Une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie.

Ranger : l’étincelle du bonheur

ranger l'étincelle du bonheur marie kondo méthode konmari

Résumé de “Ranger : l’étincelle du bonheur”: Marie Kondo, connue à travers le monde pour sa méthode KonMari, nous révèle toute une méthode de rangement qui consiste à ne s’entourer que d’objets qui nous rendent heureux et ainsi transformer notre foyer en un lieu qui respire la joie.

Par Marie Kondo, 2016, 224 pages

Titre de l’édition anglaise : “Spark Joy : An Illustrated Master Class on the Art of Organizing and Tidying Up

Chronique et résumé de “Ranger : l’étincelle du bonheur” de Marie Kondo

Introduction : la méthode KonMari

  • Prendre grand soin de ses possessions, c’est prendre grand soin de soi !

L’important quand on fait du rangement, ce n’est pas tant de savoir quoi jeter, mais plutôt quoi garder.

L’auteure, Marie Kondo est l’experte dans l’art de l’organisation du rangement à l’origine de la fameuse “méthode KonMari”. Selon elle, seules deux compétences sont finalement nécessaires pour réussir son rangement :

    • Savoir conserver les affaires qui nous procurent de la joie et jeter le reste ;
    • Parvenir à décider où ranger chaque objet qu’on aura gardé et être capable de le remettre à sa place à chaque utilisation.

Toutes les astuces présentes dans ce livre vont donc dans ce sens et devraient permettre au lecteur d’apprécier un chez-soi qui lui inspire de la joie !

  • Le processus de rangement ne consiste pas à simplement désencombrer son intérieur

Le but est, en fait, de ranger de telle sorte que la joie se manifeste dans notre vie, tout en la changeant à tout jamais.

Ainsi, une fois ce rangement terminé, selon l’auteur, on :

    • Ne replongera plus dans le désordre.
    • Aura clairement identifié nos valeurs et ce qu’on veut.
  • Les six règles de base du rangement

En introduction de “Ranger : l’étincelle du bonheur“, Marie Kondo nous résume six règles de base du rangement :

  1. S’engager

La méthode KonMari nécessite du temps et des efforts.

  1. Visualiser son mode de vie idéal

Il s’agit de penser au style d’intérieur que nous aimerions habiter et à la façon dont nous pourrions y vivre. On doit ainsi pouvoir identifier le genre de vie que nous voulons avoir lorsque nous aurons terminé.

  1. Commencer par débarrasser

La clé du succès est de jeter. Ce n’est qu’une fois qu’on sait ce qu’on souhaite garder ou jeter qu’on a une idée précise de la quantité d’objets ayant sa place chez nous.

  1. Trier par catégorie, et non par emplacement

Dès le départ, il est important de se faire une idée précise du volume effectif de chaque catégorie d’objets en rangeant d’un coup les objets appartenant à la même catégorie. Dès lors, ranger une pièce après l’autre est une erreur : de cette manière, on ne va, en réalité, que changer les choses de place.

  1. Suivre le bon ordre
Marie Kondo - L'étincelle du bonheur
Marie Kondo, auteure du livre L’étincelle du bonheur et créatrice de la méthode Konmari

Selon la méthode KonMari, on procédera au rangement de notre maison dans l’ordre suivant : vêtements, livres, papiers, komono (objets divers) et objets de valeur sentimentale.

  1. Se demander si cet objet nous procure de la joie

Dans “Ranger : l’étincelle du bonheur“, l’objectif n’est pas de choisir ce qu’on veut jeter, mais de sélectionner les objets qu’on veut garder. Par ailleurs, en témoignant de la gratitude aux choses dont on se sépare et qui ont fait partie de notre vie, on apprécie mieux les objets de notre quotidien.

 

Première partie – Les astuces de la méthode KonMari, expliquées dans “Ranger, l’étincelle du bonheur

Chapitre 1 – Affiner sa sensibilité à la joie

1.1 – Ranger et nettoyer : deux activités différentes

On pense à tort que “ranger” et “nettoyer” sont un seul et même procédé, alors qu’il s’agit, en réalité, de deux activités complètement différentes :

  • Ranger est une façon de se confronter à soi-même : dans un logement, le responsable du désordre et de l’encombrement est toujours à 100 % l’être humain qui l’habite.
  • Nettoyer est un moyen de se confronter à la nature : la poussière, elle, s’accumule toute seule. C’est la nature.

Dès lors :

  • Le rangement met de l’ordre dans l’esprit, tandis que le nettoyage le purifie.
  • Notre maison ne sera jamais vraiment propre si on ne décide pas, d’abord, de la ranger.

1.2 – Identifier ce qui nous procure de la joie

Au début, il est parfois difficile de reconnaître les objets qui suscitent un sentiment de joie chez nous. Aussi, Marie Kondo énonce quelques règles à appliquer dès cette étape pour nous y aider :

  • Pendant le tri, repérer les trois éléments d’une même catégorie qui nous plaisent et les comparer facilitent la décision.
  • Pour les vêtements, commencer par ceux que l’on porte près de son cœur (les hauts).
  • Ne jamais se dire que “cela pourrait servir plus tard” (cela n’arrive presque jamais).

1.3 – Les objets utilitaires qui nous procurent peu de joie

Dans “Ranger, l’étincelle du bonheur“, Marie Kondo propose trois attitudes face aux objets qui ne nous enthousiasment pas plus que ça mais dont on dit avoir besoin :

  1. Nous en débarrasser : on pourra toujours en racheter un autre, meilleur, qui nous apportera de la joie, au moment où nous en aurons besoin.
  2. Penser à leur utilité pour prendre la décision ou non de les garder : la fascination, l’enthousiasme ou l’attirance ne sont pas les seuls signes indicateurs de joie. Un joli design simple, une fonctionnalité qui nous simplifie la vie, un sentiment de justesse ou le fait que l’objet nous est utile au quotidien : tout ceci indique aussi la joie.
  3. Si on les conserve malgré tout, les couvrir d’éloges, leur faire savoir que, malgré notre manque de joie, on en a vraiment besoin.

En procédant ainsi, nous apprenons à considérer ces choses essentiellement utilitaires comme des objets qui nous procurent de la joie.

“Ranger va bien au-delà du fait de déterminer ce qui reste dans la maison et ce qui part à la poubelle. Il s’agit plutôt d’une occasion en or d’apprendre à réévaluer et faire évoluer dans le bon sens la relation que vous entretenez avec vos possessions, et un bon moyen de vous créer le mode de vie qui vous procurera du bonheur. […] Le rangement nous permet d’affiner notre sensibilité à ce qui nous donne de la joie, et cela nous aide à bien mieux nous connaître. Voilà l’objectif ultime du rangement.”

1.4 – Les objets qui nous procurent de la joie mais peu utiles

Selon Marie Kondo, nous devons garder les objets qui nous procurent de la joie même si on ne les utilise pas, au risque, si non, de faire fuir toute joie de notre foyer. L’idée est alors de développer plutôt sa créativité en recherchant une utilisation à ces objets apparemment inutiles.

faire du rangement objets peu utiles

1.5 – Le “marathon du rangement”

Pour terminer ce chapitre, Marie Kondo nous invite à faire preuve de persévérance en cas de démotivation ou de rebond. Dans ce que l’auteure appelle le “marathon du rangement”, il est, en effet, normal de traverser une étape où il y a plus de désordre apparent. C’est, en réalité, un désordre temporaire, dans l’attente que chaque objet trouve sa place.

Elle suggère d’ailleurs, à ce niveau-là de notre démarche de prendre des photos de chaque pièce et des contenus de nos tiroirs et placards. Cela représente un genre de traitement de choc pour constater :

  • Que son intérieur est encore plus encombré qu’on ne le pensait ;
  • Le chemin parcouru et nous encourager à poursuivre dans cette voie.

Chapitre 2 – Inonder de joie notre espace de vie

Voici une règle essentielle à la méthode KonMari :

“Se débarrasser n’est pas la question ; ce qui importe, c’est de conserver les objets qui vous inspirent de la joie. Si vous jetez tout jusqu’à ce qu’il ne vous reste plus rien, si ce n’est un intérieur vide, je ne pense pas que vous serez heureux d’y vivre. Votre objectif en faisant du rangement devrait être d’obtenir un espace de vie rempli d’objets qui vous plaisent.”

Ainsi, dans ce chapitre de “Ranger : l’étincelle du bonheur“, Marie Kondo liste les différentes étapes du processus de rangement et de mise en joie de son espace.

2.1 – Visualiser ce que l’on considère comme notre mode de vie idéal

On peut s’inspirer, pour cela, de magazines de décoration.

2.2 – Réduire le nombre de ses possessions

  • Les objets de la “zone grise”

Dans cette partie de “Ranger : l’étincelle du bonheur“, Marie Kondo revient plus particulièrement sur les objets que nous classons dans la “zone grise”, ceux dont on n’est pas sûr de garder.

Les spécialistes du rangement recommandent généralement de mettre ces objets dans une boîte à part : si on ne s’en est pas servi dans les trois mois, on peut alors s’en débarrasser. Or, avec la méthode KonMari, c’est précisément le contraire qui est préconisé. En effet, pour Marie Kondo, en les mettant de côté, on continue à s’accrocher à ces choses alors qu’elles ne suscitent plus de joie. Il n’y a donc que deux options possibles : les garder ou les jeter. Et si on les garde, on doit absolument en prendre soin.

  • Les critères d’attirance des objets que l’on garde

Les objets sont généralement attirants pour :

    • Leur esthétique (attirance innée ou naturelle),
    • La quantité d’amour qui lui a été donnée (attirance acquise),
    • Les histoires ou l’importance qu’il a accumulées (valeur dérivée de l’expérience).

“Je suis convaincue que les objets qui ont été aimés et chéris acquièrent de l’élégance et du caractère. Quand on s’entoure uniquement de choses qui procurent de la joie et qu’on les inonde d’amour, on peut transformer sa maison en un espace rempli d’objets précieux, comme s’il s’agissait de son musée d’art personnel.”

2.3 – Égayer son espace de vie

Pour rendre son habitat plus gai, on peut le décorer avec des objets que l’on aime, ajouter de la couleur (avec juste quelques fleurs par exemple) ou encore disposer fièrement certains objets que l’on aime réellement.

2.4 – Tirer parti au maximum des objets

Marie Kondo explique ici comment tirer parti au mieux des objets qui nous inspirent de la joie et que l’on a décidé de conserver mais qui s’avèrent “inutiles”. Globalement, il y a, dans la méthode KonMari, quatre façons d’utiliser ce genre d’objets pour décorer son intérieur :

  • Les poser quelque part (miniatures, peluches, etc.) ;
  • Les suspendre (porte-clés, rubans pour les cheveux, etc.) ;
  • Les coller ou punaiser (cartes postales, papier cadeau, etc.) ;
  • Les utiliser pour emballer ou recouvrir (tout ce qui est pliable, comme des morceaux de tissu, des serviettes, etc.).

Ainsi, une fois terminé, nous devrions voir des choses que nous aimons partout où nous poserons les yeux.

2.5 – Créer son puits d’énergie

Il s’agit ici de trouver un endroit (une pièce, un coin de placard…), chez nous, qui ne soit exclusivement que pour nous, et le transformer en notre espace personnel ne contenant que les objets que nous aimons. Cela peut spectaculairement augmenter le plaisir qu’on a à passer du temps à la maison.

“Un espace rien qu’à vous débordant de joie s’apparente à un chauffe-mains dans votre poche un jour glacial.”

Chapitre 3 – Tout ce qu’il faut savoir sur le rangement dans la joie et la bonne humeur

Au cours du processus de rangement, les emplacements où ranger demeurent temporaires. Par conséquent, en plein milieu d’un marathon du rangement, il est tout à fait naturel qu’une pièce se retrouve en désordre. Par ailleurs, on ne peut avoir une idée claire de toutes nos possessions que lorsqu’on a terminé de tout trier et identifié les catégories auxquelles elles appartiennent. C’est pourquoi, il faut considérer l’espace de rangement comme temporaire jusqu’à la fin du tri.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Ce qu'il faut savoir avant de mourir

3.1 – Ranger par matériau

Selon la méthode KonMari, il est recommandé de placer les objets de matériau similaire à proximité.

ranger par materiau méthode konmari

Les trois catégories principales de matériaux sont :

  • Le tissu : vêtements, tabliers, sacs en textile, draps…
  • Le papier : livres, documents, cahiers, carnets, cartes postales, enveloppes…
  • Tout ce qui est électrique : appareils électriques, câbles, clés USB…

Ensuite, il existe d’autres catégories comme :

  • Les liquides (crèmes et lotions par exemple)
  • La céramique et le verre (vaisselle)
  • Les produits alimentaires.

3.2 – Éviter des espaces de rangement trop “spacieux”

Marie Kondo préconise, selon sa méthode KonMari, de remplir parfaitement ses espaces de rangement, ni plus ni moins. En effet, il est essentiel :

  • D’avoir suffisamment d’espace pour qu’on puisse voir d’un coup d’œil tous les articles qui se trouvent dans notre espace de rangement, et idéalement les sortir facilement.
  • Pour autant, de ne pas laisser trop d’espace libre car nous risquons alors, avant même que l’on s’en rende compte, d’accumuler à nouveau des choses qui ne nous procurent aucune joie, et ainsi nous retrouver à la case départ.

3.3 – S’inspirer du bento japonais

bento japonais rangement konmariMarie Kondo recommande de ranger en nous inspirant du bento japonais. Le bento japonais fait partie de la cuisine traditionnelle du Japon. C’est, en fait, un déjeuner en boîte composé d’aliments colorés, disposés avec un grand raffinement dans de petits compartiments. La présentation du bento est très importante.

” Le bento résume à lui seul l’esthétique unique des espaces de rangement japonais. En voici les concepts essentiels : la séparation des saveurs, la beauté de la présentation, et le parfait ajustement des compartiments. Si vous remplacez “la séparation des saveurs” par “la séparation des matériaux”, ranger des choses dans un tiroir suit précisément les mêmes principes que pour remplir un bento.”

3.4 – Les quatre principes du rangement de la méthode KonMari

Les quatre principes du rangement de la méthode KonMari sont les suivants :

  • Plier : tout ce qui est mou et pliable devrait être plié de manière à réduire le volume tout en optimisant la quantité possible à entreposer.
  • Poser à la verticale : tout ce qui peut rester en appui sur la tranche sans basculer devrait être rangé à la verticale dans un tiroir, plutôt qu’à plat ; cela nous permettra de tirer parti au maximum de la hauteur de notre espace de rangement, et ce sera, par ailleurs, le meilleur moyen de savoir en un clin d’œil ce qu’il contient et à quel endroit.
  • Ranger avec les autres.
  • Séparer son espace de rangement en compartiments de configuration carrée.

Ces principes s’appliquent au rangement des vêtements, ainsi qu’à toutes les autres catégories.

Si vous vivez en famille, l’idée est de commencer à trier par personne, puis par catégorie et, pour finir, par type de matériaux.

3.5 – La méthode de pliage selon la méthode KonMari : deux points essentiels

Dans cette partie de “Ranger : l’étincelle du bonheur“, Marie Kondo explique, avec des illustrations dessinées, la méthode de base pour plier les vêtements. En somme, il s’agit de plier ses vêtements :

  • Comme de l’origami jusqu’à ce qu’ils deviennent tous petits et acquièrent une certaine rigidité (pour les ranger à la verticale).
  • Dans l’objectif d’avoir un rectangle (en repliant les bords latéraux vers la ligne centrale du vêtement).

3.6 – Deux règles immuables

Dans “Ranger : l’étincelle du bonheur”, Marie Kondo nous révèle deux règles à suivre si l’on veut un rangement réussi :

  • N’utiliser que les éléments de rangement intégrés en faisant en sorte que toutes nos possessions y rentrent : il est, en effet, bien plus facile de ranger les choses quand l’espace est limité car les restrictions obligent notre cerveau à réfléchir à son plein potentiel pour concevoir des espaces de rangement plus judicieux.
  • Commencer par ranger les objets les plus volumineux.

L’auteure mentionne deux autres points :

  • Il est important de ranger les choses de même nature ensemble, comme si on voulait “tisser un magnifique arc-en-ciel dans notre maison”.
  • Si notre intuition nous dit que tel endroit est le bon emplacement, alors, du moins pour le moment, cela est très certainement vrai.

Deuxième partie – L’encyclopédie du rangement, développée dans “Ranger : l’étincelle du bonheur

Chapitre 4 – Ranger les vêtements, selon la méthode KonMari

Selon Marie Kondo, il est indispensable de rassembler tous nos vêtements éparpillés partout chez nous et les empiler au même endroit pour démarrer le tri.

4.1 – Le processus de l’”évaluation de la joie” 

Le processus pour évaluer si un vêtement nous apporte de la joie est le suivant :

  • Trier les vêtements par catégories et sous-catégories : les hauts, les bas, les chaussettes, les collants et leggings, les sous-vêtements, etc.
  • Prendre ces vêtements, un par un, entre ses mains, pour procéder à ce que l’auteure nomme l’ “évaluation de la joie”, soit : ne sélectionner que ceux qui nous inspirent vraiment de la joie.
  • Essayer les vêtements qui ne nous procurent aucune joie (quand on les tient) mais dont on n’arrive pas, malgré cela, à se séparer. Puis, devant le miroir, se demander, en toute objectivité : “Est-ce que je voudrais porter ça pour sortir ?”.
  • Remercier les vêtements qui ne nous éveillent plus de joie pour tout ce qu’ils ont fait pour nous et leur dire au revoir.
  • Les mettre dans un sac et les confier à une association caritative ou un dépôt-vente.

4.2 – Quelques principes pour plier, suspendre, ranger ses vêtements, selon la méthode KonMari

Dans cette partie, Marie Kondo détaille comment plier et ranger les vêtements selon la méthode KonMari.

Le livre “Ranger : l’étincelle du bonheur” propose des explications et illustrations pour chaque type de vêtements et accessoires : les hauts (chemises, hauts de formes originales, hauts à bretelles, pulls à col roulé, parkas, hauts épais, hauts ornés de passementerie), les bas (pantalons, shorts, robes, jupes, vêtements avec de larges ourlets), les chaussettes, les bas et collants, les sous-vêtements, les sacs, les accessoires vestimentaires (cravates, ceintures, chapeaux, gants, cols en fourrure, broches, accessoires pour cheveux, chaînes et colliers) et les chaussures.

Voici alors quelques-unes des idées développées en détail dans ce chapitre de “Ranger : l’étincelle du bonheur” :

  • Tous les vêtements difficiles à plier, qui se froissent facilement et ceux en tissus trop légers ou trop épais seront suspendus sur des cintres.
  • Les sous-vêtements (en contact avec notre peau) doivent bénéficier d’un traitement spécial.
  • Les vêtements et accessoires seront soigneusement rangés dans une penderie (ou mieux un dressing) qui offrira un espace individuel propre à chacun des membres de la maison.
  • D’une manière générale, on place les habits, chaussures et accessoires les plus légers en haut ou devant, et les plus lourds en bas ou au fond.
  • Il est bien plus agréable d’organiser les couleurs en dégradé : les couleurs foncées devraient se situer vers le fond du tiroir et les couleurs claires à l’avant.
  • On utilisera les espaces de rangement à 90 %, sauf pour les articles en tissu fin, qui devront être un peu plus serrés pour ne pas se dérouler.
  • Nos accessoires doivent être rangés joliment : les disposer élégamment, de telle sorte que l’intérieur de notre tiroir fasse penser à une vitrine.
  • Les chaussures seront alignées sans leurs boîtes (perte de place inutile).

4.3 – Des astuces pour préparer sa valise

Faire sa valise pour un voyage d’affaires ou les vacances suit les mêmes principes de base que ceux qui s’appliquent au rangement à la maison, à savoir :

  • Il est plus judicieux de plier et emballer ses vêtements à la verticale.
  • Les petites pièces peuvent être rangées dans une pochette de voyage.
  • On peut transférer les lotions et produits de toilette dans des flacons plus petits pour réduire le volume.

4.4 – Que faire des vêtements de sa famille

On peut aider nos enfants ou notre partenaire à ranger leurs vêtements. Néanmoins, il est primordial de leur laisser l’initiative de sélectionner ce qu’ils veulent garder (dès trois ans, la plupart des enfants savent très bien choisir ce qui leur procure de la joie) et de ne faire aucun tri sans leur autorisation.

Chapitre 5 – Ranger les livres, selon la méthode KonMari

Comme avec les vêtements, l’auteure conseille de commencer par empiler tous ses livres au sol, les prendre entre ses mains et ne garder que ceux qui suscitent de la joie chez nous.

Mari Kondo évoque, tour à tour, les différents types de livres : les séries, les magazines et les beaux livres.

Les principaux points à retenir sont :

  • Ne pas se mettre à lire les livres pendant le processus d’évaluation de la joie.
  • Définir et se tenir à une limite maximum de publications à conserver.
  • Si on n’est attiré que par certaines photos ou articles dans un livre, le découper. On triera ces documents à l’étape du rangement des papiers.
  • Ne pas empiler les livres : les ranger à la verticale.
  • Être vigilant à l’énergie particulièrement puissante des titres des livres et des mots qui les composent. Au Japon, on dit que “les mots créent notre réalité” : les mots qu’on lit et avec lesquels on entre en contact ont tendance à déclencher des événements de même nature.

Chapitre 6 – Ranger les papiers, selon la méthode KonMari

6.1 – La règle de base pour les papiers : se débarrasser de tout

Comme les vêtements et les livres, la première étape pour ranger ses documents et papiers consiste à les rassembler tous au même endroit. Puis, on gardera uniquement les papiers :

  • Qui nous sont actuellement utiles,
  • Qui nous seront nécessaires sur une période donnée,
  • Que nous devons conserver indéfiniment.

Enfin, une fois le tri terminé, on traitera tous les documents en attente.

6.2 – Quelques autres points à connaître pour bien trier ses papiers

  • Les notes et documents scolaires : on les conserve en pensant les utiliser un jour mais cela n’arrive jamais ; ces cours n’ont de la valeur qu’au moment où on en prend note.
  • Les relevés de cartes de crédit : l’auteure suggère de les passer à la déchiqueteuse et d’utiliser les services de relevés électroniques (sauf si on a besoin d’une version “papier” pour les impôts par exemple).
  • Les garanties : la solution de rangement la plus simple est de toutes les regrouper dans un même dossier et de les jeter dès qu’elles ont expiré (on peut y agrafer la facture de preuve d’achat).
  • Les manuels d’utilisation : il est possible de trouver toutes ces informations en ligne ou en contactant le fabricant.
  • Les cartes de vœux : ne garder que celles qui nous inspirent de la joie.
  • Les coupures de presse : celles conservées iront avec les papiers en attente ou dans notre agenda.

Chapitre 7 – Ranger les komono, selon la méthode Konmari

Les komono (objets divers) constituent la catégorie la plus problématique, car elle est composée d’énormément de sous-catégories.

On procède exactement de la même manière que pour les catégories précédentes : on regroupe tous les komono au même endroit et on choisit seulement ceux qui nous procurent de la joie. Ensuite, ces objets devront être classés par catégorie.

Pour le tri, on commencera par la catégorie qui nous plaira.

Voici, ci-dessous, une liste des catégories établies par Marie Kondo dans “Ranger : l’étincelle du bonheur”.

7.1 – Les CD et DVD

On peut aujourd’hui les télécharger sur notre ordinateur. Pendant le processus de sélection, on doit absolument éviter de s’arrêter pour écouter de la musique ou regarder un DVD.

7.2 – Les fournitures de bureau

On peut diviser la catégorie des fournitures de bureau sous les trois sous-catégories suivantes :

ranger les fournitures de bureau methode konmari

  • Le matériel :

Ces objets ne diminuent généralement pas de volume (crayons, ciseaux, agrafeuses, règles). On profite du rangement pour vérifier leur usage puis on les répartit dans des compartiments bien définis, en les rangeant à la verticale.

  • Les fournitures de papeterie :

Il s’agit de tout ce qui est fait en papier (carnets, blocs-notes, chemises, dossiers, classeurs). On placera ces objets à la verticale ou dans une petite boîte, sur une étagère de manière à ce qu’ils soient visuellement ordonnés.

  • Les fournitures de correspondance :

Ce sont le papier à lettres, les enveloppes, cartes postales, timbres, étiquettes d’adresse. On ne garde que ceux qui nous inspirent vraiment de la joie.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Préface à “L'art d'aller à l'essentiel”

7.3 – Les komono électriques

On parle ici des appareils numériques, jeux électroniques portables, ordinateurs, câbles d’alimentation et cordons électriques, cartes mémoire, piles, clés USB, DVD vierges, cartouches d’encre d’imprimantes, mais aussi de tous les appareils électriques destinés à la santé et la beauté.

Tous ces objets chargent l’air d’électricité. Ceux qui ne servent pas ou qui ont perdu un fil électrique n’ont aucune raison d’être gardés.

7.4 – Les produits de beauté 

Pour cette catégorie, la méthode KonMari recommande d’être strict en sélectionnant les objets que l’on va garder. Il y a, en effet, beaucoup à jeter : par exemple, tous les vieux produits qui ne nous conviennent plus, qui ont expirés, les échantillons qu’on n’emporte finalement jamais lors de nos déplacements…

Quant aux produits de maquillage, il est préférable de les ranger séparément de ceux de soins pour la peau, dans un endroit qui les rendent tous bien visibles, au mieux dans de petits compartiments (dans une boite à maquillage par exemple).

7.5- Les accessoires de relaxation

Il s’agit des bougies et huiles essentielles, éléments de plus en plus présents dans les foyers.

7.6 – Les médicaments

Se débarrasser de tous les médicaments périmés et ceux dont on ignore la date d’expiration.

7.7 – Les objets de valeur

Cette catégorie est la seule où l’aspect pratique a la priorité sur le facteur plaisir.

7.8 – Le nécessaire de couture

Pour cette catégorie, il est bon de s’interroger : utilise-t-on vraiment son nécessaire de couture ?

7.9 – Les outils

Parmi les outils, l’auteure conseille de ne garder que ce qui est indispensable.

7.10 – Les komono de loisir

Il est préférable d’assigner un seul espace de rangement aux komono dont on a besoin pour nos loisirs. Si on a du matériel provenant d’activités qu’on a abandonnées car elles ne nous apportaient plus de joie, il est temps de s’en séparer. On peut être surpris du bien que cela nous fera.

méthode de rangement pliage vêtements konmari

7.11 – Les objets de collection

Lorsqu’on aura décidé lesquels garder, l’auteure propose de les présenter le plus harmonieusement possible pour y trouver son plaisir.

7.12 – Le linge de lit

Pour évaluer son potentiel à susciter la joie, Marie Kondo propose de ne pas seulement toucher le linge de lit mais aussi de le sentir ! Il est essentiel de sortir ce linge de ses emballages hermétiques (pour éviter l’humidité) et de l’utiliser.

7.13 – Les serviettes de toilette

Il est conseillé de les ranger dans une armoire dans la salle de bains ou à proximité.

7.14 – Les jouets en peluche

Les peluches font partie des objets de valeur sentimentale. Avant de s’en débarrasser, nous ne devrions jamais oublier de les remercier. Selon l’auteure, il est plus facile de se séparer des animaux en peluche ou poupées (objets qui semblent parfois doués d’une âme) en cachant leurs yeux.

7.15 – L’équipement de loisir

Selon la méthode KonMari, on ne doit pas hésiter à garder tout ce qui nous procure de la joie dans cette catégorie, même si on ne l’utilise pas très souvent, et même si c’est juste le fait de les voir qui nous rend heureux. Le sac ou carton qui les contient doit vraiment nous plaire. Il est astucieux de ranger l’équipement saisonnier (décorations de Noël par exemple) par thème et d’étiqueter chaque boite de rangement.

7.16 – Le kit de secours

Il est indispensable d’effectuer d’abord une vérification complète du kit puis de le ranger à un endroit connu de tous les membres de notre famille.

7.17 – L’équipement de cuisine

“Je ne pense pas que les cuisines doivent être impeccablement rangées à tout moment. Tout ce dont vous avez besoin, c’est d’une pièce où vous aimerez cuisiner.”

La facilité de nettoyage doit être le premier critère de rangement de la cuisine. En effet, dans “Ranger : l’étincelle du bonheur”, Marie Kondo explique que la priorité, dans la cuisine, n’est pas tant la facilité d’utilisation que la facilité de nettoyage. La meilleure façon d’y parvenir est alors de ne rien laisser sur les plans de travail, autour de l’évier et au-dessus de la cuisinière.

“Si vous voulez une cuisine où vous apprécierez de cuisiner, optez pour une cuisine facile à nettoyer.”

Les trois catégories principales de komono de cuisine sont les suivantes :

  • La vaisselle et les couverts

Marie Kondo développe plusieurs idées, issues de la méthode KonMari :

    • Il est essentiel de se débarrasser de toutes les pièces de vaisselle récupérées par hasard.
    • Nous devons absolument sortir la vaisselle rangée pour les grandes occasions et la placer dans notre vaisselier de cuisine. En effet, utiliser tous les jours ces pièces de vaisselle que nous aimons est la garantie d’une table égayée !
    • On multiplie le facteur plaisir dans notre vie quotidienne lorsque l’on montre le plus grand respect à tous les objets qui sont en contact direct avec notre corps (ici couverts, mais c’est la même chose pour les sous-vêtements par exemple).
    • Lorsqu’on les met en valeur et les utilise, certains komono peuvent vraiment égayer notre table (ronds de serviette ou repose-baguettes joliment décorés, sets de table, etc.).

faire du rangement dans sa vaisselle

  • Les ustensiles de cuisine

Dans cette partie de “Ranger : l’étincelle du bonheur“, Marie Kondo énonce tout un tas de conseils concernant les éléments de la sous-catégorie des ustensiles : batterie de cuisine, appareils électroménagers, récipients alimentaires, ustensiles de pâtisserie, vaisselle jetable, sacs en plastique, petits komono de cuisine, consommables…

L’auteure détaille, longuement et pour chacun de ces articles, ses astuces de :

    • Pliage et empilage (de manière à limiter le volume, à rendre l’utilisation plus pratique…) ;
    • Classement (selon la fonction, les matériaux ou encore les formes des objets) ;
    • Rangement (à la verticale, à plat, en suspension, endroit spécifique, visible ou non-visible).
  • La nourriture et les boissons

Tout à la fin, on rangera toutes les denrées qui se trouvent dans nos placards et au réfrigérateur. Le premier critère de tri est la date de péremption, puis on jettera également ce qu’on n’utilise jamais.

L’auteure préconise de ranger ses denrées alimentaires par catégorie, joliment (avec des boîtes assorties par exemple) et de manière à pouvoir repérer ce que l’on cherche juste en survolant notre espace de rangement.

Enfin, Marie Kondo nous invite, une fois que toute la cuisine est rangée, à la décorer pour l’égayer.

7.18 – Les accessoires et produits d’entretien

Inutile de garder pléthore de produits et ustensiles d’entretien : la propreté de notre intérieur n’est pas nécessairement proportionnelle au volume occupé par ces derniers.

En ce qui concerne les produits d’entretien de la cuisine, rien ne devrait être rangé près de l’évier, pas même notre produit vaisselle ou notre éponge. Il est, en effet, important d’éviter de garder autour de l’évier ou sur le plan de travail tout ce qui pourrait laisser des marques d’eau. C’est pourquoi, l’auteure conseille de ranger ces produits dans un panier placé dans le placard sous l’évier, ou fixé au dos de la porte.

7.19 – Les komono de la salle de bains

La salle de bains est l’une des pièces les plus difficiles à garder en ordre. En effet, elle est généralement utilisée par plusieurs personnes et on y trouve une quantité considérable de produits.

Dans “Ranger : l’étincelle du bonheur“, l’auteure partage plusieurs idées pour égayer notre salle de bain et nos toilettes :

  • Les miroirs ont tendance à décupler l’énergie de ce qui s’y reflète. C’est pourquoi, l’arrière-plan qu’ils nous renvoient est très important et doit être aussi beau que possible.
  • Il faut être particulièrement attentif à la présentation des produits d’hygiène et sanitaires et à la décoration (s’adresser plutôt aux sens avec, par exemple, des huiles essentielles parfumées, des fleurs, une photo… et choisir un abattant et un tapis de W.C. qui nous plaisent particulièrement).
  • La propreté des toilettes est impérative. Pour cela, rien ne doit rester au sol, à l’exception de notre brosse à toilettes et d’une petite poubelle.
  • L’essence de “non-joie” peut être éliminée en faisant de cet espace un endroit raffiné.

Chapitre 8 – Ranger les objets de valeur sentimentale

“Ranger les objets de valeur sentimentale revient à remettre de l’ordre dans votre passé.”

commnt ranger les objets auxquels on tient

On gardera en tête deux règles issues de la méthode KonMari lors du rangement des objets de valeur sentimentale :

  • Ne pas envoyer ses objets de valeur sentimentale chez ses parents.
  • Si on ne se résout pas à jeter un objet ou souvenir, le garder sans se poser de questions.

8.1 – Les souvenirs d’école

Concernant les bulletins scolaires et diplômes, l’auteure propose de ne choisir que celui qui nous a fait la meilleure impression.

8.2 – Les souvenirs d’amours passées

Il s’agit des cadeaux, vêtements, photos prises dans un Photomaton, etc. L’auteure conseille de se débarrasser de tout (exception faite des objets qu’on utilise tous les jours depuis si longtemps qu’ils ne font plus émerger de souvenirs amoureux) et de s’en séparer avec gratitude.

8.3 – Les enregistrements de valeur sentimentale

Pour Marie Kondo, il est préférable de tout jeter sans en vérifier le contenu ou de transférer les données des vidéos choisies sur des DVD ou un disque dur.

8.4 – Les créations de nos enfants

L’auteure propose de se limiter sur le nombre des réalisations de ses enfants. Concernant celles :

  • Dont on décide de se séparer : on pourra toujours les prendre en photo ;
  • Qu’on gardera : il est préférable de les exposer à un endroit attribué pour cela en particulier.

8.5 – Les petits souvenirs de notre vie

Ces petits souvenirs (tickets, billets d’avion par exemple) peuvent être réunis dans un album de scrapbook. Concernant les agendas, on peut choisir celui de l’année la plus heureuse par exemple. Quant aux journaux intimes, une astuce consiste à jeter tous ceux qui nous embarrasseraient s’ils étaient lus après notre mort.

8.6 – Les lettres

Pour l’auteure, il n’y a aucun problème à continuer de chérir toutes les lettres qui, quand on les relit, nous soutiennent ou touchent notre cœur.

8.7 – Les photos

Quelques conseils pour nous aider au rangement de nos photos :

  • Renoncer à toutes celles qui se ressemblent ou qui représentent des scènes dont on ne se rappelle pas vraiment ;
  • Les mettre dans un album qui nous plaît vraiment ;
  • Ranger ses “photos de famille” en famille ;
  • Concernant les photos numériques : on n’en finira jamais si on aborde le tri en essayant de décider quelles photos effacer ; il est plus facile de choisir plutôt celles qu’on souhaite garder.

“Il n’est jamais trop tard pour commencer. […] Je vous recommande d’aborder vos objets de valeur sentimentale dès que possible une fois que vous aurez passé l’âge de vingt-cinq ans, ainsi, vous aurez l’occasion de remettre de l’ordre dans votre vie et de remplir vos journées de joie.”

Troisième partie – La magie qui transformera votre vie

Chapitre 9 – Un espace de vie qui inspire la joie, selon la méthode KonMari

crére un espace de vie qui nous inspire la joie

9.1 – Le vestibule d’entrée

Il est important de considérer la circulation de l’air quand on range une entrée. C’est pourquoi, il est essentiel que notre entrée soit aussi désencombrée que possible. L’auteure propose d’égayer cet espace avec un seul objet que l’on aime.

9.2 – Le salon 

Le salon est un espace où la famille peut se réunir pour profiter de la compagnie des uns et des autres. Il s’agit de la pièce centrale à la vie familiale. Celle-ci peut être aménagée avec des meubles qui suscitent la joie, des plantes, de la musique, un coin dédié aux photos de famille.

9.3 – La cuisine

Dans la cuisine, la propreté est capitale. L’humidité et l’huile sont les ennemies de cette pièce. La facilité de nettoyage sera donc notre priorité absolue. Pour cela, il est judicieux de ne rien laisser sur le plan de travail, à côté de la cuisinière ou de l’évier.

9.4 – Le bureau

Il est indispensable de se débarrasser de tous les papiers inutiles afin de se vider l’esprit. La table de travail doit être désencombrée. Parce que justement il s’agit d’un lieu de travail, il est important de rajouter, dans son bureau, une touche ludique (et non pas que pratique).

Les lecteurs de cet article ont également lu :  L'Art de la Méditation

9.5 – La chambre

La chambre est une pièce pour recharger ses batteries. L’éclairage doit donc y être doux et indirect. Il est important de laver souvent ses draps et taies d’oreiller. On peut décorer sa chambre avec des objets et senteurs qui nous inspirent de la joie, et y écouter de la musique relaxante.

9.6 – La salle de bains

Cette pièce doit être désencombrée et relaxante : on peut y utiliser des bougies et des sels de bain par exemple. Les toilettes correspondent à la “zone détox” de la maison. Il est important d’y respirer un parfum frais et naturel.

Chapitre 10 – Les changements consécutifs au rangement

“Pour son entourage, la transformation ne sera peut-être pas aussi évidente, mais même les changements les plus minimes peuvent bouleverser la vie d’une personne. Sans le moindre doute, le rangement transformera également votre vie. Par cela, je ne veux pas dire que vous connaîtrez soudain le succès socialement, ni que vous deviendrez immensément riche, bien que ce soit arrivé de nombreuses fois. Le changement le plus important qui se produira lorsque vous procéderez au rangement, c’est que vous apprendrez à vous aimer.”

10.1 – Quand on range, on gagne en assurance

Selon Marie Kondo, le fait de ranger aide à :

“Les choses commencent à se mettre en place tout en douceur. Vous rencontrez des personnes différentes. Des événements inattendus se produisent de façon positive. Les changements s’accélèrent. Et vous commencez à vraiment apprécier votre vie.”

“Notre relation à autrui se reflète dans notre relation à nos possessions, et de même, notre relation aux objets se reflète dans notre relation à autrui.”

  • Savourer la vie quotidienne, nous sentir vraiment heureux, comprendre ce qui apporte de la joie dans l’existence.

10.2 – Les affaires des autres membres de la famille

Pour Marie Kondo, nous n’avons pas à apprécier contre notre gré un objet appartenant à quelqu’un d’autre. Il nous suffit juste de l’accepter. Et pour cela, l’auteure suggère de “toucher” l’objet qui nous gêne : cela suffit, selon elle, à atténuer de moitié l’aversion qu’on éprouve à son égard.

Par ailleurs, selon la méthode KonMari, lorsqu’on vit en famille, il est indispensable :

  • Que chaque membre de la famille ait son espace personnel clairement défini ; dans cet espace, chaque personne est libre d’y faire ce qui lui plaît (tout en étant attentive à ne pas empiéter sur l’espace du voisin).
  • De ne pas chercher à savoir, une fois l’espace divisé par individu, ce que les autres en feront.

10.3 – Ne contraindre personne à ranger contre son gré

“Ranger est naturellement contagieux, mais si vous essayez d’obliger quelqu’un à le faire, vous ne rencontrerez qu’une résistance farouche. Rappelez-vous de la fable d’Ésope au sujet du vent du nord et du soleil : le vent ne parvint jamais à faire ôter au voyageur son manteau, malgré toute la force de son souffle, alors que le soleil, par l’entremise de ses rayons, l’incita simplement à s’en dévêtir. Il sera bien plus efficace de vous inspirer du soleil.”

Le genre d’espace qui suscite de la joie chez quelqu’un dépend fondamentalement des valeurs de la personne en question. Or, on ne peut pas changer autrui. C’est pour cela que nous ne devons jamais obliger quelqu’un à faire du rangement.

Pour Marie Kondo, ce n’est même que lorsqu’on accepte inconditionnellement les autres et leurs différences que l’on peut vraiment dire qu’on a terminé de ranger. Car selon elle, quand des objets appartenant à d’autres personnes nous insupportent, cela signifie que nous devons remettre en ordre notre propre espace personnel.

Si toutefois nous avons inspiré notre entourage à un certain intérêt pour le rangement, alors, il est important de :

  • Proposer de les aider seulement,
  • Ne pas critiquer les critères choisis pour faire leur tri,
  • Ne pas décider pour eux.

Quant aux enfants, il est tout à fait possible de leur apprendre comment plier le linge par exemple. Alors que les jouets sont très difficiles à catégoriser et donc à ranger, les vêtements, en revanche, peuvent être catégorisés relativement facilement tout en s’amusant. Et le pliage est une compétence essentielle à acquérir dans le domaine du rangement.

10.4 – Même si on échoue, notre maison ne risque pas d’exploser !

La première étape consiste à se débarrasser de tout a priori et à suivre les principes de base du rangement. Ensuite, au quotidien, le rangement ne comprend que trois habitudes :

  • Remettre les choses à leur place,
  • Les remercier à chaque utilisation,
  • En prendre soin.

En fait, tant que les principes de base de la méthode KonMari énoncés dans le livre “Ranger : l’étincelle du bonheur” sont bien assimilés, on peut ensuite poursuivre et prendre soi-même des décisions en se laissant guider par ce qui nous procure de la joie.

10.5 – Les objets qui suscitent la joie s’imprègnent de précieux souvenirs

Dans cette dernière partie de “Ranger : l’étincelle du bonheur“, Marie Kondo nous raconte une histoire qu’elle a vécu pour nous aider à comprendre l’idée suivante : “la valeur des choses avec lesquelles on a passé des heures précieuses seule ne peut être comparée à la valeur des choses qui portent en elles de précieux souvenirs du temps passé en compagnie d’autres personnes”.

“Nos possessions sont une partie de nous-mêmes, et quand elles finissent par disparaître, elles laissent derrière elles des souvenirs éternels.”

Grâce aux objets imprégnés de souvenirs, nous gardons le passé clairement en mémoire. Et, selon l’auteure, les objets qui nous procurent de la joie ont une capacité encore plus grande à absorber nos souvenirs.

“Tant que je considère mes possessions avec sincérité et que je ne garde que celles que j’aime, tant que je chéris le temps que je passe avec elles et que je cherche consciemment à ce que le temps passé ensemble soit aussi précieux que possible, chaque jour sera rempli de chaleur et de joie.”

Par conséquent, remettre les choses en ordre, c’est une façon de passer le restant de notre vie entouré des personnes et des choses qui nous sont les plus chères.

Conclusion de “Ranger : l’étincelle du bonheur” de Marie Kondo

La conclusion de l’auteur 

  • Les impacts du rangement dans la vie de l’auteur

En guise de conclusion, Marie Kondo nous parle de sa propre expérience, et plus particulièrement de l’impact que le rangement a eu dans sa vie. En voici un extrait :

“J’ai passé toutes mes vacances à faire du rangement… Puis, il y a peu de temps, je suis finalement arrivé à la fin. […] J’ai eu le sentiment de renaître. Partout où mon regard se pose, tout ce que je vois, ce sont des choses qui rendent heureux. J’éprouve de la tendresse pour tout ce qui fait partie de ma vie et, tout simplement, une telle reconnaissance !”

  • Les trois facettes de l’esprit des choses matérielles 

Ensuite, Marie Kondo nous explique être convaincue que les choses matérielles possède un esprit avec trois différentes facettes. Il y a, en fait, l’esprit :

    • Des matériaux constituant l’objet,
    • De la personne qui l’a façonné,
    • De la personne qui l’utilise.

Selon elle, l’esprit de l’artisan qui a fabriqué l’objet a un impact particulièrement puissant sur la personnalité de cet objet. Cependant, au final, ce sont les sentiments qu’éprouve la personne qui se sert d’un objet, la manière dont elle le traite, qui détermineront le type d’aura qui en émanera.

  • Le “mono no aware

A la fin de son ouvrage, Marie Kondo fait référence au “mono no aware“, un terme japonais qui, littéralement, signifie le “pathos des choses” et qui désigne plus exactement “l’émotion profonde suscitée quand nous sommes touchés par le spectacle de la nature, l’art ou la vie d’autrui, en ayant conscience de leur caractère éphémère ou transitoire”. Mais le mono no aware renvoie également à la quintessence des choses et à notre capacité à la percevoir.

L’auteur conclut alors son livre par ceci :

“Je pense que remettre de l’ordre dans nos affaires et renforcer ainsi notre relation à nos possessions permet de revenir à l’essence même du concept du mono no aware. Nous redécouvrons notre capacité innée à chérir les choses qui font partie de notre quotidien tout en reprenant conscience que notre relation au monde matériel correspond à un soutien mutuel. Si vous éprouvez constamment de l’anxiété sans trop savoir pourquoi, essayez de remettre vos affaires en ordre. Prenez chaque objet que vous possédez entre vos mains et demandez-vous s’il suscite en vous un sentiment de joie. Puis chérissez ceux que vous choisirez de garder, comme vous vous chérissez vous-même. Ainsi, chaque jour de votre vie sera empli de joie.”

Ce que le livre “Ranger : l’étincelle du bonheur” m’a apporté

Mon avis sur ce livre a évolué tout au long de sa lecture. J’ai trouvé, au début de l’ouvrage, les propos très basiques et accessoires sur un sujet finalement très terre-à-terre, sans vraiment bien comprendre en quoi la méthode KonMari énoncée par l’auteure pourrait bien aller jusqu’à changer ma vie.

  • Des conseils très utiles pour nous faciliter la vie, mais pas “que”…

Mais au fur et à mesure que j’avançais dans les chapitres, Marie Kondo avançait dans la profondeur de cette démarche qu’est le rangement. Elle révèle, en réalité, chapitre après chapitre, des aspects organisationnels moins évidents et vraiment très utiles, des petites astuces au quotidien pour optimiser son temps et ressentir plus de joie. Mais surtout, l’auteure aborde des idées de développement personnel intéressantes, empreint de sa culture japonaise et de son expérience de vie et de coaching. En somme, on comprend que l’objectif de la démarche de rangement va bien plus loin que l’aspect matériel puisqu’il s’agit, à terme, de ne posséder que ce qui nous inspire de la joie et améliore notre qualité de vie.

  • Un vrai concept de développement personnel : minimalisme et priorités de vie

Ceux qui adhèrent aux principes du minimalisme ne pourront que partager les idées de la méthode KonMari. Les idées y sont très similaires, bien que la démarche, dans la pratique, soit un peu différente. Là où la méthode KonMari parle de joie en priorité, le minimalisme insiste davantage sur le désencombrement. Mais au fond, le résultat est le même. Au-delà des nombreux conseils pratiques et matériels qui améliorent notre quotidien en termes d’organisation et de productivité, c’est cette dimension plus personnelle et mentale qui apporte, à mon sens, un grand intérêt à ce livre, et un vrai changement de vie, ou en tout une réflexion sur nos priorités de vie !

Points forts du livre Ranger : l’étincelle du bonheur :
  • Un guide pratique, très utile, qui liste une multitude de conseils concrets, illustrés, basés sur l’expérience de coaching de l’auteur et faciles à mettre en place chez-soi.
  • Un livre super motivant : il est fort probable que l’envie de vous mettre à un grand tri et rangement de votre maison vous saisisse dès le début du livre, tellement les effets rapportés sont décrits comme bénéfiques.
  • Les nombreux exemples vécus et les idées qui montrent que la démarche de rangement va bien au-delà de son coté pratique, et qu’elle est souvent source de renaissance ou à l’origine d’une transformation de vie.
Points faibles du livre Ranger : l’étincelle du bonheur :
  • Des conseils parfois très (trop) basiques qui peuvent amener certains lecteurs à passer à côté de la démarche de développement personnel du livre.

Ma note :

Ranger létincelle du bonheur - méthode KonMari - Marie Kondo - rangement - joie     Ranger létincelle du bonheur - méthode KonMari - Marie Kondo - rangement - joie     Ranger létincelle du bonheur - méthode KonMari - Marie Kondo - rangement - joie    Ranger létincelle du bonheur - méthode KonMari - Marie Kondo - rangement - joie     Ranger létincelle du bonheur - méthode KonMari - Marie Kondo - rangement - joie

Avez-vous lu “Ranger : l’étincelle du bonheur” ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (Pas encore de Note)

Loading...

Visitez Amazon afin de lire plus de commentaires sur le livre “Ranger : l’étincelle du bonheur”

Visitez Amazon.com et achetez le livre “Ranger : l’étincelle du bonheur”

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

3 Commentaires pour :

Ranger : l’étincelle du bonheur







Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.

Partagez
WhatsApp
Partagez
Tweetez
Enregistrer