Tribus – Seth Godin

Nous avons besoin de VOUS pour nous mener

 

Couverture du livre Tribus de Seth Godin

 

Phrase-résumé du livre : Aujourd’hui il n’a jamais été aussi facile de rassembler une tribu autour d’un objectif commun et de la mener, grâce notamment à Internet ; ce livre nous montre ce qui forme l’essence des leaders de ses tribus et pourquoi de nombreuses personnes VOUS attendent pour les leader.

De Seth Godin, 2008, 252 pages.

Chronique et résumé du livre Tribus de Seth Godin:

Joël Spolsky change le monde. C’est par cette phrase intrigante que Seth Godin commence son livre Tribus. Qui est Joël Spolsky ? Un grand savant, un milliardaire, un homme politique influent, le fondateur d’une association humanitaire multinationale ? Pas du tout. Joël est un ancien programmeur ayant notamment travaillé chez Microsoft, et qui a créé en 2000 son blog, Joel on Software, pour accompagner son changement de perspective et ses réflexions alors qu’il créait sa première entreprise.

Et sa vision sur l’art de gérer une petite entreprise d’édition de logiciels a eu beaucoup de succès. Ses premiers lecteurs ont parlé de lui à leurs collègues et à leurs amis, qui ont pour la plupart changés leurs conceptions sur la façon de rechercher, embaucher et gérer des programmeurs en le lisant, formant avec le temps une tribu importante et influente qui le respecte et le considère comme son leader.

Le concept de tribus de Seth Godin, c’est quoi?

Une tribu. Un groupe de personnes rassemblées autour d’un leader qui n’ont besoin que de deux choses : un intérêt commun et une façon de communiquer. Les tribus de nos ancêtres partageaient l’intérêt commun de la vie et de la survie, et communiquaient avant tout oralement et directement entre eux. Aujourd’hui, Internet a éliminé la contrainte géographique, et a permis de rassembler beaucoup plus de tribus, petites et grandes – et certaines beaucoup plus grandes qu’auparavant – dont des tribus qui n’auraient jamais pu exister par le passé – pour un coût ridiculement bas et avec une grande praticité : plus besoin d’être tous rassemblé exactement au même endroit et exactement au même moment pour faire partie d’une tribu.

Les tribus permettent d’améliorer notre existence. Tous les êtres humains cherchent une appartenance, un moyen d’apporter une contribution à un groupe avec qui nous partageons un point de vue, à se développer, et de la nouveauté. Et les tribus ont besoin de leaders, et d’idées communes.

Avec Internet et les milliers d’outils qui sont à notre disposition pour connecter les membres d’une tribu entre eux, comme Facebook, Twitter, les blogs ou les emails, il n’a jamais été aussi facile de devenir un leader et de rassembler une tribu. En fait, la question n’est pas de savoir si vous pouvez leader, mais si vous allez leader. Nous voulons appartenir à de nombreuses tribus différentes, et certaines personnes n’attendent que vous, votre vision et votre passion pour vous suivre.

De nombreuses personnes utilisent Internet pour rassembler une tribu autour d’eux, comme Gary Vaynerchuck qui a créé une tribu passionnée par le vin autour de son site Wine TV Librairy (voir une excellente présentation de lui,  “do what you love”), ou Greg Glassman, un coach sportif qui a rassemblé une tribu de fanatiques de remise en forme sur son site CrossFit. Mais d’autres ont créé une tribu sans Internet, parfois bien avant son apparition : les Grateful Dead, qui ont créé une tribu de fans se rendant à leurs concerts, leur permettant de gagner plus de 100 millions de dollars dans leur carrière alors qu’un seul de leurs albums s’est retrouvé dans le Top 40, Jacqueline Novogratz, qui créé la fondation Acumen, qui utilise des approches entreprenariales pour résoudre les nombreux problèmes liés à la pauvreté (voir ses nombreuses présentations au TED), ou Mich Mathews, responsable du marketing de Microsoft que personne ne connaît à part sa tribu interne de milliers de personnes qui lui accorde son attention et est élabore le marketing de sa société.

Car Internet est juste un outil, un moyen facile de rassembler et communiquer avec sa tribu. Mais le véritable pouvoir des tribus ne réside pas dans Internet, il réside dans les personnes. Vous n’avez pas besoin d’un clavier pour diriger, vous avez juste besoin de désirer que quelque chose se produise. Et des milliers de personnes n’attendent que vous. Car vous êtes un leader.

Comment être un bon leader ? C’est le sujet du livre Tribus. Suivez le guide.

Etre un hérétique et remettre en cause le statut quo

Il s’est passé trois choses à peu près en même temps :

  1. Beaucoup de personnes commencent à se rendre compte qu’elles travaillent beaucoup et qu’il vaut mieux travailler pour quelque chose pour lequel on croit plutôt que de toucher un salaire en attendant d’être licencié.
  2. Beaucoup d’organismes ont découvert que le traditionnel modèle économique des entreprises produisant bien et services n’est pas l’Alpha et l’Oméga de l’économie.
  3. Beaucoup de personnes ont décidés d’acheter des choses qui ne sont pas produites dans des usines, des choses différentes qui leur racontent une histoire qui leur importe.

Or, nous vivons dans un monde formidable où abondent les leviers qui nous permettent de réaliser des choses et de faire un travail en quoi nous croyons, et qui a un marché qui nous supplie d’être remarquable. Et pourtant, nous restons enlisés. Nous adhérons à une usine plutôt qu’à une tribu. Par peur du changement. Or, si la peur du changement peut être utile dans une énorme usine, elle nous freine quand il s’agit de vivre dans un monde en perpétuelle évolution et surtout de leader une tribu.

Les personnes qui aiment le plus leur travail sont aussi celles qui font le meilleur boulot, ont le plus grand impact et changent le plus le monde. Un noyau d’hérétiques remet en cause le statut quo et découvre qu’une seule personne peut faire une énorme différence, sans forcément avoir le pouvoir hiérarchique qui leur donne l’autorisation de le faire au départ.

Jonathan Ive est responsable du design des produits Apple, et nourrit la tribu de fans de la pomme d’idées auxquelles ils adhèrent. Micah Sifry est à la source d’un changement profond de la manière dont des milliers de personnes voient la politique, avec le Personal Democracy Forum.

Jonathan et Micah sont des hérétiques, ils remettent en cause le statut quo, sortent des rang et créent un mouvement en marchant à la tête de leur tribu, et en échange, le marché les récompense.

VOUS êtes un leader

Aujourd’hui des tribus fleurissent partout, créant une énorme demande pour des leaders. Or il n’a jamais été aussi facile de leader. Ou plutôt, leader n’est pas difficile, mais on vous a formé pendant des années à l’éviter. VOUS avez déjà les compétences pour faire la différence et convaincre les autres de vous suivre. Et n’importe qui dans un organisme peut mener, quel que soit son niveau hiérarchique.

Examinons pour nous en convaincre l’exemple de Thomas Barnett, qui travaille pourtant dans une structure qui n’est sans doute pas un modèle de suppression des niveaux hiérarchiques et de management égalitaire : il travaille au Pentagone.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Faire en Sorte que Les Choses Se Fassent (Making Things Happen)

Thomas Barnett était un des 26 000 employés du Pentagone, et était loin d’être parmi les mieux placés dans la hiérarchie. Il était juste un chercheur de 41 ans avec une grande idée, une idée qu’il a retravaillé après le 11 septembre 2001 et qu’il a résumé sous la forme d’une présentation Powerpoint de 3 heures, The Pentagon’s New Map, décrivant sa conception du rôle militaire des Etats-Unis dans un monde profondément transformé depuis la guerre froide. Cette simple présentation a fait de lui un leader respecté et écouté par des militaires de grade bien plus élevé que lui. Il a ensuite développé ses idées dans un livre, et un seul homme sans autorité est devenu un chef, juste grâce à son talent et son attitude.

Comment créer un mouvement

Il existe une différence entre dire aux gens ce qu’il faut faire et déclencher un mouvement. Pour que le mouvement se déclenche il faut que les gens se parlent, que les idées se répandent, et qu’une communauté se créé en permettant à ses membres de faire ensemble ce qu’ils ont toujours su qu’il était juste de faire.

Les leaders permettent aux membres de leur tribu de se connecter entre eux plutôt que de leur ordonner des les suivre. C’est comme cela que Skype est devenu la référence en téléphonie sur Internet. Son cofondateur Niklas Zennström a compris qu’il serait impossible de vaincre la toute puissance des grandes compagnies de téléphone sans permettre aux membres de sa tribu de s’interconnecter et de faire passer le message. Il a déclenché un mouvement en faisant cela.

Un mouvement a trois composantes :

  1. Une histoire commune qui raconte qui nous sommes et l’avenir que nous essayons de construire ensemble.
  2. Une connexion entre le leader et sa tribu, et des membres de la tribu entre eux.
  3. La chose à réaliser : moins il y a de limites et mieux c’est.

Une fois le mouvement lancé et la tribu créée, un leader peut contribuer à augmenter son efficacité de trois manières :

  1. En transformant l’intérêt commun en un objectif guidé par la passion et un grand désir de changement.
  2. En fournissant les outils permettant aux membres de communiquer plus efficacement.
  3. En influençant la tribu pour lui permettre de se développer et d’attirer de nouveaux membres.

Ces trois paramètres sont tous très importants. La plupart des leaders négligent les deux premiers pour ne se concentrer que sur le troisième. C’est une erreur. Une grande tribu qui n’a pas un grand désir de changement, comme l’Association Américaine d’Automobile – qui regroupe des millions d’adhérents – a moins d’impact qu’une petite tribu ayant un fort désir de changement, comme les deux milles personnes qui se regroupent au TED chaque année.

Ce qu’il faut donc, c’est motiver, connecter et créer des effets de levier pour maximiser le résultat des efforts des membres de la tribu. C’est ainsi que Jimmy Wales a procédé en créant et développant Wikipédia : il a rassemblé un petit nombre de personnes autour d’une vision motivante – seulement 5000 personnes contribuent à la majorité des articles du site – il les a connectés entre eux, sans leur dire ce qu’ils devaient faire mais en les menant, et les a dotés d’une plateforme leur permettant d’impliquer le monde extérieur. Wikipédia compte seulement 12 employés, et pourtant c’est l’un des sites les plus visités au monde.

Il y a deux grandes différences entre une foule et une tribu :

  • Une foule est une tribu sans leader.
  • Une foule est une tribu sans communication.

La plupart des organismes passent du temps à vendre à des foules. Les organismes intelligents passent leur temps à rassembler une tribu.

Combien de personnes pour créer une tribu ?

Dans un article célèbre posté sur son blog, Kevin Kelly indique qu’un artiste ou un blogueur n’a besoin que de 1000 “vrais fans” pour vivre décemment de son art ou de sa plume. Un vrai fan est quelqu’un de passionnément intéressé par ce que vous faites, qui parlera de vous tout autour de lui et achètera tout ce que vous faites. Un vrai fan vient accompagné de trois amis à votre exposition ou à votre concert, et paie plus pour avoir l’édition de luxe de votre livre, ou une édition papier de vos meilleurs articles plutôt que de les parcourir sur votre site web. Et surtout, un vrai fan contacte d’autres vrais fans et amplifie le bruit autour de vous.

Un millier de vrais fans constitue une tribu.Or trop d’organismes se soucient plus des chiffres que des fans. Ils prêtent attention au nombre de personnes qui les suivent, et négligent la profondeur de l’engagement et de l’interconnexion des ces personnes. Au lieu de courir après un nombre toujours plus grand de suiveurs, les vrais leaders ont compris que l’enjeu véritable est de transformer un fan occasionnel en véritable fan.

Les vrais fans sont difficiles à trouver et ils sont précieux. Mais ce qu’ils réclament, c’est de la générosité et du courage.

Ce qui caractérise également une tribu, c’est que quand des personnes verront le concept, elles se mettront à rigoler et passeront leur chemin. C’est parfait. C’est cela qui constitue une tribu : il y en a qui en sont, et d’autres qui n’en sont pas. Votre tribu est tout autant définie par ceux qui sont à l’intérieur d’elles que par ceux qui sont à l’extérieur.

Pour gagner une élection, vous devez avoir plus de la moitié des votes. Pour mener une tribu, ce genre de règles en s’applique pas. Tout ce que vous devez faire, c’est motiver les personnes qui choisissent de vous suivre. Tout le reste de la population est libre de vous ignorer ou d’être en désaccord avec vous. L’association des tricoteuses de votre ville n’attire qu’un tout petit pourcentage de personnes. C’est parfait. Vous ne voulez dans cette association que les personnes les plus motivées par le tricot.

Certaines tribus fonctionnent mieux lorsqu’elles sont petites et qu’il est difficile de les intégrer. Lorsqu’elles sont exclusives. Si vous les laissez trop se développer, vous risquez de la démolir, car vos membres les plus motivés la quitteront en disant “ça devient n’importe quoi, c’est trop populaire”.

Il est donc important de ne surtout pas viser à satisfaire tout le monde, à faire entrer la plupart des gens. Vous pouvez vous soucier de la plupart des gens toute la journée, mais ils ne se soucient pas de vous, aussi fort que vous hurlez. Vous n’êtes pas la plupart des gens, et les membres de votre tribu non plus. Vous voulez attirer des gens qui ne sont pas la plupart des gens.

Le plus grand frein à la création d’une tribu : la Peur

Seth Godin a rencontré des milliers de personnes avec des idées formidables, certaines géniales et d’autres tout simplement bonnes. Selon lui, des gens ordinaires peuvent penser à des choses assez remarquables facilement. Par contre il leur manque en général quelque chose : la volonté de mettre ces idées en pratique.

Trop souvent nous croyons qu’il existe un bureau d’approbation des idées – un BAI – qui juge les idées et donne sa bénédiction aux meilleures. Malheureusement, le BAI n’existe pas. Dans un match entre deux idées, c’est celle qui gagne le soutien du plus grand nombre d’hérétiques qui gagne.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Ces Idées qui Collent - Pourquoi Certaines Idées Survivent et d’Autres Meurent - 2

Comme le BAI n’existe pas, il n’y a rien qui puisse vous aider à surmonter votre peur à part vous-même. Seth Godin croit que vous pouvez surmonter la peur en construisant une stratégie pour la rendre obsolète. C’est à dire que vous allez ressentir la peur, mais que vous allez agir quand même. Pour cela, il faut que vous compreniez que le monde réclame que nous changions, et très rapidement.

Ce point est essentiel. Tout le monde aujourd’hui peut rassembler sa propre tribu et la leader. Vous pouvez le faire. Seule la peur vous en empêche. Or la peur est le premier obstacle qui vous empêchera d’atteindre votre plein potentiel.

Une des peurs les plus fortes est la peur de l’échec. Souvent ce n’est pas la peur d’échouer en elle-même, mais la peur d’être critiqué, blâmé. Nous choisissons de ne pas être remarquables car la critique nous fait peur. Le simple fait d’imaginer que quelqu’un haïsse notre point de vue et nous en veuille pour cela nous inquiète.

Les critiques constructives sont intéressantes. Mais la plupart ne le sont pas. Mais même les critiques négatives qui vous blessent ne devraient pas vous blesser tout à fait : elles montrent que ce que vous faites est remarqué. Il vaut mieux un livre apprécié et un peu critiqué qu’un livre que personne ne remarque.

Note : Pour apprendre à gérer les critiques et à distinguer les critiques constructives des autres, vous pouvez lire mon article Comment gérer les critiques en 4 étapes.

Le leadership est rare parce que peu de personnes ont envie de passer par le sentiment de malaise nécessaire pour devenir un leader. Car on se sent mal à l’aise devant les étrangers. On se sent mal à l’aise quand on propose une idée qui peut être refusée ou qui peut échouer, et quand on remet en cause le statut quo.

Ce sentiment de malaise est génial : lorsque vous l’avez identifié, vous avez trouvé l’endroit où vous devez leader. Car si vous ne sentez pas de malaise dans votre travail de leader, il est presque certain que c’est parce que vous n’avez pas atteint votre plein potentiel de leader.

Comment mettre en place une tribu

Certains des lecteurs brûlent sans doute de poser une mauvaise question, qui se rapprocherait sans doute de :

“Quelle est la méthode sans risque qui me permettrait de m’infiltrer dans le système pour obtenir l’autorisation de faire des changements ?”

En fait il y a une méthode : avoir la foi. La foi dans le fait que vous pouvez le faire, que cela en vaut la peine et que l’échec ne vous détruira pas.

Car personne n’écoutera votre idée pour hocher la tête et vous dire “Bien sûr, vas-y et fait-le !”. Personne ne va vous oindre d’huiles saintes pour faire de vous un leader. Et si aller voir un grand ponte comme Bill Gates ou Jack Welch pour leur soumettre votre idée peut fonctionner, la vérité est que cela fonctionnait surtout avant et que la plupart du temps le sommet de la pyramide est trop éloigné de l’action pour que cette démarche soit intéressante.

La foi est cruciale pour toute innovation. Sans foi, il est suicidaire d’être leader, suicidaire d’être hérétique.

La foi est différente de la religion. La religion fonctionne bien lorsqu’elle amplifie la foi, mais la plupart des religions renforcent le statut quo, au détriment de la foi. Il y a d’innombrables religions, spirituelles, culturelles, d’entreprise : la religion IBM des années 60, avec ses protocoles ultra standardisés sur le lieu de travail et les codes vestimentaires, la religion des MBA, du CV standard, etc.

Trop souvent des personnes pensent que l’on critique leur foi lorsque l’on critique leur religion. Mais ce sont deux choses bien distinctes. La religion est un ensemble de protocoles et de règles à respecter. Les hérétiques remettent en cause une religion sur la base d’une foi profonde.

Ces religions existent à la base pour une raison : renforcer la foi. Et vous pouvez le faire délibérément. Vous pouvez reconnaître et identifier le besoin que votre tribu a d’avoir foi en vos idées, et vous pouvez créer une nouvelle religion autour de votre foi. Steve Jobs l’a fait à Apple, Phil Knight pour Nike, et Tim Ferris a défini la nouvelle religion des Nouveaux Bienheureux (ou des Nouveaux Riches dans le texte original) dans son livre La semaine de 4 heures.

Une étude récente a montré qu’environ un tiers des Américains ont abandonnés la foi dans laquelle ils ont été élevés. En fait l’étude utilise le mot foi, mais ces gens n’ont pas perdus la foi : ils ont juste changé le système qu’ils utilisent pour renforcer leur foi.

Or trop de personnes se focalisent sur le système, sur les règles et les normes de la religion, plutôt que la foi en elle-même. Soyez un hérétique. Créez votre système pour permettre aux autres de renforcer leur foi.

Même dans les grandes entreprises, le temps où les hérétiques étaient rétrogradés, mis en disgrâce ou licenciés comme cela est décrit dans The Age of Heretics est révolu. A présent les cadres supérieurs recherchent des hérétiques qui veulent créer le changement avant que le changement ne leur tombe dessus.

Un exemple d’industrie qui n’a pas appliqué le modèle des tribus et en meurt : l’industrie de la musique

En une décennie, cette industrie hyper-rentable s’est effondrée sur elle-même pour deux raisons simples : 1) ils n’avaient pas les hérétiques dont ils avaient besoin et le changement leur est tombé dessus, et 2) ils ont oubliés de faire corps avec leur tribu.

Il est absolument incroyable que des gens intelligents et expérimentés ont sciemment ignorés le monde qui les entoure pour pratiquer la politique de l’autruche. C’est pourtant ce qui s’est passé, et c’est une leçon pour toutes les industries.

L’industrie de la musique s’est construite autour de 5 piliers :

  1. Une promotion gratuite des tubes par la radio.
  2. Un nombre limité de labels en compétition.
  3. Des coûts de production élevés qui obligent les musiciens à se faire financer par ces labels.
  4. Le Hit-Parade.
  5. Une technologie qui permettait des marges importantes et rendait impossible la reproduction (le 33 tours).

Est-ce que l’un de ces 5 piliers a quelque chose à voir avec la constitution d’une tribu ou d’un leadership ? Pas du tout. Et chacun de ces 5 piliers s’est effondré l’un après l’autre. Avec l’arrivée de la cassette, puis du graveur de CD, du MP3 et d’Internet, tout a changé. Et plutôt que de s’y adapter, les labels ont préférés freiner avec leur semelle un train lancé à pleine vitesse et se couper de leurs tribus en les pourchassant en justice. Du coup les hérétiques d’Apple et d’autres sociétés ont pris le train en marche et récupérés une bonne partie du gâteau qu’ils ont si stupidement rejetés.

Créez votre micromouvement

Tout leader s’investit dans un mouvement et le soutient. Et votre mouvement n’a pas besoin de déplacer les foules : il peut juste se contenter de rassembler quelques milliers de personnes sur le web. Voici cinq choses à faire pour créer votre micro-mouvement :

  1. Publiez un manifeste.
  2. Faites en sorte que ceux qui vous suivent puissent se connecter à vous facilement.
  3. Facilitez l’interconnexion de ceux qui vous suivent.
  4. Comprenez que l’argent n’est pas la raison d’être d’un mouvement.
  5. Faites le suivi de la progression.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Ces idées qui collent - Pourquoi certaines idées survivent et d'autres meurent

Et voici 6 principes pour que votre mouvement perdure et se développe :

  1. La transparence est vraiment votre seule option.
  2. Il faut que votre mouvement soit plus grand que vous.
  3. Les mouvements qui grossissent prospèrent.
  4. Le sens des mouvements s’éclaire quand on les compare au statut quo ou à des mouvements qui s’emploient à aller dans l’autre direction.
  5. Excluez les touristes.
  6. Mettre les autres en pièces n’est jamais aussi utile que construire de façon positive le réseau des gens qui vous suivent.

Comment ne pas se tromper

C’est impossible. Isaac Newton avait totalement et spectaculairement tort au sujet de l’alchimie, science à laquelle il a consacré la majorité de sa vie. Et pourtant, c’est l’un des plus grands génies mathématique de tous les temps.

Steve Jobs a eu tort avec l’Apple III, avec le NeXT et avec le Newton. Vous connaissez le reste.

Le secret dans le fait d’éviter de se tromper est que c’est impossible. Le secret est d’être prêt à se tromper, et de prendre conscience que ce n’est pas fatal.

Être charismatique

La plupart des personnes pensent qu’il faut être charismatique pour être un leader.

Elles se trompent. Le fait même de leader vous rend charismatique.

Critique du livre Tribus

Après Tous les marketeurs sont des menteurs, Tribus est le deuxième livre de Seth Godin que je lis, et je peux dire que les mêmes critiques que je faisais à l’encontre du premier s’y applique. Le mieux est que Seth Godin anticipe ces critiques en disant à la fin du livre :

« Je peux vous dire que je vais être critiqué par la plupart des gens sur ce que vous venez de lire. Il se pourrait qu’ils disent que c’est trop peu structuré et pas assez pratique et que ce livre requiert que vous en fassiez trop pour pouvoir vraiment accomplir quelque chose. »

Je suis entièrement d’accord sur ce point avec l’auteur Seth Godin 🙂 . Comme je le disais dans ma première chronique “le message que délivre Seth Godin est clair et me semble pertinent, mais je trouve Tribus trop long et son style trop décousu.”

Le message du livre Tribus peut se résumer en 5 points :

  1. Il est plus facile aujourd’hui de rassembler une tribu et de la développer grâce à Internet.
  2. Ceux qui créent des tribus sont des leaders hérétiques qui remettent en cause le statut quo.
  3. VOUS êtes un leader hérétique.
  4. Si vous ne l’êtes pas, c’est que vous avez peur.
  5. Vous pouvez affronter cette peur et choisir de dire OUI à votre envie de leader pour changer le monde.

Son contenu est pertinent et développe une excellente approche sur la nature du leadership et ce que cela signifie de mener un groupe de personnes qui partage un objectif commun. Il s’agit plus d’un manifeste motivant ou d’une méditation philosophique sur le leadership qu’un manuel pratique, cependant, et comme cela semble être la règle pour les autres livres de l’auteur, Tribus est un livre à assembler soi-même, et d’où l’on doit tirer nous-même la liste d’actions pratiques à en tirer pour effectivement changer grâce à lui.

Je l’ai trouvé en tout cas inspirant et tout à fait adapté à l’ère d’Internet, et je pense que tout blogueur ayant un minimum d’ambitions devrait le lire et réfléchir à comment l’appliquer pour développer sa propre tribu avec son formidable outil de rassemblement et de communication qu’est son blog. Je cherche moi-même à rassembler sur ce blog une tribu de personnes motivées par l’entreprenariat, le style de vie de La Semaine de 4 heures et l’apprentissage tout au long de sa vie à l’aide notamment des livres, et Tribus m’a donné quelques idées dont je dois à présent trouver les applications concrètes 🙂 .

En tout cas comme pour Tous les marketeurs sont des menteurs, ce livre aurait gagné à être raccourci, et je pense qu’il pourrait faire un simple article de blog,  même si évidemment la valeur perçue des idées  ne serait pas la même (on valorise plus un contenu pour lequel on a payé qu’un contenu que l’on lit gratuitement, c’est comme cela 😉 ).

Vous pouvez en tout cas avoir un excellent aperçu de son contenu en regardant cette présentation de 17 minutes au TED (vous pouvez afficher les sous-titres en Français en cliquant sur “View Subtitles”) :

En conclusion un livre intéressant, mais qui aurait gagné à avoir moins de pages, à être mieux organisé et à proposer plus concrètement les transcriptions en action pratiques du savoir distillé.

Points forts:

  • Pertinent
  • Les idées clés à dégager du livre Tribus permettent de se constituer un mode d’emploi pour une utilisation pratique
  • Bons exemples et contre-exemples donnés

Points faibles:

  • Décousu et brouillon
  • Trop épais par rapport au message délivré
  • Il faut partir soit même à la pêche aux méthodes, aux étapes, aux « how-to » pour une utilisation pratique.

Ma note : imageimageimageimageimageimageimageimageimage

Avez-vous lu Tribus de Seth Godin ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (6 votes, moyenne: 3,50 out of 5)

Loading...

 Visitez Amazon et lisez plus de commentaires sur le livre Tribus

Visitez Amazon afin d’acheter le livre Tribus de Seth Godin

Je vous invite aussi à visionner ma vidéo intitulée “Pourquoi vous devez CRÉER votre TRIBU” qui accompagne très bien cet article 🙂:

 

3 leçons de leadership tirées du livre Tribus de Seth Godin:

  1. Les leaders font du grabuge – Selon Godin, être un leader n’est pas une position d’autorité, mais plutôt une capacité d’utiliser son influence et la mettre au service d’une cause, quelle que soit “la cause”. Pour y parvenir, les dirigeants doivent remettre en question le statu quo.
  2. Les leaders resserrent la tribu – Sans leader, une tribu n’est qu’une foule, déclare Godin. Dès qu’un leader s’engage pour diriger une tribu, il a pour premier devoir de resserrer la tribu: “C’est tentant d’élargir la tribu, d’augmenter le nombre de membres, de faire passer le mot. Mais ceci est moindre qu’une tribu plus serrée. Une tribu qui communique plus rapidement, avec empressement et émotion, est une tribu qui prospère.”
  3. Les leaders aiment ce qu’ils font – Godin raconte l’histoire d’un couple qui lui reproche de vérifier son courrier électronique dans un hôtel pendant ses vacances. Sa réponse a été: “Je pense que la vraie question – celle à laquelle ils ne voudraient probablement pas répondre – était: ” N’est-ce pas triste d’avoir un travail où nous passons deux semaines à éviter les choses que nous devons faire 50 semaines par an? Il m’a fallu beaucoup de temps pour comprendre pourquoi j’étais si heureux de consulter mon courrier électronique au milieu de la nuit. Cela avait à voir avec la passion. À part dormir, il n’y a rien que je préférerais faire à cet instant – Parce que j’ai la chance d’avoir un travail qui me permet de faire changer les choses.”

Nous travaillons à vous proposer le livre Tribus de Seth Godin en PDF.

 

Recherches utilisées pour trouver cet article :

tribus seth godin, seth godin, seth godin tribus, pourquoi godin etait un visionnaire
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

13 Commentaires pour :

Tribus – Seth Godin

  • Dushan

    6 Avr 2010 à 15:50

    Je partage assez votre avis sur ce livre, et je trouve d’ailleurs que ça s’applique à la plupart des bouquins de Godin.

    Ce type est brillant, c’est un visionnaire… Mais il écrit un livre sur une seule idée, il la tourne et retourne dans tous les sens. Et pourtant, ça n’est pas aussi pratique qu’on pourrait l’attendre.

    Peut-être que c’est “simplement” parce qu’il se situe à un niveau plus conceptuel, dans les nuages, en hauteur, alors qu’on est habitué à des livres de business et de marketing très concrets ?

    Quoiqu’il en soit, je préfère décidément Seth Godin en vidéos et conférences ! 😉

    Amicalement,
    Dushan

    Répondre




    • […] Donner a la tribu un badge. [Le concept de "tribu" est au centre de la pensée de Seth GODIN] La chose cool au sujet du marketing de l’iPad, c’est que c’est un symbole […]

      Répondre



      • sebbrochet

        12 Avr 2010 à 18:19

        Bonjour,

        Juste une petite remarque sur le début de cet article.

        Joël Spolsky n’était pas un programmateur (de minuterie, de carte mémoire, …), mais plutôt un programmeur 🙂

        Cordialement.

        Sébastien

        PS: Joël Spolsky était plus précisément “Program Manager” chez Microsoft. Il a travaillé avec un certain succès sur l’intégration de Visual Basic dans Excel pour créer des macros (cf VBA, Visual Basic for Applications).

        Répondre



        • Olivier Roland (Auteur)

          12 Avr 2010 à 19:19

          Bonjour Sébastien,

          Merci pour la précision, c’est corrigé 😉 .

          Répondre


          • Mohamed MOURAS

            18 Avr 2010 à 19:10

            Vraiment j’adore cet homme. Son marketing a vraiment une longueur d’avance sur les autres “gourous” d’internet. En fait ce que j’adore c’est sa manière de ne plus prendre son prochain comme un porte-feuille sur pattes mais plutôt comme quelqu’un qui a des besoins (la plupart comble dans nos sociétés) et des désirs qui par définition sont nombreux et Seth GODIN nous propose de trouver les meilleures manières, d’une part de combler autrui et d’autre part d’en profiter nous aussi.
            La tribu est selon moi le concept principal de son marketing, tout ce qu’il ecrit tourne plus ou moins autour de cette idee. Plus j’y reflechis plus je me dis qu’il a raison, les medias comme twitter et facebook prouvent qu’il a raison, on aime a se ressembler et aussi a se rassembler !

            Merci beaucoup pour cet article.

            Mohamed Semeunacte

            Répondre



            • Dominique Gibert

              2 Mai 2010 à 21:40

              Merci Olivier d’avoir commenté et reformulé quelques extraits de ce livre, exercice particulièrement difficile, car le ton, et le style de Seth Godin sont tellement singuliers. L’absence de structure peut en effet dérouter, mais je crois qu’il serait dommage de passer à côté de l’originalité du cheminement de la pensée de Seth Godin, qui, comme le dit Mohamed Mouras a une longueur d’avance sur tous les autres “gourous”.

              Ce livre est engagé, enthousiaste, et porteur d’une formidable énergie. Et c’est pour cela-même qu’il n’hésite pas à répéter certaines idées. Que vous dire d’autre que : ” Lisez-le jusqu’au bout !” Lisez son blog aussi, belle source d’inspiration : http://sethgodin.typepad.com/

              Répondre



              • Olivier Roland (Auteur)

                4 Mai 2010 à 19:33

                Merci pour vos commentaires.

                Dominique, je suis d’accord, Seth Godin pense et écrit de manière originale, et cela donne souvent des idées pertinentes et percutantes. Un peu de contenu structuré dans ses livres feraient un peu de bien toutefois 😉 .

                Répondre



                • […] Tribus – Seth Godin […]

                  Répondre



                  • Tribus – Seth Godin « Le blog de Monsieur O.

                    10 Août 2010 à 13:57

                    […] un résumé (très) complet du livre, rendez-vous sur le blog d’Olivier Roland. Partager sur… Hide Sites $$('div.d664').each( function(e) { […]

                    Répondre



                    • Alex | WP Themes Pro

                      7 Juin 2011 à 14:29

                      La lecture de ce résumé m’a donnée quelques idées à mettre en place sur mon blog. C’est toujours aussi plaisant et efficace de lire un résumé sur ton blog 🙂

                      Répondre



                      • Tatiana

                        5 Juin 2015 à 16:13

                        Merci de nous faire découvrir ce beau livre!
                        Il répond beaucoup à mes questions quant à la création du mouvement et de la communauté.

                        Répondre




                        • […] CHARISME avec UN concept CLÉ (et DEVENEZ un LEADER)”, d’après Seth Godin, auteur du bestseller Tribus […]

                          Répondre




                          • […] une contrepartie. Le vrai don est à sens unique, il est symptôme d’abondance, et va progressivement former votre tribu. Ses exemples vont du musicien – qui va jouer son solo au-delà de toute attente […]

                            Répondre









                            Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

                            Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.