Hors-norme – la règle des 10 000 heures

Malcolm Gladwell Outliers

Phrase-résumée de « La règle de 10 000 heures » : il faut 10 000 heures de pratique pour atteindre le niveau de maîtrise associé à un expert de classe mondiale et ce dans n’importe quel domaine.

Par Malcolm Gladwell, 2008, 365 pages, Titre original "Outliers, The Story of Success"

Note : Cette chronique est une chronique invitée, écrite par Renata du blog lesimages2renata.com

Chronique et résumé de «LA RÈGLE DES 10 000 HEURES»

10 000 heures est le nombre magique de la grandeur ("magic number of greatness")

« Dans Outliers, Malcolm Gladwell examine les facteurs qui contribuent au succès. Pour étayer cette thèse (résultat des recherches de Anders Ericsson, père de cette théorie) il étudie les raisons pour lesquelles le co-fondateur de Microsoft, Bill Gates, a fait son immense fortune, comment les Beatles sont devenus l’un des plus grands groupes musicaux de l’histoire, comment Joseph Flom a créé Skadden, Arps, Slate, Meagher & Flom et comment il en a fait l’un des plus grands cabinets d’avocats à succès, comment les différences culturelles jouent un rôle important dans l’intelligence perçue et la prise de décision rationnelle, et comment deux personnes ayant une intelligence exceptionnelle, Christopher Langan et J. Robert Oppenheimer, finissent avec des fortunes très différentes. Tout au long de la publication, Gladwell mentionne à plusieurs reprises "la règle des 10 000 heures", affirmant que la clé pour atteindre une expertise de classe mondiale, quelle que soit la compétence, est, dans une large mesure, la question de s’y prendre de la bonne façon, et de pratiquer pendant quelque 10 000 heures. »

"Outliers: l’histoire du succès" (The Story of Success), publiée en 2008, est la troisième non-fiction écrite par Malcolm Gladwell.

Le livre comporte deux parties: "Opportunité", qui contient six chapitres, et "Héritage" qui en a quatre.

Qui est Malcolm Gladwell?

Malcolm Gladwell est un journaliste canadien, auteur à succès et conférencier. Il est rédacteur pour The New Yorker depuis 1996. Il a écrit cinq Best Sellers. The Tipping Point, le point de bascule ou comment de petites choses peuvent faire une grande différence, Blink ou pouvoir de la pensée sans penser,  Outliers, l’histoire du Succès et David et Goliath.

Les livres et les articles de Gladwell traitent souvent, avec des conséquences inattendues, de la recherche en sciences sociales et font un usage récurrent du travail universitaire, en particulier dans les domaines de la sociologie, de la psychologie et de la psychologie sociale.

Introduction

Gladwell énonce le but de Outliers : "Il ne suffit pas de se demander à quoi les gens qui réussissent ressemblent, mais comment il se fait que nous ne puissions démêler leur logique de celle des autres. Il parle de réussite de dimension mondiale. Il explique comment la famille, la culture et l’amitié jouent chacun un rôle dans le succès d’un individu.

Outliers parle des hommes et des femmes qui ont fait, ou qui font des choses qui vont bien au-delà de l’ordinaire. Malcolm Gladwell nous raconte l’histoire des génies, des magnats des affaires, des stars du rock, ainsi que des programmeurs informaticiens. La question se pose sur le succès, on veut savoir comment sont les célébrités, leur personnalité, leur mode de vie, quels sont leurs talents si spéciaux, et on suppose que c’est ça qui les différencie de nous.

1. On nous dit souvent qu’ils viennent de milieux défavorisés : cela fait rêver n’est-ce pas?

Malcolm Gladwell nous explique que cela ne marche pas comme ça. Les gens ne viennent pas de nulle part ; ces gens sont là comme des rois et il "pourrait" paraître qu’ils ont tout fait eux mêmes, qu’ils y sont arrivés tout seuls. Non, cela n’existe pas. C’est un mythe.

Car en réalité ils ont bénéficié d’avantages cachés et d’extraordinaires opportunités, ainsi que d’héritages culturels qui leur permettent d’apprendre et de travailler beaucoup, et d’avoir une vision du monde que d’autres ne peuvent pas avoir. Et aussi une capacité de travail qui n’est pas à la portée de tous.

La différence commence avec le lieu (où et dans quelle famille) et le moment (époque) où nous avons grandi. La culture à laquelle nous appartenons ainsi que l’héritage culturel reçu de nos aïeuls forment des modèles pour notre accomplissement personnel. Il ne suffit pas simplement de savoir comment sont les gens qui ont du succès. Selon Malcolm Gladwell, il suffit de se  demander d’où ils viennent et cela nous donnera tout de suite la réponse à la question : «qui a ou aura du succès ?».

L’idée que le plus brillant arrive en haut sans effort… c’est du rêve ! Connaissez-vous quelqu’un qui y soit arrivé ainsi ? Oui ? Je suis avide de le savoir !

2. Le mystère de Rosetto

Le livre commence avec l’histoire sur le mystère de Rosetto, une ville italienne dans la province de Foggia.

Le mystère consistait en ce que les gens de Rosetto avaient une bonne santé et très rarement des attaques cardiaques. Des recherches ont été conduites et ce n’était pas leur alimentation, ni leurs exercices physiques, ni leurs gènes…. Alors qu’est ce que cela pouvait être ?

À Rosetto on pouvait voir trois générations manger à la même table, vivre sous le même toit, et les gens se parlaient dans les magasins et dans les rues. La mystérieuse formule magique : les bienfaits de la communauté. Il fallait regarder derrière l’individu et comprendre la culture dont il faisait partie, qui étaient ses amis et sa famille.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Rédiger un best-seller : ce que j’ai appris en me formant avec James Patterson, Dan Brown, et Malcom Gladwell

Ils en sont arrivés à la conclusion que les valeurs du monde dans lequel nous habitons et les personnes qui nous entourent ont un profond effet sur qui nous sommes.

Pour notre compréhension du succès, Malcolm Gladwell va appliquer au reste de ses analyses la même démarche qu’à Rosetto.

La règle des 10 000 heures

Partie 1 : Le Talent inné existe-t-il?

La question qui est souvent posée est : le talent inné existe-t-il ? La réponse évidente serait : oui !

La réussite est-elle l’addition du talent, de la préparation et de la pratique ? Mais… plus les psychologues analysent les carrières des "surdoués", plus ils constatent que la part du talent très inférieure à celle de la préparation.

En 1990 le psychologue Anders Ericsson et deux collègues de l’Académie de Musique de Berlin (une académie « élitiste »), ont divisé les violonistes en trois groupes :

  • les "stars" avec le potentiel de devenir des solistes internationaux,

  • les "bons"

  • et ceux qui ne seraient pas capables de devenir des musiciens professionnels et qui essaieraient de devenir des professeurs de musique dans l’enseignement public.

Alors, une question fut posée aux trois groupes : "depuis la première fois que vous avez eu un violon en main, combien d’heures avez vous joué ?"

Ils avaient tous commencé à jouer environ au même âge, 5 ans, et ils jouaient à peu près le même temps (3 heures par semaine).

À 8 ans des différences sont apparues : ceux qui voulaient finir en tête de classe ont pratiqué de plus en plus au fil des ans (et plus que les autres), jusqu’à 16 heures par semaine quand ils avaient 14 ans et plus de 30 à 20 ans. À cet âge, cette élite aura accompli 10 000 heures de pratique du violon, le groupe des bons 8 000 heures et les futurs professeurs de musique à peine 4 000.

Puis Ericsson a comparé les pianistes amateurs avec les pianistes professionnels et ils ont trouvé le même modèle. Les amateurs ne pratiquent pas plus de trois heures par semaine pendant l’enfance et vers l’âge de 20 ans ils ne totaliseront que 2 000 heures de pratique. Et les professionnels ont augmenté progressivement leurs heures de travail jusqu’à totaliser 10 000 heures.

Ericsson et son équipe n’ont pas trouvé le musicien "naturel", celui qui est doué et qui devient professionnel sans effort. Les gens qui atteignent le sommet ne travaillent pas seulement plus que les autres, mais bien plus et plus dur !

Le neurologiste Daniel Levitin dit que 10 000 heures de pratique sont nécessaires pour arriver au niveau "Master » de l’expert international dans n’importe quel secteur/domaine.

Car, 10 000 heures, c’est le temps que prend le cerveau pour assimiler tout ce que requiert cette véritable maîtrise. 10 000 heures c’est beaucoup, c’est donc une bonne chose de les commencer très jeune ; après il y a la famille et d’autres événements qui prendront votre temps.

Il en va de même pour ceux que nous prenons pour des prodiges, comme par exemple Mozart, car les premières œuvres de Mozart n’étaient pas très bonnes. Sa première œuvre considérée un chef-d’œuvre est la No.9, K.271 qu’il a composée à 21 ans, et à cette époque Mozart avait déjà composé pendant 10 ans.

Partie 2 : Trois Histoires, trois succès…

1. L’Histoire de Bill Joy

En  1971 l’université du Michigan ouvre son centre informatique ; l’université avait le programme informatique le plus avancé au monde et c’était du style "l’odyssée de l’espace" : des milliers d’élèves la fréquentaient, dont Bill Joy.

Il était désigné comme l’élève le plus studieux. II avait 16 ans quand il était arrivé l’année de l’ouverture du centre informatique (une opportunité). Et depuis ce jour-là, cet endroit est devenu sa vie, il programmait dès qu’il le pouvait.

En travaillant dans un petit groupe, il s’est mis à réécrire UNIX (développé par AT&T), et la version de Joy était très bonne, à tel point qu’elle l’est encore aujourd’hui : c’est le système qui fait marcher des millions d’ordinateurs à travers le monde.

Il a aussi écrit le programme qui vous permet de vous connecter à Internet. Puis, après son diplôme à Berkeley, il a créé « Sun Microsystems », que nous connaissons tous très bien, dans la Silicon Valley ! On l’a même appelé l’"Edison de l’Internet". Il est l’un des personnages les plus influents dans le monde moderne de l’informatique. L’histoire de Bill Joy a été racontée maintes fois et c’est toujours pareil : la belle histoire de quelqu’un qui a réussi parce qu’il le "méritait" car le monde de la programmation était nouveau où vous ne pouviez avancer que grâce à l’argent ou à vos réseaux d’influence. C’est un espace où le gagnant devait réussir par lui-même, grâce à son talent et ses capacités, et que le meilleur gagne, comme Bill Joy.

Cette explication est bien plus facile à accepter, mais non ! C’est trop facile !

2. L’Histoire des Beatles

Avant que les Beatles arrivent aux Usa en 1964, Lennon et McCartney avaient commencé à travailler ensemble en 1957, sept ans avant d’arriver en Amérique. En 1960, quand ils n’étaient encore qu’un groupe de rock du lycée, ils ont été invités à jouer à Hambourg dans un club où il fallait jouer beaucoup d’heures au cours d’une même nuit, parfois toute la nuit.

À Liverpool, le groupe faisait des répétitions d’une heure, jouait toujours les mêmes morceaux, les meilleurs. À Hambourg, ils devaient jouer 8 heures d’affilée et il fallait trouver une autre façon de travailler. Ceci leur a permis de devenir meilleurs et de gagner en confiance.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  The Creative Habit (Devenir Créatif)

En un an et demi, les Beatles sont allés 5 fois à Hambourg. Lors de leur premier voyage, ils ont joué 106 nuits, 5 heures par nuit au minimum. Pendant le deuxième voyage, ils ont joué 92 fois, au troisième 48 fois, pour un total de 172 heures sur scène. Lors des deux derniers voyages, ils se sont produits 90 heures sur scène. Au total ils ont effectué 270 heures. Au moment où leur succès explose en 1964, ils avaient joué environ 12 000 fois en direct. Et ça, c’est extraordinaire !

3. L’histoire de Bill Gates

Le père de Bill était un avocat fortuné et sa mère était la fille d’un banquier. Comme il s’ennuyait dans son école, ses parents l’ont inscrit à Lakeside, une école privée réservée aux élites. Chaque année le club des mères (l’équivalent des associations de parents d’élèves en France) organise une vente dont les bénéfices, cette année-là (1968), partent pour l’équipement informatique de l’école.

Ils ont donc installé un équipement moderne, avec le système de "time-sharing" (technique permettant à de nombreux utilisateurs d’accéder simultanément à un ordinateur central par l’intermédiaire des terminaux distants) ; dans beaucoup d’autres endroits, on en était encore au système très compliqué des cartes perforées. Dès lors Bill Gates passa sa vie dans la salle informatique !

À cette époque, pour pouvoir utiliser les ordinateurs, chaque élève avait un temps imparti, et qui coûtait cher à l’achat, même dans ces écoles pour familles privilégiées.

Gates et ses amis ont eu plusieurs occasions de travailler pour des sociétés qui leur demandaient de tester leurs programmes/produits en échange de temps gratuit sur les ordinateurs de l’université de Washington.

En l’espace de 7 mois, Gates et ses collègues ont passé 1575 heures sur ordinateur, environ 8 heures par jour, 7 jours sur 7.

Gates dit que Paul Allen et lui y passaient entre 20 et 30 heures par semaine ; c’était à l’âge de 15 ans. Paul Allen avait trouvé que dans le centre médical et de physique de l’université de Washington, il y avait des ordinateurs qui n’étaient pas réservés entre 3 heures et 6 heures du matin. Gates se levait la nuit et de chez lui il allait à l’université à pied ou en bus. Aujourd’hui Gates leur est très reconnaissant (il dit que c’est pour cela qu’il est généreux avec eux car ils lui ont permis de voler autant de temps d’ordinateur.)

Entre son entrée à Lakeside et sa sortie, soit une période de 5 ans,  Gates a eu plein d’opportunités à saisir. D’abord arriver dans cette école de Lakeside, y avoir accès à un terminal «time-share » en 1968, puis l’apport du club de mères, et toute une série d’occasions où des sociétés demandaient aux étudiants de travailler sur leurs produits. Qu’est-ce que cela a permis ? Cela a apporté à Bill Gates du temps de pratique supplémentaire. À l’époque où Gates achève ses études à Harvard, il avait pratiqué pendant sept ans non-stop, dépassant les 10 000 heures. Malcolm Gladwell demande combien d’ados acquièrent une expérience comme celle de Gates.

Partie 3 : Le chemin du succès

Après avoir étudié ces trois cas, nous pouvons mieux comprendre le chemin à parcourir pour atteindre le succès. L’idée de « succès » est subjective, et on n’a pas besoin d’être si connu ou si riche pour dire qu’on a du succès. Mais je trouve que ces histoires donnent à réfléchir, car cela veut dire que nous pourrions tous le faire, bien sûr, si seulement nous avons l’envie de travailler autant… et la capacité de le faire.

Évidemment que les Beatles, Bill Joy et Bill Gates étaient talentueux ! Ils étaient brillants et extraordinaires.

Mais ce qui rend leurs histoires particulières ce n’est pas leur talent, mais les extraordinaires opportunités qu’ils ont su saisir.

Lennon et McCartney avaient un don musical qui n’est pas donné à tous, Bill Joy était tellement rapide qui était capable de résoudre des algorithmes complexes très facilement.

Malcolm Gladwell mentionne les opportunités cachées dont les Outliers bénéficient.

Sans oublier Steve Jobs, cofondateur d’Apple Computer. À la différence de Gates, Jobs ne venait pas d’une famille riche. Mais il a grandi au bon moment et au bon endroit, son Hambourg* à lui, à Mountain View, Californie, épicentre de la Silicon Valley. Le voisinage regorgeait d’ingénieurs, tels ceux de chez Hewlett-Packard.

*(Hambourg étant l’opportunité saisie par les Beatles)

Selon Malcolm Gladwell il y a des modèles à suivre et il ne faut pas prétendre que le succès est exclusivement une histoire de mérite individuel.

Ce n’est pas si simple que cela, ce sont des histoires à propos de gens qui ont eu une occasion particulière de travailler très dur, qui ont mesuré leur chance, et pour qui cet effort a été récompensé socialement. Leur succès était / est le produit du monde dans lequel ils ont grandi.

Conclusion

1. Lisez ce livre !

Le livre comporte deux parties: "Opportunité", qui contient six chapitres, et "Héritage" qui en a quatre. «La règle de 10 000 heures» est un long chapitre de la partie «Opportunités». Je conseille de lire ce livre car il apporte plusieurs façons de voir : le talent, le travail et la persévérance, ainsi que les «Opportunités» que nous avons dès notre naissance et cela grâce à notre «Héritage».

J’ai fait ici uniquement la chronique du long chapitre sur «La règle de 10 000 heures», car chaque chapitre concerne différentes analyses, très intéressantes les unes comme les autres, mais il faudrait en parler dans un prochain article.

2. Se fixer des Défis, pour sortir de sa zone de confort

Quand j’ai lu «La règle de 10 000 heures» pour la première fois, il y a 4 ans, cette règle m’avait interpelée tout de suite, parce que moi même j’avais fait cette expérience. Entre mes 14 et 17 ans j’ai pris des cours de piano, une fois par semaine. Je pense que j’étais plutôt douée mais je n’accordais que peu de temps à la pratique. J’en suis arrivée à la même conclusion que Malcolm Gladwell et Ericsson : je me suis dit que si j’avais travaillé plus, j’aurais pu arriver à quelque chose, que je serais allée plus loin.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Bit Literacy - 2

Les gens pensent et disent qu’ "EUX" (les pauvres), ils n’y arrivent pas car "EUX", ils n’ont pas de "Talent" (Talent avec un très grand T). C’est facile et c’est une bonne excuse pour ne pas travailler. C’est toujours la FAUTE du TALENT qu’on n’a pas ou GRÂCE au talent que l’on a. Trop facile ! C’est toujours la faute de quelqu’un ou de quelque chose !

3. Comment mettre en pratique ?

Alors, et si on s’y mettait ? Cela vous tente ? Il n’est jamais trop tard ! Vous avez envie de devenir un MAÎTRE dans votre passion?

Je trouve que c’est un défi très intéressant !  Il ne vous suffit que de 2 heures par jour. Vous allez me dire : QUOI ? Deux heures ? …Bon, en ce cas commencez par une heure, puis vous verrez que vous allez vite en faire deux ! Par exemple une heure de cuisine, finalement, ce n’est rien ! Puisque de toute façon il faut la faire !!! Puis vous ajoutez un quart d’heure et ainsi de suite.

Bien sûr, il faut en avoir envie, il ne faut pas se forcer. On n’a pas tous la capacité et la persévérance de Mozart et on n’a pas tous ENVIE de devenir un Mozart… 😉

À la fin de cet article je vais vous raconter mon défi… je mets la barre un peu haut, mais… pourquoi pas ? Je n’ai rien à perdre à essayer. Je ne vais pas devenir Mozart mais m’améliorer tout simplement, et, me lancer ce défi pour avancer m’inspire et me donner un super "punch" ! J’espère que vous allez me suivre et m’encourager, car… c’est presque comme escalader l’Everest et j’ai besoin de vous pour y arriver ! ! Merci à vous!

Pratiquer n’est pas ce que vous faites une fois que vous êtes bon, c’est CE QUE VOUS FAITES pour devenir bon!

… à l’action maintenant ! ;-))

Comme je l’ai dit plus haut, j’ai lu ce livre il y a 4 ans et je viens de le relire pour écrire cette chronique. Ce livre m’a tout simplement inspirée.

Quand j’ai lu pour la première fois la règle des 10 000 heures, je me suis dit «Tant pis, c’est trop tard pour moi, je suis trop vieille pour commencer !» Mais en le relisant, je me suis rendu compte qu’il n’est jamais trop tard et que l’important est de commencer, car le processus est avant tout une expérience intéressante. Donc, je me suis lancée dans un défi. J’ai fait mes calculs, puis mon planning : quand, comment et combien de temps par jour et par semaine pour arriver à «mes» 10 000 heures ! Si vous souhaitez avoir plus de détails et suivre mon décompte, je vous invite à lire cet article : "Mes 10 000 heures"

Points forts :

Je trouve Outliers, avec ses différentes analyses, très intéressant. Cela nous permet de voir les choses autrement. Et de se rappeler que les hommes et les femmes «à succès» ont travaillé très dur pour y arriver. Ce n’était pas inné. Ils ont travaillé, ensuite ils y sont arrivés.

La règle des 10 000 heures est une règle évidente. J’aime cette règle. C’est un choix possible pour tous : on le fait ou on ne le fait pas. C’est très simple! Veut-on acquérir la maîtrise ou non? Si on a l’envie et la passion de le faire, il faut tout mettre en œuvre pour y arriver.

Peu importe notre choix, l’important est que nous l’assumions et que nous ne soyons pas dans la critique parce que "les autres" ont réussi et pas nous. La seule chose à savoir est : en aurons-nous le courage ?

Points faibles :

Je me demandais si cela marchait toujours pour tout le monde? Mais je n’ai pas non plus de contre-exemples. Comme je n’ai pas trouvé de points faibles, car j’aime ce qui m’inspire, je suis allée chercher sur Internet. La critique est que Gladwell veut éclairer le lecteur sur le fonctionnement du monde, sur ce que sont les gens à succès, et ce en simplifiant les choses. La publication a fait des débuts en pôle position sur les listes des best-sellers du New York Times et du journal The Globe and Mail. Généralement bien accueillie par la critique. Le style d’écriture est facile à comprendre. La critique a porté essentiellement sur la simplification à l’extrême de phénomènes sociaux complexes.

…je voudrais aussi poser la question de : c’est quoi la Maitrise ? À quel moment sommes-nous des Maitres ?

La note de Renata du blog lesimages2renata.com :

imageimageimageimageimageimageimageimageimage

Avez-vous lu le livre ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (3 votes, moyenne: 5,00 out of 5)

Loading...

Lire plus de commentaires sur Outliers sur Amazon 

Acheter Outliers sur Amazon

Recherches utilisées pour trouver cet article :

10 000 heures pour réussir, 10000 heures expert, 10000 heures pour devenir expert, bill gates livres pdf, combien d heures pour etre expert dans un domaine, https://des-livres-pour-changer-de-vie com/hors-norme/, https://des-livres-pour-changer-de-vie com/tag/outliers/, le livre outliers de malcolm gladwell traduit en francais
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

44 Commentaires pour :

Hors-norme – la règle des 10 000 heures

  • Renata

    10 Nov 2015 à 16:10

    Merci Olivier de m’avoir laissé une place pour raconter cette règle de 10000 heures et mon défi, qui me motive à dessiner de plus en plus.
    Renata

    Répondre



    • Renata

      10 Nov 2015 à 16:38

      😉

      Répondre



      • Renata

        19 Nov 2015 à 13:26

        J’ai eu cette idée de Challenge en juin dernier, il y a 5 mois ET
        Aujourd’hui, je viens de découvrir cette conference TED (cliquez sur le lien) et je découvre, que je ne suis pas la seule, joupiiii
        Vous savez quoi? Je vais contacter David, et je vous tiendrais au courant !
        https://youtu.be/nclSb-MlAxo

        Répondre



      • Katrina

        10 Nov 2015 à 16:45

        Merci beaucoup pour cet article passionnant!! Je pense qu’il faut que j’aille acheter ce livre sur le champs et que je l’applique au dessin!!
        Je suis le blog de Renata lesimages2renata.com depuis un moment maintenant ces conseils sont toujours avisés et motivants!! Grace à ses enseignements je n’ai plus peur du ridicule quand je me lance dans un dessin et je sens que cela m’aide à progresser de jour en jour!! Comme quoi rien ne vaut la pratique et les bons conseils!
        J’apprécie également le fait de pouvoir partager ses dessins et de pouvoir voir les dessins des autres!! c’est d’autant plus stimulant!
        Merci et continuez ainsi.

        Répondre



        • Renata

          10 Nov 2015 à 17:01

          Merci beaucoup Katrina.
          Ne hésitez pas à lire le livre il est vraiment inspirant, puis, vous êtes la bienvenue à partager avec moi ce défi !!!!
          A très vite
          Renata

          Répondre



        • Martin

          10 Nov 2015 à 16:52

          Bonjour,
          J’ai lu il y a peu ce livre qui est ici très clairement expliqué et l’ai appliqué à ma vie. Les effets sont époustouflants! C’est exactement ce que vous dites sur votre blog Renata (blog que je viens par ailleurs de découvrir et auquel je me suis abonné pour ses excellents articles sur le dessin), il ne suffit pas d’avoir du talent. Ce qu’il faut c’est pratiquer et pratiquer!
          Je vous remercie pour ce bel article et pour la suite sur votre blog!
          Cordialement
          Martin M.

          Répondre



          • Renata

            10 Nov 2015 à 17:04

            Merci Martin pour votre inscription !
            vous n’allez pas le regretter! ;-))
            A très vite
            Renata

            Répondre



          • Eliane

            10 Nov 2015 à 17:46

            Bravo Renata pour cette présentation qui donne à réfléchir…Agir, travailler et persévérer sont les fondements de cette règle des 10000 heures développée par Malcom Gladwell. J’admire ton challenge des 10000 heures, ta détermination. Je te soutiens complétement dans ce challenge. Moi aussi, cela me donne envie de persévérer dans mes défis. Merci pour cette chronique…

            Répondre



            • Renata

              10 Nov 2015 à 18:02

              Merci Eliane pour ton comment.
              Oui je pense que j’ai aimé ce livre c’est parce que j’ai toujours fonctionné comme cela dans la vie. La persévérance (ou têtue ?)
              cela m’a apporté plein de bonnes choses.
              A bientôt Eliane
              Renata

              Répondre



            • Magali

              10 Nov 2015 à 18:11

              Ah le fameux “je ne peux pas parce que…”.
              Ca me fait penser à une lectrice qui m’a dit “oui mais toi tu es radieuse, moi non”. Et je lui ai répondu qu’avant je n’étais pas du tout radieuse, au bord du suicide. Mais en sortant de ma zone de confort et en créant la vie que je voulais avoir, j’ai fini par être radieuse.
              Le bonheur et le succès sont à la portée de TOUS !!!!

              Répondre



              • Renata

                10 Nov 2015 à 22:03

                Merci Magali
                Exact !!! Tu as bien raison, c’est bien cela !!!

                Répondre



              • Marie-Ange

                10 Nov 2015 à 18:27

                J’avoue humblement que je n’avais jamais entendu parler de cette « règle des 10 000 heures » ! Cette chronique ne m’a pas laissée indifférente, même un peu perturbée !
                Auteur photographe, je voyage autour de la planète, à la recherche d’inspiration. C’est au détour des chemins du bout du monde que j’ai rencontré des centaines de photographes amateurs ou professionnels. J’ai pu constater que la plupart d’entre eux, maîtrisant les techniques photos, n’étaient pas « doués ». Enfin c’est ce que je pensais jusqu’au moment précis où j’ai lu cette chronique. Beaucoup trop d’images ne dégagent aucune sensibilité, techniquement correctes mais sans âme !
                Devenue guide photographe de voyage, je voulais absolument donner à mes stagiaires (photo-voyageurs) l’opportunité de dépasser leurs acquis techniques pour laisser libre cours à leur créativité.
                Mais peut être que je fais fausse route, il s’agirait simplement comme je ne cesse de le répéter de « pratiquer » ! Il faudrait pratiquer 10 000 heures pour acquérir un niveau d’expert avant de prétendre transgresser ces techniques photographiques !
                A quel moment l’une ou l’autre de ces notions doivent- elles intervenir dans l’apprentissage d’un art ou d’une tout autre activité ?
                J’étais tranquillement installée à mon bureau, à quelques jours de rejoindre des stagiaires photographes au bout du monde, qui comptent sur moi comme sur la lumière divine ! … Qu’est-ce que je vais bien pouvoir leur dire maintenant ? De la pratique, certes…. Mais je ne peux pas leur dire de passer 10 000 heures avec moi pour devenir maître de leur passion !
                Cette démarche mérite réflexion, merci Renata d’avoir perturber mon confort dans ma démarche pédagogique ! Je fonce lire ce livre, j’ai 17 heures d’avion pour me faire une opinion !

                Répondre



                • Renata

                  12 Nov 2015 à 07:10

                  merci Marie-Ange pour ton analyse.
                  Tu veras que dans ce livre il y a plein d’autres sujets, par exemple de pourquoi de certains accidents d’avion… t’inquiète tu ne risques rien !!! D’ailleurs dans ce livre parle d’un crash d’avion et un copain/collège de classe du Bac était le copilote. J’ai eu un choc quand j’ai vu son nom écrit blanc sur noir la dedans! uggg

                  Autrement, je comprends bien ce que tu veux dire. Mais tu vas dire à tes élèves comment être créatif et puis c’est à eux de continuer. Est ce qu’ils deviendront photographes professionnels ? Peut être pas, alors ils n’ont pas besoin d’avoir cette maîtrise que nous pouvons atteindre avec la pratique. Puis chacun son “ambition”.

                  Puis je connais de gens qui se tuent au boulot (métro et dodo) et ne sont pas arrivés très loin… et pourquoi cela ?
                  Je crois avoir ma petite idée… pas beaucoup d’ambition et un esprit négatif.
                  Si leur discours était : “wuau c’est génial ce que je fais au bureau, je viens de passer 12 heures à travailler sur un projet méga géniale” . Alors en ce cas on pense “ce gars il réussit bien y a l’air d’aimer ce qu’il fait”
                  Mais si tu as : “Mon patron m’exploite, je dois bosser 12 heures et je n’arrive pas à voir le but, bla bla bla” …

                  On re en parle dans deux ans? On aura déjà fait quelques milliers de plus… ;D

                  Répondre



                • cathy

                  10 Nov 2015 à 20:11

                  cette règle des 10 000 heures cela parait énorme ! c’est sûr que pour tenir sur la durée tu as intérêt à être dans ta passion
                  bravo Renata pour ton challenge !

                  Répondre



                  • Renata

                    10 Nov 2015 à 22:17

                    Exactement Cathy il faut tenir dans la durée mais …. Comme le dit une “grande” citation française : “Quand on aime on ne compte pas” n’est pas? Toi qui est aussi une grande pationée, tu te lances aussi avec les mains dans la terre?

                    Répondre



                  • Jean B.

                    10 Nov 2015 à 21:13

                    Super article pour un livre que je ne connaissais pas. Bravo @Renata pour sa présentation.

                    Une passion doit se vivre, 10 000h peut paraître long mais je ne pense pas que cela freine quelqu’un qui est passionné. On y pense souvent même pas au temps passé quand on est un vrai passionné.

                    Répondre



                    • Renata

                      12 Nov 2015 à 07:15

                      C’est bien cela Jean. Beaucoup des gens l’ont déjà fait mê^mê sans se rendre compte…
                      Merci pour ton commentaire

                      Répondre



                    • aurelie

                      10 Nov 2015 à 21:37

                      Je ne connaissais pas du tout ce livre ni son auteur.
                      Merci Renata pour cette découverte ! Tu donnes vraiment envie de lire ce livre 🙂

                      Répondre



                      • Renata

                        11 Nov 2015 à 06:30

                        Merci AUrélie pour ta visite, c’est un livre très intéressant en plus… cette expérience avait commencé par Ericsson dans une académie de musique en Allemagne et justement il mettait en comparaison de combien d’heures chacun y travaillait/pratiquait la musique/son instrument !

                        Répondre



                      • Yveline

                        11 Nov 2015 à 00:06

                        Pour avoir expérimenté un dessin par jour avec Renata, j’ai pu vérifier le fait que l’exercice régulier est le meilleur moyen de progresser, ou du moins de se sentir à l’aise et de prendre du plaisir à dessiner.
                        Quand j’aurai atteint les 10.000 heures on verra si mes dessins plairont aux autres, mais je pense qu’ils deviendront un mode d’expression qui me comblera!

                        Répondre



                        • Renata

                          11 Nov 2015 à 06:33

                          Tu le dis très bien Yveline. Et c’est bien grâce à notre défi que nous avançons. Tu imagines que si nous n’avions pas commencé où serions nous aujourd’hui?
                          bye bye et merci pour ton commentaire
                          Renata, qui court dessiner !

                          Répondre



                        • gilles

                          11 Nov 2015 à 07:27

                          bonjour Renata
                          Y a t’il une version française de ce livre
                          gilles

                          Répondre



                          • Renata

                            11 Nov 2015 à 09:57

                            Bonjour Gilles
                            je ne crois pas, en tout cas je n’ai pas trouvé… c’est un peu pour cela que j’ai fait cette chronique…. mais c’est vraie que dans le livre il y encore plein d’autres informations intéressantes.
                            J’ai trouvé une vidéo/audio lu par Gladwell lui même, mais toujours en anglais
                            https://youtu.be/596wT4mRq8w

                            ….
                            A bientôt
                            Renata

                            Répondre



                          • Renata

                            11 Nov 2015 à 07:59

                            Bonjour Gilles
                            je ne crois pas, en tout cas je ne rien trouvé.
                            C’est pour cela que j’ai fait cette chronique … ;-))
                            Mais cette chronique n’inclut pas tout le reste du livre
                            Il est vraiment intéressant !
                            J’ai trouvé une vidéo où Malcolm Gladwell lit le livre (version audio), mais toujours en anglais…
                            https://youtu.be/58KS5nsnM2g

                            Répondre



                            • Agnes

                              11 Nov 2015 à 09:44

                              Je pense en effet qu’il n’y a que la pratique pour permettre d’exceller et décomposer l’effort à fournir en petites unités (une heure + une + heure +une heure) ça rend le défi moins impressionnant. Ainsi on peut se mettre au travail juste pour une heure et se dire, jour après jour, ah oui, j’ai vraiment progressé. Rien que le fait d’avoir accepter d’arrêter le temps pour faire ce qu’on a à faire, c’est déjà énorme. C’est d’autant plus vrai en dessin. Merci Renata de montrer que c’est possible en effet !

                              Répondre



                              • Renata

                                11 Nov 2015 à 10:07

                                Exact Agnès + + + + et hop on arrive ! ;-))
                                Merci Agnès pour ton commentaire

                                Répondre



                              • Taty Chantal

                                12 Nov 2015 à 10:49

                                Waouh 10 000 hrs cela peut paraitre un peu fou mais finalement, tout à fait réalisable 😉 surtout si on est passionné ! Un très bel article qui me parait bien résumer un chouette bouquin pour les nulles en anglais comme moi – Les histoires inspirantes que tu décris Renata me font penser à la scène et l’envers du décor : pour participer très modestement à un spectacle Cabaret tous les ans, sur la scène tout parait simple et beau aux yeux du spectateur ou si on regarde des émissions comme Danse avec Les Stars ou The Voice ou se produire nos stars préférées… Mais quand tu regardes les heures de répétition, tout le travail que cela représente, le fourmillement des coulisses pour donner le meilleur… là tu es dans la réalité ! Et je crois qu’il ne faut jamais oublier tout le travail qui se cache derrière une prestation y compris celui de nos blogs respectifs. Après, si je calcule que dans une année il y a 8760h non stop, que je bosse en moyenne 8h par jour environ 300j sur 365… (faut bien respirer et décompresser) cela me fait environ 2 400h de travail par an… soit 4ans pour arriver au sommet ! déjà une année de blogging de faite, me reste 3ans ça le fait !!! Et même peut être avant qui sait ? Mais restons dans quelque chose de réalisable hahaha – c’est un beau défi ! On se donne RV ?

                                Répondre



                                • Renata

                                  14 Nov 2015 à 12:10

                                  Merci Chantal!
                                  Oui on se donne RDV !
                                  A dans très peu de temps ;D
                                  Renata

                                  Répondre



                                • Fred

                                  12 Nov 2015 à 12:06

                                  Merci Renata
                                  C’est très intéressant et motivant même si la barre est haute! Bravo aussi pour ton super blog, j’adore cette vision artistique du monde

                                  Répondre



                                  • Renata

                                    12 Nov 2015 à 13:24

                                    Merciiiii Beaucoup Fred !!!

                                    Répondre



                                    • Pierre

                                      12 Nov 2015 à 16:43

                                      Très bel article Renata !

                                      Je ne connaissais pas cette règle des 10.000 heures ni son auteur, j’avais pour habitude de dire qu’il faut 10 ans pour devenir très bon dans son domaine, mais de parler en terme d’heures est bien plus significatif !

                                      En effet, pour certains, pratiquer une activité pendant 10 ans, cela peut être au rythme de 3 heures par semaines et pour d’autres ce sera 3 heures par jour ! Donc cette formule des 10.000 heures est très cohérente.
                                      Je ne sais pas si ce livre l’indique, mais je pense qu’en plus de ce nombre d’heures, on pourrait évoquer les méthodes pour apprendre plus vite et mieux, ainsi qu’apprendre à se programmer le cerveau de manière à être plus efficace et fonctionner en “multi-plans”.
                                      Par ailleurs, certains fonctionnements du cerveau différents donnent un avantage évident, comme le système arborescent spécifique aux “Zèbres” en alternative du système linéaire de la norme de la population.
                                      Je parle là non du niveau du QI mais d’une manière différente et plus efficiente de fonctionner.
                                      Mais dans tous les cas, le travail assidu est toujours la clé de sa réussite, que l’on soit ou non doué au départ et quelque soit le niveau d’intelligence ou sa forme !
                                      C’est bien ce qu’il s’agit de retenir en fin de compte !

                                      Merci encore Renata de ce super article bien travaillé et longue vie à ton si chouette blog !
                                      Pierre

                                      Répondre



                                      • Renata

                                        14 Nov 2015 à 12:11

                                        Merci Pierre pour ton long et gentil commentaire
                                        A très bientôt, je dois continuer à dessiner, bye bye
                                        Renata

                                        Répondre



                                      • Paul

                                        17 Nov 2015 à 10:43

                                        Merci pour ce bel article Renata!

                                        J’avais déjà entendu parler de cette règle (un peu “intimidante” des 10’000 heures).

                                        Elle est évidemment fondée (même si on peut discuter sur le nombre lui-même, qui dépendra certainement du domaine d’activité et des capacités individuelles)

                                        En tout, il est certain que c’est en pratiquant que l’on peut devenir bon. Et en devenant bon des opportunités se présentent, qui permettent de progresser davantage.

                                        Il s’agit d’un cercle vertueux. Mais on ne peut entrer dans ce cercle que si on le mérite. Et on le mérite lorsqu’on est prêt à s’y investir.

                                        Cela étant, il y a un « mais » selon moi…: si on s’investit dans un domaine dans lequel on n’a aucun talent, on aura beau travailler 10’000 heures, il y a peu de chances que l’on devienne une référence mondiale. On deviendra certainement très bon, peut-être excellent, mais très probablement pas la référence absolue sur le sujet / dans le domaine.

                                        Il convient donc d’abord de trouver ses zones de force, ses talents naturels. Et ensuite de s’y investir à fond afin de devenir une référence dans le domaine.

                                        Alors tout devient possible. Comme l’explique Tom Rath, dans son ouvrage « StrengthsFinder 2.0 », la réussite d’un individu et les résultats qu’il obtient sont fonction principalement de 2 facteurs : talents et travail.

                                        Je recommande très vivement à toute personne de passer le test contenu dans cet ouvrage. Cela m’a ouvert les yeux à bien des égards. En fait, ça a confirmé ce que je savais et ressentais déjà au plus profond de moi.

                                        Et si votre objectif est de créer une entreprise en vous basant (notamment) sur vos talents, vous pouvez me contacter. Ce serait d’ailleurs déjà une bonne idée d’apprendre les fondements d’une entreprise à succès en cliquant sur le lien suivant (avant de mon contacter): http://entrepreneurs100.com/

                                        Répondre



                                        • renata

                                          18 Nov 2015 à 22:33

                                          Merci Paul pour ton commentaire très intéressant.
                                          oui pour StrengthsFinder 2.0 , Olivier le conseille aussi
                                          mais… et si on sait déjà?
                                          je sais bien, je connais bien mes forces alors?
                                          cele me servirait à quoi?
                                          je sais je sais qu’on peut toujours apprendre plus, mais on peut aussi passer tous les tests graphos, numerologuiques, astros, morphopsy, syderaorologuiques et… etc etc etc
                                          et puis?
                                          Je pense que à mon age je / on devrait tous savoir qui nous sommes et où nous allons
                                          Merci Paul, un jour tu me raconteras
                                          merci pour ton temps

                                          Répondre



                                          • Justin

                                            24 Nov 2015 à 21:35

                                            Merci pour ce résumé. C’est agréable à lire.

                                            Voici un contre point de vue qui apporte quelques nuances: http://www.express.be/business/fr/hr/une-nouvelle-etude-met-en-pieces-la-theorie-des-10000-heures-de-pratique-dlibre-pour-parvenir-au-succs/206276.htm

                                            Répondre



                                            • Renata

                                              25 Nov 2015 à 16:55

                                              Merci Justin ! J evais vite lire ton article! ;-)))

                                              Répondre



                                              • Renata

                                                26 Nov 2015 à 11:47

                                                C’est intéressant. Effectivement il y a plein de contre études. Gladwell s’est basé sur l’étude d’Anders Ericsson avec un groupe d’étudiants en musique. Il y a aussi les théories de Tim Ferris qui dit que tout le monde peut apprendre tout en 6 mois…
                                                d’un côté il faut avoir de la passion pour travailler autant, on peut toujours beaucoup travailler sans passion. Puis on peut apprendre tout et n’importe quoi en peu de temps, mais très superficiellement… Puis c’est quoi le “niveau d’expertise”?
                                                une chose qui est vraie est ce que la majorité de cas, le lieu, la famille, l’année, le pays, tout cela a une grade influence dans ce que nous devenons.
                                                A très bientôt

                                                Répondre



                                              • Mes 10 000 heures

                                                24 Fév 2016 à 17:36

                                                […] écrit une chronique de ce livre sur le blog d’Olivier Roland – « Outliers: l’histoire du succès » (The Story of Success) par […]

                                                Répondre



                                                • emmerson

                                                  5 Août 2016 à 08:39

                                                  j’ai calculé que pratiquer une activité à raison d’une heure par jour tous les jours de l’année ( ce qui représente une gageure parfois) demanderait 27 ans et des brouettes….

                                                  Répondre



                                                  • Jean-seb

                                                    22 Jan 2018 à 20:33

                                                    J’avais déjà entendu parler de ce livre sur la chaine YouTube de Développement personnel d’auto-disciple.

                                                    Je suis le seul à trouver ça frustrant ? perso je veux continuer à m’amélioré en photo, dessin, graphisme, piano, guitare, vidéo, montage. Je me rend contre à 21 ans qu’une vie ne suffit pas, je me sens déjà vieux X’D

                                                    D’ailleurs je tiens à rappeler qu’il ne faut jamais se reposer sur ses acquis et toujours chercher la difficulté sinon le temps passé ne veut rien dire.

                                                    Répondre



                                                    • hYrtis

                                                      18 Avr 2019 à 21:12

                                                      Bonjour,
                                                      J’ai appris l’existence de cette théorie il y a dix jours. En aout 2016, J’ai décidé de commencer l’aprentissage du theremin (un instrument rare dont la pratique nécessite une absence de contact physique). Je suis tombée en amour pour l’instrument et ma vie a pris une autre dimention depuis qu il est entré dans ma vie. Jusqu à maintenant, je travaillais en moyenne deux à trois heures par jour même le dimanche (parfois plus la veille d un concert). Depuis que j’ai lu cette théorie, j’ai décidé de me tenir à une discipline plus stricte : minimum de quatre heures par jour (il m’arrive d en faire plus). Je suis à H-6701. Je vais m’y tenir tout en priant pour être un exemple de plus et non un contre exemple. Avec un peu de chance, je pourrai atteindre le niveau tant rêvé dans quatre ans et demie, ce qui n’est pas si long. Merci pour cet article passionnant.

                                                      Répondre




                                                      • […] Il faudrait 10.000 heures de pratique pour devenir un expert dans un domaine. Je vous invite à lire ce résumé pour en savoir plus sur l’ouvrage à l’origine de cette idée. Dans tous les cas, […]

                                                        Répondre




                                                        • […] Même en connaissant son sujet, un temps de recherche, de pratique, d’expérimentation et de documentation est inévitable. Et c’est ce qui a le plus ralenti mon travail. Pour vous donner une idée : les jours où je travaillais sans connexion Internet (à la Bibliothèque Universitaire de Nantes, ou en campagne à Lascaux), j’écrivais entre 15 et 22 mots par minute. Lorsque j’avais accès à Internet… 7 à 10 mots par minute seulement. […]

                                                          Répondre




                                                          • […] Même en connaissant son sujet, un temps de recherche, de pratique, d’expérimentat…. Et c’est ce qui a le plus ralenti mon travail. Pour vous donner une idée : les jours où je travaillais sans connexion Internet (à la Bibliothèque Universitaire de Nantes, ou en campagne à Lascaux), j’écrivais entre 15 et 22 mots par minute. Lorsque j’avais accès à Internet… 7 à 10 mots par minute seulement. […]

                                                            Répondre









                                                            Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

                                                            Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.