The Unwritten Laws of Business

image

Traduction : Les lois non écrites du Business

 

The unwritten laws of Business - Les lois non écrites du Business - Couverture

Phrase-résumée du livre The Unwritten Laws of Business : Pour réussir sa carrière, il est nécessaire de comprendre et appliquer de nombreuses règles non écrites en rapport avec le travail, le responsable hiérarchique, les collègues, le management de projets, l’organisation des structures, ce que les managers attendent de leurs subordonnés, notre caractère, notre personnalité, notre développement personnel ; parfois ces lois semblent l’évidence même mais toutes celles présentées dans The Unwritten Laws of Business sont régulièrement oubliées.

De W.J. King, avec des révisions et additions de James G. Skakoon, 100 pages, publié en 1944 (première édition sous le nom The unwritten laws of Enginnering), et en 2001 (édition révisée actuelle).

Résumé et chronique du livre :

Ce petit livre (par la taille) est l’exemple même d’un texte universel court et concis qui dépasse les générations et les spécialités. Publié pour la première fois en 1944 sous le titre The unwritten laws of Enginnering (Les lois cachées de l’Ingénierie), il a été republié avec un léger toilettage en 2001 sous le même titre.

L’histoire est ensuite rocambolesque : William H. Swanson, PDG de l’énorme entreprise de la défense américaine Raytheon (73 000 employés) a sorti en 2005 un livre intitulé Swanson’s Unwritten rules of Management (les règles non écrites du Management par Swanson), qui a été révélé par le New York Times comme un plagia du classique de 1944. Avant cette révélation,The Unwritten Laws of Business a eu un très bon succès, s’attirant les critiques positives de leaders comme Warren Buffet (milliardaire Américain et homme le plus riche du monde – hé oui, il a détrôné Bill Gates 😉 ) ou Jack Welch (ancien PDG de la General Electric).

WIlliam Swanson a reconnu les faits et s’est excusé. Du coup, l’attention du public s’est tournée vers l’oeuvre originale, que son éditeur a fort intelligemment renommé sous son titre actuel, qui traduit bien l’universalité de son contenu.

Car s’il a été conçu par un ingénieur pour des ingénieurs, les 63 règles qu’il propose dépassent largement ce cadre et s’adresse à toute personne amenée à travailler en équipe, que vous soyez tout en bas ou en tout en haut de l’échelle. Certaines peuvent sembler évidentes, mais selon l’auteur, elles sont toutes sans exception fréquemment oubliées dans les organisations, de la petite association de quartier à la multinationale.

Voici les 63 règles, avec un résumé de la plupart d’entre elles – je n’ai pas détaillé celles qui sont suffisamment explicites par elles-mêmes :

Partie 1 : Ce qu’un débutant doit apprendre immédiatement

Chapitre 1 : En relation avec le travail

#1 : Aussi subalternes et triviales que peuvent sembler vos premières missions, donnez leur vos meilleurs efforts.

Ne pensez pas que les tâches mineures sont en dessous de votre dignité et de votre éducation. Certes vous souhaitez prouver votre valeur sur des projets majeurs, mais n’oubliez pas que le diable est dans les détails, et que si vous faites bien votre job, le futur s’occupera de lui tout seul.

#2 : Démontrez votre capacité à accomplir les choses.

Montrez que vous avez 1) de l’initiative, 2) des ressources ou de l’ingéniosité et 3) de la persistance et de la ténacité. S’il vous manque la troisième qualité, votre efficacité sera grandement réduite, même si vous êtes brillant.

#3 : Pendant la réalisation d’un projet, n’attendez passivement de personne – fournisseurs, commerciaux, collègues, superviseurs – qu’ils gèrent eux-même leurs délais de livraison ; suivez-les et rappelez-les implacablement à leurs engagements.

Ne croyez pas qu’il suffit de faire requête ou de donner un ordre. Tracez, suivez, motivez.

#4 : Confirmez vos instructions et les engagements des autres personnes par écrit.

Ce n’est pas parce que quelqu’un a donné son accord – verbal – pour faire quelque chose que cette chose sera faite. Le temps passé pour mettre par écrit vos instructions et les engagements des autres est un excellent investissement.

#5 : Quand vous faites un voyage d’affaires, quel qu’il soit, préparez-vous, effectuez le business jusqu’à ce qu’il soit terminé, et donnez suite à votre retour.

#6 : Développez une attitude “Allons voir !”

Quand quelqu’un vient vous exposer un problème de terrain, dites-lui “allons voir” et levez-vous au lieu de rester engoncé dans votre siège à spéculer sur les causes et solutions en espérant tout régler.

#7 : Évitez de donner l’apparence de vaciller.

Ne donnez pas l’impression que ce que vous dites ou pensez dépend de la dernière personne à qui vous avez parlé. N’exprimez pas une opinion tant que vous n’avez pas raisonnablement étudié la question.

#8 : Ne soyez pas timide – parlez – exprimez vous et promouvez vos idées.

Ne croyez pas que votre job est simplement de faire ce qu’on vous dit de faire. La personne calme et timorée qui ne dit rien passe souvent pour n’avoir rien à dire.

#9 : Efforcez-vous d’être concis et clair dans vos rapports oraux et écrits.

Évitez absolument d’être une de ces personnes qui prend une demi-heure pour expliquer ce qui aurait pu l’être en une minute. Soyez courts et précis, soyez efficace. Les autres vous demanderont plus souvent votre avis et vous augmenterez votre influence.

#10 : Soyez extrêmement vigilant quant à la précision de vos déclarations.

Évitez de deviner quand vous ne connaissez pas la réponse à une question directe. On perdra confiance en vous. Si vous ne savez pas, dites-le, et dites aussi “je vais trouver la réponse”.

Chapitre 2 : En relation avec votre superviseur

#11 : Tous les managers doivent savoir ce qui se passe dans leur domaine.

Ce principe est élémentaire et fondamental. C’est une fondation sans laquelle tout le reste s’écroule.

#12 : Une des premières choses que vous devez à votre superviseur est de l’informer de tous les développements significatifs.

Règle corollaire de la #11. Sachez toutefois doser la quantité d’informations que vous donnez à votre supérieur. Plus vous saurez donner de l’information pertinente (le signal) plutôt que des futilités (le bruit), plus vous serez apprécié. Mais il vaut mieux risquer un “Ne m’ennuyez pas avec tant de détails” qu’un “Pourquoi personne ne m’a pas parlé de cela ?”

#13 : Ne négligez pas la vérité tenace que votre superviseur direct est votre boss.

N’oubliez pas cette vérité fondamentale : vous travaillez pour une société, un service, votre équipe, votre famille, vous-même, mais n’oubliez pas que principalement, vous travaillez pour votre superviseur, le manager à qui vous rendez directement des comptes.

#14 : Soyez aussi particulier que vous le pouvez dans la sélection de votre superviseur.

Pour la plupart des débutants, l’influence de leurs collègues et supérieurs est déterminante pour façonner leur personnalité professionnelle. Dans la mesure du possible, choisissez un supérieur qui pourra être un excellent mentor.

#15 : Quel que soit ce que veut votre superviseur, cela prend la plus haute priorité.

Quand votre superviseur vous demande quelque chose, ne pensez pas que vous avez mieux à faire. Prenez comme règle que votre boss a de bonnes raisons de vouloir que le travail soit fait.

#16 : Quand votre manager vous demande de faire quelque chose, on attend de vous que vous fassiez exactement cela.

Quand votre manager vous demande de faire quelque chose, vous avez deux réponses possibles : 1) faire exactement ce qu’il a demandé, 2) le voir et parler avec lui de sa demande. Il est inacceptable de ne pas la faire, ou de faire quelque chose de différent à la place.

#17 : Ne soyez pas trop anxieux à l’idée de reporter ou de ne pas adhérer aux instructions de votre manager.

Voici l’autre versant du sujet couvert par les deux règles précédentes : une déférence ou une soumission excessive est un véritable repoussoir. Souvent, un programme ou un projet est une proposition, plutôt qu’un édit. N’hésitez pas à proposer des idées et des modifications.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  45 méthodes efficaces pour Recruter avec discernement

Chapitre 3 : Les relation avec vos collègues et les personnes extérieures

#18 : N’envahissez jamais le domaine de n’importe quel autre service ou département sans le consentement de son responsable.

En effet personne n’aime se faire violer son territoire, les interférences provoquent en général erreurs et confusions, et si vous faites le travail de quelqu’un d’autre, vous être probablement en train de négliger le vôtre. De plus, personne ne vous remerciera pour avoir fait le boulot de quelqu’un d’autre au prix de votre propre travail.

#19 : Dans toutes les transactions faites attention à inclure toutes les personnes qui ont le droit d’y être.

Faites attention à ne léser personne et à négliger les intérêts d’un département ou d’un individu. Même si cela ne fait pas de mal apparent, cela aura la plupart du temps un effet sur le moral et l’ambiance assez sérieux.

#20 : Cultivez l’habitude de rechercher les opinions et les conseils des autres personnes.

Particulièrement au début de votre carrière, vous ne pouvez pas espérer tout savoir. Donc demandez. En particulier, si l’on vous reproche quelque chose, demandez “Quelle est votre recommandation ?”. Votre contradicteur aura souvent des idées à ce sujet.

les relations entre collègues travailler en équipe

#21 : Les promesses, les planifications et les estimations sont des instruments nécessaires et importants dans une entreprise bien organisée.

Beaucoup de personnes ne le réalise pas, et essaient d’esquiver leur responsabilité dans leurs engagements. A vous de baser vos promesses sur une estimation raisonnablement précise du travail que cela va vous demander, et du délai nécessaire pour que les autres personnes impliquées vous fournissent ce dont vous avez besoin.

#22 : Quand vous n’êtes plus satisfait du service d’un autre département, faites vos réclamations à la personne la plus directement responsable pour la fonction impliquée.

Se plaindre auprès d’un superviseur de l’agissement de quelqu’un créé de forts ressentiments et ne devrait être utilisé qu’en tout dernier recours. Expliquez directement à la personne concernée vos attentes et donnez lui une seconde chance.

#23 : En ayant affaire à des clients et des personnes extérieures, rappelez-vous que vous représentez l’entreprise, avec l’apparence de la responsabilité et l’autorité totale.

Même si vous êtes sorti de l’école il y a quelques mois, la plupart des clients vous regarderont comme l’agent représentant votre entreprise. Soyez vigilant dans vos engagements.

Partie 2 : En rapport surtout avec les Managers

Chapitre 4 : Le comportement individuel et technique

#24 : Tous les managers doivent savoir ce qui se passe dans leur domaine.

Cette règle est répétée pour souligner son importance, et elle fonctionne dans les deux sens.

#25 : N’essayez pas de tout faire par vous-même.

Voici l’une des propositions avec laquelle tout le monde sera d’accord et qui sera la plus souvent transgressée. Vous devez déléguer des responsabilités même si vous pouviez tout faire par vous même.

#26 : Mettez les choses les plus importantes en premier.

Il n’y a en général pas de temps pour tout faire, donc faites en premier les choses les plus importantes (c’est exactement le principal conseil donné par GTD)

#27 : Cultivez l’habitude de réduire les situations compliquées à leurs plus simples composants.

La faculté de réduire des situations en apparence compliquées à leurs bases, leurs éléments essentiels, est une forme de sagesse qui n’est pas forcément liée à l’expérience. Faites d’une habitude le fait d’intégrer, de condenser, de résumer, et de simplifier vos faits plutôt que des les étendre, de les ramifier, des les compliquer, et de les désintégrer.

#28 : Ne soyez pas excité pendant les urgences – gardez les pieds sur terre.

La plupart des crises ne sont pas à moitié aussi grave qu’elles semblent l’être. Gardez la tête froide.

#29 : Les réunions ne devraient jamais être trop larges ou trop petites.

Gérer de larges réunions avec de nombreuses personnes demandent beaucoup de compétence. La plupart des petites réunions (3 ou 4 persones) peut en général s’occuper de la majorité des problèmes d’un projet ou d’un programme.

#30 : Cultivez l’habitude de prendre des décisions rapides et précises.

C’est la part la plus importante et la plus difficile du travail d’un manager. Prenez vos décisions quand vous avez un nombre raisonnable d’informations pour la prendre, dites-vous que nous n’avez pas à avoir raison tout le temps – un bon manager n’a besoin d’avoir raison que 51% du temps, bien qu’une meilleure marge vous servira proportionnellement mieux – et comprenez qu’il est futile de garder tout le monde heureux.

#31 : Ne négligez pas la valeur d’une bonne préparation avant d’annoncer une décision majeure ou un changement de politique.

Quand le temps le permet, c’est user de bonne politique et de bonne diplomatie que de préparer le terrain pour une annonce majeure.

[ad#ban-bas]

Chapitre 5 : Gérer des projets

#32 : Apprenez les techniques et compétences de gestion de projets, puis appliquez les aux activités que vous gérez.

Apprenez les procédures standard de votre entreprise et les techniques couramment utilisées pour manager des projets.

#33 : Planifiez votre travail bien avant de le mettre en production afin de tenir les délais sans être dans un rush de dernière minute.

#34 : Faites attention à l’attrait du “tout confort”.

Trop de préoccupations quant à la sécurité peut conduire à un plus grand danger et à de l’insécurité.

#35 : N’hésitez pas à “geler” un projet quand son développement a progressé suffisamment.

Bien sûr il n’est pas toujours facile de dire à quel point l’on a progressé “suffisamment”, mais en général c’est le cas lorsque le projet a atteint les spécifications souhaitées et consommé son budget. Ne pêchez pas par perfectionnisme.

#36 : Passez en revue constamment votre projet pour être certain que les bénéfices actuels sont en ligne avec coûts en argent, temps, et ressources humaines.

#37 : Faites-vous une règle de demander, et envoyer, des rapports de progression périodiques, tout comme des rapports finaux sur des projets terminés.

Votre business ne sera simplement pas totalement organisé jusqu’à ce que vous ayez mis en place cette pratique. Il est généralement vrai qu’un projet n’est pas totalement terminé tant qu’il n’est pas proprement résumé, enregistré et archivé afin que l’information qu’il contient puisse aisément être trouvée et utilisée par les parties intéressées.

Chapitre 6 : Sur les structures d’organisation

#38 : Soyez sûr que tout le monde a été assigné à des positions définitives et des responsabilités dans l’organisation.

Il est extrêmement déprimant et inefficace que les employés ne sachent simplement pas en quoi consiste leur travail et quelles sont leurs responsabilités.

#39 : Soyez sûr que tout le monde a l’autorité nécessaire pour faire son job et pouvoir accomplir ses responsabilités.

L’autorité doit être proportionnée à la responsabilité. Dans l’idéal, une personne devrait avoir une autorité et un contrôle complets sur tous les facteurs essentiels à son projet – budgets, dépenses et personnel. En pratique, il est important de réduire au minimum sa dépendance à d’autres parties.

#40 : Soyez sûr que toutes les activités et tous les individus soient supervisés par quelqu’un de compétent dans le sujet impliqué.

Les novices, idéalement, doivent être supervisés par des vétérans de la même discipline, sinon ils peuvent se mettre eux-même, leur département, leurs employeurs et leurs superviseurs dans un situation embarrassante.

Chapitre 7 :  Ce que les Managers doivent à leurs employés

#41 : Ne sous-représentez jamais la performance d’un subordonné pendant une évaluation de performances.

La plus sérieuse responsabilité d’un manager est de passer en revue les performances de ses subordonnés. Il est du devoir du manager que ses évaluations soit les plus pertinentes et les plus justes possibles.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Publication du Manifeste du Personal MBA en Français

#42 : Rendez absolument clair ce qui est attendu des employés.

Trop souvent, les managers évitent les discussions directes et se réfèrent à des instructions implicites, des objectifs généraux, des politiques d’entreprise. Soyez clair et précis, donnez à vos subordonnés des objectifs clairs et dites leur ce que vous attendez d’eux, puis monitorez ce qu’ils font et aidez les.

#43 : Promouvez les intérêts personnels et professionnels de vos employés en toute occasion.

Ce n’est pas une obligation – c’est une opportunité et le privilège de chaque manager.

#44 : Ne retenez pas vos employés trop égoïstement quand on leur offre une meilleure opportunité ailleurs.

#45 : Ne court-circuitez pas ou passez outre vos subordonnés si vous pouvez l’éviter.

Il est naturel pour le manager, à l’occasion, de vouloir exercer son autorité managériale directement afin que les choses soient faites rapidement, sans considération pour la personne à qui  ce travail est assigné. Bien sûr, c’est votre prérogative, mais cela peut être très démoralisant pour la personne impliquée, alors appliquez la avec discernement.

#46 : Vous devez à votre équipe de les tenir correctement informés.

Il est injuste de demander à quelqu’un de s’acquitter de ses tâches s’il n’est pas correctement informé.

#47 : Ne critiquez pas un subordonné en face des autres, et particulièrement devant ses propres subordonnés.

Cela endommagerait à la fois son prestige et son moral.

#48 : Montrez à un intérêt à ce que votre équipe réalise.

Il est très démotivant pour les employés que leur boss ne manifeste aucun intérêt pour leur travail.

#49 : Ne ratez jamais une chance de féliciter ou de récompenser un subordonné pour un travail bien fait.

Rappelez-vous que votre travail n’est pas juste de critiquer les personnes et de les intimider pour que le travail soit fait.

#50 : Acceptez toujours la responsabilité pleine et entière pour votre groupe et les individus qui s’y trouvent.

Ne blâmez jamais un employé auprès d’autres personnes pour un problème qu’il a causé. Vous êtes supposé avoir un contrôle total, et c’est vous qui êtes crédités du succès tout autant que de l’échec de votre groupe.

#51 : Faites tout ce qui est en votre pouvoir pour que vos subordonnés gagnent tout le salaire qu’ils méritent.

Indéniablement, nous travaillons en grande partie parce que nous sommes payés pour le faire. Soyez vigilant à ce que chacun soit rémunéré en fonction de ses compétences et de ce qu’il apporte.

#52 : Faites tout ce qui est en votre pouvoir pour protéger les intérêts personnels de votre équipe et de leurs familles.

Vous n’avez pas besoin de confiner votre intérêt à votre équipe dans la rigidité des frontières intérieures de votre business. La plupart des personnes apprécieront votre intérêt honnête pour leur vie en dehors du travail et leurs difficultés personnelles.

Partie 3 : Considérations personnelles et professionnelles

Chapitre 8 : Les lois du caractère et de la personnalité

#53 : Un des traits de caractère les plus précieux est la capacité de bien s’entendre avec différents types de personne.

Voici une qualité essentielle pour le fonctionnement de toute organisation.

#54 : Ne soyez pas trop affable.

Mais c’est une erreur, bien sûr, de trop essayer d’être en bonne relation avec tout le monde. Un jour ou l’autre, quelqu’un vous utilisera à son avantage, et vous ne pourrez pas empêcher les problèmes juste en les fuyants.

#55 : Regardez votre intégrité personnelle comme votre plus grand atout.

Sur le long terme, il n’y a quasiment rien de plus important pour vous que votre propre respect envers vous-même.

#56 : Ne sous-estimez jamais l’étendu de votre responsabilité professionnelle et de votre engagement personnel.

Quand vous entrez dans le monde du business, vous acceptez pleinement la responsabilité d’être un professionnel. Ne vous cachez pas derrière votre entreprise ou votre département ou votre patron.

#57 : Laissez les comportements éthiques gouverner vos actions et ceux de votre entreprise.

Avoir le courage de vos convictions inclut d’avoir le courage de faire ce que vous savez être vrai, éthiquement et moralement, sans être paralysé par une peur excessive de possibles critiques ou du besoin d’expliquer vos actions.

Chapitre 9 : A propos du comportement sur le lieu de travail

#58 : Soyez conscient de l’effet que votre apparence a sur les autres, et, du même coup, sur vous.

Votre apparence a probablement une bien plus grande influence sur la manière dont vous perçoivent ceux qui sont autour de vous que ce vous imaginez. Gardez le en tête quand vous définissez et présentez votre image de travail.

#59 : Abstenez-vous d’utiliser un langage grossier sur le lieu de travail.

Ne pas utiliser de langage grossier ne sera jamais offensant pour personne. L’utiliser peut parfois offenser quelqu’un. Abstenez-vous en.

#60 : Prenez sur vous d’apprendre ce qui constitue le harcèlement et la discrimination – raciale, ethnique, sexuelle, religieuse – et ne la tolérez absolument pas de vous-même, vos collègues, vos subordonnés et votre entreprise.

Il n’y a tout simplement pas de place sur le lieu de travail pour du harcèlement ou de la discrimination de quelque sorte que ce soit. Soyez vigilant à ce sujet.

#61 : Faites attention à ce que vous écrivez et à qui va le lire.

faire attention à ses écrits sécurité

Faites attention à qui met la main sur des copies de vos lettres, mémos et messages, quelque soit leur support. Pour être en parfaite sécurité vous feriez mieux de considérer que tous les documents que vous écrivez peuvent atterrir sur le bureau de tout le monde et qu’ils vont exister pour l’éternité. Composez-les en fonction de cela.

#62 : Faites attention si vous utilisez les ressources de votre employeur pour des objectifs personnels. Cela peut être considéré comme suspicieux pour le mieux, et comme du vol qualifié au pire.

La plupart d’entre nous avons utilisé la photocopieuse du bureau ou emprunté un outil pour notre usage personnel, et nous pensons que jamais personne ne nous en voudra pour cela. Néanmoins, quand vous utilisez le matériel de votre entreprise, vous risquez la suspicion, voir même plus.

Chapitre 10 : A propos de la carrière et du développement personnel

#63 : Maintenez votre employabilité ainsi que celle de votre équipe.

Il est extrêmement rare, particulièrement de nos jours, de passer toute sa vie dans une seule entreprise. Il n’est donc pas raisonnable d’attendre des employés qu’ils deviennent inemployables pour d’autres employeurs potentiels. L’obsolescence n’est une bonne chose ni pour les employés, ni pour les employeurs. Soyez l’adhérent et le promoteur de la formation tout au long de la vie. C’est le meilleur investissement que vous puissiez faire pour vous-même et les autres.

#64 : Analysez-vous ainsi que votre équipe

Même si vous n’êtes pas un étudiant en psychologie, il est éclairant de comprendre que les personnes, y compris vous-même, agissent comme ils le font non pas parce qu’ils veulent agir de cette manière, mais parce que c’est ainsi qu’ils sont. Fondamentalement, les personnes voient et réagissent aux choses de manière très différente. Le fait de simplement reconnaître que les personnes sont remarquablement différentes vous aidera à accepter différentes personnalités comme normal, et à ne pas voir comme mauvais quelqu’un qui ne voit pas les choses comme vous.

Conclusion sur “The Unwritten Laws of Business” de W.J. King :

The Unwritten Laws of Business est une collection concise de conseils touchant à de nombreux domaines. J’ai beaucoup apprécié l’universalité des règles : même s’il est visible qu’elles ont plutôt été conçues pour des ingénieurs dans de grandes entreprises, elles s’appliquent à toute personne se retrouvant dans un groupe et ayant un projet ou des tâches en commun. Autant dire que le terrain d’application est large.

Du haut de mes huits ans d’expérience dans la gestion de mon entreprise et de mon implication dans celles de mes clients, je peux vous dire que la majorité des règles me semblent vraies, à la fois dans leur contenu et dans le fait qu’elles sont fréquemment oubliées, au détriment de tout le monde. C’est tout simplement une collection, un recueil de sagesse et de bon sens hélas trop fréquemment mis de coté, et le fruit de longues années d’observations et d’expérience qui transpirent à chaque ligne.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Strengths Finder 2.0 : Maintenant, découvrez vos forces

Le nombre élevé de règles fait toutefois qu’il me semble difficile de les appliquer et que bon nombre d’entre elles auront hélas droit au régime du j’y pense et puis j’oublie qui nous affecte tous. Je pense que The Unwritten Laws of Business est à utiliser comme un recueil de maximes et de bonnes pratiques à relire de temps en temps afin de remettre un peu les pieds sur terre quand on a tendance à vouloir prendre trop de hauteur, et que les quelques règles qui nous auront marquées lors de chaque lecture nous éclaireront sur des problèmes particuliers qui nous affectent.

Je le recommande donc, le livre “The Unwritten Laws of Business” est du bon sens à l’état brut.

Ma note : imageimageimageimageimageimageimageimageimage

Avez-vous lu le livre “The Unwritten Laws of Business” ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (3 votes, moyenne: 4,67 out of 5)

Loading...

Visitez Amazon et lisez plus de commentaires sur le livre “The Unwritten Laws of Business”

Défi PMBA :

Coût du livre :10,31 €
Coût total du projet :106,80 €
Nombre de pages :100
Nombre de pages totales :1315
Temps pour le lire :1H30
Temps pour écrire cet article :3H
Temps total du projet :45H30

Visitez Amazon et achetez le livre The Unwritten Laws of Business :

Visionnez ma vidéo intitulée “Ce que m’a APPORTÉ mon défi de lire 52 livres en 52 semaines, le BILAN 7 ans après” 🙂:

Résumé des 63 lois non écrite du business :

  1. Aussi subalternes et triviales que peuvent sembler vos premières missions, donnez leur vos meilleurs efforts.
  2. Démontrez votre capacité à accomplir les choses.
  3. Pendant la réalisation d’un projet, n’attendez passivement de personne – fournisseurs, commerciaux, collègues, superviseurs – qu’ils gèrent eux-même leurs délais de livraison ; suivez-les et rappelez-les implacablement à leurs engagements.
  4. Confirmez vos instructions et les engagements des autres personnes par écrit.
  5. Quand vous faites un voyage d’affaires, quel qu’il soit, préparez-vous, effectuez le business jusqu’à ce qu’il soit terminé, et donnez suite à votre retour.
  6. Développez une attitude “Allons voir !”
  7. Évitez de donner l’apparence de vaciller.
  8. Ne soyez pas timide – parlez – exprimez vous et promouvez vos idées.
  9. Efforcez-vous d’être concis et clair dans vos rapports oraux et écrits.
  10. Soyez extrêmement vigilant quant à la précision de vos déclarations.
  11. Tous les managers doivent savoir ce qui se passe dans leur domaine.
  12. Une des premières choses que vous devez à votre superviseur est de l’informer de tous les développements significatifs.
  13. Ne négligez pas la vérité tenace que votre superviseur direct est votre boss.
  14. Soyez aussi particulier que vous le pouvez dans la sélection de votre superviseur.
  15. Quel que soit ce que veut votre superviseur, cela prend la plus haute priorité.
  16. Quand votre manager vous demande de faire quelque chose, on attend de vous que vous fassiez exactement cela.
  17. Ne soyez pas trop anxieux à l’idée de reporter ou de ne pas adhérer aux instructions de votre manager.
  18. N’envahissez jamais le domaine de n’importe quel autre service ou département sans le consentement de son responsable.
  19. Dans toutes les transactions faites attention à inclure toutes les personnes qui ont le droit d’y être.
  20. Cultivez l’habitude de rechercher les opinions et les conseils des autres personnes.
  21. Les promesses, les planifications et les estimations sont des instruments nécessaires et importants dans une entreprise bien organisée.
  22. Quand vous n’êtes plus satisfait du service d’un autre département, faites vos réclamations à la personne la plus directement responsable pour la fonction impliquée.
  23. En ayant affaire à des clients et des personnes extérieures, rappelez-vous que vous représentez l’entreprise, avec l’apparence de la responsabilité et l’autorité totale.
  24. Tous les managers doivent savoir ce qui se passe dans leur domaine.
  25. N’essayez pas de tout faire par vous-même.
  26. Mettez les choses les plus importantes en premier.
  27. Cultivez l’habitude de réduire les situations compliquées à leurs plus simples composants.
  28. Ne soyez pas excité pendant les urgences – gardez les pieds sur terre.
  29. Les réunions ne devraient jamais être trop larges ou trop petites.
  30. Cultivez l’habitude de prendre des décisions rapides et précises.
  31. Ne négligez pas la valeur d’une bonne préparation avant d’annoncer une décision majeure ou un changement de politique.
  32. Apprenez les techniques et compétences de gestion de projets, puis appliquez les aux activités que vous gérez.
  33. Planifiez votre travail bien avant de le mettre en production afin de tenir les délais sans être dans un rush de dernière minute.
  34. Faites attention à l’attrait du “tout confort”.
  35. N’hésitez pas à “geler” un projet quand son développement a progressé suffisamment.
  36. Passez en revue constamment votre projet pour être certain que les bénéfices actuels sont en ligne avec coûts en argent, temps, et ressources humaines.
  37. Faites-vous une règle de demander, et envoyer, des rapports de progression périodiques, tout comme des rapports finaux sur des projets terminés.
  38. Soyez sûr que tout le monde a été assigné à des positions définitives et des responsabilités dans l’organisation.
  39. Soyez sûr que tout le monde a l’autorité nécessaire pour faire son job et pouvoir accomplir ses responsabilités.
  40. Et aussi, soyez sûr que toutes les activités et tous les individus soient supervisés par quelqu’un de compétent dans le sujet impliqué.
  41. Ne sous-représentez jamais la performance d’un subordonné pendant une évaluation de performances.
  42. Rendez absolument clair ce qu’on attend des employés.
  43. Promouvez les intérêts personnels et professionnels de vos employés en toute occasion.
  44. Ne retenez pas vos employés trop égoïstement quand on leur offre une meilleure opportunité ailleurs.
  45. Ne court-circuitez pas ou passez outre vos subordonnés si vous pouvez l’éviter.
  46. Vous devez à votre équipe de les tenir correctement informés.
  47. Ne critiquez pas un subordonné en face des autres, et particulièrement devant ses propres subordonnés.
  48. Montrez à un intérêt à ce que votre équipe réalise.
  49. Ne ratez jamais une chance de féliciter ou de récompenser un subordonné pour un travail bien fait.
  50. Acceptez toujours la responsabilité pleine et entière pour votre groupe et les individus qui s’y trouvent.
  51. Faites tout ce qui est en votre pouvoir pour que vos subordonnés gagnent tout le salaire qu’ils méritent.
  52. Faites tout ce qui est en votre pouvoir pour protéger les intérêts personnels de votre équipe et de leurs familles.
  53. Un des traits de caractère les plus précieux est la capacité de bien s’entendre avec différents types de personne.
  54. Ne soyez pas trop affable.
  55. Regardez votre intégrité personnelle comme votre plus grand atout.
  56. Ne sous-estimez jamais l’étendu de votre responsabilité professionnelle et de votre engagement personnel.
  57. Laissez les comportements éthiques gouverner vos actions et ceux de votre entreprise.
  58. Soyez conscient de l’effet que votre apparence a sur les autres, et, du même coup, sur vous.
  59. Abstenez-vous d’utiliser un langage grossier sur le lieu de travail.
  60. Prenez sur vous d’apprendre ce qui constitue le harcèlement et la discrimination – raciale, ethnique, sexuelle, religieuse – et ne la tolérez absolument pas de vous-même, vos collègues, vos subordonnés et votre entreprise.
  61. Faites attention à ce que vous écrivez et à qui va le lire.
  62. Faites attention si vous utilisez les ressources de votre employeur pour des objectifs personnels. Cela peut être considéré comme suspicieux pour le mieux, et comme du vol qualifié au pire.
  63. Maintenez votre employabilité ainsi que celle de votre équipe.
  64. Analysez-vous ainsi que votre équipe

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

7 Commentaires pour :

The Unwritten Laws of Business


  • […] l’image de The unwritten laws of Business, ce livre est un court recueil de 100 règles concises dont le but est de nous faire gagner en […]

    Répondre




    • […] The unwritten laws of Business […]

      Répondre



      • Fabrice - Show Me The Money

        22 Nov 2010 à 22:34

        Je viens de terminer cet ouvrage ainsi que la rédaction de la fiche de lecture qui va avec.

        Même s’il s’agit d’un petit livre (100 pages) j’ai eu beaucoup de mal à entrer dedans.
        En tant normal je lis un bouquin de ce format en deux ou trois jours, mais avec celui là j’ai vraiment beaucoup, beaucoup traîné.

        Sur le fond il n’y a rien à dire.
        Toute personne qui a travaillé dans une entreprise trouvera tous ces conseils très pertinents.
        On peut même avoir une double lecture de l’ouvrage, en comparant pour chaque chaque règle de W.J. King ses propres expériences passés.
        J’ai fait un petit calcul et dans ma carrière en tant qu’employé puis manager j’ai du respecté moins de 30 règles sur les 63 citées.
        Cela fait sérieusement réfléchir et cela permet de voir les points sur lesquels il faut travailler.

        Sur la forme, comme je le disais au début de ma review, il en est tout autrement. Le style est vraiment très académique, très formel.
        On ne sent pas la volonté de l’auteur d’enrober son ouvrage de petites anecdotes, de quelques bons mots afin de passionner son lecteur… comme aurait pu le faire un Jim Rohn.
        Je n’ai absolument pas été étonné de lire que “The Unswritten Laws…” s’adressait initialement aux ingénieurs.
        Le livre a été rédigé sur le rythme d’une horloge suisse :
        Introduction, règle 1, règle 2, règle 3… règle 30… règle 63, Conclusion. Merci à tous pour votre attention, au revoir !!!

        En conclusion je suis d’accord avec Olivier quand il dit que c’est un ouvrage qu’il faut consulter régulièrement.
        Je dirai qu’à chaque fois que l’on s’apprête à vivre une nouvelle expérience professionnelle : le lancement d’un projet, le management d’une nouvelle équipe, l’arrivée d’un patron… une petite piqure de rappel des règles correspondant à la future situation ne peut faire que du bien.

        Répondre




        • […] 4. Abstenez-vous d’utiliser un langage grossier sur le lieu de travail. Ce conseil peut sembler incroyablement vieux jeu en ce monde moderne et libéré, mais c’est pourtant du pur bon sens : ne pas utiliser de langage grossier ne sera jamais offensant pour personne. L’utiliser peut parfois offenser quelqu’un. Abstenez-vous en, vous éviterez peut-être des conflits ou des situations difficiles très gourmandes en énergie ou en temps. Pour approfondir ces deux conseils, lisez la chronique de The unwritten laws of Business. […]

          Répondre




          • […] l’image de The unwritten laws of Business, ce livre est un court recueil de 100 règles concises dont le but est de nous faire gagner en […]

            Répondre




            • […] The unwritten laws of Business […]

              Répondre




              • […] The unwritten laws of Business […]

                Répondre









                Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

                Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.