Comment trouver son idée de business ?

Guide pratique pour bien entreprendre

Comment trouver son idée de business ? - Michael Ferrari

Phrase-résumée du livre ” Comment trouver son idée de business ?” : De nombreuses personnes souhaitent créer leur entreprise, pour de nombreuses raisons, mais bien peu osent franchir le cap et réaliser leur rêve ; ce livre vous prend par la main et vous guide étape par étape, de l’idée jusqu’à la création de votre entreprise, en passant l’étude de marche, l’élaboration du business plan, et bien d’autres choses encore.

Par Michael Ferrari, 2009, 101 pages.

Chronique et résumé du livre « Comment trouver son idée de business ? »

Après Real World Seduction, ce livre “Comment trouver son idée de business” est le deuxième ebook que je chronique sur ce blog. Il a été écrit par Michael, auteur de l’excellent blog Esprit Riche, qu’un certain nombre d’entre vous connaissent déjà. Après plus d’un an d’articles et de conseils sur son blog et après avoir quitté son job – bien payé – pour accompagner sa compagne à Berlin et travailler en tant que freelance (voir son article Pourquoi j’ai dis au revoir à 50 000€ par an pour un avenir incertain) il a décidé de partager son expérience et d’écrire un livre sur l’art et la manière de trouver une idée de business et d’affronter les peurs et les dangers de l’avant-création. Suivez le guide.

L’auteur commence dans “Comment trouver son idée de business” en nous indiquant que si vous songez sérieusement à créer votre entreprise, il est fort probable que vous allez osciller entre la peur et l’espoir, les doutes et la confiance, les échecs et les succès. Car assurément, décider de créer son entreprise, c’est accepter d’emprunter un chemin difficile. Mais également plein de promesses : d’ici 5 ans, 60 à 70% des produits actuellement utilisés seront remplacés. Et l’immense majorité des entreprises sont des petites entreprises : sur les 2 997 000 d’entreprises Françaises recensées (l’auteur ne précise pas à quelle date), 30% ont moins de 10 salariés et 60% ne comptent qu’une personne. C’est donc là que l’argent se fait.

Vous avez toutes vos chances de pouvoir créer une petite entreprise rentable, comme de nombreuses autres. Ne croyez pas qu’il faille être surdiplômé pour créér cela : sur les 300 000 créations ou reprises ayant lieu chaque année, 36% des créateurs sont des employés ou des ouvriers et 52% n’ont pas le bac (c’est mon cas 😉 ) . Et 60% de ces entreprises passeront le cap des 3 ans.

40% de défaillances peut paraître énorme, et faire peur. Mais en réalité, la majorité de ces défaillances sont le fait de personnes sans expériences. Et il y a deux raisons principales à l’échec d’une entreprise :

  1. Un manque de compétence en vente et marketing
  2. Un mauvais contrôle des dépenses

Donc soit vous ne vendez pas assez, soit vous dépensez trop. Vendre demande certaines compétences. Si vous ne les avez pas, vous pouvez les acquérir en vous formant ou en vous associant avec quelqu’un qui les a.

Par ailleurs, ne croyez pas qu’il faille un capital énorme pour démarrer : pour réussir, il est bien plus important d’investir son énergie que son argent. Bien financer son projet est important, mais disposer d’un budget serré permet d’optimiser ses investissements et d’éviter de jeter l’argent par les fenêtres.

Attention toutefois : avoir un business n’est pas être son business. Il faut plutôt l’accorder à votre vie plutôt que l’inverse. Et faites aussi attention à ne pas vous disperser : dans le feu créatif des débuts, vous aurez milles idées et peu de temps et de ressources pour les mettre en œuvre (ou, comme décrit dans The Path of Least Resistance, vous pourriez être accro à la phase de germination). Il est très important pour votre réussite de savoir choisir et d’éliminer les idées les moins bonnes.

Chapitre 2 : Les peurs les plus courantes

L’auteur de “Comment trouver son idée de business” liste les peurs les plus courantes qui tenaillent les aspirants créateurs d’entreprise :

  • Le manque de capital. Comme nous l’avons vu, l’argent n’est pas le plus important et si votre projet est crédible, vous pourrez le faire financer.
  • La peur de l’échec. C’est l’une des pires de toutes. Mais les entrepreneurs ne sont pas des cascadeurs inconscients : ils attaquent un marché, un secteur ou un concurrent après une soigneuse analyse. Le véritable échec, c’est le moment où vous abandonnez.
  • L’optimisme béat. Très dangereux, il consiste à s’enfermer dans une tour d’ivoire et d’ignorer contradictions, problèmes et dangers. Sa source est une peur plus sournoise encore que la peur de l’échec : la peur de regarder la réalité en face.
  • La crainte du mauvais timing. “C’est la crise”, “mon fils vient d’entrer à l’école”, “c’est les vacances”… Les excuses ne manquent pas. Il n’y a jamais de moment parfait pour commencer.
  • La timidité. Le seul besoin des timides est de se protéger et d’éviter la source de leur inconfort : les autres. Il faut surpasser ceci si vous voulez créer votre entreprise.
  • Le manque d’idées : “Je voudrais démarrer mon entreprise mais je n’ai pas d’idées”. ça tombe bien, c’est le sujet de ce livre – et de cette chronique 😉 .

Chapitre 3 : Pensez votre business : pourquoi voulez-vous faire cela ?

Il est nécessaire de bien définir votre objectif pour ne pas tourner en rond pendant 10 ans parce que vous avez oublié pourquoi vous vous êtes lancé. De nombreux entrepreneurs se sont en effet créés un emploi dont ils se sentent prisonniers. Cela peut vous convenir, mais si vous vous créez un emploi plutôt que de créer un business, sachez une chose : personne ne rachètera votre emploi.

Posez-vous donc la question : pourquoi voulez-vous créer ? Est-ce pour devenir indépendant, devenir riche, vivre votre passion ? Ce sont les trois raisons principales de créer une entreprise. Or si vous n’avez qu’une seule de ces trois raisons, cela ne suffira pas. Cela créera un déséquilibre qui vous empêchera d’atteindre votre plein potentiel.

Vous devez donc d’abord vérifier si votre idée vous correspond, à la fois au niveau de vos compétences et forces (si vous n’avez pas la moindre idée de celles-ci, faire le test Strengths Finder 2.0 vous permettra d’y voir plus clair) et de ce que vous aimez.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Mon projet fou : lire 52 des meilleurs livres de business en 52 semaines, et publier ici un résumé par semaine

Pas besoin d’être parfait. Vous devez simplement être honnête avec vous-même.

(En complément de “Comment trouver son idée de business”, je vous invite à écouter mon podcast 10 raisons pour lesquelles vous ne devriez pas être salarié.)

Il vous faudra tout de même certaines compétences pour réussir dans votre nouveau métier de dirigeant, la capacité à :

  • Obtenir des résultats et à en prendre la responsabilité.
  • Communiquer clairement et convaincre.
  • Négocier avec sa banque, ses fournisseurs, ses clients…
  • Recruter et motiver une équipe.
  • D’assurer la gestion de base de votre entreprise.

Si vous n’avez pas ces compétences, n’ayez pas peur : elles s’acquiert, à la fois par la formation et par l’expérience. En plus des compétences, les trois qualités des entrepreneurs qui réussissent sont :

  • La Détermination : la volonté sans faille d’avancer
  • La Patience : le fait de savoir attendre pour obtenir quelque chose
  • Persévérance : la persistance jusqu’à la réussite

La persévérance importe encore plus que la passion. Vous avez peut-être une passion que vous avez un jour envisagé d’explorer à fond en devenant professionnel, mais n’avez pas eu la persévérance pour le faire, et êtes resté au stade d’amateur.

Réussir demande plus que de la passion. Ne vous mentez pas.

Michael nous donne ensuite quelques sources d’informations pour apprendre le vocabulaire du monde de l’entreprise et se brancher sur le monde économique, comme Inc ou Les échos.

Dans votre entreprise, vous devrez être le penseur : celui qui conçoit et pense le système, qui sait pourquoi l’entreprise fonctionne de cette manière, qui sait pourquoi elle s’attache à conquérir ce marché plutôt qu’un autre.

Chapitre 4 : Trouver l’inspiration

Posez-vous ces questions : “Quelle est la qualité ou compétence qui vous a amené où vous êtes actuellement ?” et “Comment pouvez-vous utiliser cette qualité ou cette compétence dans votre futur business ?”.

Michael recommande, plutôt que de réinventer la roue, de choisir un produit ou service qui n’est pas totalement innovant, qui est rattaché à quelque chose d’existant et qui en soit une amélioration. Ainsi ce que vous proposerez ne nécessitera pas une heure d’explication pour être compris, et ne bousculera pas trop les habitudes de vos clients.

Ensuite pour trouver une idée, de nombreuses actions sont possibles pour alimenter votre inspiration, comme par exemple :

  • Voyager
  • Trouver un produit qui se vend bien dans son pays et acquérir une licence pour le vendre ailleurs.
  • Ouvrir les yeux, voir ce qui se passe autour de nous, ce qui marche et ne marche pas (par exemple Tom Tom est parti d’un constat simple : les voix GPS sont ennuyeuses. Le site propose donc de nombreuses voix GPS drôles).
  • Utiliser un carnet pour noter toutes vos idées.
  • Trouver vos futurs clients et faire une étude de marché.
  • Comparer vos idées à ce que propose vos concurrents.

Vous pouvez également adopter une démarche plus simple : copier ce qui marche.

Vous pourriez penser que copier ses concurrents c’est mal, et qu’il est plus noble de tout créer de A à Z, mais détrompez-vous. Toutes les entreprises se suivent et s’observent en permanence. De nombreuses émissions de télévision ne sont que des adaptations de concept éprouvés dans un autre pays.

Il vous faut toutefois attention à ne pas tomber dans le plagiat ou la contrefaçon. Il y a tellement de moyens légaux de gagner de l’argent qu’il serait dommage de plonger dans l’illégalité.

Vous pouvez également explorer vos loisirs, vos centres d’intérêt, votre métier actuel, vos compétences, ce que vous avez étudié, vos facilités, pour trouver des idées.

Une bonne manière de trouver des idées est d’utiliser le brainstorming. Voici comment faire un bon brainstorming :

  • Prenez une idée de base ou un objet. Cela peut-être “comment réchauffer un plat ?”
  • Notez toutes les idées en relation qui vous passent par la tête. Ecrivez tout, sans vous censurer.
  • Au bout de 20 ou 30 minutes d’écriture, mélangez tout et voyez comment les choses peuvent se combiner.
  • Évaluez les idées en les classant par utilité. Utile :
    • Tout de suite
    • Plus tard
    • Un jour peut-être

Le brainstorming fonctionne mieux si plusieurs personnes sont présentes. Et c’est bien plus amusant 😉 .

Vous pouvez également analyser vos idées à l’aide du fameux QQCOPQ :

  • Qui ?
  • Quand ?
  • Comment ?
  • Où ?
  • Pourquoi ?
  • Quoi ?

Vous pouvez aussi prendre la pyramide de Maslow et vous demander à quels besoins répond votre produit ou service.

Chapitre 5 : Principes simples pour affiner et valider une idée

Une idée c’est bien, mais tout business ne peut se monter qu’en suivant ce principe :

“Trouvez un besoin et répondez-y”

Évidemment, la majorité des besoins primaires étant couverts dans notre société, il faut garder à l’esprit que les gens achètent ce qu’ils désirent plutôt que ce dont ils ont réellement besoin. Ce qui n’empêche pas que ce désir les poussent à voir le produit ou service comme un besoin.

Vous pouvez également suivre cette approche :

“Trouvez un problème et proposez une solution”

Nous sommes entourés de milliers de problèmes, petits ou grands, qui ne sont pas résolus et dont nous nous accommodons sans nous en rendre compte. Rendez-vous en compte. Par exemple, Bette Clair McMurray, une secrétaire américaine, inventa le correcteur liquide dans les années 50 en combinant deux choses : tout d’abord, en constatant qu’il était impossible d’effacer l’encre des feuilles tapées à la machine, rendant compliqué la correction des erreurs – problème commun à tous ceux qui tapaient à la machine – puis en utilisant sa connaissance de la peinture – elle était peintre amateur : les peintres se contentent de peindre au dessus de leurs erreurs. Elle eu alors l’idée d’amener au bureau une solution de peinture blanche liquide, qui commença aussitôt à être utilisée dans les bureaux aux alentours. Elle finit par créer son entreprise, et la vendit à Gillette en 1979 pour 47 millions de dollars, alors qu’elle comptait 200 employés.

Quel que soit le produit ou le service que vous proposez, visez la qualité. Et n’hésitez pas à demander un prix qui soit en fonction de cette qualité. Car en dessous d’un certain prix, vous allez surtout attirer des clients demandant beaucoup d’attention, car avant tout intéressés par le prix.

Donc pour résumer tout ce qui a été vu, vous devez :

  1. Vérifier qu’un marché existe. Pour cela vous devez faire une étude de marché pour déterminer sa taille et même son existence.
  2. Savoir comment vous allez atteindre vos clients. Vous devez pour cela savoir qu’ils sont, à la fois en terme démographiques (sexe, âge, revenus, niveau d’éducation, etc) et d’habitudes d’achat.
  3. Choisir un produit ou service qui vous passionne et pour lequel vous devez relever tous les défis.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  La semaine de 4 heures - 2

De plus une petite partie de votre temps (5%) devrait être consacrée à la veille concurrentielle : que font vos concurrents, que proposent-ils, quels sont leurs prix, etc.

Ensuite il importe que vous choisissiez vos partenaires – fournisseurs, associés, salariés, banques, etc. – avec soin en vous demandant s’ils sont intègres, quelles sont leurs intentions avec vous, s’ils sont compétents et ce qu’ils ont prouvés dans le passé. Et le marketing est absolument primordial : si vous avez le meilleur produit ou service du monde mais ne savez pas le faire savoir au monde, personne ne vous l’achètera. Pour trouver de bonnes idées marketing ou de vente, vous pouvez lire les chroniques de Getting Everything You can Out of All You’ve Got ou Tous les marketeurs sont des menteurs.

Chapitre 6 : Trouvez son domaine, en ligne ou réel

Internet ou le monde réel ? Voici une grande décision à prendre.

Internet offre de nombreux avantages :

  • Il permet de démarrer avec un petit budget
  • Il est facile de tester un produit
  • Les conditions de travail sont agréables

Il est ainsi possible de démarrer un business en ligne avec 500 € et de réinvestir progressivement vos gains pour augmenter vos moyens.

Voici quelques modèles de business possibles sur Internet :

  • Marketing de réseau

Cela consiste à promouvoir des produits d’autres entreprises sur votre site. Vous pouvez gagner une commission allant de quelques % (pour les produits matériels) jusqu’à plus de 70% (pour certains produits dématérialisés). C’est un excellent moyen de démarrer car l’investissement nécessaire est très faible.

Ce qui est important dans ce cas, c’est de choisir des produits de qualité et le proposer à un public qui est susceptible d’être intéressé. Si vous en trouvez un qui se vend, c’est le rêve : que vous vendiez 10 ou 100 produits par jour, vous n’avez rien à faire puisque c’est l’entreprise vendeuse qui se chargera de tout, y compris la relation avec le client.

Pour commencer vous pouvez visiter les plateformes suivantes :

    • 1TPE est une plateforme française proposant des milliers de produits dématérialisés.
    • ClickBank, plateforme américaine très utilisée sur le web Anglosaxon, et qui a une section française depuis quelques mois. Propose également des produits numériques.
  • Blogguer

Vous savez tous ce qu’est un blog (j’espère 😉 ). Quelques auteurs Français arrivent à en vivre, comme Eric Dupin de Presse Citron. Il faut pour cela écrire suffisamment d’articles de qualité et le faire connaître pour avoir un trafic suffisant.

Ensuite il y a de nombreuses manières de gagner de l’argent avec son blog :

    • Affiliation : C’est le marketing de réseau abordé plus haut.
    • Publicité : rémunéré à l’affichage ou au clic.
    • De manière indirecte : en utilisant votre blog comme moyen de promotions pour vos produits ou services.
  • Vendre sur Ebay

C’est un très bon moyen de commencer à vendre sur Internet et de tester des produits, tout en apprenant à gérer les relations clients.

Ebay vous apporte son système et un trafic déjà existant – et énorme, et en échange, vous payez des frais divers et des commissions sur vos ventes.

Pour vendre des produits neufs vous pouvez :

    • Acheter en gros et revendre au détail en les envoyant vous-même
    • Vendre des produits et les faire envoyer directement par le fournisseur, qui se chargera de toute la partie logistique. C’est ce qu’on appelle le dropshiment.

Attention toutefois, la réputation que vous vous créez sur Ebay ne sera effective que sur Ebay. Si un jour vous partez, vous devrez tout recommencer de zéro.

Il vous faudra en tout cas soigner votre approche marketing, et choisir un produit sur lequel vous avez au moins 30% de marge – si ce n’est 50%.

  • Ecommerce

Vous pouvez également vendre des produits via une boutique en ligne, en utilisant par exemple des plateformes comme Prestashop ou Magento.

Si vous ne voulez pas vous ennuyer à installer et gérer vous-même une boutique en ligne, vous pouvez passer par des hébergeurs de site e-commerce, comme.

Il y a même des sites comme Zlio qui vous propose de créer gratuitement votre site e-commerce en 2 minutes et proposer les produits de marque prestigieuses, en dropshipment : le rêve car vous n’avez alors rien à gérer à part le fait d’amener du trafic à votre site.

Il y a également d’autres modèles que l’auteur explore : vente d’objets d’art que vous réalisez (sur Arkronik), consulting, se lancer en freelance à distance en proposant des services d’écriture, de traduction, de design graphique, d’assistance administrative à distance, etc (par exemple sur la plateforme mondiale Upwork ou Progonline, franco-française). Ce qui est sûr en tout cas c’est que les business modèles possibles ne manquent pas sur Internet !

  • Les briques et le mortier

C’est par cette expression que les anglo-saxons désignent les entreprises offline traditionnelles, qui ont encore de beaux jours devant elles. Les sources d’informations prédominantes pour les entreprises traditionnelles sont les chambres de commerce et de métier, et les réseaux d’accompagnement à la création, comme l’ACPE.

Une manière plus facile de démarrer une entreprise offline est de créer une franchise. Cela veut dire que vous créer un magasin ou un restaurant, une boutique, etc. sous la marque de la franchise, et que vous reversez à la franchise une partie de vos bénéfices chaque année. En contrepartie, vous bénéficiez de l’appui logistique, commercial, marketing et parfois financier de la franchise, et surtout d’un ensemble de procédures qui ont été validées et revalidées afin de les choses en un minimum de temps et avec l’efficacité maximale. Si vous êtes intéressé, vous pouvez commencer vos recherches sur l’observatoire de la franchise.

Évidemment il y a bien d’autres modèles possibles.

Chapitre 7 : La loi de l’entrepreneur

Tous les entrepreneurs la connaissent (je confirme 😉 ) : à partir du moment où l’entrepreneur démarre son projet, de nombreuses autres personnes vont essayer de l’en dissuader.

Car l’entreprenariat fait peur, en particulier à ceux qui n’ont jamais entrepris. De nombreuses personnes, et même des experts, voudront vous arrêter. Dites-vous simplement que personne ne peut dire avec certitude si vous allez réussir ou non. Mais apprenez à distinguer les critiques constructives des autres. Il est normal que vous croyiez en votre projet. Toutefois, ne vous enfermez pas dans votre tour d’ivoire et acceptez les remises en cause quand elles sont fondées.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Ready, Fire, Aim - 2

Chapitre 8 : Statut.

Le choix du statut de votre entreprise est important. Pour démarrer en douceur et avec peu de frais, voici deux statuts qui cumulent de nombreux avantages :

  • Autoentrepreneur

Ce statut très simple et imposé à des faibles taux et uniquement si vous faites des bénéfices est parfait pour tester une activité. C’est le seul statut garantissant que vous ne paierez aucune charge sociale et fiscale si vous ne faites pas de bénéfices. Le plafond de chiffres d’affaires de 80 000 € pour une activité de vente et de 32 000 € pour une activité de services peut toutefois être vite atteint.

Pour en savoir plus, visitez le site Auto-Entrepreneur.

  • Portage salarial

Statut particulier à part du statut d’une entreprise réelle, le portage permet de travailler en freelance sans devoir s’occuper de la gestion administrative puisque le freelance est salarié de la structure de portage qui facture ces prestations aux clients du freelance, puis le rémunère sous forme de salaire – qui correspond aux bénéfices sur les factures amputés de la commission de la société de portage (souvent entre 5 et 10%).

  • Autres statuts

Il existe évidemment tous les statuts traditionnels des entreprises (EI, SARL, EURL, SAS, etc). Quelque soit votre choix, essayez de ne pas y passer trop de temps et de ne pas vouloir grappiller quelques euros par ci et par là. Faites vous conseiller.

Chapitre 9 : Comment commencer : plan d’action

La première chose à faire, si vous n’avez pas d’argent de coté, est de commencer à épargner. Pour vous constituer un capital dont vous pourrez vous servir comme apport, et aussi parce que l’épargne requiert de la discipline et de l’engagement.

Ensuite il vous faut trouver votre manière de faire : si vous demandez à 10 entrepreneurs de vous dire comment ils ont démarrés, vous aurez dix recettes différentes. Il y a toutefois des éléments clés, à défaut de plan à suivre à la lettre.

Vous pouvez conduire une analyse SWOT ou Forces Faiblesses Opportunités Menaces, en remplissant la matrice suivante :

Matrice SWOT

Image Wikipédia

Pour la remplir, vous devez savoir où vous allez et donc connaître votre objectif.

Vous devez également réaliser un business plan. Même s’il est rare que les entreprises le suivent parce qu’il exprime leurs espoirs plutôt que la réalité, il permet de définir les choses et de vous révéler quels sont vos espoirs au début et à quel point la réalité s’est conformée ou non à eux.

Michael fournit parmi les 3 bonus donnés avec le livre un squelette de business plan à compléter.

Le flux de trésorerie (ou cashflow en anglais) est l’élément le plus important à maîtriser dans une entreprise. Il s’agit des flux d’entrées (les recettes) et de sorties (les dépenses). Evidemment, il faut faire en sorte que les recettes soient supérieures aux dépenses pour que l’entreprise soit viable. Et il faut faire en sorte que les recettes vous parviennent plus vite que vous ne devez payer les dépenses, sinon votre besoin en fond de roulement augmentera et votre trésorerie diminuera. Typiquement, si vos clients vous paient à 60 jours et que vous payez vos fournisseurs à 30 jours, vous avez un problème… Qui n’existe plus si c’est l’inverse qui se produit.

En conclusion, à la fin de “Comment trouver son idée de business” vous devriez avoir :

  • Une vision claire de vos motivations, contraintes et des compétences qui seront nécessaires.
  • Une idée de business viable, réaliste et alignée sur votre personnalité.
  • Votre business plan rédigé et prêt à vous guider.
  • Un plan opérationnel simple pour démarrer.

Ensuite évidemment, tout ce s’arrête pas là : créer votre entreprise n’est que la première étape d’un long et passionnant voyage.

Conclusion sur le livre “Comment trouver son idée de business” :

Cela me fait plaisir de voir enfin un bloggueur Français proposer un ebook – Michael est le premier à ma connaissance à le faire. C’est une première de qualité, qui plus est, puisque ce livre simple et accessible est un parfait guide pour tous ceux qui rêvent de se lancer dans l’aventure de l’entreprenariat et ne savent pas par où commencer. Il propose des étapes claires et bien définies pour passer du rêve à l’idée puis au plan d’action et enfin à la concrétisation.

Ce livre “Comment trouver son idée de business” s’adresse aux débutants, qui ne connaissent pas bien le monde de création d’entreprise et de l’entreprenariat, et qui souhaitent créer une petite entreprise à taille humaine. Pour les autres, entrepreneurs chevronnés ou ambitieux visant de grands projets, ce livre leur paraîtra sans doute trop simple et n’allant pas assez en profondeur. Mais c’est ce qui fait sa force : simple, accessible, allant droit à l’essentiel. Il ne noiera pas l’apprenti entrepreneur sous un déluge de jargon compliqué et de matrices à 10 inconnues. Au contraire, il lui fournira tous les ingrédients nécessaires pour sa réussite. Le reste dépend de vous.

Points forts :

  • Simple et accessible
  • Va droit à l’essentiel
  • Guide étape par étape, du rêve à la création de l’entreprise
  • Exercices régulièrement proposés pour passer à l’action
  • Convient parfaitement aux débutants et à ceux voulant créer une petite structure
  • Accompagné de trois bonus :
    • Un squelette de business plan
    • 100 idées de business pour démarrer, dans 13 catégories
    • Un bilan de compétences, pour identifier vos forces

Points faibles :

  • Un peu trop simple
  • Ne va pas assez en profondeur
  • Pas conçu pour les entrepreneurs chevronnés et ceux ayant de grands projets

Ma note : imageimageimageimageimageimageimageimageimage

Avez-vous lu le livre “Comment trouver son idée de business” ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (15 votes, moyenne: 3,80 out of 5)

Loading...

Acheter ce livre sur le site de l’auteur (20 €) “Comment trouver son idée de business” :

Comment trouver son idée de business ? - Michael Ferrari

Recherches utilisées pour trouver cet article :

comment trouver son idee de business, idée de business, comment trouver une idée de business, idee business, trouver un business, idées de business, comment trouver son idée de business pdf, idée entreprise rentable
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

14 Commentaires pour :

Comment trouver son idée de business ?

  • Conseils marketing

    14 Juil 2009 à 16:34

    Merci pour le résumé du livre. Très prometteur.

    Répondre



    • Philippe

      8 Mar 2010 à 15:46

      Bonjour, très intéressant Olivier, mais il me semble qu’il manque une partie du texte après:
      “Si vous ne voulez pas vous ennuyer à installer et gérer vous-même une boutique en ligne, vous pouvez passer par des hébergeurs de site e-commerce, comme.”

      non?

      Répondre



      • Jean

        22 Mar 2010 à 17:09

        Bonjour,

        Beaucoup d’information très pratique, merci Olivier.

        Cordialement
        Jean

        Répondre



        • Yves

          3 Août 2010 à 08:39

          Intéressant comme e-book.
          J’hésitais à la prendre quand j’avais été sur le site de michael à l’époque.

          Je pense que dans la semaine je vais l’acheter, je suis curieux d’en connaitre tout le contenu. En espérant que cela m’aide à créer mon business.

          Pourrais tu nous conseiller des ouvrages complémentaires pour approfondir le sujet ?

          Merci Olivier pour ce résumé.

          Répondre



          • pages

            20 Août 2010 à 20:48

            Merci, olivier pour ce resumé vraiement tres pratique

            Répondre



            • Rabbi

              15 Mai 2012 à 18:32

              Très pratique cet ebook, je m’en servirais volontier.

              Répondre




              • […] Pour aller plus loin, lisez : – Comment trouver son idée de business ? […]

                Répondre



                • Magali

                  28 Juin 2012 à 15:34

                  Très intéressant, beaucoup d’idées pratiques, merci Olivier

                  Répondre



                  • Trouver la bonne idée pour entreprendre - outils-et-opportunites.com

                    23 Mar 2014 à 20:12

                    […] Pour aller plus loin, lisez :  Comment trouver son idée de business ? […]

                    Répondre



                    • Jordane

                      10 Avr 2015 à 12:41

                      Enfin une personne qui prend en compte le porteur de projet, car des articles où des conseils basiques reprenaient ce qu’on trouvait ailleurs, il y en a beaucoup sur la toile !
                      C’est tout aussi important de prendre en compte les problèmes des gens pour trouver une idée, mais aussi de se prendre en compte, car tout passe par soi, et pour trouver une idée et l’amener c’est nécessaire de trouver une idée qui nous ressemble. Non ?

                      Répondre



                      • Claude

                        29 Oct 2015 à 18:03

                        J’apprécie votre article et je voudrais complémenter votre sujet. Avoir une entreprise originale, donc différente, demande d’observer attentivement les autres afin de comprendre leurs problèmes sous formes de sentiments inconfortables. Si vous vivez des problèmes, des sentiments inconfortables, alors cherchez des moyens pour vous libérer de cela. Ce que vous vivez, il y a de fortes chances que d’autres le vivent aussi et ainsi avoir une fondation solide pour votre entreprise.

                        Pouvez-vous aider les gens qui vivent des problèmes ? Pouvez-vous aider les gens à faisant quelque chose qu’ils n’aiment pas faire ? Pouvez-vous aider les gens à réparer ou à créer quelque chose qu’ils ne peuvent pas faire ? Une fois que vous trouvez votre idée, votre solution, vous devez absolument trouver des bénéfices supplémentaires pour eux, car ils sont de la valeur ajoutée.

                        Qu’en pensez-vous ?

                        Répondre




                        • […] Pour aller plus loin, lisez : – Comment trouver son idée de business ? […]

                          Répondre



                          • macalistere

                            12 Juil 2018 à 18:00

                            vraiememt merci

                            Répondre




                            • […] échouent ?”. Autrement dit : “Qu’est-ce qui ne va pas avec mon idée de business, et comment le […]

                              Répondre









                              Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

                              Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.