Une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie.

Les manipulateurs sont parmi nous

Couverture de Les manipulateurs sont parmi nous d'Isabelle Nazare-Aga

Résumé de « Les manipulateurs sont parmi nous » d’Isabelle Nazare-Aga : découvrez ce livre passionnant qui analyse les types de personnalités manipulatrices et vous montre comment y faire face.

Par Isabelle Nazare-Aga, 2020 (4e édition), 310 pages.

Table des matières

Chronique et résumé de « Les manipulateurs sont parmi nous » d’Isabelle Nazare-Aga

Un mot sur l’auteure

Isabelle Nazare-Aga est diplômée en psychomotricité, thérapies comportementales et cognitives. Elle est aussi certifiée en sophrologie et en programmation neurolinguistique. Elle a également suivi un cursus universitaire en « stress et traumatismes majeurs.

Comme elle le dit elle-même sur son site, elle est passionnée par la nature humaine depuis l’adolescence. Elle a créé, bien plus tard, de nombreux groupes d’affirmation de soi. Son plus grand succès de librairie reste le livre dont vous allez découvrir ici la chronique.

Isabelle Nazare-Aga pratique en cabinet privé. Mais elle s’investit également dans les entreprises et surtout dans les hôpitaux (y compris services d’urgence et SAMU) où elle forme à la communication et aux relations humaines.

C’est une sportive accomplie, ainsi qu’une lectrice, une cinéphile, une voyageuse et une gemmologue assidue… Sans compter qu’elle pilote aussi des avions !

On notera, parmi ses autres livres :

  • Les manipulateurs et l’amour (dernière édition en date, 2013) ;
  • Les parents manipulateurs (2014) ;
  • Je suis comme je suis (2015) ;
  • Sortez de votre coquille (2015) ;
  • Approcher les autres : est-ce si difficile ? (2004)

Introduction

La manipulation est un phénomène dont on parle de plus en plus, notamment sous le vocable (venu de la psychanalyse) de « pervers narcissique ». Ce n’est donc pas pour rien que l’ouvrage d’Isabelle Nazare-Aga en est à sa quatrième édition depuis 1997 : c’est un thème qui intéresse beaucoup de monde et qui a une portée pratique indéniable.

Quel est le fonctionnement d’une personne manipulatrice ? Comment sortir d’une relation toxique ou faire face à un supérieur hiérarchique qui abuse de son autorité ? Comment faire face à une mère qui vous sollicite et vous culpabilise sans arrêt ?

L’ouvrage que vous allez découvrir fourmille d’exemples utiles et propose les réponses adéquates à apporter !

Partie 1. Qui sont les manipulateurs ?

Chapitre 1. Les masques du manipulateur relationnel

Pas toujours facile de savoir à qui on a affaire ! C’est pourquoi l’auteur nous montre différentes facettes de la manipulation relationnelle.

Le manipulateur sympathique

Le premier masque est la sympathie. Attention, cela ne signifie pas que toutes les personnes sympathiques sont manipulatrices ! La différence : le manipulateur sympathique va utiliser cette qualité pour parvenir à ses fins. Il se montrera affable, affirmé, prompt à complimenter et à aider. En fait, il voudra surtout vous « mettre dans sa poche » pour vous utiliser quand il en aura besoin.

Le manipulateur séducteur

Le manipulateur séducteur charme et fascine son entourage : rien ni personne ne lui résiste. La fascination (du latin fascinatio, le charme, le maléfice) est néfaste, parce qu’elle vous soumet à celui pour qui vous éprouvez ce sentiment. Le manipulateur séducteur cherche à vous réduire à l’état de simple moyen pour atteindre ses fins.

Le manipulateur altruiste

On pourrait penser que l’altruisme ne fait pas partie des caractéristiques du manipulateur. Et pourtant, il peut aussi se cacher sous ce masque ! Le manipulateur altruiste nous donne ou nous offre tout, certes, mais il cherchera à recevoir sa contrepartie un jour ou l’autre. “Il est tellement gentil, tellement serviable qu’on ne peut pas lui dire « non ».” En d’autres termes, il active à merveille le principe de réciprocité inhérent aux relations sociales.

Le manipulateur cultivé

Le manipulateur cultivé fait quant à lui un usage perfide de son intelligence. Il méprise l’autre et fait étalage de sa culture. Par contre, il aime peu les questions et reste souvent vague, préférant affirmer qu’expliquer et réfléchir. Il utilise l’argument d’autorité et s’attend à ce que vous montriez de la déférence à son égard. La fameuse étude de Stanley Milgram permet d’éclairer ce type de comportement.

Le manipulateur timide

La timidité permet-elle d’arriver à ses fins en manipulant l’autre ? Eh bien oui… Le manipulateur timide crée des conflits « par derrière », reste en retrait mais n’en pense pas moins. Il est souvent difficile à déceler. Cela dit, il n’en utilise pas moins les autres, et notamment son ou sa conjointe, pour délivrer ses critiques et créer des malaises.

Le manipulateur dictateur

Contrairement au précédent, on voit normalement arriver le manipulateur dictateur à cent mètres. La peur lui sert de levier : il n’est ni agréable, ni charmeur, ni discret. Il affirme ses exigences sans se soucier des politesses d’usage et fait appliquer ses règles — ses « vérités » — à l’ensemble de celles et ceux qui l’entourent (au boulot comme en famille). Tous les manipulateurs créent des conséquences psychologiques négatives. Mais ce dernier est particulièrement désagréable à vivre au quotidien.

Chapitre 2. Les caractéristiques du manipulateur relationnel

Trente caractéristiques

L’auteure a dégagé de ses enquêtes une liste de 30 caractéristiques liées aux personnalités manipulatrices. Pour pouvoir qualifier quelqu’un de « manipulateur », Isabelle Nazare-Aga considère qu’il faut pouvoir lui appliquer au moins 14 de ces critères. Vous retrouverez toutes les caractéristiques dans le livre !

En voici quelques-unes :

  • Dévalorisation de l’autre, mise en doute des qualités, des compétences, de la personnalité ;
  • Création de conflits et d’une atmosphère de suspicion ;
  • Efficacité, mais aux dépens d’autrui (utilisation d’autrui comme un simple moyen) ;
  • Utilisation de la menace (déguisée) ou du chantage ouvert ;
  • Etc.

Sommes-nous tous des manipulateurs ?

À la lecture de ces critères, vous pourriez vous sentir manipulé ou manipulateur. Mais attention ! Il y a une différence capitale entre agir de temps à autre selon l’un ou l’autre de ces critères et les répéter, de manière toujours plus ou moins délibérée et consciente. Dans ce dernier cas seulement, on peut parler de personnalité manipulatrice.

Vous pouvez parfois faire certaines choses qui relèvent peu ou prou de la manipulation (agir égoïstement, faire preuve de jalousie, faire du chantage) sans être un manipulateur pour autant. Vous pouvez aussi subir certains comportements sans être pour autant la victime d’une personnalité manipulatrice.

Le critère clé de la manipulation est la dévalorisation. Celle-ci passe souvent par un phénomène de projection : le manipulateur vous fait croire qu’il est supérieur en faisant tout pour vous rendre inférieur. C’est un mécanisme de défense qu’il a mis en place dans l’enfance et qu’il a automatisé.

Selon les calculs de l’auteure, il y aurait entre 2 à 3 % de manipulateurs réels dans la population. Ils sont donc assez peu nombreux. Mais cela n’empêche pas de s’intéresser aux dégâts psychologiques qu’ils peuvent causer et qui sont importants. Il y aurait autant de femmes que d’hommes.

Autre point important : les manipulateurs ne sont pas tous conscients de l’être, ou du moins pas clairement. En fait, la grande majorité s’ignore très probablement. Par ailleurs, il sera souvent très difficile de le lui faire reconnaître, même s’il existe des contre-exemples.

Attention au manipulateur qui se cache sous le masque de la respectabilité liée à une fonction ou à un métier (policier, prêtre, thérapeute, etc.). La plupart du temps, nous faisons confiance et avons raison de le faire. Mais si vous repérez des signes, redoublez votre vigilance ! Le manipulateur cherchera à échapper à ses responsabilités et à vous faire porter le chapeau.

Le comportement non verbal du manipulateur

Quels sont les traits spécifiques de la communication non verbale du manipulateur ?

  • Regard fuyant ;
  • Écoute aversive (détournement du regard, absence de regard « de bienvenue » lorsque l’interlocuteur se met à parler) ;
  • Volume sonore plus faible ou plus fort (parole, rire, etc.) ;
  • Attitude corporelle plus imposante ou, au contraire, plus effacée (décontraction exagérée, désynchronisation par rapport à l’attitude « attendue ») ;
  • Gestes variables en fonction de l’interlocuteur et de l’effet souhaité (plus difficile à déceler) ;
  • Expression du visage maîtrisée (excès de sérieux ou ironie, impression de maîtrise de soi parfaite).

Le manipulateur cherche plus que toute autre personne à maîtriser ses émotions négatives et positives. Mais le langage non verbal peut parfois le trahir. Encore une fois : nous faisons tous cela, parfois, et nous pouvons tous être trahis par la communication non verbale. Mais le manipulateur est devenu un expert (souvent inconscient) de cette pratique !

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Ces Idées qui Collent - Pourquoi Certaines Idées Survivent et d’Autres Meurent - 2

Chapitre 3. Les dégâts psychologiques et somatiques

C’est la raison pour laquelle il faut s’intéresser aux manipulateurs. Un grand nombre de personnes qui sont en contact avec eux ne savent pas se protéger et cela devient un problème :

  • « Il me ronge » ;
  • « Elle me pompe toute mon énergie » ;
  • « Elle me rend malade » ;
  • « Il me rend fou » ;
  • « Je me sens déprimée dès que je lui parle… » ;
  • Etc.

Le stress

Le stress est l’une des manifestations les plus courantes liées à la coprésence avec les personnalités manipulatrices. Or, le stress peut rendre malade. Ce stress peut engendrer, outre des troubles physiques :

  • de l’agressivité ;
  • des troubles alimentaires ou de l’alcoolisme ;
  • une baisse de performance (manque de concentration, etc.).

Il faut ici encore distinguer les manipulateurs des personnes qui sont elles-mêmes anxieuses, pessimistes. Celles-ci peuvent être très dures à vivre, mais elles ne chercheront pas à vous nuire complètement comme le feront les manipulateurs.

« Le contact prolongé avec un manipulateur est une affaire sérieuse. C’est un stresseur très puissant. » (Les manipulateurs sont parmi nous, p. 70)

Aller simple chez le médecin

Attention, car le manipulateur va souvent vous faire croire que c’est vous le grand malade. Et au bout d’un temps, il aura raison ! Parce qu’il vous aura effectivement miné et vous aurez besoin de soins. Mais c’est là toute la perversion de l’affaire : votre malaise devient le prétexte parfait, puisqu’il permet au manipulateur de manifester sa supériorité.

Le manipulé a-t-il une part de responsabilité ?

Comme on le verra dans la suite des chapitres, il est possible de se protéger des manipulateurs et de se reconstruire. Mais est-ce qu’on s’enlise dans une telle relation volontairement ? Pour Isabelle Nazare-Aga, c’est non, ou du moins c’est plus compliqué qu’il n’y paraît.

Les manipulateurs exploitent souvent les lacunes des personnes qui sont peu, voire pas affirmées. Ces personnes ne reconnaissent pas leurs propres besoins et ne perçoivent pas les limites entre la modération et l’excès de culpabilité, par exemple.

Les personnes non affirmées se laissent parfois manipuler parce qu’elles manquent de discernement et attendent des autres qu’ils favorisent (voire prennent en charge) leur épanouissement personnel.

Il y a donc une naïveté, une passivité, un état de soumission et d’irrationalité qui est le terreau de la manipulation. Mais des êtres affirmés peuvent également se faire duper et souffrir des personnalités manipulatrices.

Dans tous les cas, il importe de ne pas juger trop vite les victimes. Le pouvoir de manipuler peut être subtil et difficilement détectable. Par ailleurs, nous sommes naturellement enclins à croire que l’autre fait preuve de morale, respecte les codes et fait preuve d’amour. On pense donc qu’il agit « pour notre bien ». Et on ne s’attend pas à ce que des proches puissent « nous détruire à petit feu ».

Chapitre 4. Il culpabilise les autres

La culpabilisation est une pratique courante qui vise à faire porter la responsabilité sur quelqu’un, souvent en vue de le faire agir dans un sens ou dans un autre. Elle devient un problème lorsqu’elle se systématise. Les manipulateurs culpabilisent souvent les personnes de leur entourage ; toutefois, on peut culpabiliser quelqu’un (même beaucoup) sans être pour autant un manipulateur. Tour d’horizon.

Fautes réelles ou imaginaires

Une mère peut, par exemple, culpabiliser sa fille à plusieurs niveaux. C’est ce qu’a vécu Clara. Celle-ci voit sa confiance en soi et ses performances baisser. Mais ses fautes sont-elles réelles ou imaginaires ?

Il y a culpabilité réelle s’il y a violation majeure, objective, d’une règle sociale. En revanche, la faute devient imaginaire dès qu’elle devient subjective et qu’elle fait écho à un « crime » supposé qui a été profondément incorporé. La culpabilité est alors profonde et inconsciente et fait d’énormes ravages psychologiques, sociaux, professionnels.

Le manipulateur sait repérer cette culpabilité imaginaire et jouer avec elle, voire de la créer (par exemple dans une relation parent/enfant). Par exemple, le manipulateur ou la manipulatrice va faire jouer l’idée de sacrifice et créer une pseudocausalité accusatrice, comme dans les phrases suivantes :

  • « Si je n’ai pas divorcé de votre père plus tôt, alors qu’il m’a fait souffrir, c’est à cause de vous » ;
  • « Si je me suis mariée avec votre père, c’est parce que j’étais enceinte de toi. »

Il dit bien fort sa plainte, tout en se posant en sauveur. Il en va de façon similaire avec l’abandon : vous êtes taxé de tous les maux pour un désir d’indépendance qui apparait au manipulateur comme illégitime (alors qu’il ne l’est pas).

L’auteure donne d’autres exemples utiles et un bon conseil : « La réalité est là pour aider à trouver la bonne réponse. » Autrement dit, rappelez-lui les faits et demandez-lui qui est véritablement responsable de quoi.

La double contrainte

Il s’agit d’un mécanisme par lequel quelqu’un vous donne deux messages opposés, auxquels vous ne pouvez pas obéir en même temps. Il y a dans ce type de parole un paradoxe profondément perturbant et sclérosant. Voici l’exemple donné par l’auteure : « Je voudrais que tu m’embrasses spontanément ».

Impossible d’avoir raison ici, car :

  • Si vous embrassez, alors ce n’est pas spontané ;
  • Si vous n’embrassez pas, alors vous ne répondez pas à la demande.

Nous commettons tous des messages de ce type, souvent sans nous en rendre compte. Mais le manipulateur travaille avec eux de façon régulière et sournoise. Il cherche à convaincre sa victime du caractère réel de la faute.

« Le manipulateur démontre à sa manière que la faute imaginaire est en fait une faute réelle et donc passible de sanctions morales. Il veut vous persuader de l’existence d’une faute de comportement. » (Les manipulateurs sont parmi nous, chapitre 4)

Chapitre 5. Le manipulateur et la responsabilité

La démission

Malgré ce qu’il clame haut et fort, le manipulateur craint les responsabilités. Il préfère que d’autres les endossent à sa place.

L’évitement

Il tentera aussi régulièrement d’échapper à toute confrontation pour ne pas avoir à :

  • s’engager ;
  • se positionner ;
  • cautionner quelque chose ;
  • résoudre un problème.

Il va se mettre en avant favorablement ou, au contraire, se poser en victime de la situation. L’auteure énumère toute une série de solutions trouvées par les personnalités manipulatrices pour se défaire de leurs obligations (p. 98).

L’appropriation

Il ne veut pas faire beaucoup d’efforts, mais aime en revanche s’approprier les résultats positifs des actions entreprises par d’autres. Cela peut se faire plus ou moins ouvertement, selon le milieu (professionnel ou non, par exemple).

Le report sur autrui

Il est également expert pour agir dans le sens inverse : si un résultat négatif pointe à l’horizon, il préfère se détacher de toute responsabilité et la faire porter à quelqu’un d’autre.

La non-décision

En se plaçant à l’écart de toute décision, il met en avant l’incompétence (supposée) des autres, reste flou ou accuse. Comme le montre Isabelle Nazare-Aga, cela peut se passer dans le cadre professionnel ou conjugal.

Mais prêtez attention : la manipulatrice ou le manipulateur cherche à utiliser vos croyances limitantes (en votre stupidité, en votre culpabilité, etc.). Cherchez à les remettre en question pour gagner en force face à eux. Parmi les outils à votre disposition, notons que La PNL peut vous aider sur ce chemin.

L’utilisation d’intermédiaires

Le téléphone et le répondeur, les mémos autoadhésifs (Post-it) ou des messagers humains peuvent servir de relais aux manipulateurs qui ne souhaitent pas s’engager. Dans chaque cas, vérifiez que le message n’est pas destiné à vous nuire et à vous réduire à l’impuissance.

Chapitre 6. Le manipulateur et la communication

« Une des caractéristiques inhérentes au manipulateur est l’absence d’une communication simple et saine avec autrui. »

Opacité

Dans une communication positive, l’intention du message est correctement émise par l’émetteur au récepteur. Bien sûr, il y a souvent la place pour l’interprétation. Mais l’une des meilleures manières de communiquer consiste à faire l’effort de clarifier rapidement ce que nous voulons dire. Éventuellement, les questions sont là pour pallier un manque d’information.

Il y a des personnes floues qui ne sont pas manipulatrices. En revanche, tous les manipulateurs jouent avec le flou. Le manipulateur cachera volontairement une information en vue de vous culpabiliser ou de vous faire agir dans le sens attendu par lui. Vous pouvez consulter les situations et les exemples proposés par Isabelle Nazare-Aga pp. 109-110.

Comment procède-t-il ?

Il ne dit tout simplement pas tout ; ses phrases sont incomplètes. Il utilise des mots vagues et laisse planer le mystère (une de ses spécialités), aussi bien par ses expressions verbales que non verbales. À l’inverse, il peut profiter d’un jargon spécialisé pour noyer le poisson.

Les demandes détournées

Plutôt que de formuler clairement ses demandes, la manipulatrice ou le manipulateur se débrouilleront pour vous faire comprendre ce qu’ils attendent de vous en vous empêchant de dire non et sans vous laisser d’échappatoire apparente. En fait, cela ressemble plus à de l’imposition. Attention à la ruse !

Prêcher le faux pour savoir le vrai

Un exemple typique de cette pratique : poser une question incluant un élément erroné pour observer la réaction de l’autre et recevoir une information (via la rectification).

Le mensonge peut également faire partie de l’arsenal du profil manipulateur : il l’utilise principalement pour « enrober » un problème et recevoir des informations d’autrui sans lui faire soupçonner ce qui est véritablement en jeu.

Les réponses évasives

Les réponses évasives du type « À votre avis ? » coupent court à toute discussion et peuvent être utilisées par les manipulateurs pour créer un malaise et rompre toute volonté d’échange.

La tentation du hors sujet

Détourner le contenu d’une discussion est une autre technique : s’il se sent mal-pris sur un sujet, insuffisamment mis en avant ou qu’il perçoit un quelconque risque pour son image, le manipulateur va briser la conversation en cours et modifier le thème ou interpréter vos propos d’une façon impertinente.

Chapitre 7. Il sème la zizanie

Ne dit-on pas qu’il faut diviser pour mieux régner ? Le manipulateur le sait et en profite. Cela se passe fréquemment dans le milieu du travail lorsqu’il y a des rapports de hiérarchie, notamment.

L’art de créer la suspicion

Comment ? En accusant quelqu’un et en se donnant le rôle du bienfaiteur, par exemple. Ou encore en flirtant avec les « On m’a dit que… » qui laissent planer, à nouveau, une aura de mystère et d’insécurité.

Le pouvoir de l’insinuation est de vous faire oublier ce qu’il en est réellement. Pas toujours facile de retrouver ses esprits !

Par ailleurs, ces tactiques ont un autre effet pervers lorsqu’elles sont répétées à longueur de journée : elles finissent par vous faire croire véritablement certaines choses (la faiblesse supposée d’un de vos proches ou de cos collègues, par exemple).

Le risque en amitié

« Un conjoint manipulateur fait fréquemment le vide autour de son épouse ou de son époux. Cela concerne soit les amis, soit la famille, soit encore les deux. » (Les manipulateurs sont parmi nous, chapitre 7)

La personne manipulatrice pourra vous faire croire que c’est vous-même qui faites le vide autour de vous (par un manque supposé : intelligence, aptitude à parler en public, etc.) alors que c’est lui qui en est à l’origine — le plus souvent en se montrant désagréable (plus ou moins subtilement).

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Sources of Power / Les sources du pouvoir

Le risque en amour

La plupart des manipulateurs échouent en amour. Et ils peuvent aussi avoir le désir de se venger de ces échecs en :

  • Accusant d’autres d’être « à la botte » de leur compagne ou compagnon (alors que ce n’est pas le cas) ;
  • Négligeant les besoins légitimes des personnes (ne pas travailler le week-end, par exemple) ;
  • Déséquilibrant les échanges (en ne s’adressant qu’à une des deux parties du couple) ;
  • Jouant la jalousie ;
  • Dénigrant ouvertement le futur partenaire.

Dans tous les cas, le manipulateur déstabilise l’harmonie du couple et met celui-ci en danger.

Chapitre 8. Le manipulateur et la dévalorisation

C’est un des traits typiques de la manipulation : dévaloriser autrui pour se sentir supérieur. Cela peut passer par des jeux plus ou moins subtils.

La critique directe

C’est souvent plus fort que lui. Résultat au long court : une perte sévère d’estime de soi et un enfer au quotidien.

Les manipulateurs ne semblent pas conscients du tort qu’ils font. Tout comme ils ignorent qu’ils agissent souvent par projection, c’est-à-dire qu’ils reprochent à autrui ce qu’ils font (ou se reprochent plus ou moins consciemment) à eux-mêmes.

Contrairement aux critiques constructives, les critiques du manipulateur ne sont pas à prendre en considération : elles sont à rejeter en bloc !

L’illusion de la perfection

Le manipulateur a à cœur de trouver la petite bête qui vous montrera que vous n’avez pas été parfait. Dans la sphère professionnelle, conjugale ou sociale, il aimera vous faire remarquer ce qui cloche (pour lui) et mettra en place les mécanismes de culpabilisation vus plus haut.

Quand les généralités nourrissent son jugement

Des petites phrases toutes faites qui sont des jugements à l’emporte-pièce lui permettent de vous décocher une flèche empoisonnée :

  • « Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis ! »
  • « Tu dois être le calvaire de tes parents. »
  • « De toute façon, personne n’aime ça. »
  • « Pour jouer à ça, il faut être un peu con, non ? »

L’utilisation de l’ironie

« L’ironie est une agressivité subtile qui envoie néanmoins un message à l’interlocuteur. L’ironie ou l’humour n’ont ni la même teneur ni le même but. L’humour fait sourire ou rire. L’ironie blesse. Si vous vous vexez, le manipulateur qui ironise à votre sujet vous fait remarquer que vous n’avez pas d’humour. La transformation des faits est si rapide que votre esprit reste confus. » (Les manipulateurs sont parmi nous, chapitre 8)

Apprendre à distinguer l’une de l’autre peut vous aider à répondre à votre interlocuteur manipulateur. Dans cette section et dans d’autres, l’auteure donne l’exemple du film Une étrange affaire : cela peut être une bonne idée d’y jeter un œil !

L’ignorance : la matière première du manipulateur

Il va utiliser son expérience ou votre ignorance (supposée ou réelle) pour se mettre en avant et vous faire taire. Cela peut se passer en posant des questions, en faisant usage d’ironie ou en utilisant des phrases sèches et toutes faites. Il va mettre en avant :

  • Votre incompétence (toujours supposée) ;
  • Vous faire croire que vous ne pourrez échapper à une vie misérable (c’est ce qu’il croit lui) ;
  • Des mécanismes qu’il croit inchangeables et qu’il vous déconseille d’essayer (coupant votre énergie).

Il ne faut pas être manipulateur pour parler de cette façon. Mais une chose est sûre : les manipulateurs utilisent ces stratagèmes constamment pour se mettre au premier plan. Il fera l’étonné ou vous embuera par son discours pompeux, ou utilisera encore d’autres moyens (voir page 155 notamment).

Chapitre 9. Pauvre manipulateur !

Un entourage difficile…

La personne manipulatrice va se plaindre (avec excès) de son entourage, en distillant des petits mots pas très sympathiques, du genre « Jacques me laisse encore me débrouiller toute seule » ou « Je ne peux pas leur faire confiance ».

Débordé de toutes parts

Le manipulateur utilisera des responsabilités dont il s’est librement chargé pour justifier une indisponibilité et se plaindre du fait d’être débordé. Certains se feront une spécialité de vous culpabiliser sur ce que vous faites (voyager, par exemple) en vous disant dans l’incapacité de le faire.

Mais est-ce si vrai ? Que cherchent-ils en faisant cela ? Cela peut être le cas bien sûr (manque de fonds, horaire chargé), mais même là, quel sens y-a-t-il à s’en plaindre constamment et à énoncer ce fait au visage de quelqu’un qui n’a rien demandé et qui est heureux de partir ?

Une santé défaillante

« Un manipulateur malade est presque à l’article de la mort ! » (Les manipulateurs sont parmi nous, chapitre 9)

L’exagération, l’outrance est le moyen de se faire entendre ici. Il veut profiter de son mal pour recevoir des faveurs ou vous réduire à l’impuissance. Le chantage affectif intervient fréquemment lorsque cela se passe en famille, comme le montre bien Isabelle Nazare-Aga dans l’exemple choisi (p. 161 et suivantes).

Chapitre 10. Il change ses opinions et ses comportements en fonction des situations

Le profil manipulateur est capable de changer d’opinion en un quart de seconde tout en gardant une assurance impressionnante. Il vous fera croire (explicitement ou implicitement) que c’est vous qui vous êtes trompé ou l’avez mal compris.

Retourner ainsi sa veste permet de faire face à des situations désagréables en gardant (croit-il) la face. Son point fort : se convaincre lui-même. Il est convaincu qu’il a raison et qu’il a toujours eu raison.

Mais il y a d’autres exemples. Une personne manipulatrice et introvertie peut passer du sourire à la froideur en une minute. On parlera d’hypocrisie, la plupart du temps. Mais cela peut aller plus loin. Dans des cas graves, une personne sympathique en public peut se révéler un tyran domestique qui rend sa famille prisonnière.

Promesses non tenues

Normalement, un manipulateur promet peu. S’il le fait, c’est de façon détournée pour se laisser la possibilité de se dédouaner. Il le fera sans s’excuser ou en cherchant à culpabiliser l’autre sur le mode « Vous n’avez pas confiance ». C’est pourquoi il vaut mieux mettre par écrit les engagements pris, si vous avez le moindre doute.

Chapitre 11. Il ne tient pas compte des besoins des autres

« Moi, je… »

En fait, ce qui compte plus que tout pour un manipulateur, c’est sa propre personne. Il vous fera passer une relation de pouvoir (à son intérêt) pour de l’amour ou participera à une conversation dans le seul but de la modifier à son avantage ou de dire ce qui l’intéresse, lui. Autre cas : il monopolisera l’attention (sauf le manipulateur timide), car il aime être au centre.

Une surdité sélective

La prise en compte des besoins et des désirs des autres est secondaire et n’entre, en fait, pas vraiment en compte dans l’esprit du manipulateur (contrairement à ce qu’il peut prétendre).

Par contre, ses demandes à lui devront être servies illico presto. Il sait se faire entendre et exiger de nous des actions qui vont dans son sens.

Moins cinq !

« Beaucoup de manipulateurs ont cela en commun qu’ils s’y prennent à la dernière minute pour demander, ordonner ou faire agir autrui. » (Les manipulateurs sont parmi nous, p. 180)

Cela peut être par oubli (non reconnu), par égocentrisme ou par volonté d’obliger l’autre (qui se voit dans l’impossibilité de refuser). Si cela se passe dans le cadre d’un projet commun, il ne s’en préoccupe pas plus que cela et ne s’en excuse pas.

Il y a des caractéristiques communes entre personnalité manipulatrice et personnalité narcissique ou personnalité paranoïaque. Mais il faut être prudent sur le jugement. Contrairement aux personnes narcissiques, par exemple, les manipulateurs peuvent avoir une vie sociale durant toute la durée de leur vie.

Partie 2. Comment se protéger des manipulateurs ?

Chapitre 12. Le repérage

Première étape, assez logique : repérer à qui vous avez affaire. Pour ce faire, vous devrez utiliser le tableau des 30 caractéristiques présenté au chapitre 2.

Il ne s’agit pas d’un diagnostic à proprement parler, mais plutôt d’un guide. Faites une photocopie du document et interrogez-vous : la personne à laquelle je pense est-elle manipulatrice ? Cochez les cases progressivement :

  • Si 14 attitudes au moins, sur les 30 citées, concernent cette personne, alors vous êtes probablement en face d’un manipulateur.
  • Si cela va jusqu’à 20, alors cette personne est sans doute dangereuse pour votre situation et votre santé.

Attention : il s’agit de déterminer un type de personnalité et non un type de relation : si vous êtes insensible à la manipulation d’une personne, vous pouvez néanmoins repérer, dans son comportement avec d’autres, qu’il manipule.

Mais parfois, ce n’est pas le cas ! Vous pouvez être tellement blindé que vous ignorez complètement le problème. Ce qui peut être gênant pour certains membres de votre entourage qui eux, sont victimes d’un manipulateur. Il faut donc aussi mettre en garde contre l’indifférence.

Il y a d’autres raisons qui empêchent le repérage :

  • Vous ne le voyez pas et vous vous prétendez heureux;
  • Vous ne l’acceptez pas et haïssez l’idée d’avoir été trompé ;
  • La personne n’est pas un manipulateur (c’est aussi possible de se tromper).

Chapitre 13. Faire le deuil d’une communication idéale avec le manipulateur

Impossible de discuter « normalement » avec un profil manipulateur ; vous devrez vous y faire. En fait, vous devrez accepter sa façon d’être, sans espérer de lui un changement. Ne cherchez plus à maintenir des relations idéales !

Quel que soit le type de relation, même dans une relation parent-enfant, vous devrez regarder la réalité en face. Cela peut être éprouvant et parfois long (si la relation est forte), bien sûr. Mais admettre que la personne en face de vous se comporte de façon pathologique vous y aidera.

« Quand le deuil est terminé, vous devenez insensible à ce que dit ou fait le manipulateur. Vous finissez par rire de ses manœuvres si flagrantes ! C’est un excellent signe. Cela signifie que vous êtes moins touché par ce qui se passe, comme le sont les indifférents aux manipulateurs. Vous n’attendez plus qu’il guérisse. C’est triste et fort dommage, mais c’est le seul moyen de ne plus souffrir de cette relation. » (Les manipulateurs sont parmi nous, chapitre 13)

Chapitre 14. Apprenez à contre-manipuler

La contre-manipulation fait intervenir ce que l’auteure nomme une technique du brouillard : c’est-à-dire à rester volontairement peu engagé dans sa réponse. Ce n’est pas facile pour tout le monde, parce que nous avons l’habitude de vouloir bien faire et d’éviter le flou.

Prendre exemple sur les indifférents permet de comprendre comment se prémunir des effets de la manipulation. En fait, comme ils sont insensibles à ses stratégies pour se rendre supérieur, le manipulateur s’y désintéresse peu à peu.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  A chaque livre son analyse systémique…

Pour parvenir à cette indifférence (les propos du manipulateur glissent sur vous sans vous atteindre), cela demande un peu de temps. Les résultats se verront rapidement et le manipulateur cherchera bien sûr à revenir à la charge en utilisant votre sentiment de culpabilité.

En révisant les exemples proposés par Isabelle Nazare-Aga dans ce chapitre, vous pourrez le contrer plus facilement. Celle-ci expose des dialogues types dans le domaine :

  • Professionnel (4 dialogues) ;
  • Conjugal (4 dialogues) ;
  • Familial (3 dialogues).

Elle vous propose également des principes pour contre-manipuler votre interlocuteur. Par exemple :

  • Faire des phrases courtes ;
  • Éviter l’agressivité ;
  • Ne pas se justifier ;
  • Etc.

Enfin, l’auteure vous donne 118 phrases courtes pour être parfaitement outillé contre la manipulation et une foule d’exercices pour vous entraîner ! Le mieux étant de pratiquer avec un partenaire de jeu consentant qui vous aidera à prendre en main les différents outils proposés.

Chapitre 15. Sachez vous affirmer

« Les plus grandes victimes des manipulateurs sont les personnes parmi vous qui, en général, ne sont pas suffisamment affirmées dans la vie. Les personnes non affirmées dont je parle manquent de confiance en elles et répondent en priorité aux besoins d’autrui. » (Les manipulateurs sont parmi nous, chapitre 15)

On peut aussi parler de sujets passifs. Parmi eux, il y a les timides, bien entendu. En fait, un tiers de la population pourrait être « passive », à en croire l’auteure.

Devenez moins émotif et plus rationnel

Contrairement à une personne passive, une personne affirmée, c’est-à-dire active ou assertive, sera capable de formuler clairement ses besoins, ses refus, ses sentiments et ses objectifs sans dévaloriser autrui.

En fait, elle a des croyances irrationnelles (relation au danger, par exemple) qui bloquent les comportements sains. Prenons un exemple : si votre mari a trois quarts d’heure de retard, est-ce que la solution la plus plausible est :

  • Celle d’un accident ;
  • Toute autre raison.

Si vous pensez qu’il s’agit d’un accident, vous allez vous mettre en panique directement. L’émotion vous gagne et vous n’agissez plus rationnellement. Vous entretenez un discours (composé de pensées automatiques ou autoverbalisations) qui vous plonge dans un état non souhaité : colère, culpabilité, anxiété, etc.

Comme le cerveau n’est pas capable de distinguer entre croyance fausse (imaginaire) et vraie (réelle), il prend pour argent comptant ce que vous vous imaginez. Résultat : il répond en créant des émotions qui génèrent à leur tour des effets physiologiques (tensions, maux de tête, gorge sèche, problèmes digestifs, etc.) souvent indésirables.

Les thérapies cognitivistes et en particulier l’approche de la Stratégie-Rationnelle-Emotive d’Albert Ellis pourront vous aider (l’auteure présente un schéma utile p. 248).

La Stratégie-Rationnelle-Emotive (SRE)

Inspirée par le stoïcisme, cette approche thérapeutique est une stratégie qui contient plusieurs étapes :

  1. Observer et déceler ses propres attitudes inadaptées ;
  2. Repérer l’émotion qui l’accompagne et la nommer sans honte ;
  3. Identifier sans censure ce qui vient à l’esprit (la croyance irrationnelle) ;
  4. Se questionner objectivement afin de relativiser la croyance irrationnelle.

Dans la suite de la section, Isabelle Nazare-Aga dresse une liste de questions à se poser pour relativiser. Par exemple :

  • À combien j’y crois, entre 0 et 100/100 ?
  • Est-ce possible ?
  • De toute façon ? Quoi que j’y fasse ?
  • Cela m’arrive-t-il très souvent ?
  • Étaient-ce exactement les mêmes circonstances ?
  • Comment puis-je être aussi certain de ce qui va se passer ?
  • Etc.

Comment le manipulateur exploite les croyances classiques

Il joue avec les croyances admises et les croyances irrationnelles. Mais lui-même a souvent un grand nombre de cognitions irrationnelles, telles que :

  • Il faut tout savoir ;
  • Il faut être compétent en toutes circonstances pour être valable ;
  • Si je donne, il y a obligatoirement un retour ;
  • Il est plus facile d’éviter les difficultés de la vie plutôt que d’y faire face ;
  • On doit toujours répondre aux besoins de toute sa famille, quelles que soient les demandes ;
  • Etc.

Le manipulateur relationnel sait utiliser votre peur du jugement d’autrui. Il vous fera passer de « blanc » à « noir » en un instant et ne tolérera pas de comportements intermédiaires. Vous êtes soit génial, soit un moins que rien. Face à ses remarques qui utilisent vos croyances irrationnelles et votre peur d’être mal vu, vous pourrez utiliser la SRE.

L’analyse objective de la situation, avec les informations dont vous êtes porteur, est un puissant instrument pour retrouver son calme.

Osez et sachez refuser

On ne vous demande pas de dire « non » à tout, mais simplement à ce qui ne vous convient pas à tel moment. Pour cela, il faut oser faire face et surmonter sa peur de :

  • Faire de la peine ;
  • Entrer en conflit ;
  • Perdre quelqu’un ;
  • Ne pas être aimé ou apprécié.

Pourquoi ? Car une fois formulées dans votre discours intérieur comme des certitudes, ces croyances irrationnelles vous empêchent de dire « non ». À nouveau, une analyse de la situation devrait vous aider à y voir plus clair.

Apprenez aussi le refus diplomatique afin de savoir comment refuser. Il existe trois situations et trois figures de refus correspondantes qui sont étudiées dans le livre :

  1. Il vous est impossible de satisfaire temporairement ou complètement une demande = refus partiel (« je veux bien, mais… », etc.).
  2. Vous voulez stopper une situation qui ne vous convient pas = critique constructive en quatre temps (compréhension des motivations, description du problème, conséquences néfastes sur vous, proposition d’une solution).
  3. La demande ne vous convient pas du tout, soit parce que vous ne pouvez pas, soit parce que vous ne voulez pas rendre le service = refus total (poli, mais ferme).

Utilisez le disque rayé

Dans le cas du refus total, apprenez à rester superficiel (brouillard), même si la personne manipulatrice se veut « authentique ». Lorsque le manipulateur répète sa demande ad nauseam, contentez-vous de lui répéter la même phrase évasive. Ce processus de répétition est souvent le seul moyen de ne pas retomber dans la spirale de manipulation !

« Le disque rayé consiste à répéter avec un volume toujours identique (non croissant) votre refus sans vous justifier davantage, avec pratiquement les mêmes termes, dans le but de marquer votre fermeté sans user de l’agressivité. » (Les manipulateurs sont parmi nous, chapitre 15)

Attention : se montrer affirmé et savoir refuser ne signifient pas se défaire des responsabilités et refuser toutes les concessions, mais bien de savoir le faire lorsque ça importe ; c’est-à-dire quand on cherche à vous faire agir de façon illégitime.

Chapitre 16. Les autres attitudes à adopter

→ Stoppez d’urgence tout système aliénant déjà établi entre vous

Si vous aviez l’habitude de passer vos vacances avec un manipulateur, arrêtez et répondez par des phrases vagues pour ne pas lui donner prise. Rompez les rituels qui vous encombrent et vous rendent malheureux.

→ Ne racontez plus le détail de votre vie

C’est du pain bénit pour le manipulateur. Bien sûr, réservez ce conseil pour les manipulateurs uniquement !

→ Ne répondez pas aux demandes non formulées clairement

Obligez-le à clarifier.

→ Notez tout

Vos arrangements, réunions, etc. doivent être précisément gardés à l’écrit pour éviter que quelque chose ne se retourne contre vous.

→ Refusez d’être vous-même son intermédiaire

Comment ? En lui suggérant d’agir directement.

→ Unissez-vous

Si vous êtes membres d’une famille « gouvernée » par un manipulateur, unissez-vous pour le contrer et rétablir l’unité. De même si d’autres ne sont pas au courant ; informez-les pour être soutenu par votre entourage.

→ Répondez prudemment à la flatterie

Le compliment est gratuit, tandis que la flatterie vise un objectif : vous faire agir dans un sens ou dans un autre. Ne soyez pas dupe !

Conclusion

La rencontre avec un manipulateur peut être désastreuse pour votre vie psychique et physique. Mais vous devez savoir une chose : vous risquez d’en rencontrer d’autres. Certes, il ne faut pas dramatiser : comparativement à la population globale, ils sont peu nombreux. Mais l’idée centrale est celle-ci : il vaut mieux ne pas parier sur le hasard.

C’est-à-dire ? Eh bien, il est préférable d’apprendre à contrôler nos rapports avec les personnes manipulatrices. Tout d’abord, en apprenant à les reconnaître et en nous faisant davantage confiance. Son influence négative se fera bien moins forte.

C’est sans doute la seule option, puisque changer (soigner) un manipulateur s’avère difficile. Cela peut toutefois arriver, après un choc (dépression induite par une rupture amoureuse, par exemple). Mais c’est très rare et le chemin est long.

Annexes & Bibliographie

Voici les annexes que vous retrouverez dans le livre :

  1.  La sœur de Louise (récit) ;
  2. Drôle d’amie (récit) ;

La bibliographie, assez sommaire, contient 14 titres, dont d’autres ouvrages de l’auteure (Les manipulateurs et l’amour et Les parents manipulateurs).

Conclusion sur « Les manipulateurs sont parmi nous » d’Isabelle Nazare-Aga :

Un ouvrage pratique qui vous invite à vous affirmer

Les manipulateurs sont parmi nous vous sera utile afin de repérer et de contrer les différents types de personnalités manipulatrices. Mais cela va plus loin : pour ce faire, il vous apprendra aussi à être plus fort. S’affirmer est en effet la clé de voûte du système de contre-manipulation proposé par Isabelle Nazare-Aga dans cet ouvrage.

L’auteure est toutefois claire : il serait bénéfique d’étudier davantage ces profils manipulateurs d’un point de vue psychologique. Pour l’instant, le diagnostic balance entre narcissisme, paranoïa, psychopathie, voire psychose. Mais est-ce que tous les manipulateurs rentrent dans ces cases ? Malgré ses observations et ses recherches, l’auteure ne peut répondre par elle seule.

Ce qu’il faut retenir de « Les manipulateurs sont parmi nous » d’Isabelle Nazare-Aga :

Ce livre vous fournira toutes les clés pour apprendre à reconnaître les personnalités manipulatrices, pour les comprendre et pour apprendre à interagir — ou cesser d’interagir — avec elles.

« N’attendons pas que le manipulateur change spontanément. Notre salut réside dans notre propre adaptation et notre profonde détermination à ne jamais nous laisser détruire… par qui que ce soit. » (Les manipulateurs sont parmi nous, Conclusion)

Points forts :

  • Une présentation extrêmement claire ;
  • De nombreux exemples issus de l’expérience de l’auteure comme psychothérapeute ;
  • Un volet pratique pour nous aider à faire face à plusieurs types de situations ;
  • De nombreuses annexes.

Point faible :

  • C’est un excellent ouvrage de vulgarisation. Toutefois, on aurait aimé plus de références aux sources primaires (articles scientifiques, ouvrages fondateurs) afin de donner encore plus de crédit à l’ouvrage.

Ma note :

surdoués s intégrer et s épanouir dans le monde du travail - Cécile Bost - surdon    surdoués s intégrer et s épanouir dans le monde du travail - Cécile Bost - surdon    surdoués s intégrer et s épanouir dans le monde du travail - Cécile Bost - surdon    surdoués s intégrer et s épanouir dans le monde du travail - Cécile Bost - surdon    

Avez-vous lu le livre d’Isabelle Nazare-Aga « Les manipulateurs sont parmi nous » ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (1 votes, moyenne: 5,00 out of 5)

Loading...

Visitez Amazon afin de lire plus de commentaires sur le livre d’Isabelle Nazare-Aga « Les manipulateurs sont parmi nous »

Visitez Amazon afin d’acheter le livre d’Isabelle Nazare-Aga « Les manipulateurs sont parmi nous »

Pas de Commentaires pour :

Les manipulateurs sont parmi nous







Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.

Partagez
WhatsApp
Partagez
Tweetez
Enregistrer