel. C’est archi-faux et beaucoup trop culpabilisant car en réalité les femmes peuvent avoir leurs règles, être gouines, être mariées et fidèles, juste ne pas être d’humeur, etc. Pour un homme c’est pas facile de penser autrement : on imagine que les femmes recherchent chez nous ce qu’on recherche chez une femme. Mais on peut y arriver et ça vaut le coup ! Les femmes disent que l’amour c’est difficile, mais ça l’est pour nous aussi même si on est trop fiers pour l’admettre. Heureusement que Neil Strauss a écrit ce livre pour nous offrir des solutions !!! Que celui qui n’a jamais cherché “comment embrasser une fille?” ou “comment danser en boîte” ou “que dire à une fille pour lui plaire” me jette la première pierre. Nous posions souvent mal la problématique… et c’est bien d’en prendre conscience !

Points faibles :

  • Ceux qui ne savent pas lire entre les lignes ne verront qu’un roman alors qu’il peut être lu comme un manuel.
  • Les traducteurs ont mal traduits certains termes techniques. D’ailleurs, dans la pratique, on les utilise directement en anglais… si jamais on veut les utiliser parce que certains y sont allergiques même si quelques-uns sont pratiques (comme “friendzone” qui n’a pas d’équivalent en français).
  • Laisse sous-entendre que tout le monde peut réussir comme Mystery et Neil en deux ans, alors que Neil Strauss et Mystery sont quand même des intelligences supérieures. De plus, Neil a reçu un enseignement accéléré, de professeurs variés, il a même eu recours à l’hypnose pour effacer ses croyances limitantes.
  • Ne vous prenez pas trop la tête quand même, parce qu’à la fin de The Game, Mystery finit en hôpital psychiatrique. Donc faut relativiser tout ça sinon ça peut rendre malade. Parfois, voir la vie comme elle est, ça fait drôle !
  • Surtout ne faites pas de peacoking. Ces types s’habillent d’une manière extravagante parce qu’ils ont des personnalités extravagantes (Mystery est magicien).
  • Ils ne disent rien sur les relations homosexuelles.
  • L’auteur ne laisse pas vraiment la parole aux femmes.

Un autre article qui saura vous intéresser est très certainement “L’art de la séduction“, un livre écrit par Robert Greene, auteur notamment de Power, les 48 lois du pouvoir et de Stratégie, les 33 lois de la guerre.

La note de Fabrice Julien du blog Diary of a French PUA :

 imageimageimageimageimageimageimageimageimage

J’enlève un point à ce livre parce qu’il a une fin trop politiquement correcte et parce qu’il n’insiste pas sur le fait qu’aucun homme ne réussira jamais avec 100% des femmes. L’auteur élude donc des faits et ça me contrarie car c’est contraire à ma politique… (en même temps, il mélange genres et registres, réalisme et illusion)…

 

Avez-vous lu le livre The Game – Les secrets d’un virtuose de la drague ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (6 votes, moyenne: 3,83 out of 5)

Loading...

Visitez Amazon et lisez plus de commentaires sur le livre The Game – Les secrets d’un virtuose de la drague 

Visitez Amazon et acheter The Game – Les secrets d’un virtuose de la drague 

  

Le livre The Game – Les secrets d’un virtuose de la drague est aussi vendu en format poche sur Amazon :

Je vous invite aussi à visionner ma vidéo intitulée “BURNING MAN Sexe et séduction : Comment faire des rencontres sexy” qui accompagne très bien cet article 🙂:

Recherches utilisées pour trouver cet article :

the game pdf, the game pdf français, The Game : Les secrets dun virtuose de la drague, neil strauss the game pdf en français, neil strauss the game pdf français, reportage the game changer, resume de l histoire the game bookland robin readers level 1, Roman de drague pdf telecharger
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

6 Commentaires pour :

The Game – Les secrets d’un virtuose de la drague

  • Bertrand

    15 Juil 2015 à 19:13

    Dans le livre il élude beaucoup d’échecs pour mieux vendre le livre, il le dit lui même dans une interview. Il parle tout de même du fait qu’il n’arrive pas à se taper une actrice porno juste parce qu’il n’arrive pas à bander.
    Moi je mets 5 étoiles parce qu’il peut faire prendre conscience aux gens qu’il faut parfois se plier “aux règles du game”. Les passages avec tom Cruise sont marrant aussi.
    Je l’ai fait lire à des copines les réactions peuvent être très intéressantes.

    Répondre



    • Fab

      16 Juil 2015 à 08:07

      Salut !
      Certes il élude la plupart de ses échecs pour mieux vendre le livre (c’est écrit dans l’article) mais c’est pas pour ça que ça ne vend pas du rêve à des mecs qui auraient besoin d’un peu plus de réalisme pour ne pas perdre leur motivation.
      +1 pour les passages avec Tom Cruise
      Moi aussi je l’ai fait lire à la mienne 🙂
      A+

      Répondre



      • Sarah

        25 Juil 2015 à 11:43

        Cet article est à mourir de rire.

        Nous les PUA on est plus féministes que les femmes c’est pour ça qu’on veut sortir qu’avec des belles femmes mais que si on était vraiment des maîtres on sortirait qu’avec des bombes et des actrices et des mannequins et pas des filles juste mignonnes. Ah ah ah ah.

        Mais c’est sûrement de la bien-pensance de juste se dire que vous feriez surtout bien de travailler votre rapport au féminin en général (y compris le vôtre) et puis tiens pourquoi pas votre rapport à l’intimité amoureuse (pfiou l’amour n’existe pas quelle blague) et sexuelle (ah ah Neil a couché avec plein d’actrices X, sa vie est trop magnifique!).

        Bref. Autant dire qu’en lisant cet article, on comprend que vous soyez en galère dans la vie.

        Répondre



        • laurent

          5 Avr 2017 à 17:00

          Tu ne detaille aucune des techniques qu’il utilise dans ton résumé et c ‘est domage, car il parait qu’il y en a pas mal

          Répondre




          • […] livre a inspiré les plus grands pick up artists du monde, et est notamment cité dans The Game que j’ai aussi chroniqué : il y était dit qu’il y avait déjà dans ce bouquin tout ce […]

            Répondre




            • […] des recherches sur cette communauté en 2008. J’ai lu par exemple quelques livres comme The Game. J’ai également rencontré des gens en […]

              Répondre









              Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

              Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.