Lead the Field

image

Lead the field - Earl Nightingale

Phrase-résumée du livre Lead the field : Pour réussir dans la vie, il ne faut pas juste compter sur la chance et les circonstances; il faut chercher en vous les pépites cachées qui s’y trouvent plutôt de parcourir le monde en vain à leur recherche, avoir des buts et des désirs et les définir clairement, avoir une attitude qui amène le succès et l’amour à vous, utiliser les ressources de votre cerveau en réfléchissant tous les jours, comprendre que nos récompenses dans la vie correspondront toujours aux services que l’on rend.

Apprendre sans s’arrêter et continuer à grandir, développer votre vocabulaire et votre maîtrise de la langue, sortir du troupeau pour agir par vous-même, comprendre que votre valeur est de plusieurs dizaine de millions d’euros, définir clairement le montant d’argent que vous voulez gagner, économiser ou investir et disposer pour votre retraite, avoir une bibliothèque personnelle riche et pertinente, chaque jour faire de votre mieux et accomplir une à une les tâches qui vous mèneront vers vos buts et le succès, et vous spécialiser; ainsi vous parviendrez à atteindre les 5% de l’humanité qui se trouvent en haut de la pyramide du succès – quelle qu’elle soit.

De Earl Nightingale, 102 pages, publié en 2007 (livre) et en 1986 (cassette audio)

Résumé et chronique de Lead the field :

Je ne vais pas écrire une biographie – même courte – pour chacun des auteurs de mon défi PMBA. Mais, Earl Nightingale me paraît être un personnage suffisamment intéressant et atypique pour mériter une exception.

Earl Nightingale est un orateur célèbre aux Etats-Unis, et un exemple de ce que l’auto-éducation peut apporter à quelqu’un qui démarre avec beaucoup de chances contre lui. Né en 1921, élevé par sa mère restée seule avec ses deux frères, il grandit dans une banlieue pauvre de Los Angeles en pleine Dépression. Voulant comprendre pourquoi certains sont pauvres et misérables et d’autres non, et ne trouvant personne ayant la réponse dans son entourage, il commença sa quête de réponses et de savoir dans la bibliothèque locale, qui le conduira à étudier notamment la philosophie, la psychologie et les grandes religions pendant des décennies.

Après la guerre, qui l’a vu survivre avec 12 marines à l’attaque du cuirassé USS Arizona à Pearl Harbor (1103 morts sur 1511 hommes d’équipage), il travaille à la radio et crée un des premiers livres audios, The Strangest Secret, qui est un best-seller et se vend à plus d’un million d’exemplaires. Il fonde alors avec Lloyd Conant la Nightingale-Conant Corporation, première société proposant des cassettes audio sur le développement personnel. Il meurt en 1989.

Lead the field est une collection de conseils de développement personnel, proposée originalement uniquement en format audio. Heureusement, un livre proposant une retranscription exacte est sorti récemment, ce qui m’a permis de le lire et de vous en proposer un résumé aujourd’hui – j’ai beaucoup plus de difficulté à comprendre l’anglais oral que écrit, et bien que les livres audios aient des avantages indéniables tels que le fait de pouvoir faire autre chose en les écoutant et d’utiliser le temps de transport et de déplacement pour se cultiver, je préfère largement un bon livre quand il s’agit de s’imprégner de son savoir, de réfléchir et de prendre des notes. J’adore écrire des notes sur des post-it que je colle sur les paragraphes qui m’interpellent – difficile de faire cela avec un CD audio.

Dans ce livre enthousiasmant et débordant d’énergie, Earl Nightingale insiste sur le fait que la réussite dans la vie n’est pas due à la chance et aux circonstances, mais à des principes de bon sens et des habitudes simples à mettre en place à condition de les pratiquer tous les jours. Je vous en brosse un panorama chapitre par chapitre :

Introduction

Notre environnement quotidien est le reflet sans merci de nous-même. Toutes les personnes que nous rencontrons et côtoyons tous les jours agiront en fonction de notre attitude de tous les jours. Et nous pouvons contrôler cette attitude, chaque matin quand nous commençons notre journée. Si nous sommes gai, heureux de jouir du miracle de la vie, les autres vont nous renvoyer cette gaité et cette bonne humeur. Nous serons cette sorte de personnes que les autres aiment avoir à leurs côtés. Faites un test : traitez chacune des personnes avec lesquelles vous entrez en contact comme la plus importante personne de la Terre. Vous verrez rapidement la différence que cela créé.

Des champs de diamant (Acres of diamonds)

Au XIXème siècle, un fermier africain a entendu des histoires à propos du succès d’autres fermiers qui ont gagné des millions en découvrant des mines de diamant. Excité par cette perspective, il a vendu sa ferme pour partir à la recherche des diamants, recherche longue et infructueuse qui le laissa finalement seul et sans le sou. Il se jeta alors dans une rivière et mourut noyé.

L’homme qui acheta la ferme eut un jour l’oeil attiré par une pierre à l’éclat bleu et rouge au fond de son ruisseau. Il la ramassa, et, la trouvant belle, la plaça sur sa cheminée. Quelques jours plus tard, un visiteur la prit, devint blême, et indiqua au fermier que la pierre ramassée était un énorme diamant. Le fermier, étonné, dit au visiteur que son ruisseau était rempli de pierres de ce genre. La ferme que le premier fermier avait vendu pour partir à la recherche de diamants s’est révélée être une des mine de diamant les plus productives du continent Africain.  Il l’avait vendue pour une bouchée de pain pour aller chercher ailleurs ce qui se trouvait sous son nez. Il l’aurait compris s’il avait pris le temps de se préparer et d’apprendre à quoi ressemble un diamant à l’état brut.

lead the field champs de diamants

Qu’est-ce que cela veut dire ? Que nous avons tous en nous des champs de diamants, qui n’attendent que d’être reconnus et exploités. Il suffit d’avoir la patience et la sagesse d’explorer intelligemment et efficacement le travail que nous effectuons. Tout ce que nous faisons est riche en opportunités. Mais ces opportunités ne clignotent pas dans le noir, ni ne sont indiquées sur des pancartes. Pour les voir, il faut regarder avec des yeux nouveaux. Trop souvent nous ne remettons pas en cause ce qui existe déjà, parce que si des millions de personnes le font, c’est que c’est la meilleure manière de le faire. Mais ce n’est pas la meilleure manière; c’est la manière moyenne, habituelle.

Pour appliquer : Commencez par prendre une heure par jour avec un carnet pour disséquer votre travail. Essayez de le voir avec des yeux neufs et d’examiner tous ses composants. Les opportunités sont là – des champs de diamants.

Une destination qui vaut la peine (A worthy destination)

Les Etats-Unis regorgent d’immigrés qui sont arrivés pour fuir une situation épouvantable dans leur pays, qui ont tout recommencé de zéro en ayant toutes les chances contre eux – sans richesses, sans maîtrise de la langue, sans possessions matérielles – et qui ont réussi en un temps étonnamment court. Et cela a été une expérience merveilleuse et emplie de bonheurs pour eux. Pourquoi ? Parce la liberté est la chose la plus précieuse – et la plus rare – sur Terre. En venant aux Etats-Unis, ils ont pu y goûter jusqu’à s’en enivrer alors qu’il s’agit d’une chose acquise et banale pour la majorité des Américains.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Podcast : Chronique de Lead the Field

Ainsi en est-il pour tous nos désirs : une fois qu’ils sont réalisés, leur satisfaction quotidienne devient une chose acquise, et ils perdent une grande part de leur intérêt et de leur magie. C’est le désir, plus que la satisfaction du désir, qui nous rend heureux. Les enfants sont plus heureux le matin de Noël, quand les cadeaux emballés les attendent au pied du sapin, qu’une fois que la surprise et le suspens passés, nous sommes plus heureux en nous rendant au restaurant qu’en retournant chez nous, nous sommes plus heureux quand nous partons en vacances que quand nous rentrons. Et nous sommes plus heureux quand nous poursuivons des objectifs inlassablement que quand nous les avons accomplis.

Le succès est la réalisation progressive d’un objectif qui en vaut la peine. Le succès réside dans le voyage vers l’objectif – le désir – , plutôt que l’objectif en lui-même – l’accomplissement.

Ne gaspillons pas nos ressources et notre temps précieux et limité pour des objectifs futiles. Définissons des objectifs qui en valent la peine. Selon Earl Nightingale, seulement 5% de la population réussit à atteindre des succès peu communs. Pour le reste, la moyenne est une bonne chose.

Ainsi, il est important de se fixer des buts qui valent la peine, et de continuer à s’en fixer une fois qu’ils sont atteints. Tous les jours de notre vie nous devrions être engagés, avancer, et apprendre et viser un nouveau plateau à partir duquel partir de nouveau. Mais pour cela vous devez savoir ce que vous voulez.

Vous deviendrez ce que vous pensez de vous-même.

Les miracles de votre esprit (Miracles of your mind)

Nous sommes la seule espèce sur Terre à être gratifiée du pouvoir de façonner nos vies en fonction des images qui se trouvent dans notre esprit. Tout ce qui a été fait par les humains est le résultat de buts et d’objectifs poursuivis.

A un niveau plus individuel, tout ce que nous avons – notre travail, nos relations avec notre famille et les autres, notre philosophie de vie – est le résultat de l’usage que nous avons fait de notre esprit.

Or, les scientifiques pensent que nous n’utilisons en moyenne que 10% des capacités de notre cerveau. Si tout ce que vous avez obtenu jusque-là l’a été grâce à 10% de votre cerveau, que réussirons-nous à faire si nous en utilisons 20% ?

Note : Je ne suis pas d’accord avec cette affirmation de Earl Nightingale : le fait que nous utilisons 10% de notre cerveau ou moins est une vieille idée reçue galvaudée, qui a pour la première fois été émise par le psychologue Américain William James en 1908, et ne reflète absolument pas le fonctionnement du cerveau tel que nous le connaissons aujourd’hui. Je suis toutefois d’accord avec le fond général de l’idée : “nous ne réfléchissons pas assez”.

Or, malheureusement, les écoles ne nous enseignent pas à réfléchir, et c’est en réfléchissant pour trouver des solutions créatives que nous pouvons utiliser au mieux notre cerveau et son formidable pouvoir.

Il existe une manière simple pour mieux utiliser notre cerveau : tous les jours, prendre une feuille de papier, inscrire en haut notre objectif principal, puis écrire en dessous toutes les idées qui nous passent pas la tête pour nous aider à atteindre ce but. Faire cela pendant une heure. Nous pouvons facilement arriver à coucher environ 20 idées par jour sur le papier. Toutes ces idées ne seront pas à garder, ni praticables, mais même si nous ne faisons cela que 5 jours par semaine, 40 semaines dans l’année, nous aurons 4 000 idées à notre disposition pour nous améliorer et atteindre nos objectifs. Et cela ne nous aura pris que 200 heures, sur 8 760. Si on y enlève 2 920 heures de sommeil environ, et 1 645 heures de travail environ, cela nous laisse 3 995 heures pour nos loisirs.

Jamais dans l’histoire de l’humanité nous n’avons eu autant de temps à consacrer à autre chose que notre travail. Utiliser 5% de ce temps libre supplémentaire pour réfléchir peut complètement changer nos vies : une seule grande idée peut révolutionner notre travail ou notre vie entière. Une sur 4 000. Ou 40 000 – une grande idée tous les 10 ans peut être largement suffisante !

Le destin dans la balance (Destiny in the balance)

Nos récompenses dans la vie seront toujours en accord avec les services que l’on rend. C’est une loi aussi universelle et générale que la loi de cause à effet. Les services englobent nos pensées, notre travail, nos actions, nos paroles.
Avant de chercher des récompenses, il nous faut réfléchir à nos services et les améliorer. Cette loi en apparence si simple est pourtant l’une des plus communément mal comprises ou ignorées. Il y a tellement de personnes qui se pressent contre une cheminée éteinte dans une pièce glaciale et qui disent “donnez-moi du feu, et je mettrai du bois”. Des personnes qui hurlent parce qu’elles ne s’estiment pas correctement servies ou traitées – alors que le problème vient de leurs services à elles, qui sont insuffisants au regard des récompenses qu’elles attendent.

Plutôt que nous inquiéter et nous en faire à propos de l’avenir, nous ferions mieux d’utiliser cette énergie gaspillée pour chercher à améliorer nos services – à nous améliorer – en réfléchissant aux meilleures manières de le faire. Mais tant de personnes feraient tout et n’importe quoi dans ce monde, allant même jusqu’au crime, avant de PENSER.

La graine pour l’accomplissement (Seed for achievement)

La graine pour l’accomplissement est l’intégrité. L’intégrité est l’honnêteté et la vérité, avec les autres et avec soi-même. Si nous sommes en accord avec nous-même, nous ne pouvons être faux envers personne. Si nos mots transpirent l’intégrité, notre sommeil ne sera pas troublé et nous serons respectés partout où nous irons.

Il n’y a rien que nous ne puissions accomplir si nous vivons ce principe de l’intérieur. Être honnête avec soi-même implique de prendre la responsabilité de faire le meilleur usage de ce que nous avons. Et ce que nous avons, c’est notre esprit sous-utilisé, nos capacités, nos talents et notre temps. Ce sont nos possessions, celles que nous emmenons partout avec nous, qui représente une immense fortune. C’est l’investissement de cette fortune qui déterminera notre retour sur investissement. C’est ce qui fait que nous sommes des êtres humains autonomes, bien que la plupart des personnes l’ignore.

Pour respecter notre intégrité et être honnête et vrai avec nous même, nous devons donc faire de notre mieux en toute circonstance. La vie est un morceau de terrain fertile qui n’attend que d’être ensemencé. Il ne peut vous retourner que ce que vous y plantez.

Il est plus facile de gagner (It’s easier to win)

Seulement 5% des personnes réussissent à atteindre un succès peu commun. Ce sont les gens qui gagnent de plus grands salaires, qui vivent dans de meilleurs quartiers, dans des plus grandes et plus confortables maisons, ont une meilleure éducation, plus des bonnes choses de la vie, et font une contribution plus grande à leurs communautés.

Le jeune homme typique, ou la jeune femme typique, grandit en imitant son environnement. Il pense comme pense son entourage. Il prend la vie qu’il vit comme acquise. Toutes les personnes qu’il aime sont dans le même groupe. Il est dans ce groupe aussi, et à moins qu’il n’ait une motivation inhabituelle à en sortir, il deviendra un membre indistinguable de celui-ci. Il fait cela parce que c’est la chose naturelle à faire.

Leurs objectifs, ou leurs absences d’objectifs, devient les siens. Il est au minimum de ses capacités toutes les années de sa vie. A part en quelques rares occasions, comme les compétitions sportives ou dans la séduction, il ne dépasse jamais la première vitesse. Ce n’est pas nécessaire, car les pays industrialisés sont tellement riches et dynamiques que la grande majorité des gens n’ont pas besoin d’enclencher la deuxième ou la troisième pour atteindre un niveau de vie décent.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  The Creative Habit (Devenir Créatif)

Personne n’a jamais dit à ce jeune homme ou à cette jeune femme : “Regarde. Il y a deux groupes très distincts dans notre société. Ils sont dans différentes couches de la pyramide socio-économique. Voici les 5% en haut de la pyramide. Maintenant, voici ce que nous appelons la grande classe moyenne, qui est divisée en deux groupes principaux.  Et en dessous se trouve la classe inférieure, ceux qui, pour de nombreuses raisons, ont besoin de l’aide des autres. Maintenant, regarde : nous vivons ici, à ce niveau de la pyramide. Ce n’est ni au plus haut, ni au plus bas de la société. C’est là où j’ai voulu aller, et ta mère et moi sommes parfaitement heureux ici. Et toi, où veux-tu aller ?”

Et vous, où voulez-vous aller ?

Les personnes qui réussissent suivent un chemin indépendant. A un moment dans leur vie elles décident de quitter le cocon de leur groupe social et de commencer leur propre chemin. Et il est plus facile de gagner. Il y a moins de compétition en haut.

Note : cette description de la stratification sociale me semble à la fois simplifiée et pertinente. Il est évident que Earl Nightingale s’est intéressé à la sociologie. Pour en savoir plus, je vous invite à commencer votre recherche par l’article de Wikipédia sur les classes sociales.

Combien vous valez (How much are you worth)

Toutes les vies humaines sont inestimables, mais les paiements, tangibles et intangibles, que nous recevons de la vie varient beaucoup. Nous sommes tous uniques, mais les services que nous proposons le sont-ils ?

Pensez à vous-même comme si vous étiez une entreprise. Vous êtes le président de l’entreprise, et vous êtes responsable de ses succès ou de ses échecs. Vous et les membres de votre famille sont les actionnaires de l’entreprise, et il est de votre responsabilité d’augmenter la valeur des actions d’années en années. Votre famille a foi en vous et investit beaucoup en vous, et c’est à vous de prouver que leur foi est justifiée.

lead the field combien vous valez

Une entreprise, bien que complexe, peut être réduite à quatre fonctions :

  1. Finance,
  2. Production,
  3. Ventes
  4. Recherche.

Enlevez un seul de ces composants et l’entreprise est vouée à plus ou moins long terme à l’échec. Ne négligeons pas ces quatre paramètres pour nous-même.

La recherche est la fonction la plus communément ignorée. Vous seriez étonnés par le nombre énorme de personnes qui arrête d’apprendre une fois l’école terminée. A part les manuels de leur entreprise et des documentations techniques, elles ne lisent qu’une très faible quantité de livres ayant une réelle valeur. Or, le savoir est le pouvoir.

Parlons un peu de l’argent (Let’s talk about money)

Un humain très spécialisé et compétent vaut plus d’argent dans notre société qu’une personne aux compétences plus basiques et pouvant être facilement remplacée. Cela ne veut pas dire qu’il est plus important d’un point de vue strictement humain, juste que ses services seront mieux payés. Un homme d’entretien est tout aussi important d’un point de vue humain qu’un neurochirurgien, mais il peut être facilement remplacé – n’importe qui peut être entraîné à nettoyer les sols en quelques jours ou quelques semaines – alors que le neurochirurgien a passé de nombreuses années à apprendre sa profession, souvent au prix d’un grand sacrifice personnel et à un coût très élevé, et il ne peut pas être facilement remplacé. Ainsi un neurochirurgien peut gagner en une journée ce que l’homme d’entretien gagne en un an.

Ainsi, ce que nous gagnons est corrélé à ce que nous pouvons donner et ce qui est demandé. Mais combien voulez-vous gagner ?

Il y a deux étapes pour atteindre le niveau de revenu que nous souhaitons :

  1. Décider de combien d’argent nous voulons vraiment, le montant exact.
  2. Une fois la décision prise, il faut oublier l’argent et se concentrer sur l’amélioration de ce que nous faisons et des services que nous proposons.

Une chose que vous ne pouvez pas cacher (one thing you can’t hide)

Le savoir appliqué intelligemment est le pouvoir, et le savoir est disponible pour tout le monde – et en cet âge de l’information à un degré encore jamais atteint dans l’histoire de l’humanité. Le degré de l’ignorance d’une personne déterminera sa place dans le monde. Tout le monde naît ignorant et doit, pendant un moment, vivre dans l’ignorance, mais tous ceux qui restent dans l’ignorance ne peuvent que se blâmer eux-mêmes.

Les personnes qui sont dans les 5% au sommet de la pyramide sont ceux qui ont le plus de savoir. Ils tendent à parler mieux Français. Et également à envoyer leurs enfants à de meilleures écoles que la moyenne de la population. Cela peut paraître surprenant, mais il y a une corrélation établie entre la qualité du langage parlé et le nombre de mots connus et la réussite sociale et économique. En effet, un langage de qualité est un atout dans tous les domaines de la vie ; le langage révèle immédiatement des choses sur nous. Et notamment notre niveau socio-culturel et où nous nous plaçons dans la pyramide sociale. Le langage est révélateur de la couche sociale à laquelle nous appartenons.

Le Reader’s digest a publié un article de Blake Clarke intitulé “Words can work wonders for you” (“Les mots peuvent faire des miracles pour vous”). Dans cet article, il reporte une étude scientifique portant sur 350 000 personnes. Celle-ci montre une corrélation étonnante entre niveau de vocabulaire et richesse du langage, et réussite sociale et économique.

Il est donc important de développer son vocabulaire et d’utiliser un langage à la fois varié, précis et pertinent.

Note : Je n’ai pas pu retrouver cet article. Mais, il semble que le Reader’s Digest ait publié de nombreuses versions – au moins 8 –  de “Lead the field” (qui n’est donc pas un article) de 1972 à 1985 au moins. Il semble que “Lead the Field” n’a plus été réédité depuis les années 80.
En tout cas il me semble évident que le choix des mots et leur richesse a son importance dans l’efficacité de la communication. J’en profite pour battre en brèche cette vieille idée reçue, relayée dans de nombreuses formations partout dans le monde – souvent par des praticiens en PNL qui ne cherchent pas plus loin que le bout de leur nez – selon laquelle les mots ne compteraient que pour 7% dans la conversation (suivi par 38% pour la voix et 55% pour la gestuelle et les expressions faciales).

Ces chiffres proviennent d’une étude des années 70 effectuées par Albert Mehrabian, psychologue Américain. Il explique, dans une phrase de sa page web vantant les mérites de son livre “Silent Messages — A Wealth of Information About Nonverbal Communication (Body Language)”, que “à moins qu’un communicant ne parle de ses sentiments ou de ses attitudes, ces équations ne sont pas applicables.” Ce qui semble plus important, en fait, c’est la cohérence entre les mots, la voix, et la gestuelle. Pour en savoir plus, je vous invite à lire ce PDF : “L’impact de la communication non verbale sur la relation commerciale“, dont je vous cite le passage le plus intéressant à ce sujet :

Cependant les chiffres de Mehrabian ont été déclarés “exagérés et suspects” par des spécialistes du langage non verbal tels que Judee Burgoon, David Buller, et Gill Woodall. L’adage : « ce n’est pas ce que vous dites qui compte ; c’est la manière dont vous le dites » constitue selon ces spécialistes une moitié de vérité. Leur examen de plus de 100 études a démontré que les recherches de Mehrabian minimisent l’importance des mots.

L’impact relatif du langage non verbal et verbal dépend beaucoup du contexte de l’entretien. En effet, le degré de persuasion nécessaire influe considérablement l’impact des deux différents types de langage sur une présentation. Par exemple lors d’une présentation importante (argumentaire, conférence…) la répartition des sources d’impact s’inverse. Le langage du corps passe de 55 % d’impact à 32 %, le ton de la voix de 38 % à 15 % et le message (les mots) passe de 7 % à 53 % d’impact.

Ensuite, il est important de développer son savoir dans le domaine général dans lequel nous nous intéressons naturellement. Nous en avons tous un. Lisez des livres se rapportant à ce domaine pour le profit, mais aussi pour le plaisir. Commencez une étude systématique dans votre champ d’intérêt.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  10 perles de sagesse tirées de mes lectures et de mon expérience de chef d'entreprise

Enfin, une bibliothèque personnelle de qualité est essentielle pour le succès.

La grande aventure d’aujourd’hui (Today’s greatest adventure)

Une vie est composée de jours qui s’assemblent en semaines, mois et années. Réduisons-la à son plus petit dénominateur commun : la journée, et ensuite chaque tâche de ce jour.

Cette journée est une des briques qui servira à bâtir votre maison. Parfois nous voyons un maçon commencer à bâtir un mur, brique après brique, et nous sommes songeurs à l’idée du travail qu’il lui reste à faire. Et puis un jour, quelques semaines ou quelques mois plus tard, c’est une maison complète qui est dressée à l’emplacement où le maçon travaillait.

Ainsi en est-il de même de nos vies. Si nous plaçons avec succès chacune de nos pierres, nous pourrons bâtir une tour magnifique. Pour avoir l’habitude du succès, la seule chose à faire est réussir les petites tâches que nous nous assignons chaque jour.

Essayez cette idée qui fut achetée 25 000$. “Tous les jours, écrivez sur une feuille les 6 tâches importantes de la journée. Puis classez-les par ordre d’importance. Puis faites-les, une à une. Si vous n’arrivez pas à faire les dernières, c’est que vous n’auriez pas pu les faire de toute façon.”

Cette méthode va vous permettre de ne plus vous inquiéter à propos du lendemain. Vous pouvez vous relaxer en sachant avec bonheur que les tâches réussies font les jours réussis et qu’ils construisent une vie réussie.

La personne sur le cheval blanc (The person on the white horse)

Il est important que nous soyons les leaders de notre propre vie. Et aussi que nos services soient tellement importants et irremplaçables que ce sont les autres qui viennent nous les réclamer. Pour cela, il faut se spécialiser et devenir incroyable dans un domaine précis de notre travail. Devenir une partie vitale de l’organisation dans laquelle nous sommes.

Conclusion sur le livre Lead the Field  :

Lead the field est une collection de conseils extrêmement pertinents pour réussir sa vie, comme vous avez pu en juger après avoir lu ce résumé. Il lui manque l’esprit de système de Personal Development for smart people, mais je pense que l’on peut dire cela de tous les livres de développement personnel depuis la sortie de ce bouquin de Steve Pavlina 😉 .

La grande majorité de ces conseils sont pratico-pratiques et faciles à appliquer. De plus, ils sont tout à fait à même de changer nos vies. Je pense que je vais commencer par le conseil principal du chapitre Les miracles de votre esprit et coucher mes idées sur le papier, tous les jours ouvrés de la semaine. Il y a quelques années, j’ai appris la guitare en me levant une demi-heure plus tôt tous les jours pour en faire, je pense que je vais faire de même maintenant, mais pour réfléchir et avoir des idées.

Au final, Lead the Field est un livre absolument excellent, avec très peu de points faibles – Earl Nigthingale vante un peu trop ses autres produits audios à mon goût, et il fait une erreur au niveau du fonctionnement du cerveau – et énormément de points forts. Un must-read.

Points forts :

  • Nombreux conseils pratiques, pertinents et faciles à appliquer
  • Enthousiasmant et excitant
  • “Écrit” très simplement

Points faibles :

  • Un peu trop de pub pour les produits audio de l’entreprise
  • Pas traduit en Français

Ma note : imageimageimageimageimageimageimageimageimage

Avez-vous lu le livre Lead the Field ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (7 votes, moyenne: 3,86 out of 5)

Loading...

Visitez Amazon et lisez plus de commentaires sur livre Lead the Field

Défi PMBA :

Coût du livre Lead the Field :16,43 €
Coût total du projet :63,59 €
Nombre de pages :100
Nombre de pages totales :700
Temps pour le lire :2H20
Temps pour écrire cet article :3H30
Temps total du projet :22H30

Visitez Amazon et achetez le livre Lead the Field :

Visitez Amazon et achetez la version audio du livre Lead the Field :

Les principes importants du livre Lead the Field :

  1. Des champs de diamant. Vous avez en vous des champs de diamants qui n’attendent que d’être reconnus et exploités. Il suffit d’avoir la patience et la sagesse d’explorer intelligemment et efficacement le travail que vous effectuez.
  2. Une destination qui vaut la peine. Vous devez vous fixer des buts qui valent la peine, et continuez à vous en fixer d’autres une fois qu’ils sont atteints.
  3. Les miracles de votre esprit. Pensez à vous-même comme si vous étiez une entreprise. Tout ce que vous possédez et avez atteint dans la vie et est le résultat de buts et d’objectifs que vous avez poursuivis.
  4. Le destin dans la balance. Vos récompenses dans la vie seront toujours en accord avec les services que vous rendez.
  5. La graine pour l’accomplissement. Faites de votre mieux dans toutes les circonstances et quoi qu’il arrive.
  6. Il est plus facile de gagner. Les personnes qui réussissent tracent leur propre route. Il est ainsi plus facile de gagner car il y a moins de compétition en haut.
  7. Combien vous valez. Pensez à vous-même comme si vous étiez une entreprise. Vous êtes le président de cette entreprise, et vous êtes responsable de ses succès ou de ses échecs. Tout en étant soumis aux mêmes règles: la finance, la production, les ventes et la recherche.
  8. Parlons un peu de l’argent. Décidez de la somme d’argent que voulez vraiment, le montant exact. Une fois cette décision prise, oubliez l’argent et concentrez-vous sur l’amélioration que vous faites et des services que vous proposez.
  9. La chose que vous ne pouvez pas cacher. Le savoir appliqué intelligemment est le pouvoir, et le savoir est disponible pour tout le monde. Il est donc important que vous développiez votre vocabulaire et utilisiez un langage à la fois varié, précis et pertinent.
  10. La grande aventure d’aujourd’hui. Concentrez-vous sur les tâches a faire aujourd’hui, c’est-à-dire ce que vous devez faire en un jour. Cette journée est une des briques qui servira à construire votre vie. Notez sur une feuille les 6 tâches importantes de cette journée, puis classez-les par ordre d’importance. Puis faites-les, une à une.
  11. La personne sur le cheval blanc. Devenez le leader de votre vie et offrez un service spécialisé qui est important et irremplaçable. Vous serez ainsi sollicité par les autres.

Je vous invite aussi à visionner ma vidéo intitulée “Comment dépasser les barrières psychologiques qui bloquent votre succès” qui accompagne bien cet article 🙂:

Recherches utilisées pour trouver cet article :

Lead the field, lead the field pdf, earl nightingale livre, Earl nightingale lead the field, lead the field earl nigtingale, lead the field earl nintingale programme eN francais, www Earl Nightingale pdf
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

24 Commentaires pour :

Lead the Field

  • GreG

    26 Oct 2008 à 23:24

    Félicitation, bravo, article extraordinaire et à couper le souffle. D’une grande qualité, merci

    GreG

    PS : pas l’argent de relever mon “défi”:-)

    Répondre



    • cedric

      27 Oct 2008 à 20:59

      Superbe article, ça laisse rêveur pour la suite du défi et les futurs résumés.
      Merci.
      🙂

      Répondre



      • Michael

        1 Nov 2008 à 19:02

        Très bon résumé. Ca m’a donné envie de lire le livre !

        Répondre




        • […] faire l’impossible, et donc à faire de notre mieux. Car comme le dit Earl Nightingale dans Lead the fied, le désir est plus puissant que la satisfaction de l’accomplissement. Avoir des ressources […]

          Répondre




          • […] lecteurs, j’inaugure avec ce post mon premier podcast, qui est la chronique audio de Lead The Field, un excellent livre de développement personnel qui m’a vraiment […]

            Répondre



            • Dona

              13 Jan 2009 à 22:34

              Bonjour,
              ton initiative est excellente !! Ce challenge “lecture” va contribuer au développement personnel et intellectuel de beaucoup d’entre nous. Merci pour ces résumés clairs et enrichissants, ainsi que tes notes…
              Au plaisir de lire le prochain résumé !
              ;op

              Répondre




              • […] A condition de jouir d’un minimum de libertés et d’opportunités, l’existence humaine offre d’extraordinaires occasions de développement intérieur, et elle nous offre une chance unique de réaliser le potentiel que nous possédons tous. Ce potentiel, voilé par notre ignorance et nos émotions perturbatrices, demeurent la plupart du temps enfoui à l’intérieur de nous comme un trésor caché. Note : cela rejoint l’histoire du champ de diamants de Lead the Field. […]

                Répondre




                • […] : ce qui concorde avec notre décision antérieure. De plus, comme le dit Earl Nightingale dans Lead the Field, il n’y a rien que les hommes ne seraient prêt à faire pour ne pas avoir à […]

                  Répondre



                  • Hanh

                    2 Déc 2010 à 23:16

                    Bonsoir

                    Je lis avec l’interessement ton article. Je fais vraiment du soucis quand tu parle de la liaison entre la qualité du langage parlé et la réussite sociale. Etant étrangère d’origine, malgré mes 10 ans vécu en France, je fais toujours des fautes d’orthographe et parfois, je m’exprime mal. C’est vraiment un frein pour ma carrière mais j’ai du mal à remédier.

                    Répondre



                    • anisometropie

                      5 Août 2011 à 09:25

                      Non, je pense qu’on utilise réellement moins de 10% des capacités de notre cerveau, ce n’est pas parce la plupart des zones du cerveau sont activées, comme on l’observe dans ces images de cerveau, que chacune est utilisée à 100%
                      si on utilisait à 100% la capacité de mémoire par exemple, on serait tous capable de mémoriser un nombre illimité de bouquins, comme le célèbre autiste de haut niveau dont j’ai oublié le nom (reportage sur arte), et capable de se rappeler presque tout ce qu’il lisait.
                      bien sur c’est au détriment d’autre capacités, mais ça montre la vraie puissance d’un cerveau.

                      on utilise peut-être 100% des zones de notre cerveau, mais chacune de ces zones n’est utilisées peut-être qu’à 5-10%
                      les capacités du cerveau sont bien haut delà de ce qu’on en fait. je pense qu’elles sont même illimitées. A mon avis, c’est loin d’être un mythe

                      merci pour cet excellent article, ajouté dans mes favoris.

                      Répondre



                      • Grégory

                        25 Août 2011 à 18:58

                        Je voulais faire un article sur Lead the field. Je me permettrai donc de faire sur mon blog http://www.gregorynemeth.com un lien vers ton blog Olivier étant donné qu’il n’y a rien à redire. C’est une excellente chronique qui devrait vous pousser à acheter le livre et cd. C’est un excellent programme de développement personnel. Il existe une traduction française mais on ne la trouve plus sur amazon.
                        Je vous conseille également les livres de Bob Proctor qui commente lead the field ou son blog : http://www.bobproctor.com/

                        Répondre



                        • jeanpaul

                          11 Avr 2012 à 18:41

                          excellent article sur le livre leading the field.

                          Répondre




                          • […] complément : appliquez la méthode d’Earl Nightingale et passez un peu de temps pour noter dix idées par jour dans votre carnet. Au bout de dix jours […]

                            Répondre




                            • […] et conférencier américain Earl Nightingale résume très bien la deuxième vision dans son livre Lead the Field […]

                              Répondre



                              • Vincent

                                18 Août 2016 à 09:53

                                merci beaucoup Laurent,
                                tu nous donnes vraiment le goût de la lecture.

                                Répondre




                                • […] : ce qui concorde avec notre décision antérieure. De plus, comme le dit Earl Nightingale dans Lead the Field, il n’y a rien que les hommes ne seraient prêt à faire pour ne pas avoir à […]

                                  Répondre




                                  • […] Earl Nightingale, Lead the field […]

                                    Répondre




                                    • […] A condition de jouir d’un minimum de libertés et d’opportunités, l’existence humaine offre d’extraordinaires occasions de développement intérieur, et elle nous offre une chance unique de réaliser le potentiel que nous possédons tous. Ce potentiel, voilé par notre ignorance et nos émotions perturbatrices, demeurent la plupart du temps enfoui à l’intérieur de nous comme un trésor caché. Note : cela rejoint l’histoire du champ de diamants de Lead the Field. […]

                                      Répondre




                                      • […] faire l’impossible, et donc à faire de notre mieux. Car comme le dit Earl Nightingale dans Lead the fied, le désir est plus puissant que la satisfaction de l’accomplissement. Avoir des ressources […]

                                        Répondre



                                        • Devenir Créatif – Olivier Roland – Medium - ArtsnCrafts.TK

                                          2 Avr 2019 à 17:26

                                          […] et à faire l’impossible, et donc à faire de notre mieux. Car comme le dit Earl Nightingale dans Lead the fied, le désir est plus puissant que la satisfaction de l’accomplissement. Avoir des ressources […]

                                          Répondre




                                          • […] Chaque journée est une des briques qui servira à bâtir votre maison. Parfois nous voyons un maçon commencer à bâtir un mur, brique après brique, et nous sommes songeurs à l’idée du travail qu’il lui reste à faire. Et puis un jour, quelques semaines ou quelques mois plus tard, c’est une maison complète qui est dressée à l’emplacement où le maçon travaillait. Ainsi en est-il de même de nos vies : si nous plaçons avec succès chacune de nos pierres, nous pourrons bâtir une tour magnifique. Pour avoir l’habitude du succès, la seule chose à faire est réussir les petites tâches que nous nous assignons chaque jour. Essayez cette idée qui fut achetée 25 000$ : “Tous les jours, écrivez sur une feuille les 6 tâches importantes de la journée. Puis classez-les par ordre d’importance. Puis faites-les, une à une. Si vous n’arrivez pas à faire les dernières, c’est que vous n’auriez pas pu les faire de toute façon.” Cette méthode va vous permettre de ne plus vous inquiéter à propos du lendemain. Vous pouvez vous relaxer en sachant avec bonheur que les tâches réussies font les jours réussis et qu’ils construisent une vie réussie. Pour en savoir plus et approfondir les 3 perles précédentes, lisez Lead the Field. […]

                                            Répondre




                                            • […] Lead the Field […]

                                              Répondre




                                              • […] lecteurs, j’inaugure avec ce post mon premier podcast, qui est la chronique audio de Lead The Field, un excellent livre de développement personnel qui m’a vraiment […]

                                                Répondre




                                                • […] complément : appliquez la méthode d’Earl Nightingale et passez un peu de temps pour noter dix idées par jour dans votre carnet. Au bout de dix […]

                                                  Répondre









                                                  Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

                                                  Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.