Une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie.

Les 8 lois de l’amour

les 8 lois de l'amour Jay Shetty

Résumé de « Les 8 lois de l’amour » de Jay Shetty : un manuel de sagesse en matière d’amour pour tous ceux et celles qui souhaitent ardemment trouver l’amour, mais aussi tout faire pour le garder et même parvenir à surmonter les ruptures — en s’acceptant davantage et en s’ouvrant au monde !

Par Jay Shetty, 2023, 368 pages.

Titre original : « 8 Rules of Love  », 2023

Chronique et résumé de « Les 8 lois de l’amour » de Jay Shetty

Qui est Jay Shetty ?

Né en 1987 à Londres, Jay Shetty a bénéficié d’une éducation de classe moyenne. Bien que ses parents soient d’origine indienne, il n’a pas été élevé dans la religion hindoue. À l’âge de 18 ans, il a intégré la Cass Business School de Londres pour se consacrer à des études de gestion et de sciences du comportement.

Il délaisse toutefois la carrière dans le monde des affaires pour embrasser la vie monastique en tant que moine hindou. Entre 2010 et 2013, il réside dans un ashram, un monastère hindou situé à Mumbai, en Inde.

Durant cette période, il se plonge dans l’étude approfondie des textes sacrés hindous — en particulier dans les Védas (écrits anciens pratiques). Même après avoir quitté l’ashram, Jay Shetty persévère dans ses études et accumule de cette façon une profonde connaissance de ce domaine.

Cette conversion vers la vie monastique et l’hindouisme est en grande partie due à sa rencontre avec Gauranga Das, un moine hindou, alors qu’il était encore à l’université. Plus tard, à Mumbai, celui-ci le convainc qu' »il serait de plus grande valeur et de plus grand service s'[il] quittait l’ashram et partageait ce que [il avait] appris avec le monde ».

Il décide donc de quitter l’ashram et de réorienter sa carrière de coach vers l’enseignement pratique de la pleine conscience et de la sagesse hindoue et orientale.

Son premier livre, Think Like a Monk: Train Your Mind for Peace and Purpose Every Day, décrit la transition qui s’est produite dans sa pensée lorsqu’il souhaitait « s’immerger dans l’état d’esprit du moine » (Shetty, Jay. Pensez comme un moine, Guy Trédaniel Éditions, 2020).

Désormais, Jay Shetty est coach de vie. Mais pas seulement ! Depuis 2019, il anime également le podcast On Purpose. Ses livres, ses vidéos en ligne et ses cours ont beaucoup de succès et il forme même, désormais, d’autres coaches aux techniques orientales qu’il a apprises lorsqu’il était moine.

L’auteur s’est marié en 2016. Il fait régulièrement référence à cette relation tout au long du livre que nous allons lire maintenant.

Introduction

Commençons par une analogie. Imaginons un dialogue entre un enseignant et un élève au sujet du soin d’une fleur. L’attraction physique ressemble à une fleur coupée et placée dans un vase. Par contraste, l’amour ressemble à une fleur dans le sol, qui reçoit de l’eau et des nutriments grâce à ses racines.

La fleur dans le vase va rapidement se faner. Mais celle qui vit en pleine terre est fragile elle aussi. Il lui faut des soins et une attention constante pour se maintenir vivace.

Mettre l’amour en pratique

Jay Shetty a décidé d’écrire Les 8 lois de l’amour pour aider les gens à apprendre à aimer grâce aux idées contenues dans les Védas. Mais ce n’est pas tout : comme nous le verrons, l’auteur appuie également ses propos sur des études scientifiques et en particulier sur la recherche contemporaine en psychologie.

Alors, qu’ont à nous dire les enseignements des Védas sur le lien amoureux ? C’est ce que l’auteur se propose d’explorer. Pour lui, il importe d’abord de comprendre que l’amour est avant tout une pratique.

Nous pourrions dire aussi, comme le soutient Erich Fromm, que l’amour est un art. Dans les deux cas, l’idée est la même : l’amour requiert des gestes, des rituels, une attention et des obligations aussi. Rien ne sert « d’attendre » l’amour, il faut le construire et l’entretenir, comme si vous étiez un jardinier !

Les 4 ashrams

Il explique que les Védas caractérisent le cheminement de la vie en général à partir de 4 phases ou étapes :

  1. Brahmacharya ashram (vie étudiante) ;
  2. Grhastha ashram (vie du ménage) ;
  3. Vanaprastha ashram (vie à la retraite) ;
  4. Sannyasa ashram (vie renoncée).

Dans les 8 lois de l’amour, l’auteur applique ces principes aux domaines de l’amour. Pour lui, il y a 4 phases ou ashrams (classe ou étude).

Ces 4 ashrams sont :

  1. Se préparer à l’amour ;
  2. Pratiquer l’amour ;
  3. Protéger l’amour ;
  4. Perfectionner l’amour.

Chaque partie du livre sera liée à l’un de ces thèmes. Selon Jay Shetty, les gens traversent souvent ces étapes sans y penser, ce qui est dommage et cause bien des ennuis. L’objectif de ce livre est d’aider le lecteur à devenir pleinement conscient de ce qu’il vit. De cette façon, il aura de meilleures chances de « pratiquer l’amour » avec plus de sagesse.

Partie 1 — La solitude

les 8 lois de l'amour - la solitude

La partie 1 est en corrélation avec l’ashram Brahmacharya, c’est-à-dire le stade de la vie étudiante dans les stades de la vie védique. Ici, dans Les 8 lois de l’amour, il s’agit de se préparer à la relation amoureuse.

Loi 1 : Redécouvrez la solitude

La solitude est la première étape pour apprendre à aimer. Étonnant ? Pas tellement… Souvent, la peur d’être sans partenaire nous amène à faire de mauvais choix dans notre vie romantique. En fait, « pratiquer » le fait d’être permet non seulement d’améliorer certaines compétences, mais nous aide aussi à améliorer nos relations.

La peur de la solitude

Nous pouvons nous acclimater à la solitude assez rapidement (voir les exercices « À essayer » répertoriés en fin de chaque résumé de chapitre). De nombreuses études scientifiques citées dans le livre font état des avantages de la solitude.

Le psychologue Mihaly Csikszentmihalyi, par exemple, a montré que les adolescents qui ne développent pas de compétences créatives sont aussi ceux qui craignent le plus être seuls.

La solitude est l’antidote à l’isolement

Jay Shetty considère la solitude comme l’antidote à l’isolement. Qu’est-ce que cela signifie ? Premièrement que la solitude est une pratique choisie, qui nous permet de nous concentrer sur nous-mêmes, alors que l’isolement est une situation subie. En pratiquant la solitude, nous pouvons réapprendre à nous mettre en rapport avec autrui et, de cette façon, rompre le mauvais charme de l’isolement.

Passer de l’isolement à la solitude

Selon l’auteur, il faudrait passer par trois phases principales afin d’aller de l’un à l’autre :

  • Présence ;
  • Mal-être ;
  • Confiance.

Expliquons un peu ces termes.

Dans la première étape, les individus sont invités à explorer leurs attitudes et leurs croyances. L’idée est de s’assurer qu’un potentiel partenaire puisse reconnaître et apprécier ces aspects essentiels de leur personnalité.

La deuxième phase encourage à développer une aisance à être seul en testant de nouvelles activités, telles que le voyage en solitaire, par exemple. Ce processus favorise une meilleure connaissance de soi et renforce la confiance personnelle — des éléments qui contribueront à des relations amoureuses plus épanouissantes.

Enfin, la troisième étape vise à accroître la confiance personnelle dans divers domaines tels que la personnalité, la santé émotionnelle et physique, mais aussi les relations et les finances. Un exercice « À essayer » est proposé pour faire le point sur ces questions.

Les bienfaits de la solitude

Shetty souligne l’importance de la solitude dans le renforcement de l’identité. Cette force permet d’éviter la dépendance trop forte à autrui. L’auteur affirme que la solitude nous aide à prendre de bonnes décisions et à éviter des décisions trop rapides.

La solitude nous donne la force de choisir ce qui est bon pour nous-mêmes, sans nous laisser influencer, voire manipuler par autrui.

En bref, nous acquérons :

  • Un seul mental (moins dispersé) ;
  • Plus de maîtrise de soi et de patience ;
  • Un sentiment de complétude.

Les exercices « À essayer » de ce chapitre

Pour mettre en pratique ses conseils, l’auteur donne plusieurs exercices du type « À essayer » (voir plus haut). En voici les intitulés :

  • « Bilan » à propos de la solitude (p. 28-30) ;
  • « Apprenez à connaître vos valeurs » (p. 35-36) ;
  • « Tirez parti du temps passé seul » (p. 37-39) ;
  • « Identifiez le domaine dans lequel vous avez le plus envie d’évoluer » (p. 41-44).

Loi 2 : N’ignorez pas votre karma

écouter son karma

Dans la tradition hindoue, le karma est lié à la conséquence de nos attitudes et de nos comportements. Si nous agissons de façon correcte, la réponse qui nous sera envoyée aura plus de chance d’être elle-même positive. À l’inverse, si nous agissons mal, nous risquons d’entrer dans un cercle vicieux d’actions et de réactions négatives.

Le cycle karmique

L’auteur développe l’idée d’un cycle karmique. C’est-à-dire ? Celui-ci est composé d’événements ou des idées reçues de l’enfance. Ces « impressions » ou samskaras ont un impact sur nos décisions à l’âge adulte.

À leur tour, nos choix ont des résultats positifs ou négatifs en nous et autour de nous. Cela dit, nous pouvons modifier ces événements et ces idées pour améliorer nos décisions et nos comportements actuels — et les effets qui en résultent.

Pour ce faire, nous avons d’abord besoin de comprendre et de reconnaître ces impressions et leur influence négative sur nous. « Les mêmes impressions conduisent aux mêmes choix », c’est cela le cycle karmique. Tout l’enjeu consiste à en modifier le signe : du négatif vers le positif.

Les cadeaux et failles des parents

Les samskaras, qu’on pourrait également traduire par croyances, se forment pendant l’enfance et la jeunesse, grâce (ou à cause) de l’influence des parents, bien sûr, mais aussi des films et des premières relations. Ensuite, nous avons tendance à reproduire ces modèles relationnels, sans nous en rendre compte.

Chaque famille dépose aux pieds de ses enfants des cadeaux, mais aussi des « failles ». Plus tard dans notre existence, nous pouvons par exemple rechercher des partenaires qui comblent ces failles, au risque d’entrer dans une forme de dépendance affective.

Les cadeaux — valeurs positives et idéaux relationnels — sont positifs, bien sûr. Mais ils sont également susceptibles de poser problème, dans la mesure où ils peuvent nous conduire à exiger beaucoup trop d’une personne. Il faut donc être prudent et, surtout, conscient de ces forces et de ces faiblesses, pour mieux agir au quotidien et nous préparer à rencontrer l’amour.

Jay Shetty propose plusieurs exercices « à essayer » sur ces différentes thématiques (voir la liste plus bas).

La magie des films

Les films — et les chansons populaires — jouent également un rôle dans nos croyances relationnelles. L’auteur propose un exercice amusant et intéressant en vue d’identifier l’impact des films et des chansons d’amour sur nos pensées et nos façons d’agir.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Personal Development for Smart People (Le Développement Personnel pour les gens intelligents)

Le premier amour

Il discute également de nos façons de rencontrer l’amour à l’heure actuelle. Lorsque nous sommes jeunes et que notre cerveau n’est pas encore complètement formé et stabilisé (pas avant l’âge de 25 ans environ), nous pouvons plus facilement nous comporter de façon impulsive et choisir des partenaires sur de mauvaises bases.

En s’appuyant sur les stéréotypes de la pop culture, l’auteur développe les « caractères » suivants, typiques selon lui des premiers amours difficiles :

  • Rebelle (celui ou celle qui casse les codes et nous emmène en dehors de notre routine) :
  • Indisponible (celui ou celle qui nous rejette) :
  • Projet (qui a besoin d’être sauvé)  :
  • Coureur de jupons (qui ne vous sera pas fidèle bien longtemps) :
  • Riche (celui ou celle qui fait briller nos yeux pour d’autres raisons que lui ou elle-même, que ce soit son argent ou sa célébrité).

Il est tout aussi important d’identifier son propre rôle dans les relations passées : êtes-vous plutôt un sauveur, un dépendant ou un soutien ? N’hésitez pas à consulter également à ce sujet notre chronique sur l’analyse transactionnelle.

Pour pratiquer ces questions, l’auteur fournit un exercice de réflexion pour comprendre nos relations passées (ce que nous projetions de nous-mêmes, notamment).

Vous attirez ce dont vous vous servez pour impressionner

Jay Shetty discute ensuite de la façon dont les gens attirent ce qu’ils projettent dans le monde. Ainsi, si nous mettons en avant nos richesses ou notre beauté, par exemple, nous prenons le risque de n’être reconnus que par ces aspects-là. Ce qui est dommage, car nous sommes plus que cela.

« Nous nous vendons aux autres en mettant en avant nos richesses, mais cela n’est pas bénéfique sur le long terme. Il vaut mieux afficher notre personnalité, nos valeurs et nos objectifs véritables, afin d’être aimés pour ce qui compte le plus pour nous. »

(Les 8 lois de l’amour, Chapitre 2)

Donnez-vous ce que vous attendez d’autrui

Finalement, Jay Shetty nous rappelle que nous ne devrions pas utiliser nos partenaires pour répondre à un besoin émotionnel, mais que nous devrions y répondre nous-mêmes au préalable. Plusieurs anecdotes et exercices permettent de comprendre et d’appliquer ce point important.

Faites le point

L’auteur suggère par exemple de faire le point 3 minutes en début de journée et en fin de journée, tous les jours. C’est à ces moments clés que vous pouvez tenter de mettre en place de nouvelles routines, qui répondent mieux à vos besoins émotionnels.

Faire croître l’amour

« C’est la pratique qui fait croître l’amour. Il n’y a pas d’autre moyen. »

(Eknath Easwaran, cité dans Les 8 lois de l’amour, Chapitre 2)

C’est ainsi que se clôt la première partie de l’ouvrage : nous sommes invités à pratiquer tous ces exercices pour nous préparer à l’amour et continuer notre chemin.

Les exercices « À essayer » de ce chapitre

  • « Méditez sur votre moi jeune » (p. 59-60) ;
  • « Identifiez les cadeaux et les failles de vos parents » (p. 66-68) ;
  • « L’amour au cinéma » (p. 73) ;
  • « Vos rôles en couple » (p. 78-80) ;
  • « Réfléchir et tirer les leçons d’une relation amoureuse passée » (p. 83-84) ;
  • « Ce que vous mettez en avant » (p. 88) ;
  • « Donnez-vous ce que vous voulez recevoir » (p. 91-92).

Écrivez-vous une lettre d’amour

À la fin de chaque partie, Jay Shetty propose également une lettre d’amour particulière, ainsi qu’une suggestion de méditation guidée.

À l’issue de cette première partie, il nous invite à rédiger une lettre d’amour à nous-mêmes, afin de nous « aider à établir un dialogue avec (nous-mêmes) ».

Voici les 3 autres lettres que l’auteur suggère d’écrire :

  • À votre partenaire (partie 2) ;
  • À vous-même dans les moments difficiles, comme si vous vous adressiez à un ami (partie 3) ;
  • Au monde (partie 4)/

Méditation pour redécouvrir la solitude

Découvrez la méditation proposée spécialement pour cette partie : la méditation de gratitude ».

Et voici les 3 autres méditations proposées en fin de partie :

  • Renforcer la compatibilité ;
  • Guérir grâce à l’amour ;
  • Reliance.
Comptabilité amoureuse : les lois de l'amour

Partie 2 — La compatibilité

Sommes-nous faits l’un pour l’autre ? Voilà la question qui préoccupe bien des couples (et des agences matrimoniales) ! Il s’agit de la question de la compatibilité des partenaires. Celle-ci est traitée à travers le lien à l’ashram de Grhastha, ou deuxième étape des étapes de la vie védique, qui implique la vie familiale ou conjugale — et qui est réinterprétée dans le livre comme l’étape de la création de la relation.

Loi 3 : Définissez l’amour avant de le penser, de le ressentir ou de l’exprimer

Cette règle souligne l’importance de savoir ce qu’est (pour vous) l’amour et de communiquer cette définition à votre partenaire. Jay Shetty raconte plusieurs anecdotes au sujet de personnes qui se sont manquées par faute d’avoir compris leurs définitions respectives de l’amour.

Ces différentes définitions peuvent être reliées à des phases amoureuses. Peut-être que vous définissez l’amour en fonction de l’une de ces phases.

Les quatre phases de l’amour

Ces 4 phases sont :

  1. Attirance ;
  2. Rêves ;
  3. Difficultés et maturation ;
  4. Confiance.

L’auteur les récupère de la tradition Bhakti et les adapte à son propos. Comme nous allons le voir, il s’agit bien de phases puisqu’il est question de passer de l’attraction initiale à la confiance, en passant par la lutte contre les rêves irréalistes et la création d’attentes réalistes.

L’attirance — Jay Shetty suggère d’utiliser la fameuse « règle des trois rendez-vous » (vue dans de nombreux films romantiques et séries américaines) pour évaluer la compatibilité d’une personne avec votre personnalité, vos valeurs et vos objectifs. Ces trois rendez-vous vous permettront de poser des questions et de vous faire une idée de la personne à qui vous avez affaire.

Les rêves — La notion d’idéalisation est également beaucoup utilisée pour caractériser cette phase. Si vous avez été amoureux ou amoureuse, vous le savez : c’est cette période où vous imaginez l’autre sous son meilleur jour et où vous forgez des ambitions irréalistes pour le couple.

Pour évacuer ces attentes erronées et partir sur de bonnes bases, il faut se donner les moyens de créer des attentes réalistes, basées sur les personnalités réelles de l’un et l’autre. Le rythme et l’habitude jouent ici un rôle essentiel. En effet, les routines et les horaires offrent la possibilité de se rencontrer autrement.

Dans le couple, nous devons discuter de nos attentes et accepter les désaccords : « la manière dont vous gérez vos différences est plus importante que la découverte de vos points communs », soutient l’auteur.

Et si vous suiviez la suggestion du psychologue clinicien Seth Meyers de ne vous voir qu’une fois par semaine au cours du premier mois de fréquentation ? Cela vous permettrait peut-être de mieux prendre le temps de le connaître avant de vous engager plus complètement. Pensez également à distribuer équitablement le temps entre amis et celui dédié à votre relation amoureuse.

Difficultés et maturation — Dans cette troisième étape des quatre phases de l’amour, les couples apprennent à grandir à partir de leurs différences. Jay Shetty utilise plusieurs anecdotes personnelles pour nous introduire plus concrètement à ce moment.

C’est à ce moment que nous nous rendons compte s’il y a des éléments de la relation qui sont trop importants et des choses qui, fondamentalement, « ne passent pas ». Dans ce cas, la rupture est peut-être la meilleure solution. Mais c’est aussi la phase où les couples se solidifient, s’ils parviennent à trouver des solutions créatives à leurs différends.

Confiance — Les couples construisent la confiance à partir de leur développement commun. Celle-ci doit commencer par nous-mêmes : « nous devons être dignes de confiance », affirme Jay Shetty. Par ailleurs, nous devons la donner à notre partenaire via une saine communication et par l’intermédiaire de nos actions.

L’auteur évoque trois types de confiance.

  1. Physique : celle-ci se produit lorsque les couples se sentent en sécurité les uns avec les autres et savent que leur partenaire est présent, aimant et a une présence positive.
  2. Mentale : elle implique de faire confiance à leur esprit, à leurs idées et à leur prise de décision.
  3. Émotionnelle : cette forme de confiance se produit en faisant confiance à leurs valeurs et à leur identité.

Les problèmes, s’ils sont surpassés positivement, renforcent la confiance mutuelle. Nous avons tous nos points faibles. Le fait de nous accepter et d’accepter l’autre tel qu’il est, un grand stimulateur amoureux.

Les exercices « À essayer » de ce chapitre

  • « Préparez-vous pour le premier rendez-vous » (p. 111) ;
  • « Programmez votre emploi du temps » (p. 120) ;
  • « La confiance au quotidien » (p. 127) ;
  • « Construire des rêves réalistes à deux » (p. 128-129).

Loi 4 : Votre partenaire amoureux est votre guru

Votre partenaire amoureux est votre guru

Nous apprenons énormément les uns des autres dans nos relations amoureuses. Bien sûr, cela est vrai de toutes les relations.

D’ailleurs, le terme « guru » renvoie d’abord à la relation de maître à élève que Jay Shetty a forgé avec son maître lorsqu’il était moine (par ailleurs, si nous sommes des observateurs attentifs, nous pouvons aussi apprendre d’autres personnes, même quand celles-ci ne sont pas particulièrement sages).

Par contraste avec le rapport guru/élève, la spécificité de la relation amoureuse consiste dans le fait que les deux personnes jouent les deux rôles (guru/élève) en même temps. Mais elles se ressemblent par la révérence, le respect que chacun des membres de la relation éprouve pour l’autre.

Les relations amoureuses nous font grandir

Le psychologue Jeremy Dean a étudié la façon dont les gens se perçoivent et comment ils peuvent mieux se comprendre à travers le point de vue de leur partenaire. Comment agir au mieux ? Nous pouvons nous inspirer de la pratique du maître hindou : « orientation sans jugement, sagesse sans ego, amour sans attente ».

Jay Shetty soutient que les amis, la famille et les autres personnes de notre entourage ne peuvent que très difficilement faire preuve de ces trois qualités en raison de leur perspective partielle et partiale. L’amoureux, selon lui, pourrait en revanche y parvenir, car il nous connaît plus complètement.

L’auteur parle également de la « théorie de l’amélioration de soi » d’Arthur et d’Elaine Aron. Celle-ci considère que les relations améliorent l’identité personnelle en nous permettant de découvrir des choses (compétences, perspectives, traits de personnalité) qui nous font défaut.

« Notre partenaire amoureux élargit notre perception de nous-mêmes, car il nous permet d’accéder à des ressources plus grandes. »

(Les 8 lois de l’amour, Chapitre 4)

Devenir un meilleur guru

Quelles sont les qualités d’un bon guru et d’un bon disciple ? C’est l’objet du livre The Guru and Disciple Book de Kripamoya Das (l’ancien maître de Jay Shetty).

Voici les 4 conseils/caractéristiques que l’auteur donne pour être un bon guru :

  • Ne pas diriger, mais servir ;
  • Donner l’exemple ;
  • Soutenez ses objectifs, et pas les vôtres ;
  • Ni critique, ni jugement, ni insultes.

Il propose ensuite plusieurs anecdotes et un grand nombre d’exercices « à essayer » pour devenir un meilleur guru et aider, par exemple, notre partenaire à trouver ses objectifs. Le chapitre comprend aussi des analyses théoriques et des histoires sur les moines japonais afin de démontrer la nécessité de soutenir son partenaire dans son propre apprentissage.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Sources of Power / Les sources du pouvoir

Devenir un meilleur élève

Voici maintenant les règles à suivre pour s’améliorer en tant qu’élève. Vous devrez être… :

  • Ouvert d’esprit et curieux ;
  • Humble ;
  • Bon traducteur ;
  • Reconnaissant ;
  • Capable de rester vous-même !

Le dernier point est particulièrement important : l’auteur y souligne que l’amour n’est pas une relation de soumission à autrui. Il est particulièrement important de reconnaître les abus et de mettre fin à une relation de ce type. C’est notamment l’objet du livre Se libérer de l’emprise émotionnelle.

Le plus beau cadeau du guru

Jay Shetty termine ce chapitre par ces mots :

« Deux partenaires qui s’épanouissent ensemble s’aident, lentement mais sûrement, à observer, à apprendre et à grandir dans différents domaines. Le mal-être provoqué par le changement est compensé par le plaisir d’une compréhension partagée. »

(Les 8 lois de l’amour, Chapitre 4)

Les exercices « À essayer » de ce chapitre

  • « Bilan : pouvez-vous apprendre et grandir auprès de votre partenaire ? » (p. 137-140) ;
  • « Aidez votre partenaire à découvrir ses objectifs » (p. 145) ;
  • « Identifiez le mode d’apprentissage de votre partenaire » (p. 146-147) ;
  • « Appréciez le savoir de votre partenaire » (p. 154) ;
  • « Présentez une nouvelle idée » (p. 155-157) ;
  • « Reconnaissez les compétences de votre guru » (p. 158-159).

Loi 5 : Le but de la vie avant tout

Dans un couple, est-ce que chacun doit avoir son but ? Ou bien l’objectif est-il, comme le disait Antoine de Saint-Exupéry, de « regarder dans la même direction » ? Et si les deux choses n’étaient pas nécessairement contradictoires ? Ce sont les questions qui sont explorées dans ce dernier chapitre de la deuxième partie.

En fait, pour l’auteur, les choses sont claires : pour que la relation s’épanouisse au mieux, il est important que chacun donne la meilleure version de lui-même. Or, pour ce faire, il doit être capable de son propre but.

le Dharma votre boussole

Le dharma : votre boussole

Dans l’hindouisme, le but se dit dharma. En réalité, la notion désigne un mélange « de passion, d’expertise et de dévouement ». Jay Shetty expose différents types de buts comme avoir un emploi satisfaisant, une passion, devenir parent ou bénévole dans une association, etc.

Le Dharma ne s’identifie à aucun d’eux ; il n’est pas une activité spécifique, mais la raison pour laquelle les gens font cette activité, que ce soit « pour créer quelque chose, pour connecter les gens, pour partager ce que vous avez appris, pour servir les autres ou le monde ».

L’auteur explore en détail ces différents points en citant les recherches du professeur de développement humain Anthony Burrow sur la relation entre satisfaction, objectifs et réseaux sociaux. Il relate également les débats philosophiques autour de l’hédonisme (bonheur par le plaisir) et de l’eudaimonia (bonheur de l’épanouissement personnel) et raconte une histoire bouddhiste sur le fait de se donner la priorité à soi-même.

Il propose également un schéma issu des Védas. Ceux-ci énumèrent quatre « grandes quêtes » qui forment un cycle :

  1. Dharma (connaître le but de votre vie permet à vous-même et à votre partenaire de savoir clairement quelles sont vos valeurs et vos priorités) ;
  2. Artha (chercher à créer une stabilité dans les domaines de la finance, de la santé et du développement personnel) ;
  3. Kama (plaisir et lien. Il s’agit de vos relations avec autrui) ;
  4. Moksha (se libérer du monde matériel en se reliant à l’Esprit).

Comment donner la priorité à votre dharma (la pyramide de la raison d’être)

Après avoir étudié ce point, Jay Shetty propose une « pyramide de la raison d’être » plus complexe qui a pour vocation à montrer comment nous parvenons à construire une raison d’être solide (si ce n’est déjà fait).

La pyramide de la raison d’être est composée de 5 étages :

  1. Apprendre ;
  2. Expérimenter ;
  3. S’épanouir ;
  4. Gérer ;
  5. Gagner.

Les individus commencent en général par en apprendre davantage sur un sujet d’intérêt (1), puis ils expérimentent cette connaissance en faisant beaucoup d’essais et d’erreurs (2). S’ils persévèrent et surmontent les obstacles, ils s’épanouissent dans leur activité (3) ; cependant, pour être pleinement en possession de sa raison d’être et célébrer ses réussites (5), il faut encore être patient et gérer les surprises du quotidien (4).

Aidez votre partenaire à donner la priorité à sa raison d’être

Jay Shetty raconte plusieurs histoires visant à nous montrer comment nous pouvons soutenir notre partenaire dans sa recherche d’un objectif, puis dans son accomplissement. Il montre aussi qu’il n’est pas toujours facile d’équilibrer les différents aspects de sa vie. Brigid Schulte, une journaliste, ainsi que le pilote de voiture de course Lewis Hamilton, sont pris en exemples.

Jay Shetty insiste sur l’importance de laisser de la place à chacun dans la relation. Au cours de l’existence, les occasions de déséquilibre ne manquent pas : changement de situation professionnelle, enfants, etc. Pourtant, nous pouvons trouver les moyens de rééquilibrer la relation et de trouver des objectifs communs qui transcendent les objectifs de chacun (voir les exercices « À essayer »).

Quand deux raisons d’être s’opposent

Même en faisant de notre mieux, il n’est pas toujours facile de composer avec les objectifs de l’autre, surtout quand ceux-ci s’opposent directement aux nôtres (ou les nôtres à ceux de notre partenaire). Que faire dans ces cas-là ?

L’auteur donne une série de conseils pour parvenir à un accord. Il suggère, par exemple, de donner la priorité à un objectif, puis à l’autre. L’organisation du temps est ici particulièrement importante. En cas de déséquilibre majeur, vous pouvez chercher à « rééquilibrer les dharmas » au sein du couple.

Les exercices « À essayer » de ce chapitre

  • « Découvrir votre raison d’être » (p. 171-173) ;
  • « Rencontrez un mentor » (p. 174-176) ;
  • « Bilan : réorganisez votre temps libre » (p. 176-178) ;
  • « Fixez-vous des objectifs ensemble » (p. 184-185) ;
  • « Régler un déséquilibre des dharmas » (p. 201-202) ;
  • « Échangez votre temps » (p. 205).
Rupture amoureuse : ce que Jay Shetty en dit

Partie 3 — La guérison

Dans cette partie, Jay Shetty se penche sur l’ashram de Vanaprastha. Les thèmes privilégiés sont la dispute, le pardon et la rupture.

Loi 6 : Gagnez ou perdez ensemble

Le conflit est nécessaire à un couple. Même s’il a généralement mauvaise presse, il joue en fait un rôle important. Comme l’exprime cette citation, les disputes permettent de mieux connaître l’autre.

« Les partenaires qui évitent les conflits ne comprennent pas les priorités, les valeurs ou les difficultés de l’autre. Tous les couples se disputent, ou tout du moins le devraient-ils. »

(Les 8 lois de l’amour, Chapitre 6)

Beaucoup de gens pensent qu’une relation « parfaite » signifie ne pas se disputer du tout, mais c’est une erreur. Nous devrions nous disputer quand cela est nécessaire, afin que les problèmes ne s’aggravent pas.

Nous devrions même aborder les conflits comme des problèmes communs. La communication non violente, dont Jay Shetty cite des exemples, est une ressource précieuse pour venir à bout des disputes de couples. En fait, l’objectif n’est pas de se vaincre l’un l’autre, mais bien de trouver une solution commune au problème.

Dans une courte section, l’auteur évoque également l’importance de ne pas confondre conflit et maltraitance. Il propose un tableau très utile pour bien différencier les deux (p. 219).

L’origine d’une dispute

Il s’intéresse ensuite à l’origine de nos disputes. Selon le Bhagavad-Gita, un texte hindou sacré, il y a trois énergies sacrées :

  • Celle liée à l’ignorance (tamas) ;
  • Puis celle liée à l’impulsivité (rajas) ;
  • Et enfin celle qui est liée à la bonté (sattva).

Pour Jay Shetty, ces trois énergies créent trois types de conflits :

  • Disputes vaines = s’emporter de manière irréfléchie, ne rien résoudre.
  • Rapports de force = avoir envie de l’emporter sur l’autre, la guerre des égos.
  • Disputes productives = chercher à comprendre, trouver une solution.

Nous n’avons pas besoin de changer ou d’assumer aucune responsabilité » (176). Un désir d’avoir raison ne résoudra pas le problème, de sorte que le chapitre comprend un exercice pour trouver l’ego et la passion dans une dispute et souligne la nécessité pour les deux personnes de voir les malentendus qui se sont produits et leur rôle en eux.

Comment avoir des disputes productives

Nous pouvons réussir à avoir des disputes plus productives si nous avons véritablement « le désir de faire équipe ». Voici les conseils donnés dans cette section.

  • Purifier l’ego = accepter que vous soyez peut-être dans l’erreur et vous ouvrir aux raisons de l’autre ;
  • Diagnostiquer le fond du problème = il existe plusieurs types de conflits (intérieur, social, interpersonnel) et il importe de cerner de quel type il s’agit.
  • Découvrir sa forme de dispute = certains préfèrent vider leur sac, d’autres se cachent et d’autres encore explosent… Il faut le savoir et « agir » en conséquence.

Gagner ensemble

Jay Shetty propose ensuite un acronyme pour aller plus loin dans son analyse. Il propose de résoudre ensemble les conflits en utilisant les « 5 E » :

  1. Endroit et moment ;
  2. Expression ;
  3. Évacuation de la colère ;
  4. Engagement ;
  5. Évolution.

Premièrement, choisissez un endroit sûr et un moment optimal pour vous disputer. Pas toujours facile quand nous « explosons », direz-vous ! Mais c’est possible. L’auteur expose les recherches d’Art Markman, neuroscientifique, sur l’expression saine de la colère pour nous montrer comment tenter le coup.

Le terme « Expression » signifie considérer attentivement les mots dits et utiliser le mot « nous » lorsque vous abordez un problème, afin de désigner clairement sa nature commune.

La phase d’évacuation de la colère a pour objectif d’atteindre cet état d’ouverture et d’empathie sans lequel aucune résolution saine du conflit n’est possible.

L’engagement implique un accord vers le changement et la création de propositions.

Enfin, l’évolution signifie que le couple grandit du conflit en s’excusant et en assumant leurs responsabilités respectives. Cette dernière étape implique trois sous-étapes : l’acceptation, la verbalisation et l’action.

À noter : la dispute peut devenir une vraie habitude et même une sorte de cercle vicieux dans le couple. Les psychiatres Phillip Lee et Diane Rudolph montrent en effet que certains ménages peuvent devenir accros au conflit et s’enfermer dans ce schéma, sans jamais trouver de solution concrète à leurs problèmes.

Les exercices « À essayer » de ce chapitre

  • « Passer d’une dispute à un objectif commun » (p. 217-218) ;
  • « Identifiez l’ego et la passion dans le conflit » (p. 225-226) ;
  • « Identifiez la forme de dispute de votre partenaire et la vôtre » (p. 232) ;
  • « Passez un accord au sujet de votre prochaine dispute » (p. 239-240) ;
  • « Discuter des problèmes complexes » (p. 243-244) ;
  • « Écrire une lettre pour s’excuser » (p. 249-250).

Loi 7 : Lors d’une rupture, ce n’est pas vous qui vous écroulez

rupture et lois de l'amour

Jay Shetty utilise une analogie connue : la maison. Une relation amoureuse qui prend fin est comme une maison dont les murs s’effritent, puis s’écroulent. Nous avons tous des défauts, là n’est pas la question. Ce qui importe, ainsi que nous l’avons vu au chapitre antérieur, est de savoir résoudre les conflits pour qu’ils ne s’enveniment pas.

Les signes de problème

L’auteur met en exergue trois problèmes qui sont souvent la cause des ruptures :

  • L’infidélité ;
  • La perte d’intérêt ;
  • Le manque d’intimité (au sens large).
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Conversations Cruciales - 2

Jay Shetty y insiste à nouveau : la violence et toute forme de maltraitance doivent être combattues. Une personne qui subit une telle situation doit rompre le plus rapidement possible, pour son propre bien.

Nourrir l’intimité

La perte d’intimité est souvent le fruit d’un manque d’énergie mise dans la relation. Pourtant, il y a des façons de combler ce manque de connexion et de communication. D’abord, Jay Shetty conseille de faire des choses par soi-même. En parler à l’autre ajoute à la conversation ; en plus de vous nourrir vous-même, cela nourrit le couple.

D’autre part, créer ou participer à des activités communes peut également créer un sentiment d’intimité et de fierté de couple. Pourquoi ne pas prendre des cours de danse, par exemple ? Trouver des lieux où échanger renforce considérablement la relation.

L’auteur aborde en particulier trois types d’activités :

  • Le divertissement (aller voir un film ensemble, par exemple) ;
  • L’expérience (faire un voyage et en parler à son conjoint, faire du bénévolat, etc.) ;
  • L’éducation (reprendre des études).

Jay Shetty rapporte comment sa femme et lui cultivent leur intimité via des amitiés nouvelles et des expériences partagées. Nous pouvons également développer notre intimité en reconnaissant nos valeurs respectives et en éprouvant de la gratitude les uns pour les autres.

S’élever ou se séparer

Lorsque la décision de rester ensemble ou de rompre se fait insistante, il faut y répondre de la façon la plus sage possible. Jay Shetty propose un canevas en 5 étapes pour nous aider à nous décider. Il l’appelle la « voie de l’élévation ».

  1. Intolérance ;
  2. Tolérance ;
  3. Compréhension ;
  4. Acceptation ;
  5. Appréciation.

Lors de ses séances de coaching de vie ou de couple, Jay Shetty conduit les personnes qu’il reçoit à se demander si leur problème est totalement intolérable ou s’il peut être toléré, voire compris et accepté. Lorsqu’il est apprécié, nous reconnaissons que le problème fait partie intégrante de notre partenaire.

En fonction de notre capacité commune à évaluer le ou les problèmes selon cette échelle, nous pouvons décider en conscience de continuer ou de rompre.

Rompre en conscience

Si la rupture a lieu, il importe au plus haut point de faire le point sur sa peur d’être seul. Toute rupture crée un changement radical, mais mieux vaut s’en aller que de maintenir une relation malsaine à tout prix.

Lorsque nous nous retrouvons seuls, le cerveau se met en branle et nous pouvons nous sentir particulièrement fragiles. Pourtant, l’auteur rappelle à partir de textes indiens que « l’âme ne se rompt pas ». Quoi qu’il en soit, la rupture sera plus facile si vous avez suivi les règles énoncées dans les sections précédentes.

Il décrit le processus de rupture et donne des conseils pour les deux situations :

  • Lorsque c’est vous qui rompez ;
  • Quand c’est l’autre qui prend la décision.

Jay Shetty souligne l’importance de se raconter. des histoires pour donner du sens à nos aventures amoureuses. Il expose des théories scientifiques pour nous montrer qu’il est plus facile d’aller de l’avant lorsque nous créons ce sens.

Tirez les leçons karmiques de vos erreurs

Chaque relation — et chaque rupture — nous apprend quelque chose. Nous pouvons donc tirer les leçons « karmiques » de nos erreurs. Cea peut prendre du temps, et c’est entre autres pourquoi il vaut mieux ne pas se jeter à corps perdu dans une nouvelle relation trop vite.

Certains amis reviennent dans nos vies après une rupture. La solitude est également le moment pour se retrouver et réfléchir, voire renforcer son estime de soi.

Les exercices « À essayer » de ce chapitre

  • « Bilan : pour quelles raisons partez-vous ? » (p. 261) ;
  • « S’entourer de soutien » (p. 275-276) ;
  • « Faire son deuil » (p. 293-294) ;
  • « Prises de conscience » (p. 297-298) ;
  • « Check-list : êtes-vous prêt à ressortir avec quelqu’un ? » (p. 303-304).
Reliance au monde : la dernière loi de l'amour

Partie 4 — La reliance

L’amour peut être élargi au-delà de la relation amoureuse et des rapports familiaux. L’objet de cette dernière partie est de comprendre cette forme de l’amour que l’auteur nomme « reliance ». Celle-ci s’élance vers la famille, les amis, mais aussi, au-delà, vers nos connaissances, nos collègues, les étrangers et finalement la Terre tout entière.

Loi 8 : Aimez encore et toujours

La quatrième étape de la vie selon les Védas, l’ashram Sannyasa, implique la notion de service aux autres et à ce qui nous relie tous : le monde ou, pour la religion, le divin. Dans la philosophie hindoue, cette dernière étape implique de renoncer aux « désirs matériels » et de se concentrer sur la spiritualité.

Attendre l’amour ou l’expérimenter

Jay Shetty revisite cette dernière étape de la sagesse des Védas pour aborder la question de l’amour d’autrui et, surtout, la façon dont nous pouvons diffuser l’amour, au lieu de le recevoir.

« Au lieu d’attendre l’amour, à nous de trouver des façons de l’exprimer. »

(Les 8 lois de l’amour, Chapitre 8)

Comment donner de l’amour

Il n’est pas toujours facile d’avoir de l’empathie pour les choses qui nous sont lointaines. Nous avons une préférence naturelle pour ce qui nous est proche. Jay Shetty cite Jamil Zaki, professeur de psychologie à Stanford, pour appuyer ses arguments.

Pourtant, à force de travail, nous pouvons peut-être parvenir à étendre notre conception de l’amour et à embrasser un maximum d’êtres. C’est vers cela que nous devrions au moins tendre.

Aimez les personnes qui vous sont les plus proches

Cela dit, nous sommes face à une difficulté, car souvent, nous avons du mal à aimer correctement même les personnes qui nous sont les plus proches. Nous leur en voulons pour ceci ou pour cela. L’auteur commence donc par trouver des voies pour nous aider à aimer notre famille et nos amis pour ce qu’ils sont, et non pour leurs uniques comportements extérieurs.

Dans l’un des exercices « À essayer », Jay Shetty recommande d’organiser ses contacts en différents groupes en fonction de la proximité, puis de décider du temps que nous allons donner aux personnes d’une certaine catégorie (famille, amis, collègues, etc.). L’objectif de cet exercice est de donner la priorité à ceux avec qui nous voulons maintenir les liens les plus proches, tout en n’oubliant pas les personnes que nous ne voyons pas souvent.

Appréciez vos collègues

Nous voulons tous être appréciés dans notre travail. D’autant plus que nous y passons souvent beaucoup de temps. Les sentiments d’amitié et de respect y ont une importance cruciale, au point que de nombreuses personnes accepteraient de changer de travail si elles se sentaient plus reconnues et appréciées dans le nouveau.

Nous pouvons apprendre à donner de nous-mêmes pour créer des environnements plus chaleureux, par exemple en :

  • nous donnant à fond pour des projets qui tiennent à cœur à l’équipe ;
  • offrant nos compétences aux plus jeunes et en leur servant de mentors ;
  • donnant des feedbacks constructifs et en encourageant nos collègues ;
  • respectant et en accueillant les recommandations de personnes plus expérimentées que nous.

L’auteur raconte toutefois une parabole : celle du crocodile et du singe. Lorsque nous sommes faces à des « crocodiles », évitons de « faire le singe ». Parfois, la gentillesse n’est pas de mise. Si vous êtes pris dans des rapports de force potentiellement destructeurs, il convient de savoir se défendre et agir — sans devenir soi-même un prédateur.

Être une source d’inspiration pour les inconnus

Jay Shetty consacre une courte section à la protection des uns et des autres au sein de sa communauté (voisins, etc.). Puis, il évoque l’importance de devenir un exemple pour autrui. Il relate l’histoire d’un policier qui a offert des chaussures à un sans-abri qui marchait pieds nus dans la rue en plein hiver.

Dans la courte section suivante, Jay Shetty invite tout un chacun à aider les associations et à faire du bénévolat.

Au contact de la Terre

Pour terminer, Jay Shetty propose un schéma qu’il nomme « les cercles de l’affection ». Ceux-ci s’imbriquent de façon concentrique :

  • Famille ;
  • Amis ;
  • Collègues ;
  • Entourage ;
  • Inconnus ;
  • Associations ;
  • La Terre.

Pour résumer, le concept de service est la clé de cette étape de la vie. Cette règle élargit l’amour pour y inclure celui que nous portons à tous, de nos amis à des associations qui viennent en aide à des inconnus. Jay Shetty souligne aussi que l’argent, pour utile qu’il soit, n’est pas le seul moyen de soutenir des causes importantes.

S’impliquer personnellement est une meilleure façon de pratiquer l’amour. Il prend l’exemple de plusieurs associations, notamment au service des animaux. En effet, l’enjeu est d’élargir notre sollicitude aux êtres qui ne sont pas humains, et finalement à la Terre, qui fait face au changement climatique.

Nous avons souvent des difficultés à sentir cet aspect de l’amour, car cet enjeu nous paraît vaste et lointain. Pourtant, Jay Shetty croit que nous sommes capables de travailler sur nous-mêmes pour répondre à ces enjeux de façon positive.

Les exercices « À essayer » de ce chapitre

  • « Aider un proche difficile à trouver de l’affection autour de lui » (p. 324) ;
  • « Structurez la liste de vos proches » (p. 326-327) ;
  • « Exprimer son affection au travail » (p. 329-330)
Les 8 lois de l'amour selon Jay Shetty

Conclusion sur « Les 8 lois de l’amour » de Jay Shetty :

Ce qu’il faut retenir de « Les 8 lois de l’amour » de Jay Shetty :

Jay Shetty propose un livre pratique, un manuel même, au sujet de l’amour. Il applique et réinterprète bon nombre de sagesses indiennes en les mélangeant avec des ouvrages de développement personnel et des études de psychologie sociale ou de neurosciences.

L’ensemble est cohérent et se lit facilement. Nous passons de la création de la relation amoureuse à sa solidification, puis à la rupture ou — à minima — aux difficultés. L’ouvrage se termine finalement sur la question de l’amour pour autrui, dans nos relations familiales, professionnelles, sociales et même « écologiques » — c’est-à-dire avec des êtres non humains.

Que retenir, finalement ? Que cela vaut la peine d' »aimer encore et toujours », à condition d’apprendre cet art d’aimer si bien connu des sagesses anciennes — et que nous avons un peu perdu. Eh oui, l’amour se travaille et c’est surtout en le donnant que nous le pratiquerons et que nous nous améliorerons !

Points forts :

  • Un ouvrage qui combine développement personnel et érudition indienne ;
  • De nombreux exercices à essayer ;
  • Des exemples de lettres à écrire et de méditations à réaliser.

Point faible :

  • Je n’en ai pas trouvé.

Ma note :

★★★★★

Avez-vous lu le livre de Jay Shetty « Les 8 lois de l’amour » ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (Pas encore de Note)

Loading...

Visitez Amazon afin de lire plus de commentaires sur le livre de Jay Shetty « Les 8 lois de l’amour ».

Visitez Amazon afin d’acheter le livre de Jay Shetty « Les 8 lois de l’amour ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez
WhatsApp
Partagez
Tweetez
Enregistrer