Les 20 premières heures – The First 20 Hours

The First 20 hours, How to Learn Anything… Fast - Les 20 premières heures

Phrase-résumée de « The First 20 hours, How to Learn Anything… Fast » : The First Twenty Hours (Les 20 premières heures) est la démonstration la mieux illustrée que l’on peut acquérir n’importe quelle compétence en partant de 0 en seulement 20 heures.

Par Josh Kaufman, 2013, 274 pages.

Note : Cette chronique est une chronique invitée écrite par Raphaël Boukris du blog “Vivreheureux.

Chronique et résumé du livre de Josh Kaufman The First 20 hours, How to Learn Anything Fast

Introduction

La problématique que nous rencontrons tous est que nous avons des rêves, mais que la vie est trop courte pour tous les réaliser. C’est pour cette raison qu’on doit établir la liste de toutes les choses qu’on aimerait faire. Il faut savoir que les deux paramètres qui nous stoppent sont le temps et les compétences.

En effet, les expériences les plus gratifiantes nécessitent des compétences pour obtenir des résultats. Comme pour avoir des compétences il faut du temps et des efforts, on les repousse et donc on ne réalise pas nos rêves.

C’est sûr qu’il est plus facile de surfer sur internet ou d’être devant sa télé que de se lancer à la conquête de nouvelles compétences. Ce qui nous décourage le plus est ce qu’on appelle la Barrière de la frustration, c’est le cap à dépasser pour ne plus être frustré par notre incompétence de débutant.

Quand on démarre une nouvelle activité, avant d’avoir franchi cette barrière, on est parfois découragé parce qu’on ne maîtrise pas encore les bases de la compétence. N’est-il pas possible d’apprendre avec moins de souffrance ?

Le but de Kaufman est de prouver qu’il faut seulement 20 heures pour surpasser la barrière de la frustration et passer d’un niveau où l’on ne connaît absolument rien à un niveau tout à fait correct.

La règle est universelle et fonctionne pour acquérir n’importe quelle compétence : écrire un roman, apprendre à peindre, lancer son entreprise…

Grâce à cette méthode d’apprentissage rapide, Kaufman a appris entre autres le yoga, à coder un site web et la planche à voile.

Chapitre 1 : Le portrait de l’auteur : un vrai boulimique de l’apprentissage

Section 1) Vie privée de l’auteur

Josh Kaufman adore apprendre. Il a une bibliothèque de 852 livres qu’il a lus et un panier Amazon.com de 241 livres qu’il aimerait lire ! Chaque jour, il a de nouveaux projets qu’il ajoute à sa liste.

Pour l’instant Josh se concentre surtout sur ses activités de publication. Il se bat au quotidien pour exceller dans la réalisation de vidéos, de podcasts et de séminaires. Il est vital pour lui de se former.

En outre, il aimerait faire de grandes choses comme apprendre la guitare, faire du kayak, de l’escalade… Josh est du genre à se débrouiller seul pour apprendre.

Sa femme, quant à elle, a sa propre entreprise de cours de yoga. Elle dispense des cours aux professeurs désirant se former. Ce faisant, ils ont beaucoup à faire tous les deux.

Josh a une petite fille, Kelsey. Avant sa naissance, ils se sont dit que s’ils avaient des enfants, ils mettraient un point d’honneur à leur donner la meilleure éducation possible.

C’est une des raisons pour lesquelles Josh a quitté l’entreprise pour laquelle il travaillait afin de passer un maximum de temps avec sa famille.

Depuis qu’il a sa petite fille, il dispose de moins de temps et c’est pour cela que Josh s’est intéressé aux méthodes d’apprentissage rapide.

 

Section 2) L’inapplicabilité de la règle des 10 000 heures

Malcom Gladwell explique dans son livre Outliers, The story of success, ce qu’il appelle « la règle des 10 000 heures ». Basée sur une étude antérieure de Dr Anders Ericsson, célèbre psychologue suédois reconnu comme un des leaders mondiaux dans le domaine de l’apprentissage, il faudrait 10 000 heures pour acquérir une nouvelle compétence.

Pour Josh cette règle est absurde, car cela représente en termes de temps un job à plein temps pendant 5 ans. Si on enlève le fait qu’on ne peut pas rester concentré en permanence, il faudrait 10 ans pour maîtriser une nouvelle compétence.

En réalité, les gens se trompent sur cette interprétation de la règle. En fait, il faut 10 000 heures pour devenir un champion du monde tel que Tiger Woods, mais combien de temps faut-il pour avoir le niveau de compétence qui vous permet d’atteindre vos objectifs ?

Section 3) L’applicabilité de la règle des 20 heures

L’idée du livre de Josh Kaufman The First 20 Hours (Les 20 premières heures) est de se consacrer à 20 heures de travail intelligent et concentré à 100 % de notre capacité.

Qu’est-ce que l’acquisition rapide de compétences ?

C’est la décomposition de la compétence en quatre étapes :

  • Déconstruire la compétence en « sous-compétences ».
  • Maîtriser suffisamment chaque compétence pour pratiquer intelligemment et correctement.
  • Supprimer les barrières physiques et émotionnelles rencontrées.
  • Pratiquer au maximum les « sous-compétences » pendant 20 heures.

Ces quatre étapes seront longuement détaillées par la suite.

Il faut, avant d’entamer ces développements, dire quelques mots de la vraie valeur de l’apprentissage (I), de l’acquisition de compétences contre l’entraînement (II), de l’acquisition de compétences contre l’éducation (III) et enfin de la mémoire en tant que muscle (IV).

 

I) La vraie valeur de l’apprentissage

Cette méthode d’apprentissage n’a rien à voir avec les méthodes de l’école pour apprendre à apprendre. Apprendre une langue à l’école est beaucoup moins efficace que l’apprendre en parlant avec des gens dont c’est la langue maternelle.

Vous pouvez avoir eu d’excellentes notes en anglais à l’école et vous retrouver en difficulté pour parler avec un Anglais. L’apprentissage est très important, mais si vous désirez acquérir une compétence, il faut surtout pratiquer. Apprendre est nécessaire pour la pratique, mais ne la remplace pas.

II) L’acquisition de compétences contre l’entraînement

L’apprentissage et l’entraînement sont importants, mais ils ne remplacent pas la pratique.

Exemple : Si vous n’avez jamais couru de marathon, vous ne pouvez pas connaître le phénomène de « tétons qui saignent ».

III) L’acquisition de compétences contre l’éducation et les accréditations

Vous avez beau apprendre à coder pendant vos études supérieures, vous ne serez pas nécessairement apte à monter votre entreprise en sortant de l’université.

Les études servent, mais comme elles ne sont pas orientées vers votre objectif, vous ne serez pas prêts uniquement grâce aux savoirs de l’université.

L’auteur qui a écrit Le Personal MBA, dont Olivier Roland a réalisé la préface, explique qu’en ayant fait son propre MBA grâce à une liste de livres sélectionnés, il a pu orienter son apprentissage en fonction de ses projets.

IV) Le cerveau est plastique et la mémoire est un muscle

Si l’on suit le Dr Carol Dweck dans Mindset, the New Psychology of Success, il y a deux types d’état d’esprit qui sont innés :

  • L’état d’esprit fixe. Les gens qui ont cet état d’esprit auront dans certains domaines des prédispositions négatives. Avec la pratique, ils progresseront très lentement.
  • L’état d’esprit en croissance. Ceux qui l’ont s’amélioreront avec la pratique.

La bonne nouvelle est que dans le cas de l’état d’esprit fixe, avec de la pratique intelligente et concentrée, les prédispositions ne pèsent absolument pas sur l’acquisition de la compétence nouvelle.

Il y a trois stades de l’acquisition de compétences :

  • Le stade cognitif (au début) : Vous comprenez ce que vous essayez de faire, vous pensez au processus et vous déconstruisez la compétence en plusieurs parties.
  • Le stade associatif (intermédiaire) : Vous pratiquez la tâche, vous ajustez votre pratique en fonction de vos résultats.x
  • Le stade autonome (avancé) : Vous pratiquez efficacement la tâche sans même réfléchir au processus pour réaliser ce que vous faites.

 

Chapitre 2 : 10 principes de l’acquisition rapide d’une compétence

Voici les 10 principes :

  1. Choisissez un projet que vous adorez.
  2. Concentrez votre énergie sur une compétence à la fois.
  3. Définissez le niveau à atteindre.
  4. Déconstruisez la compétence en « sous-compétences ».
  5. Procurez-vous les outils déterminants.
  6. Éliminez les barrières à la pratique.
  7. Consacrez des plages horaires pour pratiquer.
  8. Obtenez du feed-back.
  9. Minutez-vous et travaillez pendant de courtes périodes.
  10. Mettez l’accent sur la quantité et la vitesse.

 

Section I) Choisissez un projet que vous adorez

Choisissez un projet qui vous tient à cœur. Plus vous serez motivé par ce projet, meilleure sera l’acquisition de la compétence. Vous devez également choisir parmi les choses que vous aimeriez apprendre celles les plus susceptibles de vous servir dans un futur proche.

 

Section II) Concentrez votre énergie sur une compétence à la fois

On est souvent tenté d’apprendre plusieurs compétences en même temps. Pourtant, c’est contre-productif. Concentrez-vous sur une expertise à la fois. Faites une « Someday List » où vous listez tous les domaines que vous aimeriez explorer dans le futur. Tant que vous n’activez pas l’idée, elle doit rester sur la liste.

 

Section III) Définissez le niveau à atteindre

Si vous savez ce que vous désirez atteindre, vous l’atteindrez beaucoup plus vite. Une fois que vous avez atteint ce niveau, rien ne vous empêchera de prolonger l’apprentissage pour devenir meilleur.

 

Section IV) Déconstruisez la compétence en « sous-compétences »

Vous devez déconstruire la compétence en un maximum de parties possibles. Pour le golf par exemple : il faudrait choisir le bon club, apprendre le putting, apprendre à taper en dehors du bunker… Vous devez attaquer par la « sous-compétence » la plus importante. Vous devez mettre de côté au début celles qui ne sont pas cruciales pour les débutants. Cette technique de déconstruction vous préservera du sentiment de débordement.

 

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Vidéo : Evitez une erreur qui m'a coutée des années

Section V) Procurez-vous les outils déterminants

Si vous voulez jouer au tennis, il vaut mieux acheter une raquette. Vous devez identifier les éléments importants pour la pratique et vous les procurer.

Section VI) Éliminez les barrières à la pratique

Il y a des barrières qui rendent l’apprentissage compliqué :

  • Faire une erreur critique dès le début, comme égarer vos outils, ne pas se procurer les bons outils avant de pratiquer, ou sauter des prérequis.
  • Utiliser des ressources limitées, comme utiliser des livres qu’on a empruntés.
  • Se laisser entraîner par les distractions de l’environnement : la télévision, les sonneries de téléphone, les pop-ups d’e-mails.
  • Les blocages émotionnels tels que la peur et le doute.

Section VII) Consacrez des plages horaires pour pratiquer

Il faut briser le mythe de « trouver du temps ». Il n’y a pas de banque du temps qui délivre du temps supplémentaire. Réservez une plage horaire journalière et peu importe ce qui se passe, vous la consacrerez à l’acquisition de cette nouvelle compétence. Il faut que vous pratiquiez au moins pendant 1H30 par jour. C’est largement faisable si vous tuez les activités qui ne vous rapportent rien. N’arrêtez pas l’apprentissage avant d’avoir 20 heures de vol !

 

Section VIII) Obtenez du feed-back

Vous devez avoir des références pour savoir à quel niveau de la compétence vous vous situez. Plus vous mettrez de temps à avoir du feed-back de qualité, plus longue sera l’acquisition de la compétence. Si vous créez une usine de fromage, vous devrez attendre 6 mois pour savoir si le fromage est bon. Si vous codez, vous saurez immédiatement si votre code est correct. Trouvez des moyens de savoir si vous êtes en bonne ou mauvaise voie.

 

Section IX) Minutez-vous et travaillez pendant de courtes périodes

Travaillez avec un minuteur. Fixez-vous des plages de 20 minutes où vous êtes concentré à 200 % sur l’acquisition de la compétence. Répétez les 20 minutes, 3 à 5 fois par jour et vous verrez les progrès.

 

Section X) Mettez l’accent sur la quantité et la vitesse

Ne vous concentrez pas sur la précision. Pratiquez et amassez le maximum de travail dès le début. Selon les études, la quantité amène la qualité. Vous devez pratiquer de plus en plus vite et vous challenger.

La meilleure technique pour acquérir une nouvelle compétence est l’immersion totale. Si vous voulez apprendre le français, faites un voyage en France. C’est le meilleur moyen d’apprendre, mais il est difficilement applicable, car on a généralement des contraintes qui nous empêchent de partir à l’étranger pendant 1 ou 2 mois : famille, travail…

Chapitre 3 : Dix principes de l’apprentissage efficace

Comme vu précédemment, l’apprentissage est différent de l’acquisition d’une compétence. L’apprentissage rend votre pratique plus efficace :

Les 10 principes fondamentaux d’un apprentissage efficace :

  1. Recherchez la compétence et les sujets liés.
  2. Plongez la tête la première.
  3. Identifiez les modèles mentaux et traduisez-les avec votre esprit.
  4. Imaginez l’opposé de ce que vous voulez.
  5. Parlez avec des adeptes pour établir vos attentes.
  6. Éliminez les distractions de votre environnement.
  7. Faites des révisions et du renforcement espacés pour mémoriser.
  8. Créez des structures et des check-lists.
  9. Faites et vérifiez vos prédictions.
  10. Servez-vous de la puissance du corps humain.

Section I) Faites des recherches sur la compétence et les sujets connexes

Surfez sur le web pendant 20 minutes pour trouver 3 livres relatifs au sujet. Empruntez-les et parcourez-les en surface. Ne passez pas trop de temps. L’important est de trouver les « sous-compétences ».

 

Section II) Plongez la tête la première

Vous allez au début être déboussolé et allez avoir du mal à comprendre les méthodes, les termes ou ce que font les experts. Cela est normal et c’est pour cela que vous ne devez pas abandonner. Commencez par un bout et ne vous découragez pas.

 

Section III) Identifiez les modèles mentaux et traduisez-les avec votre esprit

Vous allez vite identifier des modèles mentaux. Ce sont les concepts clés qui vous permettront de comprendre la compétence. Par exemple, pour un débutant en informatique, il est important de comprendre qu’un serveur est un autre ordinateur qui envoie des pages web aux utilisateurs selon leurs requêtes.

Il faut alors traduire cet exemple par une situation que l’on comprend comme un libraire qui chercherait un livre dans les étagères, mais qui ne le trouverait pas (= Error 404). Plus vous identifierez ces schémas, plus vous progresserez rapidement.

 

Section IV) Imaginez l’opposé de ce que vous voulez

Imaginons que vous appreniez à faire du kayak. Vous vous demandez ce que vous devriez faire si vous étiez dans une rivière au flux très rapide avec des rochers un peu partout.

Que se passerait-il si vous faisiez tout mal ?

  • Votre kayak se retournerait et vous ne sauriez plus quoi faire.
  • Votre kayak serait inondé et coulerait.
  • Votre tête se fendrait contre un rocher.
  • Vous perdriez votre pagaie.

Donc vous devriez savoir :

    • Comment retourner le kayak sans en être éjecté.
    • Comment empêcher que le kayak soit coulé si vous en êtes éjecté.
    • Les mesures de précaution quand on navigue près de rochers.
    • Comment garder sa pagaie même en situation difficile.

Cette manière de faire s’appelle l’inversion. On a donc une liste de « sous-compétences » à maîtriser.

 

Section V) Parlez avec des adeptes pour établir vos attentes

Pour déterminer les points cruciaux à connaître, vous devez parler à des adeptes de la compétence. Vous bénéficierez de leur expérience.

 

Section VI) Éliminez les distractions de votre environnement

Vous devez être coupé du monde quand vous travaillez sur l’acquisition de la compétence : téléphone, télévision, collègues, famille…

 

Section VII) Faites des révisions et du renforcement espacés pour mémoriser

Vous devez revoir à intervalles réguliers ce que vous avez vu. C’est en révisant les bases que vous les maîtriserez.

 

Section VIII) Créez des structures et des check-lists

Vous devez créer des structures pour profiter un maximum de votre session quotidienne. Tel un basketteur qui frotte ses mains sur son pantalon, relâche les épaules, prend la balle à l’arbitre, fait une pause de 3 secondes et réalise son lancer.

Faites une check-list de choses à faire à chaque fois tel un rituel.

Section IX) Faites et vérifiez vos prédictions

Lors du processus d’acquisition d’une compétence, vous allez :

  • Observer.
  • Rassembler vos connaissances.
  • Émettre des hypothèses.
  • Faire un test.

Vous allez essayer d’aller plus loin et d’émettre des hypothèses sur le niveau suivant.

Section X) Servez-vous de la puissance du corps humain

Votre corps a besoin de ressources comme le sport, l’eau ou le sommeil. Sans cela, il fonctionnera mal. Ne pas ménager votre corps sera contre-productif. Selon les études, on ne peut rester concentré plus de 90 minutes en continu. Il est donc inutile de travailler plus. Faites régulièrement des pauses.

Il n’est pas nécessaire d’utiliser les 10 points pour avoir des résultats.

Place à la pratique !

Le reste du livre The First 20 Hours raconte la mise en pratique de la théorie. Josh Kaufman s’est donné 6 compétences à acquérir en partant de 0 :

  • Yoga : savoir le pratiquer chez soi.
  • Programmation : faire une application web qui fonctionne.
  • La Dactylographie : l’art de taper vite.
  • Stratégie : jouer à Go, le jeu de société le plus complexe au monde.
  • Musique : apprendre le ukulele.
  • Planche à voile : apprendre à naviguer en eau calme.

Chapitre 4 : Le yoga

YogaJosh Kaufman s’est lancé dans le yoga suite à sa volonté de se sentir mieux dans son corps. Après des années à négliger son corps, il a éprouvé le besoin de lui accorder du temps.

 

Section I) La recherche des origines

 

 

Il faut rechercher les origines et l’histoire du yoga. Il y a différents courants de yoga et même des époques où le yoga était pratiqué à plein temps.

 

 

Section II) Les aspects fondamentaux du yoga

Kaufman prend pour références les ouvrages de Patanjali, un spécialiste du yoga qui a compilé tous les savoirs de la discipline au 2ème siècle av. J.-C.. Dans son meilleur ouvrage, Yoga Sutras of Patanjali, il détaille les huit aspects fondamentaux du raja yoga.

 

Section III) Il fait les recherches sur les grands auteurs du yoga

Il découvre les différents courants du yoga.

 

Section IV) Qu’est-ce que le yoga ?

Après les recherches sur l’histoire du yoga, Kaufman comprend que le yoga est une équation : Yoga = Respiration + Mouvement + Méditation.

Section V) La recherche de l’essentiel

Après avoir fait des recherches sur tout ce qui compose le yoga, il comprend que la discipline est accessible à tous et cherche à déterminer ses éléments essentiels. Kaufman prend conscience qu’il n’y a pas besoin de connaître toutes les positions pour pratiquer et que pour atteindre le niveau qu’il désire, quelques-unes suffisent.

 

Section VI) Il a cherché des articles sur la dangerosité du yoga

Kaufman voulait savoir si le yoga était nocif pour sa santé. Il est tombé sur un article qui expliquait qu’une personne avait ruiné son corps à cause du yoga. Cet article permet de pratiquer la méthode de l’inversion. En effet, l’auteur a compris les points importants à maîtriser s’il ne veut pas se blesser.

 

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Les 4 habitudes des personnes indépendantes financièrement

Section VII) Définir son but et pratiquer

 

 

Kaufman a déterminé qu’il avait juste besoin de faire un peu de yoga quotidiennement pour mieux se sentir. Il veut pratiquer de façon efficace sans se blesser. Il a défini le niveau qu’il doit atteindre :

  • Apprendre une série de positions.
  • Combiner l’exercice avec la respiration et la méditation pour avoir un maximum de bénéfices en même temps.
  • Pratiquer sans se blesser pendant 20 ou 30 minutes en ajustant l’intensité de l’effort, la durée et le niveau d’énergie.

Section VIII) Équipement pour le yoga

 

  • Un tapis de yoga.
  • Quelques tee-shirts, des pantalons de yoga et des serviettes.
  • Une bande de coton et un morceau de bambou qui aident à pratiquer certaines positions.

Sa femme enseignant à des professeurs de yoga, c’est en toute logique qu’il commença avec elle. Sans elle, il aurait choisi de prendre des cours particuliers pour commencer étant donné qu’il faut faire les bons mouvements et que c’est dur de bien les faire juste grâce aux livres.

Kaufman a quand même acheté trois livres et DVD comme références.

Section IX) L’exercice principal : « Apprendre à saluer le soleil »

« Les salutations au soleil » aident à vous échauffer. C’est un ensemble de mouvements lors desquels on s’étire, on inspire et on expire. C’est la première partie d’une session de yoga. On peut répéter les mouvements à l’infini. On pourrait même passer une séance à répéter les salutations au soleil. Ne répétez pas trop cet exercice, car si vous le répétez pendant toute une séance, vous risquerez de vous blesser.

Kaufman donne un ensemble de positions différentes telles que le bateau, la roue ou la vache à reproduire si vous aussi vous désirez pratiquer le yoga.

Résumé de la méthode pour en arriver là :

  • Acquérir le matériel.Passer quelques heures avec un instructeur pour apprendre les bases et ne pas faire d’erreur majeure.
  • Josh a appris que le yoga consistait à changer d’asana (terme qui signifie posture dans la discipline) tout en restant concentré sur sa respiration et en maintenant un état de paix de l’esprit.
  • Il a appris une séquence basique vinyasa (terme qui signifie mouvements dans la discipline) des salutations au soleil.
  • Il a maîtrisé des méthodes de respiration qui simplifient la concentration sur la respiration pendant qu’il bouge.
  • Apprentissage des techniques pour éviter de se blesser.
  • Il s’est entraîné jusqu’à ce qu’il connaisse par cœur la séquence de 25 minutes.

Avec seulement 3 heures de recherche et de cours, l’auteur a été capable de pratiquer 25 minutes de yoga de façon sécuritaire. Il aime bien le combiner avec la méditation. Il connaît les séquences les plus simples de yoga, mais largement suffisantes pour une pratique quotidienne.

 

Chapitre 5 : La Programmation

ProgrammationKaufman explique que le succès médiatique de son best-seller The Personal MBA a apporté un trafic énorme sur son site internet PersonalMBA.com. Le problème était qu’à chaque fois qu’on faisait un article sur son livre, son site recevait un pic de trafic et affichait un message d’erreur. Le marketing de Josh était bien rodé, mais son site plantait systématiquement.

L’auteur a tout essayé, mais en vain. Le problème était que chaque page qu’ouvrait un internaute demandait un effort trop important pour les serveurs de son site WordPress. Après avoir tout essayé, il a finalement trouvé un programme simple qui s’appelle Jekyll qui permettrait à son site de supporter de nombreuses requêtes simultanées. Le gros problème était qu’il fallait savoir programmer en langage Ruby pour pouvoir utiliser le programme Jekyll.

 

Section I) Apprendre à coder

Jusqu’à ce moment là, Kaufman ne connaissait rien en programmation. Il utilisait le plus souvent des modules ou installait des programmes pré-écrits. Il savait administrer ou configurer un serveur, mais ce n’est pas du code.

 

Section II) Qu’est-ce que la programmation ?

 

Josh Kaufman avait pris un cours de programmation au collège, mais cela remontait et il ne lui en restait plus de grands souvenirs.

Kaufman a listé tout ce qu’il savait à propos de la programmation, tel que :

  • Les programmeurs écrivent des programmes, un exercice créatif que l’on peut faire de différentes manières.
  • Une « variable » est un paramètre qui change.
  • Un programme « plante » ou affiche un message d’erreur quand quelque chose va mal ou que l’ordinateur ne trouve pas l’étape d’après.

Il y a trois sous-concepts à travailler :

  • L’input : la saisie des informations.
  • Le process : une série d’étapes que le programme effectue en fonction de l’input.
  • L’output : le résultat final du programme.

Un programme est une sorte d’organigramme. C’est un bon schéma mental pour comprendre. L’utilisateur choisit des actions qui détermineront un chemin que le programme a en mémoire.

Des questions émergent :

  • Avec quoi commence-t-on ?
  • Qu’est-ce qui se passe au début du process ?
  • Quand le process se termine-t-il ?
  • Qu’est ce que je dois faire quand le process est terminé ?

Il faut comprendre l’importance des variables qui permettent de faire fonctionner le programme avec des propositions conditionnelles « Si X est vrai/faux, alors faire Y ».

Kaufman a donc étudié les bases de la programmation avec les inputs, le réglage de variables, la création d’un process qui mène aux résultats désirés. Penser à un organigramme à la place du process, ajouter des propositions conditionnelles et des exceptions.

Section III) Penser comme un programmeur

Kaufman illustre la programmation par un exemple. Imaginez que vous demandiez à un ami de faire la tâche « Faire un sandwich ». Imaginez qu’il n’ait pas le droit d’utiliser ses connaissances. Vos instructions devront être très précises et tout devra être expliqué. Si la première étape est « Prends du pain », vous ne pourrez pas le dire ainsi. Vous devrez lui dire « utilise cette chose-là (sa main), ouvre la main (montrer la main), ferme la main ». Il faut partir du principe qu’il faut décomposer tout le process à l’ordinateur qui ne connaît rien. Si le code est incomplet, votre programme plantera.

Il y a une différence entre les programmes et les applications internet. Par exemple, les messageries internet comme Gmail ou Hotmail sont des applications internet. Vous pouvez y accéder directement via votre navigateur. Elles utilisent deux sortes de stockage d’information : les bases de données et les cookies. Si vous voulez faire dire « Bonjour, John Smith ! » quand il se connecte, ce sera grâce aux informations de la base de données, mais il peut aussi être directement reconnu grâce aux cookies.

Tout ce qui est fait ci-dessus est de la déconstruction.

Section IV) La recherche du bon langage

Afin de choisir le langage qui serait le plus efficace pour ses besoins, Kaufman est allé sur deux gros sites de programmation. Il a conclu que pour lui, ce serait Ruby ou Python.

 

Section V) La recherche du framework

Une fois le code choisi, il faut déterminer le « framework » qui est une sorte de bibliothèque de codes. Après ses recherches, Kaufman a trouvé les deux meilleurs frameworks qui sont « Ruby on Rails » et « Sinatra ». Josh a finalement choisi Sinatra qui était largement suffisant et plus simple. L’autre étant plus efficace pour ceux qui avaient déjà des connaissances, ce qui n’était pas le cas de Josh.

Section VI) Déconstruire le résultat final

Pour l’instant, Josh a passé 5 heures pour déconstruire la programmation web, trouver un langage et un framework.

Comme pour le yoga, Josh s’est procuré les bons livres pour avoir les ressources nécessaires.

Section VII) Son objectif : « Coder une application en Sinatra pour un site en Jekyll »

Je vous encourage à lire Les 20 premières heures si vous désirez connaître les étapes précises qu’il a utilisées qui sont assez complexes.

Résumé de la méthode pour en arriver là :

Josh Kaufman a :

  • Cherché ce qu’étaient la programmation et les applications web en général et déconstruit les sous-compétences.
  • Défini un objectif en choisissant deux projets à réaliser et à quoi ils allaient ressembler.
  • Déconstruit des projets en sous-étapes et identifié ce qui est le plus important.
  • Vérifié qu’il avait les bonnes versions des logiciels pour commencer.
  • Trouvé des sites fiables d’information sur la programmation.
  • Travaillé sur les sous-étapes les plus importantes en premier.
  • Utilisé des exemples de référence pour commencer.
  • Trouvé un moyen d’avoir du feed-back : le programme plantait quand il faisait une erreur.
  • À chaque erreur, essayé plusieurs moyens pour la résoudre sinon il cherchait de l’aide.
  • Utilisé le modèle Construire/Tester/Résoudre jusqu’à ce que ses programmes marchent.

Total : 20 heures environ. 10 pour la recherche et 10 pour créer les deux applications.

Chapitre 6 : La Dactylographie

Clavier qwertyUn des moyens d’accroître sa productivité selon David Allen, dans Getting Things Done, c’est d’apprendre la dactylographie.

Si vous écrivez moins de 60 mots par minute, il vous sera utile d’apprendre à taper sans regarder votre clavier.

Utiliser le bon clavier

Le clavier QWERTY (clavier américain équivalent au clavier AZERTY avec des lettres positionnées différemment) a été conçu pour résoudre des problèmes techniques, pas pour améliorer la vitesse de frappe.

En 1932, le professeur August Dvorak invente un clavier où les touches les plus utilisées sont sous les doigts. Pourtant, étant donné que les dactylographes s’étaient habitués aux claviers QWERTY et qu’il leur fallait 100 heures pour maîtriser celui de Dvorak, il n’a jamais connu le succès à l’échelle nationale.

Shai Coleman en janvier 2006 a créé un nouveau clavier encore plus performant que le Dvorak permettant de gagner jusqu’à 50 % des temps de changement de doigts. Les mains se déplacent beaucoup moins et on utilise ses 10 doigts. Ce clavier se nomme le mode Colemak.

Kaufman a donc changé les touches de son clavier QWERTY (qui se retirent facilement sur les Macs) pour mettre la disposition Colemak. Il a ensuite opéré le changement rapidement sur son ordinateur pour que le clavier soit en mode Colemak.

Objectif : Regagner sa vitesse QWERTY sur un clavier Colemak

Faire un test sur un site où apparaissent 100 mots qu’il faut recopier le plus vite possible sans erreur. Kaufman a réussi à faire sans faute 61 mots/minute sans erreur.

Avec un clavier Colemak : Sans faute, 5 mots/minute.

Bien que le début soit catastrophique, Josh a persévéré. Il a commencé avec un logiciel nommé Keyzen qui fait apparaître des séquences de mots aléatoires. Voyant qu’avec beaucoup d’entraînement il plafonnait à 40 mots par minute, il décida d’acheter le livre The Brown Corpus qui expliquait que 135 mots anglais représentaient 50 % des mots qu’utilisent les Américains (peut-être la meilleure illustration de la loi de Pareto (principe 20/80). Entre temps, pour devenir meilleur, Kaufman a utilisé le Clavier Das, un clavier tout blanc.

Pour aller encore plus vite, Kaufman a décidé d’apprendre les ensembles de lettres les plus courants en anglais « TH », « AN », « ING », « NCE » présents dans le livre Cryptological Mathematics de Robert Edward Lewand. Après un entraînement quotidien de 45 minutes, Kaufman a atteint les 60 mots/minute.

Résumé de la méthode pour en arriver là :

  • Apprentissage du passage au clavier Colemak.
  • Création d’un feed-back grâce aux tests de mots par minute.
  • Utilisation du tutoriel Keyzen pour apprendre le placement des touches et repérer les touches les plus utilisées.
  • Pratique de 45 minutes par jour juste avant de dormir pour que le cerveau consolide les informations.
  • Une fois atteint un niveau fonctionnel (20 mots/minute), utilisation de Type Fu pour taper des phrases le plus vite possible avec un taux de précision de 99 %.
  • Une fois atteint le seuil de 40 mots par minute, utilisation d’Amphetype pour s’entraîner sur les combinaisons de « 2-lettres » ou « 3-lettres » les plus utilisés en anglais.
  • Une fois que Josh a maîtrisé les groupes de lettres les plus utilisés, entraînement sur les mots les plus utilisés jusqu’à atteindre 60 mots/minute.Temps total : 22 heures.

 

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Notre système éducatif est-il obsolète ?

Chapitre 7 : GO

 

Jeu de goGo est un jeu de société originaire de Chine qui est le plus vieux jeu au monde. C’est un jeu très compliqué avec des milliers de combinaisons possibles.

Voici les étapes de Josh pour apprendre à y jouer :

  • Il a appris les règles de base.
  • Il a acheté les éléments nécessaires pour pouvoir jouer ainsi que les livres de stratégie pour débutants.
  • Il a trouvé plusieurs moyens d’étudier les principes majeurs de stratégie en s’appuyant sur les problèmes les plus fréquents des joueurs.
  • Il s’est concentré au début à trouver des solutions aux problèmes enregistrés, en refaisant les exercices auxquels il ne pouvait pas trouver de réponse ou expliquer dès le premier essai.
  • Il s’est attaqué aux problèmes rencontrés jusqu’à atteindre 20 heures.
  • Il a réussi à résoudre 20 problèmes kyu, un classement de 15 points meilleur qu’un débutant qui a un classement 35.

Josh est loin d’être un expert de Go, mais a étudié assez le jeu pour avoir envie d’aller plus loin.

UkuleleChapitre 8 : Le Ukulele

Josh a toujours voulu savoir jouer d’un instrument avec lequel il pourrait jouer tout en chantant. C’est pour cette raison qu’il s’est attaqué à cette petite guitare à quatre cordes.

Le parcours de Josh pour apprendre le ukulele :

  • Achat des éléments nécessaires : ukulele, cordes et autres accessoires.
  • Commencer par apprendre les cordes et les enchaînements les plus utilisés pour pouvoir jouer des milliers de chansons.
  • Une fois qu’il maîtrisait les cordes et les enchaînements, il s’est entraîné à jouer sans prêter attention à ses doigts.
  • Josh a appris à chanter en jouant du ukulele.
  • Il a ensuite appris à jouer les cordes plutôt que de simplement gratter.
  • Il a appris les accords I, IV et V pour pouvoir jouer encore plus de chansons.

Josh est capable aujourd’hui de jouer des milliers de chansons en ne connaissant que quelques accords.

Note : J’avais vu une superbe vidéo de Josh dans laquelle il fait la promotion du livre Les 20 premières heures. On le voit jouer du ukulele en direct, et il est plutôt bon : la vidéo.

Chapitre 9 : La planche à voile

Planche a voile - The First 20 HoursS’installant avec sa femme dans le Colorado, Josh Kaufman cherchait une activité à pratiquer dans un lac près de chez eux. Après une recherche, il trouva que la planche à voile correspondait à ce qu’il recherchait : il peut en faire seul et l’équipement n’est ni volumineux ni lourd.

Les étapes de Josh pour apprendre la planche à voile :

  • Acquisition du matériel nécessaire : la planche, la voile, la combinaison de plongée, le gilet de sauvetage, le casque et d’autres équipements de sécurité.
  • Il a appris à assembler et désassembler la planche et la voile, les transporter et les ranger.
  • Il a appris à se protéger des risques potentiels comme la noyade, la commotion cérébrale et l’hypothermie.
  • Il a appris à lancer la planche à partir du rivage, lever la voile en la neutralisant et ajouter de la puissance pour faire bouger la voile.
  • Il a appris à orienter la planche et à positionner la voile selon l’intensité et la direction du vent.
  • Il a appris à éviter de tomber de la planche et comment retourner dessus et remonter la voile s’il tombe.

Josh a acquis un bon niveau de pratique de la planche à voile. Il connaît les bases de la planche à voile pour naviguer en toute sécurité. Il s’est acheté une voile plus grosse pour relever de nouveaux défis.

Le mot de la fin

En moins d’un an, Josh a acquis 6 compétences complexes. Il n’est pourtant pas surdoué et n’a pas passé son année à se concentrer sur l’acquisition de ces compétences. Il a son entreprise à gérer et une famille avec laquelle il passe beaucoup de temps.

Josh explique qu’il ne faut pas avoir peur de se lancer de nouveaux défis. En général nous n’osons pas parce que nous avons déjà beaucoup de choses à faire et que nous avons peur de nous lancer dans un long processus d’acquisition de la compétence. En fait, il est très simple de se lancer, il faut juste en avoir la volonté.

Il est évident que la barrière émotionnelle est très importante quand on commence quelque chose de nouveau. On n’a pas tout de suite les résultats espérés. C’est plus facile de passer du temps à penser qu’on va s’entraîner plutôt que de passer à l’action.

Alors, n’attendez pas demain pour commencer, choisissez une compétence que vous désirez acquérir et lancez-vous !

Conclusion sur “The First Twenty Hours, How to Learn Anything… Fastpar Raphaël Boukris de Vivreheureux

The First Twenty Hours fait littéralement tomber les barrières de l’apprentissage. Alors qu’on est persuadé qu’il faut 10 000 heures pour acquérir une nouvelle compétence, Kaufman nous plaque l’idée nouvelle qu’en 20 heures seulement, on est capable de surmonter la barrière de la frustration.

Le raisonnement tient debout et les exemples sont concrets. La variété des compétences acquises par Kaufman ne peut que nous convaincre par leur diversité.

Kaufman a beau clamer qu’il n’est pas surdoué, on a du mal à le croire. La méthode est très convaincante et on sort de la lecture du livre Les 20 premières heures avec la conviction que l’on peut faire comme Josh.

Ce qui est sûr, c’est que je vais tester cette méthode pour acquérir les compétences qui me manquent : apprendre à réaliser des vidéos professionnelles, apprendre la guitare et me lancer le défi de faire un marathon. Les 20 premières heures a complètement bouleversé ma vision des choses.

Avant je croyais qu’apprendre était incompatible avec un emploi et maintenant je suis convaincu qu’avec 45 minutes par jour pendant un mois, n’importe qui peut être bon dans n’importe quel domaine.

Ne cherchez pas la perfection, mais juste à atteindre le niveau qui vous permettra de pratiquer comme vous le souhaitez. Si vous avez toujours voulu apprendre quelque chose, mais que ça vous paraît trop compliqué, foncez commander Les 20 premières heures !

Kaufman avait placé la barre très haut avec le Personal MBA, mais ce 2ème livre est également d’un très bon niveau.

 

Points forts :

  • Kaufman nous donne une méthode universelle pour acquérir une nouvelle connaissance très vite.
  • De nombreux exemples bien développés dans différents domaines.
  • C’est Josh Kaufman lui-même qui a acquis toutes les compétences, ce qui donne à sa méthode une vraie crédibilité.

Points faibles :

  • Il est difficile de croire que tout le monde est capable d’atteindre le niveau des exemples en seulement 20 heures.
  • Le livre est uniquement disponible en anglais.

La note de Raphaël Boukris du blog “Vivreheureux” :

imageimageimageimageimageimageimageimageimage

Avez-vous lu livre Les 20 premières heures ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (1 votes, moyenne: 5,00 out of 5)

Loading...

Visitez Amazon pour lire plus de commentaires au sujet du livre de Josh Kaufman The First Twenty Hours, How to Learn Anything… Fast

Acheter le livre The First Twenty Hours, How to Learn Anything… Fast sur Amazon :

Crédits Photos : o0bsessed, deltaMike, Sarah G…, luis de bethencourt, midnightcomm, Joe Shlabotnik.

Recherches utilisées pour trouver cet article :

9781591845553, la methode des 20 heures
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

10 Commentaires pour :

Les 20 premières heures – The First 20 Hours

  • Xavier

    20 Déc 2013 à 17:31

    J’ai moi aussi lu ce livre, dont j’avais attendu la sortie avec impatience (en fait je l’avais déjà acheté en prévente avant sa sortie). Je dois dire que j’ai adoré, mais plus pour le côté inspirant que pour le côté vraiment pratique.

    Lire la façon dont l’auteur s’est débrouillé pour acquérir toutes ces nouvelles compétences est en soi très instructif. Par contre, je ne crois pas qu’il soit donné au commun des mortels de reproduire sa méthode.

    À mon avis, Kaufman est quelqu’un de naturellement doué, et est sans doute nettement plus intelligent que la moyenne. Et c’est cela qui lui permet d’avancer si vite en un temps si court.

    Bref, à lire avec un peu de distance.

    Répondre



    • Kevin HALTER

      20 Déc 2013 à 18:03

      Super ! Merci pour la chronique, Raphaël ! 🙂

      Je vais tenter l’aventure, il y a tellement de choses que je veux apprendre: lecture rapide, techniques de mémorisation, blogging, morceaux de piano, l’anglais oral, la géographie, la cuisine… !

      J’aime bien cette phrase:

      “Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours” – Gandhi

      A nos futures connaissances et compétences ! 😉

      Répondre



      • Lee

        21 Déc 2013 à 00:08

        Bonjour Olivier et Raphaël,

        Très bon article sur cet ouvrage.

        Ta présentation des “10 principes de l’acquisition rapide d’une compétence” au chapitre 2 me fait penser au lancement d’un blog. Suivre ces points sont assez proche des formations sur le blogging d’Olivier.

        A bientôt,
        Lee

        Répondre



        • Jenn

          21 Déc 2013 à 11:55

          Merci pour cette étude de sélection. Cela me parle, et cela insuffle la vie 😉
          et pour finir, cela me fait penser à la philosophie du film “Into The Wild” ” I read somewhere how important it is in life not necessarily to be strong but to feel strong.”

          Répondre



          • Théo Duverger

            23 Déc 2013 à 16:22

            Bonjour et merci pour cet article.
            Très intéressant de voir la stratégie d’acquisition de l’auteur mais je ne peux m’empêcher d’y voir le biais commun à de nombreux projets ou nouvelles résolutions que l’on va bientôt prendre en cette fin d’année…la fameuse barrière émotionnelle dont tu fais mention . Comment l’auteur en parle-t-il? Est-ce qu’il détaille sa façon de faire? Généralement je vois dans mes clients de nombreuses personnes très motivées …dans le sport de haut niveau, le prjet entrepreneurial ou personnel…et oui, souvent, le plus gros de mon travail consiste à lever durablement ces barrières émotionnelles, tout à fait naturelles, mais paralysantes. Comment l’auteur en parle-t-il? J’aimerais beaucoup que tu me tiennes au courant de ça.
            Bien à toi
            Théo

            Répondre



            • Laurence

              26 Déc 2013 à 17:48

              Merci pour cette fantastique découverte !

              Moi qui adore apprendre, c’est vraiment un livre que je découvre avec plaisir et qui me sera bien utile !
              Il est vrai qu’il semble assez extraordinaire de pouvoir apprendre n’importe quelle compétence en seulement 20 heures, mais je suppose que ça vaut le coup de tenter 🙂

              Merci encore !

              Répondre



              • valerie

                1 Jan 2014 à 17:17

                Bonjour Olivier,

                Tout d’ abords, je te souhaite une excellente année 2014 et que tous tes voeux se réalisent !

                Génial ! Cela donne la ” pêche ” et vraiment envie de se lancer…! Je vais mettre en application…
                J’ ai moi aussi tellement de rêves…

                A bientôt ! Merci !

                Répondre



                • Raphaël

                  7 Jan 2014 à 18:43

                  Bonjour tout le monde,

                  @Xavier: Hello, je croyais la même chose que toi , mais en fait c’est faisable, je l’ai fait pour apprendre à monter des vidéos en partant de 0 jusqu’au montage sur fond vert et ca a marché! Je ne peux que t’encourager à tester.

                  @ Kevin: Je suis bien d’accord avec toi il a beaucoup à faire, j’ai, en appliquant la méthode appris à réaliser des vidéos professionnelles en partant de 0.

                  @Lee: Merci! C’est possible et je prends cela comme un compliment!

                  @Jenn: Intéressant comme parallèle! Je te conseille fortement le livre.

                  @ Théo: Kaufman ne détaille pas particulièrement comment il surmonte cette barrière. Mais c’est effectivement un sujet très intéressant car avant de la franchir beaucoup de gens décroche. Le principe de Kaufman est qu’il faut s’acharner pendant 20 heures soit 45 minutes par jourr pendant 1 mois. Cela est suffisant pourfranchir la barrière. La perspective de se dire qu’en 20 heures, on franchira cette barrière permet de la surmonter. En espérant avoir répondu à ta question.

                  @Laurence: C’est extraordinaire mais très faisable! Il fait bien suivre la méthode de Kaufman.

                  @Valérie: Merci, je te souhaite aussi une grande réussite pour 2014. Il faut passer à l’action et se donner des deadlines: Janvier j’apprends la guitare, Février les échecs, Mars…

                  Merci à tous pour vos commentaires. Je suis à votre disposition pour répondre à vos questions.

                  Répondre



                  • Valérie

                    14 Fév 2015 à 23:09

                    Je suis très intéressée par ce livre pour…apprendre l’anglais !
                    Ah zut…il est rédigé en anglais.
                    🙂
                    J’aime les éditeurs anglophones : ils proposent des sujets peu abordés en France car peu pris au sérieux. Ce qui est bien dommage, car la disponibilité de ces ressources en langue française permettrait de franchir cette fameuse “barrière” d’accès à cette littérature anglophone.
                    Je n’arrive pas à contacter Josh Kaufman pour lui demander si il a été approché par un éditeur francophone et si on peut espérer une traduction prochainement.

                    Répondre



                    • Allyssa

                      12 Avr 2016 à 23:34

                      Bonjour,

                      J’ai lu 3 fois le livre personal MBA afin de bien comprendre tout son contenu mais je me pose une question que je n’ai pas pu poser à ‘auteur lui-même (vu qu’on ne peut pas le contacter).
                      Maintenant, qu’on a acquis ces connaissances et compétences, comment présenter ceci sur un CV par exemple? Je sais que c’est un livre à destination des entrepreneurs mais si je ne veux pas créer une entreprise (en tout cas pas tout de suite) Comment mettre ça sur un CV? je ne peux pas juste dire que j’ai un MBA, ce qui est faut puisque je ne l’ai pas?
                      Si quelqu’un a une idée, ça serait bien de partager merci à tous

                      Répondre









                      Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

                      Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.