Une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie.

Le Chevalier à l’armure rouillée

le chevalier à l'armure rouillée Robert Fisher

Résumé de « Le Chevalier à l’armure rouillée » : Ce livre de développement personnel se cache sous la forme originale d’un conte initiatique adressé aux adultes ; l’auteur y développe la métaphore de l’armure, que l’on enfile pour se protéger du monde extérieur, nous coupant de lui par la même occasion.

Par Robert Fisher, 2016, 126 pages.

Titre original : The Knight in Rusty Armor

Note : Cet article invité a été écrit par Lorenzo du blog Rouages de l’écriture

Chronique et résumé de « Le Chevalier à l’armure rouillée » :

Chapitre I − Le Dilemme du Chevalier

Le premier chapitre du livre « Le Chevalier à l’armure rouillée » commence en nous introduisant le héros de cette aventure : un chevalier qui porte une armure étincelante. Il en est fier au point de se mettre à la porter en permanence. Cela commence à lui causer du tort : son enfant voudrait le voir sans cette armure − il ne se souvient même plus à quoi ressemble son père ! Et la femme du chevalier, qui ne supporte plus ce morceau de métal, donne à son mari un ultimatum : c’est l’armure ou elle.

dilemme faire un choix couple

Le chevalier essaye alors de l’enlever, mais il remarque avec horreur qu’il n’y parvient pas : elle est bloquée. Il demande au forgeron de la lui ôter ; même lui, l’homme le plus fort du pays, n’y arrive pas.

Le chevalier réalise que l’armure lui empêche de ressentir les sensations − comme la douleur. Il fait mal aux gens sans le vouloir, ses gestes rendus brusques par cette absence de sensations.

Il va donc voir le roi pour trouver une solution, mais celui-ci est absent. Le chevalier parle au bouffon, qui lui conseille d’aller trouver Merlin pour se faire aider.

Chapitre II − Dans les bois de Merlin

Alors commence le voyage initiatique du chevalier.

Il cherche Merlin en vain durant un mois, errant dans les bois. Il finit par le trouver, entouré d’animaux. Le sage lui dit alors qu’il n’est pas juste perdu depuis un mois, mais depuis toute sa vie. Qu’il a mis cette armure parce qu’il avait peur. Trop fatigué pour débattre, le chevalier s’endort.

Le lendemain, le chevalier commence sa vie aux côtés de Merlin. Il fait la rencontre de deux animaux dotés de parole : Écureuil l’écureuil et Rebbeca le pigeon. Très vite, le chevalier s’impatiente : quand va-t-il pouvoir perdre son armure ? Merlin lui répond que ça prendra du temps.

Le chevalier est soudain pris d’un doute ; son fils est-il vraiment attaché à lui ? Veut-il que son père revienne ? Le chevalier lui envoie une lettre pour en avoir le cœur net, mais son fils lui répond avec une lettre blanche ; il ne connaît pas assez son père pour lui répondre.

Le chevalier − bien qu’il estime « qu’un chevalier ne pleure pas » − n’arrive pas à retenir ses larmes et s’endort, effondré.

Chapitre III − Le Chemin de la Vérité

Il s’excuse devant Merlin d’avoir pleuré la veille au soir, et son mentor lui répond qu’il vient en réalité de faire la première étape pour enlever son armure. Le chevalier commence à admettre que son armure le gêne au quotidien. Il décide alors de l’enlever pour lui-même, et non plus dans l’espoir de retrouver sa femme et son fils.

Merlin lui dit qu’il ne peut plus penser et se comporter comme il le faisait auparavant ; c’est son attitude jusqu’à aujourd’hui qui l’a enfermé dans cette armure. Il lui montre alors un chemin abrupt − celui qu’il doit emprunter pour perdre son armure : le chemin de la Vérité. Le chevalier se résout à y aller, malgré la difficulté − il devra porter le poids de sa lourde armure !

Merlin lui oblige à laisser son épée en arrière − il n’en aura pas besoin. Il lui donne une clé qui ouvre les portes de trois châteaux qu’il devra traverser − nommés Silence, Connaissance et Volonté.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Pourquoi vous n'appliquez pas ce que vous lisez (et comment y remédier)

Il se met en route avec ses deux compagnons Écureuil et Rebbeca, et finit par tomber de fatigue après une rude journée. Au réveil, une partie de sa visière a disparu ; les larmes l’ont fait rouiller et elle est tombée ! Durant cette première journée, il s’émerveille de ce qu’il arrive à voir sans cette visière : le vent sur son visage, la lumière du soleil… Il commence à voir des choses subtiles, qui lui étaient inaccessibles la veille.

Il arrive ensuite devant le château du Silence. Ses compagnons de voyage lui disent qu’il doit y entrer seul et le laissent à l’entrée. 

apprendre à vivre avec la solitude et le silence

Chapitre IV − Le Château du Silence

Le chevalier entre à l’intérieur et arrive dans une immense salle, éclairée par une cheminée. Il remarque deux choses étranges : le silence qui y règne et l’absence d’autres portes.

À sa grande surprise, il croise son roi dans cette pièce. Le monarque vient souvent ici, sur le chemin de la Vérité ; et il affirme que le Chevalier ne verra la porte de sortie que lorsqu’il aura compris ce qui se trouve dans cette pièce. Le chevalier propose au roi de traverser le château avec lui, car il n’a pas envie de se retrouver seul. Le roi lui rétorque qu’il faut justement être seul pour continuer. Puis, le monarque traverse un mur et laisse le chevalier seul.

Ce dernier, désemparé, se met à chanter pour trouver du courage. Mais il finit par se lasser et le silence tombe enfin. Le chevalier réalise alors qu’il a peur d’être seul.

À ce moment, il aperçoit une porte. Il s’y précipite, et arrive dans une autre chambre, plus petite et plus silencieuse encore.

Il continue à parler, pour faire un bilan de sa vie, et finit par admettre qu’il a toujours eu peur de la solitude. Une nouvelle porte s’ouvre, menant à une nouvelle pièce. En continuant son introspection dans le silence, il arrive dans des chambres de plus en plus petites.

Il réalise alors que l’une des raisons pour laquelle il a mis son armure est pour éviter d’entendre la souffrance de sa femme Juliette. En réalisant ce qu’il lui a fait, il se met à pleurer.

Quand il passe à la salle suivante, il commence à entendre une voix : celle du véritable lui. Étonné, le chevalier l’accepte néanmoins et tombe de fatigue.

vivre avec le silence et la solitude

À son réveil, il retrouve ses deux compagnons animaux et réalise deux choses : il est sorti du château du silence, et son heaume vient de tomber ! Il apprend alors qu’il n’est pas resté une nuit à l’intérieur, mais un très long moment. Et que la voix qu’il a entendue est bien le véritable lui.

Chapitre V − Le Château de la Connaissance

Le chevalier et ses deux compagnons animaux se mettent en route et arrivent au château de la Connaissance. Cette fois-ci, ils rentrent ensemble, car « le silence est pour un seul, la connaissance pour tous. »

Le château est complètement sombre. Seule une inscription se démarque, en lettres brillantes : « La connaissance est la lumière qui permet de trouver son chemin ». Le « véritable moi » du chevalier − qu’il a nommé Sam − lui fait remarquer : « Ça signifie que plus on sait, plus il fait clair ».

À ce moment, la pièce s’éclaircit un peu et il distingue un nouveau message : « Aurais-tu confondu besoin et amour » ? Il se met à réfléchir à sa relation avec Juliette, et réalise qu’il a eu plus besoin d’elle qu’il ne l’a aimée. Alors, il se met de nouveau à pleurer. Il réalise qu’il avait besoin de l’amour de sa femme et son fils parce qu’il ne s’aime pas lui-même. Il se met à pleurer de plus belle, alors qu’une lumière éblouissante apparaît dans la pièce.

Rebbeca entraine le chevalier vers un miroir, qui montre les gens tels qu’ils sont vraiment. Le chevalier voudrait éviter, car il s’est toujours trouvé laid, mais fini par jeter un regard à l’intérieur. Il se surprend à y voir un magnifique homme. Sam lui explique que c’est là son potentiel : beauté, innocence, perfection ; mais que le chevalier a mis une armure entre lui et ses sentiments, et que c’est cela qui l’a empêché d’atteindre son potentiel. Le chevalier comprend que les qualités qu’il voyait dans le miroir − gentillesse, amour, compassion, intelligence et altruisme − sont siennes depuis toujours ; il n’a qu’à les récupérer.

La lumière brille de nouveau, encore plus claire, révélant l’entièreté du château − qui n’est en réalité composé que d’une seule pièce. « La véritable connaissance n’est pas compartimentée », lui dit Sam, « car elle provient entièrement d’une vérité unique ».

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Interview avec David Laroche : 7 étapes pour vivre une vie extraordinaire

bibliothèque découvrir la connaissance

Enfin, ses compagnons animaux l’entrainent dans la cour, où se trouve un pommier qui croule sous ses propres fruits. Il voit une inscription au pied de l’arbre : « Pour ces fruits, je n’impose aucune condition. Mais il te faut apprendre sur l’ambition ».

Le chevalier n’a pas envie d’y réfléchir, mais il y est contraint s’il veut sortir du château. Il demande de l’aide aux animaux, qui ne comprennent pas non plus : ils ne possèdent pas d’ambitions. « Un être humain sans ambition est heureux », affirme alors Sam ; le chevalier n’est pas d’accord avec ça : il faut de l’ambition pour avancer.

C’est alors que Merlin apparaît pour aider le chevalier. Il lui explique qu’il existe deux types d’ambitions : celle de l’esprit, qui peut acheter des châteaux, et celle du cœur qui peut aussi apporter le bonheur. Cette dernière ambition est pure et n’entre en compétition avec personne. Comme le pommier : il est libre et épanoui, propose des pommes à tout le monde, et plus les gens cueillent, plus il est beau et grand. Il fait ce que les pommiers sont censés faire et réalise son potentiel au bénéfice de tous. Comme le peuvent les êtres humains.

Le chevalier se laisse convaincre, et promet que son ambition viendra désormais du cœur. Le château et Merlin disparaissent. Puis, les bras et jambières de l’armure du chevalier rouillent et tombent. Il réalise, encore une fois, qu’il est resté longtemps dans le château de la connaissance.

Chapitre VI − Le Château de la Volonté et de l’Audace

Le lendemain, le chevalier et ses deux compagnons arrivent devant le dernier château. Il est encore plus grand et épais que les deux autres. Ils traversent le pont-levis avec confiance, jusqu’à ce que la porte du château s’ouvre pour dévoiler… un dragon ! Plus grand et dangereux que tous ceux que le chevalier a croisés jusque-là.

Il essaye de dégainer son épée, mais se souvient alors qu’il l’a laissée au début du Chemin de la Vérité − sous les conseils de Merlin. Paniqué, il appelle le sage ; mais ce dernier ne se montre pas !

« Je ne suis pas un dragon ordinaire », lui dit alors le dragon. Ce dernier se présente alors comme le Dragon de la Peur et du Doute ; et quel meilleur endroit que le Château de la Volonté et de l’Audace pour résider ?

Écureuil dit au chevalier que la seule connaissance de soi peut vaincre le dragon ; mais le chevalier court se cacher en dehors du pont-levis. Il a une soudaine envie d’abandonner.

Le chevalier se calme, et se dit alors que le dragon ne devait être qu’une illusion − bien que tenace. Armé de cette croyance, il s’avance à nouveau sur le pont-levis, en face du dragon furieux. Mais les flammes du dragon semblent bien réelles, tout comme la douleur et la sensation de brûlure.

Le chevalier bat en retraite − l’arrière-train en feu. Il va éteindre les flammes dans une rivière, et ses compagnons animaux l’encouragent : « Pas mal pour une première fois » ; « tu as été courageux ». Alors, le chevalier comprend avec horreur qu’il va devoir y retourner. Une partie de lui − Sam − veut y retourner, tandis que lui, préfère rester dans la rivière.

Il finit par se décider à y retourner, croyant les paroles de ses compagnons : le feu n’est réel que s’il y croit. Cette seconde fois, quand il s’avance sur le pont-levis, il ne se laisse pas intimider par les flammes. Alors, ses dernières ne l’atteignent pas, et le dragon rétrécit alors que le chevalier se rapproche de lui, jusqu’à devenir aussi haut qu’une grenouille. Le dragon lui dit qu’il a gagné cette fois-ci, mais qu’il continuera à se mettre au travers de sa route. Ce qui n’effraie nullement le chevalier : il est prêt, à présent.

Il s’avance vers le château, mais réalise que ce dernier a disparu : il vient déjà de faire preuve de Volonté et d’Audace. Il regarde alors vers le sommet et voit la suite du chemin : encore plus escarpé qu’auparavant. Mais cela importe peu au chevalier : il sait qu’il peut aller jusqu’au bout.

Chapitre VII − Le Pic de la Vérité

Le chevalier entreprend l’escale à pic du sommet. Une fois proche de celui-ci, il bute sur une roche portant une inscription : « Dans cet univers, je ne suis propriétaire de rien, je ne possède pas la moindre chose, car je ne peux pas connaître l’inconnu si je m’accroche au connu ».

Le chevalier, bien qu’épuisé, réalise qu’il doit comprendre ce message pour arriver jusqu’au sommet. Le chevalier réfléchit à ces « connus » auxquels il s’est raccroché tout sa vie : son identité, ses croyances, ses jugements. Il se rend alors compte d’une horrible chose : le rocher auquel il se tient pour grimper appartient lui aussi au connu.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  L'intelligence émotionnelle

« Tu as bien compris, lui dit Sam. Tu dois tout lâcher ». Le chevalier s’énerve contre cette partie de lui-même : veut-elle qu’ils meurent tous les deux ?

Mais le chevalier hésite, regardant le vide en arrière. Sam lui dit d’avoir confiance, dans la vie, l’univers, ou Dieu, selon le nom qu’on lui donne. Et le chevalier a perdu ses forces à s’accrocher ainsi au rocher. Il n’a plus le choix ; il se laisse tomber en arrière.

Le Chevalier plonge dans la profondeur infinie de ses souvenirs. Il tombe de plus en plus vite, et voit pour la première fois sa vie sans la juger ni l’excuser. Il prend la responsabilité de sa vie, ses erreurs, ses malheurs et se sent rempli d’une sensation de puissance !

Alors, il se produit une chose impossible : il se met à tomber vers le haut, et finit par se retrouver au sommet de la montagne. Il est soudain envahi par un immense sentiment de bien-être. Il remarque qu’auparavant, la peur de l’inconnu avait émoussé ses sens, mais qu’à présent il ressent la moindre chose avec une clarté à couper le souffle. Puis, il se met à ressentir une vague d’amour, pour sa famille, ses compagnons, et le monde tout entier.

Enfin, il tombe à genoux et pleure des larmes de gratitude, qui font tomber la dernière partie de son armure − son plastron. Plus jamais il ne revêtira son armure.

Une lumière plus puissante que l’ancien éclat de son armure émana de lui : celle de l’amour.

le chevalier à l'armure rouillée développement personnel

Conclusion sur « Le Chevalier à l’armure rouillée » de Robert Fisher :

Comme je le disais en introduction, la structure de ce livre « Le Chevalier à l’armure rouillée » est originale parmi les livres de développement personnel : il prend la forme d’un conte initiatique, destiné aux adultes. Le chevalier − représentant le lecteur − suit son parcours du héros vers le bonheur et la liberté.

Ce que je préfère dans ce livre est la représentation fidèle − bien que sous forme de fiction − de ce que j’ai pu ressentir dans ma propre vie. Ce livre arrive à faire comprendre des conseils clichés qui m’énervaient par leur apparente inutilité.

Par exemple, le dernier château et son dragon comme métaphore des peurs intérieurs : l’auteur adresse le fait que les peurs n’ont d’emprise que si on y croit tout en montrant bien qu’il est loin d’être si simple d’y faire face.

Ou bien le fait que les châteaux mettent du temps à être accomplis… Je me suis senti compris dans les épreuves que j’ai traversées dans ce livre. J’ai vraiment l’impression que l’auteur sait de quoi il parle en employant la métaphore de l’armure : ce blocage mental que nous sommes nombreux à nous mettre pour nous empêcher de ressentir les choses − positives comme négatives.

Ce livre « Le Chevalier à l’armure rouillée » m’a davantage touché il y a quelques années, quand j’étais au beau milieu de ce genre de problèmes. J’ai dû pleurer une page sur deux au milieu du conte − sans exagérer. Le relire m’a fait du bien : il résonne toujours en moi. J’ai été comme le Roi, même le roi, retournant sur le chemin de la Vérité, pour en apprendre davantage sur moi-même.

Par contre, « Le Chevalier à l’armure rouillée » ne donne pas du tout de conseils pratiques ; il sert plutôt de déclic, invitant à une aventure personnelle. Il donne une direction et du courage pour ceux qui veulent oser faire tomber leur armure.

Lorenzo du blog Rouages de l’écriture

Points forts :

  • Le livre est facile à lire : court et écrit d’une plume fluide
  • Simplicité et puissance du message
  • Sert de déclic pour un changement profond de soi
  • Une très bonne description de l’armure émotionnelle ; l’auteur sait de quoi il parle
  • On n’a pas l’impression d’entendre des clichés, comme d’autres livres du genre

Points faibles :

  • La forme ne va pas plaire à tout le monde ; il faut lire un minimum entre les lignes.
  • Pas tourné vers les solutions concrètes
  • Un aspect spirituel qui ne m’a pas convaincu
  • Inutile aux personnes qui ne vivent pas de difficultés à exprimer et vivre leurs émotions. Mais existent-elles vraiment ?

Ma note :

imageimageimageimageimageimageimageimageimage

Avez-vous lu le livre « Le chevalier à l’armure rouillée » de Robert Fisher ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (Pas encore de Note)

Loading...

Visitez Amazon afin de lire plus de commentaires sur le livre « Le Chevalier à l’armure rouillée »

Visite Amazon afin d’acheter plus de commentaires sur le livre « Le Chevalier à l’armure rouillée »

Recherches utilisées pour trouver cet article :
https://des-livres-pour-changer-de-vie com/le-chevalier-a-l-armure-rouillee/, https://des-livres-pour-changer-de-vie com/le-chevalier-a-l-armure-rouillee/#:~:text=Résumé de « Le Chevalier à lui par la même occasion

1 Commentaire pour :

Le Chevalier à l’armure rouillée







Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.

Partagez
WhatsApp
Partagez
Tweetez
Enregistrer