Une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie.

Tous intuitifs

tous intuitifs victoria pelle reimers

Résumé de « Tous intuitifs – L’intuition, l’âme de la performance » de Victoria Pellé Reimers : ce livre nous invite à comprendre, réveiller et développer nos ressources intuitives afin de les réhabiliter dans nos vies et dans nos entreprises comme facteurs clés de succès.

Par Victoria Pellé Reimers, 2020, 288 pages.

Table des matières

Chronique et résumé de « Tous intuitifs » de Victoria Pellé Reimers

Introduction

  • Nous sommes tous intuitifs

Victoria Pellé Reimers commence son ouvrage en expliquant que nous sommes tous intuitifs et rationnels à la fois et ce, de façon naturelle. Selon elle, c’est le système dans lequel nous vivons qui contribue à effacer aujourd’hui notre nature intuitive.

  • L’agilité, qui nous aide à survivre dans un contexte incertain, provient de l’intuition

L’auteure de « Tous intuitifs » fait ensuite remarquer qu’au cours de cette dernière décennie, notre monde a changé : il est, nous explique-t-elle, devenu VUCA, autrement dit volatile (Volatility), incertain (Uncertainty), complexe (Complexity) et ambigu (Ambiguity).

Or, dans un contexte VUCA, ce qui caractérise ceux qui s’en sortent, c’est « l’agilité« . L’agilité est « cette capacité à changer d’orientation, à choisir comment, avec qui et quand agir pour garder l’équilibre et même pour remporter de nouveaux marchés ».

Selon Victoria Pellé Reimers, cette capacité provient de l’intuition, de cette « guidance intérieure, presque instinctive pour certains, visionnaire pour d’autres ».

  • L’objectif de ce livre 

Fortes de 17 années de recherches et de 8 ans de pratique sur le sujet de l’intuition auprès d’entrepreneurs, Victoria Pellé Reimers précise que le but de son livre « Tous intuitifs » est de nous aider à devenir plus réceptif à notre intuition pour la mettre au service de nos projets et de notre pratique managériale (en apprenant à repérer les forces et manques d’intuition au sein de notre équipe par exemple).

Partie 1 – Que savons-nous sur l’intuition ?

Dans cette première partie, l’auteure de « Tous intuitifs » explique ce qu’est l’intuition en faisant référence aux découvertes scientifiques sur le sujet. Puis elle expose d’autres angles (au-delà de la science) pour aborder le phénomène de l’intuition humaine.

1.1 – Tous intuitifs: Définir l’intuition

  • Qu’est-ce que l’intuition ?

Dans ce premier chapitre, Victoria Pellé Reimers fait part de sa définition de l’intuition. La voici de façon synthétique :

L’intuition est « une connaissance qui nous arrive subitement, parfois accompagnée d’une émotion« . Elle « nous avertit, nous conseille, nous guide » sous forme de décisions, de rencontres, de solutions, d’inspiration, et ce, dans de très nombreux domaines.

intuition définition tous intuitifs recherches scientifiques

  • Des avancées scientifiques mais une connaissance encore incomplète sur ce qu’est l’intuition

L’auteure nous informe ensuite que les recherches neuroscientifiques ont récemment mis en lumière les zones de notre cerveau où se joue une partie du mécanisme intuitif lors de nos prises de décision. Pourtant, malgré ces découvertes, nous ne sommes pas encore en mesure de « circonscrire ce qu’est l’intuition dans sa totalité ». Car, indique Victoria Pellé Reimers, l’intuition va au-delà des informations transmises par nos cinq sens.

  • L’intuition reconnue comme étant à l’origine des plus grandes découvertes

L’auteure de « Tous intuitifs » rappelle enfin que l’intuition est une connaissance reconnue par les plus grands scientifiques. D’ailleurs, pour beaucoup d’entre eux, l’intuition associée à la logique conduit aux plus grandes découvertes. À ce propos, elle cite le grand mathématicien et philosophe Henri Poincaré qui disait :

« C’est avec l’intuition que l’on trouve et avec la logique que l’on prouve. »

1.2 -Tous intuitifs: Ce que nous croyons savoir sur l’intuition et ce que nous préférons ignorer

  • Les dernières découvertes scientifiques concernant l’intuition

Dans ce deuxième chapitre de « Tous intuitifs », Victoria Pellé Reimers approfondit la notion d’intuition. Pour cela, elle propose d’explorer les découvertes scientifiques récentes en ce qui concerne :

    • La provenance des informations qui nous arrivent lorsque nous parlons d’intuition.
    • La temporalité, en particulier la notion de futur et l’accessibilité des informations qui se trouvent dans ce futur pour étudier le sujet des prémonitions.
  • Aller au-delà des sciences « officielles » pour une compréhension plus large de ce qu’est l’intuition

Victoria Pellé Reimers précise que notre compréhension de l’intuition resterait très limitée si nous nous arrêtions aux sciences dites « officielles ». C’est pourquoi, elle fait le choix d’aller au-delà de celles-ci tout en nous prévenant : cela impliquera parfois de revoir nos croyances et nos jugements. Car aujourd’hui encore, l’intuition est un sujet qui suscite des résistances. Cette méfiance est liée, selon elle, au conditionnement de notre époque et de notre éducation occidentale. Elle écrit en effet :

« Partout, de la maternelle aux études supérieures, nous avons dû intégrer un mode linéaire, reproductif, éliminant la créativité et l’intuition au profit de la logique, seule voie autorisée et respectée. […] Il faut parfois attendre la trentaine, la quarantaine ou même plus, pour que chacun réalise au détour de l’expérience de la vie, que son intuition n’est pas si folle, voire étonnamment juste dans certaines situations, que sa créativité est nécessaire parfois pour sortir du lot et enfin, que sa fantaisie le distinguera toujours d’un robot quelle que soit l’avancée de l’IA… »

1.3 – Tous intuitifs: Que nous disent les neurosciences sur l’intuition ?

  • La découverte des zones cérébrales actives lors de nos décisions intuitives

L’intuition, autrefois considérée comme « quasi fantaisiste » fait l’objet aujourd’hui de beaucoup de curiosité. Nous sommes, en effet, de plus en nombreux à vouloir savoir comment fonctionne vraiment notre intuition.

Jusqu’à ces dernières années (fin du 20ème siècle), nous n’avions que peu d’informations sur les mécanismes intuitifs dans notre cerveau et notre corps. Mais grâce aux progrès en matière de neurosciences – l’imagerie médicale en particulier – nous connaissons à présent les parties du cerveau actives dans nos décisions intuitives. Les recherches ont notamment permis de les différencier nettement des zones cérébrales utilisées lors d’une réflexion de type logico-mathématique.

Pour illustrer son propos, Victoria Pellé décrit une étude réalisée en 2016, au Japon, auprès de joueurs de shogi (jeu d’échecs japonais). Elle nous dit qu’en observant le cerveau de ces joueurs, cette étude a mis en évidence le rôle du précuneus.

  • Le rôle du précuneus lors de décisions intuitives

    • Qu’est-ce que le précuneus ?

Le précuneus :

      • Correspond à une petite zone située un peu à l’arrière du cerveau, entre les deux hémisphères, dans la partie supérieure du lobe pariétal.
      • N’est pas reliée à la logique : c’est une partie du cerveau très visiblement active sur un IRM au moment de reconnaître des visages ou d’analyser nos ressentis/ émotions.
    • L’activation du précuneus

Victoria Pellé Reimers décrit tout le déroulé de l’étude réalisée auprès des joueurs de shogi. En résumé, celle-ci révèle qu’un changement catégorique se produit dans leur activité cérébrale selon qu’on leur demande de jouer en mode intuitif ou en suivant une réflexion. Ainsi :

      • Lorsque les joueurs ont un temps de réflexion pour jouer, ce sont les cortex supérieurs et lobes frontaux qui s’activent.
      • Lorsque les participants jouent leur pion en moins d’une seconde, c’est-à-dire en mode intuitif, les cortex supérieurs et lobes frontaux cessent de s’activer. C’est une partie du précuneus qui s’anime alors. Cette zone s’appelle le noyau coudé. Elle est associée à l’apprentissage, à nos habitudes et aux comportements réflexes.
  • Les trois éléments de l’intuition : intention + expérience + lâcher-prise

Pour Victoria Pellé Reimers, l’étude réalisée auprès des compétiteurs de shogi à qui il a été demandé de jouer « à l’intuition » permet de mettre en évidence les trois éléments caractéristiques de l’intuition :

    • L’expérience : on observe une accélération des liens à la mémoire ; c’est l’expérience du joueur qui est à l’œuvre à ce moment-là.
    • L’intention : le désir (celui de gagner dans ce cas) s’associe à l’expérience ; le joueur a une intention et c’est d’ailleurs cela qui différencie l’intuition d’un réflexe ou d’un automatisme (tel que la conduite d’un véhicule par exemple).
    • Le lâcher prise : le rythme très rapide oblige à lâcher prise : pas de mots, ni raisonnement, ni véritable volonté.
  • L’intuition n’est pas un automatisme ni un réflexe

Selon l’auteure de « Tous intuitifs », le comportement intuitif n’est pas un automatisme :

« Nos automatismes sont des apprentissages profondément intégrés et qui ne nécessitent pas de raisonnement. […] L’automatisme n’est qu’une production cognitive sans la moindre forme d’émotion, qui ne requiert aucune forme de présence à soi et à ce qui se passe. […] L’intuition ne donne pas la même sensation qu’un automatisme. Elle s’accompagne d’une forme de joie, même infime. Elle est fluide et nette, il y a quelque chose qui se passe au niveau du regard, de la respiration. »

1.4 – Tous intuitifs: D’autres sciences pour élargir notre regard sur l’intuition

La phénoménologie est une science qui prend en compte les détails du ressenti et qui permet donc, en plus de la biologie et de la physique, de comprendre l’humain.

Les études en la matière ont permis de distinguer les intuitions des automatismes qui sont « deux expériences rapides, sans raisonnement » mais pourtant bien divergentes. Cette différence s’observe surtout dans l’état qui précède, que l’on vit pendant et juste après l’intuition.

Victoria Pellé décrit les observations de la chercheuse Claire Petitmengin à ce sujet, qui se résument dans cet extrait :

« Tout d’abord, juste avant une intuition, c’est le lâcher-prise, une « descente » en soi, une absence de contrôle, une absence d’activité mentale, puis, soudain, un sentiment de mobilisation totale, une présence augmentée, les sens en éveil, voire en exergue sur des choses qui attirent l’attention, un sentiment d’unité, d’accord intérieur, ainsi qu’un sentiment d’évidence, côtoyant curieusement une émotion de surprise, un étonnement, voire un émerveillement. »

Ce ressenti n’est pas présent dans un geste spontané, dans nos automatismes (lorsque nous manœuvrons notre voiture par exemple).

Globalement, dans un automatisme, « il ne se passe rien de particulier, alors que l’intuition laisse une trace en nous qui nous enchante et nous étonne » résume l’auteure de « Tous intuitifs ».

1.5 – Tous intuitifs: L’intuition, un registre de la mémoire qui n’est pas réservé qu’aux expérimentés

« L’intuition ne nous tombe pas dessus, ce n’est pas un phénomène magique, ni un hasard. Elle est à la fois corrélée à notre désir, à nos intentions et à notre expérience. »

Pour Victoria Pellé Reimers, notre expérience, celle que nous avons accumulée, nourrit grandement l’intuition qui « nous guide dans nos prises de décisions », qui « nous avertit » ou « nous inspire dans nos relations ». Selon l’auteure, c’est ce qui fait qu’une personne très expérimentée « arrive à sentir ou à ne pas sentir un dossier ou une personne, au premier coup d’œil ».

Toutefois, l’expérience ne fait pas tout. L’auteure fait en effet remarquer que de nombreux enfants, jeunes, débutants sont aussi très intuitifs, bien que n’ayant aucune expérience. Et même s’il s’agit de « génies », ils n’en restent pas moins humains. L’expérience n’est donc pas l’unique source de l’intuition…

1.6 – Tous intuitifs: Les prémonitions et sciences

L’auteure de « Tous intuitifs » évoque, dans cette partie, une autre forme de manifestations intuitives : les prémonitions et autres pressentiments, appelées scientifiquement « précognitions« .

Une précognition est définie par le dictionnaire comme un « sentiment irraisonné, non vérifiable qu’un événement va se produire, que quelque chose existe« .

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Faire en Sorte que Les Choses Se Fassent (Making Things Happen)

Les précognitions restent encore très mystérieuses pour le monde scientifique. En effet, la science n’est toujours pas en mesure de comprendre comment il nous est possible de recevoir des informations d’un temps qui n’est pas encore arrivé (probablement parce que notre conception de l’espace-temps semble, selon les chercheurs d’aujourd’hui, dépassée).

Aussi, bien que « rigoureusement vérifiées » depuis soixante ans (les électro-encéphalogrammes montrent clairement notre capacité à détecter un danger avant qu’il ne survienne), ces expériences très troublantes ne font pas encore consensus. C’est donc « une forme d’intuition que nous préférons ignorer » signale l’auteure.

Conclusion de la première partie

Pour conclure cette première partie de « Tous intuitifs », Victoria Pellé Reimers insiste sur 2 points :

  • Il est difficile de « faire le tour de ce que nous savons de l’intuition » : l’intuition est en effet un sujet très vaste et encore mystérieux malgré les études réalisées par les neuroscientifiques et la phénoménologie.
  • Certaines formes d’intuition témoignent clairement de nos capacités extraordinaires mais sont encore mises en doute : il nous faut « tourner la page du tout rationnel » dans notre approche des phénomènes vivants et regarder le monde « avec des yeux nouveaux », lance l’auteure.

Partie 2 – Tous intuitifs: Quatre formes d’intuitions indispensables à nos projets

Pour introduire cette deuxième partie, Victoria Pellé Reimers rappelle d’abord que :

  • Nous sommes tous intuitifs : ce sont nos croyances, modes de vie et notre éducation qui contribuent à minimiser l’importance de l’intuition.
  • Il est tout à fait possible de « développer, réveiller, nourrir » notre intuition.

L’auteure de « Tous intuitifs » explique ensuite qu’il existe 4 types d’intuition, à savoir l’intuition :

  • Contextuelle, particulièrement puissante dans nos prises de décisions.
  • Relationnelle, c’est-à-dire celle de la rencontre, notamment très utile en matière de recrutement et de management.
  • Visionnaire, qui nous rend capable de « sentir le vent venir », de « voir se profiler une tendance, un changement, bien avant la plupart des gens ».
  • Personnelle et spirituelle : cette fameuse « petite voix » qui « nous souffle des suggestions d’ordre plus personnel, voire intime ».

Cette deuxième partie du livre « Tous intuitifs » développe alors en quoi ces différentes intuitions peuvent véritablement « booster » nos projets et comment celles-ci se manifestent concrètement dans notre vie.

2.1 – Tous intuitifs: L’intuition contextuelle

  • Qu’est-ce que l’intuition contextuelle ?

« L’intuition contextuelle, c’est l’intuition du marin, du chasseur, du soldat, des parents de jeunes enfants, des sportifs. […] [C’est] Le bon geste au bon moment, sans réfléchir. C’est la forme d’intuition que nous avons dans la prise de décision, dans un contexte donné. »

Cette intuition est particulièrement utile à notre époque qui connaît une accélération des changements et qui demande, pour s’adapter, agilité et créativité. Dans l’entrepreneuriat par exemple, l’intuition contextuelle permet de sentir le potentiel commercial d’un nouveau produit ou de prendre des décisions rapides et alignées.

L’intuition contextuelle fait écho avec notre instinct, notre sixième sens. Elle est brève et va à l’essentiel. Elle nous amène à agir sans réfléchir, et nous guide de façon plutôt binaire pour communiquer, nous orienter, nous déplacer, assurer nos besoins et notre sécurité : « c’est oui, c’est non, j’arrête, j’y vais, je monte, je descend, je tourne à droite, c’est ok, pas ok, etc. »

En somme, « l’intuition contextuelle, c’est cette capacité à faire des choix rapides et pertinents, notamment lorsque nous manquons de temps ou d’informations« .

intuition contextuelle faire des choix

  • Les faux amis de l’intuition contextuelle

L’auteure de « Tous intuitifs » met ici en lumière ce que nous pourrions prendre pour de l’intuition contextuelle mais qui ne l’est pas : tout ce qui se manifeste en nous sans raisonnement n’est, en effet, pas forcément intuitif.

Victoria Pellé Reimers fait notamment référence à nos automatismes et biais cognitifs, très similaires à l’intuition car eux aussi rapides et spontanés. Ceux-ci sont pourtant bien différents de l’intuition. Elle explique en effet que :

    • Nos automatismes sont en réalité liés à des apprentissages très ancrés qui nous font agir selon « une règle de probabilité inconsciente » : le cerveau, par souci d’économiser de l’énergie, va chercher à autonomiser le maximum de nos comportements et nous amener à adopter celui qui semblera être le plus approprié dans une situation donnée.
    • Nos biais cognitifs sont des formes d’automatismes créés du fait d’une quelconque influence (consciente ou non) sur nos pensées et choix (ex. : biais de confirmation, biais rétrospectif…). En fait, les biais ajoutent une interprétation qui nous éloigne de la réalité, alors que l’intuition, elle, semble plutôt ajouter un degré d’information supplémentaire sur l’environnement, les interlocuteurs ou les tendances qui nous rapproche du réel.
  • Intuition contextuelle et logique sont complémentaires dans nos prises de décision

L’auteure de « Tous intuitifs » nous conseille de faire preuve d’écoute, calme, concentration et détente lors de nos prises de décision pour laisser venir naturellement notre intuition.

Toutefois, elle nous invite à rester vigilant : l’intuition n’est pas « LA vérité », prévient Victoria Pellé Reimers. C’est, ajoute-t-elle « simplement un appui pour alimenter le discernement« .

À ce propos, l’auteure de « Tous intuitifs » poursuit en indiquant que trop souvent l’intuition et la logique sont mises en opposition. Selon elle, ces deux registres d’intelligence n’ont pas lieu de s’opposer : elles sont, à l’inverse, complémentaires et donc faites pour s’assembler.

  • En quoi l’intuition aide-t-elle à nos prises de décision ?

Si nous sommes prudents lorsque nous avons une décision à prendre, c’est bien souvent parce que nous n’avons pas suffisamment d’informations et que l’incertitude nous stresse.

C’est à ce niveau-là que l’intuition contextuelle présente beaucoup d’intérêt, souligne Victoria Pellé Reimers : « l’intuition contextuelle apporte justement un degré intéressant d’information sur notre environnement ». Aussi, même si ces informations, ces signaux sont difficiles à traduire ou à expliquer aux autres, ils sont supposés pouvoir augmenter notre sentiment de sécurité, « exactement comme le sens de l’orientation nous évite de paniquer dans un labyrinthe » continue l’auteure.

Le problème est que chez les Occidentaux, l’intuition est mal considérée et s’est étiolée. Incapables de voir ces signaux intuitifs, nous ne sommes pas réceptifs à « cette dose d’assurance intérieure » que l’intuition peut procurer si nous lui faisons confiance. Sans cette ressource intérieure qui nous guide, nous parvenons alors très difficilement à discerner quelle décision prendre.

  • Comment l’intuition contextuelle se manifeste-t-elle ?

    • L’intuition contextuelle est surtout corporelle. Elle se manifeste par des signaux du corps : souvent des sensations, parfois des actes ou mouvements.

Ces sensations sont aussi nombreuses que nuancées : la fameuse sensation des tripes, appelée gut-feeling outre-Atlantique ; mais au-delà de la zone du ventre, nous connaissons aussi la gorge qui se serre, les fourmillements dans la nuque, cette décharge électrique ressentie dans l’épine dorsale, une sensation d’ouverture du front…

    • Nous devons apprendre à reconnaître nos ressentis pour nous reconnecter à notre intuition

Notre société (culture, éducation…) nous a « coupé » de nos ressentis internes. Nous n’avons jamais vraiment appris à identifier nos signaux internes et à agir en conséquence. Comme nous doutons de la nature de ces ressentis, nous avons même tendance à les refouler pour plutôt analyser les choses rationnellement avec notre cerveau.

Victoria Pellé Reimers nous invite alors à nous reconnecter à notre intuition en pratiquant une écoute consciente de ces signaux corporels. Ainsi, « nos perceptions peuvent et vont se renforcer, s’enrichir, s’affiner » affirme l’auteure de « Tous intuitifs ». Car « plus nous attribuons d’importance et de crédit à nos perceptions, plus celles-ci se développent et nous assistent au quotidien, dans nos choix, dans nos gestes et nos actions ».

  • C’est surtout la peur de se tromper qui nous amène à ne pas écouter nos intuitions au moment de décider

Le fait de ne pas pouvoir contrôler si une intuition est pertinente ou non tant qu’on ne l’a pas suivie est une situation stressante pour la plupart d’entre nous. Car nous avons peur de faire une erreur. Nous n’avons aucun moyen d’être certain avec une intuition de prendre la bonne décision. Le raisonnement logique, quant à lui, nous calme, nous rassure.

Pourtant, l’auteure nous invite à réfléchir : la logique n’est pas plus garante d’une décision sans erreur : nous faisons bien souvent des erreurs en raisonnant aussi. Alors pourquoi avons-nous plus peur de nous tromper avec notre intuition ?

L’auteure expose sa réflexion à ce sujet : elle pense qu’en fait, nous faisons plutôt appel à la logique dans nos décisions car notre choix est ainsi plus facile à justifier. En effet, dans notre société, et ce depuis l’école, une décision prise selon un raisonnement rationnel et donc traçable est considérée comme bien plus professionnelle et a beaucoup plus de crédit qu’une décision qui suit une intuition.

Pour Victoria Pellé Reimers, il faudrait pourtant parvenir à équilibrer les deux : raisonnement et ressenti. L’écoute de l’intuition devrait venir en appui à nos raisonnements.

  • Le rapport à l’intuition est encore plus tendu mais pourtant plus salutaire quand les enjeux d’une décision sont importants

L’auteure de « Tous intuitifs » se penche ici sur la façon des décideurs aux enjeux importants d’avoir recours à l’intuition : urgentistes, policiers du RAID, officiers responsables de troupes en temps de guerre…

Elle illustre ses propos en racontant plusieurs anecdotes à ce sujet. Elle met ainsi en évidence le rôle de l’intuition pour ces grands décisionnaires quand il s’agit d’analyser des données avec grande rapidité.

  • Une forme d’intuition contextuelle exceptionnelle : les « précognitions »

Dans ce cas-là, notre intuition se manifeste :

    • En rêve ou à l’état de veille sous forme de flash par exemple, et s’accompagne souvent d’une grande charge émotionnelle.
    • Sous forme de « prémonitions » : on « voit » quelque chose arriver de façon imminente.
    • Par le corps : un ressenti, un malaise, un mouvement ou une action instinctive et très rapide ; dans ce cas, nous « sentons » le danger, plus que nous ne le voyons.

Selon Victoria Pellé Reimers, l’existence du phénomène de précognition (terme scientifique pour parler de ces avertissements intuitifs) est validée par des centaines d’études et de publications depuis 60 ans. D’après ces recherches, ces réactions ne sont pas dues au hasard. Toutefois, il ne nous est actuellement toujours pas possible de comprendre comment notre conscience est capable de capter l’information, de l’interpréter, d’en restituer une image et une émotion avec tant d’exactitude parfois et de nous faire part des actions à mener pour éviter le danger.

2.2 – Tous intuitifs: L’intuition relationnelle

  • Qu’est-ce que l’intuition relationnelle ?

Les intuitifs relationnels ont « une perception fine et immédiate de l’autre« , qu’ils le connaissent ou non. Ils sentent ce qui se dégage de quelqu’un, son tempérament, ses besoins, son « authenticité ». Ainsi, l’intuition relationnelle permet de ressentir, dans un temps très bref, dès le premier contact (une poignée de main ou même, de loin, dans l’attitude ou la démarche d’une personne) si celle-ci aura plutôt tendance à contribuer ou à nuire à quelque chose (un projet, une équipe…).

En guise d’exemples connues de ce genre de fulgurances (mais c’est aussi parfois une intuition permanente), l’auteure cite le fameux coup de foudre amoureux ou encore « un avertissement très ferme de se tenir à distance » de quelqu’un que l’on ne connaît pas et qui se présente pour la première fois.

  • Les faux amis de l’intuition relationnelle

Il est facile de se méprendre entre intuition et préjugés dans nos relations.

L’auteure recommande alors d’être vigilant quant à nos premières impressions qui peuvent n’être qu’une projection de sensations qui nous appartiennent ou qu’une opinion, un jugement basé sur des expériences passées inconscientes.

Nous devons, insiste Victoria Pellé Reimers, regarder au-delà de ce que nous nous disons intérieurement sur une personne car « il se trouve un autre signal, une autre forme de message plus subtil qui nous permet de ressentir véritablement qui est devant nous, avec le potentiel ou le danger que cela peut engendrer ».

En fait, les préjugés sont mentaux et prévisibles, l’intuition non. L’intuition relationnelle se caractérise par son aspect radical, un « sentiment d’évidence« , « la sensation d’être très présent à soi, et à l’autre, au moment de recevoir cette intuition ». Finalement, selon Victoria Pellé Reimers :

intuition manque de temps ne plus écouter agir

« L’intuition est aussi sobre que le préjugé est bavard ! Alors que ce dernier se perd en justifications sans fin, l’intuition relationnelle nous laisserait presque dans l’embarras du contraire : on « sait » sans pouvoir expliquer et encore moins justifier. »

  • L’utilité de l’intuition relationnelle dans le cadre professionnel

Pour l’auteure de « Tous intuitifs », l’intuition dite « relationnelle » s’avère notamment très utile en matière de :

    • Recrutement ⇒ cette intuition permet notamment de « savoir » s’il s’agit de la « bonne personne » dès le début d’un entretien d’embauche. Parfois, elle sert à repérer le potentiel d’un candidat jeune ou manquant juste de confiance en lui. L’auteure invite toutefois à la prudence quant aux premières impressions qui peuvent, on l’a vu, provenir d’autre chose.
    • Management ⇒ en s’appuyant sur des détails non rationnels, cette intuition aide à constituer des binômes ou une équipe performante sur un nouveau projet, à identifier les non-dits dans les groupes, à « ressentir une ambiance, un changement subtil et bien d’autres nuances qui font et défont les relations humaines ».
  • Intuition relationnelle, intelligence émotionnelle et empathie

Pour l’auteure de « Tous intuitifs » :

    • L’intuition relationnelle fait partie de l’intelligence émotionnelle qui rend particulièrement habile pour adapter notre comportement à ce que nous sentons de l’autre.
    • Les intuitifs relationnels sont souvent empathiques, c’est-à-dire qu’ils sont capables de percevoir ce que ressentent les autres.
  • Comment l’intuition relationnelle se manifeste-t-elle ?

L’intuition relationnelle n’est autre que l’analyse d’une « lecture extrêmement rapide et inconsciente des micro-informations » que nous captons chez l’autre. De cette déduction, nous tirons alors une conclusion : « je fais confiance ou pas », « je me rapproche ou je m’éloigne », « je m’ouvre ou je me ferme », » je recrute cette personne ou surtout pas », etc.

Ces micro-informations sont perçues via 3 modes de captation qui, ensemble, vont nous procurer une intuition sur autrui.

    • La vue

Les intuitifs relationnels sont particulièrement doués pour percevoir les émotions des autres sur leurs visages. Il existe toutes sortes de signaux faibles généralement détectés inconsciemment : rythme du clignement des paupières, variation du teint, mouvements des lèvres et des narines…

Ainsi, un intuitif relationnel saura capter la timidité, l’aisance, le mépris, le stress, la bonté, la sincérité chez les autres. Et « même s’il ne sait pas très bien à quoi il l’attribue, son expérience lui montre progressivement la pertinence de ce ressenti » ajoute l’auteure.

    • L’odorat 

L’odorat est très connecté à notre mémoire. De façon inconsciente, nous pouvons nous relier à des souvenirs parfois très anciens et par conséquent des émotions très fortes, juste avec le pouvoir évocateur d’une odeur. Ce que nous sentons nous influence alors beaucoup dans nos relations aux autres.

    • La kinesthésie

Victoria Pellé Reimers explique ici que chaque corps biologique est source de champs électromagnétiques propres (selon les théories de la physique quantique) et possède donc une forme de « signature vibratoire ».

Les intuitifs relationnels sont, selon l’auteure, capables de percevoir ce champ énergétique, composé d’ondes, le rayonnement des personnes. Ils peuvent, nous dit l’auteure, évaluer « le taux vibratoire » d’un individu : on parle alors de radiesthésie.

  • Une forme d’intuition relationnelle exceptionnelle : la télépathie

Télépathie veut dire « ressenti à distance« . La télépathie permet d’échanger des informations ou des sensations entre individus à distance. Ce phénomène n’utilise pas nos sens mais fonctionnerait par intrication. L’intrication est un terme issu de la mécanique quantique « qui nous place devant un mystère de la physique », déclare l’auteure de « Tous intuitifs ».

En effet, ce phénomène d’intrication révèle que si deux particules – A et B – ont été intriquées, et qu’un changement intervient sur A, alors B s’en trouve changé de la même façon de manière complètement simultanée. Le transfert entre les deux ne montre aucune durée, même pas celle de la vitesse de la lumière (la plus élevée qui soit). Ainsi, le fait que ce changement soit simultané entre A et B démontre qu’il existe un autre phénomène entre les deux particules, et que celui-ci n’est pas spatial.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Sources of Power / Les sources du pouvoir

Malgré les nombreuses études qui visent à mieux comprendre l’intrication, nous ne sommes toujours pas en mesure actuellement d’expliquer la télépathie. Nous savons juste que les liens affectifs et de proximité intime entre deux individus favorisent les phénomènes de perceptions extra-sensorielles entre elles. Ce qui laisse penser qu’il existe une « communion sur un plan subtil et informationnel » entre les personnes.

Aujourd’hui, même si le sujet des perceptions extra-sensorielles reste encore « tabou », « notre siècle pourrait être celui qui verra la mise au jour de leur existence et, espérons-le, de leurs mécanismes plus en détail » confie Victoria Pellé Reimers.

2.3 – Tous intuitifs: L’intuition visionnaire

  • Qu’est-ce que l’intuition visionnaire ?

L’intuition visionnaire est « cette aptitude à voir […] ce qui va advenir et qui ne paraît pas perceptible à la plupart des gens » énonce Victoria Pellé Reimers.

Elle se manifeste dans des rêves ou sous formes de flashs ou d’insights : les intuitifs visionnaires « voient », « sentent » intérieurement et intensément, ce qui pour eux est déjà une évidence et se trompent rarement.

Victoria Pellé Reimers distingue deux formes d’intuition visionnaire :

    • L’intuition qui saisit les éléments d’un futur plutôt proche : c’est cette intuition-là « qui permet à l’entrepreneur d’être pionnier sur un marché qui n’existe pas encore« .
    • L’intuition, plus mystérieuse, qui semble connectée à « un avenir non accessible et a priori non prévisible dans le contexte actuel » : c’est l’intuition visionnaire des inventeurs, chercheurs, artistes et autres créateurs.
  • L’intuition visionnaire à court et moyen termes

Ces intuitifs sont capables de « pressentir une tendance, un mouvement collectif, de sentir à l’avance le succès d’une innovation technologique ou, au contraire, son flop » précise l’auteure.

Cette capacité de perception est particulièrement avantageuse chez les entrepreneurs, designers et politiques.

Lorsqu’elle est associée à une intuition contextuelle fine, l’intuition visionnaire conduit souvent au succès. Ces deux talents permettent aux entrepreneurs notamment, lorsqu’ils parviennent à concrétiser leurs idées, à flairer « le bon moment », « les bonnes conditions », et à « prendre des décisions rapides et pertinentes ».

C’est l’intuition visionnaire que possèdent de nombreux « startuppers » à succès, ou d’autres personnalités comme Coco Chanel, Richard Branson, Bill Gates, Steve Jobs, Mark Zuckerberg, Pascal Moreno, Frédéric Mazzela.

  • L’intuition visionnaire à long terme

L’intuition visionnaire à long terme est la plus spectaculaire et la plus perturbante parmi toutes les formes d’intuition.

L’auteure nous la présente ainsi :

« L’intuitif visionnaire reçoit une information précieuse à propos de ce qui sera une évidence plus tard. Il la voit venir. Cela s’impose à lui, si bien qu’il cherche à en avertir ses contemporains. Rarement compris, souvent raillé tant que son intuition n’est pas validée par le temps, l’intuitif visionnaire ne peut rester serein qu’en se moquant du regard des autres. Car l’intuition visionnaire isole celui qu’elle gratifie. L’intuition visionnaire, c’est celle qu’on ne comprend qu’après, une fois que ce qui avait été vu, pressenti, perçu de loin, et même parfois de très loin, arrive aux yeux de tous et devient une évidence. »

L’auteure cite Arthur Schopenhauer qui a très bien décrit cette loi de la pensée collective : « Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée, puis elle subit une forte opposition, avant d’être considérée comme ayant toujours été une évidence. » Car absolument toutes les évolutions, découvertes, innovations, mutations dans nos modes de vie, notre consommation, la technologie, la mode, les comportements sociaux et les choix sociétaux suivent ces étapes, soutient l’auteure.

« Ce qui était une fantaisie totale, une hérésie, devient une intuition géniale dans l’esprit de la masse impressionnée. Et puis, très vite, ce qui était improbable arrive vraiment, indéniablement, puis s’installe au port et nous oublions tout sur l’agitation qu’avait généré son apparition, tout est devenu « normal ». »

En somme, l’intuition visionnaire, conclut Victoria Pellé Reimers, c’est « cette aptitude à percevoir le futur afin de s’y adapter« .

  • L’intuition visionnaire à l’origine des plus grands progrès de l’humanité

Les intuitifs visionnaires sont ceux à l’origine de progrès technologiques, des avancées médicales, des plus grandes œuvres artistiques.

Deux grandes tendances apparaissent chez les visionnaires. Il y a :

    • Ceux qui voient les menaces et les dangers arriver avant les autres,
    • Ceux qui « rêvent d’un autre monde possible, de nouveaux horizons« .

À titre d’exemples de visionnaires qui ont contribué à changer le monde par leur vision, l’auteure mentionne : Abraham Lincoln, Nelson Mandela, Martin Luther King, Simone Veil, l’Abbé Pierre, Pierre Rabhi, Mohamed Yunus. Et ce sera peut-être le cas de la jeune Greta Thunberg, qui fait l’objet de tant de polémiques pour le moment.

  • Portrait de l’intuitif visionnaire

Selon Victoria Pellé Reimers, l’univers personnel de l’intuitif visionnaire se caractérise par un mode de vie, des références et des goûts qui lui sont très propres. Ses idées sont souvent intemporelles, son rythme particulier (très grande rapidité, ou à l’inverse, lenteur comme si le temps était suspendu). Il fait preuve d’une certaine résistance face aux remarques et moqueries. Selon l’auteure, tout cela le distingue des autres.

  • Les faux amis de l’intuition visionnaire

L’auteure nous fait ici observer les trois points majeurs qui différencient les faux des vrais visionnaires.

Les faux visionnaires :

    • Cherchent à se démarquer avant tout par besoin de reconnaissance. Poursuivant un but personnel, ils s’intéressent beaucoup à ce que pensent les autres, alors que les véritables visionnaires ne s’en préoccupent pas du tout.
    • Donnent une impression de « creux » ou de superficialité ». Ils « ont des obsessions délirantes sans véritable contenu ni proposition tangible et innovante » ce qui a pour conséquence de ne générer que « gêne ou indifférence » constate l’auteure. À l’inverse, les « vrais » visionnaires suscitent de vives émotions : ils choquent les gens, les touchent en profondeur.
    • Finissent dans l’oubli ; un véritable visionnaire, lui, laisse des traces (œuvre, propos) et est toujours réhabilité à plus ou moins long terme.
  • Comment l’intuition visionnaire se manifeste-t-elle ?

L »intuition visionnaire nous parvient essentiellement sous la forme d’une « image spontanée, claire, évidente » et s’accompagne d’une forte charge émotive. Cette vision peut nous arriver en rêve en plein sommeil ou en rêve éveillé.

« L’intuitif qui la reçoit « voit » intérieurement un contenu qui peut être un événement, un objet encore inexistant, ou encore la mise en œuvre d’un concept inédit… Tout semble s’apparenter à une sorte de « souvenir du futur« . »

Les concernés ne parviennent quasiment jamais à comprendre dans quelles conditions leurs intuitions visionnaires surviennent. En fait, pour la plupart d’entre eux, elles arrivent « sans donner de timing » indique l’auteure.

Pour Victoria Pellé Reimers, cette forme d’intuition est, par le mystère qui l’entoure, la plus fascinante. Nous ne sommes, en effet, pas encore en mesure d’en expliquer le mécanisme par la physique telle qu’on nous l’a enseignée (physique qui considère le temps comme linéaire et imprévisible). Pourtant, les multiples études internationales menées à ce sujet montrent qu’un tiers de la population a déjà connu ce genre d’expérience intuitive et ont prouvé que ces intuitions n’étaient pas liées au hasard.

  • Les intuitifs visionnaires et le futur

Les hypothèses de plus en plus précises des physiciens sur notre rapport au futur nous amènent à penser qu’il n’est pas « si absurde » d’envisager le temps autrement que nous ne le conceptualisons aujourd’hui. D’autre part, ces théories laissent imaginer la possibilité de créer une relation « consciente » et « palpable » au futur. Les intuitifs visionnaires sont ces personnes qui savent d’ores et déjà bâtir ces ponts vers le temps futur, sans recette magique mais sans qu’on ne soit encore capable de le théoriser.

  • Une forme d’intuition visionnaire exceptionnelle : la précognition

« La précognition est le terme scientifique pour désigner toutes les formes d’informations et de connaissances que nous pouvons percevoir du futur, et qui s’avèrent exactes le moment venu. Il s’agit d’intuitions qui ne s’appuient pas sur ce que perçoit le corps par les sens, mais par un procédé, déroutant mais pourtant avéré, de perceptions extra-sensorielles. »

La précognition arrive de façon soudaine, en surprise, de manière disruptive, dans des moments où rien ne prédispose à la recevoir, d’ennui ou de calme. Elle peut se manifester sous la forme :

    • D’un flash ou d’une vision fugace et radicale,
    • D’un pressentiment,
    • D’une impression auditive, « comme une voix qui appelle, connue ou inconnue ».

2.4 – Tous intuitifs: L’intuition personnelle et spirituelle

Pour parler de l’intuition personnelle et spirituelle, Victoria Pellé Reimers fait référence à ce qu’on appelle communément notre fameuse « petite voix » intérieure. Cette petite voix nous « souffle des suggestions d’ordre plus personnel, voire intime ».

écouter sa petite voix intérieure tous intuitifs

  • À quels moments l’intuition personnelle s’exprime-t-elle et comment se manifeste-elle ?

L’intuition personnelle nous saisit :

    • Dans les moments clés de notre vie : choix, orientation, rencontres, événements marquants. « Que nous l’écoutions ou que nous en soyons méfiants, il est rare de ne jamais l’avoir perçue » confie l’auteure.
    • De différentes façons : sous la forme d’une voix qui se détache de nos pensées, d’une expérience visuelle, dans un rêve par exemple ou lors d’expérience de conscience modifiée (transes, rêves éveillés sous hypnose, sophrologie).
  • En quoi cette intuition est-elle spirituelle ?

L’auteure de « Tous intuitifs » a choisi de nommer cette intuition, « intuition spirituelle » à cause de l’impression de mystère qui s’en dégage. Aussi, cette forme d’intuition constitue celle qui nous guide sur notre chemin personnel.

En fait, beaucoup d’expressions existent pour décrire cette expérience intérieure. Parce que rien ne lui permet de l’exprimer autrement, l’auteure utilise le terme de « petite voix » pour évoquer ce qui semble « parvenir d’un degré profond de notre être » et nous relier au « Tout » ainsi qu’à une forme de sagesse universelle. Mais la façon de nommer cette rencontre avec une partie de soi est en réalité « éminemment personnelle« , raconte l’auteure. Cette expérience a d’ailleurs été décrite à travers toutes les époques et toutes les cultures. Victoria Pellé Reimers dépeint ces nombreuses autres façons d’y faire référence :

    • La « parole divine » chez les chrétiens,
    • Le « témoin » chez les yogis,
    • L' »ange gardien » dans diverses religions et traditions spirituelles,
    • Les « djinns » bienveillants dans le Coran,
    • La « Prajna » dans l’hindouisme,
    • Le « Kami » dans le Japon ancien,
    • Le « Daerna » chez les Perses,
    • Les « neuf muses » du monde antique occidental,
    • Le « dieu » ou « la déesse » de la pythie ou des aèdes.
  • Les hypothèses pour expliquer cette guidance intérieure

De nombreuses interprétations examinent le phénomène de l’intuition personnelle et spirituelle sous plusieurs angles. L’auteure en mentionne quelques exemples :

    • L’interprétation jungienne : dans son travail, le psychiatre Carl Gustav Jung, pionnier dans cette recherche, fait notamment référence à un personnage imaginaire appelé « Philémon », un genre d' »enseignant intérieur ».
    • L’interprétation religieuse : la notion de guidance intérieure, l’expérience de « l’appel » de Dieu, l’écoute intérieure de la parole divine dans l’oraison, les messages de l’ange gardien ou autre archétype semblable, l’évocation du Samadhi et du Prajna, etc. inscrivent ce phénomène d’intuition dans les fois chrétienne, musulmane, bouddhiste…
    • L’interprétation médicale via la psychiatrie : du point de vue de la psychiatrie actuelle, percevoir un contenu « distinct de soi » dans sa propre pensée est considéré comme une expérience suspecte. Toutefois, les progrès en matière de neurosciences pourraient apporter un plus grand éclairage dans l’analyse médicale de nos perceptions dans les années à venir et changer la donne (pour distinguer notamment l’intuition spirituelle de certaines pathologies comme la schizophrénie ou les troubles délirants par exemple).

Partie 3 – Tous intuitifs: Passer à l’action avec son intuition 

Dans la troisième partie de « Tous intuitifs », Victoria Pellé Reimers nous propose de passer à l’action. Pour cela, elle nous invite d’abord à découvrir notre profil intuitif. Puis, elle nous explique comment réveiller et nourrir notre intuition en adoptant la posture adéquate et en pratiquant quelques exercices.

3.1 – Et si l’intuition attendait votre appel ?

Pour introduire cette troisième partie, Victoria Pellé Reimers rappelle que plus nous sollicitons notre intuition et plus nous nous intéressons à elle, plus celle-ci aura des chances de s’exprimer dans les situations où la logique ne suffit pas. Cela signifie qu’il est possible, en quelque sorte, d’appeler notre intuition à se manifester quand nous avons besoin. Et qu’il suffit pour cela, de trouver la posture et les conditions optimales qui favorisent l’expression de notre intuition.

Cette posture et ces conditions se résument en un élément essentiel : la disponibilité. Pour nous répondre, notre intuition a effectivement besoin que nous lui laissions un « espace libre dans notre corps, dans notre esprit, dans notre cœur ».

Car pour Victoria Pellé Reimers :

« L’intuition, qui est la messagère de l’inconscient, peut alors profiter pleinement de notre disponibilité, pour laisser la finesse, la profondeur, l’intelligence de notre être profond se manifester en nous. Inviter votre intuition revient à multiplier vos chances d’être informés des détails qui échappent à la plupart des gens, de saisir la portée de vos actes à venir, de vos choix, dans des dimensions qu’il est impossible d’avoir à l’esprit dans le quotidien ordinaire. »

3.2 – Tous intuitifs: Quel intuitif êtes-vous ?

Victoria Pellé Reimers continue en proposant au lecteur de tester son intuition à travers un questionnaire.

En effet, il est utile, écrit-elle, de connaître notre tendance personnelle, voire celle de notre entourage, en matière d’intuition pour savoir quel type d’intuition il est opportun de développer – le plus présent – ou de réveiller – le moins présent.

Une fois ce que l’auteure appelle son Profil Intuitif Approfondi® déterminé, Victoria Pellé Reimers émet, selon les résultats obtenus, des suggestions adaptées dans l’objectif de s’ouvrir à son potentiel intuitif.

L’auteure souligne que cette étape est particulièrement intéressante dans un cadre professionnel. La connaissance du profil intuitif de ses collaborateurs est, en effet, un outil stratégique et managérial puissant dans le contexte incertain actuel : elle permet, par exemple, d’attribuer des missions en fonction des profils de chacun des membres d’une équipe (complémentarité des intuitions).

3.3 – Comment développer et nourrir votre intuition

Victoria propose ses recommandations, un état d’esprit et des pratiques à s’approprier pour accroître notre intuition et lui donner plus de chances de nous guider.

  • Ajuster sa posture

Il est d’abord primordial de définir clairement son intention : être pleinement conscient de ce que nous voulons et l’assumer procure « un rayonnement particulier aux actes que nous posons ». Autrement dit, « l’intention est le degré de présence que nous donnons à nos actes et à nos paroles ». En effet, selon l’auteure de « Tous intuitifs » :

« Lorsque nous sommes parfaitement cohérents avec nos aspirations les plus profondes, nos intentions génèrent, dans tous les domaines, de nombreuses intuitions qui nous font progresser vers la réalisation de nos désirs profonds. »

En plus de formuler son intuition clairement dans son cœur, il est essentiel de :

    • Rester honnête et ouvert tout en conservant son discernement (afin d’être sûr qu’il s’agit bien d’intuition et non pas de fantasme).
    • Lâcher-prise et de ne pas « guetter » l’arrivée de notre intuition : il nous faut simplement retourner à nos occupations, confiant.
    • Faire preuve de gratitude : pour gagner en confiance et créer ainsi un cercle vertueux.
  • Tester des pratiques concrètes favorisant l’intuition

écoute sincère de son corps mindfullness méditation pleine conscience

L’auteure recommande ici de pratiquer quotidiennement « une écoute sincère » de son corps, même brève afin de gagner en sérénité et de se sentir plus alignée.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Results Without Authority - Des Résultats Sans Autorité - Tom Kendrick

Lors de ces moments, elle conseille de :

    • Repérer les variations d’énergie et ce qui les génère

Il s’agit d’identifier les moments, personnes, lieux, activités, éléments extérieurs, aliments, boissons à l’origine des augmentations ou inversement « pompages » d’énergie.

    • Rechercher le calme, « même dans la tempête » 

Nous devons apprendre progressivement à gérer les perturbations émotionnelles.

    • Méditer en pleine conscience

Le but de la méditation en pleine conscience (appelé mindfulness en anglais) est de « porter son attention délibérément sur l’expérience qui se déroule au moment présent, sans jugement de valeur, sans se laisser entraîner dans un flux de pensées conceptuelles« . On cherchera, en somme, à se rapprocher de « l’état très agréable que nous vivons lorsque nous sommes captivés par le spectacle d’un feu de bois, ou bien absorbés par l’horizon d’un océan paisible, ou encore l’immensité d’un ciel étoilé ». L’auteure précise que la méditation de pleine conscience est « un moment de détente totale » de présence à soi-même qui nous amène à nous promener dans notre corps pour observer notre respiration, nos sensations. Cette méditation favorise ainsi la prise de conscience des signaux faibles de notre corps.

    • Créer et préserver des espaces de liberté

« L’intuition a besoin des flottements du hasard et de la distraction pour vous parvenir. […] Toute fulgurance, quelle que soit la personne qui la reçoit, nécessite un espace de liberté, même restreint. Les Britanniques résument cette loi par la règle des trois B : « Bed, Bathroom and Bus ». C’est l’observation que les idées et l’inspiration arrivent surtout dans ces circonstances : la nuit ou bien au réveil, sous la douche, ou dans le temps de rêveries pendant vos trajets. »

3.4 – Gérer ses résistances à l’intuition

Quand nous sentons des résistances dans la quête de notre intuition, que la méfiance et la prudence prennent le dessus, l’auteure nous encourage, pour dépasser les freins, à :

  • Nous poser les deux questions suivantes : « qu’est-ce que je risque si je m’ouvre à mon intuition ? » et « qu’est-ce que je risque si je la laisse de côté ? »
  • Tester au moins, afin de voir par nous-même ce qui se passe et ce que cela nous apporte.

3.5 – Exercices pour aller plus loin

Cette partie du livre « Tous intuitifs » propose des fiches d’exercices et des pratiques à tester et mettre en place quotidiennement pour passer à l’action.

  • Favoriser le lâcher-prise

La première étape vers le déploiement de l’intuition en soi est le lâcher-prise.

L’auteure de « Tous intuitifs » propose ici trois exercices à réaliser qui visent à retrouver, sans chercher à contrôler quoique ce soit, un état de détente, d’accueil et de réceptivité totale, un juste équilibre entre la tension et le relâchement, entre l’attention et le retrait, ou encore « un équilibre à la fois dans le corps, le cœur et l’esprit« .

  • Écouter les signaux du corps

Victoria Pellé Reimers conseille trois autres exercices dans le but de nous aider à créer un « langage commun » entre notre inconscient et notre conscient.

L’idée est d’effectuer ces exercices en conscience, avec l’intention de recevoir une sensation porteuse de sens – une sensation de chaleur, de pincement ou un mouvement involontaire par exemple – qui nous indiquerait si une situation est favorable ou pas. Nous obtenons alors une réponse de notre inconscient au travers de notre corps, indique l’auteure.

Un autre exercice consiste à solliciter sa « petite voix », à l’inviter à s’exprimer en prenant soin de lui laisser un « espace libre, neutre d’écoute intérieure ». Nous pourrons ensuite retranscrire à l’écrit tout ce qui nous vient, sans trier, sans jugement ni questionnement. La relecture de ces textes quelques jours plus tard apporte une certaine clarté et un nouveau degré de discernement.

Partie 4 – L’entreprise post-2020 sera-t-elle intuitive ?

Dans cette quatrième et dernière partie de « Tous intuitifs », Victoria Pellé Reimers nous explique en quoi l’intuition est plus que jamais un facteur clé de succès pour l’entreprise d’aujourd’hui.

facteurs du succès comment devenir intuitif

4.1 – Tous intuitifs: L’intuition réhabilitée

La crise mondiale de l’année 2020 (COVID-19) et la période de chaos qu’elle a engendrée nous ont forcé à nous réinventer en un temps record (organisations, modèles de consommation, d’approvisionnement, habitudes relationnelles). Ce contexte de crise, qui nous a obligé à agir de façon plus audacieuse et moins dans le contrôle, a finalement contribué à réhabiliter l’intuition.

Aussi, « de l’idée innovante à la prise de décision, en passant par la capacité à s’entourer des bonnes personnes et à savoir les manager au-delà de la théorie », l’intuition est aujourd’hui de plus en plus reconnue comme une ressource professionnelle, une « soft skill » à part entière dans l’entreprise.

Victoria Pellé Reimers passe alors en revue les trois intuitions qu’elle considère comme indispensables aux métiers entrepreneuriaux post-2020. Elle nous éclaire sur leur rôle dans la performance et la prise de décision en entreprise. Elle dresse également une liste des métiers particulièrement conseillés pour chacune de ces trois intuitions.

4.2 – Les trois intuitions indispensables aux métiers de l’entreprise d’aujourd’hui

  • « L’intuition contextuelle, celle qui nous guide dans nos décisions »

Chez un manager, l’intuition contextuelle est un immense atout. Celle-ci lui permet en effet de :

  • Prendre des décisions rapides, bien plus que celui qui recherche une exactitude.
  • Agir avec plus d’engagement et plus de joie : la mise en action de la décision est « soutenue par un élan » plutôt que « retenue par des tensions » observe l’auteure.

Par ailleurs, quand le contexte décisionnel est nébuleux ou compliqué, l’intuition, par sa finesse de perception, est plus à même de montrer la voie.

Par contre, Victoria Pellé Reimers insiste sur le fait que l’intuition contextuelle nécessite de la confiance : cela paraît évident chez les officiers ou médecins urgentistes, moins en entreprise. Pourtant, cette confiance en l’intuition est capitale pour en tirer des bénéfices. Pour dépasser cette étape, le travail à effectuer devra être collectif et se situer au niveau des croyances, surtout celles liées à l’erreur et à la prise de risque.

  • « L’intuition relationnelle, celle qui nous relie et nous associe aux projets »

Le développement de l’économie collaborative et des réseaux sociaux ont créé de nouvelles façons de « croiser du monde ». Ces derniers ont rendu les rencontres multiples et fugaces au sein de l’entreprise. Dans ce nouveau contexte, il nous faut percevoir rapidement qui sont les bonnes personnes en matière de recrutement, de partenariat, de transactions, et ce, « sans avoir le temps d’instaurer un dialogue approfondi, une confiance nourrie par le temps ».

Selon Victoria Pellé Reimers, une forte intuition relationnelle va grandement nous y aider. En effet, elle va permettre de :

    • Nous entourer intuitivement des collaborateurs adéquats : l’auteure rappelle que la posture la plus juste lors des recrutements est la réceptivité et l’équilibre entre intuition et réflexion (ni « tout rationnel » ni « trop dans l’affectif »).
    • Donner aux gens des responsabilités sur-mesure.
    • Ressentir les non-dits dans une équipe et les incompatibilités entre certaines personnes dans la mise en place de projets.
    • Manager plus efficacement des équipes dans les épreuves.
    • Gagner en communication et mieux impacter le public lors de ses prises de parole.
  • « L’intuition visionnaire, celle qui nous ouvre les portes de demain »

Les intuitifs visionnaires peuvent :

    • Sentir les tendances d’un secteur, d’un marché, les nouvelles façons de vivre et de travailler.
    • Pressentir l’incongru, anticiper les changements les plus imprévus et impactants mais invisibles pour la plupart des gens.
    • Percevoir les opportunités, mais aussi des menaces et ainsi devenir des lanceurs d’alerte.

Tout cela souvent avec beaucoup d’émotion et une notion d’urgence rarement prise au sérieux par les autres.

En guise d’exemples, l’auteure mentionne ceux qu’on a longtemps perçus comme les « gentils poètes » de la filière bio, les « Bisounours » de l’économie collaborative ou encore ceux qui nous alertent de l’accélération du changement climatique et démographique.

Cette faculté qu’ont les intuitifs visionnaires de voir les évènements avant tout le monde est bluffante mais aussi dérangeante. Souvent hors-normes et remettant en question les règles, ces intuitifs sont difficiles à comprendre par leurs collègues et managers. Ils sont même parfois qualifiés d' »ingérables ». Et pourtant aujourd’hui, dans notre monde en mutation, les intuitifs visionnaires apparaissent indispensables et sont de plus en plus recherchés sur le terrain comme à la tête des organisations.

Attention, par contre, à bien faire la différence entre les « vrais » intuitifs et les « simples rêveurs », avertit Victoria Pellé Reimers. Pour les distinguer, on remarquera, entre autres, que les véritables intuitifs ne sont pas d’une nature forcément négative. Ils émettent simplement des avertissements, et ce, plutôt ponctuellement, alors que les autres ressemblent à d’éternels pessimistes.

4.3 – Comment développer et faciliter l’intuition en entreprise ?

Notre culture et notre éducation ne favorisent pas la reconnaissance de notre potentiel intuitif. C’est pourquoi, pour optimiser l’intuition de chacun en entreprise, il est indispensable, assure l’auteure, de former :

  • Les managers : leur apprendre à discerner les différentes formes d’intuition au sein de leurs équipes ainsi que leurs faux amis, les inviter à encourager leurs collaborateurs à écouter leurs intuitions et à oser passer à l’action avec davantage d’audace et d’assurance.
  • Les leaders des Ressources Humaines : leur montrer comment déceler et valoriser les intuitifs visionnaires et utiliser l’intuition comme une ressource de travail.
  • Les dirigeants : les former aux façons de nourrir leur vision et de s’appuyer sur les intuitions pour gérer les incertitudes et « emmener leur entreprise vers demain, en confiance et discernement ».

Avant de conclure, Victoria Pellé Reimers présente, à la fin de cette dernière partie, un tableau récapitulatif très intéressant qui synthétise les différentes formes d’intuition et leurs caractéristiques.

Conclusion de « Tous intuitifs » par l’auteure, Victoria Pellé Reimers

En conclusion de son ouvrage « Tous intuitifs », Victoria Pellé Reimers nous rappelle à quel point il est essentiel, face à l’accélération des changements de plus en plus complexes de notre monde en mutation, de « revenir à ce qui nous a toujours aidés à survivre » et à traverser les périodes les plus chaotiques de l’histoire humaine. Il s’agit de ce « don sacré » qu’est l’intuition : ce don naturel capable de nous guider et d’aider les générations futures à sentir comment s’adapter et réinventer notre monde.

Victoria Pellé Reimers termine « Tous intuitifs » en nous encourageant dans cette démarche. Démarche qui, affirme l’auteure, ne dépend que de nous. Et qui consiste à reprendre conscience de nos ressentis corporels, de notre intériorité et de « notre manière de recevoir l’inspiration » comme l’auteure l’écrit ici :

« Il y a un cap que nous devons tous franchir, à tous les niveaux, et dans les entreprises en particulier… Ce cap, c’est laisser revenir en nous le don sacré de nos intuitions, dans notre esprit, dans notre corps, dans notre cœur, et d’être parfaitement honnêtes avec ce que nous percevons, car la justesse est inimitable et les évidences trop rares. »

Enfin, une citation du célèbre poète et romancier Victor Hugo conclut l’ouvrage :

« C’est parce que l’intuition est surhumaine qu’il faut la croire, c’est parce qu’elle est mystérieuse qu’il faut l’écouter, c’est parce qu’elle semble obscure qu’elle est lumineuse. »

Plusieurs documents dans une section « annexes » et une bibliographie détaillée par thématique complète l’ouvrage.

Conclusion de « Tous intuitifs – L’intuition, l’âme de la performance » de Victoria Pellé Reimers

Les idées clés à retenir de l’ouvrage « Tous intuitifs »

  • Nous sommes tous intuitifs

L’intuition n’est pas mise en valeur dans notre société actuelle, mais existe pourtant bel et bien en chacun de nous. Comme le titre de l’ouvrage l’indique, nous sommes tous intuitifs. C’est notre société qui nous a amené à écarter cette ressource de nos décisions et de nos activités.

  • L’intuition est particulièrement utile dans le contexte actuel

Les mutations profondes et rapides récemment survenues sont en train de créer un monde de plus en plus incertain, complexe et volatile. Recourir davantage à notre intuition peut s’avérer d’une grande utilité dans ce contexte.

  • Les recherches sur l’intuition continuent de progresser

Bien que la science ait beaucoup évolué ces dernières années, la neurobiologie n’en est qu’à ses balbutiements pour expliquer certains phénomènes intuitifs. Les théories autour des précognitions par exemple avancent en même temps que les remises en question concernant notre conception « espace-temps », considérée comme dépassée par une majorité de chercheurs.

  • Intuition + logique = performance et alignement

Savoir équilibrer « raisonnement logique » et « intuition » est la meilleure façon de prendre des décisions avec discernement et justesse, d’être performant dans nos projets et de ressentir un état « d’alignement ».

  • Le lâcher-prise est indispensable pour ressentir les signes intuitifs 

L’intuition se compose d’intention, d’expérience et de lâcher-prise. Elle se nourrit de notre pratique régulière à écouter les signaux internes de notre corps.

  • Notre profil intuitif se compose de quatre grandes variantes

Il existe l’intuition :

    • Contextuelle, source de discernement dans nos décisions.
    • Relationnelle, qui apporte une compréhension et un ressenti de l’autre, nous reliant par là-même aux personnes et aux projets.
    • Visionnaire, qui élargit notre domaine des possibles.
    • Personnelle/ spirituelle qui invite à se faire confiance.

Ces quatre types d’intuition sont des clés indispensables pour survivre et devenir performants au sein de nos organisations et entreprises.

Ce que peut vous apporter la lecture du livre « Tous intuitifs »

Ce livre est intéressant pour ceux qui :

  • Sont curieux de mieux cerner l’intuition et désireux de l’utiliser dans leur vie personnelle et professionnelle.
  • Pensent que la logique rationnelle ne suffit pas et recherchent un outil décisionnel complémentaire dans leur vie entrepreneuriale.

Plus précisément, la lecture de « Tous intuitifs » permet de :

  • Découvrir ce qu’est l’intuition, ses variantes, ses manifestations, ses atouts et son utilité dans nos vies personnelle et professionnelle. L’auteure expose sa vision pragmatique de l’intuition tout en soulignant que nous ne pouvons pas encore tout expliquer scientifiquement. Il nous faut alors faire preuve d’ouverture pour élargir notre compréhension.
  • Bien différencier ce qui relève de l’intuition et ce qui n’en relève pas (biais cognitifs, préjugés, projections, expériences passées, automatismes et réflexes…).
  • Identifier notre profil intuitif, celui de nos proches, de nos collaborateurs. Par la connaissance de soi et des autres, cette étape sera source d’alignement dans nos activités de travail et de vie.
  • Cerner la posture à adopter pour réveiller et nourrir notre intuition.
  • Apprendre à déployer notre intuition via des exercices à pratiquer pour qu’elle devienne une ressource fiable et immédiate.
  • Comprendre comment utiliser l’intuition dans le monde de l’entreprise actuel et en faire un outil de performance.

Points forts :

  • L’auteure s’appuie sur des éléments scientifiques tout en explorant la dimension moins rationnelle du sujet.
  • La complémentarité entre théorie et mise en pratique.
  • Les données récentes sur le sujet.

 Point faible :

  • La partie descriptive reste beaucoup plus importante que la partie « mise en pratique » consacrée au développement de notre intuition.
  • Des répétitions tout au long des chapitres.

Ma note :

Tous intuitifs - Victoria Pellé Reimers - intuition     Tous intuitifs - Victoria Pellé Reimers - intuition     Tous intuitifs - Victoria Pellé Reimers - intuition     Tous intuitifs - Victoria Pellé Reimers - intuition              

               Avez-vous lu « Tous intuitifs – L’intuition, l’âme de la performance » de Victoria Pellé Reimers ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (1 votes, moyenne: 5,00 out of 5)

Loading...

Visitez Amazon afin de lire plus de commentaires sur le livre de Victoria Pellé Reimers « Tous intuitifs – L’intuition, l’âme de la performance »

Visitez Amazon afin d’acheter le livre de Victoria Pellé Reimers « Tous intuitifs – L’intuition, l’âme de la performance »

Pas de Commentaires pour :

Tous intuitifs







Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.

Partagez
WhatsApp
Partagez
Tweetez
Enregistrer