Les quatre accords toltèques

Livre Les quatre accords toltèques - Don Miguel Ruiz - Les 4 accords toltèques

Phrase-résumée du livre Les quatre accords toltèques : Les quatre accords toltèques nous livrent les clés pour vaincre la peur, la haine, le jugement, les croyances limitantes imposés par notre société domestiquée en nous invitant à partir à la recherche de notre identité profonde et vraie afin de retrouver notre liberté personnelle et ainsi cheminer vers une vie faite de bonheur, de joie et d’amour inconditionnel.

Par Don Miguel Ruiz, 1999, 160 pages.

Titre original : The four agreements

Note : cette chronique est une chronique invitée réalisée par Christelle du blog mindstyle-et-noixdecajou.com

Chronique et résumé de Les 4 accords toltèques de Don Miguel Ruiz :

L’auteur, Don Miguel Ruiz est né en 1952 au Mexique au sein d’une famille pratiquant les anciennes traditions toltèques. Sa mère était guérisseuse et son grand-père était un chaman. Il a étudié la médecine et a exercé la profession de neurochirurgien jusqu’à son accident de voiture au cours duquel il a vécu une expérience de mort imminente. Dès lors son chemin bifurque vers l’étude et la mise en application de la sagesse ancestrale toltèque aidé de sa mère. Il suivra les enseignements toltèques de la lignée des Chevaliers de l’Aigle. Riche de son initiation, il va vouloir partager ses connaissances avec le monde en publiant ce premier livre qui reprend les quatre étapes pratiques qui peuvent vous aider à accéder à une vie de bonheur et d’amour.

  • Qui sont les toltèques ?

La culture toltèque remonte à des milliers d’années. Les toltèques sont des bâtisseurs empreints de connaissances scientifiques, artistiques et spirituelles. Originaires de la région de Teotihuacan, les différentes invasions ont fait qu’ils ont dû secrètement préserver, pratiquer et transmettre le savoir de leurs naguals (chamans). En effet, les savoirs devaient être initiés afin d’être utilisés avec sagesse. Au fil des siècles ces connaissances se sont transmises par le biais de lignées de naguals. Don Miguel Ruiz a été initié et fait partie de la lignée des Chevaliers de l’Aigle. Les prophéties anciennes avaient prédit qu’un âge viendrait où les hommes auraient besoin de retrouver ces connaissances. Et ce moment est venu : c’est pourquoi Don Miguel Ruiz nous expose dans son livre quatre principes de la tradition toltèque. Ces connaissances font partie intégrante de toutes les traditions ésotériques, sans distinction de religion ni de pays. Les traditions toltèques, bien que spirituelles sont avant tout une façon de vivre sur le chemin du bonheur et de l’amour et en aucun cas une religion.

Introduction : Le miroir de fumée

L’auteur Don Miguel Ruiz nous explique sous forme d’allégorie sa perception de l’univers : il nous conte l’histoire d’un homme comme vous et moi qui vit une expérience de sortie de son corps il y a de cela trois mille ans. Cet homme voyage à travers l’univers et prend conscience que la lumière est la messagère de la vie car elle relie toute chose et est toute chose. Nous, être humains, faisons partie d’un tout. Il réalisa que bien que faisant partie d’un tout, il n’était pas ce tout. Alors il appela le tout le « tonal » et la lumière le « nagual » : c’est la Vie qui relie le tonal et le nagual et qui est garante de l’équilibre entre toute chose.
Il s’aperçut aussi que la matière était comme un miroir qui réfléchissait la lumière et donnait ainsi une image à cette lumière. Il s’aperçut que parfois, cette image était déformée, qu’il y avait comme un épais brouillard, un miroir de fumée qui l’empêchait de voir les choses telles qu’elles étaient réellement. Il comprit qu’il fallait regarder au-delà de ce miroir de fumée et que tout était constitué de lumière et d’amour.

Don Miguel Ruiz considère l’homme comme un miroir et a pris conscience de cet état de fait : tout ce qui reflète la lumière est composé de vie différemment agencée. Tout a pour origine la lumière. Nous sommes donc tous semblables dans notre essence. La perception que nous nous faisons des uns des autres, lorsqu’elle diffère du miroir originel, est due à la fumée provenant de nos illusions (ou rêve selon l’auteur). De ce fait, l’homme se retrouve comme un miroir de fumée.

Chapitre 1 : Le processus de domestication et le rêve de la planète, prélude à un nouveau rêve

« Il est facile de vivre les yeux fermés, en interprétant de travers tout ce que l’on voit… » John Lennon

Don Miguel Ruiz nous enseigne ce qu’est le rêve de la planète à ses yeux : notre esprit rêve 24H/24H sans interruption. Il est composé de tous les rêves de toute l’humanité qui comprennent toutes les règles de la société, toutes les croyances, toutes les lois…etc.
Dès votre naissance, le rêve de la planète se sert de vos parents, de l’école, de la religion pour capter votre attention. L’attention permet de garder au premier plan de votre conscience tout l’enseignement du rêve de la planète et ainsi devenir votre réalité. On vous inculque ce qui est bien ou pas, ce qui est beau ou pas, ce qui est juste ou pas, ce que vous devez faire ou pas… grâce à l’attention de personnes telles que vos parents, vos professeurs, votre patron etc… A votre naissance, vous ne choisissez pas votre langue, votre religion ou vos valeurs : celles-ci étaient présentes bien avant votre venue au monde. De part l’attention que vous portez au rêve de la planète, vous croyez en lui en lui signifiant votre accord. Votre accord va entraîner vos croyances. Et c’est ainsi que les enfants vont croire tout ce que disent les adultes porteurs du rêve de la planète.

Don Miguel Ruiz appelle cela « le processus de domestication des humains ». Tout comme on domestique un animal de compagnie, on domestique nos enfants par un système de récompenses/punitions. L’enfant reproduit ce que lui dit ses parents : il est récompensé. Dans le cas contraire, il sera puni. Ce système est tellement ancré en vous que vous recherchez sans cesse, à l’âge adulte, l’attention d’autrui afin qu’il vous félicite ou vous punisse selon le même schéma. Vous avez tellement besoin d’être récompensé que vous êtes prêt à oublier votre nature profonde pour plaire à autrui. Certains se rebellent et apprennent à dire non ! Mais cela engendre de la peur, la peur d’être puni.

Don Miguel Ruiz nous expose le fait qu’une fois adulte, nous n’avons plus besoin que nos parents nous inculquent le rêve de la planète mais nous sommes tellement domestiqués que nous devenons nous même des « dresseurs » ; à notre encontre mais également à l’encontre d’autrui et de nos enfants. Le rêve de la planète représente le « livre de la Loi » et celui-ci va décider de toutes vos réactions. Il va entraîner du jugement de votre part envers vous-mêmes mais aussi envers autrui. A chaque décision prise ou acte réalisé, votre juge intérieur, représentant du livre de la Loi, va vous féliciter ou vous punir. Dans le cas de la punition, vous aurez honte. La part de vous-même qui reçoit la punition se pose en Victime : « je ne suis pas assez ceci, je ne suis pas assez cela… » Cela est dû au fait que vos croyances sont tellement ancrées en vous que vous avez de grandes difficultés à les remettre en cause. Lorsque vous sentez qu’au fond de vous cela ne correspond pas à votre nature profonde, il est extrêmement difficile de se défaire de vos croyances.

Mais c’est possible !

Cela vous demandera du courage car aller à l’encontre de vos croyances induit un sentiment d’insécurité : il faut affronter la culpabilité, la critique et la honte de se détacher d’un principe auquel vous aviez donné votre accord. Vous vous jugez inlassablement car votre esprit, votre entourage, la société aiment à vous rappeler que vous êtes allé à l’encontre du Livre de la Loi. Don Miguel Ruiz nous affirme que 95% de nos croyances sont fausses et que nous pâtissons de croire en ces lois.

Le rêve de la planète est un cauchemar pour l’être humain. Et sur toute notre planète, la peur est entretenue. Les émotions issues de la peur se manifestent ainsi : la jalousie, l’envie, la haine et la colère. L’auteur nous démontre que tout ce que nous recherchons est déjà en nous. Mais toutes vos croyances vous affirment le contraire ! Tout votre esprit est empêtré dans un brouillard que les toltèques appellent un mitote. Le mitote représente toutes vos croyances et empêche de prendre conscience de qui vous êtes réellement. Cela fait peur de se sortir du mitote car vous avez appris à vous conformer dès votre naissance, à plaire à tout le monde pour être récompensés. Atteindre cette perfection est impossible puisque ce n’est pas conforme à votre moi profond. Le fait de ne pas atteindre cette perfection est intolérable à vos yeux. Et vous faites en sorte de ne pas être démasqué par autrui : mais au prix de quels efforts ! A tel point que vous attendez d’autrui qu’il soit lui aussi comme votre modèle de perfection. Vous vous punissez sans cesse de ne pas correspondre au modèle parfait. Vous êtes les premiers à vous punir par le biais du Juge, de votre système de croyances et de la Victime.

Et vous êtes votre pire Juge !

Ce que vous vous infligez, vous le permettez à autrui ! Vous en êtes même arrivé à un tel point de jugement que vous acceptez d’être maltraité par autrui puisque, dans votre esprit, vous méritez la punition. Vous vous rejetez vous-même car votre image «parfaite» est inatteignable puisqu’elle n’est pas en adéquation avec votre véritable vous. Au sein de votre esprit, tout au long de votre vie, vous avez mis en place une quantité importante d’accords avec vous-même. Or, les accords qui sont issus de la peur vous demandent une énergie folle pour les tenir ! Lorsque vous aurez pris conscience de ces accords et que vous aurez intégré le fait que vous voulez rompre avec ceux-ci, alors vous pourrez appliquer les quatre accords que vous expose Don Miguel Ruiz dans la suite de Les 4 accords toltèques. Ceux-ci sont très puissants et vous aideront à rompre avec tous les autres accords de votre esprit. Il faudra être tenace mais les changements se produiront progressivement et vous feront passer du cauchemar à votre rêve personnel.

Chapitre 2 : Le premier accord toltèque = que votre parole soit impeccable

« Parlez avec intégrité. Ne dites que ce que vous pensez. Évitez d’utiliser des mots qui vont à l’encontre de vous-même ou de commérer sur les autres. Utilisez le pouvoir de vos mots avec vérité et amour. »

Don Miguel Ruiz vous explique que votre parole représente votre pouvoir créateur qui peut donner vie à votre paradis sur terre. C’est par elle que vos intentions s’expriment. En revanche, si vous utilisez la parole à mauvais escient, vous créez un cauchemar. Il faut se rendre compte de la puissance de la parole, Don Miguel Ruiz pense que la parole possède un « pouvoir magique ». La parole peut engendrer le bien lorsqu’elle est impeccable mais aussi la tragédie : il n’y a qu’à se souvenir des paroles d’Hitler qui a manipulé tout un peuple en son temps en exacerbant la peur des gens. La parole est comme un sort que vous lancez, et ce sort peut être un sort d’amour ou au contraire un sort de haine. Lors de votre « domestication », vos parents, vos professeurs, et autres personnes qui captaient votre attention, vous ont adressé des paroles. Se faisant, des sorts vous ont été lancés et ont provoqué en vous des croyances totalement infondées. Tout au long de votre vie, vous allez entendre des paroles qui, soit renforceront ces croyances (ainsi le sort deviendra plus puissant), soit iront à l’encontre de ces fausses croyances (ainsi rompront le sort en vous libérant).

Les lecteurs de cet article ont également lu :  3D Negotiation - Des outils puissants pour mieux négocier - 1

L’auteur décortique le sens du mot impeccable : composé du mot latin pecatus = péché et du radical im = sans => sans péché. Au-delà de toute référence religieuse, le péché représente le fait « d’aller à l’encontre de soi-même », de se rejeter. Lorsque vous vous adressez à une personne et que vous prononcez des paroles de rejet, vous obtiendrez le même retour de rejet.

Don Miguel Ruiz déclare que la communication est un échange d’énergie et que si l’énergie envoyée est négative, vous recevrez du négatif en retour. Au contraire, si votre parole est positive, vous recevrez de l’énergie positive. Décider que votre parole soit impeccable n’est pas chose aisée car toute votre éducation vous a poussé à vivre dans le mensonge vis à vis de vous-même pour satisfaire les autres. Ainsi, vous perpétuez par votre parole des mauvais sorts qui eux-mêmes vont engendrer d’autres mauvais sorts. La parole est un instrument magique : il faut que vous en preniez conscience pour aller vers votre paradis de vie. Vous ne faites pas ce mauvais usage en conscience mais vous reproduisez ce qu’il vous a été enseigné. Lorsque vous envoyez un mauvais sort par le biais de votre parole, la seule chose qui peut le briser est l’usage de la vérité.

Enfant, vous avez assisté à de nombreuses discussions d’adultes qui médisaient sur autrui et vous pensiez que c’était la façon « normale » de communiquer. La médisance est devenue un outil de communication commun et extrêmement contagieux.
Il suffit d’observer pour cela le phénomène de la rumeur qui se propage de personne en personne tel un virus informatique. Imaginez si ce virus se propageait sur toute la planète entière !! C’est ce virus que les Toltèques appellent Mitote. Vous exprimez même de la médisance envers vous-même ! Lorsque vous déciderez d’avoir une parole impeccable, vous cesserez d’être négatifs envers vous-même mais aussi envers les personnes que vous aimez le plus. Il nous ait tous arrivé de médire d’une personne que nous aimons uniquement pour avoir l’approbation d’autres personnes envers nos paroles ou nos actes. Votre médisance n’est pas le fond du problème, vous cherchez juste à avoir l’attention d’autrui pour qu’il vous conforte dans vos croyances. Même si vos paroles ne sont pas justes. Et ce qui est merveilleux c’est que le fait d’avoir une parole impeccable induira le fait que vous ne serez plus réceptif aux discours négatifs. En effet, étant donné que vous cultiverez l’amour de vous-même, les paroles négatives ne vous atteindrons plus puisque vous saurez que c’est faux. Prendre la décision d’avoir une parole impeccable tout d’abord envers vous-même sous entendra que votre parole deviendra impeccable envers autrui pour toutes les raisons que Don Miguel Ruiz vous a expliqué précédemment. Lorsque vous aurez pris conscience du pouvoir de la parole impeccable, vous serez à même de créer votre propre paradis terrestre.

Chapitre 3 : Le deuxième accord toltèque = Quoiqu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle

« Vous n’êtes pas responsable des actions d’autrui. Ce que les autres disent et font est une projection de leur propre réalité, leur propre rêve. Lorsque vous êtes immunisé contre les opinions et les actions des autres, vous n’êtes pas la victime de souffrance inutile. »

Pour faire une affaire personnelle d’un propos qui vous est destiné, il faut que vous ayez donné votre accord. L’auteur vous explique que si vous avez tendance à donner votre accord, c’est parce que vous vous donnez de « l’importance personnelle ». L’importance personnelle est la manifestation de votre égoïsme puisque vous rapportez tous les propos à votre personne. Vous avez toujours l’impression qu’autrui connaît votre vie et vos sentiments mais ce n’est pas vrai. Les paroles d’autrui sont dites avec les accords d’autrui, cela n’a rien avoir avec vous. Alors pourquoi considérer que cela vous concerne ?

Un autre grand ouvrage qui vous plaira si vous appréciez Les 4 accords toltèques : L’art du bonheur, par le Dalaï-Lama.

Don Miguel Ruiz représente ce flot de paroles néfastes comme du poison. Lorsque le poison arrive à vous atteindre, vous entrez en conflit. Vous défendez bec et ongle votre opinion et vos croyances. Lorsque vous aurez pris conscience de qui vous êtes réellement, vous cesserez d’être atteint par le poison car vous connaîtrez votre réelle valeur. Il arrive parfois que vous blessiez une personne malgré votre parole impeccable. Puisque votre parole est impeccable, il n’y a pas de raison pour que vos paroles soient blessantes. Ce ne sont pas vos paroles qui blessent la personne mais la réaction de blessures non cicatrisées qui lui sont propres. Lorsque vous savez que vos paroles sont impeccables, vous cultivez l’amour. Et aimer rend toute chose merveilleuse. Don Miguel Ruiz donne une explication aux informations qui vous traversent l’esprit sans savoir d’où viennent ces informations. Parfois, c’est vous qui vous parlez à vous-même mais parfois ces voix arrivent d’on ne sait où. Don Miguel Ruiz attribue ces voix à des niveaux supérieurs dont vous n’avez pas conscience mais dont vous recevez les informations. Il affirme que, « nous avons le droit de faire ou pas une affaire personnelle de ce qu’elles nous disent ».

Votre esprit peut également se diviser en deux parties dont l’une parle à l’autre. Il est même possible que d’innombrables voix s’expriment en même temps : les toltèques appellent ce phénomène le mitote comme l’auteur vous l’a expliqué précédemment. Vous assistez alors à une véritable foire d’empoigne d’idées qui se contredisent et vous êtes incapable de choisir votre position. En réalisant un inventaire de toutes vos croyances et en les analysant une par une, vous réussirez à éclaircir le mitote. En vous délivrant du fait de prendre les choses personnellement, vous serez libéré de la souffrance. L’être humain a cette propension à se faire souffrir. Il existe même des personnes qui ne vivent qu’à travers cette souffrance car ils n’ont pas d’estime d’eux-mêmes et préfèrent souffrir plutôt que de rompre leurs accords. Tout se passe comme s’ils existaient à travers leur souffrance : c’est le seul moyen qu’ils ont trouvé pour exister. Le mensonge est également monnaie courante dans les relations humaines : vous vous mentez à vous-même déjà alors comment voulez-vous qu’autrui ne vous mente pas ? Lorsque vous ne prendrez plus les choses personnellement vous serez libéré et aurez le choix de croire ou non les informations qui arriveront à vous. Ne soyez pas blessé que certaines personnes vous mentent : elles agissent uniquement dans la peur, peur de ne pas être accréditée par vous.

Observez les actes : ce sont eux qui vous montreront la vérité.

Cela peut faire de la peine de prendre conscience de la réalité mais ne vous attachez pas à cette peine, laissez-la passer. A force d’appliquer les accords toltèques vous ne souffrirez plus. Si votre relation avec une personne n’est que souffrance, prenez la séparation comme un don du ciel ! Vous souffrirez quelque temps mais surtout vous prendrez confiance dans « votre propre capacité à faire les bons choix ». Lorsque ce second accord sera devenu une habitude de vie, rien ne pourra vous atteindre, vous faire du mal, ni vous « contaminer ». Vous rendez vous compte de l’impact qu’aura cet accord sur votre vie ? Aucune « flèche empoisonnée » ne pourra vous atteindre. De cette manière, une multitude de petits accords qui vous faisaient vivre un enfer va disparaître ! Et si, enfin, vous appliquez les deux premiers accords toltèques, Don Miguel Ruiz affirme que vous serez libéré de 75% de ces petits accords néfastes !

Don Miguel Ruiz insiste pour que vous écriviez sur un bout de papier ce deuxième accord toltèque et que vous le mettiez en place dans un endroit devant lequel vous passez régulièrement. Ceci afin que vous ne l’oubliez pas en cours de route 😉

En appliquant cet accord, vous serez libre d’exprimer votre amour et libre de dire oui ou non ; et cela sans ressentir la moindre culpabilité ou questionnement. Vous suivrez vos valeurs profondes et vous vivrez dorénavant votre paix intérieure nouvellement rencontrée.

Chapitre 4 : Le troisième accord toltèque = Ne faites pas de suppositions

« Ayez le courage de poser des questions et d’exprimer ce que vous voulez vraiment. Communiquez avec les autres aussi clairement que vous le pouvez afin d’éviter les malentendus et les drames. Avec ce seul Accord, vous pouvez complètement transformer votre vie. »

Combien de fois avez-vous vécu un malentendu ? En règle générale c’est parce que vous avez supposé à la place d’autrui ses raisons de dire ci ou ça. Le pire c’est que vos suppositions,vous allez les garder comme acquises et véritables ! Un drame peut même en découler car vous allez prendre les choses personnellement et votre parole ne sera plus impeccable. Réfléchissez à toutes ces fois où vous vous êtes disputé avec autrui à cause de suppositions que vous aviez émises. Vous donnez tort à l’autre sans même demander des explications. Vos suppositions priment car vous les considérez comme vraies… souvent à tort. Le mitote, ce brouillard de fumée, rend vos pensées erronées. A cause de sa présence, vous avez l’impression de tout savoir et de tout comprendre mais c’est faux ! Vous passez votre temps à interpréter les faits et gestes d’autrui sans poser de question afin d’être sûr de les avoir interprétés correctement. Et nous infligeons la même chose à autrui. Ne vous est-il jamais arrivé d’avoir envie de quelque chose, sans l’exprimer, et de reprocher à votre conjoint de ne pas le deviner ? Il vous connaît bien pourtant, il devrait le savoir ! Sa réaction vous blesse parce qu’il n’interprète pas vos signaux correctement alors que c’était à vous de vous exprimer et de donner des explications claires. Vous allez prendre sa non-réaction personnellement, votre parole va cesser d’être impeccable et juste pour une question non posée cela peut finir en dispute magistrale. Cessez de supposer qu’autrui sait à votre place : il n’est pas dans votre esprit. Don Miguel Ruiz affirme que nous manquons de courage pour poser des questions. Ce manque de courage entraîne un flot de suppositions car tout acte, toute parole et même silence doivent être interprétés par notre esprit car cela nous rassure. Et notre esprit réagit avec une telle vivacité (parce que nous avons été domestiqués ainsi) qu’il est très difficile de s’en défaire. D’ailleurs avez-vous été éduqué à poser des questions ? Dans la majorité des cas la réponse est non car « il ne faut pas déranger ».

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Surmonter les émotions destructrices

Vous ne faites pas de supposition uniquement à l’encontre d’autrui mais également envers vous-même : « je suis capable de faire ci ou incapable de faire ça » mais sans avoir expérimenté si vous en étiez capable. Les suppositions, dans les relations amoureuses n’ont pas lieu d’être, explique l’auteur. Vous aimez une personne pour ce qu’elle est et non pour ce que vous aimeriez qu’elle soit. Si cette personne doit changer, c’est à elle de le décider, ce n’est pas vos suppositions qui vont la transformer telle que vous le souhaitez. Le véritable amour est l’acceptation de ce qu’est l’autre. Et l’inverse est pareil : vous devez être ce que cette personne recherche, elle ne doit pas non plus vouloir vous changer.

Si tel est le cas, n’insistez pas !

Don Miguel Ruiz précise que cette notion peut paraître violente mais n’en est pas moins vraie. Vous gagnerez en énergie que de ne pas vous obstiner à transformer une personne qui ne le souhaite pas. Dans une relation, vous devez pouvoir être qui vous êtes vraiment au fond de vous, vous n’avez pas de rôle à jouer. S’il en est ainsi c’est que vous êtes avec la bonne personne. Pour vous évitez des souffrances dues à vos suppositions, il vous suffit de poser des questions et ce, jusqu’à ce que la réponse ait éclairée votre questionnement. La personne aura le droit de vous dire oui ou non, vous devez l’accepter comme vous devez accepter que vous aussi, avez le droit de dire oui ou non. De cette façon, ayant les bonnes réponses, vous pourrez communiquer de façon impeccable.

Tous vos échanges de paroles avec tout le monde deviendront limpides et vous n’aurez plus besoin de faire de suppositions puisque vous aurez obtenu vos réponses en posant des questions. « Voilà ce que je veux ; voici ce que vous voulez. »

Il y a une énorme différence entre le fait de comprendre ce troisième accord et l’appliquer dans sa vie de tous les jours. Ayez cet accord en tête comme une graine qui germera dans votre esprit au fur et à mesure que vous rencontrerez des situations que vous aborderez en conscience et en toute lucidité. Votre façon de communiquer, qui était tant automatique, va se transformer si vous continuez inlassablement d’y prêter attention en nourrissant votre troisième accord. Et à force de le nourrir, votre nouvel accord fera partie intégrante de votre personnalité ! Don Miguel Ruiz écrit : « Lorsque vous modifiez votre rêve, la magie arrive dans votre vie […] C’est ce que l’on appelle la maîtrise de l’intention, la maîtrise de l’esprit, la maîtrise de l’amour, la maîtrise de la gratitude, et la maîtrise de la vie. Voilà le but des Toltèques. Voilà le chemin qui conduit à la liberté personnelle. »

Chapitre 5 : Le quatrième accord toltèque = Faites toujours de votre mieux

« Votre mieux peut changer d’instant en instant ; il sera différent selon que vous êtes en bonne santé ou malade. Quelles que soient les circonstances, faites toujours de votre mieux et vous éviterez la culpabilité, la frustration et les regrets. »

Si vous prenez l’habitude de faire de votre mieux, les trois premiers accords se mettront en place avec beaucoup plus de facilité. En effet, l’effort que vous fournirez pour transformer ceux-ci, en habitude définitivement ancrée en vous, sera bien plus efficace. En revanche, faire de son mieux ne veut pas dire en faire trop ni pas assez. C’est une notion de juste équilibre. Vous ne pouvez consacrer la même énergie si vous êtes totalement reposé que si vous êtes éreinté après une dure journée de labeur. De la même façon, si vous êtes malade, votre mieux sera moindre que lorsque vous êtes au top de votre forme. L’accord ne vous demande pas d’être mieux que votre mieux mais juste à votre meilleur niveau. Car lorsque vous faites plus que votre mieux, cela vous demande une énergie folle et vous vous retrouverez en situation de sur-régime ce qui dégradera votre bien-être. Tout est donc une question d’équilibre. Faire moins que votre mieux entraînera un mécontentement en vous, une insatisfaction qui aura des répercussions sur la mise en application des trois autres accords. Par conséquent, si vous faites de votre mieux dans toutes les situations, toutes les facettes de votre vie seront au mieux.

Regardez autour de vous : combien de personnes agissent dans l’attente d’une récompense et non par plaisir de faire de leur mieux ? La majorité ! Combien d’entre nous allons travailler chaque matin en attendant que le week-end arrive, que la paie arrive… nous attendons tous notre récompense. Nous travaillons assidûment parce qu’on nous a enseigné qu’il fallait être productif et non parce que nous en avons envie. On travaille pour être récompensé par de l’argent, puis arrive le week-end pendant lequel nous allons dépenser cet argent et ainsi de suite mois après mois : mais pour quel résultat ? On ne se sent pas épanoui et heureux car on se sent toujours dans l’attente de la récompense : ce n’est pas de cette manière que l’on s’encourage à faire de notre mieux.
Imaginez au contraire que toutes les actions que vous entreprenez se font avec et pour le plaisir en n’étant plus dans l’attente de la récompense : vous serez récompensé d’avoir agi en faisant de votre mieux mais sans être focalisé sur la récompense en elle-même. Vous vous sentirez satisfait de vos actions et lorsque l’on fait avec amour des actions, on fait toujours de son mieux. Lorsque vous faites de votre mieux, votre juge intérieur n’a plus loisir à juger. Pareillement, lorsque vous faites de votre mieux, vous n’éprouvez plus de regret puisque vous avez fait de votre mieux. La prise de conscience qui découlera de toutes vos actions sera libératrice.

Don Miguel Ruiz considère que vous ne devez pas entreprendre d’action parce que vous y êtes obligé mais uniquement si vous en avez envie car il est impossible de faire de son mieux une action que l’on nous impose. « Être dans l’action, c’est vivre pleinement. » et ne pas agir c’est ne pas vivre. Certaines personnes ont beaucoup de grandes idées en tête mais ne les mettent jamais en action dans la vie. Elles passent littéralement à côté de leur vie. Si vous ne vous décidez pas à agir, vous ne vivrez pas.
Pour appuyer ses propos, l’auteur nous rappelle l’histoire de Forrest Gump : cet homme mettait toujours ses idées en pratique et surtout sans jamais en attendre une quelconque récompense. En revanche, vous devez agir pour vous, pour réaliser votre rêve, et non pas pour l’imposer aux autres. Don Miguel Ruiz a choisi de toujours faire de son mieux : c’est devenu pour lui une sorte de rituel, un choix de vie. Lorsqu’il prend sa douche il considère ce moment comme un rituel : c’est le moment de dire merci à son corps et lui signifier combien il l’aime. Il affirme que tous les hommes naissent avec le droit d’aimer, d’être heureux. Honorez votre bonheur d’être en vie, du fait même d’être vivant. Vous êtes né avec le droit d’être vous-même. Pour exercer ce droit, vous ne pouvez faire que de votre mieux. Le fait même d’être en vie fait de vous une divinité : déclamez votre amour envers vous-même ! Afin d’inscrire dans votre vie les trois premiers accords toltèques, faites-le de votre mieux. Chaque accord ne se mettra pas en place instantanément car les mauvaises habitudes sont tenaces. Mais en faisant de votre mieux vous n’aurez plus de raison de ressentir de la culpabilité ni de vous juger négativement. Vous vous considèrerez avec bienveillance même si vos trois premiers accords ne sont pas toujours respectés à la lettre. Vous serez dans l’action de mettre en pratique de nouveaux accords pour votre bonheur, et par la répétition vous améliorerez quotidiennement votre pratique. Si vous décidez d’appliquer les 4 accords toltèques dans votre vie en faisant de votre mieux, vous ne vivrez plus le rêve de la planète mais votre rêve de paradis. Les quatre accords sont simples mais vos accords négatifs sont si durement ancrés en vous qu’il vous faudra être tenace et perspicace. Don Miguel Ruiz témoigne que la mise en place de ces accords ne s’est pas faite du jour au lendemain. Il n’était même pas certain d’y réussir. Il a échoué de nombreuses fois mais a toujours persévéré :

« Même si je tombe, je suis assez fort, assez intelligent, donc j’y arriverai quand même ! »

Si vous n’y arrivez pas, ce n’est pas grave, ne vous jugez pas négativement. L’auteur nous donne cette astuce : essayez pendant une journée entière d’avoir une parole impeccable, de ne rien prendre personnellement, de ne pas faire de supposition et de faire de votre mieux. Et recommencez ainsi jusqu’à ce que vous vous soyez approprié les accords et qu’ils soient devenus vôtre. Alors, vous pourrez constater à quel point votre vie a changé, à quel point vous vous sentez plus heureux dans le paradis que vous aurez créé.

Chapitre 6 : la voix toltèque de la liberté = briser les vieux accords

« La véritable liberté est de pouvoir être libre d’être qui nous sommes vraiment. »

Don Miguel Ruiz considère la véritable liberté comme la liberté d’être entièrement soi-même et constate que peu d’êtres humains le sont. Nous accusons en général autrui d’entraver notre liberté mais le véritable obstacle n’est autre que nous-même ! Observons un enfant de 2 ou 3 ans : il fait ce qu’il veut, il est libre et il a pratiquement toujours le sourire aux lèvres ! Il n’a pas encore tout à fait été domestiqué. Les enfants explorent le monde sans peur. Leur seule crainte touche à leurs besoins primaires tels que manger, boire, dormir : ce sont des craintes nécessaires de survie. L’enfant n’est qu’amour, il vit dans le présent et se fiche comme d’une guigne de son passé et de son futur lointain. En lui nous pouvons prendre conscience de ce qu’est un être humain vierge de toute domestication : il aime la vie, découvrir, jouer et surtout aimer. Don Miguel Ruiz s’interroge sur ce qui a pu se passer de si terrible dans notre vie pour que nous ne soyons plus cet être d’amour qu’est l’enfant ? Nous avons tous subit la domestication de la planète ! Et cela se perpétue, de génération en génération, de parents à enfants, de professeurs à élèves et ainsi de suite, sans relâche. N’en voulez pas à quiconque, le schéma se reproduit car les domestiqueurs ont été un jour les domestiqués. Nous ne laissons pas notre véritable moi s’exprimer car nous agissons constamment par rapport à autrui, nous recherchons l’approbation des autres : notre liberté n’a pas la place pour exister. De rares personnes vont écouter leur voix intérieure qui leur crie de se libérer de la domestication mais la majorité des humains restent dans le schéma qui leur a été inculqué. Comme dans tout processus d’évolution, la prise de conscience est la clé. Une fois que vous avez pris conscience que quelque chose ne vous convient pas, vous êtes libre de vous libérer de celle-ci. Vous êtes libre de rompre vos anciens accords qui ne vous correspondent pas et d’abandonner vos croyances mensongères. Les Toltèques nous enseignent que notre vie doit être « la manifestation de notre rêve, une œuvre d’art ». D’après son expérience, Don Miguel Ruiz nous partage ce qu’est le fait de vivre en tant que toltèque. Cela implique qu’il n’y ait ni chef, ni disciple, que le rêve de chacun lui est propre et qu’il peut en changer en fonction des expériences qu’il vit. Pour devenir un toltèque, il faut acquérir trois compétences :

  • La maîtrise de l’Attention (prise de conscience de qui nous sommes vraiment)
  • La maîtrise de la Transformation (savoir changer en se libérant de la domestication)
  • La maîtrise de l’Intention (l’intention est représentée par la vie et l’amour inconditionnel, il s’agit donc de maîtriser l’Amour)
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Cessez d'être gentil soyez vrai !

Les toltèques considèrent la domestication comme un parasite. C’est un parasite qui a pris possession de votre esprit et de votre cerveau. Si vous cherchez la définition d’un parasite, vous trouvez que, pour survivre, le parasite doit se nourrir de son hôte et à terme le détruire. Pour les toltèques, le parasite de la domestication est composé du Juge, de la Victime et du système de croyances. Lorsque vous prendrez conscience que votre esprit est parasité, vous aurez deux choix :

  • Continuer comme avant sans rien changer et ainsi continuer à vivre le rêve de la planète,
  • Ou bien vous rebeller et déclarer la guerre à l’occupant de votre esprit.

Cela ne signifie pas que vous allez réussir à l’éradiquer du premier coup mais vous ferez de votre mieux pour le combattre. De la même façon, vous ne gagnerez peut-être pas le combat mais vous vous serez battu pour obtenir votre liberté. Vous combattrez contre le rêve de la planète afin de mettre en place votre rêve de paradis. L’auteur nous explique que la notion de paradis n’est pas forcément liée à la mort. En revanche, il peut tout à fait être vécu sur terre comme un endroit merveilleux rempli de joie et d’amour, dans lequel vous êtes libre d’être qui vous êtes réellement. Ce paradis existe en chacun de nous mais il est souvent relégué dans un coin pour laisser la place au parasite. Don Miguel Ruiz nous fournit trois solutions (plus ou moins faciles à appliquer) pour vaincre le parasite :

  • Le parasite est composé, entre autre, de toutes vos peurs : combattez chaque peur une par une
  • Affamez le parasite en le privant de vos émotions et surtout celles issues de la peur
  • L’initiation de la mort : c’est une mort symbolique, notre corps physique n’est absolument pas touché. Cette mort conduira à la destruction définitive du parasite. En revanche, il vous faudra énormément de courage.

Don Miguel Ruiz nous rappelle que notre attention a été captée, étant enfant, et qu’ainsi nous avons tous été domestiqués : il appelle cette attention l’attention première. En effet, il considère que lorsque nous prenons conscience de notre domestication et que nous changeons une par une nos croyances, nous reformons une autre attention. Celle de nos propres choix conscients : il l’appelle l’attention seconde.

  • La première étape : prendre conscience que ce que nous vivons n’est pas notre vérité et que nous rêvons en permanence. De cette façon, vous allez librement choisir de changer telle ou telle croyance afin de tendre vers votre rêve.
  • La deuxième étape : prendre conscience de toutes vos croyances limitantes en les répertoriant. Ainsi, vous pourrez les modifier en vous aidant d’outils comme l’application des quatre accords toltèques.

« La décision d’adopter les quatre accords toltèques est une déclaration de guerre contre le parasite en vue de reconquérir votre liberté. »

Les accords sont là pour vous aider à avancer progressivement dans l’Art de la Transformation. En rompant tous vos accords, un par un et petit à petit, votre pouvoir va augmenter. Ainsi, il vous sera de plus en plus aisé de tendre vers votre propre rêve. Chaque accord que vous romprez doit être remplacé par un accord qui vous rend heureux. Vous devez remplacer votre brouillard par des éclaircies. Rompre vos accords requiert de la patience. Ces accords ont mis du temps à être mis en place alors ne vous attendez pas à ce qu’ils soient remplacés en un clin d’oeil. Il va falloir être persévérant. Don Miguel Ruiz nous explique ici que nous nous réveillons tous les matins avec une certaine dose d’énergie. L’utilisation de celle-ci va être tributaire des émotions éprouvées dans notre journée. L’image que nous nous faisons du monde est bien souvent liée à nos émotions. Par exemple, lorsque vous êtes triste, le paysage que vous regardez vous semble triste. Il explique que notre corps émotionnel créé par notre domestication est essentiellement composé de plaies infectées. Celles-ci ne cessent de se rouvrir et tout le monde vit avec, considérant cet état de fait comme normal. Ces plaies sont créées par la peur qui engendre : la colère, la tristesse, la haine, la trahison, l’envie… Pour pardonner, il vous faudra accepter ce qui est. Cela ne vous empêchera en rien de changer vos accords et de vous libérez mais vous le ferez avec plus de légèreté. Vous sortirez de votre rôle de Victime et cet état de fait est libérateur.

Pardonnez et vous serez libéré !

L’acceptation de soi engendre votre amour propre. Vous vous aimerez vous-même et n’aurez plus besoin de la reconnaissance des autres. Pour vérifier que vous avez réellement pardonné à une personne, la rencontre de celle-ci ne fera plus naître aucune émotion. Pour garder le contrôle de vos émotions vous devez devenir un guerrier spirituel :

  • Un guerrier spirituel est conscient : il agit avec sa propre discipline car c’est lui qui décide de sa ligne de conduite.
  • Un guerrier spirituel a le contrôle : il n’empêche pas ses émotions de s’exprimer (auquel cas il serait une Victime). Mais il les exprime dans le contrôle, avec une parole impeccable et au bon moment.

Que feriez-vous si vous appreniez que vous n’avez plus qu’une semaine à vivre ? Vous agiriez en Victime en vous apitoyant sur votre sort ? Ou bien vous profiteriez de chaque minute qu’il vous reste pour être réellement heureux et vivre sans prendre en considération le regard d’autrui ? Don Miguel Ruiz, lui, se lève tous les matins en remerciant l’univers d’être en vie. Il s’efforce d’agir avec amour et d’exprimer son amour envers les personnes qu’il aime. Et ce, parce qu’il ne veut pas mourir en n’ayant pas suffisamment exprimé son amour envers les personnes qui lui sont chères. Il affirme qu’il est réaliste et faisable de vivre ainsi. Ainsi vous évoluerez en vous préparant à l’initiation de la mort. Ce qu’il va se passer lors de l’initiation : le parasite va mourir et donc le Juge et la Victime vont résister en vous faisant croire que c’est vous qui allez mourir mais rien n’est plus faux ! Le parasite va mourir et vous allez ressusciter ! L’Ange de la mort nous enseigne à vivre dans le présent puisqu’à tout moment, il emporte notre passé. Pourquoi vous rendre malheureux avec les choses du passé alors que l’Ange de la mort les a emportées ?

Chapitre 7 : Le nouveau rêve = le paradis sur Terre

« Le rêve que vous vivez est votre propre création. C’est votre perception de la réalité et vous pouvez la changer à tout moment. Vous avez le pouvoir de créer l’enfer, comme vous pouvez créer le paradis. »

Don Miguel Ruiz, dans ce dernier chapitre nous exhorte à cesser de vivre comme nous y avons été conditionnés, à l’oublier, et à créer notre nouvelle vie. Il souhaite que nous voyions l’amour qui est présent tout autour de nous. De la même façon, il nous encourage à laisser aller notre imagination pour créer notre monde d’amour dans lequel nous pourrions être qui nous sommes vraiment. Il nous demande d’imaginer différents scénarios afin de nous libérez. Pour conclure son ouvrage, Don Miguel Ruiz nous partage deux prières merveilleuses :

  • Prière pour être libre
  • Prière pour l’amour

Il nous conseille un état méditatif pour vivre pleinement ces prières.

Conclusion sur « Les 4 accords toltèques » :

En lisant cet ouvrage, j’ai procédé à une véritable introspection. Cela s’est fait naturellement. Lors de ma première lecture, certaines notions m’ont paru très floues mais en avançant sur mon chemin je me suis surprise à relire Les 4 accords toltèques et à y trouver de nouvelles pistes de réflexions. C’est un petit livre de par son format mais grand de par sa richesse d’enseignement. J’étais (je le suis toujours mais beaucoup moins) constamment blessée par les paroles et les actes d’autrui. Grâce à l’application des quatre accords toltèques, ma relation aux « autres » s’est grandement libérée/épanouie. Je suis moins dépendante du regard des autres, du besoin de reconnaissance. Malgré tout, je m’aperçois que les changements sont longs à se mettre en place car nos « programmations intérieures » sont bien ancrées malheureusement ! Le livre Les 4 accords toltèques est une source intarissable d’évolution personnelle. Il faut le lire et le relire car il est truffé de subtilités. Il nous livre des outils concrets afin de nous libérer de nos carcans et ainsi s’épanouir vers une vie en totale liberté, emplie de bonheur et d’amour inconditionnel. Vous pourrez même découvrir des facettes insoupçonnées de votre personnalité!

Les 4 accords toltèques résumé :

  1. Soyez impeccable avec votre parole
  2. Ne prenez rien personnellement
  3. Ne faites pas de suppositions
  4. Faites toujours de votre mieux

Points forts :

  • Outils concrets pour passer à l’action
  • Plusieurs notions de développement personnel
  • Beaucoup d’exemples concrets qui permettent d’aborder des notions parfois très subtiles
  • On ne se lasse pas de se replonger dans les pages inspirantes
  • Les 4 accords toltèques est un livre de chevet car lors de questionnement de vie, on s’y replonge et on trouve le plus souvent notre réponse

Points faibles :

  • A première vue, certaines explications peuvent paraître « trop belles pour être vraies »
  • Plusieurs niveaux de lecture ce qui peut empêcher certains lecteurs de passer à l’action (certaines démonstrations sont tellement évidentes qu’elles ne nous entraînent pas forcément vers l’action)
  • Il se lit vite et facilement : je le mets dans les points faibles parce que je pense que cela induit un « non passage » à l’action et donc aucun changement de vie.
  • La mise en application des quatre accords est un travail de longue haleine

Note de Christelle du blog mindstyle-et-noixdecajou.com :

imageimageimageimageimageimageimageimageimage

Avez-vous lu Les 4 accords toltèques ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (11 votes, moyenne: 4,55 out of 5)

Loading...

Visitez Amazon et lisez plus de commentaires sur Les 4 accords toltèques

Visitez Amazon et acheter le livre Les 4 accords toltèques

Je vous invite aussi à visionner ma vidéo intitulée “LE livre qui a influencé les ENTREPRENEURS” qui accompagne très bien cet article :

Nous travaillons à vous proposer le livre Les 4 accords toltèques en PDF.

Recherches utilisées pour trouver cet article :

les 4 accords toltèques, les 4 accords toltèques résumé, les 4 accords toltèques pdf, les quatre accords toltèques, 4 accords toltèques résumé, livre les accords toltèques, les 5 accords toltèques résumé, livre les 4 accords
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

3 Commentaires pour :

Les quatre accords toltèques

  • Guillaume

    18 Déc 2017 à 23:50

    Ce livre de Don Miguel Ruiz est une référence en la matière. Ses 4 accords sont aussi simples à comprendre que puissants à utiliser, et posent la base de toutes constructions axée sur le développement personnel. Ses accords sont imbriqués, et il est très compliqué d’en appliquer un sans travailler sur les autres.
    Il manque probablement de cas pratiques pour la mise en application des 4 accords. La théorie de ces principes est très claire et très parlante. Mais il y a trop peu d’exemples pour bien saisir les différentes subtilités de leur utilisation.

    D’ailleurs pour approfondir ce sujet, je me suis lancé un défi sur mon blog d’ecrire un article par semaine avec des cas concrets sur les accords tolteques : https://coaching-et-developpement-positif.com/tag/tolteque/

    Répondre



    • Pauline

      13 Mar 2018 à 20:29

      Merci Christelle pour ce résumé complet.

      Ce livre est assez petit et je suis d’accord pour dire que c’est une faiblesse. Je pense qu’il faut “compenser” et le lire plusieurs fois.
      Pas forcément en entier, mais le rouvrir à n’importe quelle page lorsque l’on a un moment de doute quel qu’il soit.

      J’ai également acheté le “calendrier” des 4 accords toltèques qui permet de se remémorer au quotidien des principes de ce livre, il contient des quizz également, je ne peux que recommander ce complément.

      Répondre




      • […] Des livres pour changer de vie de Olivier Roland. A ce propos, je vous suggère les articles : Les 4 accords Toltèques et La magie de voir grand, deux autres ouvrages à lire au moins une fois dans votre vie […]

        Répondre









        Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

        Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.