Comment vous créer un revenu complémentaire en 27 jours

Une fois que vous avez vu la vidéo cliquez ici pour rejoindre gratuitement des milliers d’entrepreneurs passionés de développement personnel en vous abonnant à la chaîne Youtube !

Ressources :

Transcription de la vidéo :

Cela fait quelques semaines que je vous propose des résumés illustrés de livres et, clairement, vous adorez.

Du coup, bonne nouvelle ! Ça va devenir un rendez-vous hebdomadaire puisque tous les lundis, je vous proposerai une vidéo illustrée du même type que celle que vous allez voir.

Aujourd’hui, on va voir comment vous créer un revenu complémentaire en 27 jours à temps partiel.

« Comment se créer un revenu complémentaire en 27 jours » tiré du livre « Side Hustle » du célèbre blogueur américain Chris Guillebeau.

Parce que transformer vos passions en nouvelles sources de revenus complémentaires sans quitter votre activité principale, c’est possible grâce à cette méthode qui vous accompagnera pas à pas dans votre nouvelle vie de Side Hustle.

Un peu plus qu’un petit boulot et moins qu’une startup, un Side Hustle consiste à développer une activité à côté de votre emploi salarié, de vos études ou de votre entreprise principale, soit pour arrondir vos fins de mois en gardant la sécurité d’un emploi salarié, soit pour tester une idée de création d’entreprise sans investissement financier important et sans risque.

Chris Guillebeau n’est pas l’inventeur du concept du Side Hustle, mais il est certainement l’un des auteurs qui ont rendu le terme aussi populaire aux Etats-Unis.

Dans son livre, il prend le lecteur par la main. Il lui propose une méthode pas à pas et sans risque pour transformer une idée en revenus.

Le livre est présenté sous la forme d’un défi de 27 jours et autant de chapitres répartis en 5 semaines.

Durant la première semaine, vous allez faire émerger un maximum d’idées.

Durant la deuxième semaine, vous allez sélectionner les meilleures idées.

Durant la troisième semaine, vous allez préparer votre lancement.

Durant la quatrième semaine, vous allez lancer et commercialiser.

Et durant la cinquième semaine, vous allez évaluer les résultats et finaliser votre projet.

 

Attaquons-nous directement au jour 1 qui est de prévoir l’avenir.

Ce jour sert de présentation du concept. Le but premier d’un Side Hustle est de constituer une source de revenu complémentaire.

Pour certains créateurs, l’objectif sera de compléter leur revenu pour augmenter leur niveau de vie.

Pour d’autres, le but sera de remplacer leur revenu salarié pour pouvoir se consacrer à leur passion.

Un Side Hustle peut aussi avoir pour objectif de se constituer un capital pour préparer sa retraite, pour un projet personnel ou encore pour soutenir une œuvre caritative.

Selon la vision de l’auteur, se lancer dans la création d’un Side Hustle est surtout une formidable opportunité de développer ses compétences, sa motivation et son indépendance.

Le deuxième jour, vous allez voir le profil type d’une bonne idée de Side Hustle.

La première étape consiste à sélectionner les idées les plus prometteuses en se posant 3 questions :

  • Tout d’abord, votre idée est-elle facilement réalisable ?

Elle doit rapporter rapidement tout en étant gérable en plus de votre activité principale.

Vous devez pouvoir facilement vous projeter et envisager les prochaines étapes et actions à réaliser.

Si vous n’arrivez pas à voir un moyen clair d’être payé et si vous avez besoin de 3 ans pour la lancer, abandonnez l’idée.

Votre idée doit pouvoir être lancée avec les compétences, le temps et les ressources dont vous disposez.

  • Deuxième question : Est-elle rentable ?

Aussi intéressante qu’elle soit sur le papier, votre idée doit avant tout être rentable.

Si vous n’arrivez pas à en énoncer le bénéfice principal pour le client en une phrase ou deux, c’est peut-être le signe d’une fausse bonne idée que vous n’arriverez pas à monétiser.

  • Troisième question : Est-elle pertinente ?

Il ne suffit pas d’avoir une bonne idée même potentiellement très rentable. Votre idée doit arriver au bon moment et être convaincante au point qu’il soit difficile pour les clients de dire « non ».

Concentrez vos efforts sur les idées qui vous semblent les plus pertinentes maintenant et gardez les autres pour plus tard.

Il y a des choses à éviter notamment :

  • Une grande vision difficile à traduire de manière concrète : rester simple et concret.
  • Le fait de ne pas savoir comment commencer et passer de l’idée au plan d’actions.
  • Le fait que votre idée nécessite des compétences que vous n’avez pas.
  • Si vous avez une idée floue de qui sont les clients potentiels.
  • Une activité lourde à gérer au quotidien avec beaucoup de contraintes.
  • Si vous avez besoin de nombreux mois pour créer votre offre et la mettre sur le marché.

Vous devez favoriser à la place :

  • les idées pour lesquelles vous avez un moyen facile et rapide de générer vos premiers revenus.
  • Les idées pour lesquelles vous arriverez facilement à gérer cette activité en plus de votre activité principale.
  • Le fait que votre idée répond à un problème ou facilite la vie de clients potentiels.
  • Les idées dont le sujet vous passionne.
  • Les idées dont vous visualisez facilement les prochaines étapes pour passer à l’action rapidement.
  • Les idées pour lesquelles vous avez les compétences nécessaires ou pour lesquelles vous connaissez un moyen rapide de les acquérir.
  • Les idées pour lesquelles vous n’avez pas besoin de beaucoup de temps ou de ressources pour le lancement et le suivi au quotidien.
  • Les idées pour lesquelles vous arriverez facilement à en expliquer le bénéfice principal pour les clients potentiels en une phrase ou deux.
  • Les idées pour lesquelles il est possible de générer des revenus récurrents et, dans l’idéal, passifs à partir de cette idée.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  The Ultimate Sales Machine - 2

Lors du jour 3, nous allons voir comment trouver des idées parce que les idées de Side Hustle sont tout autour de vous.

Pour les trouver, demandez-vous à chaque fois que vous rencontrez des groupes de personnes ce qu’elles veulent et ce dont elles ont besoin.

Il existe 3 grandes catégories de Side Hustle :

  1. Vendre un produit
  2. Fournir un service
  3. Jouer un rôle d’intermédiaire

Chris Guillebeau introduit le concept d’idée de niveau supérieur.

Souvent la première idée de Side Hustle fonctionne, mais la rémunération est proportionnelle au temps que vous allez y passer.

C’est très bien pour démarrer, mais vous pouvez ensuite passer à un niveau supérieur pour lever cette contrainte.

Pour illustrer ce point, il donne l’exemple d’un hustler qui a commencé comme conducteur Uber, ce qui implique d’échanger son temps contre de l’argent. Puis, il est passé au niveau supérieur en coachant d’autres conducteurs Uber et en bloguant sur le sujet.

Donc, il a commencé par son idée de démarrage qui était d’échanger son temps contre de l’argent en devenant conducteur Uber. Puis ensuite, il a commencé à transformer ses compétences en produit puisqu’à partir du moment où il enseigne aux autres comment gagner de l’argent avec Uber, avec des ebooks, des formations en ligne, il n’a plus besoin d’échanger son temps contre de l’argent.

Si vous n’avez pas d’idée de Side Hustle après la lecture des 3 premiers jours, Chris Guillebeau vous en propose quelques-unes.

Vous pouvez par exemple :

– Vendre vos œuvres d’art ou toute fabrication artisanale sur le site etsy.com

– Proposer une formation en ligne dans votre domaine d’expertise, c’est ce qu’on appelle le métier d’infopreneur en français.

– Elaborer et vendre un guide touristique de votre ville sponsorisé par des annonceurs.

– Publier un blog avec une nouvelle leçon sur un sujet spécifique tous les jours.

– Démarrer un podcast et le monétiser par la publicité.

– Visiter les dépôts-vente et acheter des articles pour les revendre.

– Devenir coach en organisation, par exemple, en organisation de la maison, du bureau ou coach de vie.

– Proposer à de petites entreprises de gérer leurs réseaux sociaux.

– Vendre le fruit de vos réflexions en tant qu’écrivain indépendant.

– Lancer un site web avec une zone membre payante pour accéder à des informations utiles sur un sujet spécifique.

– Ecrire et publier un livre.

La liste est presque infinie.

Durant les jours 4, 5 et 6, vous allez sélectionner votre idée.

Il est important de peser le pour et le contre des obstacles et des opportunités de chaque idée avant de vous lancer dans sa réalisation.

L’auteur propose pour cela les questions suivantes :

  1. Quelles sont les opportunités liées à votre idée ?

Par exemple, existe-t-il à l’étranger et pas en France des business similaires ? Quand je dis en France, bien sûr, il faut remplacer France par votre pays.

Est-ce que c’est une compétence que je suis le seul à avoir ?

  1. Quels sont les challenges majeurs à surmonter ? Quels obstacles peuvent me bloquer ?
  2. Quelles sont les principales étapes pour lancer mon idée ?
  3. Combien cela va-t-il me coûter ?
  4. A quel point sera-t-il facile de concrétiser ma première vente ?
  5. Quelqu’un propose-t-il déjà quelque chose de similaire ?
  6. Si tout se passe bien, quel sera le scénario idéal ?
  7. Si tout se passe mal, quel sera le scénario catastrophe ?

Oui, c’est important de le définir pour pouvoir couvrir vos arrières.

  1. Quel est le bénéfice potentiel, c’est-à-dire les revenus moins les dépenses, optimiste ?
  2. Quel est le bénéfice potentiel pessimiste ?

Après avoir répondu à ces questions, il ne reste plus qu’à attribuer une appréciation à faible, moyen, fort, aux critères suivants, et ce, pour chacune de vos idées de revenus complémentaires.

– La faisabilité : pouvoir transformer très rapidement l’idée en action.

Est-ce que c’est faible, moyen ou fort ?

– La rentabilité : la possibilité de gain rapide, récurrent et passif.

– La persuasion : est-ce que c’est la bonne idée au bon moment ?

– L’efficacité : est-ce que c’est une idée qui va pouvoir rapidement être mise à exécution et va pouvoir être suivie facilement ?

– La motivation : à quel point cette idée vous passionne ?

Choisissez ensuite, une fois que vous avez fait l’évaluation de chacun de ces critères, l’idée qui est la meilleure appréciation générale et puis surtout passez à l’action.

Si vous hésitez encore entre plusieurs idées à ce stade, choisissez celle qui peut dégager le plus de revenus parce que, retenez bien ça : un Side Hustle, ce n’est pas un hobby.

Le 7ème jour, c’est le Benchmarking.

Maintenant que vous avez choisi votre idée de Side Hustle, vous allez regarder ce que font les autres dans le même domaine ou dans un domaine proche et vous allez récolter un maximum d’informations sur les offres existantes.

Vous allez visiter leurs sites web et consulter leurs publications sur les réseaux sociaux.

Vous allez lire les commentaires de leurs clients, essayer le produit ou le service vous-même pour adapter votre stratégie.

Vous posez la question : quels sont les avantages et les points faibles des offres concurrentes ? Que pouvez-vous améliorer et comment pouvez-vous vous différencier ?

Alors, pas besoin d’être le meilleur partout. Améliorer ou compléter quelques points des offres existantes peut déjà être suffisant.

Lors des jours 8, 9 et 10, vous allez imaginer votre client idéal, rédiger votre offre et créer votre histoire.

Au cours de ces jours, vous allez transformer votre idée en offre. Et pour la formuler, Chris Guillebeau vous propose de prendre le café avec votre client idéal, qu’on appelle aussi « avatar », et de lui écrire une lettre.

Il faut imaginer ce client idéal comme une personne qui a désespérément besoin de ce que vous allez proposer et établir son portrait-robot.

En vous posant 3 questions :

  • Qui est-il ?
  • De quoi a-t-il besoin ?
  • Quels sont ses problèmes ?

Mettez par écrit sa vie telle que vous l’imaginez, son quotidien et ses problèmes dans les moindres détails.

Ecrivez-lui directement en lui expliquant en quoi votre offre peut l’aider à résoudre ses problèmes. Ce texte vous servira à élaborer votre offre et votre description commerciale au moment du lancement.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Comment trouver son idée de business ?

Il est maintenant temps de transformer votre idée en offre.

Les différents éléments d’une offre sont les suivants :

– Une promesse : comment votre Hustle changera la vie de votre client idéal ?

Une déclaration courte et audacieuse qui met en avant l’avantage immédiat pour votre client.

– Le pitch : pourquoi votre client devrait acheter ou s’inscrire et pourquoi maintenant ?

– Le prix : combien ça va coûter d’acheter ou de s’inscrire et comment on le fait ?

– Les détails de votre produit ou service.

– Un appel à l’action très clair : cliquez sur ce bouton, inscrivez-vous ici, …

Vous allez ensuite rédiger votre offre. Vous savez que votre offre va améliorer la vie des gens.

L’enthousiasme est contagieux. Alors, mettez le vôtre en avant et utilisez les règles suivantes :

– Tout d’abord, écrivez à une personne, pas à un groupe avec des verbes d’actions et un texte amusant, dynamique, enthousiaste.

– Ensuite, allez à l’essentiel et supprimez les mots inutiles.

– Utilisez des chiffres dès que possible. Soyez concret.

– Utilisez le registre des émotions positives : joie, surprise, réconfort.

– Utilisez des témoignages pour déclencher la preuve sociale.

– Enfin, créez votre histoire en rédigeant un texte répondant aux questions suivantes :

  • Pourquoi avez-vous commencé ce Side Hustle ?
  • Qu’est-ce qui vous a inspiré, motivé ?
  • Pourquoi avez-vous choisi cette idée et pas une autre ?

Ce texte servira à vous présenter et trouvera idéalement sa place sur la page « A propos » de votre site internet.

Lors du jour 11, nous verrons quelques points de logistique pour votre Side Hustle.

Selon l’auteur, tout est figurable, c’est-à-dire que les Side Hustlers voient des détails à régler là où d’autres voient des obstacles. Ils se focalisent plus sur la pertinence et la rentabilité que sur les détails techniques et les contraintes de ce statut ou de comptabilité.

Chris Guillebeau fournit néanmoins une liste de conseils pour se faciliter la vie au niveau de ces aspects logistiques.

– Tout d’abord, utilisez un compte bancaire et une carte de crédit dédiés, payez comptant et facturez rapidement.

– Mettez au moins 25% de votre revenu de côté pour les taxes et les frais.

– Mettez par écrit toute offre de service.

– Choisissez la structure juridique la plus simple possible pour commencer : par exemple, en France, la micro entreprise.

– Suivez vos revenus et vos dépenses au fur et à mesure.

– Utilisez un espace de travail dédié.

– Transférez à date fixe une partie de vos bénéfices sur votre compte personnel.

Lors du jour 12, vous allez choisir le prix de votre offre.

Vous allez fixer un prix suffisamment bas pour ne pas perdre de clients et suffisamment élevés pour gagner de l’argent. Tout dépend ensuite de la nature du produit ou du service et du volume de vente que vous pensez pouvoir générer.

– Pour les produits vendus en grande quantité, vous pouvez facturer un prix légèrement supérieur au coût de production et réaliser tout de même un bénéfice intéressant.

– Pour les produits de volume inférieur, votre marge devra être beaucoup plus élevée.

– Pour les services, votre revenu horaire devra être au moins supérieur à votre salaire, temps de préparation inclus.

Lors des jours 13 et 14, vous allez faire une liste de choses à faire pour votre Hustle.

Vous allez simplifier votre idée au maximum en décomposant sa création en étape claire et spécifique. Plus votre idée sera simple au démarrage et plus vous augmentez vos chances de passer à l’action. Vous pourrez compléter et enrichir votre offre plus tard.

Voici une liste d’éléments à prévoir :

– Vous aurez souvent besoin d’un site internet et il est tout à fait possible aujourd’hui d’en trouver à moins de 5 euros par mois, enregistrement du nom de domaine compris.

– Au niveau des réseaux sociaux, optimisez votre présence sur 1 ou 2 réseaux et inscrivez votre Hustle sur les autres réseaux populaires même si vous ne l’utilisez pas dans un premier temps.

– Au niveau des outils de planning et de calendrier partagé, ils sont vraiment très utiles pour les formateurs, les coachs, les consultants. Donc, pensez à explorer ces outils comme Google Calendar, Asana…

– Au niveau des solutions de paiement, il existe plusieurs options. En général, on vous recommande d’utiliser soit PayPal soit Stripe, ou éventuellement Shopify si vous pensez vendre des produits physiques.

– Au niveau de la facturation, prévoyez à l’avance quel type de facturation et à quel stade d’achèvement de votre prestation elle aura lieu : paiement d’avance, partiel ou à la livraison. Restez simple et conforme à ce qui se pratique dans votre secteur.

Prévoyez également dès le départ un délai maximum de paiement et un système de relance pour les mauvais payeurs.

– Pour toute prestation de service, mettez au moins les éléments suivants par écrit : la nature du service, le prix de la prestation et quand vous devez être payé.

Les jours 15 et 16, vous allez documenter, tester et optimiser le processus de vente de votre Hustle.

Vous êtes bientôt prêt à publier votre offre et de lancer officiellement votre business complémentaire.

Avant toute chose, vérifiez toutes les étapes en jouant vous-même le rôle du client.

Prévoyez les éventualités suivantes :

  • Que se passe-t-il si les utilisateurs ne reçoivent pas l’e-mail de confirmation d’inscription ?
  • Que se passe-t-il en cas d’adresse de livraison incorrecte ou si un article est manquant ?
  • Dans le cas d’une session de coaching, votre calendrier s’adapte-t-il à différents fuseaux horaires ?

Parce que, oui, aujourd’hui avec Internet, vous pouvez avoir des clients en coaching dans le monde entier.

Reprenez une dernière fois votre offre et cherchez à l’optimiser. Une tactique payante est de promettre moins et de dépasser systématiquement les attentes de vos clients en ajoutant un bonus ou une attention particulière.

Essayez de réfléchir à d’autres besoins de vos clients auxquels vous pouvez répondre facilement en enrichissant votre offre.

Vérifiez que vous mettez en avant les résultats positifs en montrant à vos clients ce que votre offre leur rapporte et comment elle leur facilite la vie.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  The Ultimate Sales Machine - Chet Holmes

Enfin, planifiez dès maintenant les points suivants :

  • une augmentation régulière des prix,
  • un temps dédié chaque jour à la croissance de votre business complémentaire : augmentation de valeur pour vos clients et/ou augmentation de vos revenus.

Lors des jours 17 et 18, vous allez publier et commercialiser votre offre.

Vous allez démarrer avant de vous sentir complètement prêt.

– Lancez en version préliminaire ou bêta et continuez à travailler sur votre offre.

Obtenez vos premiers commentaires clients et même quelques ventes.

Rappelez-vous cette phrase de Reid Hoffman, le fondateur de LinkedIn, qui a dit : si vous n’avez pas honte de votre premier produit, c’est que vous avez sorti votre produit trop tard.

– Donc, créez une page Facebook avant de faire un site web. Une fois passé à un certain nombre d’abonnés, vous aurez accès à des informations statistiques précieuses pour affiner votre offre.

Maintenant que votre offre est publiée, vous allez devoir la promouvoir.

Pour cela, vous allez avoir besoin d’une stratégie de vente si possible naturelle et non agressive. Dites-vous que les personnes qui ont besoin de votre offre attendent d’en entendre parler.

Vous devez trouver un moyen pour qu’ils puissent découvrir ce que vous avez à leur proposer.

– Vous allez communiquer sur les avantages : comment ce que vous proposez va aider les gens, leur faciliter la vie, les amuser, les combler ?

Les avantages sont le résultat des fonctionnalités de votre produit ou du service que vous proposez.

– Reprenez la lettre à votre client idéal pour rédiger votre annonce et votre description commerciale.

Racontez une histoire, illustrez-la avec des photos et des vidéos en mettant en avant l’utilité et la valeur pour votre client.

Pensez toujours à ce que les gens veulent vraiment et pourquoi ils le veulent.

Lors des jours 19 et 20, vous allez demander de l’aide pour promouvoir votre offre et la tester.

Vous allez contacter quelques personnes de confiance dès que possible pour obtenir leur aide :

  • des supporters qui vont vous aider à relier l’information au sujet de votre offre,
  • des mentors experts pour vous conseiller sur les aspects du métier et technique,
  • des figures d’autorité dans le domaine pour passer le mot et vous connecter à des clients potentiels,
  • des clients tests qui pourront vous donner un avis objectif et vous permettront d’affiner votre offre en répondant à vos questions.

Enfin, prévoyez dès la publication de votre offre une série de tests en allant à l’essentiel.

– Tout d’abord, votre produit ou service : par exemple, vous proposez un rabais de 10% ou une livraison gratuite.

– Votre offre et description : version longue ou courte, ordre des mots, appels à l’action, témoignages d’experts ou clients satisfaits.

– Votre prix : essai gratuit, à prix réduit, pas d’essai. A vous de décider.

Lors du jour 21, nous allons voir les offres promotionnelles.

Les offres promotionnelles sont l’un des outils les plus efficaces pour augmenter vos revenus.

Il existe de nombreuses formules :

  • les remises et les ventes flash
  • les réductions sur la prochaine commande
  • le programme de fidélité et le parrainage
  • les échantillons gratuits, les offres d’essai, les concours…
  • le fait de communiquer sur la rareté et l’urgence : quantité en nombre limité, offre qui expire bientôt…

Bien sûr cette rareté, cette urgence doit être véridique.

Créez une attente en annonçant votre offre promotionnelle à l’avance et testez-la pour être sûr que tout est bien paramétré.

Enfin, lorsque la période promotionnelle se termine, elle doit se terminer vraiment. Tant pis pour les retardataires.

Lors des jours 22, 23 et 24, encadrez votre premier euro ou votre premier dollar canadien ou votre premier roupie, peu importe.

Encadrez votre première devise que vous gagnez.

Développez ce qui fonctionne et abandonnez le reste.

D’abord, célébrez vos premiers revenus. Ils sont la promesse des prochaines rentrées d’argent et peuvent booster votre motivation.

Il est ensuite temps de passer à l’évaluation de vos résultats.

Si ça marche, super, continuez.

Si ça ne marche pas, coupez votre perte et passez à autre chose.

Si ça marche moyennement, vous pouvez décider de retravailler votre offre pour vous faire décoller les ventes et augmenter la rentabilité.

Développez ce qui fonctionne, abandonnez le reste. Passez à l’action et définissez de nouveaux objectifs en fonction des réponses à ces questions :

  • Qu’est-ce qui fonctionne et comment vous pouvez encore le développer ?
  • Que pouvez-vous automatiser ou externaliser ?
  • Comment pouvez-vous augmenter les revenus sans y passer beaucoup de temps ?
  • Est-ce que vous pouvez augmenter le prix ?

Lors des jours 25, 26 et 27, vous allez augmenter vos revenus, automatiser et finaliser votre business complémentaire.

En fait, il est souvent plus facile de vendre plus à ses clients que d’en trouver de nouveaux.

– Vous pouvez par exemple remixer votre offre et la proposer à vos clients actuels : version premium, mise à jour, nouvelle édition…

– Vous pouvez essayer de trouver des extensions à votre offre ou des évolutions en vous demandant ce que pouvez-vous faire d’autre pour eux.

Une des dernières étapes et non des moindres pour vous permettre de devenir un Side Hustle : automatisez.

Documentez et automatisez au maximum votre Hustle en utilisant des outils et logiciels adaptés, si vos revenus vous le permettent : logiciel d’e-mailing, gestion de contacts, outils de collaboration et de gestion de projet, logiciel de comptabilité…

Un Hustle est différent d’une entreprise traditionnelle ou d’une startup : n’écoutez pas les experts qui vous diront qu’il est temps de passer à l’étape supérieure.

Vous n’êtes pas obligé d’augmenter sa taille ou d’embaucher.

A vous de voir si vous voulez développer plus en avant cette idée et changer d’échelle ou plutôt vous lancer sur un nouveau projet une fois celui-ci en route et automatiser au maximum.

Il n’y a pas de bonne façon de générer votre business complémentaire, mais seulement votre façon, celle qui vous permettra d’augmenter vos possibilités et votre liberté en vous créant une nouvelle opportunité et d’autres sources de revenus.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

1 Commentaire pour :

Comment vous créer un revenu complémentaire en 27 jours

  • louisse

    13 Mai 2019 à 04:20

    j’ai des méthode payantes.le lien est a votre disposition

    Répondre









    Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

    Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.