Une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie.

Ce qu’il faut savoir avant de mourir : Découvrez ce qui compte vraiment avant l’heure de votre mort

Couverture du livre Ce qu'il faut savoir avant de mourir - John Izzo

Résumé de du livre « Ce qu’il faut savoir avant de mourir » : Le voyage de la vie ne se fait qu’une seule fois : pourquoi n’écouterions-nous pas ceux qui ont déjà fait ce voyage et qui peuvent nous enseigner ce qu’ils ont appris?

De John Izzo, 2009, 235 pages.

Note : Cette chronique invitée a été écrite par Guillaume, du blog Komment devenir riche, dans lequel il partage avec passion ses connaissances de conseiller financier et d’entrepreneur.

Table des matières

Quels sont les 5 principes du livre Ce qu’il faut savoir avant de mourir ?

  1. Soyez honnête avec vous-même
  2. N’ayez aucun regret
  3. Devenez amour
  4. Vivez l’instant présent
  5. Donnez plus que ce que vous prenez.

Chronique et résumé du livre Ce qu’il faut savoir avant de mourir

Si vous préférez la vidéo au texte, j’ai préparé une chronique illustrée du livre Ce qu’il faut savoir avant de mourir en vidéo 🙂:

Ce livre est basé sur une série télévisuelle que John Izzo a conçue qui est intitulée : « Les cinq perles de sagesse qu’il faut connaître avant de mourir »

Prologue du livre Ce qu’il faut savoir avant de mourir

John Izzo a écrit Ce qu’il faut savoir avant de mourir car il a cherché toute sa vie en quoi consiste une vie bien remplie et significative. Très jeune déjà, il voulait connaître les perles de sagesse qui lui permettraient de bien vivre et de mourir heureux.

Son père est décédé à l’âge de 36 ans lorsqu’il avait 8 ans. Et pour cette raison, cette quête lui est apparue encore plus urgente. La vie peut être courte et nous ne savons jamais combien de temps il nous reste pour découvrir les perles de sagesse du bonheur.

Tôt dans sa vie, il a eu le privilège de passer du temps avec des gens mourants et d’observer que ces individus avaient des façons bien différentes de mourir. Certaines personnes terminaient leur vie avec un grand sentiment de satisfaction et peu de regrets. D’autres mouraient dans l’amertume ou habités d’une triste résignation en pensant à la vie qui aurait pu être la leur. Au début de la vingtaine, il a entrepris de comprendre ce qui distinguait ces deux groupes de gens.

Il y a de nombreuses années, une femme d’un certain âge appelée Margaret lui a raconté qu’elle avait essayé de vivre toute sa vie en songeant à « une vieille femme assise dans une berceuse sur sa véranda ». Elle lui a dit que chaque fois qu’elle devait prendre une décision, elle imaginait qu’elle était cette vieille femme qui sur sa véranda, se remémorait sa vie. Elle demandait alors à cette vieille femme de la conseiller sur la voie qu’elle devait emprunter.

« Nous n’avons pas à attendre d’être vieux pour devenir sages. »
John Izzo, auteur du livre Ce qu’il faut savoir avant de mourir

Une idée a commencé à germer dans l’esprit de l’auteur. Se pouvait-il qu’à la fin de notre vie, nous découvrions des choses dont nous aurions pu grandement tirer profit si nous en avions été conscients plus tôt?

Il a donc interviewé 235 personnes âgées de 59 ans à 105 ans. Du coiffeur du village au professeur, du propriétaire d’entreprise à l’écrivain, du prêtre au poète, du survivant de l’holocauste au chef aborigène, du musulman à l’hindou, du bouddhiste au chrétien… ils ont cherché à avoir la réponse à différentes questions dont la plus importante : que devons-nous savoir à propos de la vie avant de mourir?

Voici l’un des aspects les plus profonds que John Izzo et son équipe ont appris avec clarté : malgré les nombreuses différences qui caractérisaient ces gens (l’âge, la religion, la culture, la profession, l’éducation, le statut économique), ils partageaient tous les mêmes perles de sagesse d’une vie bien remplie. Il semble que ce qui compte vraiment passe outre les frontières qui, comme nous le croyons souvent nous séparent les uns les autres, comme la religion, la race ou le statut social.

Ce qu’il faut savoir avant de mourir est fondé sur une unique prémisse : il n’est pas nécessaire d’attendre d’être vieux pour devenir sage. On peut découvrir les perles de sagesse de la vie à n’importe quel âge. Et plus tôt nous le faisons, plus notre vie sera épanouie.

Chapitre 1 : Pourquoi certaines personnes trouvent-elles un sens à la vie et meurent-elles heureuses?

« En face du vrai bonheur, les richesses valent l’ombre d’une fumée » – Sophocle

Pour vivre avec sagesse, nous devons reconnaître qu’il existe deux vérités fondamentales dans la vie de tout être humain. Le première c’est que la durée de notre vie est limitée et indéterminée, elle peut durer 100 ans ou 30. La seconde, c’est que pendant ce laps de temps nous avons un choix pratiquement illimité de moyens d’utiliser ce temps, et ce sont ces choix qui définissent finalement notre vie. Nous ne naissons pas avec un manuel d’instructions, et l’horloge commence à faire tic-tac dès notre arrivée dans ce monde.

Ce qu'il faut savoir avant de mourir - John Izzo

La connaissance versus la sagesse

Pour jouir pleinement de cette vie, il faut davantage de sagesse que de connaissances. La sagesse est différente et fondamentalement plus importante que la connaissance. Nous vivons à une époque où les connaissances (le nombre de faits) doublent tous les 6 mois alors que la sagesse est rare. La connaissance est l’habilité à reconnaître ce qui a de l’importance et ce qui n’en a pas. Tant que nous ne découvrons pas ce qui compte, le véritable sens de la vie nous échappe.

Les êtres humains ne meurent pas tous de la même façon. Certaines personnes meurent après avoir connu une vie guidée par un but profond et avec peu de regrets. Ces personnes parviennent au crépuscule de leur vie avec le sentiment intime d’avoir pleinement vécu. D’autres meurent dans l’amertume car elles sont passées à côté de ce qui compte vraiment.

Les deux choses que nous souhaitons par-dessus tout : Trouver le bonheur et un sens à notre vie!!

Par « trouver le bonheur » je veux dire que chaque être humain souhaite faire l’expérience de la joie et d’un profond sentiment de satisfaction. Mais le bonheur n’est pas assez pour nous, êtres humains. Je crois que nous voulons aussi découvrir le sens de la vie.

« C’est un signe de sagesse que de pouvoir embrasser le regret et le laisser aller. »
John Izzo, auteur du livre Ce qu’il faut savoir avant de mourir

Nous voulons plus que tout savoir que notre présence ici-bas est importante : trouver une raison d’être vivant.

Ces perles de sagesse sont-elles vraiment mystérieuses?

Pendant les entrevues que John Izzo a réalisées, il a constaté que les gens heureux de par leur façon de vivre, connaissaient tous ces perles de sagesse.

Toutefois, il ne suffit pas de connaître ces perles de sagesse. Nous connaissons tous des choses que nous ne mettons pas en pratique : l’exercice est bon pour nous, une alimentation équilibrée est un gage de bonne santé, le tabagisme est néfaste, les relations sont plus importantes que les biens matériels…

Ces gens les connaissent toutes, mais plus important encore, ils les mettent en pratique.

Chapitre 2 : Pourquoi j’ai parlé de la vie au coiffeur du village?

« Par trois méthodes, nous pouvons apprendre la sagesse : d’abord, par la réflexion, qui est la plus noble ; en second lieu, par l’expérience, qui est la plus amère ; et troisièmement, par l’imitation, qui est la plus facile. » – Confucius

La vie est similaire à un voyage. Nous ne faisons le voyage de la vie qu’une seule fois, du moins sous cette forme. Il y a autant de gens qui regrettent leur voyage que de gens qui en gardent un souvenir imbibé de bonheur.

Comment nous avons sélectionné ces personnes sages?

À partir de 15 000 personnes, 235 ont été sélectionnés parmi les plus sages. Une série de questions leur a été posée dont : « Qu’est qui apporte le bonheur? Qu’est qui donne un sens à la vie? Qu’est qui est une perte de temps? Que feriez-vous différemment si vous pouviez recommencer vote vie? Quelles sont vos perles de sagesse, et comment les mettez-vous en pratique quotidiennement? Quels sont les principaux moments décisifs qui ont donné une nouvelle orientation à votre vie? Comment percevez-vous la mort? »

Nos aînés sont précieux

Dans notre société, il n’est pas très courant que l’on se tourne vers nos aînés pour modeler notre vie. Notre culture est axée sur la jeunesse et nous accordons une grande valeur à ce qui est nouveau et actuel.

John Izzo a eu le privilège de passer beaucoup de temps auprès de plusieurs tribus en Tanzanie. C’est en côtoyant ces gens qui honorent leurs aînés qu’il a eu l’idée de ce projet. Dans l’une de ces tribus, un individu est admis au conseil des aînés à l’âge de 50 ans.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Le Zen et l'art de tomber amoureux

Ils se préparent toute leur vie à faire partie de ce conseil, un groupe qui prend les décisions importantes pour la tribu.

Le groupe de 15 hommes qui accompagnait John Izzo, pour la plupart dans la cinquantaine, a expliqué avec un certain embarras qu’ils n’avaient pas vraiment de conseil d’aînés ; que dans notre société, les personnes âgées étaient souvent placées dans des maisons de repos où ils vivaient isolées de la population la plus jeune. Ils leur ont expliqué que nous vivions dans une société qui valorisait davantage la jeunesse que la vieillesse.

Les aînés de cette tribu ont manifesté leur consternation : comment cela était possible! Après s’être consultés, ils ont fortement recommandé au groupe de retourner chez eux, de former un conseil d’aînés et de « se faire entendre de la jeunesse ».

Pourquoi avoir choisi des gens de plus de 60 ans ?

Au fur et à mesure des entretiens, nous nous sommes rendu compte que c’est vers l’âge de 60 ans que les gens commencent à examiner leur vie en rétrospective.

Chapitre 3 : La première perle de sagesse : demeurez fidèle à vous même et vivez en étant animé d’une intention

Ce qui distingue ceux qui vivent bien et meurent heureux de la majorité d’entre nous, c’est qu’ils se demandent constamment s’ils mènent la vie qu’ils souhaitent, et ils écoutent leur cœur pour trouver la réponse à la question.

Choisissez de vivre éveillé

A moins de continuellement réfléchir à votre vie pour vous assurer de ne pas dévier de votre trajectoire, il y a de fortes chances que vous vous retrouviez en train de vivre la vie de quelqu’un d’autre, ce qui veut dire que vous réaliserez à la fin de votre vie que vous avez suivi une vie qui n’était pas la vôtre…

Les 3 questions qui comptent vraiment

Mais comment vivre en demeurant fidèle à soi même ?

Le secret consiste à vivre en étant animé d’une intention, à se poser systématiquement et régulièrement trois questions cruciales :
  • « Est-ce que j’écoute mon cœur et est-ce que je suis fidèle à moi même? »
  • « Ma vie est-elle axée sur ce qui compte vraiment pour moi? »
  • « Suis-je la personne que je veux être dans ce monde? »

Votre vie est-elle bien ciblée?

Dans la bible le mot « pêché » vient d’un mot de l’ancien grec appartenant au vocabulaire du tir à l’arc. Littéralement, le mot signifie « manquer sa cible », comme la flèche qui n’atteint pas son but visé. Le plus grand péché consiste à rater la cible qui est représentée par ce que vous voulez que soit votre vie.

Le grand-père de John Izzo était l’un des aînés les plus sages à faire partie de sa vie. Il avait l’habitude de parler d’une « bonne fatigue » à la fin d’une journée donnée, en opposition à ce qu’il appelle une « mauvaise fatigue ». Il lui a dit qu’une « bonne fatigue » résultait d’une vie axée sur les choses qui comptent vraiment pour nous.

Les gens heureux savent ce qui leur apporte le bonheur et en font systématiquement une priorité.

Trouvez une destinée

Écouter son cœur désigne plusieurs choses, c’est :
  • Faire un travail qui répond à nos intérêts les plus chers ;
  • Demeurer fidèle à soi même dans la vie que l’on a choisie (et demeurer honnête vis-à-vis de ce que l’on veut) ;
  • Prendre le temps d’écouter la petite voix intérieure qui nous dit que nous avons raté la cible que représentent nos désirs les plus intimes.

Écouter son cœur c’est trouver une activité pendant laquelle on perd la notion du temps !

« Si vous voulez connaître le secret d’une vie heureuse, demandez à quelqu’un qui en a vécu une. »
John Izzo, auteur du livre Ce qu’il faut savoir avant de mourir

Il faut du courage pour écouter son cœur

Pour écouter son cœur, il faut parfois faire taire d’autres voix qui nous incitent à poursuivre d’autres rêves. Ron, qui était septuagénaire au moment de notre rencontre, avait grandi dans une famille où la médecine était la profession de prédilection. Son oncle avait été un médecin respecté dans la communauté, et lorsque Ron lui aussi opta pour la médecine, sa famille et ses amis ont applaudi sa décision. Juste avant de rentrer à l’école de médecine, il est allé consulter un illustre chiropraticien en tant que patient.

Le fondateur d’Apple, Steve Jobs, à plusieurs fois mentionné qu’il est très important d’écouter son coeur pour réussir. A lire, mon analyse de sa biographie.

Pendant le traitement, il a découvert une discipline qui mise sur le pouvoir de régénération naturelle du corps, une discipline qui prône la valeur du toucher, ce qu’il a intuitivement trouvé attrayant. Voici les paroles et les pensées de Ron : « J’ai aussitôt été attiré par cette profession, et je savais que si elle plaisait tant à mon âme, alors j’écouterais mon cœur en la choisissant.

Mais la médecine chiropratique était encore auréolée de mystère pour de nombreuses personnes à cette époque, et lorsque j’ai annoncé mon intention de m’engager sur cette voie, mes amis ne se sont pas gênés pour me donner leur avis. Ils ont dit : « Alors, tu veux devenir un de ces charlatans, maintenant ?  » Mais je savais que c’était ma voie et que je ne devais pas prêter attention à leurs remarques».

Demeurer fidèle à soi même, c’est écouter cette voix qui nous appelle même si les autres ne peuvent l’entendre.

Voici 4 questions à se poser chaque semaine qui vous aideront à intégrer cette perle de sagesse dans votre vie:
  • « Est-ce que cette semaine ou cette journée a été satisfaisante?
  • « Cette semaine ai-je été le genre de personne que je veux être?
  • « Est-ce que j’écoute mon cœur en ce moment?
  • « Comment est ce que je veux vivre cette perle de sagesse plus intensément la semaine prochaine? »

Chapitre 4 : La deuxième perle de sagesse : Ne laissez aucun regret derrière vous.

Les larmes les plus amères que l’on verse sur les tombes viennent des mots que l’on n’a pas dits, des choses que l’on n’a pas faites – Harriet Beecher Stowe

Le regret est sans doute ce que nous craignons le plus ; nous ne voulons pas examiner notre vie et souhaiter avoir fait les choses autrement. D’après ce que John Izzo a appris au cours des 30 dernières années, ce qui a été validé par ces entrevues, la mort n’est pas ce que nous craignons le plus. Lorsque nous avons vécu pleinement et accompli ce que nous espérions accomplir, nous pouvons accepter la mort avec grâce. Ce que nous craignons le plus, c’est de ne pas avoir vécu au maximum, d’arriver au crépuscule de notre vie et d’avoir à prononcer ces mots : « J’aurai dû... »

A la fin de notre vie, nous ne regrettons pas les risques que nous avons pris, même s’ils n’ont pas donné les résultats escomptés. Personne ne dit regretter d’avoir tenté quelque chose et d’avoir échoué. Au contraire, la majorité des gens disent ne pas avoir pris assez de risques.

L’échec n’est pas le regret qui hante la majorité des gens ; c’est plutôt le fait d’avoir choisi de ne pas risquer d’échouer

On ne peut pas garantir le succès, mais nous pouvons garantir l’échec en choisissant de ne rien tenter.

Pour connaître une vie exempte de regrets, il faut prendre davantage de risques.

Chaque fois que nous optons pour la sécurité, nous nous éloignons un peu plus de notre moi véritable. Chaque fois que nous choisissons de ne pas tendre vers ce que nous voulons, nous plantons les grains de futurs regrets.

Pendant 50 ans, le Dr IZZO a travaillé avec beaucoup de grands preneurs de décisions. Il a découvert que, pour de nombreuses personnes âgées, le plus grand regret qu’elles puissent avoir à leur fin de vie, c’est de ne pas avoir concrétisé leurs rêves, de ne pas avoir tenté leur chance. Les gens regrettent ce qu’ils n’ont pas fait, beaucoup plus vite que ce qu’ils ont fait. Leur plus grand regret à la fin de leur vie, c’est d’avoir opté pour la sécurité et de ne pas avoir fait d’erreurs.

Le secret de l’absence de regrets

Lorsque j’ai demandé à ce vieil homme de quelle façon il avait pris des risques importants, il m’a dit :

« Chaque fois que j’évaluais un risque, je commençais par imaginer tout ce que cela pourrait m’apporter de bon. J’échafaudais tout ce qui deviendrait réalité si je réussissais. Et puis, je pensais au pire qui pourrait m’arriver. Je me demandais si j’arriverai à surmonter l’épreuve et je répondais à chaque fois par l’affirmative ».

Un grand nombre d’entre nous vit en faisant le contraire. Lorsqu’un risque se présente, nous imaginons le pire et c’est cette image que nous gardons sous les yeux…

John Izzo, auteur du livre Ce qu'il faut savoir avant de mourir
John Izzo, auteur du livre Ce qu’il faut savoir avant de mourir

Choisissez la voie qui donnera la meilleure histoire

L’année dernière John Izzo s’est vu offert la possibilité de passer un mois en Afrique de l’Est avec 15 autres hommes d’environ 50 ans afin d’y rencontrer les aînés de diverses tribus et de camper dans la nature sauvage. C’était un rêve qui pouvait soudain devenir réalité, mais c’était aussi l’époque de l’année où il était le plus occupé et ce voyage l’obligerait à remettre à plus tard de nombreuses tâches. Mais cette fois, il a rendu visite au vieil homme sur sa véranda.

Il lui a dit : « Lorsque tu auras mon âge, l’argent que tu n’auras pas gagné pendant ce mois ne te manquera pas, et l’Afrique sera dans ton cœur. » Le Dr a fait ce voyage, il a découvert plusieurs cultures fascinantes, il a vu des paysages extraordinaires et sa famille lui a manqué ; ce qui lui a rappelé à quel point elle était importante pour lui. Pendant qu’il était en Tanzanie, il a parlé avec des aînés aborigènes et c’est là bas que l’idée de ce projet a germé. S’il s’était laissé arrêté par son emploi du temps « chargé », il serait passé à côté de l’une des expériences les plus importantes de sa vie…

Vivez comme si le temps était compté

Il se peut très bien qu’il nous reste que 6 mois à vivre et le fait de nous demander comment nous vivrions si le temps nous était compté nous remet sur la voie d’une vie sans regret.

Ne vous laissez pas ronger par les regrets

C’est peut-être le pas en avant que nous faisons après un échec qui détermine souvent le bonheur dans la vie.

Bien sûr, nous aurons toujours des obstacles à surmonter, et cela exigera souvent que nous prenions encore des risques. Nous devrons aimer encore après avoir été blessés ou ignorés. Nous devrons essayer encore après un échec ou un rejet.

Dans son livre Père Riche Père Pauvre, Robert Kiyosaki stipule que l’échec fait partie du succès.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  L'Art de la Méditation
Voici quatre questions qu’il convient de vous poser chaque semaine et qui vous aideront à intégrer ce secret à votre vie :
  • « Quels risques prendriez-vous si vous saviez qu’il ne vous reste plus qu’un an à vivre?
  • « Comment est-ce que je réagis actuellement aux revers que je subis dans ma vie? »
  • « Est-ce que j’ai agi selon mes convictions cette semaine? »
  • « Quel geste est ce que j’effectuerais dans ma vie dès maintenant si je surmontai ma peur et faisais preuve de courage?

Chapitre 5 : La 3ème perle de sagesse : Devenez amour

Une existence sans amour est une vie vide, sans but. – Léo Buscaglia-

Les centaines de conversations que nous avons eues ont clairement montré que l’amour, autant celui qu’on donne que celui qu’on reçoit, est la composante fondamentale d’une vie humaine heureuse et significative.

Il y a trois façons d’intégrer cette perle de sagesse:

  1. Choisir de nous aimer nous-mêmes
  2. Opter de traiter avec amour les gens qui nous sont chers
  3. Choisir de devenir amour dans toutes nos interactions.

Aimez-vous d’abord

Nous avons peu de contrôle sur l’amour que nous pouvons attendre des autres, par contre nous avons le contrôle total sur l’amour que nous pouvons offrir. Si nous devenons une personne aimante, les autres ne peuvent faire autrement que de nous aimer.

Les êtres humains ont en moyenne 45 000 à 55 000 pensées chaque jour, ce qui représente une phénoménale conversation intérieure. Nous nous parlons à nous même toute la journée. La majeure partie de nos pensées est anodine, mais un grand nombre d’entre elles influent grandement sur notre perception de soi.

Par exemple chaque fois que nous nous disons des choses telles que : « Je suis un perdant, je ne suis pas sympathique, je ne suis pas attirant, je ne suis pas un bon parent… » nous commettons des actes qui sapent notre amour de soi.

Il y a une merveilleuse légende dans la tradition Navajo. Un vieil homme dit à son petit fils qu’il a parfois l’impression qu’une bataille se déroule en lui. Il dit qu’il s’agit d’un combat entre deux loups. L’un représente le mal. C’est le loup en colère, de la culpabilité, du ressentiment, de l’infériorité, de la supériorité, de la peur de guérir, le corps et l’esprit, de la peur de réussir, de la peur d’explorer ce qui a été qualifié de vérité par autrui, de la peur de marcher dans les mocassins des autres et d’entrevoir leur réalité dans leurs yeux et leur cœur, et d’utiliser de vides excuses que notre cœur sait fausses.

« Écrivez un objectif sur un carton, mettez-le dans votre poche, regardez-le 12 à 20 fois par jour et faites-le pendant un mois. » John Izzo, auteur du livre Ce qu’il faut savoir avant de mourir

L’autre loup représente la bonté. C’est le loup de la joie, de la paix, de l’amour, de l’espoir, de la sérénité, de l’humilité de la gentillesse, de l’empathie, du soin que l’on apporte à ceux qui nous ont aidés même si leurs efforts n’ont pas été parfaits, du désir de se pardonner à soi-même et aux autres, et de comprendre que notre destin repose entre nos mains.

Le petit fils a réfléchi et a demandé : « Mais grand père, quel loup gagne la bataille? » Son grand-père a répondu : « Celui que je choisis de nourrir« .

Faites de l’amour une priorité

Voilà la réflexion que s’est faite une des personnes interviewées : « J’ai consacré la majeure partie de ma vie à des objets. Les gens venaient toujours loin derrière dans mes priorités. Je constate maintenant que ma BMW ne me rend pas visite dans la maison de repos où j’habite. »

« La connaissance double tous les six mois, mais la sagesse fait défaut. »
John Izzo, auteur du livre Ce qu’il faut savoir avant de mourir

Choisissez de poser un regard bienveillant sur les autres

Une étude réalisée par une grande université a démontré que dans les foyers moyens, le ratio entre les messages négatifs et positifs est de 14 pour 1. Pour chaque commentaire positif que nous faisons à un membre de notre famille, nous en faisons près de 14 qui sont négatifs. Une étude similaire a démontré que l’un des points qui caractérisent les mariages durables et heureux est un ratio de 7 éléments positifs pour un élément négatif dans les communications entre époux.

Voici 4 questions qu’il convient de se poser  chaque semaine et qui vous aideront à intégrer cette perle de sagesse:
  •  » Aujourd’hui, ai-je fait de la place dans ma vie pour mes amis, ma famille et mes relations? »
  •  » Lequel de mes loups ai-je nourri aujourd’hui ou cette semaine? »
  •  » Ai-je passé du temps avec des gens qui me remontent le moral? »
  • « Est-ce que j’ai planté des fleurs ou de mauvaises herbes dans mon esprit? »

Chapitre 6 : La 4ème perle de sagesse : Vivez le moment présent

Vivez chacun de vos jours comme si c’était le dernier ; vous finirez bien par avoir raison. – Léo Buscaglia –

L’un des commentaires les plus entendus au cours de ces entrevues est : « cela passe si vite« .

Lorsqu’on est jeune, 60 ans nous semblent être une éternité, mais lorsqu’on a vécu 60 ans, on se rend compte qu’il ne s’agissait que d’un instant. Nous croyons tous que nous avons une éternité devant nous, mais nous nous rendons compte que ce n’est pas le cas.

Choisissez d’être présent en tout temps

Si nous voulons vivre pleinement, nous devons bannir le mot ENNUI de notre vocabulaire ; à tout instant, nous devons être tout simplement pleinement présents et tirer parti de tout ce que ce moment présent peut nous apporter.

« Chaque jour est un cadeau. »
John Izzo, auteur du livre Ce qu’il faut savoir avant de mourir

Chaque jour est un don

Nous nous disons que nous serons heureux si… ou que nous serons heureux quand… Je ne dis pas qu’il faut planifier ou désirer des choses que nous n’avons pas encore accomplies ou expérimentées. Je dis plutôt que nous trouvons toujours le bonheur lorsque nous sommes capables de vivre dans le moment présent.

Vivez comme si vous admiriez votre dernier coucher de soleil

Au fil des ans, John Izzo a rencontré plusieurs personnes atteintes du cancer. Elles s’entendent généralement pour dire que, au moment du diagnostic, il se produit deux choses. Le temps ne semble plus avoir la même dimension. Soudain, il semble filer à toute vitesse. Et simultanément, il semble ralentir. Soudain, chaque instant et chaque jour sont chéris et vécus pleinement. Souvent, pour la première fois de leur vie, ces personnes savourent chaque instant. On comprend ainsi pourquoi, dans certains groupes de soutien, les patients cancéreux comparent leur maladie à « un don ». Bien qu’il soit difficile d’imaginer que l’on puisse éprouver de la gratitude envers une maladie mortelle, c’est un don que de prendre conscience que chaque jour est infiniment précieux et devrait être vécu pleinement.

Il n’y a pas d’autres moments que le moment présent

Ressasser le passé, et surtout s’attarder sur nos regrets ne peut que dépouiller le moment présent de son aura de bonheur.

Comme l’a dit Léo Buscaglia :

« L’inquiétude ne protège jamais des chagrins de demain, mais éclipse toujours la joie du moment présent! »

Voici 4 questions qu’il convient de vous poser et qui vous aideront à intégrer cette perle de sagesse à votre vie:

  • « Est-ce que j’ai pleinement apprécié tout ce que j’ai fait aujourd’hui? »
  • « Est-ce que j’ai profité de tous les plaisirs qui m’étaient offerts aujourd’hui? »
  • « Ai-je dis la phrase : « Je serais heureux si…? »
  • « Est-ce que j’ai vécu le moment présent aujourd’hui? »

Chapitre 7 : La cinquième perle de sagesse : Donnez plus que vous ne recevez

Un individu ne commence à vivre que lorsqu’il s’élève au-dessus des limites étroites de ses préoccupations individuelles pour embrasser celles beaucoup plus vastes de l’humanité tout entière. – Martin Luther King –

Des funérailles qui durent 10 minutes ou 10 heures

Les gens qui ont été interrogés répétaient souvent que ce qui compte vraiment dans la vie, c’est ce que nous laissons derrière nous, c’est la différence que nous avons faite dans le monde.

Les gens heureux sont toujours des donneurs, et non des preneurs. Ils ne sont peut être pas aussi désintéressés que mère Théresa, mais ils ont découvert que plus nous donnons, plus nous connaissons un grand bonheur.

Demandez à la vie ce qu’elle attend de vous

Victor Frankl, un psychothérapeute juif, a été emprisonné dans un camp de concentration nazi de 1942 à 1945. Il a raconté son expérience dans un livre intitulé « découvrir un sens à la vie avec la logothérapie ». L’une des importantes sections du livre traite de la question du suicide.

Mr Frankl raconte que de nombreux prisonniers songeaient au suicide, ce qui n’a rien d’étonnant étant donné qu’ils avaient tous été brimés, privés de leur liberté, de leur vie, de leur foyer, de leur famille et de leur dignité. Il a constaté que l’on ne peut pas convaincre quelqu’un de demeurer en vie en lui disant que le monde a quelque chose à lui apporter, qu’un certain bonheur l’attend dans l’avenir. Cependant, si on arrive à aider un individu à voir que le monde attend quelque chose de lui, à lui faire comprendre qu’il peut faire le bien autour de lui, il choisit presque toujours la vie. Victor Frankl a conclu que les gens qui savent ce que le monde attend d’eux ne mettent jamais fin à leurs jours.

Lecture recommandée qui accompagne très bien Ce qu’il faut savoir avant de mourir: le livre Les quatre accords toltèques livrent les clés afin de vaincre le jugement, la peur, la haine, les croyances limitantes imposés en nous invitant à rechercher votre identité profonde et vraie afin de découvrir notre liberté personnelle et ainsi construire une vie faite de joie, de bonheur et d’amour inconditionnel.

L’ultime tâche dans la vie : se perdre soi-même

Pendant ces mois où John Izzo a écouté parler ces gens de plus de 60 ans, il a peu à peu pris conscience que nous vivons dans un monde emprunté. Chaque génération « emprunte » le monde de celle qui l’a précédée et l’administre avant de céder à la génération suivante.

Ralph, un sexagénaire, a été élu chef de tribu autochtone de l’île de Vancouver dans l’ouest du Canada. Il n’a pas hérité de ce titre ; celui-ci a été choisi par son peuple à cause de ses qualités personnelles. Il a raconté une très belle histoire à propos d’une expérience qu’il a vécue alors qu’il était adolescent.

« Nous vivons sur la côte de l’océan Pacifique et assistions chaque année à la grande migration du saumon. Nous attendions toujours avec impatience la saison de la pêche, car nous avions besoin de ce poisson pour nous nourrir durant l’hiver. Une année, mes deux frères adolescents et moi sommes montés à bord du bateau avec mon père, tôt le matin. Le saumon était si abondant qu’il ne nous a fallu que quelques heures pour remplir l’embarcation. Mes frères et moi étions très excités et nous avions hâte de rentrer, de débarquer le poisson et de reprendre la mer pour en capturer davantage. »

« Les personnes les plus heureuses avaient fait la paix avec leur vie, tandis que les personnes malheureuses s’attardaient sur les regrets et les occasions manquées. »
John Izzo, auteur du livre Ce qu’il faut savoir avant de mourir

Le chef Ralph a poursuivi : « Lorsque nous avons annoncé à mon père que nous étions prêts à repartir, il a dit : « Non, c’est terminé. » Nous lui avons demandé pourquoi. Nous savions qu’il y avait encore beaucoup de poissons, mais mon père a dit : « Non, nous en avons assez. Nous devons en laisser pour les autres. » Nous avons donc passé les jours suivants à aider les autres membres de la tribu à réparer leurs filets afin que, eux aussi, ils en aient assez. Voilà ce dont je me souviens. »

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Vivre - La psychologie du bonheur

Ces adolescents illustrent tellement bien ce que nous croyons être vrais quand nous sommes jeunes. Nous voulons capturer le plus de poissons possible. Nous croyons que le bonheur réside dans le nombre d’expériences que nous vivons ou de biens que nous accumulons. Plus tard, souvent trop tard, nous découvrons que l’amour, l’altruisme et les relations avec le monde sont la véritable nourriture de l’âme humaine. Le père de Ralph savait que la leçon la plus importante qu’il pouvait donner à ses fils n’avait pas trait aux techniques de pêche, mais au fait que donner est le plus grand plaisir que puisse connaître un être humain.

Cessez de vous apitoyer sur votre sort

Les gens les plus heureux qui ont été interviewés avaient appris à se soucier du sort du monde. Alors que les gens les plus malheureux continuaient à s’apitoyer sur leur propre sort.

Voici 4 questions à vous poser chaque semaine et qui aideront à intégrer cette perle de sagesse dans votre vie :
  • Cette semaine, ai-je contribué, même avec un petit geste, à faire de ce monde un meilleur endroit où vivre?
  • Ai-je été gentil, généreux et charitable cette semaine?
  • Cette semaine, me suis-je davantage soucié des besoins de ma « petite personne » que de ceux de mon « moi plus grand »?
  • De quelle façon est-ce que je souhaite mieux intégrer cette perle de sagesse?

Chapitre 8 : Savoir et agir (la mise en pratique des perles de sagesse)

Le problème avec le sens commun, c’est qu’il n’a rien de commun – Mark Twain –

« Ce qui détermine souvent notre bonheur dans la vie, c’est le pas que nous faisons après un revers. »
John Izzo, auteur du livre Ce qu’il faut savoir avant de mourir

Ce n’est pas savoir qui est le problème

Pensez à toutes ces connaissances que nous avons et que nous ne mettons jamais en pratique. Nous savons que la cigarette peut nous tuer, tout comme le manque d’exercice, de mauvaises habitudes alimentaires et le stress. Nous savons que les relations interpersonnelles sont importantes et souvent fragiles, mais cela ne nous empêche pas de les négliger fréquemment. Aussi, nous savons que l’argent ne fait pas le bonheur, que la vie est courte et que les pensées négatives et destructrices peuvent miner le bonheur.

Nous savons tant de choses, mais ce n’est pas savoir qui est le problème… c’est l’inaction qui est un problème…

L’apprentissage naturel : comment apporter des changements dans votre vie?

Les êtres humains apprennent naturellement en observant, en écoutant et en expérimentant. Cette acquisition précoce du langage n’est pas le fruit d’un enseignement formel, nous observons plutôt nos parents appeler les choses par leur nom. Nous les écoutons parler entre eux et apprenons comment les mots sont agencés. Avec seulement quelques petites rectifications, nous apprenons le vocabulaire et puis nous mettons ces mots ensemble pour former des phrases.

Si la prise de conscience est la 1ère étape du processus d’apprentissage naturel, alors nous pouvons dire que nous agissons en fonction de ce que nous savons. Cette idée toute simple peut avoir une grande influence sur la façon dont nous apportons des changements dans notre vie. Nous devenons ce à quoi nous prêtons attention. Plus nous entretenons quelque chose dans notre conscience, plus nous avons tendance à agir en fonction de cette connaissance.

Ce à quoi nous prêtons attention grandit

Nous pouvons tous connaître une vie mieux remplie si nous réfléchissons davantage. Il suffit de prendre le temps chaque semaine de répondre à une série de questions portant sur les 5 perles de sagesse.

L’union fait la force

Les moines chrétiens ont un dicton : « Restez dans votre cellule et elle vous enseignera tout. » Souvent c’est lorsque nous prenons le temps de réfléchir que nous arrivons à déterminer ce que nous devons faire. Les réponses se trouvent en nous. L’écoute est une discipline essentielle. Nous n’avons qu’une vie, en prenant le temps de réfléchir et d’écouter, nous empêchons notre vie de dériver loin de nos intentions.

Quels sont les rituels dans votre vie?

Fais attention à tes pensées car elles deviennent tes mots. Portes attention à tes mots car ils deviennent tes actions. Fais attention à tes actions car elles deviennent tes habitudes. Fais attention à tes habitudes car elles deviennent ton caractère. Et ton caractère devient ton destin.

L’action sans vision n’est qu’une perte de temps, la vision sans action n’est qu’une rêverie…

Chapitre 9 : Une dernière leçon : Il n’est jamais trop tard pour vivre selon ces perles de sagesse.

Le plus important n’est pas le moment de la découverte des perles de sagesse, mais la découverte elle-même. Peu importe l’âge que nous avons, ou les erreurs que nous avons commises, lorsque nous vivons selon les perles de sagesse, notre vie commence à changer.

Pour terminer voici un proverbe chinois :

« Le meilleur moment pour planter un arbre, c’était il y a 20 ans, mais aujourd’hui c’est presque aussi bien.« 

Conclusion de Guillaume du blog komment devenir riche

Le livre Ce qu’il faut savoir avant de mourir est extraordinaire, il m’a marqué à jamais. J’ai malheureusement perdu mes grands-parents très tôt, je n’ai donc pas eu le temps de profiter de leur sagesse. Cet ouvrage m’a offert un concentré de plus de 200 personnes sages de 60 ans ou plus. Certaines perles de sagesse font déjà partie de ma vie. Mais cette lecture m’a vraiment conforté dans certains de mes choix de vie comme. Être entrepreneur, s’écouter soi plutôt que les autres…

Les anciens insistent principalement sur 2 aspects. Prendre des risques. Car si on n’en prend pas on aura des regrets toute sa vie et le deuxième aspect est s’écouter. Et écouter la petite voix qui est au fond de nous. Cela a agi comme un déclic pour moi, j’ai compris que ma petite voix me disait depuis un moment.  « Guillaume, arrête de travailler autant, tu oublies les choses essentielles de la vie que sont la famille, l’amour, les amis… »

« La plupart des gens ont dit qu’ils n’avaient pas pris suffisamment de risques. »
John Izzo, auteur du livre Ce qu’il faut savoir avant de mourir

Cet ouvrage a donc été déterminant dans mon dernier choix de vie à savoir stopper mon activité qui me rapportait plus ou moins 10 000€/mois. Je suis donc en train de prendre un autre chemin pour vivre la vie à laquelle j’aspire.

Qu’est que Ce qu’il faut savoir avant de mourir peut apporter aux lecteurs ?

Je pense sincèrement que tout le monde devrait lire Ce qu’il faut savoir avant de mourir. Il est tellement rempli de sagesse que chacun peut y trouver de quoi se poser les bonnes questions. Les questions qui forcent à faire son introspection pour savoir si vous viviez la vie que vous souhaitez.

De plus si vous avez encore vos grands-parents, je suis sur que vous aurez une vision différente de vos ainés. Vous passerez surement plus de temps à leur poser des questions et à les écouter. Ils ont certainement eux aussi des perles de sagesse à vous transmettre…

Points forts et points faibles du livre Ce qu’il faut savoir avant de mourir

Points forts :
  • Ce livre fait partie de mon TOP 2 des ouvrages que j’ai pu lire et qui font passer à l’action
  • Il m’a aidé à y voir plus clair sur des décisions que je devais prendre dans ma vie personnelle et professionnelle
  • Certaines histoires sont très émouvantes !!
  • Rapide à lire car très prenant
  • Il y a une foule de citations ou phrases inspirantes
Points faibles :
  • Quelques redondances sur certaines idées
  • J’aurai aimé lire un entretien entier

Le petit guide pratique du livre Ce qu’il faut savoir avant de mourir – Découvrez ce qui compte vraiment avant l’heure de votre mort… de John Izzo.

Les cinq perles de sagesse sur lesquelles est construit le livre Ce qu’il faut savoir avant de mourir – Découvrez ce qui compte vraiment avant l’heure de votre mort… de John Izzo :

1.    Vivre en restant fidèle à soi-même et être animé d’une bonne intention.

2.    Ne laisser aucun regret derrière soi.

3.    Devenir amour.

4.    Vivre le moment présent.

5.    Donner plus qu’on ne reçoit.

Foire Aux Questions (FAQ) du livre Ce qu’il faut savoir avant de mourir – Découvrez ce qui compte vraiment avant l’heure de votre mort… de John Izzo:

1. Comment le public a-t-il accueilli le livre Ce qu’il faut savoir avant de mourir… ?

La mort est un passage obligatoire pour tout être humain, c’est pour cette raison que le livre de John Izzo attire l’attention du commun des mortels, car tout le monde est intéressé par ce qu’il faut savoir avant de mourir.  

 2. Quel est l’impact du livre Ce qu’il faut savoir avant de mourir… de John Izzo?

Cet ouvrage a entraîné des milliers de lecteurs dans un voyage vers la découverte du bonheur et du vrai sens de la vie.

3. À qui le livre Ce qu’il faut savoir avant de mourir… de John Izzo?

Le livre s’adresse à toute personne à la recherche des clés pour une vie plus heureuse et plus utile, quels que soient l’âge, le domaine d’activité et la situation géographique.

4. Sur quoi est basé le livre Ce qu’il faut savoir avant de mourir… de John Izzo ?

Le livre de John Izzo est basé sur une série télévisée qu’il a lui-même conçu et qui est intitulé ‘’Les cinq perles de sagesse qu’il faut connaître avant de mourir ‘’ où il reçoit les personnes de 59 à 105 ans.

5. Quel est le but visé par John Izzo dans son livre Ce qu’il faut savoir avant de mourir… ?

L’auteur montre dans son livre qu’il ne faut pas attendre la vieillesse pour acquérir la sagesse. Il montre par l’expérience de plus de 200 personnes qu’on peut découvrir les cinq perles de sagesse à tout âge.

Les choses qui comptent plus dans la vie versus Les choses qui comptent moins

Les choses qui comptent plus dans la vieLes choses qui comptent moins
Vivre le moment présentNe pas vivre l’instant présent
Vivre pleinementVivre à moitié
Vivre en suivant sa propre voieVivre en suivant le modèle d’autrui
Prendre des risquesAvoir peur d’échouer
S’aimer d’abordSe mettre en second plan
Chercher le savoir (Sagesse)Chercher la connaissance

Qui est John Izzo?

John Izzo : Auteur du livre CE QU'IL FAUT SAVOIR AVANT DE MOURIR

Auteur, conférencier, affairiste et conseiller des entreprises, John Izzo est titulaire d’un B.A. en sociologie et journalisme de l’Université Hofstra en 1979 et d’un diplôme d’études supérieures en théologie de McCormick Theological Seminary à Chicago dans l’Illinois en 1981. Il est également défenseur d’un mode de vie durable. Il est citoyen des États-Unis et du Canada et vit à Victoria, en Colombie-Britannique, et à Rancho Mirage, en Californie. Il est l’auteur du livre ‘’Ce qu’il faut savoir avant de mourir’’ où il entraîne des milliers de lecteurs dans un voyage vers la découverte du bonheur et du vrai sens de la vie.

Avez-vous lu « Ce qu’il faut savoir avant de mourir » ? Combien le notez-vous ?

Visitez Amazon pour lire plus de commentaires sur le livre Ce qu’il faut savoir avant de mourir

Acheter le livre sur Amazon:

Recherches utilisées pour trouver cet article :
ce quil faut savoir, ce quil faut savoir avant de mourir, ce qu\il faut savoir avant de mourir, ce qu\il faut savoir, avant de mourir, mourir, ce que vous devez savoir avant de mourir, tout ce qu\il faut savoir
55 commentaires
  1. Bonjour Guillaume, bonjour à tous,

    Merci pour cette belle chronique. Elle m’a donné envie de lire ce livre.

    Comme tu le dis, si on a encore ses grands-parents, les écouter autant que possible (même si parfois ils sont un peu rasoir:-). Mes grands-parents m’ont transmis la plupart de mes valeurs. Ils ont longtemps été les « sages » sur qui je me référais. Leur tempérament engagé, leur don d’eux-mêmes m’ont beaucoup appris. Après j’ai adapté tout ça à ma sauce 🙂

    Je lirai très prochainement ce livre car, un peu comme tu le faisais, je passe beaucoup de temps à travailler et parfois, j’ai un peu peur de passer à coté de l’essentiel. Il y a des chances que ta chronique arrive à point nommé 🙂

    Bonne journée.

    Angélique

  2. Je ne connaissais pas ce livre, mais l’angle choisi par l’auteur est original (et un peu à contre-courant du jeunisme ambiant, ce qui est toujours bienvenu). Il est vrai que lorsque l’on met nos choix de vie en perspective avec notre vie elle-même, on a tendance à relativiser les problèmes et à aller à l’essentiel.

  3. Bonjour Guillaume,

    Merci pour cette chronique. Le titre du livre m’a interpellé.

    J’ai seulement 22 ans et je me suis rendu compte il y a 1 an que j’avais perdu un temps fou en étant passif les 21 premières années de ma vie et je me suis rendu compte que ma vie n’allait pas.

    Heureusement, j’ai changé et je sais ce que je veux.

    Concernant les pensées, je suis 100% d’accord avec le livre (45 000- 55000 pensées/ jour). Je pratique la méditation 20 minutes par jour et j’observe que mes pensées sont incessantes.

    Dans la vie, on peut avoir tout ce que l’on veut. C’est juste en fonction de notre état d’esprit. Mieux vaut tard que jamais, je l’ai compris il y a 1 an et souhaite réaliser tous mes rêves dès à présent.

    AGIR, et vivre ses rêves sont mes maîtres mots à se dire chaque fois que l’on se lève le matin. 😉

    Je veux être blogueur Pro donc je sais que je le serai car j’agis chaque semaine pour vivre une vie pleine (pas de contraintes horaires, pas de contraintes hiérarchique, pas de contraintes géographique).

    A très vite et merci pour ta chronique. Je lis rarement mais cette chronique m’a bien plu. 😉

  4. très belle chronique!

    je préfère être de ceux qui tirent les leçons des erreurs des autres.

    Par conséquent j’ai choisis d’agir et de réaliser mes rêves.

  5. Whaoouu, une perle de chronique … de sagesse !

    Ca donne vraiment envie de lire, je crois bien que je vais craquer une fois de plus et acheter ce livre juste après mon commentaire.

    Les séries de 4 questions à se poser à soi même sont vraiment très justes et très efficaces !

    Je retiens déjà les deux vérités fondamentales (qu’il est bon de ne jamais oublier) :

    – la durée de notre vie est limitée…
    – nos choix pratiquement illimités…

    Merci Guillaume pour ce partage.

    ps. je ne vais pas attendre de mourir avant de lire ce livre… 😉

  6. Merci Guillaume d’avoir partagé avec nous ta vision de ce livre dans cette excellente chronique. Comme Angelique, cela me donne vraiment envie de le lire.

    Belle journée à tous.

  7. Salut Guillaume.

    Merci pour ce partage, je le lirai bientôt !

    « Ce livre fait partie de mon TOP 2 des ouvrages que j’ai pu lire et qui font passer à l’action  »
    -> Quel est l’autre ouvrage en question ?

    Etienne

  8. « Vivez comme si le temps était compté »: plus j’avance en age et plus cela apparait comme une évidence. 😉

    Quant à écouter les « anciens », et bien je dois dre que depuis tout petit, ça ne me barbe pas du tout. Je suis fasciné par certaines vies, certaines expériences.

    Ecouter les aînés parler est d’une richesse incroyable. 🙂

    Sam

  9. salut a tous .merci guillaume pour ce cadeau.
    cela nous fait vraiment reflechir dune autre maniere.ce connaitre soi meme plus la maitrise est la cle magique je pense.

  10. Merci pour ce beau billet.
    Ca m’a vraiment donné envie de lire ce livre, d’ailleurs j’ai passé commande 🙂
    Comme tu dis on se demande vraiment comment on y a pas pensé plus tôt. Les « anciens » devrait avoir une place plus importante dans notre société, notemment auprès des jeunes. Ils ont l’experience de toute une vie à transmettre et il serait vraiment dommage de s’en privé.

  11. Bonjour Guillaume,
    Merci pour cette fabuleuse chronique que DIEU t'a donné la sagesse d'élaborer afin de susciter l'engouement aux autres d'en prendre connaissance et tirer profit des expériences passées. Dit-on en Afrique '' un vieillard qui meurt est toute une bibliothèque qui brûle''. Merci une fois encore Guillaume.

  12. Merci pour cette présentation , l’importance du savoir des « anciens » ,de leur sagesse et du partage de ce qui est notre « inconscient collectif » , tout se transmet consciemment et inconsciemment , c’est ce que je pense en tous cas
    Ce livre m’interpèle et je vais le lire rapidement
    merci

  13. Oui jolie chronique pleine de positivisme, qui donne envie d’aller plus loin et de se dépasser.

    ça aurait été bien dommage de garder cette mine d’idées à mettre en pratique pour soi…

    Merci à toi Guillaume

  14. Merci pour cette chronique. la lire m’a déja remis quelques idées en place;espérons que cela dure un peu :).
    J’ai hâte de lire le livre!
    Merci, merci, merci!!!!!!!!!

  15. Bonjour à tous,
    Merci pour ce site web qui nous donne pas mal d’information et notamment pour le blog que j’administre mon site qui aide à la création d’entreprise.
    Tes chroniques nous font gagner beaucoup de temps et ta sélection de livres est vraiment intéressante à tout point de vue…
    J’ai beaucoup aimé la semaine de 4h nouvelle version aussi
    Merci à toi Olivier
    KAYS DAKKRIS

  16. Merci Guillaume pour cette chronique, cela m’a vraiment donné envie de lire ce livre !
    Je n’ai plus mes grands parents mais je me rappelle sans arrêt une phrase de mon grand père quand aux craintes que j’avais par rapport à une de mes décisions : il m’avait dit « c’est ton choix, c’est toi qui décide de ce que tu fais ». J’ai mis longtemps avant de comprendre ce qui m’était apparu comme de la désinvolture à l’époque…

  17. Bonjour à tous,

    Je constate que très peu de personne se sont un jour demandé : quel est le sens de ma vie. Je ne dis pas de se poser cette question une fois mais plusieurs fois jusqu’à ressentir cette sensation qu’au final nous ne sommes rien sur cette planète ou dans l’Univers.

    Après avoir fait cet exercice et après avoir vécu (de mon jeune âge et pourtant…), j’en suis arrivé à la conclusion que bien que nous ne soyons rien pour le Monde et l’Univers, nous sommes tout pour les autres. C’est de là que j’ai décidé de devenir Entrepreneur, de vivre de mes propres choix et d’aider les autres dans la voie que j’ai choisi. Et je vous souhaite la même chose! Soyez conscient de chaque moment et de ce que vous voulez en faire.

    Quelle est votre réponse ? Et vous, que voulez-vous faire de votre vie ?

  18. Bonjour

    Je découvre le site de Guillaume en même temps que le livre.
    Malheureusement, notre culture occidentale est encore très fermée aux attitudes décrites dans les extraits du livre alors que ce n’est qu’en agissant comme il y est dit que l’on pourra un jour approcher le vrai Bonheur, la Vérité et le sens à donner à de notre vie.
    Merci aussi à l’auteur qui a su décrire simplement des idées si fortes et si criardes de vérité. Je travaille actuellement sur un projet en rapport avec le très actuel sujet relatif au vieillissement de la population. Ce livre me servira très certainement.
    Contente de mes découvertes de ce jour.
    A bientot

  19. La mort est une légende : Vivre en sachant ceci est bien plus amusant et libérateur d’énergie que de vouloir « tout vivre » n’importe comment et à n’importe quel prix. « Ce qui dramatique ce n’est pas de mourir mais de mourir sans avoir vraiment vécu » D.Millman (dans le guerrier pacifique)

  20. Bonjour , Olivier , je suis une personne qui te suit depuis déjà quelques mois , maintenant , et qui super envouté , par la richesse de tes sites, mais pour l’instant je n’avais pas encore osé , soit participer à une formation, sur le blog , par exemple , soit pour créer une entreprise , ou autre , mais fin de semaine dernière je suis tombé sur ton article concernant le livre de JohnIzzo « ce qu’il faut savoir avant de mourir » , et là bingo j’ai dit il me le faut ce livre et te remercie vivement et sincèrement ,de m’avoir fait decouvrir ce livre ,je l’ai depuis 2 jours et j’en ai deja devore la moitié , il est enivrant , et à 34 ans , ca parait bête , mais ce livre repond a mes differentes interrogations , que j’ai depuis tout petit , recentre les directions prises dans ma vie , me fait relativiser certaines choses ,et va m’aider à vivre mieux surtout ,enfin que du BONHEUR olivier , un grand merci ,a toi continue , tu es genial, maintenant il me faudrait agir sur un blog tu as une formation pour ca ?
    Bien Amicalement yANN

  21. Wow… voilà un livre que je vais commander de ce pas. L’idée est excellente et, à en lire ce résumé, c’est un véritable condensé de sagesse.

    Une seule phrase, qui m’a particulièrement marqué : « Écouter son cœur c’est trouver une activité pendant laquelle on perd la notion du temps!! »

    C’est tellement vrai. Comme disait Confucius : « Ait une activité qui te passionne et tu ne travaillera pas un seul jour de ta vie ».

    Mais s’écouter est parfois ce qu’il y a de plus dur, à cause de la peur, alors qu’il faudrait avancer le cœur léger.

    Merci pour cette fiche. Je suis content d’être tombé dessus. 🙂 Et je te rejoins sur le fait que c’est une chance de connaître ses grands-parents, et surtout, de savoir les questionner et de savoir les écouter.

  22. Ping : Des livres pour changer de vie | Papyfun
  23. Bonjour, jai vraiment aime ce resume passionnant et tres utile en cette periode ma vie… je suis assez contente de constater que je me rapproche de ce que vous qualifiez d’actions sages…
    parcontre, ayant eu des grands parents, je peux vous dire que pour ma part, j’ai au contraire vraiment bien fait de ne pas ecouter ou suivi leurs visions de la vie tres conformiste a des coutumes destructri ces… par consequent je nuance tres clairement la grande importance accordee aux anciens sans distinctions.
    bonne et heureuse vie a tous…

  24. Bonjour ta chronique m’a fait beaucoup pleurer ses sur depuis 2 ans que ma mere et partit je pleure son absence et du mal à avancer sans compter les regrets pourquoi quelque heure àvant qu’elle parte je les regarder dans les yeux en pleurant et je lui et dit faut qu elle arrête de se battre qu elle parte rejoindre sa famille et qu elle était la plus belle chose que j’ai connu dans ma vie je regret tellement peu être elle serai encore de se monté mais non son cœur ses arrêter quelque heure après des remort dès regret de la tristesse et ta chronique m apaise mais où je peu le trouver gratuitement merci Guillaume de ta chronique

  25. Salut!
    Ce serait trop ingrat de lire cette chronique et de garder silence. Accepte, Roland, toute ma gratitude et excellent week-end.

  26. Merci Olivier pour ton site qui a changé ma vie et ma vision du monde 🤓 par ailleurs j’ai une petite suggestion à te faire peut tu résumé le livre d’un des mes mentors « vous êtes né riche » de Bob proctor 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.

15 Partages
Partagez
WhatsApp
Partagez
Tweetez
Enregistrer