Une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie.

Les 5 perles de sagesse que vous devez savoir avant de mourir

Une fois que vous avez vu la vidéo sur les perles de sagesse cliquez ici pour rejoindre gratuitement des milliers d’entrepreneurs passionés de développement personnel en vous abonnant à la chaîne Youtube !

 

Ressources de la vidéo sur perles de sagesse :

Transcription texte (littérale) sur les 5 perles de sagesse:

Comment vivre une vie qui vaut vraiment la peine d’être vécue ?

Il y a beaucoup de manières de répondre à cette question.

John Izzo a une démarche originale et intéressante puisqu’il s’est dit que la manière d’y répondre serait de demander aux gens qui ont vraiment vécu une vie qui vaut la peine d’être vécu de partager les petites choses qui font la différence, les petites choses qui font tout le sel de la vie et que la plupart des gens oublient.

Donc, il a interrogé plus de 200 personnes de 59 à 105 ans. Il en a d’ailleurs fait une émission de télé et un livre.

Voici le résumé de son livre « Ce qu’il faut savoir avant de mourir ».

Ce livre est basé sur une série télévisuelle que John Izzo a conçu puis intitulé « Les cinq perles de sagesse qu’il faut connaitre avant de mourir ».

L’auteur a écrit ce livre car il a cherché toute sa vie en quoi consiste une vie bien remplie et significative. Très jeune déjà, il voulait connaitre les perles de sagesses qui lui permettraient de bien vivre et de mourir heureux.

Son père est décédé à l’âge de 36 ans lorsqu’il avait 8 ans. Pour cette raison, cette quête lui est apparue encore plus urgente. La vie peut être courte et nous ne savons jamais combien de temps il nous reste pour découvrir les perles de sagesse du bonheur.

Il a donc interviewé 235 personnes âgées de 59 à 105 ans sélectionnées sur 15 000. Du coiffeur du village au professeur, du propriétaire d’entreprise à l’écrivain, du prêtre au poète, du survivant de l’holocauste au chef aborigène, du musulman à l’hindou, du bouddhiste au chrétien… Ils ont cherché à avoir la réponse à différentes questions dont la plus importante est : Que devons-nous savoir avant de mourir ?

Voici l’un des aspects les plus profonds que l’auteur et son équipe ont appris avec clarté : malgré les nombreuses différences qui caractérisaient ces gens (les différences d’âge, de religion, de culture, de profession, d’éducation, de statut économique), ils partageaient tous les mêmes perles de sagesse d’une vie bien remplie.

Il semble que ce qui compte vraiment passe outre toutes les frontières qui nous séparent les uns des autres.

Ce livre est fondé sur une unique prémisse : il n’est pas nécessaire d’attendre d’être vieux pour devenir sage. On peut découvrir les perles de sagesse de la vie à n’importe quel âge. Et plus tôt nous le faisons, plus notre vie sera épanouie.

Pourquoi certaines personnes trouvent-elles un sens à leur vie et meurent-elles heureuses ?

Pour vivre avec sagesse, nous devons reconnaitre qu’il existe deux vérités fondamentales dans la vie de tout être humain. La première, c’est que la durée de notre vie est limitée et indéterminée. Elle peut durer 100 ans ou 30 ans.

La seconde, c’est que pendant ce laps de temps, nous avons un choix pratiquement illimité de moyen d’utiliser ce temps. Et ce sont ces choix qui définissent finalement notre vie.

Nous ne naissons pas avec un manuel d’instruction, et l’horloge commence à faire tic-tac dès notre arrivée dans ce monde.

Pour jouir pleinement de cette vie, il faut davantage de sagesse que de connaissance. La sagesse est différente et fondamentalement plus importante que la connaissance. Nous vivons à une époque où les connaissances doublent tous les six mois alors que la sagesse est rare.

La sagesse est l’habilité à reconnaitre ce qui a de l’importance et ce qui n’en a pas. Tant que nous ne découvrons pas ce qui compte, le véritable sens de la vie nous échappe.

Les êtres humains ne meurent pas tous de la même façon. Certaines personnes meurent après avoir connu une vie guidée par un but profond et avec peu de regrets. Ces personnes parviennent au crépuscule de leur vie avec le sentiment intime d’avoir pleinement vécu. D’autres meurent dans l’amertume car elles sont passées à côté de ce qui compte vraiment.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Ce qu'il faut savoir avant de mourir : Découvrez ce qui compte vraiment avant l'heure de votre mort

Donc, les deux choses que nous souhaitons par-dessus tout, c’est de trouver le bonheur et un sens à notre vie.

« Trouver le bonheur » signifie que chaque être humain souhaite faire l’expérience de la joie et d’un profond sentiment de satisfaction. Mais le bonheur n’est pas assez pour nous, êtres humains, nous voulons aussi découvrir le sens de la vie.

Pendant les entrevues que l’auteur a réalisées, il a constaté que les gens heureux de par leur façon de vivre connaissaient tous ces perles de sagesse. Toutefois, il ne suffit pas de les connaitre.

On connait tous des choses que nous ne mettons pas en pratique. On sait que l’exercice est bon pour nous, qu’une alimentation équilibrée est un gage de bonne santé, que le tabagisme est néfaste, que les relations sont plus importantes que les biens matériels.

Pratiquement tout le monde sait ça, mais très peu de gens mettent en pratique tous ces éléments.

La première perle de sagesse, c’est : vous devez demeurer fidèle à vous-même et vous devez vivre en étant animé d’une intention.

Ce qui distingue ceux qui vivent bien et meurent heureux de la majorité d’entre nous, c’est qu’ils se demandent constamment s’ils mènent la vie qu’ils souhaitent et ils écoutent leur cœur pour trouver la réponse à la question. Ils choisissent de vivre éveillés.

Et à moins de continuellement réfléchir à votre vie pour vous assurer de ne pas dévier votre trajectoire, il y a de fortes chances que vous vous retrouviez en train de vivre la vie de quelqu’un d’autre. Ce qui veut dire que vous réaliserez à la fin de votre vie que vous avez suivi une vie, un idéal, des objectifs qui n’étaient pas les vôtres.

Demeurer fidèle à soi-même, c’est écouter cette voix qui nous appelle même si les autres ne peuvent pas l’entendre.

Voici quatre questions à se poser chaque semaine qui vous aideront à intégrer cette perle de sagesse dans votre vie.

1- Est-ce que cette semaine ou cette journée a été satisfaisante ?

2- Cette semaine, est-ce que j’ai été le genre de personne que je veux être ?

3- Est-ce que j’écoute mon cœur en ce moment ?

4- Comment est-ce que je peux vivre cette perle de sagesse plus intensément la semaine prochaine ?

La deuxième perle de sagesse, c’est : vous ne devez laisser aucun regret derrière vous.

Harriet Beecher Stowe disait : « Les larmes les plus amères que l’on verse sur les tombes viennent des mots que l’on n’a pas dits, des choses que l’on n’a pas faites ».

Le regret est sans doute ce que nous craignons le plus. Nous ne voulons pas examiner notre vie et souhaiter avoir fait les choses autrement.

D’après ce que l’auteur a appris au cours des 30 dernières années, ce qui a été validé par ses entrevues, la mort n’est pas ce que nous craignons le plus.

Lorsque nous avons vécu pleinement et accompli ce que nous espérions accomplir, nous pouvons accepter la mort avec grâce. Ce que nous craignons le plus, c’est de ne pas avoir vécu au maximum, d’arriver au crépuscule de notre vie et d’avoir à prononcer ces mots : « J’aurai dû… ».

À la fin de notre vie, nous ne regrettons pas les risques que nous avons pris même s’ils n’ont pas donné les résultats escomptés. Personne ne dit regretter d’avoir tenté quelque chose et d’avoir échoué. Au contraire, la majorité des gens disent ne pas avoir pris assez de risques.

L’échec n’est pas le regret qui hante la majorité des gens, c’est plutôt le fait d’avoir choisi de ne pas risquer d’échouer.

On ne peut pas garantir le succès, mais nous pouvons garantir l’échec en choisissant de ne rien tenter.

Pour connaitre une vie exempte de regrets, il faut prendre davantage de risques.

Chaque fois que nous optons pour la sécurité, nous éloignons un peu plus de notre moi véritable. Chaque fois que nous choisissons de ne pas tendre vers ce que nous voulons, nous plantons les graines de futurs regrets.

Pendant 50 ans, le Docteur Izzo a travaillé avec beaucoup de grands preneurs de décision. Il a découvert que pour des nombreuses personnes âgées, le plus grand regret qu’elles puissent avoir à la fin de leurs vies, c’est de ne pas avoir concrétisé leurs rêves, de ne pas avoir tenté leurs chances.

Les gens regrettent ce qu’ils n’ont pas fait beaucoup plus vite que ce qu’ils ont fait. Leur plus grand regret à la fin de leur vie, c’est d’avoir opté pour la sécurité et, donc, de ne pas avoir fait d’erreurs.

Le secret de l’absence de regret

Lorsqu’on a demandé à un vieil homme de quelle façon il avait pris des risques importants, il a dit : « chaque fois que j’évaluais un risque, je commençais par imaginer tout ce que cela pourrait m’apporter de bon. J’échafaudais tout ce qui deviendrait réalité si je réussissais. Et puis, je pensais aux pires qui pouvaient m’arriver. Je me demandais si j’arriverai à surmonter l’épreuve et je répondais à chaque fois par l’affirmative. »

Un grand nombre d’entre nous vit en faisant le contraire.

Lorsqu’un risque se présente, nous imaginons le pire. Et c’est cette image que nous gardons sous les yeux.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  TROP VITE ! Pourquoi nous sommes prisonniers du court terme

Donc, vivez comme si le temps était compté.

Il se peut très bien qu’il ne nous reste que 6 mois à vivre, et le fait de demander comment nous vivrions si le temps nous était compté nous remet sur la voie d’une vie sans regret.

Ne vous laissez pas non plus ronger par les regrets.

C’est peut-être le pas en avant que nous faisons après un échec qui détermine souvent le bonheur dans la vie.

Bien sûr, nous aurons toujours des obstacles à surmonter et cela exigera souvent que nous prenions encore des risques. Nous devrions aimer encore après avoir été blessés ou ignorés. Nous devrions essayer encore après un échec ou un rejet.

Voici quatre questions qu’il convient de vous poser chaque semaine et qui vous aideront à intégrer ce secret à votre vie :

1- Quels risques prendriez-vous si vous saviez qu’il ne vous reste plus qu’un an à vivre ?

2- Comment est-ce que je réagis actuellement au revers que je subis dans ma vie ?

3- Est-ce que j’ai agi selon mes convictions cette semaine ?

4- Quel geste est-ce que j’effectuerais dans ma vie dès maintenant si je surmontais ma peur et faisais preuve de courage ?

La troisième perle de sagesse est : devenez amour.

Les centaines de conversations que l’auteur a eues ont clairement montré que l’amour, autant celui qu’on donne que celui qu’on reçoit, est la composante fondamentale d’une vie humaine heureuse et significative.

Il y a trois façons d’intégrer cette perle de sagesse, en choisissant de :

– nous aimer nous-même,

– traiter avec amour les gens qui nous sont chers,

– devenir amour dans toutes nos interactions.

Aimez-vous d’abord.

Nous avons peu de contrôle sur l’amour que nous pouvons attendre des autres. Par contre, nous avons le contrôle total sur l’amour que nous pouvons offrir.

Si nous devenons une personne aimante, les autres ne peuvent faire autrement que de nous aimer.

Les êtres humains ont en moyenne 45 000 à 55 000 pensées chaque jour, ce qui représente une phénoménale conversation intérieure.

Nous nous parlons à nous-même toute la journée. La majeure partie de notre pensée est anodine. Mais un grand nombre d’entre elles influent grandement sur notre perception de nous-même.

Par exemple : chaque fois que nous disons des choses telles que : « je suis un perdant, je ne suis pas sympathique, je ne suis pas attirant, je ne suis pas un bon parent…. », nous commettons des actes qui sapent notre amour de nous-même.

Donc, voici quatre questions qu’il convient de se poser chaque semaine et qui vous aideront à intégrer cette perle de sagesse :

1- Aujourd’hui, est-ce que j’ai fait de la place dans ma vie pour mes amis, ma famille ou mes relations ?

2- Lequel de mes loups intérieurs ai-je nourri aujourd’hui ou cette semaine ?

3- Ai-je passé du temps avec des gens qui me remontent le moral ?

4- Est-ce que j’ai planté des fleurs ou des mauvaises herbes dans mon esprit ?

La quatrième perle de sagesse est : vivez le moment présent.

Un des commentaires les plus entendus au cours de ces entrevues, c’est : « cela passe si vite ».

Lorsqu’on est jeune, 60 ans nous semblent être une éternité. Mais lorsqu’on a vécu 60 ans, on se rend compte qu’il ne s’agissait que d’un instant.

Nous croyons tous que nous avons une éternité devant nous, mais nous nous rendons compte que ce n’est pas le cas.

Donc, choisissez d’être présent en tout temps.

Si nous voulons vivre pleinement, nous devons bannir le mot « ennui » de notre vocabulaire. À tout instant, nous devons être tout simplement pleinement présents et tirer parti de tout ce que ce moment présent peut nous apporter.

Et chaque jour est un don.

Nous nous disons que nous serons heureux si… ou que nous serons heureux quand… Je ne dis pas qu’il ne faut pas planifier ou désirer des choses que nous n’avons pas encore accomplies ou expérimentées. Je dis plutôt que nous trouvons toujours le bonheur lorsque nous sommes capables de vivre dans le moment présent.

Il n’y a pas d’autres moments que le moment présent.

Ressasser le passé et surtout s’attarder sur le regret ne peut que dépouiller le moment présent de son aura de bonheur.

Comme l’a dit Leo Buscaglia : « l’inquiétude ne protège jamais des chagrins de demain, mais éclipse toujours la joie du moment présent ».

Donc, voici quatre questions qu’il convient de vous poser et qui vous aideront à intégrer cette perle de sagesse à votre vie.

1- Est-ce que j’ai pleinement apprécié tout ce que j’ai fait aujourd’hui ou cette semaine ?

2- Est-ce que j’ai profité de tous les plaisirs qui m’étaient offerts aujourd’hui ?

3- Est-ce que je me suis surpris à dire « je serais vraiment heureux si… » ?

4- Est-ce que j’ai vécu le moment présent aujourd’hui ?

La cinquième perle de sagesse est : donnez plus que vous ne recevez.

Les gens qui ont été interrogés répétaient souvent que ce qui compte vraiment dans la vie, c’est ce que nous laissons derrière nous. C’est la différence que nous avons faite dans le monde.

Les gens heureux sont toujours des donneurs et non des preneurs. Ils ne sont peut-être pas aussi désintéressés que mère Théresa, mais ils ont découvert que plus nous donnons, plus nous connaissons un grand bonheur.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Être heureux, ce n’est pas nécessairement confortable

Demandez à la vie ce qu’elle attend de vous.

Viktor Frankl, un psychothérapeute juif, a été emprisonné dans un camp de concentration de nazi de 1942 à 1945. Il a raconté son expérience dans un livre intitulé «Découvrir un sens à la vie avec le logothérapie ».

L’une des importantes sections du livre traite de la question du suicide.

Monsieur Frankl raconte que de nombreux prisonniers songeaient au suicide. Ce qui n’a rien d’étonnant étant donné qu’ils avaient tous été brimés, privés de leur liberté, de leur vie, de leur foyer, de leur famille, de leur dignité. Il a constaté qu’on ne peut pas convaincre quelqu’un de demeuré en vie en lui disant que le monde a quelque chose à lui apporter, qu’un certain bonheur l’attende dans l’avenir.

Cependant, si on arrive à aider un individu à voir que le monde attend quelque chose de lui, à le faire comprendre qu’il peut faire le bien autour de lui, il choisit presque toujours la vie.

Victor Frankl a conclu que les gens qui savent ce que le monde attend d’eux ne mettent jamais fin à leurs jours.

Donc, cessez de vous apitoyer sur votre sort.

Les gens les plus heureux qui ont été interviewés avaient appris à se soucier du sort du monde, alors que les gens les plus malheureux continuaient à s’apitoyer sur leur propre sort.

Voici quatre questions à vous poser chaque semaine et qui vous aideront à intégrer à cette perle de sagesse dans votre vie.

1- cette semaine, ai-je contribué, même avec un petit geste, à faire de ce monde un meilleur endroit où vivre ?

2- ai-je été gentil, généreux et charitable cette semaine ?

3- Cette semaine, me suis-je davantage soucié de ma petite personne que tous ceux de mon moi plus grand ?

4- De quelle façon est-ce que je souhaite mieux intégrer cette perle de sagesse ?

Parlons du fait de savoir et agir, de comment mettre en pratique des perles de sagesse ?

Ce n’est pas savoir qui est le problème.

Pensez à toutes ces connaissances que nous avons et que nous ne mettons jamais en pratique.

Nous savons que la cigarette peut nous tuer, tout comme le manque d’exercice, les mauvaises habitudes alimentaires et le stress. Aussi, nous savons que les relations interpersonnelles sont importantes et souvent fragiles, mais cela ne nous empêche pas de les négliger fréquemment.

Nous savons que l’argent ne fait pas le bonheur, que la vie est courte et que les pensées négatives est destructrices peuvent miner le bonheur.

Nous savons tant de choses, mais ce n’est pas savoir qui est le problème, c’est l’inaction qui est un problème.

Les êtres humains apprennent naturellement en observant, en écoutant et en expérimentant. L’acquisition précoce du langage n’est pas le fruit d’un enseignement formel.

Nous observons plutôt nos parents appeler les choses par leurs noms. Nous les écoutons parler entre eux et apprenons comment les mots sont agencés.

Avec seulement quelques petites rectifications, nous apprenons le vocabulaire et nous mettons ces mots ensemble pour former des phrases.

Si la prise de conscience est la première étape du processus d’apprentissage naturel, alors nous pouvons dire que nous agissons en fonction de ce que nous savons.

Cette idée toute simple peut avoir une grande influence sur la façon dont nous apportons des changements dans notre vie. Nous devenons ce à quoi nous prêtons attention. Plus nous entretenons quelque chose dans notre conscience, plus nous avons tendance à agir en fonction de cette connaissance.

Et ce à quoi nous prêtons attention grandit.

Nous pouvons tous connaitre une vie meilleure et remplie si nous réfléchissons davantage. Il suffit de prendre le temps chaque semaine de répondre à cette petite série de questions portant sur les 5 perles de sagesse.

Quels sont les rituels dans notre vie ? Il faut faire attention à tes :

Pensées car elles deviennent tes mots.

Mots car elles deviennent tes actions.

Actions car elles deviennent tes habitudes.

Habitudes car elles deviennent ton caractère. Et ton caractère devient ton destin.

L’action sans vision n’est qu’une perte de temps, la vision sans action n’est qu’une rêverie.

Une dernière leçon, c’est qu’il n’est jamais trop tard pour vivre selon ces perles de sagesse.

Le plus important n’est pas le moment de la découverte des perles de sagesse, mais la découverte elle-même.

Peu importe ce que nous avons ou les erreurs que nous avons commises, lorsque nous vivons selon les perles de sagesse, notre vie commence à changer.

Pour terminercet article sur les perles de sagesse, voici un proverbe chinois : « Le meilleur moment pour planter un arbre, c’était il y a 20 ans, mais aujourd’hui, c’est presque aussi bien ».

Recherches utilisées pour trouver cet article :
https://des-livres-pour-changer-de-vie com/les-5-perles-de-sagesse-que-vous-devez-savoir-avant-de-mourir/
9 commentaires
  1. Le titre de l’article me paraissait ambitieux.
    Je ne connaissais pas l’auteur du livre ni le livre.
    Je viens de l’acheter et vais le dévorer.
    Merci beaucoup pour ce partage Olivier.

  2. rien que ce résumé indique à quel point ce livre vaut la peine d’être lu. Il apportera sans conteste des pistes à même de pendre des décisions importantes pour aller de l’avant. merci pour cet excellent article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.

Partagez
WhatsApp
Partagez
Tweetez
Enregistrer