Une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie.

Le guide complet du jeûne

le guide complet du jeune Dr Jason Fung

Résumé de « Le guide complet du jeûne » du Dr Jason Fung : un ouvrage de référence venu des États-Unis pour tout savoir sur les bienfaits du jeûne et les meilleures techniques pour le mettre en pratique en fonction de votre situation.

Par Dr Jason Fung, 2008.

Titre original : « The Complete Guide to Fasting », 2016

Table des matières

Chronique et résumé de « Le guide complet du jeûne » du Dr Jason Fung

Préface de Thierry Lestrade

Le co-auteur du documentaire d’Arte « Le jeûne, une nouvelle thérapie ? » rédige cette préface. Il raconte comment son reportage a contribué à changer les mentalités en France.

Il soutient aussi que le livre du Dr Jason Fung est important et même « nécessaire parce qu’il comble un manque ». Ce manque, c’est celui de la diffusion du jeûne comme méthode complètement reconnue parmi les médecins.

Ce rejet est principalement dû à la formation des médecins. Ceux-ci sont formés pour agir, quitte à proposer des traitements invasifs. À l’inverse, le jeûne consiste à « ne rien faire », ou plutôt à laisser le corps agir de lui-même.

Nous redécouvrons aujourd’hui les vertus du jeûne. Principalement pour combattre l’obésité, mais pas seulement. Comment ? En agissant directement sur l’insulinorésistance (nous verrons ce concept plus loin).

Introduction du Dr Jason Fung

Originaire de Toronto, au Canada, le Dr Jason Fung est formé à la biochimie et à la médecine occidentale. Il s’est ensuite spécialisé à la néphrologie à l’université de Californie, à Los Angeles.

La néphrologie concerne les troubles rénaux. Cela implique de traiter des patients atteints du diabète de type 2 (principal responsable des troubles rénaux). Il se trouve que la plupart de ces patients diabétiques souffrent aussi d’obésité.

La passion pour son métier l’a amené à s’intéresser aux régimes et à la nutrition. Ce sont des disciplines très peu étudiées dans le cursus de médecine.

À cette époque, deux régimes s’opposaient : le régime pauvre en graisse et celui pauvre en glucides (low carb). Une étude du prestigieux journal New England Journal of Medicine montrait la supériorité du second.

À la surprise de l’auteur, qui croyait plutôt à l’efficacité supérieure du premier !

Comprendre les causes de l’obésité

Les résultats de cette étude le poussent à faire des recherches supplémentaires. Il veut comprendre la logique qui se cache sous l’efficacité du régime low carb.

Si l’obésité ne trouve pas sa cause dans un excès calorique, d’où vient-il ? La réponse actuelle à cette question est : d’un déséquilibre hormonal. C’est la « persistance de taux d’insuline excessifs » qui génère l’obésité.

Une solution découle de ce constat : pour freiner l’obésité, ce sera donc l’insuline qu’il faudra réduire, et non les calories. Le régime cétogène et le jeûne intermittent peuvent y aider.

Insuline et diabète de type 2

Il y a un problème : les médecins considèrent que l’insuline est le traitement du diabète de type 1 et de type 2. Il y a donc contradiction. Ceux-ci donnent de l’insuline pour traiter le diabète, mais favorisent ainsi la prise de poids. Que faire ?

Le problème concerne surtout le diabète de type 2. Celui-ci est lié à une résistance du corps à l’insuline et non à un manque (comme dans le diabète de type 1). Ici, un supplément d’insuline ne fait au final qu’aggraver les choses.

Quelle est la cause de la résistance à l’insuline ? Telle est la question. Et c’est… l’insuline elle-même ! « Le corps réagit à des niveaux excessifs d’une substance, quelle qu’elle soit, en développant une résistance à cette substance », écrit le Dr Jason Fung.

De nombreux patients atteints de diabète de type 2 savaient que ce n’était pas bon pour eux et réclamaient d’autres traitements. Il voulait mettre fin au cercle vicieux de l’obésité et du diabète.

Aujourd’hui, le médecin canadien sait quelle est la solution : faire baisser le taux d’insuline. Comment, concrètement ? Il y a la chirurgie, qui est invasive. La nutrition est véritablement le remède — c’est-à-dire un changement des habitudes alimentaires.

Au départ, il décide de proposer un régime spécifique (Intensive Dietary Management Program). Mais il donne peu de résultats. Il est difficile d’éviter certains éléments et de changer de diète quand vous avez des vies bien remplies.

C’est alors que le jeûne lui est apparu comme la solution la plus simple et la plus radicale. Entrons maintenant dans la suite de l’aventure !

Tout sauf une nouvelle lubie : mon expérience du jeûne, par Jimmy Moore

Mais avant, écoutons un autre expert du domaine, Jimmy Moore. Spécialiste du régime cétogène, cet auteur de best-sellers considérait au départ que le jeûne était une plaisanterie.

Pourtant, les travaux de Dr Jason Fung et du Dr Michale Eades, auteur de Protein Power (non traduit en français), lui ont fait changer d’avis.

Il faut dire que Jimmy Moore a vécu ces problèmes de près. Obèse, il a réussi à perdre 81 kilos grâce à un régime low carb.

C’est ce succès qui lui a donné envie de s’investir encore davantage dans ce domaine et de créer un podcast et une plateforme en ligne appelée Livin’La Vida Low Carb.

Après une première tentative de jeûne infructueuse (qu’il raconte en détail dans l’ouvrage), il parvient à réaliser un jeûne intermittent et se donne de nouvelles ambitions. Jimmy Moore tente le jeûne d’une semaine.

Et il ne s’arrête pas là ! Découvrez-en plus sur son expérience et voyez comment il est possible de jeûner plus de deux semaines dans Le guide complet du jeûne.

Rencontre avec les grands noms du jeûne

Avant de commencer, l’auteur nous propose encore de faire connaissance avec les grands noms du jeûne. Voici leurs noms et une brève description :

  • Abel James, coach vedette d’ABC Télévision ;
  • Dr Bert Herring, l’un des premiers médecins à conseiller le jeûne ;
  • Dr Michael Ruscio, médecin au service d’athlètes et de malades chroniques ;
  • Megan Ramos, Chercheuse en médecine, assistante du Dr Jason Fung ;
  • Amy Berger, auteure du livre The Alzheimer’s Antidote, nutritionniste et clinicienne ;
  • Dr Thomas Seyfried, chercheur et médecin renommé aux nombreuses publications ;
  • Robb Wolf, chercheur en biochimie, champion de power-lifting et entraîneur sportif ;
  • Mark Sisson, auteur de The Primal Blueprint (Le modèle Paléo).
Manger sain, des lipides : une assiette de saumon

Première partie : Qu’est-ce que le jeûne et quels sont ses bienfaits ?

Chapitre 1 : Qu’est-ce que le jeûne ?

Le jeûne est une abstention volontaire de s’alimenter. C’est ce qui le distingue de la famine, involontaire, imposée de l’extérieur. Le jeûne implique un choix et un contrôle de son alimentation. C’est une décision qui vient de l’intérieur.

Il ne faut donc pas confondre les deux. Et le jeûne est d’ailleurs une pratique quotidienne, mais nous l’avons oublié ! « Déjeûner », c’est bien « interrompre le jeûne », dé-jeûner. En fait, nos ancêtres savaient très bien ce qu’ils faisaient.

Toutefois, notre société de consommation nous enseigne le contraire. Et nous avons pris l’habitude de croire ce que nous disent les publicitaires.

Redécouvrons donc ce simple « secret d’antan ».

La disparition du jeûne quotidien

Jusque dans les années 1970, il n’était pas rare de jeûner 14 heures. Vous vous leviez, manger à 8 h, puis à midi et à 18 h. Puis c’était tout. Pendant la soirée et la nuit, rien.

Aujourd’hui, le grignotage est encouragé. Et il n’est plus rare de manger 5 à 6 fois par jour. Nous ne jeûnons que 6 à 8 heures par jour (nuit comprise).

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Serons-nous Immortels ?

Que se passe-t-il quand nous mangeons ?

Nous stockons la nourriture ou plutôt l’énergie ingérée. L’insuline est l’hormone qui permet ce stockage sous forme de glucose. Plus précisément, elle a deux fonctions principales :

  • L’utilisation immédiate de l’énergie des aliments ;
  • Le stockage proprement dit.

Toutefois, le stockage sous forme de glucose (ou glycogène, quand il s’agit de longues chaînes) a des limites. Le corps transforme en graisse le glycogène qu’il ne peut stocker.

Que se passe-t-il quand nous jeûnons ?

Lorsque nous jeûnons, le processus s’inverse. Notre corps a besoin d’aller rechercher l’énergie stockée. Il commence par le glucose (pendant environ 24 h, le temps que le stock s’épuise), puis va pomper dans les réserves de graisse.

Si nous entrons dans le détail, plusieurs phases peuvent être observées :

  1. Alimentation (stockage) ;
  2. Phase suivant l’absorption (6 à 24 heures après le début du jeûne) ;
  3. Néoglucogenèse (24 heures à 2 jours après le début du jeûne) ;
  4. Cétose (2 à 3 jours après le début du jeûne) ;
  5. Phase de conservation des protéines (5 jours après le début du jeûne).

« L’activation de ces phases n’a aucune conséquence néfaste sur la santé », dit le Dr Jason Fung. C’est un processus d’adaptation normal que nous héritons du paléolithique et des périodes de disette de nos ancêtres.

Bien sûr, il ne faut pas jeûner lorsqu’on est en situation de malnutrition. Encore une fois, le jeûne doit se faire dans un environnement contrôlé et sain.

Le taux d’insuline baisse

Toute ingestion de nourriture provoque une hausse du taux d’insuline (même lorsque nous consommons des aliments gras). Quand nous jeûnons, le taux d’insuline décroît progressivement.

« Une diminution régulière du taux d’insuline améliore la sensibilité à cette hormone — le corps y répond mieux. » (Le guide complet du jeûne, p. 58)

Garder un niveau d’insuline bas est bénéfique pour la santé. En plus, elle limite le niveau de sel et d’eau dans le corps, créant un effet de légèreté.

Les taux d’électrolytes sont stables

Tous ces minéraux nécessaires au bon fonctionnement du corps restent stables lors du jeûne. C’est le cas pour le :

  • Sodium et chlorure ;
  • Potassium, calcium, magnésium et phosphore ;
  • Autres vitamines et minéraux.

L’adrénaline augmente et le métabolisme accélère

Souvent, les personnes qui jeûnent se sentent plus dynamiques. Pourquoi ? En partie en raison de la hausse du niveau d’adrénaline, qui vient aider à libérer et à consommer les graisses.

L’hormone de croissance augmente

Autre facteur notable, bien étudié par les scientifiques : le taux de l’hormone de croissance augmente pendant la période de jeûne. Celui-ci peut donc aider à contrer certains effets du vieillissement, qui sont dûs, justement, à la baisse de la quantité de cette hormone dans le corps.

L’importance d’une alimentation saine

« Le jeûne ne fait pas tout : il est important d’avoir de bonnes habitudes alimentaires », précise l’auteur. Pour cela, il propose quelques conseils dans la partie suivante.

Qu’est-ce qu’une alimentation sainte ?

Les calories ne sont pas identiques entre elles. Et il en va de même pour les graisses. Certains aliments sont tout simplement meilleurs que d’autres. Il est donc néfaste de considérer simplement les chiffres et les macronutriments (nombre de calories, etc.).

Consommer des aliments complets non transformés

Les aliments ultra-transformés ne sont pas bons pour la santé, qu’il s’agisse d’aliments sucrés ou gras.

« On peut reconnaître les aliments naturels facilement : ce sont ceux qui sont identiques à ce qu’on trouve dans la terre ou qui a été vivant. Les paquets de cornflakes ne poussent pas dans les champs. Tout ce qui est préemballé dans un sac ou dans une boîte doit être évité. Il en va de même de tout ce qui porte une étiquette nutritionnelle. La vraie nourriture, qu’il s’agisse de brocoli ou de bœuf, ne porte pas d’étiquette. »

(Le guide complet du jeûne, p. 69)

Voici quelques autres conseils pratiques :

  • Réduire les sucres et les céréales raffinées ;
  • Consommer plus de graisses naturelles ;
  • Consommer moins de matières grasses artificielles ;
  • Alterner prise alimentaire et jeûne.

Différents types de jeûne

Nous allons découvrir les différents types de jeûne dans la suite de ce livre. Mais l’auteur signale que le jeûne absolu (sans eau ni autre boisson) n’est habituellement pas recommandé dans un contexte sanitaire. Il se pratique pour des raisons religieuses, mais doit se faire durant de courtes périodes.

Effets globaux du jeûne

Nous venons de voir les effets globaux du jeûne et d’apprendre mieux ce qu’il est, en évitant les mythes et les rumeurs qui l’entourent.

Nous allons maintenant continuer notre chemin sur cette voie en présentant les différents types de jeûne, ainsi que son histoire.

Un jeûne réussi : Samantha

Samantha est une femme de 37 ans à qui fut diagnostiqué le syndrome des ovaires polykystiques et un diabète de type 2. Elle raconte comment elle est parvenue, seule, à retrouver la santé et à maîtriser ses symptômes.

Chapitre 2 : Brève histoire du jeûne

Les bienfaits du jeûne sont connus depuis la Grèce antique. Et pas seulement : d’autres civilisations anciennes en ont fait un ingrédient essentiel de leur diète. « Le jeûne est en effet le mode traditionnel de guérison le plus ancien et le plus répandu dans le monde », dit l’auteur.

Jeûne et spiritualité

Le jeûne est une pratique répandue dans les grandes religions. Que ce soit le christianisme, l’islam ou le bouddhisme, par exemple. C’était une nécessité évolutive (il n’y avait pas toujours de nourriture au cours des premières époques de l’humanité) et les fondateurs de religion en ont fait une pratique spirituelle.

Dans l’hindouisme et la médecine ayurvédique, le jeûne est un puissant moyen de se débarrasser des toxines et de retrouver la paix de l’esprit.

Les précurseurs

Voici quelques précurseurs ayant considéré le jeûne comme une pratique positive pour la santé :

  • Hippocrate de Cos, père de la médecine, était un défenseur du jeûne.
  • Plutarque, l’écrivain romain, a dit : « Plutôt que d’avoir recours à la médecine, jeûnez un jour. »
  • Paracelse, médecin allemand du XVe siècle, il a dit : « Jeûner est le plus grand remède, le médecin intérieur. »
  • Benjamin Franklin, l’ingénieur de génie, a affirmé : « Les meilleures de toutes les médecines sont le jeûne et le repos. »
  • Quant à Mark Twain, l’écrivain et philosophe étatsunien, il a écrit : « Pour la plupart des maladies, un petit jeûne peut réellement faire plus de bien que les meilleurs médicaments et les meilleurs médecins. »

Le jeûne moderne

Les médecins du début du XXe siècle connaissaient le jeûne et son intérêt thérapeutique retenait leur attention. Mais il disparut de l’arsenal thérapeutique vers la fin des années 1960. Il est temps de revenir au bon sens !

Jeûne et sport : le jeûne ne fait pas fondre la masse musculaire. Une femme en train de porter des poids.

Chapitre 3 : Déconstruction des mythes autour du jeûne

Aujourd’hui, le jeûne est entouré de mythes, de croyances tenaces. Ce chapitre est consacré à leur analyse et à leur réfutation.

Mythe n°1 : le jeûne déclenche le « mode famine »

Ce premier mythe vise à nous faire croire qu’il serait mauvais de sauter un repas. Nous croyons alors que le fait de ne pas manger fait baisser drastiquement notre métabolisme. Et que cela entraîne de fâcheuses conséquences.

Mais c’est faux. En fait, ce serait plutôt le cas des régimes qui réduisent l’apport calorique. L’auteur montre, chiffres à l’appui, que le jeûne provoque une réaction corporelle très spécifique. La graisse va être utilisée comme « carburant » (c’est la citose).

Il montre ainsi que « pendant le jeûne, le métabolisme de base et l’aptitude à l’effort physique restent intacts » (figure 3.1., p. 95).

Mythe n° 2 : le jeûne fait fondre la masse musculaire

L’énergie utilisée pendant le jeûne ne vient pas des muscles, mais de la graisse. Les muscles, eux, sont justement protégés par celle-ci.

« Des études réelles sur le jeûne montrent que les craintes relatives à la fonde de masse musculaire sont largement infondées. Jeûner un jour sur deux pendant 70 jours entraîne une réduction de 6 % de la masse corporelle mais de 11,4 % de la graisse corporelle, alors que la masse maigre (muscles et os) reste inchangée. »

(Le guide complet du jeûne, p. 97)

La stimulation de l’hormone de croissance liée au jeûne aide à préserver la masse maigre.

En plus, l’augmentation ou la fonte de la masse musculaire est essentiellement due à l’exercice physique. Ce sont deux choses bien différentes.

Mythe n°3 : le jeûne provoque l’hypoglycémie

Cette idée découle de la croyance fausse selon laquelle le glucose serait la seule source d’énergie pour le corps humain. Comme nous l’avons vu, c’est une erreur : la graisse (les cétones, en langage savant) est un formidable carburant.

Même en cas de jeûne prolongé, « le taux de glucose sanguin n’atteint jamais un niveau dangereusement bas », rassure le Dr Jason Fung.

Mythe n°4 : après un jeûne, on mange davantage

Eh bien, non ! C’est plutôt l’inverse qui serait vrai, d’après les expériences de l’auteur. « Plus le jeûne durait, plus l’appétit diminuait », a-t-il constaté.

Mythe n°5 : le jeûne prive le corps de nutriments

Les vitamines et minéraux sont les micronutriments. Les lipides, protéines et glucides sont les macronutriments. Lors de jeûnes courts, il n’y a aucun souci à se faire : le corps récupérera rapidement les micronutriments. Lors d’un jeûne prolongé, il est recommandé de prendre des vitamines.

« En conservant les nutriments essentiels au lieu de les évacuer, le corps peut en recycler un grand nombre en période de jeûne », affirme le Dr Jason Fung.

Il sera utile de suivre un régime pauvre en glucides avant et après le jeûne. De cette façon, vous augmenterez le taux de lipides et de protéines et constituerez un stock pour la période de jeûne. Les glucides, quant à eux, ne sont pas des nutriments essentiels.

Mythe n° 6 : « c’est de la folie »

C’est le dernier argument, lorsque vos interlocuteurs ne savent plus comment vous déconseiller de jeûner. Pourtant, les analyses et la science ne laissent plus de place au doute. Oui, le jeûne est bon pour la santé. Non, son efficacité ne peut pas être remise en cause.

Alors, êtes-vous prêt à continuer l’aventure ?

Chapitre 4 : Les avantages du jeûne

les avantages du jeûne

Les régimes sont voués à l’échec

Le Dr Jason Fung raconte ici sa propre expérience : le régime qu’il préconisait à ses patients était trop compliqué. Et c’est souvent le cas ! La plupart des régimes efficaces sont trop contraignants. Résultat : ils ne sont pas suivis. Ou mal.

Finalement, le jeûne est la méthode la plus simple. Ce n’est pas le dernier superaliment à la mode, mais bien une pratique millénaire qui a fait ses preuves. Voyons de plus près ses avantages.

Avantage n°1 : c’est simple

Rien de plus simple : ne rien manger. Pendant une période donnée. Simplement boire de l’eau, du thé, du café ou du bouillon d’os. Pendant un temps déterminé. Plus c’est simple, mieux c’est.

Avantage n°2 : c’est gratuit

Eh oui… Bien moins cher qu’un traitement — ou qu’un superaliment ! Bien sûr, mieux vaut manger sain et bio si possible, lorsque vous ne jeûnez pas. Mais en soi, le jeûne ne coûte rien. Et il vous fait même faire des économies !

Avantage n°3 : c’est pratique

En effet, vous vous simplifiez la vie. Vous pouvez vous dispenser de faire les courses ou de préparer à manger ! Bien sûr, vous ne jeûnez pas constamment. Mais avouez que c’est plutôt pratique !

Avantage n°4 : vous pouvez profiter des petits plaisirs de la vie

Le jeûne ne vous interdit pas, une fois celui-ci terminé, de succomber à une tentation de temps en temps. Contrairement aux régimes traditionnels qui vous limitent potentiellement à vie, le jeûne vous demande seulement un effort sur un temps donné.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Podcast : 10 raisons pour lesquelles vous ne devriez pas être salarié

NB. Bien sûr, il est préférable de manger sainement au quotidien. Mais vous n’êtes pas limité à une liste rabougrie d’aliments !

Avantage n°5 : c’est puissant

Le jeûne a permis à des personnes souffrant de diabète de type 2 de voir le bout du tunnel. Il peut être répété, sans que cela ne nuise au corps.

Pas de meilleure manière pour perdre du poids. Ne pas manger, logique, non ? Simple comme chou, même ! Et pourtant si puissant… « Plus vous jeûnez, plus vous avez de chances de perdre du poids — quoi qu’il en soit, cela finira toujours par arriver », conclut l’auteur sur ce point.

Avantage n°6 : c’est flexible

Il n’y a pas de durée limitée ni de restrictions au niveau des répétitions. Tant que cela est fait correctement, vous pouvez l’adapter complètement à votre style de vie.

« Encore une fois, le jeûne vous simplifie la vie, car il vous suffit de ne rien faire. »

(Le guide complet du jeûne, p. 117)

Avantage n°7 : c’est compatible avec tous les régimes

Quel que soit votre régime alimentaire habituel, vous pouvez l’allier au jeûne. Que vous ne mangiez pas de fruits secs ou de blé, que vous ne sachiez pas cuisiner ou que vous ayez des difficultés à mastiquer, vous pouvez jeûner !

Un jeûne réussi : Elizabeth

Elizabeth a toujours été en surpoids et a été diagnostiquée diabète de type 2. Elle était également atteinte de stéatose hépatique (accumulation de graisses dans les cellules du foie).

Elizabeth a découvert les vidéos et les interventions du docteur Fung et s’est décidée. Elle a arrêté ses injections d’insuline et s’est mise à un régime de type paléo. Elle a également commencé à faire des jeûnes. Le résultat est stupéfiant (voir les chiffres dans l’ouvrage).

Chapitre 5 : Jeûner pour perdre du poids

Les régimes traditionnels échouent. Après un temps, le poids est généralement repris. C’est le traditionnel effet yo-yo…

« Mangez moins et bougez plus » : promesses non tenues

L’auteur n’y va pas de main morte avec ce principe que nous avons tous entendu plusieurs fois dans notre existence. Pour lui, les faits sont clairs. Durant les 20 dernières années (aux États-Unis au moins) :

  1. Les autorités nous ont sermonnés de manger moins et de bouger plus ;
  2. L’obésité n’a cessé d’augmenter.

Première hypothèse : les gens ne suivent pas ces conseils. Mais ce n’est pas suffisant. En général, les personnes cherchent à retrouver la santé (ou à la conserver). Ils font donc ce que les experts leur demandent. Ce que montre le Dr Jason Fung grâce à des graphes.

Deuxième hypothèse : le conseil lui-même ne fonctionne pas. C’est celle que privilégie l’auteur, chiffres à l’appui. Et il utilise également comme élément de preuve les témoignages des gagnants d’un jeu de télé-réalité étatsunien : The Biggest Loser. Un jeu dans lequel s’affrontent des personnes pour perdre du poids…

Échec de l’approche « mangez moins et bougez plus » : comment notre corps utilise les calories

Le corps ne fonctionne pas comme un « lavabo » : il ne dépense pas tout ce qu’il consomme. Il stocke. C’est le rôle du glycogène et de la graisse, comme nous l’avons vu plus tôt.

C’est tout ce modèle que ne prend pas en compte l’approche « diminution des calories/augmentation de la dépense calorique ». L’approche « mangez moins et bougez plus » s’imagine les choses trop simplement.

Rôle crucial de l’insuline dans la perte et la reprise du poids

« L’insuline est l’hormone qui détermine la facilité d’accès au congélateur contenant la graisse », dit l’auteur pour imager son raisonnement.

Si nous ne mangeons pas, le taux d’insuline est bas et l’accès à la graisse est aisé. C’est logiquement l’inverse quand nous mangeons (ou que nous mangeons beaucoup de glucides).

Insulinorésistance

C’est ce qui se passe pour les diabétiques de type 2, comme nous l’avons vu. Nous avons appris que c’est le corps qui crée lui-même la résistance à l’insuline pour se protéger.

Mais si nous augmentons encore le taux d’insuline (ce que les traitements médicaux classiques proposent), nous entrons dans un véritable cercle vicieux.

La solution : faire baisser drastiquement ce taux. « Puisque l’insulinorésistance est la conséquence d’un taux d’insuline constamment élevée, nous devons aménager des périodes récurrentes pendant lesquelles le taux d’insuline est très bas« .

Taux d’insuline élevé + moins de calories = ralentissement du métabolisme

La solution visant à faire baisser le taux de calories (en mangeant moins) tout en conservant un taux d’insuline élevé n’est pas efficace. C’est ce que le programme « mangez moins et bougez plus » cherche à faire. C’est ce que l’émission The Biggest Loser a cherché à reproduire de façon caricaturale.

Et cela n’a pas fonctionné. En fait, la reprise de poids des participants à ce programme (et de tous ceux qui suivent ce type de conseil) est prévisible. En effet, les personnes éprouvent un ralentissement de leur métabolisme. Ils ont froid, se sentent fatigués et mal.

Et s’ils mangent à nouveau, même moins, ils retrouvent leur poids d’origine. C’est un cycle sans fin.

La solution : le jeûne

Tous les aliments augmentent le taux d’insuline. Le meilleur choix est donc le jeûne. Celui-ci peut être associé à d’autres méthodes, comme les régimes pauvres en glucides.

Alors que les régimes hypocaloriques ne peuvent combattre efficacement l’immunorésistance, le jeûne le peut.

La chirurgie bariatrique (chirurgie de l’estomac) est plus efficace que les régimes hypocaloriques. Elle fonctionne très bien sur les diabétiques de type 2. Mais pourquoi cela marche-t-il si bien ?

Parce que, pour l’auteur, « la chirurgie bariatrique est un jeûne imposé de façon chirurgicale ». Il l’explique en détail — graphes à l’appui — aux p. 156-158 de l’ouvrage.

Ce que l’on peut attendre d’un jeûne motivé par la perte de poids

Les résultats varient d’une personne à l’autre. Ils dépendront de votre histoire personnelle avec l’obésité. Parfois, il faudra tenter diverses méthodes de jeûne et parfois associer le jeûne avec d’autres méthodes.

Attention : ne confondez pas perte d’eau et perte de graisse. Les premiers jours, les kilos perdus sont essentiellement dus à la perte hydrique. Mais la perte graisseuse suivra.

Chapitre 6 : Jeûner pour combattre le diabète de type 2

Tandis que le diabète de type 1 est une maladie auto-immune, le diabète de type 2 est lié au mode de vie et à l’alimentation. Comme nous l’avons vu plus haut, le phénomène spécifique du second type de diabète se nomme l’insulinorésistance.

Remèdes anciens contre le diabète

Le diabète de type 1 est une maladie connue de longue date. Avant le XXe siècle, le diabète de type 2 était peu fréquent. Plusieurs médecins ont proposé une thérapie diététique fonctionnant à peu près comme le jeûne contemporain.

Les résultats étaient prometteurs dans l’ensemble. Mais la méconnaissance de la différence entre diabète de type 1 et 2 (le régime n’est pas la solution pour les diabétiques de type 1) et des erreurs de jugement sur le traitement noircirent le tableau.

Le traitement à base d’insuline s’est imposé progressivement, contre les premières tentatives à base de régime alimentaire. Mais ici encore, la confusion entre les deux diabètes porte préjudice à certains patients (en l’occurrence, cette fois, aux diabétiques de type 2).

Aujourd’hui, le diabète de type 2 gagne du terrain. Comment freiner sa progression ?

Une sagesse oubliée : le lien entre diabète de type 2 et alimentation

Les spécialistes considèrent le diabète comme une maladie évolutive et chronique. Pourtant, la chirurgie bariatrique et le jeûne démontrent que ce n’est pas le cas.

Le Dr Jason Fung démontre que, pendant la Seconde Guerre mondiale, le diabète de type 2 chuta en raison des rationnements imposés à la population. C’est donc bien qu’il y a un lien clair entre cette maladie et le régime alimentaire.

Pourquoi le jeûne est-il efficace contre le diabète de type 2 ?

L’injection d’insuline n’est pas la solution pour les diabétiques de type 2. En effet, cela renforce le phénomène d’insulinorésistance. Or il s’agit, au contraire, de le contrer.

« Seules deux méthodes permettent d’évacuer du corps la surcharge toxique de glucose. Il faut commencer par arrêter d’en introduire. C’est possible en adoptant un régime très pauvre en glucose ou un régime cétogène. (…) Le jeûne aussi élimine les glucides — ainsi que toute autre forme d’aliments. L’organisme doit ensuite brûler l’excès de glucose. Encore une fois, le jeûne est la solution évidente. (…) Le jeûne met un terme à l’ingestion de glucose et le corps n’a d’autre choix que d’utiliser ses réserves. »

(Le guide complet du jeûne, p. 176)

Un suivi attentif est essentiel

Le jeûne ne doit pas se faire n’importe comment. Surtout si vous prenez des médicaments contre le diabète de type 2. Vous devrez prendre l’avis d’un médecin et contrôler régulièrement votre glycémie.

« L’objectif à long terme reste de parvenir à un sevrage de médicaments tout en ayant une glycémie normale », dit le Dr Jason Fung.

Un jeûne réussi : Megan

Megan a vu sa vie changer alors qu’elle n’avait qu’une vingtaine d’années. Elle a pris 24 kg en quelques mois. Puis a été diagnostiquée prédiabétique.

Au début, elle a eu des doutes sur le traitement à adopter. Après avoir tenté le régime hypocalorique, sans succès, elle s’est décidée à essayer le jeûne. Avec appréhension. Mais elle ne le regrette pas !

Aujourd’hui, en tant que praticienne de santé, elle applique à ses patients le programme du Dr Jason Fung.

Rubik cube : jeûne pour rajeunir et doper ses neurones

Chapitre 7 : Jeûner pour rajeunir et doper ses neurones

Booster ses capacités mentales

Vous avez certainement fait l’expérience d’un repas trop copieux. Difficile de se sentir très performant mentalement (et physiquement d’ailleurs) dans les heures qui suivent. À l’inverse, vous avez peut-être expérimenté l’état de clairvoyance qui apparaît lorsque vous mangez peu ou pas.

L’idée consiste à reproduire cet état d’alerte intellectuelle volontairement avec le jeûne. En fait, pour des raisons évolutives, notre corps et notre cerveau se mettent en état de vigilance accrue lorsque la nourriture vient à manquer. Eh oui, sans cela, nous n’aurions plus la force ni l’intelligence de la chercher !

Ralentissement du vieillissement

« Notre corps est en perpétuel renouvellement. (…) De nouvelles cellules et de nouveaux tissus sont générés pour remplacer ceux qui ont été détruits. Le corps se renouvelle ainsi. Pour que cela fonctionne, toutefois, il doit d’abord se débarrasser des anciennes pièces. »

(Le guide complet du jeûne, p. 193)

Les mécanismes responsables de ce nettoyage sont nommés l’apoptose et l’autophagie. Or, trop de protéines, d’insuline ou de glucose dans le sang peuvent empêcher ces processus de fonctionner correctement.

Le jeûne est un excellent stimulus pour redonner vie à ce phénomène de nettoyage naturel du corps. Dans l’ouvrage, une explication scientifique est proposée à partir de la molécule mTOR, qui favorise l’autophagie.

Chapitre 8 : Jeûner pour améliorer sa santé cardiaque

Cholestérol et triglycérides sont des marqueurs d’un risque cardio-vasculaire ou cardiaque accru. Un régime pauvre en glucides peut aider. Mais pas dans tous les cas.

Le cholestérol alimentaire n’augmente pas le cholestérol sanguin

En fait, l’alimentation ne joue pas sur le taux de cholestérol sanguin. C’est le foie qui le produit en grande partie (80 %) et le fait de manger plus ou moins d’aliments à forte teneur en cholestérol n’y change rien.

Cette affirmation peut sembler étrange, tant nous sommes habitués à l’idée contraire. Pourtant, l’auteur démontre sa vérité en fouillant dans l’histoire des études scientifiques sur la nutrition. Il montre que certains résultats ont été laissés de côté, au profit de la doctrine du régime « pauvre en matières grasses ».

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Okinawa, Un programme global pour mieux vivre

Le jeûne pour lutter contre le cholestérol

Si manger moins n’a pas beaucoup d’impact, en revanche ne rien manger est efficace. Pourquoi ? Il faut le demander aux triglycérides ! « Des études démontrent que jeûner un jour sur deux pendant 65 jours peut réduire de 25 % les LDL (mauvais cholestérol) ».

Chapitre 9 : Ce que vous devez savoir sur la faim

C’est dans la tête que naît la faim

La faim peut être déclenchée de multiples manières. Ces stimulus peuvent être très puissants. Nous créons ainsi des habitudes : une odeur et nous avons envie de manger, la vue d’un paquet de chips et la faim nous tenaille…

La plupart du temps, nous développons des réflexes conditionnés qui nous poussent à manger. Mais nous n’avons pas pour autant réellement faim. Autrement dit, notre corps n’a pas réellement besoin de nourriture à ce moment X.

En finir avec notre conditionnement

Le jeûne permet de se défaire de ces conditionnements. Il casse les réflexes en introduisant une dimension imprévisible (par exemple en sautant des repas de façon aléatoire).

Si vous avez de mauvaises routines tenaces dont vous voulez vous débarrasser, remplacez-les par d’autres plus saines (une tisane à la place des biscuits devant la télé le soir, par exemple).

« Lorsque l’on cherche à rompre des habitudes, un sevrage brutal produit rarement les effets escomptés. Il est préférable de remplacer une habitude par une autre moins nocive. »

(Le guide complet du jeûne, p. 216)

Comment gérer la faim pendant le jeûne

Le Dr Jason Fung préconise de se passer d’édulcorants. Toutefois, certains l’utilisent pendant le jeûne. En fait, il est préférable de s’éloigner de tous les stimulus qui provoquent la faim, de façon générale.

Si c’est impossible, modifiez vos routines en conservant quelque chose. Par exemple, si vous ne mangez pas au petit déjeuner, conservez tout de même la tasse de café (en en faisant un bulletproof coffee, pourquoi pas ! Voir la recette dans l’ouvrage, p. 330-331).

Autre option : travailler ou s’activer durant les heures dévolues aux repas.

Laisser mourir la vague de faim

Relativisez la faim et laissez-la s’en aller. Pour le dire avec les mots de l’auteur de L’art de ne pas vous empoisonner la vie, cessez de « terribiliser » la faim.

Buvez une boisson qui vous plaît. Cela calmera la faim.

Pour les jeûnes longs, il est fréquent d’observer une diminution de la faim après le deuxième jour.

Un jeûne réussi : Darryl

Darryl est un homme de 66 ans au taux de cholestérol élevé et d’un diabète de type 2. Comme le relate le Dr Jason Fung, un régime associé au jeûne lui a permis de faire disparaître son diabète !

Chapitre 10 : Dans quels cas ne pas jeûner

Voici les situations dans lesquelles le jeûne ne devrait pas avoir lieu :

  • Personnes très maigres ou souffrant de malnutrition sévère ;
  • Enfants de moins de 18 ans ;
  • Femmes enceintes ;
  • Femmes allaitantes.

Dans les situations suivantes, le jeûne ne devrait pas être entrepris sans l’avis d’un médecin :

  • Personnes souffrant de crise de goutte ;
  • Prise de médicaments ;
  • Diabète de type 1 ou 2 ;
  • Personnes souffrant de reflux gastro-œsophagien.

Deuxième partie : Comment jeûner ?

comment jeûner ? Les bonnes pratiques

Chapitre 11 : Types de jeûnes et bonnes pratiques

Il existe plusieurs types de jeûne thérapeutique, selon les périodes notamment (celles-ci seront traitées aux chapitres suivants).

Le rapport aux boissons est également important.

  • Le jeûne classique autorise l’eau, le café, le thé, mais rejette tout le reste et en particulier le sucre.
  • Le jeûne hydrique n’accepte que l’eau (et le sel).
  • Certains jeûnes autorisent les jus (de fruits ou de légumes).
  • Le « jeûne gras » autorise la consommation de graisses comme l’huile de coco, la crème et le beurre (c’est le cas du bulletproof coffee).
  • Le « jeûne sec » n’autorise aucun liquide, à déconseiller hors des contraintes religieuses, selon l’auteur.

Le programme nutritionnel intensif

Le Dr Jason Fung a créé sa propre variante où le café, le thé, l’eau et le bouillon d’os (voir la recette p. 332-333) sont autorisés. La graisse (comme évoqué plus haut) peut faire partie du régime si la personne le souhaite.

Chapitre 12 : Jeûne intermittent

Comme nous l’avons vu, nos ancêtres avaient l’habitude (en partie par nécessité) de passer certaines périodes sans manger.

En fait, sans aller jusqu’à la famine (qui est involontaire), nous pouvons décider de nous passer de nourriture de temps à autre afin de garder les bienfaits du jeûne sans en payer les conséquences négatives.

Le jeûne intermittent est une solution simple et utile pour faire baisser le taux d’insuline et obtenir les gains (perte de poids, boost intellectuel et physique, etc.) vus plus haut.

Qu’est-ce que le jeûne intermittent ?

« Même s’il s’agit d’une notion arbitraire, on peut distinguer les jeûnes courts (moins de 24 heures), des jeûnes longs (à partir de 24 heures) », dit l’auteur.

Le Dr Jason Fung insiste : il importe de trouver son rythme et la « combinaison » jeûne/alimentation qui vous convient le mieux et qui donne les meilleurs résultats.

Le jeûne intermittent est un jeûne court qui va s’étendre sur plusieurs jours, voire devenir une habitude qui s’étend dans la durée.

Jeûnes quotidiens de courte durée

Voici quelques types de jeûnes connus :

  • 12 heures (le jeûne classique et « naturel ») ;
  • 16 heures (vous passez le petit-déjeuner ou le dîner, par exemple) ;
  • 20 heures (vous passez le petit-déjeuner et le déjeuner), connu sous le nom de « Régime du guerrier » (Ori Hofmekler).

Rythmes circadiens

Ce sont les rythmes de comportements et d’hormone sur 24 heures. Ceux-ci aident à la régulation de l’insuline et il faut donc les prendre en compte.

Bien qu’il y ait peu d’études à ce sujet, il semble que manger le soir ou la nuit favorise davantage la prise de poids, car la production d’insuline est plus élevée à ce moment.

Le repas le plus copieux de la journée

Il devrait être le déjeuner. Comme dans le cadre de la diète méditerranéenne. En effet, nous venons de voir qu’il n’était pas conseillé de manger le soir. Par ailleurs, nous n’avons souvent pas très faim le matin. Autant suivre ces rythmes naturels !

Chapitre 13 : Jeûnes plus longs (24 à 42 heures)

Risques et avantages liés aux jeûnes plus longs

Les jeûnes longs sont particulièrement efficaces pour traiter le diabète de type 2 et l’obésité. Mais le Dr Jason Fung prévient et met en garde. Il faut :

  • Demander l’avis de son médecin (surtout si vous prenez des médicaments) ;
  • Arrêter le jeûne si vous ne vous sentez pas bien.

Jeûne de 24 heures

Cette formule a plusieurs avantages, et notamment celle de pouvoir continuer à prendre ses médicaments sans problème.

Dans cette formule, vous jeûnez une journée entière, depuis un repas (disons le dîner) jusqu’au même repas suivant (le dîner du lendemain).

Il s’intègre facilement à la vie de tous les jours, sans perturber outre mesure le rythme familial, par exemple.

Le régime 5:2

Ici, vous mangez 5 jours de la semaine et vous abstenez les 2 restants. Vous en saurez plus en lisant l’ouvrage de Micahel Mosley, Le Régime Fast. En fait, les deux jours de jeûne peuvent inclure une dose minimale de calories.

Le jeûne alterné

Dans ce cas, vous jeûnez un jour sur deux. « Comme pour le régime 5:2, 500 à 600 calories sont autorisées les jours de jeûne, mais cette restriction calorique revenant tous les 2 jours et non deux fois par semaine, il est plus intense que le régime 5:2 », rappelle l’auteur.

Jeûne de 36 heures

Vous jeûnez une journée complète et ne mangez que le surlendemain. C’est un type de jeûne utilisé dans le programme nutritionnel intensif du Dr Jason Fung.

Jeûne de 42 heures

Vous pouvez combiner un jeûne de 16 heures avec un jeûne de 36 heures au cours d’une semaine. Dans ce cas, vous aurez accompli un jeûne de 42 heures.

Un jeûne réussi : Sunny et Cherrie

Sunny est un homme d’une cinquantaine d’années qui a été soigné par le Dr Jason Fung. Sa sœur, Cherry, s’est décidée elle aussi à suivre le régime de l’auteur, au vu des résultats de son frère. Tous les deux affirment s’être sentis en forme pendant les périodes de jeûne. Et leur diabète de type 2 a disparu.

Chapitre 14 : Jeûne étendu (plus de 42 heures)

Le jeûne étendu doit souvent faire l’objet d’une préparation en amont. C’est aussi un exercice qu’il vaut mieux faire lorsque vous aurez déjà une expérience des jeûnes courts et plus longs.

Voici les jeûnes étendus évoqués dans l’ouvrage :

  • 2 à 3 jours ;
  • 7 à 14 jours.

L’auteur aborde aussi la question du « syndrome de renutrition inappropriée ». Il s’agit d’un problème qui survient essentiellement dans les cas de malnutrition sévère.

Ce problème peut survenir chez des personnes souffrant d’anorexie, mais aussi d’alcoolisme chronique, de cancer, de diabète mal contrôlé ou d’une maladie intestinale.

Comme nous l’avons déjà signalé, dans ces cas-là, le jeûne n’est peut-être pas la solution appropriée : parlez-en toujours à votre médecin avant de vous lancer.

Dans tous les cas, ce phénomène est très rare (0,43 % des cas). Et si vous êtes en bonne santé, ces deux recommandations simples devraient suffire :

  1. Optez pour un jeûne avec bouillon d’os ;
  2. Continuez vos activités physiques durant le jeûne.

Chapitre 15 : Trucs, astuces et questions fréquentes

Pour commencer, ne perdez jamais de vue votre objectif et ajustez votre stratégie en fonction des résultats. C’est la base.

9 conseils incontournables

  1. Buvez de l’eau ;
  2. Restez occupé ;
  3. Buvez du café ;
  4. Surfez sur la vague ;
  5. Ne le dites pas aux autres ;
  6. Donnez-vous un mois ;
  7. Mangez correctement les jours où vous ne jeûnez pas ;
  8. Évitez les excès ;
  9. Adaptez le jeûne à votre mode de vie (p. 294-295).

Comment rompre le jeûne ?

Un conseil : ne vous suralimentez pas après un jeûne. Reprenez en douceur (en suivant le conseil 8 ci-dessus). Le Dr Jason Fung conseille aussi de prendre un en-cas avant un vrai repas (une heure plus tard). Des fruits secs ou une salade peuvent faire l’affaire. Un bouillon ou un petit morceau de viande aussi.

Bien entendu, pensez à vous hydrater (avec de l’eau !) et prenez le temps de consommer votre en-cas.

Problèmes courants

Voici quelques problèmes qui surviennent pendant la période de jeûne. Dans l’ouvrage, l’auteur montre comment les gérer au quotidien :

  • La faim ;
  • Les maux de tête ;
  • La constipation ;
  • Les reflux gastriques ;
  • Les crampes musculaires.

Questions fréquentes

Voici aussi quelques questions auxquelles le Dr Jason Fung répond :

  • Est-ce que jeûner va me rendre irritable ?
  • Est-ce que je vais être fatigué ?
  • Le jeûne cause-t-il confusion et absences ?
  • Le jeûne conduit-il à la suralimentation ?
  • Je souffre de gargouillements permanents. Que faire ?
  • Je prends des médicaments pendant les repas. Comment procéder quand je jeûne ?
  • Que faire si je souffre du diabète ?
  • Puis-je faire de l’exercice pendant un jeûne ?

Soyez vigilants

Si vous avez des problèmes de santé, soyez particulièrement prudent. Outre l’avis du médecin, vous devriez monitorer votre tension artérielle et votre taux de glycémie.

Festins et jeûnes : les rythmes de la vie

Nous prenons plus de poids à certaines périodes de l’année. C’est normal ! Les fêtes nous font du bien aussi ! Mais nous avons oublié que les festins étaient suivis ou précédés de jeûne auparavant. Pourquoi ne pas nous souvenir de cette sagesse traditionnelle et la remettre au goût du jour ?

Manger à l’extérieur

Cherchez à adapter votre jeûne à votre agenda et non l’inverse. Ne vous privez pas de tout contact social. Une solution classique consiste à sauter le petit-déjeuner (plus facile). Si vous voulez éviter de déjeuner, continuez à travailler par exemple (c’est relativement simple également).

Fruits secs : à consommer entre périodes de jeûne.

Troisième partie : Ressources

Boissons compatibles avec le jeûne

Le Dr Jason Fung dresse une liste complète des boissons recommandées et compatibles avec le jeûne. Pour chacun, il précise ce que vous pouvez ajouter ou non (voir p. 317-319) :

  • Eau ;
  • Café ;
  • Thé et tisanes ;
  • Bouillon d’os maison.

Protocoles

Plusieurs protocoles précis sont proposés en fin d’ouvrage, avec des propositions de recettes et des plages horaire jeûne/alimentation. C’est vraiment pratique ! Vous trouverez des protocoles pour le jeûne de :

  • 24 heures ;
  • 36 heures ;
  • 42 heures ;
  • 7 à 14 jours.

Quoi ? Des recettes dans un livre sur le jeûne ? Eh oui !

Voici les délicieuses recettes présentées dans l’ouvrage (p. 328-367) :

  • Parfait aux fruits rouges
  • Bulletproof coffee
  • Bouillon d’os
  • Pancakes sans céréale
  • Mini-frittatas
  • Bacon maison
  • Pizza de chou-fleur sans céréale
  • Cuisses de poulet pannées au paprika
  • Pilons de poulet au bacon
  • Poivrons farcis
  • Ailes de poulet aux épices
  • Bâtonnets de poulet panés
  • Fajitas de laitue au bœuf et aux poivrons
  • Salade de roquette au prosciutto
  • Frites d’avocat
  • Salade de roquette aux pores et pignons
  • Salade de fraises au chou kale
  • Haricots verts sauce moutarde
  • Salade grecque à l’avocat
  • Semoule de chou-fleur au four
Jeûner : source de bien-être

Conclusion sur « Le guide complet du jeûne » du Dr Jason Fung :

Ce qu’il faut retenir de « Le guide complet du jeûne » du Dr Jason Fung :

Voici un livre qui vous sera utile non seulement avant de jeûner, mais aussi pendant toute la période du jeûne. Il vous accompagnera dans votre cheminement. Et si vous doutez encore, eh bien il parviendra à vous convaincre, preuves à l’appui, de l’intérêt de cette méthode.

Il faut retenir que c’est à la fois une technique ancienne, validée par les ans ET une méthode reconnue par la science la plus actuelle. Tout comme la méditation, le jeûne est une pratique millénaire redécouverte et validée par les recherches les plus récentes.

Il peut aider à soigner le diabète de type 2 et l’obésité. Bien sûr, les personnes souffrant de ces maladies ne devraient pas se lancer seules, sans avis d’un médecin.

Pour tous les autres, le jeûne peut devenir une véritable ressource de développement personnel. Celui-ci vous aidera à renforcer votre corps et votre esprit.

Pour terminer, nous pouvons citer l’auteur de la préface, Charles-Antoine Winter :

« Ne jeûnez pas dans une logique de privation, avec la peur au ventre et l’impression du sacrifice. Jeûnez avec le sentiment d’abondance, de liberté, en faisant de l’exercice physique, en profitant de vos temps de repas pour accomplir vos rêves. »

(Le guide complet du jeûne, p. 371)

Points forts :

  • Un guide vraiment complet sur tous les aspects du jeûne et les différents protocoles possibles ;
  • Des références scientifiques à la fin de chaque chapitre ;
  • De nombreux témoignages d’experts et de personnes ayant expérimenté le jeûne ;
  • Les ressources en fin d’ouvrage — un vrai plus !

Point faible :

  • Le contexte des études et des cas est surtout américain. Mais cela s’applique également à l’Europe et à tous les pays occidentaux.

Ma note :

★★★★★

Avez-vous lu le livre du Dr Jason Fung « Le guide complet du jeûne » ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (Pas encore de Note)

Loading...

Visitez Amazon afin de lire plus de commentaires sur le livre du Dr Jason Fung « Le guide complet du jeûne » .

 Visitez Amazon afin d’acheter le livre du Dr Jason Fung « Le guide complet du jeûne » .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.

Partagez
WhatsApp
Partagez
Tweetez
Enregistrer