Etes-vous indispensable ?

Etes-vous indispensable ? Linchpin de Seth Godin

Phrase-résumé de “Etes-vous indispensable ?” : Pour faire face à la crise économique et à l’évolution du monde du travail, Seth Godin nous propose de devenir « indispensables, uniques et entreprenants », ce qui doit nous permettre de répondre aussi bien à nos objectifs personnels, qu’aux besoins actuels de notre société, dans le but commun de révolutionner la donne.

Par Seth Godin, 2010, 360 pages.
Titre original : « Linchpin – Are you indispensable ? »

Chronique et résumé de “Êtes-vous indispensable ? » :

Note : cette chronique invitée a été écrite par Max Mario du site Une vie extra-ordinaire, site de dépassement personnel

Introduction

Dès l’introduction, Seth focalise le contenu de son livre Etes-vous indispensable ?, non pas sur le marketing – son domaine de prédilection (notons que Seth Godin est aussi l’auteur de Tous les marketeurs sont des menteurs) – mais sur l’individu et son développement : il nous parle à nous.
Le temps du travail à l’usine est révolu. Il ne s’agit plus aujourd’hui d’être un travailleur anonyme dans la masse, mais justement de se démarquer, de faire sa place.

Comment ? En acceptant en premier lieu le fait que chacun d’entre nous est un génie. Il n’est pas nécessaire d’être un génie à plein temps – même Einstein ne l’était pas -, mais simplement d’apporter de temps à autre des solutions inédites à des problèmes qui paraissaient insolubles. Cela vous est déjà arrivé ? Au moins une fois ? Alors c’est que vous pourrez recommencer. Le génie est la base, ce pas de côté qui nous permettra de nous démarquer en temps voulu.

Etes-vous indispensable ? évoque chacun de ces 2 parcours (l’ancien dans la masse, le nouveau qui se démarque), en mettant en exergue les possibilités et limites de ces 2 chemins.

Il explique également pourquoi le fait de se différencier des autres n’est pas le chemin le plus utilisé aujourd’hui, même si cela correspond pleinement à nos objectifs personnels.

Chapitre 1 : la mutation du monde du travail

Le monde du travail est en pleine mutation : face à la fin de l’industrie et au développement d’internet, le travail n’est plus simplement divisé en 2 clans (la main d’œuvre d’une part et la direction de l’autre), mais en 3 grâce à l’émergence des « Linchpins » (littéralement les « pivots »). Ces personnes font toute la différence : elles sont capables de faire bouger les choses, de diriger, de mettre en relation et surtout elles possèdent leur propre moyen de production (elles ne dépendent pas d’une chaine de fabrication).

La fin du travail à l’usine peut être perçu comme une crise profonde, car nous avons tous été élevés selon ce mode de pensée : « travaille, soit un rouage et tu participeras ainsi à l’effort collectif ». Mais les données ont changé, le fordisme est un modèle obsolète. On peut le nier, mais c’est une évidence partagée partout dans le monde.

C’est d’ailleurs, selon Seth, une des raisons du chômage galopant : l’objectif des sociétés à l’ère industrielle était uniquement de conserver à la majorité de ses postes des travailleurs à bas prix, facilement remplaçables. Et les 2 points sont liés : si un travailleur est facilement interchangeable, alors on peut le payer moins cher. Il s’agit donc d’un cercle vertueux (pour l’entreprise), et vicieux (pour le salarié). Heureusement, la limite de ce système se fait ressentir aujourd’hui.

Cette mutation du monde du travail est en réalité une révolution, et comme tout changement profond, elle peut effrayer il est vrai – nous ne sommes plus certains de quoi demain sera fait -, mais c’est également une source d’opportunités immense, car nous avons désormais la possibilité de nous affirmer et de pouvoir ainsi donner le meilleur de nous même, de changer réellement la donne, et d’être rétribués en conséquence.

Chapitre 2 : Quel est votre choix ?

Face à ce constat, que souhaitez-vous faire ? Rester cloitré dans la peur (les révolutions font toujours peur), ou tracer votre propre voie ? Cette question est décisive, et conditionnera la suite de votre existence. Il n’y a pas de problème à souhaiter la sécurité et conserver son emploi à tout prix. Vous souhaitez un emploi où il faut respecter les consignes ? Alors ne vous étonnez pas si c’est la seule chose que l’on vous demande au quotidien : respecter les consignes. Pas besoin dans ce cas de vouloir évoluer, ou de penser à être créatif : cela ne vous sera d’aucune utilité dans votre job.

Vous souhaitez vous différencier et vous vous sentez bloqué par différentes raisons (« je n’ai pas fait de grandes études alors je ne pourrai pas rivaliser », « je ne suis pas un artiste, je ne sais pas créer », « les gens ne m’aimeront plus si je sors du lot », etc.), mais Seth balaye chacune de ces raisons :

  • Vous n’avez pas fait de grandes études ? La plupart des dirigeants des grandes entreprises non plus
  • Vous n’êtes pas un artiste ? Pourtant vous l’étiez à 4 ans quand vous dessiniez. Vous l’étiez à 7 ans quand vous écriviez des poèmes. Tout ceci est encore en vous, caché quelque part.
  • Les gens ne vous aimeront plus ? C’est justement quand vous donnez le meilleur que les gens vous aiment. Alors tout se passera bien. Et si certaines personnes ne vous aiment plus…c’est que c’était déjà certainement le cas auparavant.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Indispensable - Joe Calloway

Alors posez-vous la question : qu’est-ce qui ferait de vous quelqu’un d’incroyablement bon dans votre travail ? Il ne s’agit que de choix à réaliser, pas de talent à posséder.

Seth dispense également ce qu’il appelle un « message confidentiel aux employés » : si au travail vous savez vous comporter comme un être humain, et non comme une machine, alors vous serez à même de découvrir une passion pour votre travail. Il s’agit simplement de prendre les choses à cœur, d’humaniser notre relation, et de créer ainsi un cercle vertueux.

Chapitre 3 : Les racines de l’endoctrinement

Seth montre que cette manière de penser ne vient pas de nous. C’est tout le système éducatif qui est construit sur ce mythe : bien écouter les consignes, ne pas se rebeller, et cela nous permettra – si l’on est sage – de devenir un ouvrier docile à l’usine locale.

Ce mensonge médiocre fabrique depuis des dizaines d’années des êtres aux ambitions médiocres. C’est le système qui a créé tous les ouvriers interchangeables de l’ère industrielle.
Heureusement, cet endoctrinement a ses limites, et est ouvertement caduc aujourd’hui. Alors pourquoi continuer à le suivre ? Il faut créer une ouverture et regarder notre situation différemment : il faut changer nos réponses aux questions, changer notre manière de réagir, et même idéalement parvenir à changer la question.

Selon Seth, la clé de l’enseignement tient en 2 uniques valeurs :

  • Savoir résoudre des problèmes intéressants
  • Diriger

Rien d’autre.

Il précise également que la faute est au système qui fabrique les travailleurs dociles, pas aux enseignants. Il faut réorganiser l’école pour libérer du temps aux bons enseignements… et expulser les enseignants médiocres.

Chapitre 4 : Comment devenir un Linchpin ?

Le Linchpin est une modeste pièce d’assemblage. Elle ne coute presque rien, mais elle a une valeur ajoutée unique : elle retient la roue à la voiture, ou la vis au gadget. Sans elle, tout s’effondre.
Dans le monde de l’entreprise, le Linchpin est donc celui qui coordonne. Celui qui initie le mouvement, qui résout les problèmes, invente, et provoque. C’est la pièce maitresse qui transforme le chaos en création. Beaucoup d’entreprises se sont organisées autour d’un Linchpin (Jeff Bezos chez Amazon, Steve Jobs chez Apple, etc). D’autres entreprises emploient plusieurs Linchpins, des dizaines, des centaines peut-être.

Comment les trouver ? Ce sont en général les personnes qui sont réellement motivées et passionnées par leur travail. Il ne s’agit pas là de remplir son contrat, mais de faire avancer les choses. Seth oppose dans cette vision le fait de « respecter les consignes » (qui demande beaucoup de temps, pour un salaire moindre), et le fait « d’avoir des idées » (qui demande moins de temps, pour un salaire supérieur). Il ne s’agit donc pas d’investir tout son temps, mais réellement de s’investir soi.

Là où une connaissance approfondie était suffisante auparavant pour faire de vous un génie, la connaissance seule n’est plus aujourd’hui une source de richesse. Wikipédia, internet de manière générale et le partage de la connaissance, font que l’on trouvera toujours plus d’informations que ce que vous savez. Avoir une connaissance approfondie et un bon jugement est par contre toujours un signe de forte valeur ajoutée.

Chapitre 5 : Le travail intense, la beauté et le cadeau

En général, nous révélons facilement notre penchant Linchpin quand nous parlons de nos passions. C’est exactement cet effet que nous devons reproduire lorsque nous travaillons : prendre les choses à cœur, et réaliser les actions au-delà des attentes. C’est comme cela que nous créerons notre différence.

Dans ce sens, Seth oppose différentes conceptions du travail (ancienne version/nouvelle version) :

  • Laisser sa personnalité chez soi >> S’investir personnellement
  • Réaliser une tâche >> Être un artiste, donner
  • Travail facile à accomplir >> travail difficile, car il amène à changer les choses

Seth prend un exemple très pertinent à propos du don. Il prend en exemple l’IPod d’Apple. Apple aurait pu se contenter de réaliser un objet qui réponde simplement aux attentes (écouter de la musique), mais le designer d’Apple a voulu aller plus loin et réaliser un objet magnifique. Cette beauté est un cadeau de la part du designer, qui s’est investi profondément et a réalisé la tâche confiée au-delà des attentes. En ce sens, il est un Linchpin.

Au-delà de son sens commun, l’art devient simplement la faculté de créer quelque chose de nouveau, de spécial et d’unique. Le don devient quant à lui l’aisance avec laquelle on va partager notre art. Seth associe pleinement le don, l’art, et le monde du travail.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Tous les marketeurs sont des menteurs - Seth Godin

Chapitre 6 : La résistance

Tout ceci semble nous être complètement bénéfique, alors pourquoi tant de gens rechignent à devenir des Linchpins ? Pourquoi n’est-ce pas une évolution naturelle ?

C’est en partie biologique, nous répond Seth. Nous avons en nous (au niveau de l’amygdale cérébelleuse pour être précis) une partie de notre cerveau qualifié de « reptilien ». Son but est de nous protéger de tout ce qui pourrait être différent et potentiellement dangereux. Il décide donc à notre place par habitude, et sabote tous nos projets « osés ». Il faut donc prendre conscience de ce cerveau reptilien, anticiper ses actions et le combattre.

C’est cette résistance qui nous pousse à continuer à travailler sur un projet alors que nous devrions être en train de le livrer. C’est encore elle qui nous fait repousser certaines actions à demain, ou à ne pas réaliser notre art.

Chapitre 7 : La puissante culture du don

Partie très intéressante du livre : Seth revient sur l’histoire du don, et ce que le don apporte au sein du travail. Dans l’idéologie Linchpin, le don est justement cette valeur ajoutée, ce truc en plus qui va rendre votre réalisation formidable. Vous pourriez réaliser tout juste votre travail, mais vous décidez de le faire de manière hors-norme. En ce sens, vous faites un don.

Il ne s’agit pas pour autant d’un cadeau ayant pour but une contrepartie. Le vrai don est à sens unique, il est symptôme d’abondance, et va progressivement former votre tribu.
Ses exemples vont du musicien – qui va jouer son solo au-delà de toute attente – jusqu’au barman – qui aura un geste généreux optionnel en votre faveur -. Le don est à intégrer dans la logique du travail quotidien, c’est ce qui nous transformera en Linchpin.

À l’opposé, nous recevons également de temps à autre des dons d’autres personnes. Toujours dans la même idéologie, recevoir un don ne signifie pas pour autant redonner en retour, mais Seth appuie le fait qu’il est important de simplement exprimer le sentiment provoqué par ce don, en disant « merci et… ». « Merci et… j’ai diffusé l’information ». « Merci et… voici un pourboire de 10€ ». « Merci et… tu m’as réellement touché ».

Chapitre 8 : Une carte ? Quelle carte ?

Même si nous avons l’habitude de chercher une carte routière (un plan, pour nous repérer) afin d’orienter nos actions, Seth précise que dans la culture des Linchpins, ces plans-là n’existent pas. Il n’y aura personne pour vous dire quoi faire, personne pour orienter vos actions.
Et ce, pour une raison simple : s’il y avait un mode d’emploi ou un guide pour réaliser vos objectifs, alors cela signifierait que vous n’auriez pas de valeur ajoutée. N’importe qui peut suivre une carte. Tant que vous suivez un guide, alors vous vous interdisez de créer de la valeur.

Avoir une vision claire est une tâche difficile, et c’est pourquoi elle est si rare et précieuse.

Chapitre 9 : Faire un choix

Par divers exemples, Seth met en avant l’importance que représente la notion de choix dans la vie d’un Linchpin. On peut ne pas naitre Linchpin, mais le devenir. C’est ce qui arrive la plupart du temps.

Le Linchpin va donc faire des choix, et ce sont ces choix qui le rendront unique. Il ne faut pas croire que les choix se feront progressivement. Le Linchpin n’est pas là pour s’adapter progressivement, mais bel et bien pour bondir d’un coup.

À l’image des grands changements qui surviennent subitement, le Linchpin va prendre des décisions radicales pour se démarquer.

Seth donne en exemple 2 questions stratégiques, dont les réponses amèneront leur auteur, soit à se démarquer, soit à rester dans la même voie :

  • Dois-je défier l’ordre établi ou le renforcer ?
  • Mon emploi correspond-il à ma passion ?

Chapitre 10 : La culture de la relation

Une des composantes du Linchpin est de coordonner, d’organiser, d’offrir. Le lien avec les autres est donc primordial. En tant que Linchpin, votre personnalité et votre attitude compteront autant, et même plus, que le fruit de votre travail. Il s’agit donc de réaliser un travail d’équipe.

Il ne s’agit pas d’être commercial pour autant : le Linchpin part d’une attitude de générosité. Il est là pour offrir un cadeau, et c’est cette attitude que les autres vont percevoir. En ce sens, les gestes que vous ferez et les intentions que vous aurez vaudront plus au final que votre discours lui-même.

Chapitre 11 : Le Linchpin en 7 points

Seth liste 7 points importants, qui sont autant de voies pour devenir indispensables. Il s’agit donc de très bons points de départ pour s’améliorer :

  • Créer une interface unique entre les membres de l’organisation
  • Faire preuve d’une créativité unique
  • Gérer une situation d’une grande complexité
  • Guider les clients
  • Inspirer le personnel
  • Montrer une profonde connaissance du domaine
  • Posséder un talent d’exception

Chacun de ces points est une facette du Linchpin.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Lead the Field

Chapitre 12 : Et si cela ne fonctionne pas ?

Que faire quand votre art n’a pas l’effet escompté ? Cela peut arriver. La meilleure solution dans ce cas est d’essayer néanmoins, même si c’est pour échouer ensuite. Cela vaut mieux que de simplement échouer : cela fait de vous un artiste et vous donne le droit de recommencer.

Il existe globalement 3 sources de failles, qui peuvent vous retenir d’être un Linchpin :

  • « Mon patron ne veut pas ». 9 fois sur 10, ce n’est pas vrai. Dans le dernier cas, changez d’emploi
  • Vous n’êtes peut-être pas encore à la hauteur du combat que vous souhaitez mener.
  • Vous ne serez peut-être pas payé pour pratiquer votre art : il se peut que votre art se réalise en dehors du monde de l’entreprise, via des actions bénévoles par exemple.

Chapitre 13 : Conclusion

Seth clôture son ouvrage sous la forme d’un manifeste : le monde a changé, nous en connaissons maintenant les enjeux, les risques, et les possibilités. 2 voies se dressent devant nous : l’une est très claire – il s’agit de la plus empruntée -, et nous savons aussi qu’elle ne répondra pas à nos attentes profondes. Puis il y a l’autre voie : moins définie, où chaque personne devient maitre de sa situation, et provoque le changement autour de lui.

Cette seconde voie nous permettra de répondre à nos aspirations, à ce qui nous tient réellement à cœur, mais c’est également la démarche qui est attendue par le marché du travail.

Il s’agit de se dire qu’au lieu de travailler sagement, à la recherche d’une certaine sécurité, et dans l’optique de combler notre besoin de consommation, nous avons la chance de nous affirmer et d’orienter le futur, le nôtre comme celui des gens autour.

« Il ne s’agit pas de docilité, mais de vision et d’engagement » dixit Seth.

Conclusion de Max Mario du site Une vie extra-ordinaire “êtes-vous indispensable ?” :

J’ai vraiment adhéré à la thèse de Etes-vous indispensable ?. Le monde du travail est souvent mal perçu, et rarement le sujet d’ouvrages positifs. Ici, Seth Godin nous propose une vision innovante du travail, qui répond à la fois à nos objectifs personnels (satisfaction, art, reconnaissance), à ceux de l’entreprise (valeur ajoutée forte, différenciation), mais également aux besoins réels de la société (besoin d’individus qui font bouger les choses).

Je vois Etes-vous indispensable comme un manifeste personnel, qui peut vraiment changer votre quotidien, et même avoir des effets au-delà s’il finit par être suivi par bon nombre de personnes. Si vous souhaitez trouver un sens nouveau à votre travail, à votre carrière, alors ce livre peut réellement vous intéresser . Il vous apportera des idées sur les facettes de votre personnalité à mettre en avant, et dont le monde a besoin. Au-delà de nous donner confiance, Etes-vous indispensable ? nous aiguille vers le type de travail que l’on cherche tous : celui qui dépend de nous.

La carrière de Seth Godin prend réellement un tournant avec ce livre, il passe de « gourou marketing » (« je vais vous dire comment vendre vos produits ») à une thématique beaucoup plus personnelle, et en phase avec notre époque : que souhaite-t-on réellement ? Qu’attend-on du monde du travail ?

Son constat du monde industriel (usine à bas prix/modèle scolaire obsolète/employés interchangeables) est malheureusement très juste, et ses propositions concrètes pour s’en sortir me semblent fiables et intelligentes.

Personnellement, Etes-vous indispensable ? m’a fait évoluer dans mon rapport au travail, et dans la place que ce même travail occupe aujourd’hui dans ma vie. Lorsque je rencontre une personne innovante, différente au niveau professionnel, je repense à cet ouvrage et je me dis que j’ai trouvé un Linchpin.

Si je ne devais retenir qu’une seule phrase : « être unique, remarquable et humain ». Beau programme.

Points forts du livre “Etes-vous indispensable ?” :

  • Facile à lire, pragmatique
  • Une vision du travail réellement innovante, et optimiste : on trouve rarement des livres parlant positivement du travail
  • Très motivant, et plusieurs concepts sont utilisables immédiatement
  • Nous amène à réfléchir sur notre rapport au travail : dans quel but travaillons-nous aujourd’hui ?
  • Possède beaucoup d’exemples concrets, d’histoires de salariés ou de PDG.

Points faibles du livre “Etes-vous indispensable ?” :

  • Etes-vous indispensable semble vouloir nous guider, mais au moment où l’on attend un guide réellement opérationnel, l’auteur prévient… qu’il n’existe aucun guide.
  • Certaines idées reviennent au cours du livre de manière redondante (ex. : la culture du don). Cela n’apporte rien au lecteur, et peut le décevoir.
  • Les chapitres sont découpés en toutes petites parties (1 page maximum) pour faciliter la lecture, mais cela nuit au développement des idées

La note de Max Mario du site Une vie extra-ordinaire :

imageimageimageimageimageimageimageimageimage

Lire plus de commentaires sur “Etes-vous indispensable” sur Amazon

Avez-vous lu “Etes-vous indispensable” ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (3 votes, moyenne: 4,33 out of 5)

Loading...

Acheter le livre sur Amazon :

Recherches utilisées pour trouver cet article :

meilleur livre de seth godin, pourquoi godin etait
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

13 Commentaires pour :

Etes-vous indispensable ?

  • Gaétan

    23 Oct 2012 à 17:15

    Bonjour Olivier, Max,
    Bonjour à tous,

    Merci pour cette critique d’un livre qui fait vraiment réfléchir sur sa manière d’interagir avec les autres.

    Il y a environ 2 ans, j’avais lu sur un blog une phrase qui disait en substance :

    “Si vous n’aimez pas votre job, c’est probablement de votre faute…”

    Cela m’avait beaucoup fait réfléchir et les propos tenus par Seth Godin vont tout à fait dans ce sens. C’est à chacun de se bouger pour faire ce que l’on aime et le faire bien.

    Merci aussi pour cette critique qui tombe pile au bon moment. J’ai publié hier sur Randonneur-du-web.com (mon blog) le premier des 7 articles visant à partager mon analyse et les propos de “Linchpin”.

    Je suis donc heureux de lire un regard croisé sur cet ouvrage 🙂 et découvrir ton blog Max !

    A bientôt,
    Gaétan – Randonneur du web

    PS : si quelqu’un retrouve la source anglophone du blog dont est extraite ma citation, je serais ravi !

    Répondre



    • Max

      23 Oct 2012 à 18:40

      Bonjour Gaétan,
      Cette citation va effectivement bien dans le sens de ce que dévoile S.Godin. Personnellement, c’est une phrase dans le même style qui a fait tilt dans ma tête : « If you cannot put your heart in it, take yourself out of it » (Hardy D. Jackson). Elle explique bien le lien évident qu’il doit y avoir entre implication, passion et travail.

      Répondre



      • Maxime

        23 Oct 2012 à 19:37

        Merci pour cette critique Max ^^

        J’ai aussi beaucoup aimé ce livre car il est très simple à lire et surtout très motivant.
        J’ai été un peu déçu par le contenu car je m’attendais à quelque chose de plus développé mais cela ne m’empêche pas de recommander sa lecture à tout le monde 😉

        Répondre




        • Effectivement ce n’est pas mon livre préféré de Seth Godin mais il se laisse lire quand même 🙂

          Répondre



          • Jeremy Goldyn

            24 Oct 2012 à 20:00

            Un Linchpin et une sorte de solo entrepreneur qui sait utiliser correctement internet et qui sait maitriser toutes les compétences d’un entrepreneur avisé. En effet, bon programme 🙂

            Je suis bien d’accord sur le point qu’on ne nait pas Linchpin ou entrepreneur mais qu’on le devient. Tout dans ce monde, avec un peu de volonté s’apprends et se maitrise. ce n’est qu’une question de travail et de patience.

            Jérémy,

            Répondre



            • Max

              24 Oct 2012 à 20:50

              @Maxime : joli prénom 🙂 Merci pour ton commentaire. Personnellement, j’ai vu ce bouquin comme des pistes à suivre, des idées à faire grandir. Mais c’est vrai, il n’y a pas toutes les réponses…à nous de jouer pour la suite!

              @Guillaume : Quel est ton livre préféré de Seth? Je ne sais pas si celui ci est le meilleur, mais il est vrai que le thème me touche particulièrement.

              @Jérémy : oui, il y a de grands parallèles avec les entrepreneurs. Surtout en matière de “savoir faire travailler les gens dans le même sens”.

              Répondre



              • Marie

                28 Oct 2012 à 18:50

                Je partage les idées qui sont développés ici mais cela ne s’adresse pas à tout le monde. Dans le service que j’encadrais certaines personnes ne pouvaient pas supporter l’autonomie, il fallait tout encadrer, et quand je dis tout, c’est tout, la moindre latitude les stressaient. D’autres au contraire avaient besoin de cette possibilité d’être eux même. Moi personnellement, j’ai un peu souffert de ne pas pouvoir justement jouer ce rôle. Certains employeurs ont le sentiment d’être déposséder de leur pouvoir si on leur apporte des idées. Pour ma part, ma solution est de créer une entreprise complètement innovante et d’en être aux manettes.

                Répondre



                • Régis

                  2 Nov 2012 à 16:32

                  Je suis entrepreneur dans l’âme donc il est sur que ce livre m’interpelle.

                  Et mon coté humain n’a pas envie de le lire et pourquoi car comme une chason disait on pouura pas être 7 millard de zidame ou de Thierry henry.

                  J’ai hâte un jour de lire un livre su comment bien vivre son metier de ramaseur de boubelle par exemple

                  Merci pour la qualté de la présentation!

                  Répondre



                  • Réno

                    2 Nov 2012 à 17:21

                    L’idée de la culture du don m’inspire. J’ai clairement souvent tendance à réprimer mon potentiel à aider les autres mais pourtant, à chaque fois que je le fait, cela finit par me rapporter quelque chose. Fondamentalement, c’est l’attitude d’aide, le fait même d’avoir une personnalité marqué par l’aide qu’on apporte au autres qui est un facteur important de la réussite. Le fait même qu’on est cette tendance à aider les autres nous permet d’être également plus généreux avec soi-même.
                    L’égoïsme est lié à l’erreur de croire que la richesse n’existe qu’en nombre limité, j’ai essayé de développer cette idée sur un de mes articles “Compétition et entraide : la métaphore du jeu de cartes”.
                    Et même d’un point de vue marketing, on sait aujourd’hui que le marketing du gratuit est un de ceux qui fonctionne le mieux (le fait de d’abord donner quelque chose au client afin d’établir une relation de confiance).

                    Répondre



                    • herve

                      11 Nov 2012 à 22:33

                      Bravo Max pour ce résumé.
                      J’adore Seth Godin, et j’ai repris dans mes formations son histoire de vache pourpre. Et cette image parle à beaucoup de personne, et permet à chacun aussi de progresser dans son domaine et d’être le meilleur.

                      TU m’as donné envie de lire ce lire. Je le rajoute à ma liste

                      Répondre



                      • Max

                        12 Nov 2012 à 18:52

                        @Hervé : Pour moi, ce bouquin de Seth Godin est vraiment l’application du concept de “la vache pourpre” au domaine personnel. Donc je te conseille ce livre si tu as aimé cette image et sa signification!

                        @Reno : j’ai trouvé le chapitre du don très intéressant. Ce n’est pas une notion très répandue (sauf en marketing, effectivement), et pourtant cela peut vraiment nous apporter beaucoup lorsque l’on en comprend les enjeux.

                        @Régis : Héhé, effectivement, le monde n’a pas besoin de 7 milliards de zidane, on est d’accord. Mais c’est justement l’objectif du livre de S.Godin : que chacun révèle son coté unique et remarquable. L’idée n’est pas de superposer les compétences, mais bien de les démultiplier !

                        @Marie : oui, cela ne s’adresse pas à tout le monde…encore. Nous sommes trop éduqués à suivre les ordres, et réaliser les taches demandées. Tout cela nécessite un peu de recul…et comme tout changement, certaines entreprises ne souhaitent pas en entendre parler!

                        Répondre



                        • romain

                          26 Mai 2013 à 22:39

                          même en etant un linchpin il suffit de tomber sur une ou deux personnes de type perverses et narcissiques et vôtre sort est scellé mais bon un linchpin sait toujours rebondir ou trouver des moyens par lui même de s’en sortir

                          Répondre



                          • Conférence Pro à l’ETIC de Blois du 9 janvier 2014 : AFD & Marchés Publics – Laurent JEGOUZO

                            2 Avr 2014 à 21:13

                            […] Etes vous Insdispensable de Seth Godwin. […]

                            Répondre









                            Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

                            Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.