L’homme le plus riche de Babylone

résumée de l'homme le plus riche de babylone - Georges Clason

Phrase résumée de “L’homme le plus riche de Babylone” : Dix contes, sous forme de paraboles inspirantes pour l’homme moderne, dont le cadre est l’antique civilisation de Babylone, berceau historique de la finance, nous révèlent les secrets de la réussite et des succès des anciens, notamment les moyens simples de s’enrichir, de se libérer de ses dettes, de suivre le chemin de la prospérité pour soi et sa famille, et de préparer de quoi protéger ses vieux jours.

Par George S. Clason, 1926, 188 pages

Titre original : The Richest Man in Babylon

Chronique écrite par Jean, du blog La Vie Positive, dont l’objet est : « vivre une vie épanouie, réussir sa vie, atteindre le bonheur ».

Chronique et résumé de L’homme le plus riche de Babylone

Préface

La prospérité de la nation dépend de la prospérité financière de chacun d’entre nous.

Le livre traite du succès personnel, qui vient des réalisations produites par nos efforts et notre savoir-faire.

L’homme le plus riche de Babylone est un livre thérapeutique qui est également un guide financier pour aider les « bourses plates » à :

  • Acquérir de l’argent,
  • Le garder,
  • Le faire fructifier.

L’auteur souhaite que les contes qui se déroulent à Babylone, berceau des principes de base de la finance, soient une inspiration pour ses lecteurs.

Babylone devint la ville la plus riche du monde dans les temps anciens.

L’argent est la mesure du succès dans notre société. L’argent permet de jouir des meilleures choses de l’existence. L’argent abonde quand on connaît les moyens de l’acquérir.

L’argent est soumis aux mêmes lois qu’il y a 6000 ans à Babylone.

L’homme le plus riche de Babylone - George Clason

L’homme qui désirait de l’or

Bansir, le fabricant de chars de Babylone est découragé. Assis sur la muraille qui entoure sa propriété, il regarde tristement un char inachevé.

Sa femme l’observe, lui rappelle qu’il n’y a presque plus de nourriture, et qu’il devrait finir le char et le livrer pour être payé.

Quand son meilleur ami, Kobbi le musicien, vient pour lui demander deux shekels.

« Si j’avais deux shekels, répond Bansir, je les garderais car ce serait toute ma fortune. »

« Quoi ? Tu n’as pas un shekel et tu restes sans rien faire sur ta muraille ? »

« J’ai rêvé, dit Bansir, que j’étais riche, une bourse bien remplie, et que je lançais avec insouciance des shekels aux mendiants. Que j’avais de l’or, que j’étais confiant en l’avenir, achetant des atours à ma femme, et tout ce que je voulais pour moi-même.

Et à mon réveil, un sentiment de révolte m’a emporté, car je me suis rappelé que ma bourse était vide.

Sommes-nous de stupides moutons ? Nous vivons dans la ville la plus riche du monde. La richesse s’étale devant nous, mais de cette richesse nous n’avons rien.

Ta bourse est vide, tu veux, toi, mon meilleur ami, m’emprunter deux shekels, mais ma bourse est aussi vide que la tienne.

Qu’est-ce qui ne va pas ?

Pourquoi ne pouvons-nous pas acquérir plus d’argent et plus d’or ?

J’ai toujours travaillé, fabriquant les plus beaux chars de Babylone, espérant que les dieux m’apporteraient prospérité. Je m’aperçois qu’ils ne le feront jamais et je suis triste. »

« Je ne suis pas plus satisfait que toi, dit Kobbi, l’argent gagné avec ma lyre est vite dépensé. Je voudrais posséder une lyre assez grosse pour faire retentir la grandiose musique qui me vient à l’esprit. »

« Tu devrais avoir une telle lyre. Personne dans Babylone ne pourrait la faire résonner mieux que toi. Mais comment te la procurer ? Nous sommes aussi pauvres que les esclaves du roi. »

« Ne devrions-nous pas chercher à savoir comment les autres acquièrent l’or, et faire comme eux ? Interrogea Kobbi. »

« Il y a peut-être un secret que nous pourrions apprendre, si nous trouvions ceux qui le connaissent, répondit Bansir. »

« J’ai vu notre ami Arkad sur son char doré. C’est l’homme le plus riche de Babylone, dit Kobbi. Le roi a recours à son or pour les affaires du trésor. Arkad a un revenu qui garde continuellement sa bourse pleine. »

« Viens Kobbi, dit Bansir, allons voir Arkad pour l’interroger et partager sa sagesse. »

L’homme le plus riche de Babylone

Dans l’ancienne Babylone vivait un homme très riche nommé Arkad. Son immense fortune forçait l’admiration. Il donnait aux pauvres, à sa famille, dépensait beaucoup pour lui-même.

Et sa fortune s’accroissait plus rapidement qu’il ne pouvait dépenser chaque année.

Un jour, des amis vinrent le voir et lui demandèrent :

« Toi, Arkad, tu portes les plus beaux vêtements, tu te régales des mets les plus fins, alors que nous devons nous contenter de vêtir et nourrir nos familles.

Pourquoi le sort te choisit-il pour te faire profiter des bonnes choses de la vie et nous ignore-t-il, nous qui sommes également méritants ? »

« C’est que vous n’avez pas acquis plus que de quoi vivre. C’est que vous n’avez pas appris les règles qui permettent d’accéder à la richesse, ou que vous ne les avez pas appliquées, répondit Arkad.

Dans ma jeunesse, j’ai pris conscience que la richesse est un pouvoir. Elle permet :

  • d’acquérir les plus beaux objets,
  • de naviguer sur les mers lointaines,
  • de déguster les repas les plus fins,
  • d’acheter des parures d’or et de pierres précieuses,
  • de construire des temples pour les dieux.

Toutes ces choses qui procurent le plaisir des sens et la satisfaction de l’âme.

Je me suis donc promis que j’aurais toutes ces bonnes choses de la vie, que je ne me contenterais pas des objets ordinaires, moins chers, et que je ne resterais pas à l’écart, jalousant les riches.

Étant le fils de parents humbles, et n’étant pas plus doué que les autres, j’ai décidé que, pour obtenir tout ce que je voulais, je devais prendre du temps et me consacrer à l’étude.

Pour ce qui est du temps, tout le monde en a en abondance, vous aussi, vous en avez.

Quant à l’étude, il fallait que je trouve le moyen d’accumuler la richesse, et une fois trouvé, je devais l’appliquer et bien l’appliquer.

J’étais d’abord un simple scribe chez le maître de la ville, et un jour, Algamish, le très riche prêteur d’argent, vint commander une copie de la neuvième loi. Il voulait le travail terminé en deux jours.

Mais quand il revint, je n’avais pas fini et il se mit très en colère. J’osai alors lui demander :

« Dites-moi comment je peux devenir riche, et je travaillerai toute la nuit pour graver le restant du texte. »

Algamish sourit et accepta mon marché.

Au lever du soleil, le travail était achevé et il me dit :

« Tu as accompli ta partie du marché et je suis prêt à accomplir la mienne. J’ai trouvé le chemin de la richesse, quand j’ai décidé qu’une partie de tout ce que je gagnais devait m’appartenir. Il en sera ainsi pour toi. »

« C’est tout ?  Ai-je demandé. Mais, tout ce que je gagne, je peux le garder. »

« Loin de là, dit-il, ne paies-tu pas le couturier, le sandalier, ta nourriture, ton logement ? Nigaud ! Tu paies tout le monde, excepté toi.

Si tu gardes un dixième de ce que tu gagnes, tu auras en dix ans, l’équivalent de ce que tu gagnes en un an. Plus tout ce que t’aura rapporté ton épargne qui travaille pour toi.

Je te paie aujourd’hui ta nuit de travail mille fois plus que ce que tu penses. Aie l’intelligence de saisir la vérité que je te présente. »

Je décidai donc d’appliquer ce principe. Chaque fois que j’étais payé, je cachais une pièce de cuivre sur dix. Et curieusement, il ne me manquait pas plus d’argent qu’auparavant.

Après quelques erreurs dans la gestion des sommes accumulées, Algamish revint me voir et vérifia que j’avais correctement suivi ses conseils.

« Arkad, tu as bien appris ta leçon. Tu as d’abord appris à vivre avec moins que ce que tu pouvais gagner. Ensuite, tu as appris à demander l’avis de ceux qui ont l’expérience et qui sont prêts à la partager. Enfin, tu as appris à faire travailler l’or pour toi.

  • Acquérir l’argent,
  • le garder,
  • l’utiliser.

Tu es donc compétent, et je te propose un poste à responsabilités. Je vieillis. Mes fils pensent à dépenser et ne pensent jamais à gagner. Tu vas aller à Nippur t’occuper de mes terres, tu seras mon partenaire, et tu partageras mes biens. »

« Comme j’avais appris les trois règles de la gestion de la richesse, j’ai pu beaucoup augmenter la valeur de ses biens. »

Ainsi parla Arkad.

Un de ses amis lui dit : « tu as eu de la chance d’hériter d’Algamish. »

« De la chance seulement en ce que j’avais le désir de prospérer avant de le rencontrer, dit Arkad. ».

« Tu as eu de la volonté de continuer après avoir perdu toutes tes économies de la première année. »

« Volonté ! Quelle absurdité ! dit Arkad, ce n’était que la détermination inflexible de mener à bien le travail que je m’étais imposé. »

Un autre ami dit : « si ce que tu dis est vrai et que c’est raisonnable, alors tous les hommes pourraient le faire, et il n’y aurait pas assez de richesses pour tout le monde. »

« La richesse s’accroît chaque fois que les hommes dépensent leur énergie, et ce de façon magique. Aucun homme ne peut prédire sa limite, répondit Arkad.

Appliquez les principes de sagesse d’Algamish et dites-vous : une partie de ce que je gagne me revient, et je dois la garder.

Prenez pour vous la portion qui vous semble sage, pas moins d’un dixième. Cette part grandira et vous aurez l’agréable sensation de posséder un trésor au bout d’un certain temps.

Les bénéfices s’accroissent, les pourcentages aussi, vos profits augmentent. Apprenez à faire travailler votre trésor pour vous. Faites de lui votre esclave.

Consultez les avis des hommes sages, qui chaque jour gèrent l’argent et vous éviteront les erreurs. »

UNE PARTIE DE TOUT CE QUE VOUS GAGNEZ VOUS REVIENT, CONSERVEZ-LA.

L’homme le plus riche de Babylone - George Clason

Les sept moyens de remplir une bourse vide

 

Quand le roi Sargon revint à Babylone après avoir vaincu les Etamites, il trouva une situation grave. Le chancelier royal lui en expliqua la raison :

« Après plusieurs années de prospérité, le peuple semble incapable de subvenir à ses besoins. Les travailleurs sont sans emploi, les marchands n’ont que de rares clients, le peuple n’a pas assez d’or pour acheter de la nourriture. Seul un petit nombre d’hommes profite des richesses. »

« Pourquoi ? demanda le roi. »

« Parce qu’ils savent comment faire pour s’enrichir, on ne peut pas condamner ceux qui réussissent. »

« Pourquoi tous les gens ne pourraient-ils pas apprendre comment amasser de l’or et devenir prospères ? dit Sargon. Et qui connait le mieux la façon de devenir riche ? »

« C’est Arkad »

« Amène-le demain auprès de moi. »

Le lendemain, Arkad est devant le roi.

«  Arkad, dit le roi, notre ville est en très mauvaise posture, parce que peu d’hommes connaissent la façon d’acquérir la richesse. Je veux que Babylone soit la ville la plus riche au monde.

Nous devons donc apprendre à toute la population comment acquérir ces richesses.

Enseignerais-tu ta science à un groupe d’enseignants qui pourraient l’enseigner à d’autres jusqu’à avoir un nombre de maîtres suffisant pour la transmettre à tous les sujets valeureux de mon royaume ? »

Arkad accepta.

Dans la grande salle du temple de la connaissance du roi, 100 personnes choisies étaient prêtes à écouter Arkad.

« A vous qui êtes devant moi, j’expliquerai, chaque jour pendant sept jours, les sept moyens de garnir une bourse vide. »

Le premier moyen

Arkad demanda à chacun quel était son métier.

« Parce que vous avez tous un travail et un salaire, vous avez les avantages que j’avais pour réussir. Vous voyez qu’il y a plusieurs emplois grâce auxquels les hommes peuvent gagner de l’argent. Chacune des façons d’en gagner est un filon d’or dont le travailleur doit détourner une partie dans sa propre bourse.

Si chacun d’entre vous veut acquérir une fortune, n’est-il pas sage de commencer à utiliser cette source de richesse déjà établie ? »

Arkad s’adressa au marchand d’œufs :

« Si vous choisissez un de vos paniers et y mettez chaque matin dix œufs et en retirez neuf tous les soirs, qu’arrivera-t-il ? »

« Un jour viendra où il débordera, parce que tous les jours, je mets un œuf de plus que j’en retire, répondit le marchand ».

« Voilà, chers étudiants, le premier moyen que j’ai découvert pour garnir une bourse vide, c’est de faire ce que j’ai suggéré pour les œufs, pour chaque dix pièces que vous récoltez, n’en dépensez que neuf. »

Les lecteurs de cet article ont également lu :  10 livres à offrir pour changer une vie

Le deuxième moyen

Contrôlez vos dépenses.

« Chers étudiants, certains d’entre vous m’ont demandé comment économiser le dixième de ses gains, s’ils ne suffisent pas à couvrir les dépenses obligatoires.

Vous avez tous votre bourse peu remplie. Pourtant, vous ne gagnez pas tous la même chose. Certains gagnent beaucoup plus que d’autres, certains ont plus de bouches à nourrir.

Je vais vous dire la vérité : les dépenses dites obligatoires augmentent toujours en proportion de notre revenu.

Ne confondez pas dépenses obligatoires et vos désirs. Vous avez avec votre famille toujours plus de désirs que vos gains ne peuvent satisfaire. Tous les hommes ont des désirs qu’ils ne peuvent satisfaire.

Étudiez attentivement vos habitudes de vie et vous découvrirez que la plupart des dépenses acceptées comme obligatoires pourraient être réduites ou éliminées.

Choisissez les dépenses qui sont vraiment obligatoires et celles qui sont possibles à l’intérieur des neuf dixièmes de votre revenu. Laissez le dixième qui grossit votre bourse être votre grand désir qui se comble. Le but du budget est d’aider votre bourse à grandir.

Voici donc, chers étudiants, le deuxième moyen de garnir votre bourse. Budgétez vos dépenses de manière à payer vos dépenses inévitables et vos loisirs, sans dépenser plus que les neuf dixièmes de vos gains. »

Le troisième moyen

Faites fructifier votre or.

Voilà que votre fortune s’accumule. Vous avez contrôlé vos dépenses pour mettre de côté le dixième de ce que vous gagnez. L’or conservé dans une bourse contente celui qui la possède mais ne rapporte rien.

Voyons comment mettre votre or au travail.

Mon premier investissement profitable fut un prêt que j’accordai à Aggar, un fabricant de boucliers. Il achetait chaque année de grandes quantités de métal pour fabriquer des armes, et comme il n’avait pas assez de capitaux pour payer les marchands, il empruntait à ceux qui en avaient.

Chers étudiants, la richesse d’un homme n’est pas dans l’or de sa bourse, elle se trouve dans le revenu qui continue à rapporter, que vous soyez au travail ou en voyage.

Voilà que mes humbles gains avaient engendré un tas d’esclaves dorés, tous travaillant et gagnant plus d’or.

Voilà donc le troisième moyen de remplir sa bourse : mettre chaque pièce au travail pour qu’elle se reproduise et faire de votre revenu le ruisseau de la richesse qui continuera à alimenter votre fortune.

L’homme le plus riche de Babylone - George Clason

Le quatrième moyen

Protégez votre trésor contre la perte.

Le premier principe de l’investissement consiste à assurer la sécurité de votre capital.

Étudiez soigneusement la situation avant de vous séparer de votre trésor, assurez-vous qu’il puisse être réclamé en toute sécurité.

Avant de prêter votre or à n’importe qui, assurez-vous que votre débiteur est capable de vous rembourser et qu’il a une bonne réputation à cet effet.

Voici donc le quatrième moyen de garnir votre bourse, protégez votre trésor contre la perte en investissant seulement là où votre capital est en sécurité, où il peut être réclamé au moment désiré, et où vous toucherez un intérêt convenable.

Consultez les hommes sages qui sont expérimentés dans la gestion rentable de l’or.

Le cinquième moyen

Faites de votre propriété un investissement rentable.

Trop de familles vivent dans des quartiers malfamés, et paient aux propriétaires des loyers trop élevés pour des pièces sans espace.

Une famille a besoin d’un terrain où planter de bonnes herbes pour la cuisine, et où les enfants puissent jouer.

Quel contentement de manger les figues et les raisins de son jardin !

Je recommande que chaque homme possède un toit pour loger sa famille.

Chers étudiants, vous pouvez emprunter de quoi fabriquer votre maison et quand elle est bâtie, vous payez le prêteur avec la même régularité que vous payez votre loyer. Après quelques années, vous possèderez une propriété de valeur, sans plus rien avoir à payer sinon les taxes du roi.

Voici donc le cinquième moyen de garnir votre bourse, posséder votre propre maison.

Le sixième moyen

Assurez-vous un revenu pour l’avenir.

La vie de chaque homme se déroule de l’enfance jusqu’à la vieillesse. Il appartient à l’homme de prévoir un revenu convenable pour les jours où il ne sera plus jeune, et où il ne pourra plus réconforter sa famille et subvenir à ses besoins.

On peut acheter des maisons et des terres dans ce but. Si elles sont judicieusement choisies, elles ont une valeur qui s’accroît, et leurs bénéfices ou leur vente rapporteront conformément aux objectifs fixés.

On peut aussi verser un petit versement régulier au prêteur, qui avec le temps et les intérêts produira de profitables résultats.

Voici donc le sixième moyen de garnir votre bourse, prévoyez des revenus pour plus tard, et assurez la protection de votre famille.

Le septième moyen

Augmentez votre habileté à acquérir des biens.

Un jeune homme vint me voir pour emprunter en me disant qu’il ne gagnait pas assez d’argent pour faire face à ses dépenses. Je lui rétorquai qu’il n’était pas un bon client pour le prêteur.

Il me dit que son employeur ne pouvait pas l’augmenter.

Bien que simpliste dans son idée, il avait en lui le grand désir de gagner plus, un désir juste et souhaitable.

Le désir doit précéder l’accomplissement. Vos désirs doivent être forts et bien définis. Des désirs vagues ne sont que de faibles souhaits. Le seul désir d’être riche n’a aucune valeur.

L’homme qui désire acquérir cinq pièces d’or a un désir tangible qu’il peut réaliser. Une fois ces cinq pièces acquises et mises en sécurité, il peut trouver des moyens semblables pour obtenir dix pièces, puis vingt, puis plus tard mille pièces d’or.

Et voilà qu’il est devenu riche.

Les désirs doivent être, au départ, petits et clairement définis. S’ils sont trop nombreux, confus, ou au-dessus des forces de l’homme, c’est l’échec assuré.

Voilà comment l’homme apprend et devient plus habile.

Donc, le septième et dernier moyen de faire fortune consiste à cultiver ses facultés intellectuelles, à étudier et à devenir plus sage et plus instruit, à agir en se respectant soi-même.

Voilà les sept moyens de faire fortune, tirés d’une longue et prospère expérience de vie.

Allez de l’avant et mettez en pratique ces vérités, prospérez et devenez riches.

Allez de l’avant et enseignez ces vérités à tous les honnêtes sujets de Sa Majesté, qui partageront les grandes richesses de Babylone.

La déesse chance

Si un homme a de la chance, il est impossible de prédire la grandeur de sa richesse. Lancez-le dans l’Euphrate, et il en ressortira avec une perle à la main. Proverbe babylonien.

Le désir d’avoir de la chance était aussi présent dans le cœur des hommes d’il y a quatre mille ans que dans le cœur des hommes d’aujourd’hui.

Dans l’antique Babylone, il n’y avait ni école ni collège, mais il y avait un centre d’apprentissage, qui était le Temple de la Connaissance.

Des professeurs volontaires y expliquaient la sagesse des temps passés, et des sujets d’intérêt populaire y étaient discutés.

« De quoi discutons-nous ce soir ? dit Arkad. »

Un tisserand se leva et prit la parole :

« Aujourd’hui, j’ai eu la chance de trouver une bourse pleine de pièces d’or. J’aimerais beaucoup continuer à avoir de la chance ainsi. Je suggère que nous débattions de la manière d’attirer la chance. »

« Sujet passionnant, dit Arkad. Pour certains la chance n’arrive que par hasard. D’autres croient en la bonne déesse Ishtar. Qu’en pensez-vous mes amis ? »

Un jeune homme se leva :

« Quand on parle de chance, on pense aux salles de jeu. J’admets ne pas y avoir obtenu les faveurs de la déesse. »

Arkad sourit :

« La déesse se plaît à aider les gens dans le besoin et ceux qui travaillent dur. Je la cherche non pas dans les salles de jeu ou aux courses de chevaux, mais là où les hommes agissent et méritent d’être récompensés.

Je vois plutôt la chance comme une bonne occasion se présentant au travailleur honnête, de faire un profit ou une bonne transaction.

La situation au jeu est inversée, car les chances se retournent contre l’homme et vont toujours au propriétaire de la salle de jeu.

D’ailleurs, nous ne connaissons personne qui a fait une fortune durable avec cette activité bien trop risquée. »

Un marchand âgé se leva à son tour :

« La chance peut s’approcher d’un homme et celui-ci peut la laisser s’échapper sans le vouloir, à son plus grand regret. C’est ce qui m’est arrivé.

Un ami avait imaginé acheter une terre aride, construire une roue actionnée par des bœufs pour y amener l’eau, puis en vendre des parcelles aux citadins souhaitant jardiner.

Mon père me dit d’investir le dixième de mes gains dans cette affaire profitable. Je trouvais l’idée excellente, mais j’étais jeune, et j’ai préféré acheter de beaux vêtements pour ma femme et moi.

L’entreprise s’est avérée très rentable par la suite, et je n’avais pas su saisir cette chance qui s’était présentée à moi. »

« La chance attend et vient à l’homme qui saisit l’occasion, commenta un homme du désert. »

Arkad se retourna vers le tisserand :

« Tu vois, la chance n’est pas quelque chose de désirable, qui peut arriver à l’homme sans effort de sa part. Tu as compris les vérités apportées par notre discussion.

La chance prend souvent la forme d’une occasion qu’il vous faut saisir au bon moment.

Ce sont les hommes d’action, prompts à saisir les opportunités et à en tirer le meilleur parti, que préfère la déesse chance. »

LES HOMMES D’ACTION SONT FAVORISÉS PAR LA DÉESSE CHANCE

Les cinq lois de l’or

Le vieux Kalabab raconte à ses serviteurs l’histoire de Nomasir, le fils d’Arkad.

Arkad était l’homme le plus riche de Babylone. Son fils Nomasir vivait chez ses parents en attendant d’hériter. Lorsqu’il eut droit à sa part, Arkad lui dit :

« Mon fils, je veux que tu hérites de mes biens, mais avant, tu dois prouver que tu es capable de les gérer sagement.

Parcours le monde, montre ton habileté à acquérir de l’or et à te faire respecter des hommes.

Je te donne deux choses que je n’avais pas quand j’ai commencé à amasser ma fortune : ce sac d’or, et cette tablette d’argile où sont inscrites les cinq lois de l’or.

Dans dix ans, tu reviendras et tu me rendras compte de tes actes. Si tu as prouvé ta valeur, je te ferai mon héritier. Sinon, je donnerai mes biens aux prêtres pour qu’ils prient pour mon âme auprès des dieux. »

Les dix années passèrent et Nomasir, accompagné de sa femme et de ses deux jeunes fils, revint à la maison de son père et rendit compte de ses actes à ses parents.

« Mon père, je m’incline devant votre sagesse, commença Nomasir. Je dois bien admettre que j’ai très mal géré l’or que vous m’aviez confié. Inexpérimenté, j’ai tout perdu en affaires incertaines. J’ai vendu mes chevaux, mon esclave, mes beaux habits pour acheter de quoi manger.

Et je me suis souvenu de la tablette dont je lis aujourd’hui pour l’auditoire rassemblé devant moi, les mots pleins de sagesse :

LES CINQ LOIS DE L’OR

I. « L’or vient volontiers, en quantités toujours plus importantes, à l’homme qui met de côté non moins du dixième de ses gains pour créer un bien en prévision de son avenir et de celui de sa famille. »

II. « L’or travaille diligemment et de façon rentable pour le sage possesseur qui lui trouve une utilisation profitable, se multipliant même comme les troupeaux dans les champs. »

III. « L’or demeure sous la protection du possesseur prudent, qui l’investit selon les conseils des hommes sages. »

IV. « L’or échappe à l’homme qui l’investit sans but dans des entreprises avec lesquelles il n’est pas familier ou qui ne sont pas approuvées par ceux qui connaissent la façon d’utiliser l’or. »

V. « L’or fuit l’homme qui le forcerait à rapporter d’impossibles gains ou qui suivrait le conseil séduisant des fraudeurs et des trompeurs ou qui se fierait à sa propre inexpérience et à ses désirs romantiques d’investissement. »

J’ai donc suivi la première loi et mis de côté une pièce de mes premiers gains, en tant que chef d’une équipe d’esclaves, pour construire le nouveau mur de la ville de Ninive.

Puis, le maître des esclaves m’a proposé d’acheter du métal à plusieurs, en vue de la fabrication des portes de la ville.

J’ai accepté aussi, en tant que membre du même groupe d’investisseurs, de participer à d’autres entreprises très profitables.

Ces hommes étaient sages pour gérer avantageusement l’or. Ils discutaient chaque plan et ne prenaient pas de risques de perdre le capital.

J’ai appliqué maintes fois la sagesse des cinq lois de l’or, qui se sont révélées justes à chaque fois.

Voici mon père, un sac d’or pour remplacer celui que vous m’aviez donné, et deux autres en échange de la tablette d’argile dont je considère qu’elle vaut beaucoup plus que l’or.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Prenez la responsabilité de vos finances

Grâce à votre sagesse, j’ai pu devenir riche, et respecté des hommes. »

Ayant terminé son récit, Kalabab conclut :

« La force de vos propres désirs contient une puissance magique. Guidez cette puissance grâce à la connaissance des cinq lois de l’or, et vous aurez votre part des richesses de Babylone. »

Le prêteur d’or de Babylone

Rodan vient de gagner cinquante pièces d’or. Le roi lui en fait cadeau, tant il est content du dessin des fers de lance de la garde royale que lui a soumis Rodan.

Rodan va voir Mathon, le prêteur d’or de Babylone, pour lui demander conseil. Il ne sait pas quoi faire. Sa sœur veut emprunter cet or pour son mari, afin qu’il devienne un marchand prospère.

« Mon ami, lui dit Mathon, l’or apporte à son possesseur une responsabilité et change son statut face à ses compagnons. Il suscite la peur de le perdre, ou d’être trompé. Il provoque la puissance et la capacité de faire le bien. Il fournit ainsi des occasions de causer des difficultés.

Si tu désires aider un ami, fais-le de façon à ce que les tâches et les problèmes de celui-ci ne retombent pas sur toi.

En outre, le prêteur ne doit-il pas être sage, et juger soigneusement si son or peut remplir un but utile pour l’emprunteur, et lui revenir ?

Ne doit-il pas estimer si cet or ne sera pas perdu par celui, accablé de dettes et incapable de l’utiliser sagement et de le rembourser ?

Les emprunteurs les plus sûrs sont ceux dont les possessions ont plus de valeur que leur prêt. Le prêt est basé sur la propriété.

Il y a aussi ceux, comme toi, qui travaillent et qui sont payés. Le prêt est, dans ce cas, basé sur l’effort humain.

Si le mari de ta sœur venait me voir pour emprunter cinquante pièces d’or, je lui demanderais dans quel but. S’il répondait : devenir marchand, je l’interrogerais sur les connaissances qu’il a de ce métier. Sait-il où acheter au meilleur prix, où vendre pour faire un bénéfice ?

Pourrait-il répondre à ces questions ? »

« Non, dit Rodan. »

« Dans ce cas, je lui dirais que son but n’est pas sage. Les marchands doivent être compétents pour réussir. Son ambition, bien que louable, n’est pas logique. Je ne lui prêterais pas.

Va dire à ta sœur que, si son mari te soumet un plan sage et réalisable que tu me montreras, tu ne lui prêteras que tes économies d’une année entière, pour qu’il puisse prouver qu’il est capable de réussir.

Toi, Rodan, tu as beaucoup d’or aujourd’hui. Deviens un sage prêteur comme moi, conserve ton trésor. Il te rapportera des intérêts et sera une source abondante de plaisirs. Mais si tu le laisses échapper auprès de mains malhabiles, il sera une source de peines et de regrets.

Avant de partir, lis ce que j’ai gravé sur mon coffre à gages. C’est une vérité autant pour l’emprunteur que pour le prêteur.

UN PEU DE PRUDENCE VAUT MIEUX QU’UN GRAND REGRET.

L’homme le plus riche de Babylone - George Clason

Les murs de Babylone

Le vieux Banzir, guerrier farouche d’autres temps, montait la garde sur la passerelle au sommet des murs de Babylone.

De vaillants soldats défendaient l’accès aux murs. L’existence de la grande cité et de ses centaines de milliers d’habitants en dépendait.

Alors que le roi menait une grande expédition à l’est contre les Alamytes, les armées assyriennes attaquaient Babylone depuis trois jours, et concentraient maintenant leurs forces contre cette partie du mur et cette porte.

Un marchand âgé implora Banzir pour s’assurer que l’ennemi n’allait pas entrer dans la ville.

« Calme-toi, les murs de Babylone sont solides et nous protègent, répondit Banzir. »

Une femme tenant un bébé demanda à Banzir de lui dire la vérité sur l’issue du combat.

« Retourne chez toi. Les portes résisteront aux béliers. Ceux qui escaladent les murs sont attendus par une lance, dit Banzir. »

Une petite fille apeurée, tira la ceinture de Banzir pour savoir ce qu’allaient devenir sa mère, son petit frère, le bébé.

« N’aie pas peur, petite, lui dit-il. Les murs de Babylone vous protégeront. C’est pour la sécurité des gens comme toi que la bonne reine Sémiramis les a fait construire, il y a cent ans. »

La cinquième nuit de la quatrième semaine, une immense clameur s’éleva chez les défenseurs. Les sentiments de peur réprimés pendant des semaines se transformaient en cris de joie.

Les murs de Babylone avaient, une fois de plus, repoussé de terribles ennemis.

Les murs de Babylone illustrent bien les besoins de l’homme et son désir d’être protégé. Ce désir est aussi fort aujourd’hui qu’autrefois.

Aujourd’hui, les assurances, les comptes d’épargne, les investissements fiables nous protègent.

NOUS NE POUVONS PAS NOUS PERMETTRE DE VIVRE SANS ÊTRE PROTEGES DE FAÇON APPROPRIÉE.

Le marchand de chameaux de Babylone

Tarkad, le fils d’Azure n’a avalé que deux figues en deux jours. Il fait les cent pas devant l’auberge, espérant emprunter à quelqu’un une pièce pour se payer un bon repas.

Soudain, il voit Dabasir, le marchand de chameaux à qui il doit de l’argent.

« Ha, Tarkad, peut-être vas-tu me rendre les deux pièces de cuivre et la pièce d’argent que je t’ai prêtées. »

« Je regrette, bafouille en rougissant Tarkad, je ne peux pas, je ne les ai pas. »

« Alors, trouve ces pièces et rembourse le vieil ami de ton père qui t’a aidé quand tu étais dans le besoin ! La malchance poursuit l’homme qui pense plus à emprunter qu’à rembourser. Viens avec moi, garçon, j’ai faim, je vais te raconter une histoire pendant que je mange. »

Le cœur de Tarkad défaille. Il doit s’asseoir devant cet homme qui va dévorer un gigot de chèvre.

Des convives, attirés par l’histoire de Dabasir, viennent s’asseoir en arc de cercle. Ils mangent bruyamment, Tarkad est le seul à n’avoir aucune nourriture.

« L’histoire que je vais vous conter, relate ma jeunesse et comment j’en vins à être marchand de chameaux.

Sans expérience, je ne savais pas que celui qui dépense plus qu’il ne gagne, sème les vents de l’inutile indulgence envers soi, qui deviennent vite des tourbillons de problèmes et d’humiliation.

J’ai dépensé sans compter, et le nombre de mes créanciers a très vite augmenté. Je ne pouvais plus rembourser toutes mes dettes. Les choses allaient de mal en pis, et j’ai fui Babylone.

Je ne me rendais plus compte à quel niveau de dégradation j’étais tombé, et je me suis associé à un groupe de voleurs des caravanes de marchands. Mes butins étaient vite gaspillés. Puis attaqué par les protecteurs des marchands, dépouillé de tout, je fus vendu comme esclave.

Mon maître, un chef du désert syrien, m’a amené devant ses quatre femmes, pour lesquelles je devais être eunuque.

Je me trouvais debout, effrayé par ces quatre femmes qui m’observaient. La plus vieille, Sira, me parla d’une voix froide et me fit comprendre qu’elle cherchait des gardiens de chameaux. J’ai donc été donné à Sira pour la conduire en chameau partout où elle le souhaitait.

Je lui dis que je n’étais pas esclave de naissance, mais elle me fit remarquer que je ne pouvais être un homme libre puisque ma faiblesse m’avait conduit à ma situation.

Je lui racontais que cette situation venait du fait que je n’avais pas remboursé mes dettes.

Un jour, elle me demanda si j’avais l’âme d’un homme libre ou l’âme d’un esclave. Je lui rétorquai que j’avais l’âme d’un homme libre.

« Je te donne alors l’occasion de prendre deux chameaux et de te sauver, et la chance de le prouver en faisant tout pour rembourser tes dettes. »

J’ai dû traverser le désert, j’ai failli mourir avec mes chameaux, mais l’idée que mes dettes étaient mes ennemies et que les hommes à qui je les devais étaient mes amis, car ils m’avaient fait confiance, m’aida à retrouver la route de Babylone.

Parce que l’âme d’un homme libre regarde la vie comme une série de problèmes à résoudre, et les résout. Je m’en allais conquérir mes ennemis et récompenser mes amis.

Et toi, Tarkad, as-tu déjà pris le chemin qui mène au respect de toi-même ?

As-tu le désir de régler tes dettes et d’être un homme respecté à Babylone ? »

« Tu m’as montré le chemin, dit Tarkad tout ému, je sens déjà monter en moi l’âme de l’homme libre. »

Dabasir finit son récit par ces mots :

« J’étais déterminé à payer toutes mes dettes. J’ai demandé à Mahon le prêteur de m’établir un plan de remboursement que j’ai suivi jusqu’au bout. Et mes créanciers sont redevenus mes amis. »

Ainsi Dabasir, le marchand de chameaux avait compris une grande vérité, une vérité appliquée par les hommes sages de son époque, et qui avait aidé nombre d’hommes à surmonter les difficultés et à connaître le succès. Elle appartient à celui qui lit ces lignes.

LORSQU’ON EST DÉTERMINÉ, ON TROUVE LES MOYENS.

Les tablettes d’argile de Babylone

Alfred Shrewsburry, du département d’archéologie du collège St Swithin de l’université de Nottingham, fait un courrier, le 21 octobre 1934, au professeur Franklin Caldwell, de l’expédition scientifique britannique, à Hillah en Mésopotamie.

Le professeur a découvert dans les fouilles de Babylone cinq tablettes d’argile, et les a expédiées à Alfred Shrewsburry pour les lui faire traduire.

Dans la lettre d’accompagnement de la traduction, ce dernier lui dit qu’il a reçu le colis en bon état, qu’il a été fasciné par ces tablettes, et qu’il a eu beaucoup de plaisir à les traduire.

C’est le contenu du texte qui l’a surpris, car il révèle les difficultés d’un nommé Dabasir pour rembourser ses dettes. De plus, ce vieux Dabasir explique le moyen, inconnu d’Alfred Shrewsburry, de payer ses dettes et même d’acquérir de l’or et de garnir son porte-monnaie.

Alfred Shrewsburry termine sa lettre en disant que sa femme et lui vont appliquer ce moyen à leurs propres finances.

Traduction des tablettes

Tablette n°1

Moi Dabasir, qui viens de sortir d’esclavage de Syrie, déterminé à rembourser mes dettes et à devenir un homme riche et digne de respect dans ma ville natale de Babylone, grave dans l’argile un dossier permanent de mes affaires.

Je suis déterminé à suivre un plan précis qui comprend trois buts.

Premièrement, le dixième de tout ce que je gagne sera mis de côté et constituera un bien que je garderai.

Deuxièmement, les sept dixièmes de tout ce que je gagne me permettront de subvenir aux besoins de la maison, de la nourriture et de l’habillement, et je ne dois jamais dépenser plus.

Tablette n°II

Troisièmement, le plan prévoit que mes dettes soient payées à même mes gains.

Les deux dixièmes de mes gains seront partagés honorablement et avec justice, entre ceux qui m’ont fait confiance et qui m’ont prêté.

Je grave ici les hommes avec qui je suis en dette.

Tablette n°III

Je dois à tous mes créanciers la somme totale de cent dix-neuf pièces d’argent et cent quarante et une pièces de cuivre.

Certains acceptent ce plan, d’autres m’insultent et réclament l’intégralité du prêt.

Je traite impartialement avec tous.

Tablette n°IV

J’ai travaillé dur avec mon commerce de chameaux et j’ai gagné dix-neuf pièces d’argent.

J’ai divisé la somme suivant mon plan, et au bout d’une lune, j’ai réduit ma dette de quatre pièces d’argent. Et je possède deux pièces d’argent que j’ai mises de côté.

Mes créanciers sont mieux disposés à mon égard.

Ce plan a une valeur immense. N’a-t-il pas fait un homme honorable d’un ancien esclave ?

Tablette n°V

Mes créanciers me parlent avec déférence. Certains ne sont plus méchants avec moi.

Ce plan a fait mon succès, il m’a rendu capable de payer toutes mes dettes et fait sonner l’or et l’argent dans mon sac.

Je le recommande à ceux qui veulent aller de l’avant.

Le Babylonien le plus favorisé par la chance

Sharru Nada, le prince marchand de Babylone, avançait fièrement à la tête de sa caravane.

Il ramenait de Damas un jeune homme, Hadan Gula, le petit fils de son ancien partenaire, Arad Gula, à qui il vouait une gratitude infinie.

« Pourquoi travaillez-vous si dur, lui demande Hadan Gula, faisant toujours de longs voyages avec votre caravane ?

Si j’avais votre fortune, je dépenserais mes shekels à jouir de la vie. Le travail est fait pour les esclaves.

J’ai toujours voulu vivre à Babylone, la ville où mon grand-père a fait sa fortune. Hélas, mon père et moi, ne connaissons pas son secret pour attirer les shekels d’or. »

Sharru Nada ne répondit pas. Trois vieillards labouraient un champ, et il les reconnut.

« Il y a quarante ans, ils retournaient le même champ. Le bon vieux Meggido, enchaîné avec moi, s’était moqué d’eux. »

« Avez-vous dit que Meggido était enchaîné avec vous ? demanda Hadan Gula surpris. »

« Oui, nous portions un collier de bronze autour du cou, et une lourde chaîne nous reliait l’un à l’autre.

J’ai été esclave, mon frère avait tué son ami, et j’ai été asservi à sa veuve pour éviter des poursuites légales. Quand mon père n’a pas pu payer ma libération, la veuve m’a vendu au marchand d’esclaves.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Comment je suis devenue rentière en 4 ans

Meggido me disait qu’il aimait travailler car le travail lui avait apporté de bonnes choses.

Il nous fallait dire que nous faisions du bon travail pour un bon maître. Ainsi, nous aurions une chance d’être achetés dans de bonnes conditions, et sans être battus.

Certains hommes détestent le travail, en font leur ennemi. Meggido, lui, en avait fait son ami et il me fit promettre que, si j’avais un maître, je travaillerais aussi dur que possible.

Un fermier s’approcha de nous, et nous regardait d’un œil intéressé. Meggido l’interrogea sur sa ferme et ses récoltes, et le convainquit qu’il lui serait d’une grande utilité. Il suivit bientôt son nouveau maître et disparut.

Un gros homme se dirigea vers nous, et demanda s’il y avait un pâtissier parmi nous. Je lui soumis l’idée qu’avec ses compétences, il pourrait me former, et que, comme j’étais jeune et que j’aimais travailler, je ferais de mon mieux pour garnir sa bourse d’or et d’argent.

A ma grande joie, le marché fut conclu avec le marchand d’esclaves, et je m’éloignai avec Nana-naid, mon nouveau maître.

Il m’enseigna comment moudre l’orge, comment monter un feu dans le four, comment pétrir le pain, et faire des gâteaux au miel.

Puis, je lui proposai de vendre des gâteaux aux hommes affamés de la ville, ce sur quoi Nana-naid accepta de me reverser une petite part des bénéfices.

Me promenant chaque jour avec mon plateau, j’ai rapidement trouvé des clients réguliers. Et Nana-naid, bien content de mon succès, me donna volontiers ma part de gains, que je conservais dans un sac.

Meggido avait raison de dire qu’un maître apprécie le bon travail de ses esclaves.

Un de mes clients n’était autre que ton grand-père, Arad Gula, qui apprécia mon dynamisme, mon goût du travail bien fait et ma volonté d’économiser.

Il devint mon ami, et bien plus tard, après bien des aventures, je le retrouvai. Il m’attendait dans la cour de la maison de mon maître. Il m’embrassa comme un frère, et m’annonça qu’il avait besoin d’un partenaire pour ses affaires à Damas, tout en brandissant une tablette d’argile portant mon titre.

Mes yeux se remplirent de larmes de reconnaissance envers Arud Gula. Grâce à lui, j’étais un homme libre.

Tu vois, le travail, au moment de ma grande détresse, s’est avéré mon meilleur ami. »

Alors Hadan Gula posa la question :

« Est-ce que le travail était la clé secrète des shekels d’or pour mon grand-père ? »

« C’était la seule clé qu’il avait quand je l’ai connu, répondit Sharru Nada. Les dieux ont apprécié ses efforts et l’ont récompensé. »

« J’ai toujours espéré être un homme comme mon grand-père, lui confia Hadan Gula. Je n’avais jamais compris quelle sorte d’homme il était. Vous me l’avez montré. Je l’admire d’autant plus et me sens déterminé à devenir comme lui. »

Un sommaire historique de Babylone

Le nom de Babylone évoque, dans les pages d’histoire, des visions de richesse et de splendeur. On pourrait croire qu’elle était située dans un lieu riche en ressources, en forêts et en mines, ou dans une voie naturelle d’échanges commerciaux. Tel n’était pas le cas. Elle était située le long de l’Euphrate, en terre très aride, sans mine ni pierres de construction.

Babylone est un exemple extraordinaire d’endroit où l’homme a atteint de grands objectifs avec les seuls moyens à sa disposition.

La seule vraie ressource était l’eau du fleuve.

Les ingénieurs babyloniens ont dévié cette eau avec des barrages et d’immenses canaux d’irrigation de la vallée, permettant des récoltes abondantes jamais vues auparavant.

Les chefs de Babylone sont passés à la postérité, grâce à leur sagesse, leur hardiesse et leur sens de la justice.

Cette vallée est aujourd’hui redevenue une plaine désertique balayée par les vents. Jadis couverte de champs fertiles et peuplée de riches marchands commerçant de ville en ville, elle ne présente plus que de rares bergers nomades gardant de maigres troupeaux.

Les scientifiques considèrent que la civilisation de cette vallée est la plus vieille sur laquelle on ait des informations. Remontant jusqu’à 8000 ans en arrière.

On peut dater cela grâce aux descriptions d’une éclipse de soleil retrouvées dans les ruines de Babylone.

Hérodote, voyageur et historien grec, a visité Babylone à son apogée. Il mentionne la fertilité remarquable du sol, les moissons abondantes d’orge et de blé.

La sagesse de Babylone a été conservée grâce aux tablettes d’argile où étaient gravés toutes sortes de textes, dans une écriture antique. Poésies, récits, décrets royaux, lois, titres de propriété, et même des lettres envoyées de ville en ville par des messagers. Les archéologues en ont découvert des bibliothèques entières.

Les murailles de Babylone, en briques cuites, étaient placées par les anciens au même rang que les pyramides d’Égypte, tant elles étaient immenses. Cinquante-deux mètres de hauteur, pour une longueur entre quinze et dix-sept kilomètres. Les plus récentes ont été érigées par le roi Nabopolassar, en 600 avant Jésus-Christ, puis achevées par Nabuchodonosor, dont le nom est dans la Bible.

Babylone était organisée quasiment comme une ville moderne. Des rues, des boutiques, des quartiers résidentiels. Des artisans œuvrant dans la peinture, la sculpture, le tissage, le travail de l’or, la fabrication d’armes en métal et de machines agricoles.

Les Babyloniens étaient des financiers et des commerçants intelligents. Ce sont eux qui ont inventé l’argent en tant que moyen d’échange et les titres de propriété écrits.

Les éons du temps ont réduit à la poussière les murs fiers de ses temples, mais la sagesse de Babylone vit encore.

L’homme le plus riche de Babylone - George Clason

Conclusion sur “L’homme le plus riche de Babylone” par Jean du blog La Vie Positive

J’ai adoré L’homme le plus riche de Babylone. J’aime beaucoup lire des romans, des nouvelles, et j’apprécie particulièrement la forme du conte pour faire passer des messages. Ainsi, on prend plaisir à lire une belle histoire, en imaginant des personnages pittoresques évoluant dans des contrées fabuleuses, tout en retenant la signification des paraboles proposées par l’auteur.

Je mentirais si je disais que L’homme le plus riche de Babylone a changé ma vie, je ne l’ai découvert que tardivement, et toutes les erreurs que sa lecture aurait pu m’éviter, je les ai commises. J’ai fait des placements hasardeux, j’ai mal choisi mes associés dans des entreprises, j’ai tardé à économiser une partie de mes revenus d’une manière systématique et à prévoir un revenu pour mes vieux jours.

En revanche, je sais que ce livre a changé la vie de millions de lecteurs, qui, selon le descriptif du quatrième de couverture, se sont enrichis, grâce aux conseils qu’ils y ont trouvés.

S’ils ne se sont pas tous enrichis, en tous cas, certains ont, sans aucun doute, eu d’excellents résultats en matière de gestion de leur budget, de choix d’investissements rentables et de construction de leur patrimoine.

Ce qui est assez fascinant, c’est que cet ouvrage a été publié depuis un peu moins d’un siècle, que les bases financières sont expliquées dans un contexte de l’antiquité, et que le plan financier proposé tout au long du livre est aujourd’hui parfaitement valable, et le sera toujours.

Autre aspect notable, c’est l’incroyable simplicité des formules de ce plan. Chaque conte nous en illustre une partie, de la manière de faire des économies jusqu’à celle de rembourser ses dettes, mais c’est « le marchand de chameaux de Babylone » qui nous en révèle l’intégralité : un dixième de son revenu pour économiser, deux dixièmes pour payer ses dettes et sept dixièmes pour les dépenses nécessaires du foyer.

Enfin, une réflexion morale importante se dégage de ces contes. D’une part, si l’on s’y arrête un moment, on s’aperçoit que, de nos jours, on a peu de dépenses obligatoires. La plupart de nos dépenses sont superflues et leur besoin a été créé par notre société d’hyperconsommation. D’autre part, et d’une manière plus générale, on admire la sagesse de ces anciens financiers. Elle est vraiment une leçon pour le citoyen moderne, qui a tendance à vite s’enflammer et à croire naïvement qu’il peut s’enrichir vite sans travailler. Les médias et les publicités continuent de le bercer d’illusions dans ce sens.

Les parents n’apprennent pas à leurs enfants comment on peut bien gérer son argent, ni l’école. Je conseillerais vivement cet ouvrage à de jeunes gens qui débutent dans la vie. J’en ai d’ailleurs offert des exemplaires à mes neveux.

Points forts :

  • L’homme le plus riche de Babylone est très agréable à lire, on voyage dans l’espace et dans le temps.
  • Il se lit rapidement.
  • Les contes sont bien documentés. Les histoires semblent vraisemblables.
  • Le dernier chapitre m’a appris beaucoup de choses sur l’antique Babylone.
  • Les contes sont des paraboles, manière originale de nous faire passer des messages.
  • La simplicité du plan financier est applicable par n’importe qui.
  • La morale de ces histoires est universelle.

Points faibles :

  • L’homme le plus riche de Babylone a un peu la faiblesse de ses points forts :
  • D’aucuns peuvent trouver trop simpliste le plan financier.
  • Un livre entier n’est pas nécessaire pour fournir ce plan financier qui tient en deux lignes.
  • Les divers moyens du plan seront, au goût de certains, un peu trop répétés dans plusieurs histoires.

Note de Jean du blog La Vie Positive :

imageimageimageimageimageimageimageimageimage

Visitez Amazon et lisez plus de commentaires sur “L’homme le plus riche de Babylone”

Avez-vous lu “L’homme le plus riche de Babylone” ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (20 votes, moyenne: 4,40 out of 5)

Loading...

Visitez Amazon et achetez “L’homme le plus riche de Babylone”

Je vous invite aussi à visionner ma vidéo intitulée “Les 4 HABITUDES des personnes atteignant la LIBERTÉ et L’INDÉPENDANCE financière” qui accompagne très bien cet article 🙂:

7 leçons de L’homme le plus riche de Babylone

  1. Fais grossir ta bourse

Cette leçon est en réalité le point central de L’homme le plus riche de Babylone : le principe classique de se payer soi-même avant tout. Clason recommande d’épargner au moins 10% de tous les revenus gagnés. Même dans son exemple de ceux qui paient leurs dettes, il préconise toujours de mettre de côté cette somme. Si vous voulez économiser de l’argent pour votre avenir, vous devez commencer par mettre systématiquement de côté une partie de vos revenus des aujourd’hui.

  1. Contrôle tes dépenses

En gros, il s’agit d’apprendre à vivre selon vos moyens et d’éviter une inflation des habitudes de vie. Clason considère l’inflation du style de vie comme une “vérité inhabituelle” de l’humanité et déclare : “Ce que chacun de nous appelle nos “dépenses nécessaires” atteindra toujours la même valeur que nos revenus, sauf protestation du contraire.”

  1. Fais fructifier ton or

Votre richesse monétaire devrait dépasser votre revenu. Faites travailler votre argent en faisant des investissements judicieux, en tirant parti du temps disponible et des intérêts composés.

  1. Protège ton trésor

Ici, L’homme le plus riche de Babylone encourage la protection de principe contre la perte. Il est facile de critiquer cette idée, car la plupart d’entre nous estimons que les instruments de placement susceptibles de perdre de la valeur, tels que les actions, constituent un élément essentiel d’un portefeuille équilibré. Cependant, si vous adoptez une vue plus large, la leçon devient alors plus acceptable. La pénalité associée aux risques est le potentiel de pertes. Prenez connaissance de votre aversion aux risques et soyez bien contient des points faibles de votre portefeuille.

  1. Fais de ta demeure un investissement rentable.

C’est encore un autre principe discutable. L’argument de Clason est qu’il est plus logique de faire des paiements qui finiront par devenir des capitaux propres plutôt que de donner de l’argent à un propriétaire. Bien qu’il est aujourd’hui reconnu qu’une demeure n’est pas un investissement, tel que l’illustre très bien Robert Kiyosaki dans son bestseller Père Riche, Père Pauvre, l’idée est de tout simplement verser des paiements pour une propriété qui vous appartient plutôt que de payer un loyer et d’enrichir quelqu’un d’autre.

  1. Vois à tes revenus futurs

Cela se résume à la planification de la retraite et aux assurances. Etant donné que les assurances n’existaient pas dans l’ancienne Babylone, Clason n’a pas beaucoup à plonger dans ce domaine.

  1. Augmente ta capacité à gagner

Positionnez-vous pour gagner plus d’argent en améliorant vos compétences et en vous rendant plus employable. Entraînez-vous, étudiez, prenez des emplois en parallèle, lancez une petite entreprise ; peu importe ce que vous choisissez de faire, définissez des objectifs de performance spécifiques et mesurables et commencez à travailler pour gagner plus d’argent maintenant.

 

Recherches utilisées pour trouver cet article :

lhomme le plus riche de Babylone, lhomme le plus riche de babylone pdf, l\homme le plus riche de babylone pdf, l\homme le plus riche de babylone pdf gratuit, lhomme le plus riche de babylone pdf gratuit, l\homme le plus riche de babylone gratuit, l homme le plus riche de babylone, l'homme le plus riche de babylone
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

46 Commentaires pour :

L’homme le plus riche de Babylone

  • Fred

    26 Sep 2012 à 17:21

    Merci pour cette looooongue chronique !
    J’avais déjà aperçu ce livre, sans jamais m’y attarder davantage, mais cela m’intéresse. Je vais donc faire un tour sur Amazon…
    Je ne suis pas certain d’apprendre quelque chose de nouveau, mais pourquoi pas. Au pire, cela fera de bons rappels, toujours bon à prendre. Dans tous les cas, ce sera un agréable moment de lecture.
    A bientôt, Fred

    Répondre



    • Jean

      26 Sep 2012 à 19:58

      Bonjour Fred,
      J’ai eu plaisir à écrire la chronique comme à lire et relire le livre. Il y a une chose qui m’a frappé et que j’ai trouvé dans un autre livre “père riche, père pauvre”, c’est le conseil “payez-vous en premier”. J’ai eu du mal à le comprendre bien qu’il paraisse a priori hyper-simple.

      Répondre



    • Guillaume

      26 Sep 2012 à 18:57

      J’ai adoré ce bouquin, il est simple mais je trouve que c’est qui fais sa force !! Et effectivement, les principes avancés sont intemporels !!

      A lire !

      Répondre



      • Jean

        26 Sep 2012 à 20:00

        Bonjour Guillaume,
        C’est exactement ça : sa simplicité fait sa force.

        Répondre



      • Yable

        26 Sep 2012 à 19:35

        Merci pour cette chronique.
        J’ai lu ce livre et j’ai trouvé la solution à tous mes problèmes financiers. Ce livre peut être classé parmi les livres qui ont changés ma vie. Les principes de ce ouvrage sont à mémoriser et à faire passer de génération en génération comme Arkad l’a lui même fait. Je le conseil vivement à ceux qui ont des problèmes financiers.

        Répondre



        • Jean

          26 Sep 2012 à 20:02

          Bonjour Yable,
          Oui, je trouve aussi que ce livre est à conseiller, c’est dommage que je ne l’aie pas découvert plus tôt…

          Répondre



          • fredy

            6 Sep 2016 à 16:29

            merci frere.ayez l’aimabilite de faire une copie car vu votre commentaire je sens que le livre est riche

            Répondre



          • Benoît

            27 Sep 2012 à 12:14

            Merci Jean pour la présentation de ce livre.
            J’aime beaucoup également la façon dont le livre est écrit, sous forme de conte, ça le rend effectivement intemporel et très facile à lire.
            Les idées et conseils qu’on y trouve sont également très utiles. Bref, un excellent livre. 🙂
            Benoît

            Répondre



            • Jean

              27 Sep 2012 à 13:07

              Merci Benoit.
              Et Merci à Olivier qui m’a permis de le publier sur ce blog.

              Répondre



            • David

              27 Sep 2012 à 16:15

              Bonjour à tous,
              merci Jean pour cette chronique, ce livre m’a l’air intéressant je vais surement investir dans cet ouvrage.

              Répondre



              • Sco!

                30 Sep 2012 à 01:51

                Bonjour Olivier et Jean,

                J’ai pris le temps de tout lire. Oui, de tout lire. J’ai réfléchi et me revoici.

                Si «l’argent abonde quand on connaît les moyens de l’acquérir», pourquoi faut-il en mettre de côté et limiter ses dépenses?

                Je suis d’accord avec l’idée de ne pas considérer tous les biens d’aujourd’hui comme essentiels, même si la vie a changé.

                À mon avis, ce n’est parce qu’on peut tout se permettre financièrement qu’il faut gaspiller les ressources de la planète.

                À l’époque dont il est question ici, personne ne se promenait avec un appareil «intelligent» greffé dans la main comme aujourd’hui.

                Les besoins essentiels et superflus sont discutables, je sais. Tu en parles, d’ailleurs.

                Mais ceux qui se promènent en permanence avec leur truc qu’ils ne lâchent pas me répondraient qu’à cette époque, c’était leurs chameaux que les gens ne lâchaient pas!

                Autres temps, autres mœurs!

                Bravo, Jean, pour ton article qui n’a pas été avare de mots!
                Sco!

                Répondre



                • Jean

                  2 Oct 2012 à 11:10

                  Merci Sco!,
                  J’aurais juste un commentaire sur “gaspiller les ressources de la planète”. La planète a toujours fourni ses ressources à l’homme et continuera de le faire. Quand il n’y aura plus de pétrole, il y aura d’autres sources d’énergie pour le remplacer, ou d’autres découvertes pour se déplacer. Je crois en le progrès pour l’humanité.

                  Répondre



                  • Le Marketeur Francais

                    5 Oct 2012 à 17:25

                    Bonjour Sco,
                    il est exact que “l’argent abonde quand on connaît les moyens de l’acquérir”.

                    Seulement un des meilleurs moyens d’avoir davantage d’argent, c’est de savoir l’économiser.
                    Si tu ne mets pas d’argent de côté de façon systématique, c’est que le conserver n’est pas une priorité pour toi.

                    Et dans ce cas, il n’abondera pas !

                    Sébastien

                    Répondre



                  • Christian

                    2 Oct 2012 à 10:44

                    Bonjour Jean,

                    Excellent article. Ce livre est une référence dans la finance. Tu le sais ma passion c’est le développement personnel mais mon métier c’est conseiller financier. Je le conseille à mes clients car il explique d’une manière simple le Ba ba d’une gestion saine.
                    Pour répondre à ton interrogation sur la signification : se payer en premier” c’est en réalité assez simple.
                    Tu dois prendre un pourcentage ( en général 10%), de tes revenus et les épargner mais en début de mois, avant toutes autres dépenses. Avant de payer, le boucher, le boulanger, le coiffeur, ….etc Tu te paie d’abord !

                    Amicalement
                    Christian

                    Répondre



                    • Jean

                      2 Oct 2012 à 10:59

                      Bonjour Christian,
                      En fait j’avais compris ce principe, mais dernièrement, en lisant “père riche, père pauvre”, j’ai retrouvé ce conseil, qui va plus loin.
                      L’auteur dit qu’il se paie d’abord, et qu’il ne paie ses factures que s’il lui reste de quoi le faire. Si son revenu est insuffisant pour ça, il ne les paie pas. A ce moment-là, il y a forcément une pression de la part de ses créanciers, qui l’incite à trouver d’autres revenus supplémentaires. Il transforme ce stress qui peut devenir très pesant en une pression positive.

                      Répondre



                    • Xavier

                      7 Oct 2012 à 16:28

                      Merci pour cette chronique très complète. J’avais moi aussi lu ce livre en 2010, et voici à toutes fins utiles le résumé que j’en avais fait dans mon carnet de lecture:

                      – Mettre de côté au moins 10% de mes revenus chaque mois
                      – Prendre des conseils uniquement des personnes compétentes en la matière
                      – Investir l’argent mis de côté pour le faire fructifier. Prendre des conseils d’investissement de pros, et privilégier un retour sur investissement faible mais sûr plutôt qu’élevé mais risqué.
                      – Tenir un budget, afin de maîtriser les dépenses et les garder toujours à un maximum de 90% de mes revenus
                      – Être propriétaire de mon logement
                      – Prévoir dès que possible d’avoir ce qu’il faut de côté pour la retraite et pour la famille une fois mort.
                      – Développer mes compétences, étudier et devenir de plus en plus sage et compétent
                      – Pour attirer la “chance”, il faut profiter des opportunités qui se présentent, et ne pas tergiverser.

                      Ce sont de bons conseils intemporels, assurément 🙂

                      Répondre



                      • Julien

                        18 Oct 2012 à 10:08

                        Il y a toujours qqch à retirer de ces livres qui ont traversé presque un siècle sans être oubliés. C’est un peu comme le livre Réflechissez et devenez riche de Napoleon Hill. Les temps changent, mais la philosophie à adopter traverse les âges…

                        Répondre



                        • urbain

                          18 Oct 2012 à 10:21

                          Magnifique chronique. Sous forme d’un conte on y trouve un enseignement capable d’aider celui qui cherche à devenir riche.

                          Répondre



                          • Luc mister-no-stress

                            18 Oct 2012 à 10:47

                            Bonjour Jean,
                            J’ai dégusté ta chronique très détaillée qui a ravivé le plaisir que j’ai eu à lire ce livre qui fait partie de mes livres fétiches…
                            Il a grandement participé à ma sécurité financière actuelle.
                            Merci pour ce beau moment
                            Prends soin de toi mon ami
                            Luc Mister No Stress

                            Répondre



                            • Xavier

                              18 Oct 2012 à 15:58

                              Salut Jean,

                              Vraiment super ta chronique. Elle constitue à elle seule un cours “magistrale” de gestion financière.

                              La simplicité avec laquelle ces principes sont expliqués est surprenante et totalement vrai cependant.

                              aussi vrai qu’il y a 8 000 ans du sang coulait dans les vaines des babyloniens comme aujourd’hui, aussi vrai et irréfutable que ces principes fonctionnes merveilleusement bien aujourd’hui.

                              Je me retrouve à lire et relire plusieurs fois des livre comme celui-ci et j’ai comme impression qu’à chaque relecture je découvre quelque chose de nouveau.

                              Je vais tout de suite me procurer un exemplaire de ce livre afin de le “dévoré comme” je viens de faire avec cette magnifique chronique.

                              Mais comme disait Christian Godefroy ” Il y a deux sortes de personnes qui n’arriveront jamais à grand chose dans la vie: ceux qui ne font pas ce qu’on leur apprend, et ceux qui ne font que faire ce qu’on leur apprend”.

                              Amicalement,
                              Xavier

                              Répondre



                              • Bader

                                18 Oct 2012 à 23:48

                                Bonjour Olivier et Jean,

                                C’est plus que vrai. Ceux qui savent manipuler aisément les chiffres trouvent le contenu bien logique. Mais pour la majeur partie des gens cherchent le plaisir de l’instant (satisfaction des caprices. Il n’y a plus de notion et désir pour planifier le moyen et long terme. Certains personnes averties considèrent les ces gens des “court-termismes”. L’aisance financière ne pourrait trouver place chez les gens qui dépensent plus qu’ils en perçoivent. Juste cette semaine, un article au journal annonce que 75 % de la population recourent aux crédits de consommation. Je trouve que c’est trop grave. Comment vont finir une fois arrivés à l’age de la retraite? Il faut endurer en son jeune âge pour mieux vivre le reste de sa vie. Profiter de sa Jeunesse pour servir sa vieillesse,

                                Répondre



                                • bredson

                                  19 Oct 2012 à 17:43

                                  Bonjour, J’ai trouvé ce livre intéressant, raconté sous forme d’histoires c’est très plaisant. il y a pas mal de leçon d’humilité à l’opposé des valeurs que l’on peut retrouver à la tv de nos jours avec les gens qui flambent…pour finir aux paquerettes.. Merci Olivier

                                  Répondre



                                  • Sékou Aïdara

                                    19 Oct 2012 à 17:46

                                    Merci à Jean et Oliver. Très bon livre en tout cas. D'actualité.

                                    Répondre



                                    • Danielle Binder

                                      19 Oct 2012 à 17:55

                                      Je regrette n'avoir pas lu plus tot le livre sur Babylone. Cela m'aurait evite beaucoup d'erreurs et m'aurait donne une ligne de conduite a suivre. C'est ce que je vais faire immediatement. Meerci a Olivier et Jean de me l'avoir fait decouvrir

                                      Répondre



                                      • syivia

                                        20 Oct 2012 à 20:26

                                        bonjour olivier et jean

                                        je pense des livres comme cela nous aides dans la vie de plus les idées sont souhaites
                                        merci

                                        Répondre



                                        • Pascal

                                          21 Oct 2012 à 09:23

                                          Bonjour Guillaume, et merci pour la présentation de ce livre qui est une référence pour penser comme un riche. Comme beaucoup l’on dit, c’est dommage de le découvrir tardivement!
                                          En tout cas je reste à l’écoute de tes publications qui m’apportent toujours des informations précieuses pour le développement de mes activités.
                                          Cordialement

                                          Pascal Feuvrier-E
                                          eMail : [email protected]
                                          website : http://world-voip-solution.com/
                                          skype : telefono.uno

                                          Répondre



                                          • caroline

                                            22 Oct 2012 à 12:45

                                            Bonjour,
                                            Merci pour ce partage intéressant.

                                            Un point attire tout particulièrement ma réflexion : la notion d’effort, de travail et de persévérance. La chance aide les besogneux et je crois que notre système politique et social valorise bien moins la notion de travail que dans les temps anciens , moins protectionnistes.
                                            Je ne dis pas qu’il faut laisser tomber les personnes affaiblies physiquement ou socialement, je constate juste que notre société est plus tendre avec un système de redistribution plus élaboré. Je crois que cela a des conséquences énormes sur notre rapport au travail et a l’argent. Le sens de l’effort est inhibé car on valorise moins les entrepreneurs et ceux qui prennent des risques, perçus par la majorité comme arrivistes et cupides , hors, pour devenir déraisonnablement riche, je crois qu’il faut accepter être déraisonnablement travailleur et investit…!

                                            Personnellement, j’aime l’argent, qui me procure la liberté mais je suis prête a mettre beaucoup de mon temps et de mon énergie sur la table. Du coup, je suis parfois perçue comme obsessionnelle , ce qui n’est pas faux tant je suis investie dans mes projets.
                                            Et malheureusement, notre culture ne nous pousse pas vers ce type de comportement…

                                            Caroline
                                            on a rien sans rien.

                                            Répondre



                                            • Noahl

                                              12 Jan 2017 à 15:41

                                              Bonjour Caroline,

                                              Votre commentaire est très inspirant et très vrai !
                                              Merci pour ce partage.

                                              Dans quel domaine entreprenez-vous?

                                              Répondre



                                            • Marie-Noël

                                              23 Oct 2012 à 09:29

                                              J’ai découvert il y a deux ans toutes ces manières différentes de penser l’argent. Notamment avec ce livre. Malheureusement, mes 4 enfants étaient déjà élevés. Je me suis empressée de leur offir à chacun un exemplaire de ce livre pour qu’ils corrigent les erreurs que je leur ai apprises à reproduire!

                                              Belle journée!

                                              Marie-Noël

                                              Répondre



                                              • Yao Julien Kouakou

                                                29 Oct 2012 à 10:20

                                                je trouve le livre tres interessant.

                                                Répondre



                                                • Grégory

                                                  21 Nov 2012 à 15:03

                                                  Bonjour Jean,

                                                  Ta chronique m’a séduit et je viens d’acheter le livre sur Amazon.

                                                  J’entends parler de ce livre depuis longtemps maintenant et je vais prendre beaucoup de plaisir à le lire !

                                                  Car j’ai déjà lu beaucoup d’ouvrage du style de Kyosaki, T Harv Eker, R. Allen et je pense qu’une histoire romancée sur les principes de la richesse est un super moyen de faire passer ces concepts intemporels !

                                                  Bien amicalement,

                                                  Grégory

                                                  Répondre



                                                  • Mohammed

                                                    16 Avr 2013 à 11:47

                                                    Bonjour

                                                    Merci pour ce partage.

                                                    les Français mettent de coté 16 % environ sont champions en la matière.

                                                    zont tout compris lol

                                                    ps :
                                                    le patrimoine des ministres a était dévoilé hier…sont mauvais gestionnaires non ?
                                                    aux spécialistes… faites nous des articles !!! :o)

                                                    Répondre



                                                    • matai

                                                      30 Jan 2015 à 06:57

                                                      L’antique Babylone est une lecon de tout temps. Ont ils invente l’argent pour les échanges ?

                                                      Répondre



                                                      • Hugues Valdez

                                                        4 Fév 2015 à 12:10

                                                        Merci Jean pour cette chronique que Je trouve très utile aux jeunes comme moi qui vivons dans une société où l’on passe le temps à nous faire la promotion des fortunes et non dire aux jeunes comment on fait pour être riche.

                                                        Répondre



                                                        • mvogo serge

                                                          2 Mar 2015 à 02:36

                                                          salut Jean,le résumé fait sur le livre est vraiment très intéressant et je crois que je vais me procurer ce livre et surtout merci encore à toi

                                                          Répondre



                                                          • Chris

                                                            24 Mar 2015 à 23:34

                                                            Un livre que je recommande. Je l’ai acheté il y a de cela deux ans déjà, et il a changé ma façon de voir et de gérer l’argent, et je l’en remercie.
                                                            Le résumé de ce livre est vraiment très bien fait (on se demande même s’il est utile d’acheter le livre pour le coup, hihi).

                                                            Répondre



                                                            • Gilles_G

                                                              6 Avr 2015 à 13:58

                                                              Merci beaucoup pour la chronique de ce livre ! Il m’a vraiment donné envie de l’acheter… c’est assez drôle de remarquer qu’à l’époque de Babylone les gens avaient déjà des manières de penser très proche d’aujourd’hui ! ! J’ai adoré la panoplie d’histoires métaphoriques qui viennent inculquer certains principes et valeurs. C’est extrêmement enrichissant. Encore merci pour la colline de ce livre 😉

                                                              Répondre



                                                              • Gloire

                                                                19 Sep 2017 à 10:07

                                                                Très intéressant l’ouvrage … Merci bcp à Jean et Olivier.

                                                                Répondre



                                                                • Fred Kande

                                                                  4 Jan 2018 à 02:18

                                                                  Merci bcp ! Ce livre est très enrichissant

                                                                  Répondre



                                                                  • Léonce

                                                                    19 Juin 2018 à 19:48

                                                                    Merci Jean pour ce partage.

                                                                    Répondre




                                                                    • […] L’homme le plus riche de Babylone […]

                                                                      Répondre



                                                                      • Comment devenir riche ? (la formation gratuite) – devenir-riche

                                                                        29 Juil 2018 à 11:47

                                                                        […] L’homme le plus riche de Babylone de George S. Clason résumé en vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=H7N8RYptr88 résumé texte : https://des-livres-pour-changer-de-vie.com/lhomme-le-plus-riche-de-babylone/ […]

                                                                        Répondre




                                                                        • […] L’homme le plus riche de Babylone […]

                                                                          Répondre




                                                                          • […] par lire « L’homme le plus riche de Babylone » de George Clason. Ce livre écrit en 1926 est l’un des plus grands classiques du succès de tous […]

                                                                            Répondre



                                                                            • Freddy KOUDAHOUA

                                                                              6 Août 2019 à 14:38

                                                                              Merci @CAROLINE!
                                                                              J’ai vraiment l’impression de me lire.

                                                                              Répondre



                                                                              • Antonin

                                                                                3 Nov 2019 à 22:45

                                                                                Un livre toujours aussi inspirant !

                                                                                Répondre









                                                                                Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

                                                                                Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.