La Grève, d’Ayn Rand (la Révolte d’Atlas)

Vous pouvez également consulter cette vidéo au format audio uniquement en téléchargeant le MP3, ou en le récupérant dans iTunes directement.

Acheter La Grève sur Amazon :

Transcription texte (littérale) de la vidéo :

Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle vidéo du blog Des Livres Pour Changer de Vie.
Je me trouve actuellement à Lille et je vous fais cette vidéo rapidement pour vous parler d’un livre exceptionnel qui vient juste d’être publié officiellement en France, et qui s’appelle La Grève, d’Ayn Rand. C’est un livre dont je vous ai déjà parlé brièvement sur mon blog Blogueur Pro dans mon article sur Los Angeles, et je vous avais parlé de ce livre en vous disant que c’était un livre secret, inconnu en France. Eh bien ça y est, il n’est plus secret, il a été enfin publié en France !

Si j’ai souhaité vous parler de ce livre, c’est que je le trouve vraiment exceptionnel, et qu’en plus l’histoire de sa traduction officielle en français est vraiment rocambolesque, c’est le moins que l’on puisse dire ! Il faut savoir que ce livre a été publié officiellement en 1957 aux États-Unis. La Grève devenu un véritable phénomène, c’est un best-seller qui s’est vendu à plus de dix millions d’exemplaires. Un sondage a même déterminé que ce livre est le deuxième livre le plus populaire aux États-Unis après la Bible. On estime qu’environ 8% des Américains l’ont lu, ce qui représente quand même trente-deux millions de personnes, donc c’est vraiment énorme. Ce livre – Atlas Shrugged en anglais a vraiment une influence déterminante sur les États-Unis.

Donc l’histoire de sa traduction est rocambolesque : en 1958, un éditeur suisse a commencé à faire la traduction de ce livre, sous le titre “La Révolte d’Atlas”. Il a traduit les deux tiers de ce livre. Ayn Rand, qui lisait parfaitement le français, a eu l’occasion de lire cette traduction, et il faut savoir qu’elle l’a répudiée parce qu’elle estimait que cette traduction n’était pas d’une qualité suffisante. Donc on a eu droit à deux tiers de traduction de mauvaise qualité. L’éditeur a ensuite fait faillite. Et pendant cinquante ans, il n’y a pas eu une seule traduction officielle en français. Donc c’est assez incroyable, on peut même se demander quand on a l’a lu, s’il n’y a pas eu une forme de censure. Parce qu’il faut savoir que le contenu de La Grève va vraiment à l’encontre de toute la politique économique et sociale de la France de ces quarante dernières années ; on peut vraiment se demander s’il n’y a pas eu une certaine forme de censure.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  La semaine de 4 heures (deuxième édition)

En 2009, une femme a été complètement révoltée par l’absence de ce livre si connu aux États-Unis et complètement inconnu en France, et a décidé de prendre sur son temps libre, pendant un an, pour travailler sur un projet de traduction pirate, c’est-à-dire qu’elle n’a pas demandé l’autorisation aux ayants droit de cette œuvre. Elle a donc travaillé elle-même pendant un an sur la traduction pirate de cette œuvre.

Cette femme, c’est Monique di Pieirro. Elle a sorti une traduction pirate en PDF en 2009. C’est cette traduction pirate que j’ai eu l’occasion de lire, et c’est de celle-là dont j’ai parlé dans mon article sur Blogueur Pro. Je vous disais dans cet article que la seule occasion pour laquelle je suis fier d’avoir accès à une œuvre piratée, c’est quand cette œuvre pirate est la seule manière d’avoir accès à l’œuvre.

Mais aujourd’hui, ce n’est plus la peine de télécharger cette œuvre pirate, puisqu’on a enfin une traduction officielle sous le titre “La Grève”. La traductrice n’est pas la même, c’est Sophie Bastide-Foltz, qui elle aussi a dû sans doute travailler pas mal de temps, donc merci Monique et merci Sophie, si vous regardez cette vidéo, pour votre travail exceptionnel qui permet enfin de faire connaître cette œuvre géniale en France.

Juste un bémol sur la traduction : je ne suis pas sûr que La Grève soit un titre vraiment probant pour le marché français. Le titre original Atlas Shrugged signifie Atlas haussa les épaules. Je trouve vraiment que c’est une image poétique et imagée qui se comprend parfaitement quand on lit le livre : c’est Atlas qui porte le monde et qui hausse les épaules et qui fait donc trembler le monde. La grève se comprend aussi quand on a lu le livre, mais je ne suis pas sûr que pour quelqu’un qui ne l’a pas lu, cela va l’intéresser, cela va le pousser à lire le contenu, parce qu’on va tout de suite avoir une idée différente de ce que le livre propose.

Mais au-delà de cela, si je vous fais cette vidéo aujourd’hui, c’est pour vous dire que je trouve ce livre absolument exceptionnel, c’est un livre qui est extrêmement dense, il fait presque mille deux cents pages et c’est écrit sous la forme d’un roman. C’est une œuvre de fiction mais ce n’est pas juste un roman pour se détendre. La forme du roman est utilisée pour mettre en avant des idées, tout un système de pensée politique, économique… que je trouve vraiment, vraiment fascinants.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  The New Business Road Test (comment créer votre entreprise)

Ayn Rand pousse sa pensée à des extrêmes que je ne partage absolument pas, mais au-delà de ces extrêmes, je trouve que tout entrepreneur devrait lire ce livre. Si vous êtes entrepreneur ou si vous pensez à créer votre entreprise, si vous avez un projet de création d’entreprise, si vous avez déjà une entreprise, si vous vous considérez comme entrepreneur, si vous considérez que vous avez l’état d’esprit d’un entrepreneur, je vous recommande fortement de lire La Grève. En plus, c’est vraiment un livre passionnant. Pour ma part, j’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire, il a fallu attendre les cent premières pages. Mais après les cent premières pages, j’étais complément pris dans l’histoire et je ne pouvais plus m’arrêter.
Je connais un autre entrepreneur célèbre de l’Internet francophone qui a lu ce livre je crois en une semaine et demie, ce qui est un exploit, et il ne pouvait plus s’arrêter. C’est vraiment quelque chose de passionnant qui va sans doute changer à tout jamais le regard que vous portez sur les entrepreneurs et sur l’entreprenariat, sur la valeur ajoutée qu’on peut apporter au monde et sur de nombreuses autres choses.

D’ailleurs ce livre m’a tellement marqué que je pense que je ferai d’autres vidéos, peut-être d’autres articles à son sujet, ou que je vous lirai quelques passages qui sont absolument extraordinaires. Et, de plus, si vous vous intéressez un petit peu à la culture américaine, à la culture anglo-saxonne, c’est vraiment une lecture indispensable parce qu’énormément d’Américains l’ont lu. Et c’est, je pense, un des quelques livres qu’il faut lire pour comprendre les États-Unis, leur politique, leur culture.

Donc, vous avez compris, c’est la première fois que je fais une vidéo comme ça pour vous recommander de lire un livre. Je vous recommande vraiment, vraiment de lire La Grève, c’est un livre exceptionnel.

Je vous l’ai dit, il va à certains extrêmes que je ne partage pas, j’aurai peut-être l’occasion d’y revenir. Mais le fond de ce livre est absolument incroyable, il va à l’encontre de nombreuses choses qu’on nous assène comme étant la normalité depuis des décennies en France, et je pense qu’il a vraiment, vraiment le pouvoir de changer les choses en mieux dans notre société et aussi dans notre état d’esprit.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  A Sense of urgency - John P. Kotter

Merci d’avoir regardé cette vidéo, et je vous dis à très bientôt sur le blog, ou ailleurs, pour de nouvelles aventures !

Acheter La Grève sur Amazon :

Et vous, avez-vous déjà lu La Grève, ou en avez-vous déjà entendu parler ? Dites-le nous dans les commentaires !

Recherches utilisées pour trouver cet article :

la grève ayn rand, ayn rand la greve, la grève ayn rand pdf, ayn rand, ayn rand la grève pdf, la révolte d\atlas, la grève livre, livre la greve
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

62 Commentaires pour :

La Grève, d’Ayn Rand (la Révolte d’Atlas)

  • Eric

    7 Nov 2011 à 16:57

    Bonjour,

    Et bien, j’ai gagné : je l’ai acheté jeudi et je vais le finir ce soir !

    Je vous conseille la conférence d’Alain Laurent sur le sujet : http://www.dailymotion.com/video/xllojw_conference-d-alain-laurent-sur-ayn-rand_news

    Je pense néanmoins que ce livre ne plairait pas à 99% des gens tant il va à l’encontre des modes de pensée habituelle en France….

    Répondre



    • Olivier Roland (Auteur)

      7 Nov 2011 à 17:46

      Merci pour cette conférence, je vais l’écouter ce soir 😉

      Répondre


      • Jean-Charles

        12 Nov 2011 à 15:39

        Merci Éric pour le lien. La conférence d’Alain Laurent était très intéressante.

        Répondre



      • Pierre

        7 Nov 2011 à 17:34

        C’est marrant qu’ils aient choisi de traduire le titre par “La Grève”, comme le film d’Eisenstein!

        Répondre



        • Olivier Roland (Auteur)

          7 Nov 2011 à 17:46

          En fait le tout premier titre qu’avait choisi Ayn Rand était “The Strike”, puis elle l’a écarté au profit de “Atlas Shrugged” et je trouve qu’elle a eu raison : ce titre est bien plus beau et imagé que “La Grève”.

          Répondre


        • Julien Arcin

          7 Nov 2011 à 17:38

          Tiens donc ! J’ai justement commandé La source vive hier, quel hasard. Est-ce que tu l’as lu Olivier ?

          La grève suivra bientôt.

          Dommage que les traductions en français d’Ayn Rand soient si chères alors qu’en Anglais elles restent très abordables.

          Merci pour cet article 🙂

          Répondre



          • Olivier Roland (Auteur)

            7 Nov 2011 à 17:47

            Non je n’ai pas encore lu La source vive, mais je compte lire tous les livres d’Ayn Rand un jour 😉 . Malgré ses extrêmes et son manichéisme je la trouve fascinante.

            Répondre


            • Julien Arcin

              7 Nov 2011 à 19:16

              C’est dommage, j’aimerais vraiment savoir pourquoi tu trouves sa pensée extrême et manichéiste.

              Sinon c’est clair que c’est pas du tout adapté au public francais. Mais la plupart des livres de ce blog ne sont pas adaptés à la mentalité française de toute façon 😉

              Répondre



          • Pierre M

            7 Nov 2011 à 17:50

            Bonne recension de cet ouvrage que j’ai aussi lu en “pirate”, et que je suis en train de relire dans le livre que vous tenez entre les mains (p.800). C’est sur que “la Grève” n’est pas approprié pour l’électorat francophone. Quant à Atlas, il décharge ses épaules du poids de la Terre que ceux de l’Etat voudraient lui voir porter.
            Si aujourd’hui la désinformation que nous subissons en France fait que 99 % des français seraient bouleversés par la remise en cause des dogmes du politiquement correct, on sait au moins d’où l’on part pour que, demain, ce pourcentage change. Et c’est l’Etat française qui n’ont pas d’autres chemins s’ils ne veulent pas voir la France sombrer que d’expliquer Ayn Rand et le pourquoi il faut libéraliser l’économie et laisser les individus s’exprimer.
            Cordialement

            Répondre



            • Frank

              7 Nov 2011 à 18:20

              J’avais vu il y a quelques temps que ce livre etait le livre de chevet de Steve Jobs. Et j’ai vu à ce moment que le livre allait être publié en français… Je suis aux 3/4 de ce livre, et je pense que pour ceux qui ont lu la biographie de steve jobs et souhaite comprendre son état d’esprit, la grève d’ayn rand est je pense inévitable.

              Pour ceux qui ont lu le livre lequel des personnages steve jobs a pu s’identifier ?

              Répondre



              • Gino

                8 Nov 2011 à 04:19

                Bonjour Frank, je dirais Hank Reardon.

                N’aime pas trop socialiser, direct dans l’action, maintient la ligne directrice coûte que coûte sans se soucier de l’avis des autres, il produit pour fournir à la demande. Il est efficace et son produit devient son élément de promotion.

                Salutations

                Répondre



                • Olivier Roland (Auteur)

                  8 Nov 2011 à 09:52

                  Effectivement Gino (même si c’est Hank Rearden et pas Reardon 😉 ) . Dans une interview donnée peu de temps avant la mort de Steve Jobs, le cofondateur Steve Wozniak révèle que La grève est un livre qui a influencé Steve Jobs et qu’il s’identifiait à Hank Rearden.

                  Répondre



                    • Gino

                      9 Nov 2011 à 07:55

                      Merci Olivier et Frank pour les liens et la correction de Rearden.

                      j’ai lu le livre il y a environ un mois, un peu plus et j’oublias le prénom 😉 Hank!



                  • Frank

                    8 Nov 2011 à 10:22

                    Oui je pense aussi… On comprend mieux la personnalité de steve job après avoir lu ce livre…

                    Je ne suis pas vraiment d’accord sur tout à propos du theme de l’argent, mais la partie vraiment interessante du livre qui est le reflet de la société c’est l’incompétence…Le livre montre à quel point l’incompétence, le je m’enfoutisme peut être un fléau pour une société. La liberté est indissociable de la responsabilité et tant qu’on ne responsabilisera pas l’être humain, l’incompétence durera et le chaos avec…

                    En lisant ce livre, qui je le rappelle date de 1957, je ne peux m’empecher de faire le rapprochement avec la crise mondiale qui sevit actuellement, et particulièrement avec la grèce… Les erreurs de la grèce ne sont t’il pas du à des incompetences ???

                    Pour info il y a un documentaire sur ce livre et ayn rand :
                    http://www.imdb.com/title/tt1989454/

                    et un film basé sur le livre:
                    http://www.imdb.com/title/tt0480239/

                    Répondre



                • Sorin

                  7 Nov 2011 à 20:10

                  Bonjour,

                  Merci beaucoup pour cette présentation Olivier.

                  Elle donne vraiment envie de lire ce livre.

                  C’est bien d’avoir précisé qu’il faut s’accrocher concernant les 100 premières pages.

                  Ce n’est pas pour tout de suite, mais grâce à toi, j’ai maintenant l’intention de lire “La Grève”.

                  Amicalement,

                  Sorin

                  Répondre



                  • Christian

                    7 Nov 2011 à 20:15

                    Hey Olivier,
                    Tu as oublié de nous parler d’un aspect fondamental aussi de ce livre…
                    Le sexe!
                    J’imagine que tu as gardé cela pour une prochaine vidéo…

                    Répondre



                    • Olivier Roland (Auteur)

                      8 Nov 2011 à 09:53

                      Ah ah Christian ! Peut-être pourrais-tu nous faire une vidéo spéciale pour parler de ces scènes 😉

                      Répondre


                    • Marie-Eve

                      7 Nov 2011 à 20:40

                      Merci Olivier pour me faire découvrir ce livre. J’ai hâte de le lire! J’adore lire les références des autres cultures, cela remet en perspective ce que mes opinions, mes expériences et mon histoire personnelle m’ont appris et je trouve que c’est très enrichissant.
                      C’est comme un mini-voyage… 🙂

                      Répondre



                      • Marie-Eve

                        7 Nov 2011 à 20:51

                        J’ai oublié un truc…
                        Je trouve quand même curieux que la version officielle soit publiée moins de deux ans après la version pirate, quand 50ans les séparent de la version originale. Cela vient nourrir les suspicions de censure: quitte à ce que le message soit connu, autant le contrôler! Voilà qui expliquerait pourquoi une version officielle serait sortie peu de temps après la version pirate.
                        Ce n’est que mon humble avis, je précise que je n’ai aucune compétence particulière dans ce domaine, mon opinion n’engage que moi.

                        Répondre



                        • Olivier Roland (Auteur)

                          8 Nov 2011 à 09:56

                          Hello Marie-Eve,

                          Je pense qu’il ne faut pas tomber dans la théorie du complot non plus. Si censure il y a eu, elle a sans doute été décentralisée et plus le fait des éditeurs qui ne partageaient pas les points de vue d’Ayn Rand, ou qui estimaient que le marché Français n’était pas adapté, plutôt qu’une décision d’une entité gouvernementale.

                          De même, l’initiative des Belles Lettres s’inscrit dans une démarche de publication des travaux d’Ayn Rand déjà entamée il y a plusieurs années. Peut-être que les Français évoluent ? Peut-être y a t-il plus d’entrepreneurs prêts à prendre des risques dans les maisons d’édition ?

                          Il est probable en tout cas que la diffusion de la version pirate a encouragé les ayants droits à trouver un accord, et les éditeurs français au fait qu’il y a un public en France.

                          Répondre


                          • Marie-Eve

                            12 Nov 2011 à 00:00

                            Bonsoir Olivier,
                            C’est vrai qu’il est possible que la diffusion du livre pirate ait démontré l’existence d’un public en France et ainsi incité les éditeurs et les ayants-droits à faire affaire. Je ne l’avais pas vu sous cet angle. 😉



                          • Sophie

                            12 Nov 2011 à 16:31

                            Non, chers amis, aucun complot…

                            J’ai été contactée pour la traduction par Andrew Lessman, un Américain qui fait partie de la fondation Ayn Rand et qui voulait absolument que ses amis français (amies ?) puissent lire ce livre. Il avait en tête de le publier lui-même. Il se trouve que ma traduction était déjà finie quand la traduction pirate est sortie. (Ce que je peux aisément prouver) Mais nous avions entre temps décidé de trouver un éditeur français et nous avons été en pourparlers avec plusieurs, jusqu’au jour où, connaissant personnellement l’entrepreneur qui avait racheté le fond des Belles Lettres, je les ai contactés. C’est là que j’ai appris qu’Alain Laurent y avait déjà publié la vertu d’égoïsme.

                            Ensuite, il a fallu encore une année pour que tout se mette en place, Andrew Lessman ayant évidemment pas mal d’exigences. Sans compter qu’entre temps, j’en avais fait une version légèrement écourtée, à la demande de Gallimard. Puis, lorsque Gallimard s’est désisté (???!!!), et que les Belles Lettres ont accepté, Lessman a voulu qu’on représente le texte dans son entier (j’avais surtout un peu écourté le discours).

                            Bref, toutes vos supputations sont fausses. La version pirate n’a eu absolument aucune influence sur la publication de ce livre. Seule influence, un homme qui tenait à faire connaître ce livre aux français, et une traductrice (professionnelle) qui tenait à ce que son travail soit correctement diffusé. C’est tout. J’en profite pour remercier ici Olivier pour son soutien et préciser que c’est aussi Andrew Lessman qui a tenu à garder le titre la Grève. Ce que je regrette aussi. Il ne connaît pas encore assez la France, sans doute, pour mesurer l’impact négatif du titre. Mais il n’a pas voulu lâcher. Moi, personnellement, je l’aurais appelé, “Qui est John Galt”. Mystérieux à souhait, n’est-il pas? Un salut et un remerciement à tous ceux qui parleront de ce livre ou l’offriront pour Noël, par exemple.



                          • Olivier Roland (Auteur)

                            13 Nov 2011 à 10:03

                            Merci Sophie pour ces précisions intéressantes. Effectivement, “Qui est John Galt ?” aurait été un bien meilleur titre 😉 .


                        • carole

                          28 Oct 2013 à 01:17

                          il est effectivement tres curieux que ce livre soit publie 50ans apres,venerer par les ultraliberaux.a savoir que les biens nantis frappe sur la tete des moins bien nantis dont je fais parti.ayn rand as connu le stalinisme,elle ecrit un monde cynique et glacant et un regime totalitaire dehumanisant.LIBERTARIANISME similaire au liberalisme philo elabore au 17 ,18 siecle par des penseurs tel john locke,et adam Smith pour defendre les droit individuels contre les pouvoirs abusif des souverains.je te conseil de faire des recherches sur john todd un anciens sataniste explique que ayn rand a puiser dans les ténèbres a la demande de son amant rotshild pour ecrire cette suppose fiction de crise perpetuelle deraillement de train,pour nous assujettir et que l on accepte l ordre nouveau tout ceci se resume au tenebre

                          Répondre



                      • herve

                        7 Nov 2011 à 21:10

                        Merci à tous
                        Je deviens de plus curieux de lire ce livre. Vous transmettez votre passion je finis livre sur steve jobs et je me mets à la grève.

                        Répondre



                        • Sébastien # Le pirate

                          7 Nov 2011 à 22:56

                          Salut Olivier,

                          Lors de ton précédent Post sur le thème de ce livre pirate, j’avais malhabilement indiqué le lien dudit livre.

                          Maintenant qu’il est sortit, je vais l’achter 🙂

                          Sans rancunes ?

                          Seb 🙂

                          Répondre



                        • Gino

                          8 Nov 2011 à 04:02

                          Bonjour Olivier

                          Je me suis tapé la lecture au complet de la copie PDF, j’ai pour ma part bien apprécié et je suis presque d’accord avec les idées présentées dans le livre.

                          C’est peut-être extrême mais on peut voir dans les mouvements “OCCUPY” que les personnes de raison commencent à s’indigner contre la soi-disant élite mondiale qui sont des opportunistes.

                          Ses opportunistes ne créer pas de valeur à long terme comme veulent le faire les personnages du livre, les personnages réalisent des projets de qualité tout en faisant de l’argent au passage, ce qui est tout à fait normal.

                          Le gouvernement encourage présentement la bêtise des banques en les sortant du trou alors que leur dirigeants se votent des bonus à grands coups de millions de dollards alors qu’ils ne veulent plus prêter d’argent pour des projets qui pourraient être rassembleurs.

                          Je me demande même si ce n’est pas ce qui se produit au Québec de ce temps-là!

                          Des entrepreneurs qui avaient des projets intéressants pour le Québec se sont faits tassés du chemin par de petits groupes marginaux qui étaient contre ces projets.

                          Les viaducs s’effritent, la corruption s’est installée, il y a au moins un scandale par semaine, il n’y a pas de ligne directrice pour assurer un avenir intéressant à nos descendants.

                          La classe politique est vraiment chambranlante et a peu d’imagination.

                          C’est assez pathétique, l’élite est absorbée par la bêtise humaine la plupart du temps.

                          Je suis pourtant optimiste pour la suite des choses, je crois que la crème va remonter un jour à la surface.

                          En tout cas, je le souhaite de tout coeur

                          Salutations

                          Répondre



                          • Arnaud

                            8 Nov 2011 à 09:18

                            Merci Olivier de nous faire partager tes connaissances de bibliophile.
                            Tu nous fais gagner un temps précieux à découvrir de nouvelles lectures.
                            Tu m’as déjà motivé à créer un blog, là tu me motive pour lire ce livre.
                            En effet, on est en droit de se poser beaucoup de questions sur le système politique et économique actuel.
                            A bientôt,

                            Répondre



                            • Frank

                              10 Nov 2011 à 12:36

                              Je rajouterais au message d’arnaud pour olivier en terme de suggestions d’article du blog :

                              les livres qui ont influencé un personnage important nous permettant ainsi de mieux connaitre la personnalité. Dis moi ce que tu lis je te dirais qui tu es. Ma perception de steve jobs a pris une tournure radicale depuis la grève d’ayn rand.

                              Des suggestions de biographie. Par exemple je souhaite lire la biographie d’abraham lincoln, mais il y en a tellement que je ne sais vers laquelle me tourner. Dans la biographie d’un personnage, je cherche à m’inspirer des qualités et de la determination de l’Homme ou de la Femme…Bref la preuve par l’exemple reste une bonne leçon…

                              Répondre



                            • Daniel G

                              8 Nov 2011 à 13:54

                              Salut Olivier,

                              bien que tu ais donné le lien pour le pdf, j’ai procrastiné pour le lire, je pense que je lirais bien les deux versions, après tous ces commentaires, je crois que ça doit être vraiment enrichissant, je suis assez d’accord avec le chaos entrainé par l’incompétence, le je m’enfoutisme, il n’est malheureusement pas nécessaire de lire le livre pour le découvrir quand on a déjà l’esprit d’entreprise.
                              a+

                              Répondre



                              • Olivier Roland (Auteur)

                                9 Nov 2011 à 16:20

                                Hello Daniel, tu te trompes, je n’ai pas donné le lien pour le PDF, j’en ai juste parlé 😉

                                Répondre


                                • Daniel G

                                  9 Nov 2011 à 20:20

                                  ha ok, désolé si j’ai crée de la confusion, j’ai certainement du le trouver sur google, ça fait déjà un moment, donc encore désolé je suis confus,

                                  Répondre



                              • corinne

                                8 Nov 2011 à 16:55

                                Bonjour Olivier,
                                J’ai suivi ton conseil; j’ai arrêté de lire et d’écouter tout ce que je trouvais sur la création d’un site … et je me suis lancée. Donc merci, ça faisait longtemps que j’y songeais mais je n’arrivais pas à sauté le pas, c’est donc choses faites.
                                Pour ce livre effectivement et pourtant je lis beaucoup je n’en ai jamais entendu parlé par contre je n’ai pas vraiment saisi se qu’il peut apporter et de quoi il s’agit. Peux-tu en dire plus ? d’autant que je ne peux pas me précipiter à la librairie car il n’y en a pas ou je vis actuellement. merci à toi

                                Répondre



                                • Jean-Philippe

                                  9 Nov 2011 à 07:20

                                  …but who is Olivier Galt ? 😉

                                  Répondre



                                  • [email protected] d'entreprise

                                    9 Nov 2011 à 10:42

                                    Ah ben j’allais en parler justement …
                                    le titre “la révolte d’Atlas” est plus parlant au public français…

                                    Répondre



                                    • David

                                      9 Nov 2011 à 11:49

                                      Bonjour Olivier,

                                      Merci pour cette perle rare. Je ne connaissais pas ce livre, mais si 8% des Américains l’on lu et que c’est le 2ème livre le plus populaire aux Etats-Unis après la bible, c’est qu’il doit bien y avoir une raison 🙂

                                      D’autant plus que si ce dernier a influencé Steeve Jobs dans sa carrière, ça me donne encore plus envie de le lire 🙂

                                      Merci à toi, ainsi qu’aux commentateurs pour les liens présents dans ce fil.

                                      David.

                                      NB : L’endroit où tu es assis me rappel le Jardin Vauban de Lille, où je passais pas mal de temps il y a une dizaine d’année.

                                      Répondre



                                      • Olivier Roland (Auteur)

                                        9 Nov 2011 à 16:20

                                        Bien vu David, cette vidéo a été effectivement tournée au Jardin Vauban 😉

                                        Répondre


                                      • patricia

                                        9 Nov 2011 à 19:50

                                        Quel enthousiasme Olivier,
                                        Tu me donnes vraiment envie de lire ce livre bien que je ne sois pas très branchée politique. Mais si c’est romancé…
                                        Je commande de suite, sur ton blog bien sur

                                        Répondre



                                        • Sophie

                                          12 Nov 2011 à 17:26

                                          Oui, c’est TRES romancé. Je trouve dommage, d’ailleurs qu’on ne parle que des idées… Elles sont importantes, certes, mais l’histoire, l’intrigue sont formidables aussi. Certains n’arrivent pas à le lâcher, même s’il leur arrive de sauter quelques lignes parce qu’il y a parfois des longueurs. Bonne lecture !
                                          La traductrice.

                                          Répondre



                                          • Marie-Eve

                                            12 Nov 2011 à 20:16

                                            Merci Sophie pour ton intervention. Elle nous donne accès en direct “aux coulisses” du livre en quelque sorte, et je trouve que c’est vraiment dans l’idée du bloging que de rapprocher les producteurs (ici l’édition et la traduction) et les consommateurs (ici les lecteurs du livre) pour plus de transparence sur le produit.
                                            Je retire donc toute suspicion de complot de mon esprit, merci pour ton éclaircissement.

                                            Répondre



                                            • Frank

                                              12 Nov 2011 à 21:44

                                              Effectivement l’histoire vaut son pesant d’or. Et c’est justement ce qui fait la force de ce livre. Developer des idées, une philosophie, autour d’une fiction. je ne suis pas sùr que j’aurais pu lire un livre de plus de 1000 pages sur la philosophie d’Ayn Rand !

                                              Pour ma part, je ne sors pas indemne de ce livre… Une graine va germer en moi… C’est d’ailleurs ce que defendait qui etait consciente du pouvoir des mots.

                                              Et vous sophie, quel empreinte a laissé cette traduction pour vous ? J’imagine qu’on ne sort pas non plus indemne de cela ?

                                              Je suis presque à la fin du livre et si je dois garder un passage du livre, que chaque entrepreneur ( ça marche aussi avec l’administration ! ) devrait garder à l’esprit c’est celui ci :

                                              ” Tout homme qui a peur d’engager les plus grands talents disponibles est un tricheur, qui n’a pas sa place dans son métier. Pour moi, le patron le plus vil, plus méprisable qu’un criminel, est celui qui écarte ceux qui sont trop bon à ses yeux ”

                                              Je reprends une phrase de Steve Jobs ( avec l’empreinte d’Ayn Rand ) qui disait : « Je me moque d’avoir raison, ce qui m’importe c’est le succès.”

                                              Et pour vous quel passage, ou phrase, retiendrez vous ?

                                              Répondre



                                          • patricia

                                            9 Nov 2011 à 19:55

                                            Excuses-moi, j’ai encore une question : Est-ce que ce livre à changer tes croyances, et influence ta manière d’agir maintenant en tant qu’entrepreneur ? Si oui, qu’as tu changé personnellement grâce à ce livre

                                            Répondre



                                            • Olivier Roland (Auteur)

                                              13 Nov 2011 à 10:19

                                              Effectivement ce livre a changé mes croyances et ma façon de voir certaines choses, même si en tant qu’entrepreneur “dans l’âme” (j’ai quand même créé ma première entreprise à 19 ans ! 😉 ) cela a aussi conforté ou renforcé d’autres choses. Je n’ai pas encore fait d’analyse poussée car c’est encore trop frais.

                                              Mais je pense globalement que l’on peut ressentir deux “libérations” en lisant ce roman : ne plus avoir peur de vivre une vie sexuelle épanouie, ne plus avoir peur de gagner de l’argent (et même beaucoup d’argent) tant que l’on apporte de la valeur. Et aussi une prise de conscience des “parasites” qui pillent la valeur ajoutée et qui se retrouvent à toutes les échelles de la société.

                                              Cependant les idées d’Ayn Rand sont à nuancer. Elle avait notamment une connaissance très rudimentaire de la psychologie humaine, avait un coté rigide dans sa rationalité, confondant la raison avec “le raisonnable”, ce qui l’a poussé à rejeter d’emblée certains domaines sans même imaginer que l’on puisse les étudier scientifiquement.

                                              Je te recommande si tu lis l’anglais, ce très intéressant article : The Benefits and Hazards of the Philosophy of Ayn Rand par Nathaniel Branden, qui a été son amant et associé pendant des années, et qui est un psychologue célèbre aux USA, auteur de nombreux best-sellers.

                                              Répondre


                                            • xavier

                                              10 Nov 2011 à 12:26

                                              “Atlas haussa les épaules.”
                                              en effet je pense moi aussi que ce titre aurait été beaucoup plus “porteur” ;)….
                                              Merci Olivier tu tien tes promesses….j’attends avec impatience de le recevoir pour le lire.et dans l’attente pourras tu préciser si c’est la forme ou bien le fond que tu trouve fascinant.(ou bien les deux.

                                              Pourras tu aussi pourquoi pas…. mais créer l’occasion de préciser les “certains extrêmes que je tu ne partage pas” (il faut rappeler que le livre date de 1946…il y pu y avoir certaines évolutions)même si elle met 10 ans à l’écrire.(1° publication en 1957)avec un succès immense dans les universités.

                                              Enfin la conférence
                                              d’Alain Laurent que signale Eric : http://www.dailymotion.com/video/xllojw_conference-d-alain-laurent-sur-ayn-rand_news

                                              A 1h 01 il se réfère à 2 témoignages
                                              il indique bien
                                              1–>Hilary Clinton dit que “comme tous le monde il y a eu un moment ou elle ne lisait que Ayn Rand”,

                                              2–> Steve Woznak qui rapporte
                                              que Steve Jobs avait fait de ce livre “le guide de sa vie” et Alain Laurent ajoute Que “si Iphone et le mac existe c’est en partie grâce à ce livre puisque c’est celui ci qui a convaincu Steve Jobs de devenir entrepreneur!”

                                              Répondre



                                              • Jean-Charles

                                                12 Nov 2011 à 15:40

                                                La bio d’Alain Laurent sur la vie de l’auteur doit être aussi sympa.

                                                Répondre



                                                • Sophie

                                                  12 Nov 2011 à 16:35

                                                  Elle est effectivement excellente. Elle nous apprend beaucoup de choses sur Ayn Rand, nous permet de mieux comprendre ses livres. De plus, ce n’est pas une hagiographie. Juste une bonne biographie, sobre, et qui essaie de comprendre l’oeuvre. Lisez-la.

                                                  Répondre



                                                • Steve Harone

                                                  15 Nov 2011 à 17:07

                                                  Olivier,

                                                  assurément et comme tu le dis fort bien c’est un livre qui fait l’apologie de l’entreprise, et plus encore de l’entrepreneuriat.

                                                  Un appel a laisser ce qu’on appelle ici “les forces vives” à agir librement.

                                                  Et il vrai qu’ici en France, bien que le discours officiel tend à nous faire croire qu’on favorise l’entreprise… il n’en est dans les faits rien !

                                                  On laisse des entreprises du CAC 40 payer 8% d’IS, et on oblige le patron d’une PME à en payer 33% et quelques…

                                                  On arrose des grands groupes de “milliards de baisse de charges”, mais on force les petits à donner plus de la moitié de leur chiffre…

                                                  D’un autre côté, le discours dans ce livre est très “américain” et “cliché”, peut-être parce que c’est un roman.

                                                  Ici, nous avons un passé, une culture avec lequel nous composons.
                                                  Le système d’aide social qui est très développé en France, est je trouve une bonne chose…

                                                  Les gens qui ont réellement besoin d’être aidés, doivent l’être…
                                                  Et ceux qui en bénéficient ne sont pas forcément des parasites… même si il y a des correctifs à apporter !

                                                  Cependant, je te rejoins pleinement sur le fait qu’il faille certainement moins faire peser toute cette pression étatique sur les petits, et un peu plus sur les + grands.

                                                  Des réformes doivent aussi être faites ici, si on veut réellement sortir du discours “entreprenez”… et enfin passer aux actes:

                                                  laisser ceux qui comme nous, ne se reconnaissent pas dans le salariat et désirent plus que tout qu’on les laisse agir !

                                                  Steve Harone 🙂

                                                  Répondre



                                                  • Samuel

                                                    16 Nov 2011 à 11:57

                                                    Bonjour à vous tous,

                                                    J’ai découvert qu’il existe une adaptation télé de ce livre. Apparemment c’est en 3 parties. La première partie est sortie en Avril 2011. Le dvd est disponible.

                                                    Voici l’adresse du site officiel: http://www.atlasshruggedpart1.com/

                                                    Et pour celles et ceux qui veulent directement regarder les différents trailers en anglais :

                                                    http://www.atlasshruggedpart1.com/gallery

                                                    Bonne journée à vous

                                                    Samuel

                                                    Répondre



                                                    • Daniel G

                                                      18 Nov 2011 à 05:48

                                                      il a l’air bien le film, du coup je veux pas faire le comploteur, mais je trouve bizarre que la nouvelle traduction sorte juste avant le film, juste une coïncidence, comme si on avait voulu faire sa promotion avant (ça c’est du marketing:)), bon je ne remet pas en cause le bouquin qui a l’air intéressant, j’ai commencé le début et je suis déjà accro!!

                                                      Répondre



                                                      • Pascale

                                                        29 Nov 2011 à 00:29

                                                        Bonjour Olivier et à vous tous,

                                                        Merci de partager ainsi une pépite d’or !
                                                        Je n’ai pas eu l’occasion de lire ce livre à ce jour, mais lorsqu’on écoute tes propos, tu me mets l’eau à la bouche.

                                                        Je garde en tête une information qui m’interpelle, 32 millions d’américains ont pris le temps de lire ce livre. Cela laisse présumer que le contenu est hors du commun, et gagne à être connu.

                                                        Moi qui suis une grande lectrice, et toujours soif de découvrir d’autre bouquin. me voilà servie ! alors un grand Merci

                                                        Pascale

                                                        Répondre



                                                        • ivana

                                                          8 Jan 2012 à 18:43

                                                          Bonjour Olivier,

                                                          Le livre est excellent comme tous les livres d’Ayn Rand. C’est étonnant que vous appréciez le livre malgré le fait que vous ne partagez pas les idées d’Ayn Rand, car pour elle meme, il n’y a pas des compromis:

                                                          There are two sides to every issue: one side is right and the other is wrong, but the middle is always evil.

                                                          Bonne lecture et merci pour avoir partagé votre opinion avec les autres. Le livre Atlas shrugged vaut la peine d’être connu. J’ai lu la version “pirate”. J’ai aussi apprécié le film.

                                                          Ivana

                                                          Répondre



                                                          • Archer

                                                            30 Avr 2012 à 18:41

                                                            Tout simplement merci de m’avoir fait découvrir ce livre.
                                                            Il a complètement changer ma vision des choses.
                                                            Des événements se passaient auparavant sans en comprendre tout le sens.

                                                            Merci Ayn Rand, et Merci Olivier.

                                                            Répondre



                                                            • Baptiste

                                                              5 Juil 2012 à 04:59

                                                              Bonjour Olivier et merci !
                                                              Tu as été le premier à me parler de ce super roman que j’aurai bientôt fini malheureusement…
                                                              Il tombe à pic pour moi car depuis quelques temps j’étais en recherche (au niveau valeurs pas orientations sexuelles :p ). Hank Rearden est un de mes personnages préférés c’est tout naturellement que je lui emprunte ses valeurs : mérite, force, fierté, amour propre, action, réflexion, respect.

                                                              Répondre



                                                              • Olivier Roland (Auteur)

                                                                5 Juil 2012 à 08:29

                                                                Hello Baptiste,

                                                                Hank Rearden était également le personnage préféré de Steve Jobs, auquel il s’est beaucoup identifié. Tu trouveras sans doute des parallèles intéressants entre lui et ce personnage en lisant sa biographie 😉

                                                                Répondre


                                                                • Dimitri

                                                                  9 Juil 2012 à 09:55

                                                                  WAW je sens qu’il va me plaire !!!!!

                                                                  Répondre



                                                                  • Monica

                                                                    13 Août 2012 à 23:59

                                                                    Bonjour,

                                                                    Félicitations pour cette présentation d’Atlas Shrugged. Ayant lu ce livre plusieurs fois en anglais, et ses deux traductions en français, j’apporte une petite contribution à ce que vous faites.

                                                                    Le choix de l’éditeur Les Belles lettres pour le titre en français de ce livre n’est pas tout à fait une fantaisie, car c’est effectivement The Strike qu’Ayn Rand proposa pour titre à son éditeur. Cependant, je trouve qu’il ne fut pas judicieux de la part de l’éditeur français de vouloir le reprendre, car, en France, quasiment personne ne le sait, et c’est bien La Révolte d’Atlas qui permet dans ce pays de facilement l’identifier.
                                                                    Petite erreur de marketing?
                                                                    Je me le demande un peu; vous allez comprendre pourquoi en lisant ce qui suit.

                                                                    J’ai suivi avec intérêt la diffusion de la première traduction complète par Monique di Pieirro, qui fut mise en ligne sur un petit site web spécialement développé pour cette circonstance.
                                                                    Lorsque le Blog du Québec Libre annonça l’existence et le lien de ce fichier PDF, celui-ci disparut mystérieusement dans les 24 heures qui suivirent.

                                                                    Durant les semaines suivantes, un américain, et une Française au nom slave, sortirent de nulle part, comme un lapin sort d’un chapeau, et les deux intervinrent partout où l’ont parlait de cette traduction sur le web, avec beaucoup d’agressivité; ils affirmaient qu’ils détenaient les droits pour la France et qu’ils s’apprêtaient justement à publier leur propre traduction de ce livre, d’ici quelques petits mois.

                                                                    En fait, les petits mois furent une bonne paire d’années, c’est-à-dire, à mon avis, le temps d’entreprendre dans l’urgence la traduction de ce livre qui ne devait même pas être commencée. Monique di Pieirro dit que ce même travail lui a pris 1 an à plein temps.

                                                                    Je crois sincèrement que si cette traduction sauvage n’avait pas existé, nous attendrions encore que la seconde arrive; c’est une opinion toute personnelle basée sur ma connaissance de quelques faits qui allongeraient considérablement ce commentaire.

                                                                    J’ai lu les deux traductions françaises, et vous aussi, manifestement. Il y pas mal de coquilles dans la première, en effet, en dépit d’une mise en page et d’une présentation générale de grande qualité.

                                                                    La seconde a bénéficié d’un travail de correcteur, mais elle est nettement moins fidèle au texte d’Ayn Rand, et ça se voit dès les premières lignes; comparez vous-même. Si on ajoute à cela ce que dit la traductrice de la première dans sa préface, il apparaît très clairement que celle-ci est le fait d’une personne qui se passionne réellement pour ce livre, ce qui été déterminant, sachant l’énorme travail qu’elle a devait accomplir seule, sachant pertinemment que cela ne lui rapporterait pas un centime, et lui ferait même courir le risque d’avoir quelques ennuis avec le propriétaire des droits aux Etats Unis, Leonard Peikoff.

                                                                    La seconde traduction fut clairement le fait d’une traductrice qui fut choisie et payée pour faire un travail; rien de plus. Il n’y a que trois notes explicatives en bas de page dans cette autre là, et ces dernières sont bien loin de présenter l’intérêt de celles qui figurent dans la première traduction, et qui témoignent encore de l’implication de sa traductrice.

                                                                    Pour couronner le tout, vous remarquerez qu’aujourd’hui, la diffusion de cette seconde traduction est régulièrement interrompue au prétexte de ruptures de stock, ce qui me semble étrange, sachant que ce livre ne fait l’objet d’aucune promotion, et qu’on ne le trouve quasiment nulle part ailleurs que sur Amazon. Je ne serai pas surprise, si, sous peu, il ne soit plus possible du tout de se procurer “La Grève”, à part en livre d’occasion.

                                                                    Je connais assez bien le milieu de l’édition littéraire pour savoir qu’il arrive qu’un auteur se voie acheter les droits de son livre, juste aux fins inavouées et inavouables de ne l’éditer qu’à un premier millier d’exemplaires, pour le déclarer ensuite en “rupture de stock”, au prétexte qu’il se vend mal, et ainsi de le faire définitivement disparaître. Car l’auteur ayant signé un contrat qui le lie pour longtemps, il ne peut plus, dès lors, tenter de se tourner vers un autre éditeur. J’en connais quelques uns auxquels c’est arrivé, ce qu’ils avaient écrit étant à la fois dérangeant et assez bien tourné pour conférer crédit à leurs propos.

                                                                    Je sais de source sûre que Les Belles Lettres ont réalisé une version e-book de “La Grève”, finie et prète à être mise en ligne en quelques secondes. Je trouve étrange qu’ils n’en fassent pas usage, sachant que beaucoup de lecteurs l’ont réclamée et l’attendent, et que, ainsi que je le disais, cette maison d’édition semble désormais avoir quelque peine à répondre aux commandes de la version papier…

                                                                    Avez-vous également lu Grandoria? Si pas encore, et que vous avez apprécié “La Révolte d’Atlas”, vous ne devriez pas regretter cet autre achat, tant qu’il est encore possible.

                                                                    Bravo encore pour votre courageuse initiative et votre implication.

                                                                    Monica.

                                                                    Répondre



                                                                    • Whithak

                                                                      9 Nov 2012 à 20:04

                                                                      http://blog.monolecte.fr/post/2012/11/09/Le-delire-des-grandeurs

                                                                      Voici une critique venant du bord politique opposé.
                                                                      Merci pour cette belle présentation, je le lirai sans doute.

                                                                      Répondre



                                                                      • Dominique

                                                                        5 Août 2014 à 08:21

                                                                        Bonjour à tous,

                                                                        L’année dernière, j’avais publié sur mon blog un article sur ce livre que j’ai trouvé absolument génial (en tout cas la traduction de Di Pieirrot). L’histoire est dans un monde un peu manichéen, l’atmosphère est étrange, mais les idées sont révolutionnaires dans le sens où l’on entend assez peu parler d’argent comme ça dans notre société qui le vilipende en estimant que l’argent est le maux de la société alors que c’est l’homme qui le corrompt…(et qui corrompt tout de toute façon). Avoir de l’argent en gardant des valeurs positifs, le gagner par le travail, c’est l’idée que je retiens (entre autre) de ce livre. Et si d’après Monica, la nouvelle traduction est moins bonne que le pirate, procurez-vous le pirate ou mieux, lisez le en anglais, ça vaut vraiment le coup…)

                                                                        Répondre



                                                                        • Armelle

                                                                          6 Août 2014 à 09:15

                                                                          Merci Olivier de m’avoir rappelé qu’il fallait absolument que je lise ce livre, acheté il y a plus d’un an, mis de côté puis oublié.
                                                                          Il n’y a pas de hasard. Merci encore !

                                                                          Répondre



                                                                          • Olaf

                                                                            6 Août 2014 à 15:27

                                                                            Coïncidence ? Alors que j’ignorais jusqu’alors l’existence de’Ayn Rand, je publiais il y a qq jours sur mon blog un débat qui a eu lieu en avril entre Mathieu Ricard (moine bouddhiste traducteur du dalaï lama et chercheur en génétique moléculaire), Christophe André, psychiatre et Antoine Guggenheim, théologien et ingénieur des Mines, sur l’altuisme.
                                                                            Ils ont consacré quelques minutes de ces 2 heures à souligner les dégâts de sa philosophie aux USA : “véritable lavage de cerveau prônant que l’homme est avant tout égoïste, conséquence du scientisme où l’homme est vu seulement comme calculateur et rationnel” …

                                                                            Evidemment c’était dans le cadre d’une émission catho, mais le principal contradicteur était … le moine bouddhiste, dont Olivier a d’ailleurs vanté d’autres ouvrages. Le lien :
                                                                            https://www.youtube.com/watch?v=mSKDQwdmDbs

                                                                            S’agit-il alors seulement de choc de culture, de point de vue de benis-oui-oui … ?
                                                                            Quand je lis la citation reprise plus haut “There are two sides to every issue: one side is right and the other is wrong, but the middle is always evil” ma réaction est bien plus forte que çà : je suis absolument en désaccord !!!
                                                                            Mon expérience professionnelle, mon blog et la démarche ‘système’ sont d’ailleurs basés sur la conviction inverse : tout est subjectif, tous sont interdépendants, le dialogue amène à dépasser les limites de chacun …

                                                                            Et à la fois, je comprends la fascination qu’a mentionnée Olivier dans son intro. Il y a donc quelque chose à y prendre (comme quand on regarde un bon film d’horreur ?): je vais donc lire cet ouvrage, ne serait-ce que pour en juger moi-même.

                                                                            Merci Olivier pour avoir lancé ce beau gros chouette débat, bien manichéen ! 😉

                                                                            Je serais très heureux d’avoir vos commentaires APRES avoir vu cet enregistrement ?

                                                                            Olaf

                                                                            Répondre









                                                                            Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

                                                                            Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.