Une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie.

Le leader sans titre

le leader sans titre Robin Sharma

Résumé de « Le leader sans titre : une fable moderne sur la véritable réussite en affaires et dans la vie » de Robin Sharma : un savant mélange de développement personnel et de roman pour vous guider en toute simplicité vers la meilleure version de vous-même.

Par Robin Sharma, 2011.

Titre original : The leader who had no title (2010)

Table des matières

Chronique et résumé de « Le leader sans titre » de Robin Sharma

Un mot sur l’auteur

Robin Sharma est le fondateur de Sharma Leadership International Inc. Il a aidé de nombreux individus et organisations. Son coaching est reconnu. Parmi ses clients figurent des entreprises internationales telles que Microsoft, FedEx, IBM ou Nike, pour n’en citer que quelques-unes.

Il est également le fondateur d’une association en faveur de la réinsertion civile des vétérans de guerre : 960vets.com. Il s’implique beaucoup dans cette cause, comme le montre d’ailleurs le livre qui suit.

Robin Sharma a écrit 9 ouvrages, la plupart traduits dans plusieurs langues et vendus dans de nombreux pays. Parmi eux :

Une note personnelle de Robin Sharma

Voici la promesse de l’auteur, dès l’avant-propos du livre :

« En mettant en pratique le système de leadership que je vous enseignerai dans ce livre, vous ferez l’expérience de résultats percutants dans votre vie professionnelle, et vous aiderez votre organisation à s’élever à un tout nouveau d’innovation, de performance et de loyauté à l’égard de votre clientèle. »

(Le leader sans titre, p. 13)

La forme du discours est originale : il s’agit d’un récit fictif. Le héros en est un homme nommé Blake Davis. Celui-ci a un mentor : Tommy Flinn. Mais aussi quatre professeurs qui l’aideront à progresser sur la voie du leadership.

Les leaders sont là pour proposer des solutions. Robin Sharma espère que ce livre en soit une pour vous. L’auteur livre ici l’expérience de toute une vie dans le domaine du coaching d’organisations — et cela ne peut manquer d’être utile !

Pour plus d’informations, consultez son site : robinsharma.com.

NB. Les sous-titres ont été ajoutés pour offrir une meilleure expérience de lecture. Toutefois, ils n’apparaissent pas dans le livre original, qui cherche à coller au plus près à un récit type « roman ».

Chapitre un — Le leadership et le succès sont des droits acquis dès votre naissance

« Le spectacle d’une réussite est le plus grand cadeau qu’un être humain puisse offrir à d’autres. »

(Ayn Rand, citée par Robin Sharma dans Le leader sans titre, p. 17)

Dans la vingtaine, Blake Davis ne savait pas trop quoi faire de sa vie. Il travaillait sans ambition ni passion. Seulement pour payer ses factures… Il décida malgré tout de s’engager dans l’armée pour donner plus de sens à son existence.

En Irak, il connut des moments difficiles, qui sont toujours compliqués pour lui aujourd’hui. L’horreur de la guerre l’a frappé de plein fouet. Le retour à la maison fut une épreuve particulièrement délicate.

En fait, « (sa) vie n’avait plus de sens ou de signification ». Il était encore plus perdu qu’au départ. Mais peu à peu, grâce à l’aide de ses parents et d’un cadeau reçu d’eux, il remonte la pente.

La force de l’autoéducation

Quel est ce cadeau ? Un livre ! « Peu de choses sont aussi sages que le fait d’investir pour devenir un meilleur penseur et développer un esprit plus fort », affirme l’auteur. L’autoéducation a été la clé de sa remise sur pied.

Il trouva du travail dans une librairie. Mais, au départ, son attitude n’était pas la bonne et il faillit plusieurs fois perdre son emploi. Et c’est alors que les choses ont changé.

« Un genre de miracle est survenu », dit-il. Une personne inconnue lui a transmis un savoir, durant quelques brèves conversations. Ce fut pour lui une révélation et le moteur qui — en plus des livres — lui a permis de modifier concrètement son comportement.

À 29 ans, Blake Davis se sent « comblé de joies et de succès » et il veut partager les secrets de sa réussite.

Pouvoir des livres

Chapitre deux — Ma rencontre avec un mentor dans le domaine du leadership

« Les jours vont et viennent comme des personnages voilés et emmitouflés, envoyés par de lointains individus amicaux, mais ils ne prononcent aucune parole. Et si nous n’utilisons pas les présents qu’ils ont apportés, ils les rapportent sans dire un seul mot. »

(Ralph Waldo Emerson, cité par Robin Sharma dans Le leader sans titre, p. 23)

Ennui

La librairie dans laquelle travaille Blake Davis est une entreprise comme les autres. Tous les lundis, une réunion permet de rappeler aux employés la mission et les valeurs qui la font exister.

Tous les ans, un employé est nommé « employé de l’année ». Les récompenses à la clé sont assez sympathiques : une belle somme d’argent et un voyage aux Antilles.

Mais cela ne convainc pas notre héros. Il s’ennuie. Il n’arrive pas à échanger de façon authentique avec ses collègues sur ses sentiments.

Et puis un jour, un étranger lui tapota l’épaule au rayon « Affaires ». Il était habillé bizarrement. Ridé, aussi. Mais avec des yeux bleus éclatant !

Rencontre

L’homme s’appelle Tommy Flinn et lui dit être un ancien « employé de l’année » d’une librairie de la même chaîne. Il va travailler, désormais, dans cette librairie-ci. Et de ce fait, il pourrait bien être le patron de Blake Davis un jour !

Toutefois, l’homme étrange soutient que ce n’est pas cela qui l’intéresse : il préfère, simplement, faire son travail de son mieux. Mais, lui rétorque le jeune ancien militaire, la librairie n’est pas en très bonne santé financière : que vient-il donc faire ici ?

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Cessez d'être gentil soyez vrai !

Tommy Flinn lui répond : « Plus les conditions sont difficiles et représentent un défi, plus les occasions se révèlent extraordinaires, Blake. J’ai donc voulu venir dans cette librairie pour travailler avec toi. »

Comment connaît-il son nom ? L’histoire le raconte : Tommy Flinn était un ami du père décédé de Blake Davis. C’est pourquoi il le connaît déjà si bien, alors qu’il est un inconnu pour Blake Davis !

La promesse de ce mentor : l’aider à devenir la « rock star » de l’entreprise de librairies. Rien que ça. Le héros n’en croit pas ses oreilles. Lui qui a des difficultés à mettre un pied devant l’autre…

Une philosophie puissante

LST : voilà les lettres magiques que Tommy Flinn porte autour du cou. Elles sont sa philosophie. Elles sont l’héritage qu’il se propose de transmettre à son apprenti.

Mais pourquoi, si cette philosophie est si puissante, cet homme âgé est-il resté 50 ans au service de la même entreprise, sans grimper les échelons ? Cette question est pertinente.

Et Tommy Flinn y répond simplement : il aime son métier et il aime inspirer les membres de son équipe. Il se moque des titres. Il n’en a pas besoin.

Ce dont le monde a besoin aujourd’hui, en ces temps de turbulence, c’est d’un leadership authentique. Voilà la base de la pensée de Tommy Flinn. Qu’est-ce que cela signifie concrètement ?

« Faire grandir et développer le talent de leadership de chaque personne de l’organisation plus rapidement que ne le ferait la concurrence », voilà ce qu’il s’agit de mener à bien. Pas question de se focaliser sur un seul : tous les membres de l’entreprise — du concierge au PDG — sont concernés.

Pour y parvenir, il faut « libérer le leader intérieur » en chacun de nous. Et pour cela, nul besoin d’un titre — LST : leader Sans Titre.

« Votre titre d’emploi est “Être humain !” », dit pour résumer Blake Davis, convaincu par le discours de son aîné.

TSE : Travail Sérieusement Exceptionnel

L’argent, le respect, les avantages en nature : tout cela est bon et peut être accepté le moment venu, mais ne doit pas tourner la tête. Ce qui importe, c’est la joie d’effectuer un TSE que nous aimons du mieux que nous pouvons.

La créativité est ici importante : il faut être capable et oser sortir des sentiers battus et penser par soi-même. Après tout, un peu d’excentricité aide à vivre une vie pleine et entière.

Nous ne vivons que :

  • 960 mois en moyenne ;
  • Soit plus ou moins 29 000 jours.

C’est peu ! Alors autant en profiter et donner du sens à ces moments précieux. Aujourd’hui, lorsqu’il regarde en arrière, Blake Davis se rend compte de l’importance de sa rencontre avec Tommy Flinn.

S’il a réussi et s’il sent aujourd’hui que sa présence dans le monde importe, c’est grâce à lui. Suivez son histoire !

Succès

Chapitre trois — Les déplorables coûts de la médiocrité et les récompenses spectaculaires de ces gens qui maîtrisent le leadership

Au cours des jours qui suivent leur rencontre, Tommy Flinn continue de former Blake Davis. Il lui apprend notamment que :

« (Le) leadership est que les leaders sont ces individus qui font ces choses que les nuls ne sont pas disposés à accomplir, même si eux-mêmes, les leaders, n’ont peut-être pas envie non plus de le faire. »

(Le leader sans titre, p. 55)

Les leaders aiment l’action et ils ne rechignent pas à se lever tôt pour accomplir de nombreuses choses. Ils sont contents d’agir, mais rarement satisfaits. Pourquoi ? Car la satisfaction est un repos. Or, les leaders veulent continuer à agir !

10 regrets

Il y a 10 regrets communs dans l’existence, lui rappelle Tommy Flinn :

  1. Mourir sans savoir quelle est sa voie ;
  2. Sans connaître et exploiter les dons que nous possédons ;
  3. N’avoir inspiré personne ;
  4. N’avoir pris aucun risque ;
  5. Avoir manqué des occasions importantes ;
  6. Avoir échoué à transformer l’échec en réussite ;
  7. Ne pas avoir compris que le travail doit aider autrui et non seulement soi-même ;
  8. S’être laissé aller au conformisme ;
  9. Avoir laissé s’éteindre la flamme du génie qui sommeille en chacun de nous ;
  10. S’être laissé guider par la peur et avoir refusé sa mission de leader.

10 récompenses liées à la philosophie LST

À contrario, la philosophie LST cherche à nous aider à construire nos existences. Le leader veut prendre sa vie en main. Il veut sortir du sentiment d’échec et mettre en place des routines qui le mèneront bien au-delà de ses projets initiaux.

S’il suit le programme LST, le jeune apprenti gagnera en confiance dans tous les domaines de sa vie. Voici les 10 récompenses qui l’attendent à la fin de sa vie :

  1. Une dépense utile et complète de ses dons et talents ;
  2. Un niveau d’excellence et un haut degré de probité ;
  3. L’audace et le sentiment de joie ;
  4. Le sentiment d’avoir inspiré et construit autrui ;
  5. La satisfaction d’avoir surmonté les échecs ;
  6. La reconnaissance sociale ;
  7. Un sentiment d’autoestime mérité ;
  8. L’assurance d’être un être créatif et innovateur ;
  9. Le plaisir d’être reconnu au sein de sa communauté ;
  10. La fierté d’être un Leader Sans Titre qui sera pris pour modèle.
Leader seul devant

Chapitre quatre — La première conversation sur le leadership : Vous n’avez pas besoin d’un titre pour être un leader

« La façon la plus courante qu’ont les gens de renoncer à leur pouvoir est de penser qu’ils n’en ont pas du tout. »

(Alice Walker, citée par Robin Sharma dans Le leader sans titre, p. 73)

Le premier professeur rencontré par Blake Davis est une femme. Une femme de chambre, même. Elle chante en travaillant. Elle a la quarantaine, charmante, dynamique et attirante.

Son nom : Anna. Et son tout premier conseil est le suivant : « offrir rien de moins que ce qu’il y a de mieux en soi ». Tel est sa formule. Pour la vie et pour le travail qu’elle effectue au quotidien.

Mais comment s’y prendre ? En se fondant sur nos 4 pouvoirs naturels.

Les 4 pouvoirs naturels

Voici les 4 pouvoirs naturels enseignés par Anna à Blake Davis :

  1. Aller travailler chaque jour et exprimer ce qu’il y a de mieux en soi.
  2. Inspirer, d’influencer et élever chaque personne rencontrée.
  3. Effectuer avec passion un changement positif ici et maintenant, malgré les conditions négatives.
  4. Traiter chaque personne qui a un rôle à jouer avec respect, gratitude et gentillesse.

Ces 4 pouvoirs ne requièrent aucun titre. Et Blake Davis s’en étonne, car ce n’était pas du tout comme cela dans l’armée. Là-bas, les titres et la hiérarchie sont importants. Avoir un supérieur qui vous guide peut vous éviter le danger.

Mais aujourd’hui, il remarque qu’il n’en a plus besoin. Il peut avancer seul en devenant son propre leader. Pour ce faire, il suffit, lui dit Anna, « d’allumer l’interrupteur ». Ou victime ou leader. Il faut choisir.

Les excuses sont faites pour s’en servir… Et pour ne pas agir. Elles nous confortent dans nos peurs. Il en va de même des critiques. Celles-ci sont comme des boucliers pour éviter le changement.

Troisième leçon : IMAGE

Anna l’aide à approfondir son enseignement en lui fournissant un acronyme facile à retenir. Mais que signifie-t-il ? Voyons cela.

  • I comme Innovation
  • M comme Maîtrise
  • A comme Authenticité
  • G comme Guts (instinct, cœur au ventre, cran)
  • E comme Éthique

Il vous faudra lire l’ouvrage pour en découvrir davantage. Mais nous pouvons déjà vous dévoiler un autre acronyme secret de l’enseignement d’Anna : le PPSM. De quoi parle-t-on, cette fois ?

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Pourquoi vous n'appliquez pas ce que vous lisez (et comment y remédier) - 2

De quelqu’un qui se consacre à être le… :

  • Premier ;
  • Plus ;
  • Seul ;
  • Meilleur.

Ce n’est pas une ambition creuse, mais un vrai effort sur soi-même pour atteindre l’un des critères de l’IMAGE : la maîtrise. En cherchant à devenir le PPSM, vous vous dirigerez naturellement vers l’excellence.

Bien sûr, il vous faudra vaincre vos croyances limitantes. Mais rappelez-vous : « les croyances ne sont rien de plus que des pensées que nous avons ressassées maintes et maintes fois, jusqu’au moment où nous en avons fait des vérités personnelles ».

C’est aussi un enseignement de la programmation neuro-linguistique.

Action immédiate requise

Vous voulez avancer sur cette voie ? Alors passez à l’action !

Noter sur une feuille de papier (ou en ligne) :

  • Les sphères de la vie professionnelle ou personnelle où vous ne prenez pas complètement vos responsabilités.
  • 5 objectifs quotidiens de leadership pour les 7 prochaines journées.

Important : vous devrez agir dans les 24 heures.

Vous pouvez consulter les ressources complémentaires sur le site robinsharma.com.

Métaphore ski et leadership

Chapitre cinq — La deuxième conversation sur le leadership : Les périodes agitées forment de grands leaders

Voici le deuxième grand enseignement : les périodes agitées forment les grands leaders. Celles-ci ne durent pas. Et si nous sommes capables de résister, elles nous transforment pour un mieux.

Le deuxième professeur de Blake Davis se nomme Ty Boyd. Un ancien champion de ski géant d’une cinquantaine d’années, cool et très chaleureux.

Lui aussi a connu des malheurs, et il a su se relever. Une blessure l’a tout d’abord empêché de vivre et de poursuivre sa passion pour le ski. Ce n’est pas l’équivalent de blessures de guerre (psychologiques ou physiques), mais cela importe aussi.

Ty Boyd le remercie pour ce que Blake Davis a fait pendant la guerre. Puis il l’emmène à l’arrière-boutique de son magasin de fournitures sportives. Pour lui apprendre quelque chose ?

Oui et non : il se met à chanter à tue-tête, un ski à la main. Puis lui dit : « On a tout simplement du plaisir. Tu dois trouver le moyen d ‘avoir du bon temps dans tout ce que tu fais ».

Faire un avec la montagne

Mais ce premier conseil n’est que le début. Par les temps difficiles qui courent, il faut tenir bon, même quand le bateau semble prendre l’eau de toutes parts. Au travail, la pression augmente. Les changements sont de plus en plus rapides.

Alors, comment faire ? S’adapter au changement et suivre le rythme de l’évolution. Ou, pour le dire avec la métaphore utilisée par Ty Boyd : faire un avec la montagne et s’engager dans les pentes dangereuses avec assurance.

La peur que nous ressentons vient du fait que nous affrontons nos propres limites et sortons de notre zone de confort. Mais c’est justement là que nous apprenons le plus et que le changement intérieur est le plus grand.

Plus nous prendrons l’habitude de « skier en terrain difficile », plus nous prendrons de la valeur et ferons taire notre peur du changement. En d’autres termes, notre zone de confort s’élargit à mesure que nous osons en sortir.

Ici encore, cela exige de nous de quitter certaines croyances limitantes, tenaces mais improductives. Laissons-les de côté ; la vie vaut vraiment mieux que ça !

Les 5 règles de Ty Boyd

 Voici un nouvel acronyme pour ce deuxième enseignement majeur du leader sans titre. Quel est-il ?

  • S comme s’exprimer avec franchise
  • P comme prioriser
  • A comme (l’) adversité engendre les occasions
  • R comme (choisir la) réponse, plutôt que la réaction
  • K comme Kudos pour tout le monde

Qu’est-ce que le Kudos ? « Cela signifie la gloire et le renom qui découlent d’une action réussie. Être un leader Sans Titre signifie être inspirant et édifiant dans un monde qui trop souvent célèbre le pire », affirme Ty Boyd.

Pour bien comprendre le reste, vous devrez découvrir le livre !

Action immédiate requise

Dans votre journal — par exemple votre journal de productivité —, vous écrirez :

  1. Votre meilleure occasion d’effectuer un changement positif dans votre organisation.
  2. Les raisons (ou la raison) pour lesquelles vous résistez à mettre en œuvre ce changement.
  3. Une liste des trois récompenses attrayantes que vous obtiendrez si vous allez jusqu’au bout et si vous réalisez ce changement.
Métaphore du jardinage et des relations humaines

Chapitre six — La troisième conversation sur le leadership : Plus vos relations sont profondes, plus votre leadership est solide

Jackson Chan est le troisième professeur de Blake Davis. Un voyageur. Mais aussi un jardinier… sur les toits de la bibliothèque de New York !

La grande œuvre de Jackson Chan est d’avoir imaginé le toit de cet immeuble autrement que comme un endroit sale et sans intérêt. Et il n’a pas seulement pensé le jardin ; il l’a réalisé.

Mais quel est le principe qui l’a rendu possible ? Eh bien, c’est celui évoqué dans le titre : « Plus vos relations sont profondes, plus votre leadership est solide. »

Le rythme de la technologie et de notre travail nous empêche souvent de prêter attention à cet enseignement. Ou bien nous n’arrivons pas à le mettre en application malgré notre désir, ou nous le refoulons. Nous pensons alors que nous pouvons arriver au succès tout seul.

Quelle erreur ! De façon générale, les affaires ne sont qu’un moyen en vue d’aider d’autres êtres humains. Plus nous créons de la valeur pour les autres, et plus nous en profitons également.

Bien traiter les gens. Voilà une règle de base qui découle de ce principe. Nous le reverrons dans un instant, lorsque nous décoderons le troisième acronyme du Leader Sans Titre. Mais n’allons pas trop vite en besogne.

Le jardinage : une métaphore sociale

Voici ce que révèle Jackson Chan à son élève :

« Toute ma vie est centrée maintenant sur le jardinage, Blake. Je ne cesse pas de m’émerveiller quand je prends ces petites graines dans la paume de ma main. Elles ont l’air totalement stériles et, pourtant, avec de bons soins et de la patience, elles deviendront des plantes à fleurs les plus merveilleuses que tu aies pu admirer dans ta vie. La même idée sert de base au principe que je partage en ce moment avec toi. Si tu fais en sorte que ta priorité numéro un consiste à faire grandir de formidables relations avec les gens, que ce soit avec tes collègues de la librairie ou avec de clients que tu côtoies chaque jour, tu auras dans ta carrière tout le succès et le bonheur que tu pourras souhaiter. »

(Le leader sans titre, p. 199)

Ici encore, patience et efforts sont les maîtres mots. Les relations prennent du temps à bâtir et doivent être constamment entretenues. Mais semer ces graines d’amitié en vaut la peine.

Comment toucher le cœur des gens ? En leur donnant ce que vous voulez le plus recevoir. Cette attitude demande une grande honnêteté et beaucoup d’initiative aussi. « Si tu veux plus de gratitude, donne davantage de gratitude », dit encore Jackson Chan à Blake Davis.

Les 5 règles de Jackson Chan

Quel est l’acronyme qui convient à cette partie de l’enseignement du Leader Sans Titre. Eh bien, il est — pour ainsi dire — tout trouvé !

  • H comme helpfulness (serviabilité)
  • U comme understanding (compréhension)
  • M comme mêle-toi aux autres
  • A comme amuse-toi
  • N comme nourrir

Ce dernier mot, « nourrir », peut paraître mystérieux. Qu’entend Jackson Chan (et bien sûr derrière lui, l’auteur, Robin Sharma) par là ?

Il s’agit d’une règle fondamentale qui change tout dans la manière de faire des affaires. Nourrir des relations saines, c’est avant tout considérer que nous sommes interdépendants et que les gens ne sont pas remplaçables à volonté.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Pourquoi vous n'appliquez pas ce que vous lisez (et comment y remédier)

Pour le dire autrement : les humains ne sont pas du « capital ». Nourrir, c’est nourrir la relation à l’autre. Le considérer comme une fin et non seulement comme un moyen. « Être gentil n’est pas une faiblesse », dit Jackson Chan.

Action immédiate requise

Dans votre journal, notez :

  1. Quelle est la personne qui a eu le plus d’influence (positive) sur vous.
  2. Les trois choses qui rendent ou rendaient cette personne si spéciale à vos yeux.
  3. Les moyens d’incorporer ces valeurs ou croyances dans vos propres comportements et habitudes, dès maintenant.

Prendre exemple sur des personnes inspirantes aide à se constituer comme une meilleure personne. Nous ne devons pas avoir peur de prendre d’autres personnes pour modèles.

« Aucun homme ne deviendra un grand leader s’il veut tout faire par lui-même ou chercher à obtenir tout le mérite pour l’avoir fait. »

(Andrew Carnegie, cité par Robin Sharma dans Le leader sans titre, p. 222)
Bougie qui illumine une salle de massage.

Chapitre sept — La quatrième conversation sur le leadership : Pour devenir un grand leader, devenez d’abord une personne extraordinaire

La dernière rencontre du parcours initiatique de Blake Davis a lieu dans un spa réputé de New York. Il va y rencontrer un personnage étonnant : Jet Bristley. Un massothérapeute de stars !

Sa réputation de masseur fait de lui l’une des personnalités les plus en vue de la jet set locale. Mais il dit que cela ne s’est pas fait sans effort : il a dû travailler dur pour y parvenir.

Mais surtout, il y a un secret : « il n’est pas vraiment possible que tu fasses en sorte que les gens se sentent bien à propos d’eux-mêmes, si tu ne te sens pas vraiment, vraiment bien toi-même. »

Or, cela demande de l’entraînement et de la pratique. Pour pouvoir aider les autres, forger de belles relations et réussir dans la vie, il faut devenir une personne forte et excellente. Tout commence à l’intérieur de soi.

Autrement dit :

« Sois d’abord un leader pour toi-même. Ce n’est qu’à cette condition que tu parviendras à une étape où, comme être humain, tu pourras être le leader d’autres gens. Consacre-toi à devenir tellement fort à l’intérieur que, de l’extérieur, on aura l’impression que tu es à l’épreuve de l’échec. Travaille très dur sur toi-même afin que les trésors enfouis qui sommeillent au fond de toi commencent à se révéler à chaque élément du monde qui t’entoure. »

(Le leader sans titre, p. 231)

Se projeter vers l’avenir

Cela demande de se projeter loin dans l’avenir. En fait, cela demande de se projeter après sa mort. Que voulez-vous qu’il reste de vous ? Que voulez-vous que les gens disent de vous ? Qu’est-ce que vous voulez laisser en héritage ? En vous posant ces questions et en cherchant un sens, vous allez créer les conditions pour y arriver.

Il est trop tard pour penser à tout cela sur son lit de mort. Si vous y pensez dès aujourd’hui, vous vivrez plus intensément et vous vous donnerez les moyens de réussir ce que vous vous proposez de faire.

Jet Bristley va plus loin : selon lui, cette attitude nous permet de relativiser notre attachement aux biens matériels. Il n’est pas question pour lui de vivre pauvrement. Il aime le luxe et le dit. Toutefois, il affirme qu’il ne se définit pas par ce qu’il possède, mais par ce qu’il est.

Retrouver qui nous sommes

Est-il question de progression ? En fait, pas tant que ça. Il est surtout nécessaire de se rappeler qui nous sommes. Nous sommes parfaits tels que nous sommes. Et cela, nous devons nous en souvenir.

C’est ce travail qui est particulièrement difficile. Se réapproprier son pouvoir naturel d’être un leader, pour soi-même d’abord, puis pour les autres ! « La grandeur est un événement intérieur avec des conséquences extérieures », dit encore le professeur de Blake Davis.

Et de conclure cette partie par ces phrases :

« Nous sommes vraiment déconnectés de notre nature essentielle. Nous avons enterré ce qu’il y a de meilleur en nous sous des couches d’insécurité, de doute et de peur. Nous sommes nés géniaux, Blake. Fais tienne cette vérité ! ».

Les cinq règles de Jet Britley (+ les 7 exercices de leadership personnel)

Ici encore, l’acronyme est plutôt bien trouvé : Shine (briller). En voici la signification :

  • S comme see clearly (voir clairement)
  • H comme health = wealth (santé = richesse)
  • I comme Inspiration
  • N comme « Ne néglige pas ta famille »
  • E comme « Élève ton mode vie »

Le sens de tout cela est-il clair pour vous ? Privilégier la vue claire signifie être strict avec soi-même et prendre de bonnes habitudes. Jet Britley propose 7 exercices de leadership personnel à Blake Davis.

Les voici :

  1. Apprentissage (lire, se former)
  2. Affirmations (se reprogrammer positivement)
  3. Visualisation (s’imaginer en train de réussir)
  4. Écriture d’un journal (clarifier ses idées)
  5. Fixation de buts (focaliser son énergie)
  6. Exercice physique (se garder en forme)
  7. Nutrition (manger sainement)

Action immédiate requise

Dans votre journal :

  • Notez 5 choses que vous allez faire dès aujourd’hui pour alimenter votre leadership personnel.
  • Établissez un horaire précis pour chaque chose, pendant 7 jours.

Pour en savoir plus sur les exercices d’affirmation et de visualisation, n’hésitez pas à jeter un œil à la chronique des Exercices de PNL pour les nuls.

Lettre et journal

Chapitre huit — Conclusion

L’histoire se termine. En une journée, le jeune homme sans ambition a eu l’occasion de se transformer profondément grâce aux enseignements de ses professeurs. Et c’est d’abord à Tommy Flinn qu’il le doit.

Pourtant, il ne le reverra plus. Blake Davis apprend que le vieil homme est décédé. Lors de ses funérailles, Anna, Ty, Jackson et Jet remettent une lettre à notre héros. Cette lettre comprend les derniers mots de Tommy à Blake, le fils qu’il n’a jamais eu.

Vous pourrez retrouver l’entièreté de cette lettre dans l’ouvrage (p. 271-274).

Parties annexes

Plusieurs parties annexes complètent l’ouvrage :

  • Ressources pour vous aider à être un Leader Sans Titre sur les réseaux sociaux.
    Demandes de partages pour que la philosophie LST se répande dans le monde.
  • Ressources pour les vétérans.
  • Contact pour fonder une organisation de Leaders Sans Titre.
Leadership ensemble

Conclusion sur « Le leader sans titre » de Robin Sharma :

Un livre à la forme originale

Robin Sharma n’est pas un nouveau venu dans le domaine du coaching et du développement personnel Le succès du Moine qui vendit sa Ferrari a fait de lui l’un des auteurs les plus lus de ce domaine.

Retenez du Leader sans titre, d’abord, sa forme. C’est un livre qui se lit comme un roman ! Et ça tombe bien, puisqu’il l’a construit comme ça… Tous les personnages sont fictifs. Mais de cette façon, l’auteur nous emmène plus facilement dans la théorie. Celle-ci parait plus claire, plus pratique aussi.

Autre élément à retenir, bien sûr : les principes eux-mêmes. Les premiers chapitres dévoilent des points importants de la pensée et de la méthode de Robin Sharma. Toutefois, c’est principalement les 4 chapitres centraux (les conversations) qui fournissent les 4 principes clés du livre.

Ce qu’il faut retenir de « Le leader sans titre » de Robin Sharma :

Voici ces 4 principes clés :

  1. Vous n’avez pas besoin d’un titre pour être un leader.
  2. Les périodes agitées forment de grands leaders.
  3. Plus vos relations sont profondes, plus votre leadership est solide.
  4. Pour devenir un grand leader, devenez d’abord une personne extraordinaire.

Tout au long de l’ouvrage, Robin Sharma insiste sur le fait que nous sommes entrés dans une époque nouvelle où les anciennes règles pour faire des affaires et conduire sa vie n’ont plus cours. Les temps sont plus incertains, plus changeants. Le rythme de la vie s’accélère.

Ce qu’il propose avec ce modèle, c’est une façon de s’adapter à ce nouveau système et de réussir à en profiter en profondeur. Il n’est pas seulement question d’argent (même si ce souci est bien présent), mais aussi de bien-être et de plénitude intérieure.

Ce modèle est conçu et présenté comme une « démocratisation du leadership ». Chacun d’entre nous peut et doit apprendre à donner le meilleur de lui-même, quel que soit le travail qu’il réalise. C’est une manière de se rendre meilleur soi-même et de faire du monde un meilleur endroit.

Points forts :

  • Des idées claires pour changer sa vie ;
  • Une forme très originale, moitié roman moitié essai ;
  • Il est facile de se prendre au jeu des personnages ;
  • Les principes sont clairement résumés en fin de chapitre.

Point faible :

  • Je n’en ai pas trouvé.

Ma note :

★★★★★

Avez-vous lu le livre de Robin Sharma « Le leader sans titre : une fable moderne sur la réussite en affaires et dans la vie » ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (Pas encore de Note)

Loading...

Visitez Amazon afin de lire plus de commentaires sur le livre de Robin Sharma « Le leader sans titre : une fable moderne sur la réussite en affaires et dans la vie » .

Visitez Amazon afin d’acheter le livre de Robin Sharma « Le leader sans titre : une fable moderne sur la réussite en affaires et dans la vie ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.

Partagez
WhatsApp
Partagez
Tweetez
Enregistrer