Découvrez votre pouvoir illimité

Découvrez votre pouvoir illimité

Phrase-résumée de « Découvrez votre pouvoir illimité » : Jillian Michaels, coach sportif et en développement personnel, nous fait prendre conscience de notre potentiel et donne des clés, étape par étape, pour développer notre originalité, atteindre nos objectifs et vivre nos rêves. Son livre se veut une méthode concrète pour prendre notre vie en main, nous réaliser et nous épanouir.

Par Jillian Michaels, 2011, 261 pages.
Titre original : Unlimited : a three-step plan for achieving your dreams.

Cette chronique est une chronique invitée, écrite par Enaëlle du blog  Les élans d’Ena

Chronique et Résumé de “Découvrez votre pouvoir illimité” :

Partie 1 : l’imagination

Chapitre 1 : qu’est-ce qui nous anime ? Quelle est notre passion ?

Pour cette première étape, l’auteure nous prépare au voyage. Elle nous invite à laisser libre cours à notre imagination, sans s’assujettir aux limites que la société voudrait nous imposer.

Être heureux est un droit. Libérons-nous de cette culpabilité que l’on peut ressentir lorsque nous décidons de réaliser nos rêves ! Autorisons-nous à voir notre vie en grand ! Nous nous devons à nous-même d’exploiter notre potentiel au maximum.

En se prenant comme exemple, Jillian Michaels nous prouve que les rêves peuvent devenir réalité. Adolescente obèse, elle est devenue, à force de travail et de conviction, une coach sportive au succès incroyable : entraîneuse à l’émission The Biggest loser, aidant ainsi des centaines de personnes à reprendre leur corps, et leur vie, en main, auteure de plusieurs ouvrages et de plus de 15 DVD sportifs. Dans son domaine, elle est, grâce à sa personnalité dynamique et son parcours atypique, une véritable inspiration et une référence outre-Atlantique.

Jillian Michaels nous exhorte donc à ne pas craindre l’échec, à ne pas avoir honte de nos désirs, et à se libérer de ce qu’elle nomme « le concept du martyr », où l’on fait ce que l’on attend de nous et où l’on observe tout un tas de règles en se cachant derrière une « épaisse couche de responsabilité ». Ayons des rêves ! Vivre sans rêve, c’est comme être perdu en mer et se laisser porter par les flots sans prendre le commandement du navire.

Le premier pas consiste donc à découvrir, ou redécouvrir, qui nous sommes vraiment, derrière les impératifs du quotidien, et derrière parfois ce demi-sommeil, cette non-conscience de notre être, et quelles sont nos aspirations.

Grâce à une série de questions ciblées, l’auteure nous guide pour y voir plus clair. Préférez-vous faire un travail physique ou êtes-vous plus à l’aise derrière un bureau ? Faites-vous du bénévolat ? Préférez-vous travailler seul ou aimez-vous sentir que vous faites partie d’une équipe ? Quelles sont les croyances, les valeurs, auxquelles vous tenez le plus ? Êtes-vous créatif ? Avez-vous des aptitudes pour les sciences ? Il s’agit de savoir si nous allons dans la bonne direction ou si, au contraire, nous passons totalement à côté de nous-même.

En passant au crible nos expériences passées, en tentant de découvrir ce qu’elles ont en commun, en dressant la liste de nos compétences et de nos centres d’intérêt, en étant attentif à nos ressentis, nos émotions, à ce que nous dit notre corps, à l’écoute de nos pensées et du silence…Jillian Michaels nous propose de discerner notre essence.

Chapitre 2 : l’importance des détails.

Une fois que l’on a tracé les grandes lignes de nos aspirations profondes, il est essentiel de préciser les choses. Décomposer une vision globale en petits objectifs permet d’identifier clairement les étapes, de mesurer nos progrès et de garder le bon cap, tout en entretenant notre motivation.

« Je veux plus d’argent » ou « Je souhaite me marier » ne sont pas des objectifs précis. Il importe d’avoir une idée claire de ce que l’on désire accomplir. On peut très bien avoir plus d’argent, mais pour cela faire un boulot que l’on déteste, ou se marier sans être épanoui pour autant. Jillian Michaels parle, pour imager ses propos, de la façon dont elle s’y prend avec les candidats de The Biggest Loser. Ce sont des personnes ayant souvent un lourd passé et des conditionnements négatifs très implantés, qui les ont mené à une obésité morbide. C’est bien simple, elle leur en fait voir de toutes les couleurs, et passe souvent par l’épuisement physique pour atteindre les blessures psychologiques. Elle fait ce qu’elle appelle « un travail de démolition », estimant qu’il faut d’abord détruire ce qui existe pour pouvoir reconstruire des bases solides. Mais ce processus doit s’accompagner d’une ferme intention d’atteindre ses objectifs, sans quoi il ne s’agit que de souffrance inutile.

Jillian nous invite à examiner en détails en quoi consiste notre rêve. A quoi ressemble-t-il ? Nos devons en avoir une vision suffisamment claire et concrète afin que la moindre de nos actions soit un pas de plus vers sa réalisation.

Pour cela, la visualisation créatrice est un excellent moyen. Notre cerveau ne sait pas faire la différence entre des évènements imaginés clairement et intensément ressentis et des évènements réels. C’est donc un outil parfait, pour peu que notre rêve puisse s’incarner dans la réalité. Parfois, nous nous infligeons des objectifs inatteignables dans une tentative inconsciente d’auto-sabotage, comme par exemple, devenir champion de basket-ball alors que l’on mesure 1m60.

Plus notre vision sera précise et détaillée, meilleures seront nos chances de succès. Si je souhaite avoir un nouvel emploi, je peux visualiser le trajet de la maison jusqu’au travail, les vêtements que je porterai, la luminosité de mon bureau, la plante verte face à la fenêtre, les visages de mes collègues, les bruits environnants, l’ambiance, etc…Cette vision précise s’incarnera dans mon esprit de façon positive. Les émotions ici sont primordiales. Que ressentirais-je après ma journée de travail, en rentrant à la maison ? Je peux me concentrer sur la joie et la satisfaction que j’éprouverai alors, ayant atteint mon objectif. Créer un lien entre la visualisation et l’émotion, c’est quasiment matérialiser le rêve. Je peux aussi mettre mes sensations physiques à contribution. Si je souhaite, par exemple, perdre 20 kilos, je peux imaginer la sensation que j’éprouverai en enfilant un pantalon en taille 38, tout en me sentant pleine d’énergie, svelte et tonique. C’est une technique qu’utilisent les athlètes de haut niveau. Introduire des sensations physiques agréables dans la visualisation permet à celle-ci de prendre corps dans notre réalité.

Une autre façon de visualiser notre rêve est de créer un tableau de visualisation. Ils sont amusants à faire et peuvent vraiment ajouter à la motivation et à la sensation de plénitude que l’on ressentira en atteignant notre objectif, en plus d’encore mieux préciser celui-ci. Panneau d’affichage avec photos épinglées, écran de veille…il s’agit de faire en sorte d’avoir régulièrement une incarnation imagée de son rêve, de façon à ce qu’il prenne racine dans notre subconscient.

La visualisation est un outil puissant et la pratiquer chaque jour permet de se créer une réalité plus positive.

Chapitre 3 : faire un vœu.

Ce chapitre est la partie un peu controversée du livre, et Jillian Michaels l’assume pleinement. Elle nous engage à laisser nos préjugés de côté, car elle affirme que cet aspect de la méthode est absolument indispensable pour avancer. Elle parle là de spiritualité, de formulation de souhait et de méditation.

C’est scientifiquement prouvé, et somme toute assez logique, nos croyances et nos pensées ont une grosse influence sur notre réalité quotidienne. Le lien est étroit entre ce que l’on pense et ressent et ce qui se passe autour de nous. Gardons donc l’esprit ouvert. Nulle tentative d’embrigadement ici, juste un constat : émettre des bonnes vibrations, celles nées de nos désirs et élans positifs, nous prépare physiquement, par l’action hormonale induite, à vivre notre réussite. Notre façon de penser modèle notre comportement et nos réactions aux évènements. Les pensées positives nous entraînent à agir de façon positive et par voie de conséquences, amènent à une situation positive.

Vient alors le sujet de la mécanique quantique, à l’importance bien réelle mais à la limite du rationnel. La mécanique quantique est l’étude des propriétés de la matière et de l’énergie à l’échelle atomique et subatomique. L’idée, c’est que puisque tout dans l’univers est constitué d’atomes, nous sommes tous reliés, nous sommes tous un. Chacun d’entre nous émet une certaine fréquence vibratoire, qui varie en fonction de notre conscience et de notre volonté. C’est une histoire d’ensemble et d’harmonie. Il est donc absurde et contre-productif de croire que vouloir être heureux et se réaliser est égoïste. Notre énergie influe sur les résultats que nous obtenons, c’est un fait. Et c’est également une excellente nouvelle, puisque cela nous donne un pouvoir certain. En modifiant l’énergie, nous modifions nos réactions, et donc leurs conséquences et ainsi le résultat.

Il est donc nécessaire de se délester des sentiments nocifs de peur, de manque et de privation et d’accueillir en nous, quelle que soit la situation présente, des sentiments de paix et d’abondance.

Par exemple, si je souhaite obtenir une promotion, être jalouse du succès de mes collègues ne fera que me nuire, puisque j’enverrai alors le message inconscient de mon manque de valeur et de mon infériorité. Mieux vaut que je me concentre sur mes objectifs et sur les façons possibles d’obtenir cette promotion, en focalisant sur mes capacités, mes mérites, les succès que j’ai connus par le passé.

Mais Jillian Michaels nous rappelle que si la méditation ou la visualisation sont des outils extrêmement efficaces, ils ne le sont que si l’on est proactif. Il est bien sûr nécessaire de passer à l’action, condition sine qua non du succès. Elle précise aussi qu’il est fondamental de garder l’esprit ouvert et éclairé, car prédire précisément l’avenir est impossible. La réussite prend parfois des chemins détournés et différents de ceux auxquels nous pouvions nous attendre.

Faisons-nous donc confiance et faisons confiance à nos actions. Ayons foi en la vie.

L’auteure finit ce chapitre en concluant que l’esprit est véritablement puissant. Tout l’enjeu est de choisir de laisser cette puissance travailler pour nous. Selon ce que l’on pense et ce que l’on croit, notre esprit peut nous limiter ou nous libérer.

C’est pour cela que la confiance en soi est indispensable, et c’est là le sujet de la deuxième étape.

Partie 2 : la confiance.

Chapitre 4 : on se réveille !

Pensez-vous qu’il soit possible de réaliser ses rêves si l’on n’est pas certain de le mériter ? Si l’on manque cruellement de confiance en soi ?

Pour cette deuxième étape, Jillian Michaels nous fait découvrir comment canaliser nos énergies, agir malgré la peur, redéfinir l’image que l’on a de nous-même, nous affirmer avec conviction, renforcer notre estime de soi.

Un joli programme, mais dense, qui inclut de sortir de notre zone de confort et de prendre des risques.

Pour Jillian, les ouvrages de développement personnel qui promettent que le changement est facile, qu’il suffit de se réciter des phrases positives au coucher pour être une nouvelle personne au réveil, induisent en erreur. Nous avons tous une histoire personnelle, qui a construit notre personnalité et dont découlent des mécanismes de défense, ancrés en nous. Modifier notre réalité nécessite la modification de nos comportements.

Le premier pas consiste à prendre conscience de notre manière d’agir, d’identifier nos habitudes auto-destructrices. Cette observation poussée de nous-même peut s’avérer dérangeante, notre ego craint d’en pâtir et l’on peut se sentir dépassé, impuissant face à ce qui est. La routine, même celle qui nous endort et à laquelle nous rêverions d’échapper, est confortable, car connue.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  The Path of Least Resistance - Apprendre à Devenir la Force Créative de Votre Propre Vie -2

Apprendre à considérer nos points faibles et nos lacunes comme des occasions de s’améliorer est la clé du développement. Car si l’on ignore ou si l’on choisit d’ignorer ces points faibles et ces blessures qui nous conditionnent, on est condamnés à reproduire sans cesse le même schéma. Reprendre le pouvoir sur sa vie consiste à prendre conscience de nos comportements destructeurs.

Voilà une étape qui peut être douloureuse. Pourquoi nous dévaluons-nous ? Quelles leçons du passé pouvons-nous tirer ? Refouler n’est pas la solution si l’on souhaite s’épanouir.

L’auteure nous encourage à « gratter sous la surface », à mettre le doigt sur la zone sensible.

Elle nous propose donc un exercice d’introspection, avec des questions auxquelles il peut être délicat et désagréable de répondre. Quels sont les comportements nocifs que je souhaite modifier ? Quels sont les scénarios toxiques qui se répètent dans ma vie ? Quelles en sont les origines ?

On entre là dans le cœur de problème. Je me pose en observateur de mes sentiments. Qu’est-ce qui surgit spontanément lorsque je réponds à ces questions ? Si je résolve ces problèmes, ils cesseront de me hanter, même inconsciemment, et je pourrais alors me libérer de mes conditionnements négatifs.

Chapitre 5 : pardon et responsabilité.

Une fois que nous avons identifié clairement ces circonstances du passé qui rejaillissent sur notre présent, l’étape suivante consiste à pardonner à ceux qui nous ont blessé.

La plupart des comportements autodestructeurs que nous avons à l’âge adulte trouvent leur source dans notre enfance ou notre adolescence. Parfois, nous n’avons pas eu les moyens d’éviter les malheurs que nous avons vécu. Nous sommes alors victime. Il est donc injuste et cruel de se blâmer en intériorisant la situation. Et nous connaissons tous ça : « je n’étais pas assez intelligent, pas assez rapide, pas assez drôle, pas assez beau, pas assez fort, pour qu’il/elle m’aime, arrête de me maltraiter… » etc. Mais si nous avons été victime par le passé, nous pouvons cesser de nous auto-flageller et prendre la responsabilité de notre présent. C’est ici que le pardon s’avère incontournable. Même si vous restez encore aujourd’hui tellement blessé et furieux que l’idée de pardonner à ceux qui vous ont fait du mal vous semble impossible, vous vous le devez. Pardonner n’est pas justifier ou oublier les blessures, mais les guérir.

Le pardon permet de nous extraire de vos conditionnements et de ne plus permettre que ce que l’on a vécu et supporté nous définisse. Lâcher prise nous libère des vieilles rancunes et des émotions nocives qui y sont liées. La rancœur est mauvaise pour notre santé et nous éloigne de nos rêves, en nous empêchant de nous ouvrir à de nouvelles perspectives. Le pardon nous acquitte de notre statut de victime.

Jillian Michaels nous rappelle que nous sommes tous des miroirs : nous projetons sur les autres ce que nous n’aimons pas chez nous. Cela permet de comprendre que les torts que nous avons pu subir autrefois étaient la projection des problèmes de celui ou celle qui nous a offensé, et non pas la conséquence de nos fautes ou de nos propres carences.

Ces problèmes, qui n’étaient pas les nôtres, n’ont alors plus le pouvoir de détruire notre estime de nous-même. Cela permet aussi une certaine empathie, et cette compréhension amène au pardon.

Bien sûr, si vos souffrances furent particulièrement traumatisantes et répétées, il peut être extrêmement difficile de pardonner. Cela prend du temps et requiert patience et bienveillance.

Pour assimiler tout ceci, et comme à chaque chapitre, Jillian Michaels nous soumet des exercices. Ceux-ci nous guident dans la compréhension de nous-mêmes, de nos schémas intérieurs et nous invitent aussi à l’allocentrisme et à la compassion.

Vient ensuite le moment d’assumer la responsabilité de nos actes. Arrêter de blâmer autrui pour nos problèmes actuels nous rend notre puissance, notre capacité à diriger notre vie.

Responsabilité ne signifie pas culpabilité. Inutile de se condamner soi-même. Nous pouvons décider de mettre l’accent sur nos forces et notre réussite prochaine, plutôt que nous lamenter sur les obstacles que nous rencontrons et sur nos difficultés à les surmonter.

Selon Jillian, « nous sommes des êtres puissants qui nous mettons dans des situations difficiles dans une tentative inconsciente d’en tirer un enseignement ». L’exercice proposé ensuite nous place face à la nature de nos problèmes et soucis et nous ouvre les yeux sur notre responsabilité.

Chapitre 6 : une nouvelle attitude.

Après avoir pris conscience de nos automatismes et identifié leur provenance, après avoir pardonné et s’être pardonné à soi-même en prenant la responsabilité de nos actes, il est temps d’envisager un changement véritable.

Puisque notre réalité provient de nos attitudes et de nos croyances, si celle-ci ne nous convient pas ou nous rend malheureux, nous devons revoir entièrement notre attitude. Si je suis sans cesse en train de me dévaloriser et de me dire que je suis incapable, il y a de très fortes chances pour que ma réalité corresponde à l’image que je me fais de moi-même.

L’auteure nous place encore une fois devant nous-mêmes : de quoi ais-je peur ?

Lister nos craintes les plus intimes et les relier aux évènements désagréables de notre vie et aux problèmes que nous affrontons, nous fait réaliser dans quelle mesure nous fabriquons notre propre réalité et comment nos comportements contribuent à entretenir nos problèmes. Il y a là encore une fois la question de la responsabilité, et si nous l’endossons en toute conscience, nous reprenons le pouvoir.

Une fois que l’on a évalué la situation et établi les faits, l’enjeu est de cesser la reproduction négative incessante de notre inconscient. Notre confiance en nous-même découle pour l’essentiel de l’image que nous avons de nous-même. Balançons les rôles que nous endossons par principe, par devoir et par habitude ! Ces rôles que nous jouons, souvent établis inconsciemment dès l’enfance (il est gentil, elle est patiente, il est colérique etc…) limitent notre vie et ne sont qu’une surface, un ersatz de ce que nous sommes réellement.

Pour réussir, il faut y croire, c’est une vérité. Tant que je me penserais incapable, je me limiterai. Notre esprit peut être une prison. Mais il n’est certes pas évident de changer la façon dont on se perçoit soi-même. Il s’agit là d’un réel déconditionnement.

L’exercice consiste alors à identifier les rôles que nous endossons dans notre propre vie et qui nous empêchent d’évoluer. Pourquoi suis-je en manque d’argent ? Est-ce parce que je pense être un perdant ? Parce que je me suis convaincu que je ne le méritais pas ? Pourquoi ais-je ces kilos en trop ? Parce que je suis enfermé dans un rôle de gros mangeur, de paresseux, de non-sportif ? Y’a-t-il dans cette histoire la moindre trace de vérité ? Suis-je vraiment un perdant ? Qu’est-ce qui m’empêche de chausser mes baskets et d’aller courir ? Suis-je vraiment un monstre indigne d’amour ou de réussite ? Évidemment que non. Jillian nous guide pour débusquer ces illusions qui sont la source de l’image négative que nous avons de nous, afin de nous libérer de nos chaînes.

Une fois que c’est fait, nous sommes libres de modifier notre comportement et de quitter cette image négative, ce qui aura pour effet de nous pousser à faire des choix différents. Et qui dit choix différents dit résultats différents. Bien sûr, elle n’affirme pas un seul instant que ce sera facile. Les habitudes ont la peau dure, comme on dit. Mais si l’on reste vigilant et déterminé, les petites victoires quotidiennes contribueront à redéfinir la façon dont nous nous percevons et à renforcer notre confiance en nous et en notre capacité de réaliser nos rêves.

Chapitre 7 : face au monde extérieur.

Dans ce chapitre, Jillian Michaels nous donne des clés pour reconnecter nos circuits internes, de manière à nous conditionner mentalement à faire face aux difficultés et aux échecs et à franchir les obstacles, pour que ceux-ci deviennent des tremplins vers le succès.

Elle nous conseille dans un premier temps de nous ancrer dans le présent, la meilleure façon d’apaiser notre anxiété et ses effets indésirables (mains moites, insomnies, migraines, addictions…) Souvent, nous imaginons le pire et nous perdons notre calme. Il ne s’agit pas de faire l’autruche, mais de cesser de nous empoisonner l’existence en anticipant les choses négativement.

Quoiqu’il arrive, mieux vaut rester concentré et présent.

De même, lorsque nous faisons face à un problème, concentrons-nous sur la solution. C’est un état d’esprit. Être proactif permet de chasser le stress en grande partie.

Inutile aussi de tout porter sur ses épaules, voilà qui est douloureux et potentiellement contre-productif. Demander son avis à une tierce personne est souvent très judicieux, car elle apporte un éclairage nouveau sur la situation, avec, peut-être plus de recul. De plus, on a ainsi le sentiment d’être soutenu, de ne pas être seul face aux difficultés. Bien sûr, faut-il préciser que nous devons bien choisir la personne à qui nous demandons de l’aide ou un avis ?

Jillian nous parle aussi du levier que peut être la peur à un instant T. Nous pouvons canaliser nos peurs et nous en servir. Si nous apprenons à dominer notre peur, à l’apprivoiser, elle peut devenir une source d’énergie positive. La pire des peurs est sans nul doute celle du changement. Car même si nous rêvons de ce changement, nous redoutons l’inconnu. Mais résister au changement est la meilleure façon de ne pas évoluer.

Pour Jillian, « la peur indique que le processus de changement est en marche ; par conséquent, elle fait partie intégrante du voyage que constitue la vie ». Ayons confiance ! Que l’on trébuche ou que l’on ait l’impression que le sort s’acharne contre nous, si l’on sait garder une attitude positive, nous continuerons d’évoluer et pourrons tirer partie de la situation.

On peut s’exercer à renforcer notre seuil de tolérance face à la peur en affrontant nos démons.

Le seul vrai échec consiste à ne rien tenter.

Une fois que l’on a regardé nos peurs en face, la meilleure chose à faire est de lâcher prise. Laisser la douleur couler à travers nous contribue à nous en libérer.

Après les exercices destinés à nous confronter à nos peurs, et qui nous donnent des pistes pour nous en défaire, le chapitre conclue sur cette notion de karma, qui veut que l’on récolte ce que l’on sème. Si je veux que la vie soit douce avec moi, je dois savoir faire preuve de douceur.

Comme dit Gandhi : « Soyez le changement que vous voulez voir advenir dans ce monde ».

Chapitre 8 : je suis capable et je mérite…

« Découvrez votre pouvoir illimité » est fondé sur le postulat que tout est possible pour chacun. Jillian Michaels a trouvé un point commun à toutes les personnes en situation d’échec qu’elle a aidées dans sa vie : aucune n’avait confiance en elle, toutes avaient une piètre opinion d’elles-mêmes.

Il y a une chose absolument essentielle pour « libérer les forces qui sommeillent en nous » : apprendre à avoir confiance en soi. Quel que soit le plan que l’on aura établi, aussi détaillé puisse-t-il être, si la confiance manque, il sera excessivement difficile de le réaliser.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Results Without Authority - Des Résultats Sans Autorité - Tom Kendrick

« Une piètre estime de soi constitue le produit toxique qui ronge le lien existant entre vos actions et vos intentions », voilà une phrase plutôt révélatrice n’est-ce pas ? Si je n’ai pas une saine opinion de moi-même, mes habitudes auto-destructrices viendront saper inévitablement toutes les choses positives de ma vie, quel que soit le domaine : familial, professionnel, vie amoureuse, relationnelle. Il n’est pas de sentiment de bien-être possible, ni de force intérieure, sans une bonne estime de soi-même et une certaine confiance en soi. La seconde d’ailleurs n’est pas envisageable sans la première.

Jillian Michaels met là en lumière quelque chose qui me semble très parlant : même si on atteint un objectif, on est condamné à régresser inévitablement. Parce que la petite voix toxique en nous qui nous soufflera que l’on ne mérite pas cette réussite ou ce bonheur nous mènera à détruire, inconsciemment, ce que l’on aura réussi à accomplir. Elle illustre cet état de faits avec son propre exemple : lorsqu’elle était plus jeune, elle abandonnait systématiquement ses buts alors qu’elle était à deux doigts de les atteindre, même et spécialement, après s’être démenée pour y arriver. C’est ainsi qu’après avoir travaillé avec acharnement pour obtenir une ceinture rouge troisième dan en Akarui-Do, elle a tout abandonné du jour au lendemain, alors que la ceinture noire était toute proche. Elle ne l’a finalement obtenue que quatre ans après, car elle avait compris qu’il était temps pour elle de devenir elle-même et de cesser de s’identifier à la gamine potelée, triste et solitaire qu’elle était.

Alors comment faire pour transformer une piètre estime de soi en un amour sain ?

Il importe en premier lieu de définir à quel niveau on se trouve, et Jillian nous propose un petit quiz qui permet de nous situer sur une échelle allant du dégoût de soi-même à l’amour de soi. Ce quiz pointe du doigt culpabilité, auto-dénigrement, honte, colère, ces émotions et blessures qui sont les véritables ennemies de notre réussite. Une fois que nous avons les réponses et que nous savons à peu près ce qu’il en est, nous pouvons mettre en place des méthodes, invitations à la réflexion, pour renforcer l’idée en nous de notre propre valeur. Car notre pouvoir n’est illimité que si nous en sommes intimement persuadé.

Jillian Michaels nous prévient : les efforts peuvent être relativement importants, il est plus que probable que l’on connaisse des hauts et des bas, car comme cela se produit très fréquemment, on a souvent l’impression de régresser sur le chemin de l’amélioration et du succès. Il ne faut alors pas culpabiliser et il ne faut surtout rien lâcher.

Dresser l’inventaire de nos réalisations et de nos petites victoires, fussent-elles minimes et quotidiennes (aujourd’hui, j’ai fait 10 000 pas, j’ai fini ce livre de développement personnel, j’ai médité cinq minutes…), et consulter cet inventaire chaque fois que l’on doute de soi, que l’on se découragement ou que la peur nous prend, est une excellente façon d’implanter petit à petit dans notre esprit que nous sommes capable, compétent et fort.

Note : dans cet article, 10 pistes pour passer une excellente journée :http://leselansdena.fr/10-facons-dilluminer-votre-journee/

Jillian Michaels, dans ce chapitre, nous parle longuement de la honte. Elle qualifie ce sentiment d’inutile et d’obscur. Pour elle, tout a une raison d’être, hormis la honte.

Même lorsque l’on a fait quelque chose qui nous fait honte, de façon très objective, ce sentiment n’apporte rien, ne permet pas de solutionner les problèmes, nous paralysant souvent dans l’inaction, car nous craignons de rajouter de la honte à la honte.

Que l’on soit vraiment coupable ou pas, honte et culpabilité ne mènent nulle part. Nous faisons tous des erreurs, et la seule façon de remédier au problème est d’en tirer des leçons, de faire amende honorable et de corriger le tir.

Mettons l’accent sur le côté positif des choses. Prêtons attention à notre monologue intérieur, lequel incarne notre propre réalité. Imbécile, paresseux, incapable…combien de fois par jour nous coupons-nous l’herbe sous le pied ? Traitons-nous comme un ami le ferait.

Jillian nous propose un petit exercice de reprogrammation intérieure : remplacer les commentaires désobligeants que l’on s’adresse à soi-même à longueur de journée par des affirmations positives, pleines d’amour pour nous-mêmes. Dressons la liste de nos qualités, de ce que nous aimons chez nous. La société, souvent, nous invite à la modestie, voire à l’auto-dépréciation. Mais rappelons-nous que se sentir formidable et unique ne signifie pas que nous pensons que notre voisin l’est moins. « Il n’y a rien de malsain dans le fait de prendre conscience de ses points forts » assène Jillian Michaels.

Petit exercice : noter au moins 10 qualités que l’on apprécie chez soi. Consulter cette liste et la lire à voix haute chaque fois que l’on se sent misérable ou médiocre.

Aider les autres est aussi une façon efficace de raviver le sentiment de sa propre valeur, et de prendre confiance en soi. Tout comme prendre soin de sa santé, physique comme émotionnelle, avoir une vie sociale riche, se cultiver, continuer d’apprendre et…sourire !

Avec ce chapitre, Jillian Michaels clôt la seconde partie du livre, une partie exigeante qui demande une introspection poussée. La troisième et dernière partie nous pousse en avant : Action !

Partie 3 : passer à l’action !

Chapitre 9 : apprendre et agir.

Il ne faut jamais cesser d’apprendre. Acquérir de nouvelles connaissances, tirer des leçons de nos erreurs, se spécialiser dans un domaine, lire les biographies de ceux qui nous ont précédé et qui ont connu le succès… le savoir est un outil de croissance indispensable.

Lorsqu’on connaît son sujet, nos choix sont plus pertinents, nos démarches plus cohérentes, nos chances de réussir plus grandes.

Jillian Michaels conseille d’apprendre un maximum de choses au sujet de l’objectif que l’on s’est fixé. Aujourd’hui, il est facile d’accéder aux informations. En fait, c’est tellement facile qu’on est parfois noyé sous le flot et que ces informations se contredisent entre elles. La clé consiste à s’assurer d’amasser un maximum de connaissances et de les adapter à notre projet, à notre personnalité, à notre vie. On peut aussi réapprendre à suivre notre intuition, avoir foi en notre bon sens. Souvent, lorsqu’on a pris une décision et que l’on concentre notre énergie sur celle-ci, les solutions aux problèmes éventuels apparaissent d’eux-mêmes.

Avoir un mentor nous apporte énormément et nous fait gagner beaucoup de temps et d’énergie. Savoir demander de l’aide est une force. Mais trouver un bon mentor n’est pas forcément chose aisée, aussi Jillian Michaels nous livre-t-elle quelques outils pour y arriver : déterminer précisément nos besoins, dresser une liste de personnes qui pourraient potentiellement devenir ce guide, aspirer à devenir la personne que l’on admire, ne pas tout miser sur le même cheval…

Et s’entraîner…Voilà un point fondamental sur lequel l’auteure insiste longuement. Procéder à un entraînement ciblé est la façon la plus efficace et la plus intelligente pour parvenir à ses fins. Être proactif (encore et toujours!) et porter une attention toute particulière à ses faiblesses tout en consolidant ses forces. Notre énergie doit être concentrée sur ce qu’on a le pouvoir de changer, c’est-à-dire nos propres aptitudes, et non pas les circonstances extérieures. Une telle attitude permet de maîtriser la plupart des situations et d’avancer continuellement.

Si Jillian Michaels concède qu’il y en a certains qui sont nés avec de grandes facilités, elle met un point d’honneur à nous faire comprendre que l’excellence n’est pas réservée à une élite. N’importe qui peut maîtriser n’importe quelle discipline, s’il y consacre du temps et de l’énergie. A force de répétition, les choses deviennent pour nous une seconde nature, c’est physiologique : plus nous entretenons un même schéma de pensées ou un même comportement, plus le circuit neuronal qui véhicule l’information rattachée à la pensée ou au comportement va se renforcer. Lorsque l’on crée de nouveaux circuits positifs, les anciens circuits négatifs s’atrophient pour finalement disparaître.

Par entraînement ciblé, Jillian entend : décomposition d’un objectif global en sous-objectifs, auto-observation et auto-contrôle permanents avec rétroaction immédiate, et des heures et des heures de travail. Se joindre à un réseau est aussi très important, car récolter des opinions de personnes qualifiées et expérimentées est une excellente façon d’apprendre, d’où l’importance, encore une fois, du mentor. Parfois, nous sommes tellement penché sur un sujet que nous n’avons aucun recul et avons du mal à voir ce qu’il y a sous notre nez ! La rétroaction en temps réel d’experts épargne beaucoup de temps et d’efforts, en plus d’augmenter significativement nos chances de réussite.

Il est essentiel également de se responsabiliser. Nous devons apprendre de nos échecs afin de nous améliorer. Qu’est-ce que j’ai réussi à bien faire ? Qu’aurais-je pu faire mieux ? Quels sont les problèmes qui m’empêchent de progresser ? De quelle façon puis-je surmonter ces difficultés ? Notre esprit sait relever bien des défis, de quoi nous surprendre !

Chapitre 10 : de l’importance de l’organisation.

La première chose à faire est de mettre ses objectifs par écrit, et ce précisément : il ne s’agit pas seulement de noter le résultat final que l’on souhaite atteindre, mais aussi tout le processus qui nous y mènera. Il faut décomposer l’objectif en sous-objectifs, en commençant par la fin. Le résultat final dit servir de référence pour tout ce que l’on va entreprendre.

Jillian Michaels nous conseille de décomposer notre objectif à long terme grâce à l’outil « pyramide » : le haut de la pyramide est l’objectif final, juste en-dessous se trouvent les objectifs mensuels, encore dessous les objectifs hebdomadaires, puis les objectifs quotidiens et enfin la base de la pyramide se trouvent les objectifs immédiats.

l'organisation en pyramideEn suivant cette méthode, on avance étape par étape, et on peut mettre en place un système de récompense. C’est une bonne façon de rester motivé que se récompenser chaque fois que l’on atteint un objectif secondaire. Par exemple, je souhaite perdre 20 kilos, lorsque j’en aurais perdu 5, je m’offrirais une manucure ou un massage. Se faire du bien, se dorloter un peu n’est pas une forme de complaisance, bien au contraire. Cela contribue énormément à l’accomplissement de nos buts.

Prévoir un peu de temps pour mettre de l’ordre dans ses affaires participe à une meilleure organisation, tout comme archiver ses documents en créant des dossiers pour les différents documents liés à ses diverses activités.

Chapitre 11 : le contrôle de son environnement immédiat.

Il ne faut pas négliger l’importance de notre lieu de vie et de travail. Tout ce qui nous entoure, l’espace environnant, le paysage, les objets, les sons, les odeurs, ont une influence directe sur nos pensées et nos comportements. C’est une évidence. Il est donc assez important de se créer un environnement favorable, rempli de bonnes ondes.

La première tâche consiste à regarder autour de nous et repérer ce qui est susceptible d’ébranler notre détermination. Pour reprendre l’exemple de la perte de poids, il sera pour moi très difficile de me tenir à un régime si mes placards sont remplis de chocolats, confiseries et chips. La volonté est un peu comme un muscle, elle tend à s’épuiser, c’est un processus tout à fait normal. Plus on l’utilise, plus elle se fatigue. Et paradoxalement, tout comme un muscle, plus elle se renforce.

Une fois précisément notées les sources potentielles de nuisances, il s’agit de les éliminer, les éviter ou les remplacer. Procéder à une réorganisation complète de notre cadre de vie, en s’aidant par exemple du feng-shui, sans oublier les nuisances sociétales : médias, magazines, etc…

Les lecteurs de cet article ont également lu :  3000 € par mois : Comment je suis devenu blogueur Professionnel en moins d'un an et demi (et comment vous pouvez le devenir aussi)

Mais il n’y a pas que les objets qui peuvent nous porter préjudice. Nos semblables nous transmettent nombre de nos habitudes. Si nous fréquentons des personnes positives, celles-ci auront sur nous une influence positive. L’inverse est tout aussi vrai. Nous apprenons très souvent en imitant ceux qui sont autour de nous. Cette interaction se produit dans tous les domaines de notre vie : familial, professionnel, amical, religieux…C’est donc une très bonne idée de fréquenter les personnes qui ont réussi dans le même domaine que nous ou dont nous admirons la ténacité ou l’assurance. Mais il n’est bien sûr pas toujours évident d’entrer en contact avec ces personnes, même en partant du principe qu’elles sont approchables.

C’est pour cela que la prochain chapitre est consacré à l’art de la communication.

Chapitre 12 : maîtriser l’art de la communication.

En premier lieu, établir de bonnes relations avec les autres est un excellent début. Savoir communiquer, c’est savoir parler mais aussi savoir écouter, coopérer et collaborer. Les gens qui réussissent comprennent l’importance du capital social, autrement dit le réseau. On en revient au point précédent : ceux que nous connaissons peuvent faire la différence.

Avoir un bon capital social permet d’apprendre les ficelles du métier, d’éventuellement étendre nos activités, de gravir les échelons, d’éviter certaines erreurs dues à un manque de connaissances. Il est sage de s’entourer de gens plus compétents que soi, ou ayant des compétences différentes mais utiles.

Exprimer ses besoins et ses lacunes, voire ses faiblesses, est un signe de force. On obtient rarement sans demander. Craindre de solliciter de l’aide ou de parler de ses problèmes est un problème d’orgueil ou d’estime de soi.

Alors comment améliorer sa communication ? Jillian Michaels nous donne quelques pistes. D’abord, savoir écouter. En essayant de ne pas projeter nos propres antécédents sur les autres, sans interpréter faussement. Il est bon de garder à l’esprit que l’autre n’a pas le même cadre de référence que nous. Les experts en développement personnel parlent d’écoute empathique, qui permet de se mettre à la place de l’autre et d’adopter son cadre de référence.

Il y a deux avantages importants à savoir écouter de cette manière : d’abord, on gagne la confiance de notre interlocuteur, qui s’ouvre alors davantage, ensuite on a une vision objective de la situation, et non pas une projection pleine de suppositions.

Comme il n’est pas forcément évident d’écouter avec empathie, le mieux est de s’entraîner à rester présent et attentif, à avoir une bonne connaissance du langage corporel, ce qui permet à la fois de mieux comprendre l’autre et de mieux faire passer notre message, et à trouver des points de convergence pour dépasser les points de divergence. C’est-à-dire ce qui me rapproche de mon interlocuteur plutôt que ce qui m’en éloigne. L’auteure nous invite aussi à ouvrir la voie, en posant des questions clés. Ainsi, nous montrons que nous sommes réellement intéressé et nous en savons plus sur ce que l’autre pense et ressent, et ceci nous permet de déterminer ses besoins. La maîtrise des questions directives comporte également un avantage certain : elle nous permet parfois d’amener notre interlocuteur à adopter notre point de vue. On ne peut pas imposer un changement aux gens : il faut les amener à opter librement pour ce changement, en soulignant les avantages et les inconvénients grâce à une série de questions ciblées.

Ensuite, garder l’esprit ouvert. C’est la clé qui rend possible une communication efficace. Éviter de se mettre sur la défensive ou de blâmer l’autre, car c’est le meilleur moyen de mettre fin à une communication avant même qu’elle n’ait commencé. Parler en son nom, à la première personne, de la façon dont on ressent les choses plutôt que mettre autrui en cause, être disposé à faire des compromis en trouvant le moyen de faire en sorte que l’autre fasse partie de la solution plutôt que du problème, et cultiver le respect mutuel, sont les bases d’une bonne communication.

Jillian Michaels nous propose un exercice bien utile pour qui s’apprête à négocier. Par une série de questions, elle nous invite à prendre nos objectifs mais aussi ceux des autres en considération, à savoir à quoi l’on est prêt à renoncer, à avoir un plan de rechange, à tirer des leçons du passé et à dresser une liste de toutes les solutions possibles.

Chapitre 13 : volonté forte et émotions maîtrisées.

Volonté et émotions vont de pair. Nos émotions irraisonnées nous poussent à agir impulsivement alors que s’accorder le temps nécessaire à la réflexion permet de trouver des solutions, tout en gardant une dynamique positive. De même, une volonté plus ancrée, plus solide, s’acquiert avec de l’entraînement. C’est une compétence que chacun peut cultiver, et non pas un trait génétique.

Jillian Michaels nous livre une petite méthode pour calmer nos impulsions lorsqu’elles se présentent, et menacent de faire céder notre volonté. La respiration profonde est une clé. Elle contribue à éliminer le stress et à apaiser l’esprit. Lorsque notre attention est concentrée sur notre respiration, il est quasiment impossible d’être tendu, impatient ou énervé. Alors que nous respirons, nous pouvons prendre conscience des conséquences possibles qu’auront nos actes irréfléchis si nous cédons à nos impulsions. En prenant le temps de se détendre avant tout, on réduit très nettement les risques de flancher.

Note : Ici, découvrez pourquoi la méditation est un acte d’amour : http://leselansdena.fr/la-meditation-un-acte-damour/

Il est vraiment important d’apprendre à gérer nos émotions, car la seule chose que l’on puisse réellement contrôler dans la vie, c’est la façon dont nous réagissons aux évènements. La réévaluation cognitive est une pratique vraiment profitable. C’est une stratégie d’adaptation qui engage à surveiller nos pensées négatives et à les remplacer par des pensées positives. On contribue ainsi à atténuer les conséquences négatives d’un évènement malheureux. Il existe toujours deux manières de voir les choses. L’enjeu est de choisir la manière qui sert le mieux nos objectifs. Se donner constamment la peine de voir le bon côté des choses, rééduquer son esprit de façon à ce qu’il le fasse automatiquement, déclenche des circonstances favorables.

Pour le dernier chapitre, Jillian Michaels nous pousse à transformer toutes ces prises de conscience en mesures productives.

Chapitre 14 : mettre ses projets à exécution !

Pour finir, Jillian nous engage à passer concrètement à l’action en utilisant de façon synergique toutes les informations de « Découvrez votre pouvoir illimité ».

Nos choix de tous les jours façonnent notre vie. Chaque geste que nous posons a un impact non négligeable. Et c’est dans ces décisions souvent prises inconsciemment, et qui paraissent bénignes, que se trouve la source de nos difficultés, ce qui nous retient dans notre évolution. Choisir la salade plutôt que les frites, choisir d’ouvrir un bouquin plutôt que de regarder la télévision…le but n’est pas de faire excessivement attention à tout ce que l’on fait quotidiennement, mais bien de reprendre conscience, d’être présent à ce qui se passe en nous et autour de nous. Ne pas vivre à moitié endormi. Refuser de s’ankyloser. Là réside notre véritable pouvoir. Commençons par prendre conscience de nos choix inconscients.

Les exercices rythment tout le livre, et pour le dernier, nous appuyons sur la touche « pause » pour nous interroger sur ce nous faisons. Que suis-je en train de faire ? Suis-je face à un choix ? Si oui, quelle décision suis-je sur le point de prendre, et quelles seront ses répercutions ? Va-t-elle me rapprocher de mon objectif ? Va-t-elle contribuer à mon bonheur ?

Ces questions permettent de gérer notre impulsivité et de renforcer notre volonté, comme on l’a vu, mais aussi d’être davantage attentif à nos gestes quotidiens et donc de prendre notre vie en main. Elles permettent de détecter si quelque chose va nous nuire ou nous aider. Il s’agit d’accorder à chaque décision et à chaque action le respect qu’elles méritent, une attention soutenue. N’oublions pas que les moments apparemment insignifiants ajoutent à notre bonheur.

Suivons notre intuition, ne la négligeons pas ! Il est courant que le corps exprime concrètement son désaccord sur un choix néfaste que l’on peut faire. C’est là un mécanisme de survie : une migraine due à un manque de sommeil, une réaction cutanée après un excès de sucre, un mal de ventre suite à une décision prise à contre-coeur…

Note : un article sur l’accueil de ses émotions, l’action et le flow : http://leselansdena.fr/croitre/

Jillian Michaels n’hésite pas à considérer la prise de décision réfléchie comme une forme d’art. Ne laissons pas les évènements se produire « par hasard », faisons bouger les choses dans notre sens !

Conclusion sur “Découvrez votre pouvoir illimité” :

Je connaissais Jillian Michaels par ses cours de fitness et en tant que coach dans des émissions télévisées, et son livre, « Découvrez votre pouvoir illimité » est fidèle à son personnage. C’est un ouvrage qui met en lumière les problèmes, qui appuie là où ça fait mal, qui propose des actions concrètes pour avancer et se libérer des carcans, qui booste la confiance en soi et en l’avenir, qui pousse à entreprendre. Un livre définitivement constructif. Le ton y est familier, même si les pages sont truffées d’études et de cas concrets. Jillian est tour à tour celle qui botte les fesses et celle qui console et encourage, et ce toujours positivement.

J’ai aimé son aspect méthodique : prise de conscience, déconstruction des schémas mentaux, auto-évaluation, définition de ses objectifs, outils. C’est un guide, auquel je me réfère fréquemment. Il m’a permis de réaliser certains de mes automatismes. Non seulement de les conscientiser, mais aussi d’en découvrir la source. J’ai pu alors avancer sur le chemin de la connaissance de moi-même, dépassant quelques-unes de mes peurs sur ce chemin, et préciser mes aspirations.

Un livre qui trouve assurément sa place dans ma bibliothèque de développement personnel.

Points forts :

  • Lecture facile : le style est fluide, clair et aéré.
  • Exercices tout au long du livre qui permettent une compréhension totale de la théorie et une mise en application immédiate au quotidien.
  • Les conseils s’adaptent à tous les domaines de la vie et quels que soient les objectifs.
  • Jillian Michaels étaye tous les points d’exemples très concrets, et n’hésite pas à confesser ses propres erreurs. On se sent alors compris et en confiance.
  • La grande qualité de Jillian Michaels, c’est sa capacité à motiver et à pousser vers l’avant. C’est une excellente coach, cela se sent dans son livre. Elle a un côté accessible, très humain, auquel on peut facilement s’identifier. Tout semble alors possible !

Points faibles :

  • Il peut y avoir parfois quelques répétitions et quelques longueurs.
  • Jillian Michaels est à la base une coach sportive spécialisée dans la perte de poids. Beaucoup d’exemples qu’elle donne sont donc centrés sur cet objectif, cependant il est assez facile de le transposer à notre histoire personnelle.
  • Pour qui ne connaît pas le personnage, le ton parfois très autoritaire peut gêner…

La note d’Enaëlle du blog  Les élans d’Ena :

imageimageimageimageimageimageimageimageimage

Avez-vous lu le livre ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (Pas encore de Note)

Loading...

Lire plus de commentaires sur « Découvrez votre pouvoir illimité » sur Amazon

Acheter « Découvrez votre pouvoir illimité » sur Amazon 

Recherches utilisées pour trouver cet article :

La Conscience A T Elle Des Pouvoir Illimité?, la conscience est tout puissant et un pouvoir illimité, Le pouvoir illimité, résumé du livre pouvoir illimité
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

3 Commentaires pour :

Découvrez votre pouvoir illimité

  • Jean Philippe

    24 Août 2017 à 03:01

    Merci beaucoup pour ce résumé du livre Unlimited: A Three-Step Plan for Achieving Your Dreams dans sa version Us

    Ce livre de 2012 m’a immédiatement fait penser au livre “unlimited power” de Tony Robbins, paru en 2008 dont beaucoup de concepts liés à la prise de décision, aux croyances limitantes et à la visualisation avaient été traités de façon similaire par Tony Robbins.

    On note d’ailleurs que la traduction du livre que vous avez résumé avec brio à repris le même titre que la traduction française du livre de Tony Robbins “pouvoir illimité”

    En tout cas merci pour ces piqûres de rappel qui font toujours du bien.

    Répondre



    • Ena

      24 Août 2017 à 09:56

      Merci, je suis ravie que l’article vous ait plu! Effectivement, on retrouve des idées, des outils et des axes de réflexion et d’action similaires au livre de Tony Robbins, que j’ai beaucoup aimé également!

      Répondre




    • […] le condamnaient à une existence végétative) démontre, selon l’auteure, l’incommensurable pouvoir et potentiel illimité de l’esprit […]

      Répondre









      Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

      Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.