Devenez riche

Devenez riche - investir - Améliorez ses finances - Ramit Sethi - Michaël Ferrari

Phrase-résumée de “Devenez riche – 6 semaines pour améliorer simplement vos finances” : Les auteurs Ramit Sethi et Michaël Ferrari nous expliquent comment améliorer nos finances et investir efficacement en six semaines grâce à une méthode simple et un système de gestion automatisé.

Par Ramit Sethi et Michaël Ferrari, 2016, 336 pages

Chronique et résumé de “Devenez riche – 6 semaines pour améliorer simplement vos finances”

Introduction

Les deux auteurs Ramit Sethi et Michaël Ferrari sont américain pour le premier, français pour le second. Ils nous font découvrir, à travers leur livre, leur méthode simple pour avoir suffisamment d’argent pour vivre le style de vie que l’on souhaite en tirant partie des deux mondes : la vision américaine sans tabou sur l’argent, et son adaptation à la culture française axée sur l’épargne.

Quand il s’agit d’argent, les gens se divisent généralement en deux camps :

  • Ceux qui ne veulent pas y penser et qui se sentent coupables ;
  • Ceux qui sont obsédés par des petits détails, qui contestent les taux d’intérêt et les risques géopolitiques sans ne rien faire pour autant.

Or, pour les auteurs de “Devenez riche“, ces deux options donnent le même résultat, c’est-à-dire aucun.

Laissez ces débats aux imbéciles. […] De la même façon que vous n’avez pas besoin d’être nutritionniste pour perdre du poids, vous n’avez pas besoin d’être un spécialiste pour devenir riche.

Pourquoi est-ce si difficile de gérer son argent ?

Pour les auteurs de “Devenez riche“, il y a plusieurs raisons :

  • La surabondance d’information : avec trop d’information, on ne fait rien.
  • Les médias : le fait que les conseils en finances personnelles soient donnés et enseignés par “des vieux hommes en costume” n’est pas forcément motivant.

Cependant, selon Ramit Sethi et Michaël Ferrari, il s’agit, souvent, plutôt d’excuses que de réelles difficultés.

Exemples d’excuses : “On n’apprend pas cela à l’école”, “les sociétés de crédit et les banques profitent de nous”, “J’ai peur de perdre de l’argent”, “Et si je ne sais pas comment trouver 100 € de plus par mois”.

En fait, pour Ramit Sethi et Michaël Ferrari, la seule chose importante à faire pour devenir riche, c’est de s’y prendre tôt et de compter sur les intérêts composés.

Le facteur le plus important pour devenir riche est de faire le premier pas, pas d’être un génie.

Pour les auteurs, nous n’avons donc aucune excuse. Selon eux, il n’y a qu’une seule personne à l’origine de la plupart de nos problèmes financiers, c’est nous-même.

Les principaux messages du livre “Devenez riche – 6 semaines pour améliorer ses finances”

L’objectif de Ramit Sethi et Michaël Ferrari est de nous aider à créer notre système pour investir au bon endroit et automatiquement, pas à devenir un expert financier.

Ils listent les principaux messages de leur livre :

  • La solution des 85 % : se lancer est plus important que de devenir un spécialiste ;
  • Nous avons le droit à l’erreur ;
  • Des actions ordinaires donnent des résultats ordinaires ;
  • Pour être extraordinaire, il ne faut pas être un génie, mais il faut agir différemment des gens qui nous entourent ;
  • La différence entre être beau et être riche ;
  • Investir, ce n’est pas être séduisant, c’est gagner de l’argent ;
  • Dépenser des sommes extravagantes dans ce qui nous plaît et réduire les dépenses pour ce qui ne nous intéresse pas.

En fait, ce livre traite de gestion des comptes en banque, de budget, d’épargne et d’investissement.

La méthode de Ramit Sethi et Michaël Ferrari dans “Devenez richenous apprend à paramétrer nos comptes pour créer une infrastructure financière automatisée qui fonctionnera avec un minimum d’intervention de notre part. 

Cela en :

  • Évitant les erreurs habituelles,
  • Agissant,
  • Déterminant des objectifs.

Même si c’est le genre d’idées qui n’intéresse personne, les auteurs insistent sur le fait que les investissements simples et à long terme sont finalement ceux qui fonctionnent le mieux.

Le programme de “Devenez riche” pour passer à l’action en 6 semaines

  • Première semaine : stopper l’hémorragie et mettre sous contrôle ses moyens de paiement ;
  • Deuxième semaine : ouvrir les bons comptes en banque, négocier les frais et mettre notre banquier à notre service ;
  • Troisième semaine : ouvrir un compte d’investissement ;
  • Quatrième semaine : prendre conscience de ses dépenses pour orienter notre argent là où on le souhaite ;
  • Cinquième semaine : automatiser cette nouvelle infrastructure pour que nos comptes fonctionnent ensemble.
  • Sixième semaine : apprendre pourquoi investir est différent d’acheter des actions et comment tirer le meilleur du marché avec peu d’effort.

Il n’y a pas de secrets pour devenir riche, il faut juste quelques étapes, de la discipline, et un tout petit peu de travail.

Devenez riche - investir - Améliorez ses finances - Ramit Sethi - Michaël Ferrari

Chapitre 1 –  Première semaine : stoppez l’hémorragie

1.1 – La philosophie de l’argent

Selon Rami Sethi et Michaël Ferrari, notre objectif premier ne doit pas être de devenir riche, mais d’acquérir l’attitude et l’esprit de quelqu’un qui sait apprécier ce qu’il possède. La richesse viendra ensuite.

Selon eux, avoir une philosophie sur l’argent est aussi important que d’avoir une philosophie de vie. En fait, ces deux philosophies sont même très imbriquées l’une et l’autre. Ce sont les projets que l’argent peut financer, la liberté qu’il peut nous offrir, plutôt que l’argent lui-même et les biens qu’il peut acheter qui nous intéresse.

La philosophie de l’argent selon les auteurs de “Devenez riche” repose sur deux idées fondatrices :

  1. Il faut avoir un plan pour notre argent.
  2. Les personnes qui rencontrent des difficultés dans leurs finances vont avoir tendance à trouver des excuses tandis que ceux qui réussissent vont tirer leurs forces de leur motivation.

Avec de la discipline, il est facile de s’enrichir. Il n’y a pas de solution miracle ni de produit magique, mais, même si cela n’est pas très séduisant, il suffit, pour cela, d’épargner, d’investir et de gérer son patrimoine.

1.2 – Se débarrasser de son package de services bancaires

Dans cette partie, Ramit Sethi et Michaël Ferrari nous expliquent qu’il est souvent plus intéressant de souscrire à des services à la carte que d’opter pour un package.

En effet, les comparaisons et les études ne sont pas en faveur de ces forfaits bancaires. On apprend alors que les packages entraînent, en réalité, un surcoût moyen de 26 % surcoûts par rapport à ce que le client aurait payé pour les services réellement utilisés. Par conséquent, seuls les très gros consommateurs de services bancaires ont intérêt à y souscrire.

1.3 – Ne plus payer sa carte bancaire

Devenez riche - investir - Améliorez ses finances - Ramit Sethi - Michaël Ferrari

Nous ne devons pas trouver normal de devoir payer sa carte bancaire. Celle-ci devrait être gratuite, comme c’est le cas dans de nombreux pays. Même s’il s’agit de sommes symboliques, les auteurs de “Devenez riche” nous incitent à demander à notre banque à ne plus la payer. C’est une première action dans notre démarche de reprendre en main ses comptes et de se sentir le seul maître à bord de sa situation financière.

1.4 – Se tourner vers les banques en ligne

Ramit Sethi et Michaël Ferrari nous encouragent vivement à nous tourner du côté des banques en ligne.

En effet, celles-ci comptent de nombreux avantages : en plus de proposer les meilleures offres bancaires, il est possible de réaliser l’ensemble des opérations en ligne en quelques minutes.

1.5 – Maîtriser ses cartes à réserve de crédit (appelées “cartes de fidélité”)

Ces cartes de crédit, appelées auparavant “crédit revolving”, possèdent des taux d’intérêt exorbitants : de 19 à 21 % par an !

  • Leur promesse : nous serons mieux servis, car nous bénéficierons de plus de services.
  • La réalité : nous dépensons dix fois plus qu’un client lambda et nous devenons un client captif payant des intérêts sur l’argent utilisé pour ses achats.

Par conséquent, les auteurs de “Devenez riche” nous invitent à prendre nos contrats un à un et à les résilier immédiatement.

1.6 – Faire appel à un médiateur

Lorsqu’un problème survient avec notre banque, nous avons plusieurs recours possibles :

  • En parler à son conseiller financier ;
  • Faire appel aux associations de consommateurs ;
  • Faire une lettre à sa banque, à son association de consommateurs et au médiateur.

Cette dernière solution présente un taux de résolution élevé.

1.7 – Retrouver sa virginité bancaire

Redevenir blanc comme neige, c’est possible.

  • Les trois types d’incidents de paiements sont l’incident de :
    • remboursement d’un crédit,
    • paiement par chèque,
    • paiement par carte bleue.
  • Ces incidents font l’objet de deux fichiers distincts à la Banque de France :
    • Le FICP (Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers) : il a pour but de nous empêcher d’obtenir un crédit ;
    • Le FCC (Fichier Central des Chèques) : c’est le fameux “interdit bancaire” qui nous interdit d’émettre des chèques pendant cinq ans, sauf en cas de régularisation.

Dans le cas où nous serions concernés par ces situations, il est nécessaire de payer l’objet du litige le plus rapidement possible. Ramit Sethi et Michaël Ferrari nous expliquent, de manière détaillée, comment faire face concrètement aux différents cas de figure.

1.8 – Rembourser ses crédits

  • Les auteurs font la distinction entre bonne dette et mauvaise dette : 

  • La bonne dette :

C’est celle qui, d’une façon ou d’une autre, paiera des dividendes et permettra de recouvrer le montant investi sur une période de temps raisonnable. Elle possède une rentabilité espérée.

Exemples : un investissement locatif ou tout ce qui concerne l’éducation, l’apprentissage, l’amélioration d’une compétence.

  • La mauvaise dette :

C’est typiquement une dépense de consommation courante qui n’a aucune chance de prendre de la valeur.

Exemples : achat d’un véhicule, d’une télévision ou de vacances.

L’un des points cruciaux pour bien gérer ses finances, c’est de bien dépenser et de bien investir son argent. On doit donc être très sûr de soi lorsqu’on prend la décision de dépenser. Le recours au crédit pour les biens de consommation courante par exemple, n’est, selon les auteurs de “Devenez riche“, pas justifiable.

  • Avoir à supporter ce genre de crédit entraîne deux conséquences :

  1. On paye des intérêts colossaux l’argent emprunté.
  2. On se sent redevable, voire poursuivi.
  • Les 4 étapes pour rembourser ses crédits, selon la méthode de “Devenez riche” :

    • Étape 1 : faire l’état des lieux, c’est-à-dire l’inventaire de l’ensemble des montants dus.
    • Étape 2 : décider ce qui doit être remboursé en premier

Il faut, pour cela, choisir entre deux stratégies :

      • Soit rembourser le crédit au taux d’intérêt le plus fort en premier (méthode « logique »),
      • Soit commencer par le plus petit montant restant (méthode « boule de neige »).

Devenez riche - investir - Améliorez ses finances - Ramit Sethi - Michaël Ferrari

Devenez riche - investir - Améliorez ses finances - Ramit Sethi - Michaël Ferrari

    • Étape 3 : mettre en place un plan de remboursement

Pour cela, il est primordial de réduire ses dépenses et de prioriser ses remboursements de crédits jusqu’à revenir à l’équilibre.

    • Étape 4 : commencez !

1.9 – Semaine 1 : récapitulatif pour passer à l’action

    1. Regardez ses comptes de près et prendre conscience des coûts bancaires (2 heures). Nous débarrasser des “packages de services”, pour lesquels on paye des services que nous n’utilisons pas en prenant contact avec notre conseiller.
    2. Cesser de payer sa carte bancaire (1 heure).
    3. Se débarrasser de nos cartes de fidélité, celles à réserves de crédit des grandes enseignes (2 heures) pour ne plus payer d’intérêts faramineux sur nos achats, ni être fidélisé malgré nous.
    4. Optimiser le remboursement de ses crédits (2 heures). Choisir une méthode et s’y mettre en essayant de payer des mensualités assez élevées.

Chapitre 2 – Deuxième semaine : vaincre les banques

Selon la méthode de “Devenez riche”, la deuxième semaine est consacrée aux paramétrages de nos comptes en banque. Il s’agit, en effet, de sélectionner les bons comptes, les optimiser et s’assurer que l’on ne paiera pas de frais inutiles.

2.1 – L’avantage des banques en ligne

Les auteurs de “Devenez riche” nous précisent que les frais bancaires d’une banque traditionnelle s’élèvent, en moyenne, à 147,19 euros par an pour un consommateur moyen, alors que ceux d’une banque en ligne s’élèvent à 39,21 euros par an.

Selon eux, les banques en ligne offrent une gestion simple, des avantages intéressants et présentent peu d’inconvénients. Par ailleurs, elles n’accablent pas de frais à la moindre occasion.

2.2 – Les rouages des banques

  • Le compte courant

C’est un compte où il est intéressant de recevoir tout son argent. L’idée est de répartir ensuite, régulièrement, tout cet argent, vers les comptes appropriés (comptes d’épargne et d’investissement), grâce à des virements programmés.

  • Le compte d’épargne

Selon les auteurs de “Devenez riche“, c’est un compte où il nous faut placer notre argent à court terme (un mois) jusqu’à moyen terme (cinq ans).

Il nous faut :

  • Faire la différence entre un compte courant et un compte d’épargne 

    • Le compte courant est prévu pour des retraits fréquents (cartes bancaires et distributeurs automatiques).
    • Le compte d’épargne verse des intérêts. C’est un compte avec un objectif où chaque euro est économisé dans un but spécifique.
  • Avoir un compte d’épargne et un compte courant

En effet, il est plus facile de gérer son argent s’il est réparti entre au moins deux comptes distincts. En fait :

    • Notre compte d’épargne est celui où l’on dépose notre argent,
    • Notre compte courant est celui d’où on le retire.
  • Trouver la configuration bancaire parfaite

Pour cela, les auteurs de “Devenez riche“nous conseillent de :

    • Examiner les options proposées par les différentes banques, en considérant :
      • Les types de comptes,
      • La confiance,
      • L’aspect pratique,
      • Les caractéristiques financières.
    • Optimiser nos comptes en banque : cela signifie ne pas payer de frais ni subir des conditions farfelues.
    • Éviter les frais mensuels : essayer de faire supprimer tous les frais mensuels de comptes courants et d’épargne, de découvert ou d’ouverture de compte.

 2.3 – Semaine 2 : récapitulatif pour passer à l’action

    1. Ouvrir un compte courant qui nous convient ou contrôler celui qu’on a déjà en s’assurant qu’il n’a ni frais ni minimum (1 heure). Si on réalise qu’on paye des frais, nous devons négocier pour les faire annuler quitte à menacer de partir fermement si la banque refuse.
    2. Ouvrir un compte d’épargne en ligne (3 heures) pour gagner plus d’intérêts et payer moins de frais.
    3. Facultatif : ouvrir un compte courant en ligne (2 heures). Pour bénéficier des frais réduits et de l’ensemble des opérations que nous pouvons effectuer nous-même.
    4. Alimenter son compte d’épargne en ligne (1 heure) en versant un mois et demi de dépenses courantes sur son compte courant.
    5. Transférer le reste vers son compte d’épargne (même s’il ne reste que 20 €).
Les lecteurs de cet article ont également lu :  16 photos - Que ferais-je si je n'avais plus besoin de travailler pour de l'argent ? Une vie d'aventures, d'écritures, de lectures, de rencontres...

Chapitre 3 – Troisième semaine : se préparer à investir

3.1 – Les trois catégories de personnes en matière de finances personnelles

Pour les auteurs de “Devenez riche”, il y a trois grandes catégories de personnes en matière de finances personnelles :

  • Les “actifs” : ils gèrent déjà leur argent et cherchent simplement à optimiser ce qu’ils font.
  • Les “ouverts” : cette catégorie correspond à l’immense majorité des gens ; ils ne font presque rien de leur argent et ne demandent qu’à être conseillés.
  • Les “irrécupérables” : en théorie, ils pourraient agir, mais lorsqu’il s’agit de le faire, ils ont toujours une bonne excuse pour reporter leur décision.

3.2 – Devenir riche petit à petit

Devenez riche - investir - Améliorez ses finances - Ramit Sethi - Michaël Ferrari

Pour Ramit Sethi et Michaël Ferrari, s’enrichir n’est pas dur, mais n’est pas très marrant. Pour eux :

S’enrichir ne demande pas tant d’intelligence que de discipline.

L’histoire montre d’ailleurs que la plupart des millionnaires se sont enrichis simplement en dépensant moins que ce qu’ils gagnent et en investissant dans leur entreprise. Ce sont souvent des entrepreneurs, et toujours des investisseurs.

Investir est le moyen le plus sûr de devenir riche.

3.3 – La Bourse : un marché intéressant

L’accès au marché de la Bourse n’est pas réservé aux riches : n’importe qui peut ouvrir un compte, notamment auprès des banques en ligne, qui offrent de très bonnes conditions par rapport aux banques traditionnelles.

Sur le marché boursier et dans l’investissement en général, on distingue deux grandes catégories de personnes :

  • Ceux qui visent des gains en capitaux : ceux-ci vont chercher une action sous-évaluée, l’acheter, attendre qu’elle monte jusqu’à un certain point et la revendre pour encaisser une plus-value.
  • Ceux qui visent des gains en dividendes : ceux-ci vont plutôt chercher des placements qui procurent un revenu régulier, parfois déconnecté de la valeur de l’action.

3.4 – L’échelle de progression dans la finance personnelle

Ramit Sethi et Michaël Ferrari nous proposent de suivre systématiquement les cinq étapes suivantes pour investir :

  • Première étape : rembourser ses dettes activement ;
  • Deuxième étape : ajuster son niveau de vie à ses revenus, soit en réduisant ses dépenses, soit en cherchant à gagner plus d’argent ;
  • Troisième étape : constituer une épargne de précaution (le livret A et le LDD sont deux supports parfaits pour cela) ;
  • Quatrième étape : profiter des placements « aidés » (PEA, assurance-vie, PEE, Perco)
  • Cinquième étape 5 : investir

3.5 – Les placements aidés

  • Le PEA (Plan d’épargne en actions)

Il fonctionne comme un compte titres pour investir en Bourse. Cette enveloppe est donc utile si on a des fonds à placer sur les marchés financiers.

  • L’assurance-vie

Il existe deux grands types de contrats, ceux dit :

    • monosupports
    • multisupports

Ici encore, les banques en ligne offrent les meilleurs contrats.

  • Le PEE (ou PEG)

Le plan d’épargne entreprise est un dispositif destiné à favoriser l’investissement salarial. L’intérêt, c’est que tous les frais sont pris en charge par l’entreprise et que, lorsqu’on retire notre argent, la fiscalité est avantageuse.

  • Le PERCO

Le plan d’épargne pour la retraite collectif a pour objectif d’aider les salariés à se constituer un complément pour leur retraite.

3.6 – Semaine 3 : récapitulatif pour passer à l’action

    1. S’assurer d’avoir une épargne suffisante en cas de coup dur (1 heure). Idéalement, il s’agira alors d’avoir mis de côté l’équivalent de six mois de revenus (placés sur un livret de développement durable ou un livret A par exemple). Si ce n’est pas encore le cas, il nous faut, dès à présent, évaluer combien nous pouvons verser chaque mois sur ce compte d’épargne. Ce sera la première de nos priorités avant de vouloir investir.
    2. Ouvrir un compte d’investissement (3 heures) : PEE, PEA, assurance-vie, Perco.

Chapitre 4 – Quatrième semaine : dépenser intelligemment

Dans ce chapitre, les auteurs de “Devenez riche” nous invitent à créer un plan de dépenses intelligentes. Il s’agit, en fait, d’économiser et d’investir suffisamment d’argent tous les mois, et d’utiliser ce qu’il nous reste pour nous faire plaisir.

4.1 – Dépenser pour ce qui nous fait plaisir

Pour devenir riche, il faut, selon Ramit Sethi et Michaël Ferrari, avoir la mentalité des économes. Or, être économe, ce n’est pas réduire toutes ses dépenses. Cette approche-là ne pourrait, de toute façon, être durable.

Être économe, c’est choisir les choses qui nous intéressent suffisamment et dans lesquelles vous pouvez dépenser des sommes folles, et de ne pas le faire quand il s’agit de choses qui ne vous intéressent pas.

Ainsi, il est essentiel de décider de ce qui est important pour nous et ce qui ne l’est pas pour choisir exactement dans quoi nous envisageons de dépenser notre argent.

 4.2 – Notre plan de dépenses intelligentes

Un plan de dépenses intelligentes est composé de quatre parties.

Devenez riche - investir - types de dépenses

  • Les dépenses fixes

Ici, les auteurs de “Devenez riche” proposent au lecteur de télécharger un tableau pour faire le bilan de ses dépenses. Il s’agit d’y lister toutes nos dépenses mensuelles fixes puis d’y ajouter 15 % pour les dépenses que nous n’avons pas prises en compte.

  • Les investissements à long terme

Cette partie contient les sommes que nous plaçons tous les mois sur notre PEE/Perco, notre assurance-vie et notre PEA. Le principe est d’investir 15 % de son salaire (après impôt) pour le long terme.

  • L’épargne

Il s’agit ici de nos objectifs d’épargne à court terme, à moyen terme et ceux plus importants à long terme. Par contre, il faut bien différencier ces objectifs d’épargne des objectifs d’investissement.

  • Les dépenses en toute bonne conscience

C’est l’argent destiné à nous faire plaisir et donc à utiliser sans mauvaise conscience.

4.3 – Optimiser son plan de dépenses intelligentes

Dans de nombreux cas, 80 % de nos dépenses excédentaires ne concernent que 20 % de nos achats.

Ainsi, pour optimiser son plan de dépenses intelligentes, les auteurs de “Devenez riche” nous apportent trois conseils :

    1. Se fixer des objectifs réalistes

    1. Ne pas se contenter d’économiser mais le faire dans un but précis et sur un compte spécifique

Économiser, c’est difficile, sauf si on a une raison. […] Ne considérez pas les 5 € que vous avez économisés comme une somme de 5 €, mais plutôt comme quelque chose qui vous rapproche de votre objectif d’avoir 20 000 € d’apport pour votre maison. Toute votre motivation s’en trouvera changée.

Propos de Jim Wang

    1. Utiliser le système des enveloppes pour cibler ses points forts

Cela consiste à décider du montant que l’on veut dépenser mensuellement dans une catégorie de dépenses (Ex. : 200 € alimentation, 150 € restaurants, 60 € divertissements…), puis de mettre l’argent correspondant dans des enveloppes. Lorsque les enveloppes sont vides, c’est fini pour le mois en cours.

4.4 – Et si je ne gagne pas assez d’argent ?

Selon sa situation financière, mettre en place un plan de dépenses intelligentes viable peut sembler inaccessible.

Même si ce n’est parfois qu’une impression (certains ne veulent tout simplement pas changer leur façon de dépenser), il est vrai que beaucoup de gens n’ont pas les moyens de réduire leurs dépenses et gèrent réellement leur argent au jour le jour.

Dans ce cas, ce programme peut être un guide théorique pratique, mais ce dont il faut se préoccuper alors est de gagner plus d’argent.

C’est pourquoi les auteurs de “Devenez riche” listent, ici, trois stratégies à mettre en œuvre pour gagner plus d’argent :

    1. Négocier une augmentation

Lorsqu’on parle d’obtenir une augmentation, on ne parle pas de soi en tant que personne, mais de sa capacité à montrer sa valeur à son employeur.

Ainsi, les auteurs proposent, ici, une stratégie pour montrer à son employeur de quelle façon notre travail a clairement contribué au succès de l’entreprise et lui demander de récompenser de manière juste cette contribution.

    1. Prendre un emploi mieux rémunéré

C’est une option dans le cas où notre employeur actuel ne nous propose pas de potentiel de croissance.

    1. Compléter ses revenus

Travailler en indépendant peut permettre de gagner plus d’argent. Le régime de l’auto-entrepreneur, notamment, est parfaitement adapté pour quelqu’un qui souhaite créer un revenu complémentaire à son activité principale.

 4.5 – Entretenir son plan de dépenses et gérer les imprévus

Une fois que nous avons mis en place le plan de dépenses intelligentes qui nous convient, il est nécessaire de prendre le temps de lui donner un rythme de fonctionnement.

Ainsi :

  • Suivre ses dépenses doit devenir la priorité de notre semaine (en y consacrant trente minutes tous les dimanches matin par exemple).
  • Il est indispensable de savoir faire face aux imprévus :
    • Les événements irréguliers connus : ceux-ci peuvent être anticipés (car nous avons une idée de leur coût) en versant de l’argent sur notre compte épargne.
    • Les événements irréguliers inconnus : il suffit d’ajouter 15 % à l’estimation de nos dépenses fixes pour faire face à ces surprises.
    • Les revenus ponctuels inattendus : les auteurs recommandent de profiter du plaisir procuré par cette somme inattendue (avec la moitié du montant perçu par exemple) puis de placer le reste sur son compte d’investissement. Si c’est régulier, il est conseillé de garder le même niveau de vie.

L’astuce pour avoir un plan fiable est de s’attendre à l’inattendu et d’y ajouter un peu de souplesse.

4.6 – Semaine 4 : récapitulatif pour passer à l’action

    1. Déterminer ce que nous dépensons tous les mois et réfléchir à quoi doit ressembler notre plan de dépenses intelligentes (30 minutes). Pour cela, diviser son revenu en 4 parties : « Dépenses fixes » (50 à 60 %), « Investissements à long terme » (10 %), « Objectifs d’épargne » (5 à 10 %) et « Dépenses plaisir » (20 à 35 %).
    2. Optimiser ses dépenses (2 heures) en analysant ses dépenses, ses frais fixes mensuels, en essayant la méthode à la carte.
    3. Cibler un ou deux points problématiques (5 heures) et utiliser le système des enveloppes.
    4. Entretenir son plan de dépenses intelligentes (1 heure/semaine). Veiller à ce que notre système soit assez réaliste pour pouvoir nous y tenir à long terme.

Chapitre 5 – Cinquième semaine : économiser en dormant

Gérer son argent n’est pas différent de gérer sa carrière : en investissant un peu maintenant, vous n’aurez pas à investir de grosses sommes plus tard. […] Tout est lié à un principe que j’appelle la courbe “En faire plus avant d’en faire moins”

Ce que les auteurs de “Devenez riche” veulent dire par là, c’est qu’en consacrant quelques heures en amont au système de gestion financière proposée, nous économisons beaucoup de temps à long terme. En effet, notre flux d’argent va devenir automatique. Chaque euro entrant sera dirigé vers le bon compte de notre plan de dépenses intelligentes sans avoir à y penser.

5.1 – Créer son flux financier automatique

La gestion de notre argent doit être automatisée.

Ainsi, pour mettre en place notre flux financier automatique, nous devons :

    1. Relier tous nos comptes entre eux

Devenez riche - automatiser ses finances - investir - finances

    1. Mettre en place des virements programmés d’un compte à l’autre en choisissant les bonnes dates

En fait, la meilleure façon de faire face au décalage entre les factures à régler et nos entrées d’argent est de programmer le règlement de toutes nos factures au même moment.

Devenez riche - investir - dates de paiements

    1. Oublier le système en place

En configurant ses comptes de manière à ce qu’ils fonctionnent tout seuls autant que possible, il ne reste plus qu’à les contrôler tous les mois pour s’assurer que tout se passe comme prévu.

D’ailleurs, la plupart des banques proposent tous les services nécessaires et outils (notifications par e-mail au cas où vos finances passeraient en dessous d’un certain seuil par exemple) pour permettre cette autonomisation.

    1. Adapter le système

En effet, certaines situations nécessitent d’apporter quelques modifications à nos dépenses et à notre épargne (si l’on est payé deux fois par mois par exemple).

5.2 – Semaine 5 : récapitulatif pour passer à l’action

    1. Lister tous ses comptes au même endroit (1 heure) et les relier entre eux.
    2. Mettre en place notre flux financier automatique (5 heures). Déterminer le point central de notre flux financier automatique : les virements programmés. Ne pas oublier de redéfinir les dates de prélèvement pour que notre flux soit bien synchronisé avec nos factures.

Chapitre 6 – Le mythe de l’expertise financière

Devenir riche est sous notre contrôle, et non entre les mains de quelques experts.

En effet, Ramit Sethi et Michaël Ferrari nous rappellent que nos finances dépendent des sommes que nous sommes capables d’économiser ainsi que de notre plan de dépenses intelligentes.

La seule personne responsable de votre richesse, c’est vous, et non des conseillers, des stratégies d’investissement complexes ou « les conditions du marché ». Cela veut également dire que vous êtes le seul à contrôler ce qui vous arrive et ce qu’il advient de votre argent.

6.1 – Le mythe de l’expertise

Les spécialistes ne peuvent pas prédire l’évolution du marché.

Malheureusement, personne ne peut prédire l’évolution du marché. Cela n’empêche pas les têtes pensantes de la télé de faire chaque jour des prédictions grandioses, dont on ne les tient jamais pour responsables, qu’ils aient raison ou tort. […] Il faut […] ignorer les prédictions des nababs.

D’après les auteurs de “Devenez riche”, lorsque nous évaluons un fonds, le seul moyen de le juger réellement est de regarder son historique sur les dix dernières années, voire sur une plus longue période. Cependant attention, cela ne signifie pas pour autant que l’on peut prédire l’avenir à partir du passé.

À travers plusieurs exemples, Ramit Sethi et Michaël Ferrari nous démontrent, dans cette partie, que les “spécialistes” se trompent souvent, qu’ils n’arrivent pas à dépasser le marché, et, qu’ils masquent, en plus, leurs performances.

Pour l’auteur, seuls trois investisseurs légendaires possèdent de réelles aptitudes d’investissement et méritent leurs titres de meilleurs investisseurs au monde. Il s’agit de Warren Buffett, Peter Lynch (de Fidelity) et de David Swensen (de Yale).

6.2 – Les conseillers financiers sont, la plupart du temps, inutiles

La plupart des gens n’ont pas besoin d’un conseiller financier. En effet, selon Ramit Sethi et Michaël Ferrari, il est possible de tout faire soi-même et de très bien s’en sortir.

Selon les auteurs de “Devenez riche”, seuls ceux qui se trouvent dans des situations financières complexes, ceux qui ont hérité de sommes importantes et ceux qui sont vraiment trop occupés pour en apprendre plus sur l’investissement peuvent envisager de faire appel à un conseiller. En effet, mieux vaut payer un peu et commencer à investir que de ne rien faire du tout.

Dans ce cas, avant de faire confiance à un conseiller, Ramit Sethi et Michaël Ferrari nous invitent à vérifier qu’il adhère bien à l’une des associations professionnelles agréées par l’Autorité des marchés financiers (AMF), comme la Chambre des indépendants du patrimoine ou l’Anacofi. Les auteurs proposent même ici un exemple d’e-mail de contact.

6.3 – Gestion active vs gestion passive

La principale différence entre gestion active (fonds communs) et gestion passive (fonds indiciels) concerne le coût : les fonds indiciels sont moins onéreux que les fonds communs parce qu’il n’y a pas de personnel à rémunérer.

Chapitre 7 – Investir, ce n’est pas que pour les riches

7.1 – Déterminer son profil investisseur

Pour choisir le fond d’investissement qui nous correspond, il est indispensable de déterminer son style d’investissement.

Pour cela, Ramit Sethi et Michaël Ferrari conseillent de se poser les questions suivantes :

    1. Avez-vous besoin d’argent pour l’année prochaine ou pouvez-vous laisser votre capital grossir pendant quelque temps ?
    2. Est-ce que vous économisez pour votre maison ?
    3. Pouvez-vous faire face aux changements quotidiens des marchés boursiers ou cela vous fait-il grincer des dents ?

Les auteurs de “Devenez riche” préconisent de choisir l’investissement le plus simple pour commencer puis de se constituer, ensuite, un portefeuille facile à entretenir.

7.2 – Investir mieux, investir automatiquement

Afin de consacrer un minimum d’attention à ses investissements tout en obtenant le meilleur rendement, Ramit Sethi et Michaël Ferrari nous recommandent vivement d’associer un investissement à faible coût classique à un système automatisé.

En effet, selon eux, même s’il n’est pas le plus attirant, l’investissement automatique reste très efficace pour deux raisons. Il est :

  • Moins coûteux
  • Automatique

7.3 – Investir, ce n’est pas sélectionner des titres

Réfléchissez à ceci : la façon dont vous organisez vos investissements est plus importante que vos investissements eux-mêmes.

L’allocation d’actifs est :

  • Notre programme d’investissement : c’est-à-dire la façon dont nous allons organiser les investissements dans notre portefeuille, répartis en actions, obligations et liquidités.
  • Le facteur sur lequel nous avons le plus de contrôle.

7.4 – Les bases de l’investissement

Les auteurs de “Devenez riche” nous expliquent les différentes possibilités d’investissement qui s’offrent à nous à travers la pyramide ci-dessous :

Devenez riche - investir - Améliorez ses finances - Ramit Sethi - Michaël Ferrari

  • Les actions

    • Lorsque l’on achète des valeurs, on achète des parts d’une entreprise.
    • Ce qu’on appelle le « marché » est un ensemble de quarante valeurs à forte capitalisation, le CAC 40.
    • En général, les actions en tant que classe d’actifs fournissent un rendement excellent.
    • Les actions sont un bon moyen de réaliser des performances importantes à long terme. Cependant, les auteurs nous déconseillent de sélectionner des titres individuels, car il est extrêmement difficile de faire le bon choix. Il nous faut, au contraire, choisir des fonds, c’est-à-dire des ensembles de titres pour réduire le risque et obtenir un portefeuille équilibré.
  • Les obligations

    • Les obligations sont principalement des dettes émises par les entreprises ou les gouvernements.
    • Si vous achetez une obligation d’un an, c’est comme si votre banque vous disait : « Si tu nous prêtes 100 €, nous te rendrons 103 € dans un an.
    • Ce sont, en général, les gens riches ou les plus âgés qui préfèrent investir dans des obligations car c’est un investissement extrêmement stable, au rendement garanti (mais, par conséquent, relativement faible).
  • Les liquidités

    • Dans le domaine de l’investissement, les liquidités sont l’argent qui reste de côté, qui n’est pas placé et dont les performances résultent des intérêts obtenus de comptes classiques, à savoir des comptes d’épargne réglementés.
    • Habituellement, les liquidités sont le troisième aspect d’un portefeuille, après les actions et les obligations.
    • Les liquidités sont sécurisées, mais leur rendement est le plus faible des trois. Si vous y ajoutez l’inflation, vous pouvez même perdre de l’argent en conservant de l’argent sur la plupart des comptes.

7.5 – L’allocation d’actifs fournit plus de 90 % de vos performances

Il est important d’être diversifié à travers différentes classes d’actifs, comme les actions et les obligations. En effet, selon les auteurs de “Devenez riche“, investir dans une seule catégorie d’actifs est dangereux à long terme.

Dans le tableau ci-dessous, on voit bien que le rendement est proportionnel au risque.

Devenez riche - investir - actions obligations

Ainsi, il est, à première vue, tentant de placer tout en actions car elles affichent le plus fort rendement. C’est, pourtant, une erreur. En effet, les obligations contrebalancent le mouvement des actions, grimpant lorsque les actions reculent et réduisant le risque global de votre portefeuille. Ainsi, en investissant une partie de notre argent en obligations, on réduit le risque général.

 7.6 – Diversifier son portefeuille : les différentes variétés d’actions et d’obligations

Selon les auteurs de “Devenez riche”, il est fortement recommandé de diversifier son portefeuille. Ils conseillent donc de posséder un peu de chaque type d’actions et d’obligations, et ainsi investir dans toutes les sous-catégories décrites dans le tableau ci-dessous :

Devenez riche - investir - Améliorez ses finances - Ramit Sethi - Michaël Ferrari

Devenez riche - investir - Améliorez ses finances - Ramit Sethi - Michaël Ferrari

Devenez riche - investir - Améliorez ses finances - Ramit Sethi - Michaël Ferrari - actions et obligations

7.7 – Les fonds communs de placement : pas mal, pratiques, mais parfois coûteux et peu fiables

Les fonds communs de placement sont des paniers remplis de plusieurs types d’investissements (souvent des actions). Par conséquent, au lieu de choisir des actions une par une, l’investisseur n’a plus qu’à simplement décider du fonds qui lui convient.

  • Les avantages :

Les fonds communs de placement sont très populaires, car ils :

      • Permettent de sélectionner différentes actions sans :
        • S’inquiéter d’avoir mis trop d’œufs dans le même panier (les FCP contiennent une variété d’actions qui fait que si l’une de ces actions périclite, le fonds, lui, survit) ;
        • Avoir à surveiller les prospectus ou se tenir informé de l’évolution de chaque secteur ;
      • Fournissent une diversification instantanée en détenant plusieurs actions différentes
  • Les inconvénients :

Les frais ponctionnés chaque année sont importants et la manière dont ils sont calculés est parfois détournée.

En résumé, les FCP sont intéressants parce qu’ils sont pratiques, mais comme ils sont gérés de manière active, ils sont coûteux pour l’investisseur et ne peuvent donc plus être considérés comme le meilleur support.

7.8 – Les trackers : le cousin séduisant d’une famille repoussante

Les trackers sont une collection d’actions que des ordinateurs gèrent pour reproduire la physionomie du marché. Aujourd’hui, ces fonds indexés sont un moyen facile et efficace d’investir son argent.

  • Les avantages :

    • Il n’est pas nécessaire d’y consacrer beaucoup de temps.
    • Leur coût est faible.
  • Les inconvénients :

    • On doit sélectionner plusieurs fonds pour allouer ses placements et reproduire ses schémas de départ.
    • En cas de plusieurs fonds indexés achetés, il faut rééquilibrer régulièrement sa répartition (typiquement, tous les ans).

En résumé, les fonds indexés sont un excellent moyen d’investir par rapport à l’achat d’actions en direct ou aux FCP. Avec leurs frais réduits, ils représentent un bon choix pour contrôler la composition exacte de son portefeuille.

 7.9 – Les assurances-vie : investir facilement

L’assurance-vie est un bon moyen d’investir facilement. Contrairement à son nom, l’assurance-vie n’est pas qu’une assurance décès. Elle est désormais utilisée comme un support pour investir et transmettre du patrimoine.

  • Les avantages :

    • La facilité d’ouverture et de gestion du contrat,
    • La variété des fonds disponibles,
    • Son faible coût,
    • Sa fiscalité intéressante
  • Les inconvénients :

Ce placement nécessite un suivi et un peu de planification si l’on choisit autre chose que le fonds en euros.

7.10 – Le modèle d’allocation de Swensen

  • Établir une allocation d’actifs équilibrés selon le modèle Swensen

D’après Ramit Sethi et Michaël Ferrari, ce qui est important lorsque l’on construit son portefeuille, ce n’est pas de sélectionner les meilleures valeurs : ce qui compte, c’est d’établir une allocation d’actifs équilibrés qui progressera lentement malgré les tempêtes.

Les auteurs de “Devenez riche” nous proposent alors le modèle de David Swensen pour illustrer la façon d’allouer et de diversifier nos portefeuilles.

Devenez riche - investir - Améliorez ses finances - Ramit Sethi - Michaël Ferrari

Devenez riche - investir - Améliorez ses finances - Ramit Sethi - Michaël FerrariLe modèle de Swensen nécessite des calculs importants, mais l’essentiel est que, dans ce portefeuille, aucune part ne soit majoritairement écrasante.

  • Les conseils des auteurs de “Devenez riche” pour bien sélectionner nos fonds indiciels

En fait, pour mettre en place une telle allocation équilibrée, il nous faut sélectionner nos propres fonds indiciels. Cela signifie que nous allons devoir rechercher et identifier les fonds qui nous sont les plus adaptés. Les auteurs de « Devenez riche » nous fournissent alors quelques conseils à ce sujet. Ceux-ci :

      • Commencent toujours par rechercher parmi les sociétés les plus populaires : Lyxor, EasyETF et Amundi ETF.
      • Utilisent l’outil de recherche de etrade.com, boursorama.com ou boursier.com, qui permet de voir facilement le prix du fonds, ses frais et le type de valeurs qu’il contient.
      • Veillent à ce que les frais de gestion soient peu élevés : aux alentours de 0,2 %.

Une fois que l’on a notre liste de fonds (de trois à sept fonds), nous devons commencer à investir dans ces fonds progressivement.

Le minimum pour chaque fonds se situe entre 1 000 et 3 000 €. Dès lors, si on ne peut pas acheter tous les fonds d’un coup, Ramit Sethi et Michaël Ferrari nous encouragent à les prendre un par un. Il nous faut alors accumuler suffisamment d’argent d’épargne pour verser le montant minimum du premier fonds. Une fois le premier fond acheté, nous nous fixerons un nouvel objectif d’épargne pour le fonds suivant.

Dès lors qu’on possède tous les fonds souhaités, nous pouvons répartir l’argent entre les fonds selon notre allocation d’actifs. Toutefois, il n’est pas judicieux de les répartir de manière équitable. En effet, les auteurs de « Devenez riche » nous recommandent d’ajuster les sommes aux différents fonds en se basant sur le calcul suivant :

(Sommes à investir totales) x (pourcentage de l’allocation d’actifs pour un investissement spécifique) = montant que vous investirez.

7.11 – Semaine 6 : récapitulatif pour passer à l’action

    1. Découvrir son style d’investissement (30 minutes). Choisir soit un investissement simple, comme une assurance-vie, soit avec plus de contrôle (et de complexité), comme avec un fonds indiciel. Les auteurs recommandent, ici, d’opter pour une assurance-vie avec un fonds en euros dans le cadre de la solution des 85 %.
    2. Rechercher ses supports (3 heures à 1 semaine). Si on a opté pour des fonds indiciels, parcourir ceux de Lyxor, EasyETF et Amundi ETF. Si l’on met en place son propre portefeuille, on peut se baser sur le modèle de Swensen.
    3. Placer sur ses fonds (1 heure à 1 semaine). Placer sur une assurance-vie est facile : il suffit de transférer son argent depuis son compte d’investissement. Si on n’a pas d’argent disponible pour investir, on peut créer un compte d’investissement et se fixer un objectif d’épargne jusqu’au moment où on aura rassemblé assez d’argent pour commencer. Si on achète des fonds indiciels individuels, on doit en sélectionner un à la fois et mettre en place des comptes d’épargne pour les autres.

Chapitre 8 – Maintenir son système

 

8.1 – Alimenter son système

Les auteurs de “Devenez riche” nous invitent à calculer la valeur de notre investissement selon le montant des contributions mensuelles à nos investissements (il existe, pour cela, des calculatrices sur internet).

8.2 – Ignorer le bruit ambiant

Ramit Sethi et Michaël Ferrari nous encouragent à résister à l’envie de nous connecter à notre compte d’investissement plus d’une fois par mois. Si nous avons mis en place un système d’allocation d’actifs que nous alimentons régulièrement, nous devons nous y tenir, sans écouter les analyses de votre entourage.

8.3 – Rééquilibrer nos investissements

Si nous avons décidé de gérer notre propre allocation d’actifs, il faudra la rééquilibrer tous les douze à dix-huit mois.

L’idée est de garder notre répartition stable afin qu’aucun secteur ne soit beaucoup plus important ou réduit que notre choix initial. Rééquilibrer notre portefeuille nous apportera la garantie que nos actifs sont correctement répartis. Cela nous évitera de pâtir des fluctuations d’un secteur.

Ainsi, la meilleure façon de rééquilibrer notre argent est d’en injecter plus dans les autres zones qui le nécessitent jusqu’à ce que la répartition revienne à son point de départ.

8.4 – Ne plus se soucier des impôts

Ne laissez pas la phobie de l’impôt dicter vos investissements.

Pour les auteurs de “Devenez riche”, on a tendance à trop s’inquiéter pour nos impôts et à prendre de mauvaises décisions pour en payer le moins possible.

En fait, pour eux, il faut juste investir autant que possible sur des comptes ayant des avantages fiscaux : l’assurance vie, le PEA, le PEE et le Perco.

Nous devons toutefois réfléchir avant de vendre des titres car on est généralement éligible au paiement d’impôts sur les plus-values réalisées (sauf dans le cadre d’un PEA).

8.5 – Savoir quand vendre ses investissements

Selon Ramit Sethi et Michaël Ferrari, quand on a une vingtaine ou une trentaine d’années, il n’y a que trois raisons de vendre ses actifs :

  • On a besoin d’argent rapidement

 Dans ce cas de figure, les auteurs de “Devenez riche” nous rappellent comment dans quel ordre nous devrions procéder :

    1. Utiliser notre épargne de précaution ;
    2. Vendre des biens dont nous n’avons pas besoin ;
    3. Demander à notre famille si elle peut nous prêter de l’argent ;
    4. Utiliser l’argent placé sur votre PEE/Perco grâce aux clauses de déblocage anticipé.
    5. Faites appel à un organisme de crédit.
  • On possède un actif qui ne cesse de sous-performer

Dans ce cas, il est important d’observer le secteur dans son intégralité pour comprendre pourquoi notre titre est en baisse. Toutefois, si l’on possède un portefeuille de fonds indiciels, il est, selon les auteurs, inutile d’envisager de nous en séparer..

  • On a atteint son objectif spécifique

8.6 – Donner : sortir nos objectifs du quotidien

Les auteurs nous encouragent à demander à des personnes de cinq ou dix ans de plus que nous ce qu’elles auraient aimé avoir fait si elles avaient commencé à gérer leur argent plus tôt (Ex : créer une épargne de précaution, prendre des assurances, épargner pour les études des enfants) et à mettre ces conseils en application.

Chapitre 9 – Une vie riche

L’argent, c’est formidable, mais pour moi, la richesse se situe au-delà de tout ça. Pour moi, c’est une question de liberté, c’est ne pas avoir à penser à mon argent en permanence et pouvoir voyager et travailler sur des choses qui m’intéressent.

9.1 – Prêts étudiants : faut-il les solder ou investir ?

Il y a trois possibilités :

  • Rembourser le minimum mensuel et investir le reste ;
  • Rembourser autant que possible votre prêt et commencer ensuite à investir ;
  • Opter pour une approche 50/50, où l’on rembourse la moitié du prêt et où l’on place l’autre moitié sur ses comptes d’investissement.

Techniquement, la décision repose sur les taux d’intérêt : si notre prêt étudiant affiche un taux d’intérêt très faible de 3 %, alors il est plus judicieux de se rembourser son prêt lentement, car on obtient une rentabilité de 8 % en investissant dans des fonds peu coûteux.

Néanmoins, si avoir des dettes nous empêche de dormir, alors on peut opter pour la deuxième option et rembourser son prêt aussi vite que possible.

Quant à la solution mixte de la troisième option, elle est, pour les auteurs, également très intéressante.

9.2 – L’amour et l’argent

Dans cette partie, Ramit Sethi et Michaël Ferrari tentent de répondre à différentes problématiques qui concernent l’argent et l’amour.

Voici le résumé des principales questions développées :

  • Laisser nos parents gérer notre argent est stupide

Ce sont nos investissements, de même que les gains et les pertes. Faire confiance à ses parents pour un conseil, d’accord, mais la décision finale doit rester sa décision.

  • Instaurer un programme financier avec son partenaire

L’astuce, c’est de commencer par demander des conseils à son partenaire pour amener doucement le sujet. Puis, les auteurs proposent de passer du temps avec celui qui partage notre vie pour : parler de son rapport à l’argent, dévoiler ses finances personnelles, discuter des objectifs. Ceci permet :

    • D’élaborer un plan de gestion qui définit nos moyens de paiement, nos comptes en banque, notre budget et nos comptes d’investissement ;
    • De se fixer quelques objectifs d’épargne à court et long terme.
  • Quand l’un des deux gagne plus que l’autre

Ramit Sethi et Michaël Ferrari proposent de choisir entre ces deux options :

    • Partager chaque facture commune
    • Diviser les dépenses proportionnellement aux revenus
  • Si son partenaire dépense de l’argent sans compter : convenir d’objectifs d’épargne communs

Parlez ensemble de ce qu’il nous faudra économiser pour atteindre ces objectifs communs en réalisant ensemble un plan d’épargne. En effet, en se concentrant sur celui-ci et non sur l’individu, on dépasse la simple critique et on travaille à faire coïncider ses dépenses et ses objectifs.

  • Anticiper le coût de son futur mariage plutôt que de ne rien planifier et de se retrouver endetté

Un mariage français coûte, en moyenne 12 000 €. C’est l’une des plus grosses dépenses de notre vie. Pourtant, la plupart des gens ne planifient pas cette dépense. Les auteurs nous suggèrent alors, ici, plusieurs astuces pour réduire considérablement le coût de son futur mariage et anticiper cette dépense en épargnant plusieurs années avant.

9.3 – Travail et argent

Les auteurs de « Devenez riche » développent, dans cette partie, comment négocier son salaire façon “Esprit riche” à travers : 

  • Neuf règles de bases de la négociation :

    1. Se souvenir que personne ne s’intéresse à nous

Il est primordial de toujours présenter ses demandes en soulignant la valeur que nous apportons. En somme, il faut montrer que l’entreprise gagnera plus avec nous que ce qu’elle nous paie, et donc insister sur la façon dont nous l’aiderons à atteindre ses objectifs.

    1. Recevoir une autre proposition de poste et l’utiliser

Quand nous avons une autre proposition de poste, nos employeurs ressentent un nouveau respect pour nos compétences. Dès lors, lorsque nous passons des entretiens, il est judicieux de faire savoir aux autres entreprises que nous avons reçu une offre, sans toutefois leur révéler le montant.

    1. Se préparer (99 % des gens ne le font pas)

Les auteurs nous suggèrent, pour cela, d’appeler ses contacts et de décider, en amont, du salaire que nous aimerions avoir et que nous pouvons raisonnablement obtenir. 

    1. Avoir en tête des astuces pour négocier

Tenir un carnet des actions réalisées et de ses compétences pour nous aider à répondre intelligemment aux questions. 

    1. Négocier plus que de l’argent

Il faut également demander à parler des éléments de rémunération, c’est-à-dire non seulement son salaire, mais aussi tout le reste. De cette manière, nous pouvons, en plus, agir de manière stratégique, en faisant par exemple une concession sur un facteur moins important et ainsi arriver ensemble à un accord satisfaisant. 

    1. Être dans la coopération, pas dans le rapport de force

Ici, la phrase à utiliser est : “Nous y sommes presque… voyons maintenant comment parvenir à un accord.” 

    1. Sourire 

    1. S’entraîner à la négociation

On peut, pour nous entraîner à mener une négociation claire et professionnelle, soit demander à un ami (si possible ardu en négociation), de réaliser une simulation d’entretien, soit se filmer.

    1. Si cela ne fonctionne pas, sauver la mise

Il est possible d’utiliser ce genre de réponse : “Je comprends que vous ne puissiez pas me proposer ce que je demande actuellement. Néanmoins, supposez que je fasse un excellent travail au cours des six prochains mois. Si mes performances sont formidables, j’aimerais que nous reprenions les négociations. Cela vous paraît-il honnête ?” (amener son interlocuteur à en convenir.) “Très bien. Mettons cela par écrit et nous aurons fini.”

  • Cinq choses à ne jamais faire lors d’une négociation

    • Ne donnez pas votre salaire actuel ;
    • Ne faites pas la première offre ;
    • Si vous avez reçu une offre d’une entreprise mal perçue sur le marché, taisez le nom de l’entreprise ;
    • Ne posez pas de question fermée ;
    • Ne mentez jamais.

Finalement, si l’on obtient cette augmentation, Ramit Sethi et Michaël Ferrari nous conseillent de célébrer l’événement puis d’agir intelligemment pour améliorer sa situation financière.

9.4 – Comment économiser des milliers d’euros sur de gros achats

Ramit Sethi et Michaël Ferrari reviennent, dans cette partie, sur la meilleure façon de procéder lors de nos gros achats comme celui de notre voiture et de notre résidence principale.

1. La voiture

  • Les quatre étapes à suivre lorsqu’on achète une voiture :

    • Établir un budget,
    • Choisir la voiture,
    • Négocier ferme,
    • Entretenir sa voiture.

Par ailleurs, il est plus intéressant d’acheter sa voiture en fin d’année ou en fin de trimestre, quand les vendeurs veulent atteindre leurs quotas et sont plus enclins à négocier.

  • À faire :

    • Calculer le coût total de possession, c’est-à-dire ce que l’on va dépenser au cours de la vie de notre voiture (ces dépenses ont des conséquences importantes sur nos finances).
    • Acheter une voiture que l’on pourra garder au moins dix ans.
    • Consulter les magazines ou les sites spécialisés pour nous aider à faire un bon choix.
  • À ne pas faire :

    • Choisir une location longue durée ;
    • Vendre sa voiture avant sept ans ;
    • Élargir son budget pour cet achat ;
    • Se fixer un budget réaliste et ne pas le dépasser.
  • Les critères les plus importants à prendre en considération lors de notre achat de voiture :

    • La fiabilité ;
    • Une voiture que l’on aime ;
    • La valeur de revente ;
    • L’assurance ;
    • La consommation de carburant ;
    • L’apport ;
    • Le taux d’intérêt.

2. Notre résidence principale 

  • Un achat compliqué, important et pas indispensable

En fait, il n’est pas très bon d’investir dans une maison en général. Pour les auteurs de “Devenez riche“, c’est un achat qui a du sens seulement si on a le budget et si on est sûr de rester longtemps dans la même région. Dans ce cas, c’est un formidable moyen de capitaliser et de se créer un endroit agréable où fonder une famille.

  • L’immobilier : un mauvais investissement pour les particuliers 

    • Le problème du risque : si notre maison est notre plus gros investissement, notre portefeuille n’est pas diversifié ;
    • Un rendement très faible aux particuliers : effectivement, avec le temps, il est plus avantageux d’investir en Bourse que dans l’immobilier.
  • Achat vs location : calculer ce qui est le plus intéressant

En effet, lorsqu’on loue son logement, on ne paye pas tous les frais associés à l’achat. Ceci permet d’économiser beaucoup d’argent. Aussi, la façon la plus simple de savoir s’il est plus intéressant de louer ou d’investir dans un achat est d’utiliser un calculateur sur internet : il prend en compte l’entretien, les rénovations, la plus-value, le coût de l’achat et de la vente, l’inflation et plus encore.

  • Devenir propriétaire : les astuces pour acheter sa maison

Les auteurs nous recommandent vivement de suivre les règles suivantes :

    • L’apport de 20 %,
    • Un crédit immobilier à taux fixe sur vingt ans
    • Des mensualités qui ne dépassent pas 30 % de son salaire brut.

Si ce n’est pas possible, les auteurs de “Devenez riche” suggèrent d’attendre d’avoir économisé plus d’argent.

Par ailleurs, il est intéressant de rechercher d’autres avantages (aides à l’acquisition, taux à prêt zéro…).

Enfin, il faut être vigilant aux croyances liées à la propriété telles que : “les prix de l’immobilier ne peuvent que grimper” ou “la valeur d’une maison double tous les dix ans”, etc.

3. Comment aborder ses prochains gros achats d’une manière générale

  • Prévoir de manière réaliste le coût de vos gros achats pour les dix prochaines années.
  • Prioriser
  • Mettre en place un plan d’épargne automatique.

4. Une vie riche pour vous et pour les autres

Ramit Sethi et Michaël Ferrari concluent en nous rappelant l’idée qu’être riche n’est pas qu’une question d’argent :

Une vie riche, c’est plus que de l’argent. Cela commence en gérant le nôtre, et continue en aidant les autres.

devenez riche - investir - calculatrice - gestion de comptes

Conclusion de “Devenez riche – 6 semaines pour améliorer simplement vos finances” de Ramit Sethi et Michaël Ferrari

Le livre “Devenez riche” est un ouvrage très facile à lire et accessible à tous. Il aborde le sujet des finances personnelles dans tous ses aspects, étape par étape.

En première partie : des bases (peut-être un peu trop) évidentes de gestion financière

La première partie de l’ouvrage, dédiée principalement aux préalables de l’investissement et au “plan des dépenses intelligentes” comporte un certain nombre d’évidences qui m’ont paru parfois de trop. En effet, quand le lecteur projette “enrichissement”, les auteurs semblent plutôt penser “gestion budgétaire” et reviennent sur des points très basiques à ce sujet : paiement des charges mensuelles à des dates appropriées, utilisation du compte courant/compte épargne, etc.

Il n’est cependant peut-être pas inutile de rappeler ces rudiments de gestion pour garantir des bases saines au lecteur qui part de zéro (ou de moins zéro) et qui souhaite assainir sa situation dans le but d’améliorer ses finances efficacement.

En seconde partie : des aspects plus techniques associés à une méthode très concrète

Dans la deuxième partie du livre, consacrée essentiellement aux investissements et à des questions financières plus stratégiques, les auteurs rentrent dans des aspects techniques. On y apprend alors comment créer son propre système d’investissement automatisé et comment le gérer, en appliquant “la méthode 85 %”.

En fait, la méthode proposée dans “Devenez riche” est facile à comprendre et à appliquer. Elle nous permet de passer à l’action immédiatement, semaine après semaine, sans pour autant avoir à devenir un expert en matière de finances. D’autre part, la lecture est très fluide et agrémentée de nombreux tableaux et schémas pour faciliter la compréhension.

Un guide à lire pour “améliorer ses finances” plus que pour “devenir riche”

Le titre du livre « Devenez riche », porte un peu à confusion. On peut s’attendre à découvrir une méthode pour vraiment “devenir riche”, c’est-à-dire pour accumuler une grosse fortune rapidement, devenir “millionnaire” par exemple. En réalité, il s’agit plutôt d’une méthode telle qu’énoncée dans la deuxième partie du titre : pour “améliorer ses finances”.

En fait, Ramit Sethi et Michaël Ferrari nous expliquent, à plusieurs reprises, ce qu’ils entendent par “devenir riche”. Pour eux, la richesse n’est pas forcément l’acquisition d’une énorme quantité d’argent, d’une fortune extraordinaire. Elle est plutôt la liberté que l’argent procure dans nos choix de vie.

Un livre pratique et accessible

Ainsi, le livre “Devenez riche” ne contient ni formule magique ni procédé révolutionnaire. Ce que Ramit Sethi et Michaël Ferrari nous proposent, c’est une méthode qui allie bon sens, discipline, patience et action de notre part, car elle est, selon eux, le meilleur moyen de vraiment gagner de l’argent. Dès lors, l’ouvrage prend une dimension très réaliste sans jamais promettre de solutions miracle.

En conclusion, “Devenez riche” est un livre que je conseille vivement à toute personne qui souhaite être accompagné dans le projet d’améliorer considérablement ses finances avec un plan d’action concret et efficace.

Ma note :

image    image    image    image    image

Points forts :

  • Très agréable à lire et facilement compréhensible, même sur les sujets plus techniques qui concernent les stratégies d’investissements.
  • Sans devenir expert, on peut suivre la méthode pas à pas proposé dans le livre et ainsi appliquer immédiatement des actions et les concrétiser semaine après semaine.
  • Pas de promesses miraculeuses : un contenu transparent et réaliste.

Points faibles :

  • Des éléments quant à la manière de gérer son budget qui paraissent un peu trop évidents pour être mentionné dans ce livre ;
  • Le titre peut porter à confusion : il s’agit plutôt d’un livre de gestion de ses finances personnelles que d’une méthode pour “devenir riche”.

 Avez-vous lu “Devenez riche – 6 semaines pour améliorer simplement vos finances ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (Pas encore de Note)

Loading...

Visitez Amazon afin de lire plus de commentaires sur le livre “Devenez riche – 6 semaines pour améliorer simplement vos finances

Visitez Amazon et achetez le livre “Devenez riche – 6 semaines pour améliorer simplement vos finances”

Recherches utilisées pour trouver cet article :

Devenez riche: 6 semaines pour améliorer simplement vos finances !, devenez riche nachetez plus, devenez riche ramit sethi, livre sur réussir sa vie
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Pas de Commentaires pour :

Devenez riche







    Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

    Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.