Une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie.

Do it your marque

do it your marque morgane maugendre

Résumé de “Do it your marque” de Morgane Maugendre : Avec ce workbook ultra ludique, Morgane Maugendre propose de vous accompagner pour créer une marque qui vous ressemble, tant sur les objectifs et les valeurs qu’elle véhicule que sur l’identité visuelle ; vous apprendrez ainsi à vous organiser, à développer votre marque, à trouver vos clients idéaux et surtout à atteindre vos objectifs financiers.

Par Morgane Maugendre, 2017, 174 pages

Chronique et résumé de “Do it your marque” de Morgane Maugendre

Introduction

Morgane Maugendre, auteure de “Do it your marque”, diplômée d’un master de marketing est une entrepreneure pleine de projets ! En 2016, elle crée Ça cogite dans la boîte, un laboratoire dédié aux femmes pour les accompagner sur le fond et sur la forme dans le monde de l’entrepreneuriat : de la création d’entreprise à l’identité visuelle de la marque.

Entre les accompagnements et les ateliers, Morgane Maugendre publie “Do it your marque”. Ce livre se présente comme un cahier d’exercices, avec une partie théorique et surtout des exercices pour la mise en pratique immédiate quand on veut créer sa marque. Ce livre apparaît comme une prolongation de l’activité de Ça cogite dans la boîte pour accompagner les futurs ou jeunes entrepreneurs à développer leur entreprise.

“Le workbook, c’est un peu une manière de faire son autocoaching. Plus précisément, c’est un livre d’exercices ou un cahier pratique pour progresser dans un domaine, améliorer ses compétences, son bien-être et concrétiser des projets personnels ou professionnels.”

Morgane Maugendre rappelle toutefois que cet accompagnement repose sur la motivation de son lectorat : il s’agit d’un support ludique pour développer son entreprise et son image, c’est pourquoi avancer à son rythme est fondamental ! Elle conseille également de lire un chapitre par semaine.

Enfin, en attendant de bâtir l’entreprise qui vous ressemble, l’auteure de “Do it your marque” donne quelques conseils, principalement axés sur l’écoute de soi.

Vous l’aurez compris, “Do it your marque” émet la promesse d’un coup de boost et d’un carnet de route pour tous les entrepreneurs en pleine création de leur marque, qui ne savent pas par où commencer, ni comment se différencier.

Partie 1 – Moi et ma marque

Chapitre 1 : Identifiez la marque qui est en vous

Dans ce chapitre, Morgane Maugendre souhaite aider ses lecteurs à déterminer l’identité de leur marque, mais pas seulement visuelle : son histoire, son pourquoi, sa forme, etc.

1.1 – Design versus identité de marque

Pour commencer, l’auteure de “Do it your marque” rappelle la distinction fondamentale entre le design de la marque et son identité.

Le design fait référence à toute l’apparence visuelle de la marque (du logo aux couleurs), tandis que l’identité définit les fondements de l’entreprise (ce qu’elle est, ce qu’elle propose, à qui elle s’adresse, etc.). Et c’est, en fait, en combinant ces deux éléments que notre marque aura de la profondeur et de la personnalité :

“C’est en travaillant sur ces deux aspects que se dessine l’image d’une marque. […] C’est cette relation, identité et design, qui permettra de rendre l’image de la marque cohérente.”

Enfin, Morgane Maugendre rappelle la nécessité de travailler à la fois le design et l’identité de sa marque dès sa création :

“Votre marque est l’image de qui vous êtes et de ce que vous faites. Elle personnifie également votre façon de vous percevoir et surtout comment votre marque est vue de l’extérieur. Elle produit un effet direct sur l’image de votre activité, et encore mieux, elle peut influencer votre carrière professionnelle. Il est donc primordial de soigner son image et ce dès le début.”

1.2 – Identifiez vos passions et vos valeurs les plus profondes

Travailler l’image de sa marque, c’est aussi développer une relation décisive avec ses clients. En effet, en ayant une image de marque cohérente avec vos valeurs et vos ambitions, il est plus facile de trouver des clients qui vous ressemblent.

“On tisse des liens beaucoup plus facilement que ne le ferait une structure importante, car on parle le même langage, on partage des valeurs et des intérêts communs.”

L’auteure de “Do it your marque” le martèle : “Vous êtes votre propre marque !”. Ceci induit inexorablement l’influence du créateur d’entreprise. La société repose presque entièrement sur ses épaules, d’où la nécessité de créer un projet cohérent avec ses propres valeurs et ses envies. C’est cela qui vous différencie de votre concurrence.

“Ce [que vos concurrents] ne proposent pas et ce qu’ils ne seront jamais capables d’offrir, c’est VOUS. Oui, vous ! Vos idées, votre créativité, vos passions, vos valeurs, votre personnalité, votre capacité à être unique et à créer une expérience consommateur privilégiée.”

1.3 – Comment en êtes-vous arrivé là aujourd’hui ?

La partie précédente et l’exercice d’introspection proposé permettent de mieux comprendre le lien entre son parcours personnel et la création de sa société. Il semble désormais évident que ce lien intime est la clé d’une réussite future, si l’on suit des projets qui ont du sens.

“Votre histoire personnelle est ce qui a permis ou permettra de construire votre marque, de lui donner toute son importance et ses particularités. Votre histoire constitue le cœur de votre marque. […] C’est ce qui lie émotionnellement votre marque à votre cible en lui montrant que vous êtes réel et pouvez la comprendre.”

Pour autant, il faut savoir raconter cette histoire, ce chemin parcouru, pour maintenir cette relation de proximité avec ses clients, tout en attirant d’autres. C’est le rôle du storytelling

raconter son histoire storytelling do it your marque

Avec trois exemple concrets, celui de Princesse tam,tam, Michel et Augustin et Des Petits Hauts, l’auteure de “Do it your marque” insiste sur cette étape cruciale dans l’élaboration de l’image de sa marque.

“Le storytelling, c’est l’art de savoir raconter des histoires, son histoire. […] En prenant le storytelling au sérieux, vous placez vos clients au cœur de votre histoire, vous tissez un lien. Vous fidélisez.”

1.4 – Comment captiver l’attention en trente secondes

Connaître son histoire c’est bien, mais la partager c’est mieux ! Voilà le concept de cette sous-partie dédiée au pitch que chaque entrepreneur est amené à prononcer dans sa carrière pour “vendre” sa société ou ses produits.

Morgane Maugendre conseille alors de :

  • Synthétiser son histoire.
  • Proposer une accroche dès le début afin d’attirer l’attention.
  • Faire passer un message simple, enlever tous les mots trop compliqués.
  • Arriver à se faire comprendre en dix à trente secondes. Si plus de temps, imaginer une histoire : celle de l’utilisateur (que lui apportez-vous ?), sa propre histoire, ou encore le problème rencontré (celui qui explique le pourquoi de l’existence de votre marque).
  • Rajouter du contenu émotionnel.
  • Souligner ce qui est le plus important chez soi.
  • Ne pas tout dire, conserver une part de mystère.
  • Parler calmement, avec assurance, en prenant le temps, en articulant, et rester zen, confiant, positif.
  • Adapter son discours en fonction de son interlocuteur et prévoir plusieurs pitchs de façon à être vraiment efficace (vous ne direz pas la même chose à votre banque ou à votre client).
  • Sortir du lot et faire la différence (ajouter de l’humour, montrer le produit, opter pour un ton décalé, etc.).

Chapitre 2 : Bâtissez les fondements de votre marque

Une fois votre marque identifiée, il faut bâtir les fondements de celle-ci et définir la cible précise de votre entreprise. Pour cela, il est nécessaire de comprendre les besoins du persona auquel s’adresse votre offre pour les anticiper et proposer des solutions impactantes.

2.1 – L’importance d’une marque solide

Tel un château, pour créer sa marque, vous aurez besoin de fondations solides telles que la vision, les valeurs ou encore l’activité précise. Elles forment un tout cohérent qui sera le socle de l’entreprise, tout au long de son existence.

“À la différence du positionnement, des missions, des produits ou encore des services, les piliers de la marque ne changeront pas ou très rarement.”

2.2 – Quel nom choisir pour votre marque ?

Une nouvelle étape vient ensuite : il s’agit désormais de trouver le nom idéal pour votre marque en devenir.

Pour Morgane Maugendre, votre nom doit êtreclair, harmonieux, atypique, facile à retenir, communicatif, plutôt court, cohérent avec votre offre et disponible.”

Si trouver un nom qui vous correspond n’est pas une évidence, demandez l’aide de votre entourage. Enfin, l’auteure de “Do it your marque” rappelle l’importance d’un nom facilement identifiable et qui facilite le référencement sur Internet (pour cela, déterminez en amont les mots clés liés à votre activité avant de chercher un nom lié à ceux-ci).

2.3 – Quid de votre logo ?

Petit avant-goût du chapitre 3, cet encadré permet de questionner le rôle du logo et sa place dans le choix du nom de sa marque. Pour l’auteure de “Do it your marque”, celui-ci devrait plutôt expliciter l’activité que le nom.

L’exercice de cette sous-partie est une forme de brainstorming pour trouver le nom de sa propre marque grâce à des questions visant la collecte des mots clés ou du moins des termes qui nous inspirent, puis à la création d’un slogan.

2.4 – Comment décrire votre marque ?

L’identité de marque passe, comme son nom l’indique, par une identité unique, une histoire et un concept très précis. Cette description doit être courte et efficace.

“Pour pouvoir définir son identité de marque, il faut savoir qui on est, ce que l’on représente, ce que l’on veut et ce que l’on vaut. Il faut également connaître la direction souhaitée.”

Morgane Maugendre propose cette fois d’apprendre à décrire sa propre marque en définissant le concept de celle-ci, à travers sa fonction, sa cible, ses offres, son fonctionnement et la valeur qu’elle apporte. En faisant la synthèse de tous ces éléments, on obtient la base line de son activité.

2.5 – Quelle vision marketing pour votre marque ?

Pour faire évoluer sa marque dans le temps, il faut créer une vision, des objectifs à plus ou moins long terme dès sa création. Imaginer sa marque dans le futur est l’un des facteurs de sa réussite :

“C’est en quelque sorte une ligne de conduite qui doit vous mener à la concrétisation de vos ambitions.”

Cette direction permet de maintenir votre propre cap mais aussi d’attirer clients et partenaires, car ils se retrouvent dans votre identité et dans vos objectifs. C’est pourquoi il est nécessaire de questionner la temporalité de votre vision marketing.

“Il n’y a pas de règle précise, mais choisir le moyen terme permet de se renouveler et d’ajuster la direction à prendre. C’est également un moyen de se (re)motiver dans son projet et de fixer de nouveaux objectifs et défis à relever. Cependant, opter pour une vision à long terme permet de penser à son objectif ultime, à son désir le plus profond. Les deux options sont envisageables et même complémentaires.”

2.6 – Quelles missions pour votre marque ?

Avec les missions, il est désormais temps d’ancrer sa marque dans le présent et non plus dans le futur.

“Concrètement, il s’agit de savoir comment vous allez accomplir votre vision, engager votre cible et définir les intentions de votre marque.”

Selon Morgane Maugendre, la vision ne va pas sans la mission et inversement. D’ailleurs, elle considère que les missions servent la vision dans le sens où elles peuvent agir comme des moyens de communication sur le fonctionnement et l’ambition de la marque.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Indispensable - Joe Calloway

2.7 – Quelles sont les valeurs de votre marque ?

À l’instar d’une personne, les valeurs d’une marque définissent ce qu’elle est et ce qu’elle suit comme ligne directrice.

“Plus concrètement, elles vont établir une série de lignes directrices qui définiront votre degré d’implication et ce que les consommateurs peuvent attendre de vous.”

Elles sont un excellent moyen de communication, au même titre que les missions de la marque. Elles vont rassembler des clients et des partenaires qui adhèrent à la même vision des choses, tout en créant un climat de confiance. Il est donc primordial de transmettre et partager ses valeurs par l’identité de la marque.

2.8 – Un “brand manifesto” pour votre marque

Sous forme d’activité manuelle, l’auteure de “Do it your marque” propose, pour clore ce chapitre, de créer un “manifeste de marque” : une sorte d’affiche qui regroupe tous les éléments évoqués pour trouver l’identité de votre marque.

“Le “brand manifesto” ou “manifeste de marque”, inspire, motive et agit comme un mémo. Il traduit tout ce que vous aimeriez transmettre aux autres : intentions, émotions, inspirations, etc. Tout simplement, il résume la personnalité, la vision et les croyances de votre marque de façon qualitative, créative, intuitive et esthétique.”

Partie 2 – Moi et mon look

créer son identité visuelle

Chapitre 3 : Définissez visuellement votre marque

Dans ce chapitre de “Do it your marque”, Morgane Maugendre amène à définir l’identité visuelle, le look de sa marque pour être impactant et cohérent.

3.1 – À quoi doit ressembler votre design de marque ?

L’objectif de cette sous-partie est très clair : “aborder tout ce qu’il faut savoir pour créer une identité visuelle qui inspire, fasse la différence et vous ressemble“.

  • Un design de marque qui a du style, c’est une image de marque envoûtante !

L’image est une étape importante qu’il faudrait prendre en compte dès que vous réfléchissez à créer votre marque. Elle permet de déterminer un univers cohérent qui va se retrouver dans tous les éléments liés à celle-ci (logo, cartes de visite, décoration, etc).

  • De quoi est composé un design de marque ?

Le design de marque est une synthèse de plusieurs éléments visuels qui donne corps à l’identité de marque. Pour Morgane Maugendre explique qu’il s’agit de :

“La combinaison d’un logo principal, d’un ou plusieurs logos alternatifs, d’une palette de couleurs, de symboles ou d’icônes, d’illustrations, d’une typographie et d’une base line, auxquels on peut ajouter des planches de motifs, des photos ou des images, etc.”

Dans un encadré “À propos”, Morgane Maugendre propose un petit lexique très intéressant et très complet des termes utiles pour définir votre design de marque, suivi de l’exemple concret de Ça cogite dans la boîte. Il n’est pas possible de citer toutes ces définitions ici mais notons ce que les éléments les plus importants peuvent apporter à votre marque :

    • Le logo → être immédiatement reconnu.
    • La typographie ou police de caractères → une force à votre design de marque.
    • La palette de couleurs → une cohérence et la touche finale au look de la marque.
    • Les symboles/icônes → de l’intérêt et plus de personnalité.
    • L’illustration → une texture et un accent sur certains traits de caractère.
    • Les motifs → de la texture, du style, le décor de votre design.
    • Le brand board → une vision d’ensemble du look de votre marque, le maintien d’une harmonie visuelle dans le temps.
    • La charte graphique ou brand book les règles d’utilisation de chaque élément visuel de la marque, tout ce qui est interdit, une même utilisation par tous et donc la garantie d’une harmonisation de l’image de marque.
  • Les facteurs clés d’un design de marque réussi

Puisque c’est le design de votre marque qui agit avant vous, il faut que celui-ci corresponde en tout point à votre marque. Il doit être “atypique” et “authentique”, selon les termes de l’auteure de “Do it your marque”. 

Morgane Maugendre liste alors les trois facteurs principaux pour un design de marque réussi :

    • Suivre le processus créatif : pour obtenir l’image la plus adaptée à votre marque, il est important de suivre un processus par étapes. C’est ce que présente cet ouvrage.
    • S’amuser : il est essentiel de suivre ses envies pour déterminer son design de marque et d’être ensuite fier de votre design de marque et de vous !
    • Créer de l’émotion : le succès d’une marque repose notamment sur sa capacité à marquer, à créer des émotions chez son public, c’est pourquoi il faut lui donner un caractère particulier, qui transmet à la fois des valeurs et une histoire à partager.

3.2 – Quelles sont les intentions de votre marque ?

Afin de créer le design de marque idéal, il faut déterminer les éléments principaux à mettre en avant. Morgane Maugendre vous propose alors de questionner vos motivations et objectifs, la spécialité de votre marque, vos cibles idéales, vos valeurs, votre vision, etc.

3.3 – Faites un brief créatif clair et efficace

Dernière étape avant la production de votre design : faire une synthèse de tous les éléments cités précédemment. Cette synthèse est un “brief créatif” : elle doit être rédigée, afin d’être partagée avec votre graphiste et de la conserver dans le temps.

Pour vous aider, l’auteure de “Do it your marque” propose un modèle à remplir. La première partie “Perception de marque” peut être remplie immédiatement, néanmoins la seconde partie sur le “Design de marque” devra être complétée seulement à la fin de ce chapitre.

3.4 – Apprenez-en plus sur la psychologie des saisons

Morgane Maugendre propose ici une nouvelle approche pour découvrir l’image qui correspond le plus à sa marque : la psychologie des saisons.

“Chaque saison reflète une émotion, une atmosphère, des souvenirs qui lui sont propres, et met en avant des traits de caractère et de personnalité bien spécifiques. On peut d’ailleurs facilement attribuer des couleurs, des formes, des textures, des polices de caractères, des motifs et tous autres éléments graphiques à chacune d’entre elles.”

L’idée est donc de déterminer à quelle saison correspond votre marque, en lui trouvant des caractéristiques elles-mêmes renvoyant à l’une des quatre saisons. Cela vous aidera à trouver les bonnes couleurs, les motifs et autres symboles qui coïncident. Pour vous aider, elle met en place un petit questionnaire, suivi d’un tableau établissant les correspondances entre les saisons, la personnalité et le graphisme. Un outil très utile !

Chapitre 4 : Libérez votre créativité 

Créer sa marque, c’est aussi booster sa créativité. Dans ce chapitre, vous allez découvrir les clés de l’inspiration pour trouver par vous-mêmes un design de marque original et cohérent.

4.1 – Comment trouver l’inspiration ?

Pour trouver l’inspiration, l’auteure de “Do it your marque” conseille dans un premier temps de chercher directement autour de vous ce qui vous inspire. Pour ce faire, elle donne des pistes pratiques : la concurrence, vos propres coups de cœur, votre environnement, les lectures (articles, magazines…), Internet et les réseaux sociaux, les objets de votre quotidien (observez les matières, les couleurs), les photos…

Morgane Maugendre vous a préparé une petite série de questions pour vous aider à y voir plus clair.

4.2 – Un outil créatif indispensable : la mood board

  • Une mood board, quèsaco ?

Pour les non-initiés au métier de graphiste, la mood board est une planche qui regroupe l’ensemble des éléments qui vous inspirent pour le design de votre marque et pour définir son identité plus générale.

“Il agit comme un tremplin entre la conception et la concrétisation de votre design de marque. En un coup de main, vous pouvez transmettre une émotion, une atmosphère, une personnalité.”

  • Les règles d’une mood board efficace

“C’est un outil visuel fondamental pour exprimer l’ambiance et refléter l’identité de votre marque. Une image seule n’est pas vraiment parlante, mais le regroupement de chaque élément donne le ton, le look à votre marque et traduit une émotion que vos clients ressentiront.”

Pour une mood board efficace, il faut absolument qu’une cohérence de style, de couleur, d’univers se dégage de celle-ci. La board devra alors regrouper tous les éléments qui vous ont inspirés dans la partie précédente.

  • Le matériel à prévoir

Il est temps de passer à la création de votre propre mood board, que ce soit par informatique ou en forme de travaux manuels. Pour vous aider, l’auteure de “Do it your marque” propose, dans cette partie, quelques étapes et conseils pour réussir sa mood board.

4.3 – Allez plus loin avec votre logo

“Le logo constitue le cœur de l’identité visuelle d’une marque. Son impact est instantané, puisqu’il permet de reconnaître une marque d’un coup d’œil. C’est en tout cas l’un de ses principaux objectifs.”

C’est pour cette raison que le logo doit s’inscrire dans la continuité de l’ensemble des éléments regroupés précédemment. Il doit refléter l’identité de la marque, avec tout ce que cela comprend : la valeur ajoutée de la marque, sa vision, etc. Le logo peut se décliner à l’infini. Il se présente sous différentes formes comme :

Sa forme varie (mots, illustration, symboles…),

  • Ce que nous lisons = le texte seul,
  • Ce que nous voyons = le symbole,
  • La combinaison des deux.

Enfin, puisque le logo est un élément phare de l’identité visuelle d’une marque, il doit rester dans la durée. Sa “durée de vie” est estimée entre cinq et dix ans.

À votre tour d’analyser votre logo grâce aux différentes questions de l’auteure.

4.4 – Le pouvoir des couleurs

Pour clore ce chapitre de “Do it your marque”, Morgane Maugendre présente le concept de psychologie des couleurs. À la manière des saisons qu’elle a évoquées précédemment, il s’agit ici de s’intéresser aux codes et aux émotions que véhiculent les couleurs, et donc in extenso de questionner les couleurs qui correspondent le plus à l’identité de la marque.

La création du logo et sa mise en couleur devrait s’appuyer sur cet aspect pour apporter l’ultime point de cohérence à toute l’identité visuelle de la marque. L’auteure présente donc une liste d’interprétation des couleurs complète.

Avant de vous inviter à remplir la seconde partie du brief créatif, Morgane Maugendre propose un petit questionnaire pour vous aider à trouver les couleurs qui correspondent à votre marque.

Partie 3 – Moi et mon marché

identifier votre cible

Chapitre 5 : Identifiez votre cible et sachez répondre à ses attentes

Pour proposer une offre adaptée, il est important de bien connaître sa cible et par extension les besoins de celle-ci. Ce chapitre s’attache donc à vous aider à trouver votre propre cible et surtout à la toucher.

5.1 – Connaissez-vous votre cible ?

  • Un rôle par cible

“La cible désigne l’ensemble des consommateurs, acheteurs, lecteurs actuels et potentiels que l’on souhaite conquérir et fidéliser. On parle de “cible marketing”. À cela s’ajoutent les influenceurs, qui ont souvent un rôle important à jouer lorsque nous déployons un plan de communication.”

Cet ensemble de cibles n’agit pas de la même façon vis à vis de vos produits ou de vos offres, c’est pourquoi il faut leur attribuer un rôle spécifique. Celui-ci déterminera, entre autres, vos modes de communication.

Pour ce faire, Morgane Maugendre propose de classifier les cibles en trois catégories :

    • Les acheteurs,
    • Les utilisateurs/consommateurs,
    • Les influenceurs/prescripteurs.
  • La typologie de vos cibles

Pour aller plus loin dans la définition de la cible, il est important de souligner sa typologie, ses besoins spécifiques, etc. Pour cela, l’auteure de “Do it your marque” propose quelques méthodes pratiques :

    • Étudier les cibles de vos concurrents pour analyser la vôtre.
    • Consulter des études et analyses pertinentes sur Internet.
    • Proposer un questionnaire pour votre cible (quand celle-ci est identifiée), via les réseaux sociaux notamment.
  • En savoir davantage sur votre cible

Si vous souhaitez gagner du temps ou aller plus loin dans l’analyse de votre cible, sachez qu’il existe des bases de données à acheter. Pour cela, renseignez-vous auprès de la Chambre des métiers et de l’artisanat ou de la Chambre de commerce et d’industrie.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  7 étapes indispensables pour créer son entreprise

5.2 – Définissez votre cœur de cible

Morgane Maugendre s’intéresse ici à un échantillon bien particulier de votre cible, le “cœur de cible“, à savoir : “vos consommateurs principaux, ceux qui vont vous permettre de faire tourner votre activité”.

Pour mieux les cerner, elle vous invite à dresser les “archétypes” de vos clients idéaux, en les décrivant et en détaillant leurs besoins et leurs problématiques.

  • Analysez votre cible

Grâce à l’étape précédente dans laquelle vous avez normalement établi des archétypes, vous pouvez désormais pousser l’analyse de votre cible encore plus loin en développant des profils plus précis.

Pour cela, il faut déterminer dans un premier temps si vos clients sont des personnes physiques ou des sociétés. S’il s’agit de personnes, vous tablerez plutôt sur une description démographique (âge, sexe, lieu de vie, statut familial, valeurs/croyances), mais s’il s’agit de sociétés, vous devrez vous intéresser à leur taille, leur secteur d’activité, leurs spécificités, etc. Morgane Maugendre offre deux tableaux à compléter pour compiler ces informations.

  • De quoi vos cibles ont-elles besoin ?

Une fois les profils dessinés, vous devez vous interroger sur les besoins concrets de vos clients potentiels. Ceux-ci peuvent d’ailleurs varier d’une cible à l’autre, c’est pourquoi l’auteure conseille de remplir un tableau dans lequel chaque archétype a sa propre ligne et ses attentes sont réparties en trois colonnes : besoins, désirs, frustrations/manques.

  • Vos cibles ont-elles les moyens ?

Avant de lancer votre offre, vous devez vous assurez que votre cible idéale a bien les moyens de se l’offrir.

“C’est là un point très important afin de vous aider à définir vos tarifs et à être cohérent avec le budget estimatif ainsi que les moyens financiers de votre cible.”

À nouveau, l’auteure de “Do it your marque” propose ici un support clair pour déterminer les moyens de votre cible, qu’il s’agisse de personnes ou de sociétés, à travers des éléments simples : professions, statut, revenus, chiffre d’affaire, etc.

  • Quels types d’acheteurs sont-elles ?

Toujours dans l’objectif de mieux cerner votre cible, il faut désormais connaître leurs “habitudes de consommations”, que ce soit en termes de marques, de lieux de dépenses (boutiques, Internet…), ou encore de budget.

  • Quel est leur comportement en société ?

Après un petit questionnaire pour déterminer le comportement de votre cible en société, vous pourrez classer vos réponses dans un tableau : pour chaque archétype, vous devrez alors déterminer son comportement, son usage des réseaux sociaux, les tendances suivies et enfin ses appartenances.

“Toutes ces informations vous seront notamment utiles lorsque vous serez dans la phase de développement commercial de votre marque.”

  • Quels sont les traits de caractère de vos cibles ?

Comme pour quelqu’un de votre entourage, vous devez connaître par cœur votre cible. Morgane Maugendre vous incite à noter les qualités, les défauts, les passions, la personnalité de tous vos archétypes “physiques” et pour les sociétés, de relever les produits ou services, le positionnement, la stratégie marketing, etc.

5.3 – Sachez identifier vos clients idéaux

Tout d’abord, qui sont les “clients idéaux” ?

“Des clients les plus rentables pour votre activité, c’est-à-dire des personnes ou des sociétés en phase avec vos valeurs, et souvent “amoureuses” de votre offre, qui ne vous font pas perdre votre temps et vous sont fidèles.”

Il y a un double objectif dans l’identification de vos clients idéaux : non seulement ils vous font gagner du temps, mais surtout ils vont prioriser vos objectifs. En effet, ce sont eux que vous devez chercher à fidéliser dans un premier temps, ils sont donc votre cible numéro un, celle sur laquelle vous devez miser au maximum.

5.4 – Est-ce la bonne cible ?

Étant donné le rôle clé de votre cible, il est important de s’interroger sur son bien fondé. Pour cela, vous pouvez reprendre la vision de votre marque (développée précédemment) ou répondre aux questions proposées par l’auteure.

5.5 – Établissez un portrait client

“De la même manière que vous avez créé votre mood board, vous pouvez réaliser un portrait client pour résumer visuellement les profils de votre cible.”

Pour établir cette “mood board du client idéal”, Morgane Maugendre vous invite à procéder en deux étapes :

  • D’abord remplir un tableau par profil qui reprend tous les éléments cités précédemment (démographie, caractère, passions…),
  • Puis le transposer sur un document vierge en y apposant des éléments visuels (couleurs, images, …) correspondant.

“Vous pouvez également croiser ces différents profils avec votre offre et identifier rapidement quels types de produits ou services correspondent à telle ou telle cible.”

Chapitre 6 : Positionnez votre marque

6.1 – Identifiez les acteurs de votre segment

“Travailler sur son positionnement est l’une des armes secrètes d’un “branding” réussi et efficace.”

Dans cette partie de “Do it your marque”, l’auteure souligne un point très intéressant pour qui veut créer sa marque. Alors que la concurrence peut avoir un effet de frein au moment du lancement d’une marque, Morgane Maugendre propose au contraire d’étudier le fonctionnement de vos concurrents pour devancer les besoins de vos clients idéaux.

“Plutôt que de vous demander comment faire mieux qu’une autre marque, demandez-vous plutôt en quoi vous pourriez être innovant, différenciant, unique. En effet, en mettant en avant ce qui fait la nouveauté et non ce que l’on a de mieux, on minimise l'”effet concurrence” et montre plutôt les bénéfices directs de son offre.”

6.2 – Analysez vos concurrents

“Retenez qu’un produit ou service est concurrent du vôtre dès lors qu’il satisfait des besoins ou des désirs identiques.”

Morgane Maugendre invite à se concentrer sur cinq éléments pour mener une analyse effective de vos concurrents. il s’agit de leur :

    • Puissance : part de marché, chiffre d’affaire, etc.
    • Dynamisme : observation de leur développement et de leur stratégie marketing ;
    • Stratégie : vision de la marque, objectifs, valeurs…
    • Mix marketing“, appelé aussi les 4 P c’est-à-dire la somme de Prix, Produit, Place, Promotion. Point marketing décisif, l’auteure rappelle ceci :

“Pour être efficace, le mix marketing doit, avant tout, être cohérent pour la marque et pour le client. Il doit aussi être pensé dans l’intégralité de l’offre. Pour cela, il faut veiller à ce que le positionnement soit en accord avec les prix (Prix), l’offre (Produit), la distribution (Place) et la communication (Promotion).”

  • SWOT : en observant votre concurrence, déterminez ses forces, ses faiblesses, les opportunités et les menaces qu’elles éprouvent.

Pour faire cela, vous trouverez une fiche pratique à compléter, ainsi qu’un bilan plus global.

6.3 – Travaillez sur votre particularité

Puisque vous ne pouvez pas faire sans concurrence, il faut trouver comment la contourner en développant au maximum vos points forts. Pour ce faire, reprenez l’analyse précédente en l’appliquant non pas à vos concurrents mais à votre propre marque.

6.4 – Déterminez un plan d’action

déterminer un plan daction

À ce stade et grâce à l’analyse de votre concurrence et de votre marque, vous devez pouvoir fixer des objectifs. Morgane Maugendre conseille de se concentrer sur les cinq principaux, réalisables à court terme.

6.5 – Où vous situez-vous par rapport au marché ? 

“Le positionnement traduit la manière dont vous souhaitez être perçu par votre cible tandis que l’image de marque reflète la façon dont vous êtes réellement perçu.”

Le positionnement est donc un élément fondateur sur lequel vous devez travailler pour trouver rapidement l’adhésion de votre cible à votre offre. Il permet de renforcer l’impact de votre marque, son image et le message qu’elle véhicule.

Morgane Maugendre rappelle que votre positionnement doit être clairement énoncé en quelques mots seulement et contenir à la fois votre vision, vos objectifs et vos forces.

6.6 – Définir votre stratégie marketing

Dans cette partie, l’auteure dédiabolise le terme de “stratégie marketing” en expliquant que celle-ci synthétise tout le travail qui vient d’être développé dans les chapitres précédents sur l’image de marque. Grâce à un tableau pré-rempli, vous pouvez d’ores et déjà vous lancer dans votre propre stratégie marketing.

Partie 4 – Moi et mes tarifs

Chapitre 7 : Sachez vous vendre 

Dans ce chapitre, Morgane Maugendre va aborder tous les aspects financiers lorsque l’on créé sa marque : revenus, financements, chiffre d’affaire, etc.

7.1 – Se lancer, un grand dilemme

“Beaucoup de raisons justifient l’hésitation ou l’impossibilité de se mettre à son compte.”

Parmi elles, la concurrence, la difficulté à obtenir un salaire régulier et élevé ou encore l’impossibilité de vivre de sa passion.

L’auteure rappelle l’importance de se faire aider dans ce genre de projet et met à disposition du lecteur un petit carnet d’adresses pour tous les créateurs d’entreprises.

7.2 – Définissez vos objectifs de revenus 

Avant de vous lancer, il est primordial de réfléchir aux revenus dont vous aurez besoin avec votre nouvelle activité. L’auteure de “Do it your marque” conseille de récapituler pour chaque mois l’ensemble de vos frais fixes, mais aussi des dépenses à prévoir sur un an.

Ceci vous permettra de déterminer un objectif de revenus. Il y a deux façons d’évaluer ce montant : soit un revenu idéal (plus ou moins ce que vous gagnez déjà), soit un revenu minimum.

“Trois, voire quatre, c’est le nombre d’années nécessaires en moyenne pour qu’une affaire soit sur les rails. C’est long et assez dur au démarrage (sachez-le), mais on n’a rien sans rien !”

Comme il est quasiment impossible d’obtenir de tels résultats dès la première année de lancement de votre marque, Morgane Maugendre insiste sur le fait de posséder une épargne suffisante pour subvenir à vos besoins le temps nécessaire. Pour connaître le montant que vous devriez posséder, elle conseille de multiplier par trois le revenu minimum défini précédemment.

7.3 – Faites financer votre projet 

  •  Peaufinez votre business plan

Que vous recherchiez un financeur ou non, le business plan est une étape fondamentale dans la création de votre marque. Il permet notamment de planifier la croissance de celle-ci sur plusieurs années et de mettre en avant vos points forts. C’est un support complet à la fois pour vous, mais aussi pour vos fournisseurs ou vos partenaires.

“On y trouve votre pitch de présentation, un plan de rentabilité (compte de résultat, bilan comptable, plan de trésorerie), une étude de marché (pour démontrer vos particularités et vos atouts commerciaux), ainsi que votre demande de financement.”

  • Répertoriez les financements envisageables

Morgane Maugendre rappelle ici qu’il existe plusieurs autres solutions de financement que les banques classiques. Elle en répertorie quelques exemples selon qu’ils dépendent de financements publics, de crowdfunding ou de “business angels“.

7.4 – Déterminez votre temps de travail

Contrairement aux salariés, l’entrepreneur ne peut consacrer tout son temps à un travail effectif puisqu’il doit également gérer la prospection, la comptabilité, etc. Ceci induit que vous devez déterminer des plages horaires consacrées à votre activité et particulièrement au temps alloué à chaque tâche ou prestation.

“Faites part aux personnes concernées de vos limites et de votre manière de travailler pour être transparent dès le départ et ne pas créer de frustration ou d’incompréhension. Cela permettra également d’apporter clarté et précision dans votre travail et de renvoyer une image structurée et organisée de votre société à vos clients, amplifiant ainsi leur confiance.”

Enfin, l’auteure de “Do it your marque” conseille de prioriser les tâches en fonction de ce qu’elles vous rapportent. Pour vous aider à y voir plus clair, elle met d’ailleurs à votre disposition deux tableaux.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Lancement

7.5 – Estimez votre chiffre d’affaires

Autre point clé de la création de votre marque : l’estimation du chiffre d’affaires. Pour ce faire, Morgane Maugendre détaille ici les éléments à prendre en compte (charges, dépenses, revenu…) pour définir le chiffre d’affaires à atteindre .

Grâce à quelques adresses, des conseils pratiques et un exemple concret, vous pourrez remplir le tableau proposé pour déterminer votre propre chiffre d’affaires.

“Vous devez également ajuster votre chiffre d’affaires en fonction de votre valeur ajoutée (vos compétences, votre maîtrise du métier, votre légitimité ou encore votre notoriété ou votre carnet d’adresses). Ne négligez pas le potentiel de votre offre ni l’importance de vos tarifs.”

7.6 – Définissez le taux horaire

  •  Calculez le taux horaire

“Le taux horaire est un bon moyen de calculer le coût de votre travail.”

Une fois les étapes de temps de travail et de CA nécessaire définis, il faut désormais fixer un taux horaire venant corroborer ceci. En suivant un calcul très simple et détaillé dans ce passage, vous allez pouvoir trouver votre taux horaire.

  • Valorisez votre taux horaire

Si la notoriété de votre marque viendra avec le temps, vous n’avez pas à vous brader pour autant lorsque vous vous lancez.

“Il faut prendre en compte d’autres facteurs comme la notion de rareté, la qualité, la beauté, les coups de cœur, votre expérience, votre expertise, etc. En bref, on en revient à la valeur ajoutée perçue par le client. C’est ce qui permettra de “booster” votre rentabilité.”

Chapitre 8 : Gagnez votre vie comme vous le méritez

Dans la continuité du chapitre précédent, celui-ci s’attache à structurer, valoriser et rentabiliser votre offre d’un point de vue financier.

8.1 – Structurez votre offre

Pour proposer une offre cohérente, il est utile de cibler les attentes de vos clients et notamment de faire le distingo entre besoin et désir. En effet, ces deux perceptions entraînent des comportements différents du côté de votre cible.

C’est pourquoi vos tarifs doivent être adaptés selon votre grille tarifaire. Pour établir cette dernière, Morgane Maugendre explique qu’il faut comptabiliser un certain nombre d’éléments et ce pour chacune de vos offres. Ainsi, vous devrez :

  • Déterminer toutes les étapes nécessaires jusqu’à la vente ou la livraison (contacts, devis, premiers jets, etc).
  • Estimer le temps et les intervenants extérieurs mobilisés pour réaliser ces étapes.
  • Établir le coût de chaque produit ou service (matières premières, livraisons, etc).
  • Calculer le tarif horaire pour chaque prestation (pour ce faire, vous n’avez qu’à multiplier le temps dont vous avez besoin pour une offre par le taux horaire général définit précédemment).
  • Fixer un tarif “honnête” et ajusté, c’est-à-dire un prix semblable à votre concurrence (analysée dans la partie précédente) et acceptable, raisonnable.

8.2 – Valorisez votre offre

Une fois ce bilan établi, vous devrez analyser la cohérence de votre offre. En établissant tous les aspects de chacun de vos services ou produits (leur prix, le temps nécessaire à leur réalisation et donc leur coût, les besoins, etc), vous pourrez alors déterminer ceux que vous souhaitez développer davantage ou au contraire retirer de votre panel.

“Veillez toujours à trouver un équilibre entre les tâches les plus fastidieuses mais qui rapportent le plus et celles essentielles à votre plaisir.”

8.3 – Rentabilisez votre offre

Morgane Maugendre propose de hiérarchiser vos offres en fonction du temps et du revenu que vous en tirez selon trois niveaux :

  • Le premier niveau : celui qui demande le moins de temps et rapporte moins, mais permet de dynamiser la marque ;
  • Le second niveau : intermédiaire et donc plus ciblé ;
  • Le troisième niveau – le haut de gamme : des services plus chers mais adaptés aux besoins du client. Vous devez retrouver ici l’offre idéale pour votre activité.

Ces “niveaux de vente” peuvent vous aider à établir votre stratégie de vente : en déterminant des objectifs à atteindre selon le niveau, vous pourrez anticiper et booster certaines offres selon la période de l’année. D’ailleurs, vous trouverez un tableau à remplir mois par mois et par niveau.

Partie 5 – Moi, ma marque et action !

Chapitre 9 : Fixez-vous des objectifs

se fixer des objectifs pour créer sa marque

9.1 – Définissez vos objectifs de marque

  • La méthode SMART

Morgane Maugendre partage ici la “méthode SMART”, apprise lors de ses études en marketing, pour atteindre vos objectifs. La voici :

    • S pour spécifique : pour être efficace, l’objectif doit être précis.
    • M pour mesurable : il doit pouvoir être évalué et quantifié.
    • A pour atteignable : pour être motivant, l’objectif doit être assez important.
    • R pour réaliste : pour rester un objectif.
    • T pour temps : nous devons lui attribuer une date de début et de fin.
  • Objectifs à long terme

Quand l’auteure de “Do it your marque” parle d’objectifs à long terme, elle évoque la vision dont elle a précédemment parlé que vous devez développer pour votre marque sur les trois premières années. Il s’agit du terreau de développement de votre entreprise.

Elle rappelle toutefois qu’il est fondamental de séparer les objectifs personnels des objectifs professionnels. Bien sûr qu’il y a une part de personnel dans la création de votre entreprise, mais les objectifs doivent toujours rester clairement différenciés.

  • Objectifs à court ou moyen terme

Sortes d’étapes nécessaires à la réalisation des objectifs à long terme, ces objectifs ou “actions” s’envisagent sur une période de six à douze mois. Pour mieux comprendre, il s’agit des petites briques qui bâtissent le mur de votre entreprise.

“Parfois, on repousse tout ce qui nous semble non prioritaire. Pourtant, ce sont peut-être ces petites tâches qui vous permettraient de concrétiser petit à petit vos ambitions de marque. Lorsque l’on détermine des objectifs précis, on sait où l’on va, on gagne du temps et on travaille beaucoup plus efficacement.”

Pour vous aider à classer vos objectifs professionnels et personnels, Morgane Maugendre propose deux tableaux dans lesquels vous pourrez placer vos objectifs, les actions à mener et enfin les facteurs de réussite.

9.2 – Dressez le bilan de votre marque

“Faites le diagnostic de votre marque ! C’est le moment d’effectuer des corrections et des améliorations en fonction de ce qui se passe concrètement dans votre activité et des réalités du marché.”

Pour réaliser concrètement cette étape, l’auteure de “Do it your marque” vous incite à reprendre la méthode SWOT développée précédemment. Grâce à un nouveau tableau à remplir, vous pourrez faire évoluer votre plan d’action en fonction de vos forces, de vos faiblesses, des opportunités et des menaces auxquelles vous devriez faire face.

9.3 – Faites le point sur vos motivations

Morgane Maugendre propose ici une forme d’introspection sur votre méthode de travail : analysez à la fois vos forces et vos faiblesses, vos motivations, votre rythme, etc. Il s’agit à la fois de faire ressortir le négatif et le positif pour avancer. Pour ce faire, elle vous guide avec une série de questions à développer.

Chapitre 10 : Passez enfin à l’action

Comme son nom l’indique, ce chapitre est dédié à la mise en pratique de tous les apprentissages développés précédemment.

10.1 – Apprenez à faire des to do lists efficaces

Afin d’optimiser vos to do lists, Morgane Maugendre rappelle sa méthode SMART et surtout insiste sur le fait de hiérarchiser les tâches.

“Si tout est urgent, vous pouvez par exemple prioriser les tâches les plus rentables, car vous y gagnerez du temps ou de l’argent.”

Elle propose un modèle à appliquer pour votre organisation et partage aussi une application si vous aimez faire vos to do lists sur ordinateur : il s’agit de Daily Todo.

10.2 – Établissez un rétroplanning

Le rétroplanning permet d’avoir une vue d’ensemble sur toutes les tâches à réaliser pour une période donnée. Un modèle mensuel est à télécharger, mais vous pouvez adapter la période selon vos besoins. À vous également de noter les dates importantes et de déterminer le temps nécessaire à la réalisation de chaque action.

10.3 – Fractionnez et classifiez vos actions 

Toujours dans l’idée de compléter votre rétroplanning, il est pertinent de classifier les tâches à réaliser en “catégories ou familles”. Vous pouvez ainsi réunir tout ce qui concerne l’administratif dans un pôle commun, la communication dans un autre, la réalisation des commandes dans un troisième, etc. Cette répartition vous permettra d’y voir plus clair dans le rétroplanning.

10.4 – Établissez un timing 

Il s’agit ici de déterminer le temps exact dont vous avez besoin pour chaque tâche à réaliser afin d’organiser au mieux votre emploi du temps.

L’astuce de l’auteure :

“Compléter votre planning par des tâches de courte durée pour combler un trou.”

10.5 – Identifiez les personnes impliquées 

Certaines tâches auront besoin d’être réalisées collégialement, c’est pourquoi il est bon de faire apparaître les personnes impliquées. Cela vous permettra de déterminer à la fois qui contacter, et surtout dans quel délai.

10.6 – Et maintenant ? 

“Laissez le temps faire son œuvre. Le plus important est de savoir où vous souhaitez aller, ce que vous voulez, ce que vous ne voulez pas, et ce que vous valez. Le reste se fait naturellement, sans forcer.”

Conclusion de “Do it your marque” de Morgane Maugendre

Un véritable support pratique pour créer sa marque

Dans “Do it your marque”, Morgane Maugendre vous accompagne pas à pas dans toutes les étapes essentielles du cheminement à suivre pour créer et développer sa marque : l’identité visuelle, la cible, le positionnement, le marketing, la tarification, les objectifs et la vente de ses produits.

Tout au long de l’ouvrage, vous trouverez des définitions, des exemples, des conseils et de nombreux outils utiles et pratiques. En se présentant comme un workbook, “Do it your marque” est un ouvrage qui engage le lecteur et l’aide à passer à l’action.

Un ouvrage pour véritablement personnaliser sa marque 

Do it your marque” est un ouvrage qui sollicite la créativité du lecteur. En plaçant le créateur au centre de son entreprise, l’auteure rappelle que ce que vend l’entrepreneur, c’est lui-même avant tout. Elle vous invite à une réflexion approfondie dans l’objectif de vous démarquer, de créer une marque unique et singulière, qui ne ressemble qu’à vous.

Enfin, au-delà du contenu, le livre est, dans sa forme et ses illustrations, ludique et très agréable à lire et à utiliser.

Finalement, que vous en soyez à la réflexion, au lancement ou déjà entrepreneur(e), l’ouvrage de Morgane Maugendre vous apportera des conseils utiles, les réponses à de nombreuses questions, mais aussi des supports à compléter pour créer votre marque et/ou amener votre marque encore plus loin selon vos propres finalités.

Points forts :

  • Une approche ludique grâce à la forme du livre (workbook à compléter).
  • Un accompagnement étape par étape et pédagogique.
  • Des concepts clés illustrés et développés simplement.

Point faible :

  • Quelques longueurs et répétitions dans les différents chapitres.

Ma note :

Do it your marque - Morgane Maugendre - créer une marque    Do it your marque - Morgane Maugendre - créer une marque    Do it your marque - Morgane Maugendre - créer une marque    Do it your marque - Morgane Maugendre - créer une marque   

Avez-vous lu “Do it your marque” de Morgane Maugendre ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (Pas encore de Note)

Loading...

Visitez Amazon afin de lire plus de commentaires sur le livre de Morgane Maugendre “Do it your marque”

Visitez Amazon afin d’acheter le livre de Morgane Maugendre “Do it your marque”

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Pas de Commentaires pour :

Do it your marque







Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.

14 Partages
Partagez
WhatsApp
Partagez
Tweetez
Enregistrer