Comment trouver le leader en vous

Comment trouver le leader en vous - Dale Carnegie - bon leader

Phrase-résumée de “Comment trouver le leader en vous”Dale Carnegie nous présente 16 principes fondamentaux et faciles à appliquer au quotidien pour identifier et développer nos qualités de leader et ainsi créer plus de succès personnel et professionnel dans notre vie !

Par Dale Carnegie, 1995, 205 pages, version améliorée par Stuart R. Levine et Michael A. Crom

Chronique et résumé de “Comment trouver le leader en vous

Introduction : La révolution des relations humaines

Cet ouvrage a été écrit par Dale Carnegie, connu dans le monde entier comme un leader mondial dans la formation continue sur le management, la communication, le leadership, la vente et la prise de parole en public. Après le décès de Dale Carnegie en 1955, l’ouvrage, comme tous ses autres livres, a été régulièrement mis à jour et amélioré par son réseau de formateurs professionnels et les membres de sa société Dale Carnegie & Associates.

  • Qui sont les leaders de demain ?

L’entreprise ne peut plus être dirigée “au fouet” depuis un fauteuil.

Pour réussir dans les années à venir, les organisations, entreprises, administrations, associations, vont devoir faire face à un profond changement culturel. Ce changement culturel exige un nouveau type de leaders, bien différents des patrons que nous avons connus et que nous sommes peut-être devenus.

Pour Dale Carnegie, les leaders de demain devront alors :

    • Avoir une véritable vision et un sens des valeurs pour leur organisation ;
    • Communiquer et motiver les autres de façon plus efficace ;
    • Garder l’esprit clair à travers des changements continuels.

Ce qui fera la différence pour Dale Carnegie, ce ne sont pas tant les capacités d’analyse des gens, car il s’agit là d’un critère préalable. Ce sont, en réalité, leurs facultés d’écoute :

Finalement, les gagnants et les perdants ne seront pas départagés par leur capacité informatique ou technique. Gagnantes seront les entreprises disposant de leaders, intelligents et créatifs, capables d’interagir, de communiquer et de motiver efficacement dans leur entreprise et à l’extérieur.

Ainsi, pour Dale Carnegie, les entreprises qui comprennent, dès aujourd’hui, que le service et les relations humaines sont un facteur stratégique, battront les autres à l’avenir. Néanmoins, cela signifie, que les leaders vont donc devoir se former :

Les bonnes relations humaines ont le pouvoir de changer les managers en leaders. […] Ils peuvent apprendre à changer : à guider plutôt qu’à diriger, à contribuer plutôt qu’à résister, à partager plutôt qu’à faire de la rétention, à prendre des risques plutôt qu’à rester passifs, à considérer le personnel non pas comme une ressource onéreuse mais comme une richesse.

  • L’objectif de Dale Carnegie : révéler le leader qui se trouve en chacun de nous !

Lorsque Dale Carnegie arrive à New York en 1912, il obtient un poste dans un YMCA de New-York pour enseigner comment parler en public en cours du soir. Au fil des saisons et de son expérience, Dale Carnegie élargit son enseignement pour y inclure des compétences fondamentales en développement personnel et en relations humaines (communiquer plus efficacement, créer une dynamique et développer des aptitudes au leadership, mieux motiver, construire des relations interpersonnelles…).

Efforcez-vous de voir les choses du point de vue de votre interlocuteur, disait-il à ses stagiaires. Complimentez honnêtement et sincèrement. Intéressez-vous réellement aux autres.

Après quinze ans d’expérimentation continue, Dale Carnegie rassemble tous ses principes de relations humaines pour les inclure dans un ouvrage publié en 1936 qui connut au succès mondial : “Comment se faire des amis”. (en 2014, a été publiée une nouvelle version appelée “Comment se faire des amis à l’ère numérique“). Il s’agit là d’un guide clair et pratique pour nous aider à nous faire des amis et à construire des relations meilleures et plus efficaces avec les autres.

Avec près de quarante millions d’exemplaires à travers le monde, “Comment se faire des amis” est l’un des livres les plus vendus dans toute l’histoire de l’édition. Traduit dans plusieurs dizaines de langues, il se vend encore très bien aujourd’hui.

Pour diffuser ses idées de formations de communication et de relations humaines dans le monde entier, Dale Carnegie écrit plusieurs livres et monte aussi sa société appelée “Dale Carnegie & Associés”. À travers un réseau de formation continue, cette société fait perdurer, depuis la mort de Dale Carnegie, ses objectifs. Ceux-ci sont, en somme, de développer des aptitudes de communication efficaces, d’apprendre à motiver les autres pour qu’ils agissent, d’identifier une dynamique de leader en chacun de nous ou encore d’apprendre à parler en public.

Chapitre 1 – Trouvez le leader en vous

1.1 – Du management traditionnel au leadership moderne

Encore récemment, le chef était le chef. C’est lui qui commandait. Les ordres venaient d’en haut et descendaient jusqu’aux exécutants. Les responsables étaient installés dans leur bureau et géraient ce qu’ils pouvaient. Autrefois, ce management était suffisant. En effet, l’environnement était plus prévisible et le monde plus simple. Aujourd’hui, tout est trop volatil, trop changeant pour ce “management” simple et traditionnel.

Ce dont nous avons besoin, c’est de leadership : aider chacun à réussir ce qu’il est capable de faire, établir une vision pour l’avenir, encourager, guider, établir et entretenir des relations réussies.

1.2 – Des leaders visionnaires

Pour nombre d’entrepreneurs qui ont réussi, un leader doit, avant tout, concevoir l’image mentale d’un avenir possible et désirable de son organisation. Cette image, appelée “une vision”, peut être floue comme un rêve ou précise comme un but ou un projet d’entreprise. L’essentiel, c’est qu’elle exprime “la perspective attrayante d’un avenir réaliste et crédible pour l’entreprise, un avenir meilleur à plus d’un titre que la situation existante”.

1.3 – Identifiez vos aptitudes, n’imitez pas les autres !

Pour Dale Carnegie, les meilleures techniques de leadership sont celles que nous cultivons à l’intérieur de nous-même.

Cela demande souvent de trouver qui nous sommes réellement. Pour cela, il nous faut d’abord nous interroger sur les aptitudes qui peuvent nous être utiles en tant que leader. Ensuite, quelles que soient nos qualités de leader, Dale Carnegie conseille de laisser celles-ci s’épanouir dans notre rôle de leader, de ne pas chercher à imiter quelqu’un.

1.4 – Le leadership par l’exemple

Dale Carnegie croit au leadership par l’exemple. Selon lui, les actes sont bien plus puissants que les paroles. En cela, le leader doit se fixer des normes et les respecter.

Pour Dale Carnegie :

Un leadership déterminé, confiant, transforme une vision en réalité.

L’idée à retenir au terme de ce chapitre :

Le premier pas décisif vers le succès : identifiez vos qualités de leader.

Chapitre 2 – Commencez à communiquer

Pendant des années, force de voix était considérée comme force de caractère, obstination comme connaissance supérieure, capacité à s’imposer comme honnêteté. Réjouissons-nous, responsables ou employés, parents ou enfants, enseignants ou élèves, que ces jours soient passés.

Désormais, on sait à quel point il est primordial de bien communiquer dans nos vies professionnelles et personnelles.

En effet, selon Dale Carnegie, nos facultés relationnelles sont stimulantes pour les autres. Ce sont elles qui vont nous permettre de transformer de grandes idées en action. En somme, pour lui, ce sont elles qui rendent “tout possible”.

Il n’y a pas de recette miracle pour apprendre à bien communiquer. Cependant, il existe plusieurs concepts qu’il est indispensable de bien maîtriser pour une communication réussie.

2.1 – Faites-vous une priorité absolue de communiquer

Même si nous sommes très occupés pendant notre journée de travail, Dale Carnegie nous invite vivement à vraiment prendre le temps de communiquer. Cela nécessite de :

  • Rester ouvert et disponible aux autres.
  • Créer un environnement favorable aux échanges.
  • Ne pas cesser d’avoir des échanges.
  • Exposer ses idées aux autres et écouter les leurs : beaucoup de dirigeants ne comprennent pas, en effet, que la communication se déroule dans les deux sens.

2.2 – Soyez disponible aux autres, qu’ils soient supérieurs, subordonnés ou collègues

Comment-trouver-le-leader-en-vous-Dale-Carnegie-bon-leader

Quelle que soit l’importance que l’on prend, notre communication doit continuer “dans toutes les directions, en haut, en bas et autour des lignes hiérarchiques.”

Richard L. Fenstermacher, directeur général du marketing chez Ford, y croit fortement :

“Ma porte est toujours ouverte ! dit-il constamment à ses collaborateurs. Si en passant dans le hall vous me voyez là, entrez, même si c’est simplement pour me dire bonjour. Si vous avez une idée à proposer, faites-le. Ne croyez pas devoir suivre la voie hiérarchique.”

2.3 – Créez un environnement de confiance, favorable aux échanges

Dale Carnegie nous raconte beaucoup d’anecdotes qui sont autant d’exemples pour nous montrer ce qui fonctionnent ou pas. Ainsi, les idées principales qui en ressortent sont qu’il faut, pour créer cet environnement réceptif :

  • Être disponible,
  • Aimer les gens et leur montrer,
  • Faire preuve de simplicité et d’humilité (nous sommes tous les mêmes, quel que soit notre niveau, c’est simplement un travail différent),
  • Mettre les autres à l’aise,
  • Ne rien faire qui puisse décourager quelqu’un de s’aventurer à intervenir à nouveau auprès de nous : ainsi, lorsque quelqu’un prend le risque de dire ce qu’il pense, il ne faut pas le punir pour sa franchise.

Selon Dale Carnegie, la communication est, en réalité, à la fois une compétence et un art. C’est un processus qui mérite réflexion et entraînement. Cela demande parfois de nous exposer nous-même en exposant nos idées :

Partagez avec les autres et demandez-leur de partager avec vous.

L’idée à retenir au terme de ce chapitre :

La communication se construit sur des relations de confiance.

Chapitre 3 – Motivez les autres

Ce que vous devez faire, c’est prendre le temps d’inclure les autres dans vos pensées, votre vision, votre rêve, votre fantaisie, tout ce que vous faites. Faites-les adhérer. Cela demande du temps, des efforts et un soutien continuel. Mais n’imposez pas, motivez ! Si vous motivez vraiment une personne, vous obtenez une métamorphose. Vous changez l’attitude de quelqu’un qui devient capable de motiver dix autres personnes.

Pour Dale Carnegie, le seul moyen d’amener quelqu’un à réaliser quelque chose, c’est de provoquer chez lui le désir de le faire.

Pour cela, il est, selon lui, indispensable de lui donner un but. La personne doit avoir le sentiment qu’elle travaille en vue d’un objectif qui en vaut la peine. Cet objectif doit donc être important pour elle et pour nous.

C’est ainsi que vient la véritable motivation :

Non pas celle qui consiste à faire simplement son travail, mais le désir d’exceller.

3.1 – Faites preuve de confiance, de respect et d’attention

Mettez donc vos collaborateurs en valeur. Accueillez-les. Encouragez-les. Formez-les. Demandez leur opinion. Félicitez-les. Laissez-les prendre des décisions. Partagez avec eux les réussites. Demandez leurs avis et suivez-les quand vous le pouvez. Faites-leur comprendre que vous les estimez. Encouragez-les à prendre des risques. Donnez-leur la liberté de travailler à leur façon et montrez votre foi dans leurs capacités en n’intervenant pas. En d’autres termes, montrez que vous faites preuve de confiance, de respect et d’attention vis-à-vis de vos collaborateurs. Faites cela et vous serez entouré de personnes motivées.

Pour Dale Carnegie, il est capital de respecter et d’intégrer nos collaborateurs dans une vision d’entreprise à laquelle ceux-ci adhèrent. Il est essentiel qu’ils portent un véritable intérêt à leur vie professionnelle. Aussi, leurs succès doivent être récompensés, mis en valeur et fêtés, tandis que leurs échecs doivent être traités avec précaution.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  La semaine de 4 heures (deuxième édition)

Une fois accepté et compris ce principe fondamental, il est aisé de trouver toutes sortes de techniques de motivation pour le personnel d’une entreprise. Ces dernières s’appuieront toutes sur trois principes de bases, qui sont :

  1. Les collaborateurs doivent être impliqués dans l’ensemble du processus et à toutes ses étapes. La clé de cette implication, c’est le travail en équipe et non la hiérarchie.
  2. Il est capital de toujours accorder de l’importance à nos collaborateurs et de faire preuve de respect envers eux. Ce sont d’abord des personnes, ensuite des collaborateurs.
  3. Lorsque le travail est d’une qualité élevée, celle-ci doit être encouragée, mise en valeur et récompensée.

Chacun agit en fonction de ce que l’on attend de lui. Si vous traitez les autres comme étant capables et intelligents, en les laissant agir, c’est exactement comme cela qu’ils fonctionneront.

3.2 – Impliquez vos collaborateurs

Les leaders qui réussissent aujourd’hui sont ceux qui :

  • Forment des équipes ;
  • Font participer leur personnel dans tous les étapes du processus de travail (la création, la fabrication, le stockage, le marketing…) ;
  • Ne lancent pas d’ordres “qui tombent d’en haut” ;
  • Laissent aussi ceux qui font concrètement le travail prendre des décisions ;
  • S’intéressent à ceux qui les entourent et leur font savoir.

3.3 – Gérez les hommes avec humanité

Il s’agit là d’un concept de base de motivation. Dale Carnegie nous donne quelques exemples à suivre :

  • Traiter ses collaborateurs avec respect et être aimable avec eux ;
  • Investir en eux ;
  • Sourire, dire bonjour ;
  • Apprendre à connaître et se préoccuper de ses employés.

3.4 – Saluez un travail bien fait et complimentez beaucoup et souvent

Il existe tout un tas de techniques simples pour marquer les réussites (discours, récompenses, bonus…). Dale Carnegie nous donne plusieurs exemples à travers de nombreuses histoires.

Cependant, au final, selon lui, peu importe la méthode. L’essentiel est, en fait, d’en avoir une : ce qui est important, c’est que les membres de notre entourage sachent que nous apprécions le travail accompli, qu’ils ont de la valeur pour nous, et qu’on aimerait les voir apprendre et progresser.

L’idée à retenir au terme de ce chapitre :

La motivation ne peut jamais être imposée. Pour faire du bon travail, chacun doit le vouloir.

Chapitre 4 – Exprimez aux autres l’intérêt sincère que vous leur portez

4.1 – Les gens répondent favorablement à ceux qui s’intéressent à eux

Vous vous ferez plus d’amis en deux mois en vous intéressant sincèrement aux autres que vous ne pourriez en conquérir en deux ans en vous efforçant d’amener les autres à s’intéresser à vous.

Les êtres humains aiment qu’on leur exprime une chaleur sincère.

C’est un concept fondamental en psychologie : les gens sont flattés de l’attention des autres car ils se sentent alors reconnus et importants. Ainsi, nous aimons côtoyer des personnes qui s’intéressent à nous et nous répondons souvent à leur intérêt en nous intéressant à elles également.

Dale Carnegie l’avait bien compris :

Si vous voulez que les autres vous apprécient, écrivait-il, si vous voulez entretenir des relations durables, si vous voulez aider les autres en même temps que vous-même, gardez à l’esprit ce principe fondamental : intéressez-vous sincèrement aux autres.

Or, ce style relationnel très gratifiant est, selon Dale Carnegie, une habitude qui s’acquiert facilement.

4.2 – Les marques d’intérêt : la clé des relations humaines

Les gens ne songent pas à vous. Ne songent pas à moi. Ils songent à eux-mêmes. Ils y pensent le matin, à midi et le soir.

Il y a d’innombrables façons différentes de faire preuve d’intérêt pour autrui. En voici quelques-unes suggérées par Dale Carnegie :

  • Sourire aux autres. Apprendre leur nom, comment il se prononce et comment il s’écrit. Vérifier les responsabilités de l’intéressé.
  • Se souvenir des anniversaires. S’enquérir du mari, de l’épouse, des enfants.
  • Ne pas limiter ces expressions d’intérêt aux personnes qualifiées d’importantes mais les avoir avec tous : les secrétaires, les assistants, les réceptionnistes, les coursiers, les personnes officiellement moins importantes de votre vie. Demander comment s’est passée leur journée.
  • Observer un détail qui concerne notre interlocuteur, avant d’engager une conversation par exemple (un dessin sur le mur, un objet fait par un enfant, une photo, une raquette dans le coin de la pièce). Faire part de notre intérêt, notre admiration ou notre sympathie.
  • Exprimer notre affection aux autres : ami, conjoint, parent, collègue…, ou mieux leur montrer.

De telles marques d’intérêt constituent les éléments de base des bonnes relations humaines. Ce sont ces petits détails qui disent : “Vous êtes important pour moi. Je m’intéresse à vous”.

L’idée à retenir au terme de ce chapitre :

Rien n’est plus efficace et satisfaisant que de manifester aux autres un véritable intérêt.

Chapitre 5 – Sachez voir les choses du point de vue de l’autre

S’efforcer de voir les choses du point de vue de l’autre est un principe capital pour Dale Carnegie. En effet, si nous souhaitons entretenir de meilleures relations avec qui que ce soit (nos clients, notre famille, nos amis…), il est alors crucial de considérer les choses du point de vue de nos interlocuteurs.

Selon Dale Carnegie, porter une attention permanente au service du client est même une question de vie ou de mort pour toute entreprise. Il est nécessaire, en fait, pour l’entreprise de :

  • Satisfaire les clients au-delà de leur attente, garder une longueur d’avance sur eux : les responsables avisés pensent toujours à ce que le client voudra après, dans quelques jours, quelques semaines, quelques mois.
  • Se mettre “dans les bottes de l’autre”, notamment pour apaiser une situation difficile : il ne s’agit pas d’accepter tout ce que veut l’autre, mais de faire un véritable effort de sincérité pour comprendre ce qu’il veut réellement, afin de lui donner, autant que possible, satisfaction.

À ce propos, Dale Carnegie dit :

Si vous aidez les autres à résoudre leurs problèmes, le monde vous appartient.

L’idée à retenir au terme de ce chapitre :

Sortez de vous-même pour découvrir ce qui est important pour l’autre.

Chapitre 6 – Apprenez à écouter

Comment-trouver-le-leader-en-vous-Dale-Carnegie-bon-leader créer votre succès

6.1 – Deux raisons d’écouter

Les leaders qui réussissent sont souvent ceux qui ont appris la valeur de l’écoute.

En effet, une bonne écoute est véritablement le point de départ d’un échange efficace et pour manifester notre respect des autres. Cela montre que nous les considérons comme des personnes importantes. C’est notre façon de dire : “Ce que vous pensez, ce que vous faites et ce que vous croyez est important pour moi.”

Beaucoup de méthodes ont été mises en œuvre dans des entreprises bien menées.

Écouter est toujours, à la fois, la meilleure façon :

  • D’apprendre ;
  • De provoquer une réaction favorable des autres.

Par ailleurs, écouter est un moyen très puissant de persuasion : cela permet d’amener les autres à voir le monde comme nous le voyons. Selon Dale Carnegie, c’est le cas dans le monde des affaires, au foyer, et dans toutes les situations que nous rencontrons dans la vie.

6.2 – L’écoute active

Beaucoup considèrent l’écoute comme passive et la parole comme active. Or, ne faire qu’entendre ce que dit quelqu’un est assez passif, mais écouter de façon efficace, engagée, est un exercice vraiment actif.

En effet, écouter vraiment, c’est beaucoup plus qu’entendre. L’écoute active nécessite un engagement total dans la conversation, même sans répondre. Elle requiert une véritable implication, avec questions et incitations.

Pour montrer un intérêt actif dans une conversation, il existe divers moyens tels que :

  • Un hochement de tête, ou “hum-hum” ou “je vois”,
  • Un changement de posture physique comme pencher le buste en avant,
  • Un sourire ou un mouvement de tête,
  • Un contact visuel appuyé par un froncement de sourcils.

Ce sont là des moyens d’indiquer à la personne qui vous parle : “J’écoute attentivement ce que vous me dites.”

6.3 – “Bien écouter” vaut mieux que “bien parler”

Le secret pour influencer les autres n’est pas tellement de savoir bien parler mais de savoir bien écouter.

La plupart des gens essaient de gagner les autres à leur point de vue en parlant trop eux-mêmes. Dale Carnegie, lui, nous invite plutôt à laisser les autres pleinement s’exprimer. Il nous encourage à laisser nos interlocuteurs nous dire ce qui ne va pas, à poser des questions, et si nous ne sommes pas d’accord avec eux, à ne pas les interrompre :

Ils [nos interlocuteurs] ne vont pas vous écouter s’ils ont encore en eux beaucoup d’idées à exprimer. Écoutez donc patiemment, l’esprit ouvert. Soyez sincère. Encouragez-les à exprimer pleinement leurs idées. Ils ne l’oublieront pas. Et vous apprendrez certainement une ou deux choses.

L’idée à retenir au terme de ce chapitre :

Nul n’est plus persuasif qu’un auditeur attentif.

Chapitre 7 – Faites équipe pour demain

7.1 – La fin des organisations pyramidales

Pour Dale Carnegie, le temps des grandes entreprises pyramidales est révolu. Selon lui, cette structure ne marche ni pour les gouvernements ni pour les conglomérats.

Nous avons besoin d’une structure qui rejette la rigidité d’hier, pour permettre à ses membres d’agir de façon créative et de développer les talents restés en friche depuis des années.

7.2 – La nécessité d’un leader solide pour mener une équipe

Selon Dale Carnegie, l’organisation moderne ne peut plus être du type patron/subordonné. Elle doit être organisée en équipes, et cela, pour deux raisons principales :

  • La communication

Grâce à la mise en place d’équipes transversales, la production, le service clients, les ressources humaines et d’autres départements se mettent à véritablement communiquer. Ces divisions par départements commencent même à disparaître dans certaines sociétés d’avant-garde.

  • La réussite

Les personnes qui ouvrent ensemble peuvent accomplir de grandes choses selon Dale Carnegie. Ce qui donne à une équipe cette impulsion particulière, c’est une vision concertée de ses membres.

Toutefois, un leader est indispensable pour galvaniser cette énergie. Un leader va définir la perspective, établir des objectifs, aider chacun à bien comprendre l’esprit de l’équipe et montrer aux coéquipiers le retentissement à l’extérieur de chacune de leurs actions.

7.3 – Huit techniques de leadership pour mener une équipe

Selon Dale Carnegie, un bon leader maîtrise quelques techniques fondamentales. Il cite les suivantes :

  • Créer le sentiment partagé d’un but commun

Selon Dale Carnegie un bon leader doit être capable de définir des objectifs qui soient des objectifs d’équipe : “à moins que toute l’équipe ne gagne, personne ne gagne”. En réalité, les bons leaders soulignent toujours à quel point compte la contribution de chacun. Il est intéressant de noter, par exemple, que beaucoup de bons entraîneurs et de bons leaders parlent souvent à la première personne du pluriel : “nous avons besoin de…”, “notre date limite…”, “le travail qui nous attend…”

Comment-trouver-le-leader-en-vous-Dale-Carnegie-bon-leader-créer votre succès

  • S’occuper de chacun individuellement

Lorsque des personnes forment une équipe, leur individualité ne s’efface pas pour autant. Un leader de talents reconnaîtra ces différences individuelles, les appréciera et les utilisera pour le bien de l’équipe.

  • Rendre chaque équipier responsable du résultat de l’équipe

En fait, chacun a besoin de sentir que sa contribution est déterminante.

  • Faire que la plupart des décisions émanent du groupe, autant que possible

Il est primordial de ne pas insister pour que les choses soient faites exactement à notre manière, mais plutôt de la façon que l’équipe le choisit

  • Partager les honneurs et accepter les blâmes

Quand l’équipe fonctionne bien et réussit, il est de la responsabilité du leader d’en faire profiter tous les équipiers (par des félicitations publiques, un bonus, un article dans le journal d’entreprise, etc.).

Les lecteurs de cet article ont également lu :  The Ultimate Sales Machine (La Machine à Vendre Ultime) - Chet Holmes

Par contre, lorsqu’il est question de blâmer, Dale Carnegie nous conseille de prendre l’attitude exactement inverse :

Ne montrez personne du doigt, ne vous plaignez pas publiquement du maillon faible de la chaîne. Endossez la responsabilité et acceptez les réclamations quelles qu’elles soient. Discutez ensuite avec les membres de l’équipe de la façon dont les résultats pourraient être améliorés et encouragez-les à mieux faire à l’avenir.

  • Saisir toutes les occasions de bâtir la confiance de l’équipe

Selon Dale Carnegie, un bon leader doit vraiment croire en son équipe et partagera cette foi avec tous ses membres.

  • Être impliqué et le rester

Le bon leader se doit d’être présent, quoi qu’il arrive.

  • Être un mentor

La mission du leader consiste à développer et à renforcer les talents des membres de son équipe.

La plus grande récompense pour un leader, le plus grand legs qu’il puisse transmettre, c’est un groupe de personnes ayant le talent, la confiance et le sens de l’équipe nécessaires pour devenir elles-mêmes des leaders.

L’idée à retenir au terme de ce chapitre :

Les bons équipiers sont les leaders de demain.

Chapitre 8 – Respectez la dignité des autres

Selon Dale Carnegie, la seule façon d’établir des relations de confiance, c’est de respecter la dignité des autres. Par conséquent, nous devons traiter les autres comme nous voudrions qu’ils nous traitent. Autrement dit, nous devons montrer aux autres que nous les respectons et ils nous respecteront en retour.

Voici les quatre étapes que nous propose Dale Carnegie pour créer un espace de travail dans une atmosphère de bien-être et de respect :

  1. Se mettre à la place de l’autre

Les autres sont tous des êtres humains qui vivent et respirent comme nous. Tout comme nous, chacun a ses contraintes familiales, veut réussir et veut être traité avec dignité, respect et compréhension.

  1. Traiter ses employés comme des collègues, sans condescendance, sans imposer son autorité, sans réprimande

La raison qui amène des dirigeants à abaisser et à blâmer leurs collaborateurs tient souvent à un manque d’estime de soi. Il est, en réalité, beaucoup plus efficace de montrer à son personnel que l’on est un être humain, nous aussi.

Traiter les autres en égaux, comme des atouts de valeur, et non pas comme des pièces dans les rouages de l’entreprise est indispensable au bon leader.

  1. Mobiliser, lancer des défis, demander des avis et susciter la coopération

Les gens ont besoin de sentir leur importance, leur impact, leur influence. Or, il est possible, selon Dale Carnegie, de créer ce sentiment chez eux en leur confiant des responsabilités, en leur lançant des défis, en les impliquant, chacun, dans l’organisation de l’entreprise.

  1. Humaniser l’entreprise

Rendre l’entreprise plus humaine doit se faire par tous les moyens, grands comme petits : les efforts symboliques peuvent, dans cet objectif, jouer un rôle majeur (quitter le rempart d’un bureau directorial par exemple), tout comme les plus grandes installations (en créant, par exemple, plusieurs petits sites différents au lieu d’un grand complexe impersonnel).

L’idée à retenir au terme de ce chapitre :

Le vrai respect des autres est le moyen le plus fiable pour motiver.

Chapitre 9 – Mettez en valeur, félicitez, récompensez

Depuis le président de la plus grosse entreprise jusqu’à l’employé de supermarché chargé des bouteilles consignées, chacun veut s’entendre dire qu’il accomplit un excellent travail, qu’il est intelligent, capable, et que ses efforts sont appréciés.

Pour Dale Carnegie, les récompenses, la reconnaissance et les félicitations jouent un rôle déterminant dans la vie professionnelle. En fait, selon lui, peu importe comment on le fait, l’important, c’est de le faire, encore et toujours.

Dale Carnegie nous donne, par divers exemples, de multiples méthodes de récompenses et de félicitations. Il nous explique que, dans la motivation, même si l’argent compte beaucoup, elle n’est pas la seule récompense efficace.

Selon lui, il existe, en effet, d’autres récompenses qui correspondent à de puissantes forces de motivation : c’est lorsque ces récompenses favorisent le respect de soi et le respect de la part des autres.

L’idée à retenir au terme de ce chapitre :

L’être humain travaille normalement pour des compensations financières. Mais il se dépasse pour être reconnu, félicité et récompensé.

Chapitre 10 – Traitez les erreurs, les réclamations et les critiques

10.1 – Admettre ses propres erreurs

En tant que leader, il est crucial de créer une atmosphère dans laquelle les gens se sentent réceptifs aux conseils ou aux critiques constructives. Pour cela, Dale Carnegie conseille d’admettre ses propres erreurs ou le fait d’avoir tort :

  • D’une part, c’est une très bonne manière de transmettre l’idée que les erreurs font partie de la vie.
  • D’autre part, c’est l’un des meilleurs moyens pour sortir du piège des accusations et faire évoluer la situation.

Dale Carnegie recommande, par ailleurs, d’admettre ses erreurs en premier :

Soyez le premier à admettre vos erreurs, les autres s’empresseront de vous disculper et de vous rassurer. La tactique opposée, blâmer les autres à tout bout de champ, les amènera rapidement à vous contredire et à se défendre.

Il rajoute :

Admettez vos erreurs avant que toute autre personne n’ait l’occasion de le faire. Riez-en, si vous le pouvez. Ne cherchez pas à minimiser ses conséquences.

Selon lui, cela s’applique partout : dans une société, une famille, un groupe d’amis, les échanges commerciaux.

Enfin, Dale Carnegie insiste sur le fait qu’un leader doit endosser la responsabilité de ses propres erreurs et ne jamais accuser quelqu’un d’autre.

10.2 – Réfléchir à deux fois avant de critiquer ou de condamner

Si la personne ayant commis l’erreur sait déjà ce qui s’est passé, pourquoi c’est arrivé et ce qui doit être fait pour éviter toute récidive, inutile d’en rajouter. Il n’est pas besoin de mettre le fautif plus mal à l’aise qu’il ne l’est déjà.

Ainsi, selon Dale Carnegie, nous devons absolument éviter le jeu des reproches en distribuant critiques et blâmes, et cela, pour deux raisons principales :

  • Cela ne fait généralement qu’amener les fautifs à se défiler ou à se cacher.
  • Ceux qui sont sévèrement critiqués prendront moins de risques et d’initiatives. Ils seront moins créatifs. L’organisation pour laquelle ils travaillent se prive alors immédiatement d’une grande partie de leur potentiel.

Cependant, si après réflexion, on tient vraiment à émettre une critique, alors Dale Carnegie nous recommande de le faire avec respect, dans l’objectif d’améliorer, non pas de juger. Il cite, entre autres, l’exemple d’une entreprise qui a renommé sa procédure d’entretiens d’évaluation des performances en “entretiens de développement des performances”.

10.3 – Créer une ambiance de réceptivité

Selon Dale Carnegie, une critique doit être précédée de compliments sincères. D’autre part, il souligne que, d’une manière générale, l’amabilité est beaucoup plus persuasive que les accusations et haussements de ton.

À travers de nombreux exemples, Dale Carnegie nous révèle plusieurs méthodes efficaces pour émettre une critique constructive. Parmi celles-ci, voici deux méthodes douces qui, selon lui, ont fait leur preuve :

  • La règle de 3 + 1 :

Lorsque l’on souhaite faire une critique, l’idée est de ne rien dire mais de la noter. Lorsque nous avons trouvé trois éléments positifs concernant la personne, le règlement ou l’habitude de la maison en question, alors il est permis d’exprimer aussi sa critique.

  • La méthode “sandwich” :

On commence par parler des réalisations positives de l’intéressé. Ensuite, on aborde des points à développer et à améliorer. Et on conclut sur la valeur que cette personne représente pour la compagnie.

L’idée à retenir au terme de ce chapitre :

Admettez rapidement vos erreurs, freinez vos critiques. Surtout, soyez constructif.

Chapitre 11 – Fixez vos propres objectifs

11.1 – Fixez-vous des objectifs réalistes, stimulants, clairs et mesurables

Selon Harvey Mackay, auteur de best-sellers économiques : “Un objectif, c’est un rêve avec une date limite.”

Dale Carnegie nous encourage à nous fixer des objectifs à la fois stimulants et réalistes, clairs et mesurables, pour le court terme et pour le long terme. Selon lui, ces objectifs vont nous donner une cible à viser, à garder en perspective. Ils nous permettront également de mesurer nos réussites.

Quand on atteint un objectif, il est important de se féliciter, puis d’avancer vers l’objectif suivant, “avec plus d’audace, de force, d’énergie”, grâce à ce que nous avons déjà accompli.

Par ailleurs, Dale Carnegie nous encourage à toujours chercher des occasions de faire quelque chose de différent : ne pas se contenter de ce que nous réalisons mais chercher toujours un moyen, une méthode pour améliorer ce que l’on fait.

11.2 – Fixez-vous des petits objectifs intermédiaires

Dale Carnegie nous explique que la majorité des grands défis sont mieux relevés lorsque les objectifs visés sont une série de buts intermédiaires. Se fixer de petits objectifs est, en fait, un processus qui encourage et motive bien davantage.

La méthode que préconise Dale Carnegie est la suivante :

Fixez-vous de petits objectifs et atteignez-les. Pour passer ensuite à de nouveaux objectifs un peu plus grands.

Au final, ce qui compte, c’est de continuer à planifier, de se fixer des buts, et d’agir pour atteindre ces buts.

11.3 – Fixez-vous des priorités dans nos objectifs

Une fois nos objectifs déterminés, il nous faut nous demander quel est l’objectif le plus important à nos yeux. Le plus grand défi intervient ensuite, lorsqu’il est question d’organiser son temps et de mobiliser son énergie pour appliquer ces priorités.

11.4 – Les objectifs d’une entreprise

Tout autant que les individus, les entreprises ont besoin d’objectifs. Les mêmes règles s’appliquent alors : ceux-ci doivent être clairs, simples et pas trop nombreux à la fois.

Pour Dale Carnegie, le plus important, c’est que :

  • Notre entité ait ses propres objectifs ;
  • Les objectifs de notre entreprise soient clairement compris par tous les collaborateurs, et soient à la fois stimulants et accessibles ;
  • La réalisation de ces objectifs montre que l’entreprise fonctionne bien.

L’idée à retenir au terme de ce chapitre :

Fixez-vous des objectifs clairs, motivants et accessibles.

Chapitre 12 – Concentrez-vous sur une ligne directrice

Ayez en tête un objectif clair que vous voulez vraiment atteindre, croyez en vous-même, soyez persévérant et arrangez-vous pour ne pas vous disperser. En affaires, en famille, en sport, en politique, suivez ces règles simples et vos chances de réussir seront fabuleuses.

Pour Dale Carnegie, c’est notre capacité à nous concentrer sur un objectif qui fait la différence entre ceux qui réussissent et ceux qui échouent, et cela, dans n’importe quel domaine d’activité. Selon lui, pour obtenir ce que l’on veut dans la vie, il faut croire en soi et être déterminé à lutter pour l’obtenir. Ainsi, il faut persévérer, essayer encore et encore.

Dale Carnegie l’énonce ainsi :

La patience et la persévérance permettent d’accomplir plus qu’un esprit brillant. Rappelez-vous cela quand quelque chose va de travers. Ne permettez pas à quoi que ce soit de vous décourager, écrit-il. Persévérez. N’abandonnez jamais. Ce fut la règle de presque tous ceux qui ont réussi. Évidemment, le découragement arrivera. L’important c’est de le surmonter. Si vous pouvez le faire, le monde vous appartient.

Concrètement, au quotidien, cela signifie qu’il est crucial d’avoir toujours en tête son objectif et travailler sans dévier de cet objectif. Il faut alors franchir chaque étape et maîtriser chaque détail. Pour illustrer cette idée de persévérance et de concentration intense, Dale Carnégie cite de nombreux exemples dans des domaines totalement différents (élections présidentielles, course automobile, ventes de campagne, concentration d’un médecin premier à arriver sur les lieux d’une catastrophe aérienne…).

Les lecteurs de cet article ont également lu :  45 méthodes efficaces pour Recruter avec discernement

L’idée à retenir au terme de ce chapitre :

Les leaders ne perdent jamais leur concentration. Ils gardent leur cible en perspective.

Chapitre 13 – Maintenez votre équilibre

Selon Dale Carnegie, il est vital d’équilibrer sa vie et de se laisser du temps pour faire autre chose que travailler. Nous y gagnons en bonheur et en satisfaction personnelle, mais cela nous procure également plus d’énergie, de concentration et d’efficacité professionnelle.

À travers ses exemples, Dale Carnegie évoque l’idée de faire reposer sa vie sur plusieurs pieds, comme un tabouret : l’un pour sa famille, les autres pour ses amis, ses passions et sa santé.

Comment-trouver-le-leader-en-vous-Dale-Carnegie-bon-leader

Dès lors, Dale Carnegie mentionne trois principes pour mieux équilibrer notre vie et, de fait, devenir un meilleur leader :

  1. Accorder un temps important à la famille, à l’exercice physique et/ou aux activités de loisirs.
  2. Mettre autant d’énergie à planifier son temps de loisirs que sa journée de travail.
  3. Agir, s’impliquer dans des activités extra-professionnelles.

L’idée à retenir au terme de ce chapitre :

Un bon équilibre entre travail et loisirs favorise des performances régulièrement élevées.

Chapitre 14 – Créez une attitude mentale positive

14.1 – On est ce que l’on pense

Dale Carnegie est convaincu, comme le disait Marc Aurèle, grand empereur philosophe romain, que “notre vie est ce que nos pensées en font”. L’attitude mentale, la puissance de notre esprit, peut, selon lui, radicalement changer la réalité :

Si nos pensées sont joyeuses, nous serons joyeux. Si nous pensons à notre malheur, nous serons tristes. Si nous entretenons des pensées craintives, nous aurons peur. Si nous sommes obsédés par la maladie, nous risquons de tomber malade. Si nous pensons continuellement à l’échec, nous échouerons sans doute. Si nous nous plaignons sans cesse, tout le monde nous évitera. Est-ce à dire qu’il faille adopter une attitude d’insouciance béate face à tous nos problèmes ? Non. La vie n’est pas si simple. Mais je recommande, de la façon la plus vigoureuse, d’adopter une attitude positive plutôt que négative.

Dale Carnegie nous explique qu’en réalité, contrairement à ce qu’on croit souvent, notre environnement extérieur influence peu notre bonheur personnel. En effet, ce qui est important, c’est notre façon de réagir à ces bonnes ou mauvaises influences.

14.2 – Notre attitude influence les autres, en bien ou en mal

Une attitude positive, c’est le secret d’une vie heureuse et d’une carrière réussie. C’est la pierre d’angle du leadership.

Une des grandes responsabilités du leader est d’établir un ton confiant et positif qui montre que l’échec n’est même pas envisagé. Pour cela, il doit constamment chercher à remplacer le négatif par des attitudes et des sentiments positifs.

L’idée à retenir au terme de ce chapitre :

Prenez des forces avec des pensées positives et ne vous laissez pas affaiblir par le négatif. 

Chapitre 15 – Apprenez à dominer le stress

La maîtrise du stress et des soucis est vraiment un atout pour l’efficacité professionnelle d’un leader. Dale Carnegie a passé sept ans à lire et à étudier sur ce sujet. Ces techniques ont été mises à jour régulièrement. Elles sont aujourd’hui publiées dans le livre “Comment dominer le stress et les soucis”.

15.1 – Vivre un jour à la fois

Même s’il est nécessaire de penser à demain (pour planifier) et de tirer parti des expériences passées, Dale Carnegie rappelle que l’avenir et le passé sont des éléments qu’on peut difficilement changer.

C’est pourquoi, pour lui, il est complètement inutile de s’inquiéter à propos de “ce qui aurait pu être” ou pour “ce qui peut arriver ou non dans quelque temps”. Il est bien plus utile de concentrer son attention sur la réalité de la vie aujourd’hui, sur le moment présent.

Comme le dit l’écrivain écossais Robert Louis Stevenson : “N’importe qui peut porter son fardeau, si lourd soit-il, jusqu’à la nuit. N’importe qui peut faire son travail, si dur soit-il, toute une journée. N’importe qui peut vivre agréablement, patiemment, aimablement, totalement, jusqu’au coucher du soleil. Et c’est tout ce que la vie signifie réellement.”

15.2 – Des techniques à appliquer pour gérer son stress

Pour Dale Carnegie, ce ne sont pas les circonstances qui rendent heureux ou malheureux, c’est notre façon d’y réagir. Toutefois, lorsque nous n’avons vraiment pas le choix, il est indispensable de composer avec l’inévitable, plutôt que de nous laisser aller à la déception ou l’amertume.

Voici, pour cela, quelques techniques à appliquer :

  • Évaluer son niveau maximum d’inquiétude pour une situation en décidant d’avance combien de stress vaut tel ou tel problème.
  • Relativiser : certains détails ne méritent pas la moindre inquiétude, ils sont vraiment négligeables.
  • S’occuper constamment : rien ne chasse mieux l’inquiétude que de s’occuper l’esprit avec autre chose. On peut, par exemple, attaquer un nouveau projet. apprendre dans un nouveau domaine, faire quelque chose en quoi on croit, quelque chose pour les autres…

S’il y a une vraie bonne raison de se tracasser, Dale Carnegie propose de suivre les trois principes suivants :

  1. Se poser la question : quel est le pire qui puisse arriver ?
  2. Si nécessaire : se préparer mentalement à accepter le pire en se demandant comment je pourrais supporter cela s’il le fallait.
  3. Essayer de tirer parti du pire, en s’interrogeant : que puis-je faire pour améliorer cette situation ? Avec quelle rapidité dois-je agir ? Qui pourrait m’aider ? Quelle est la première démarche à accomplir, puis quelle sera la deuxième, troisième, quatrième et cinquième démarche que je devrais entreprendre ?

L’idée à retenir au terme de ce chapitre :

Dominez vos craintes et dynamisez votre vie.

Chapitre 16 – Manifestez votre enthousiasme

Pour Dale Carnegie, avoir de l’enthousiasme assure presque toujours le succès. Il nous énonce alors plusieurs idées à propos de l’enthousiasme :

16.1 – L’enthousiasme est contagieux et fait réagir

Si on n’est pas enthousiaste à propos de son idée ou projet, personne d’autre ne le sera. C’est pourquoi le meilleur moyen de passionner par une idée, un projet ou une campagne, c’est d’être soi-même passionné et de le montrer.

16.2 – L’enthousiasme est un sentiment qui doit venir de l’intérieur

“Faire du tapage” n’est pas synonyme d’enthousiasme. Il est vrai que des mouvements physiques amplifiés et une voix plus vibrante accompagnent souvent un sentiment d’enthousiasme. Toutefois, ceux qui exagèrent en utilisant des formules du genre : “Je suis épatant, vous êtes toujours extraordinaire, nous sommes tous géniaux !” manquent souvent de crédibilité.

16.3 – L’enthousiasme est constitué de deux éléments : la passion et la confiance

Le véritable enthousiasme, c’est quand on est passionné par une action et qu’on se montre complètement confiance dans notre capacité de la mener à bien.

16.4 – L’enthousiasme est aussi important que des compétences certaines ou que le travail acharné

Les personnes qui progressent et réussissent sont celles qui, à la fois :

  • Travaillent dur,
  • Aiment leur activité,
  • Transmettent de l’enthousiasme.

C’est d’ailleurs, pour l’auteur, la principale lacune des tests d’intelligence qui ne mesurent ni l’enthousiasme ni la force émotionnelle.

16.5 – L’enthousiasme n’est pas simulable mais peut être créé et nourri

Dale Carnegie explique ainsi le processus :

Le moyen d’acquérir de l’enthousiasme, c’est de croire en vous, en ce que vous faites, et de vouloir accomplir une action précise. L’enthousiasme suivra comme le jour suit la nuit.

En fait, nous devons nous fixer des objectifs stimulants et l’enthousiasme grandira en nous.

16.6 – L’enthousiasme se transmet par nos actions plus que par les mots

La faculté de communiquer notre enthousiasme à d’autres pour atteindre un objectif commun est, pour Dale Carnegie, le propre du leadership.

En fait, on transmet l’enthousiasme par le regard, l’attitude physique, la façon d’agir toute la journée bien plus que par la façon dont nous dissertons. Celui-ci est alors capable de rendre ceux qui nous entourent plus efficaces et plus désireux de nous suivre.

L’idée à retenir au terme de ce chapitre :

Ne sous-estimez jamais la puissance de l’enthousiasme.

Conclusion de “Comment trouver le leader en vous” de Dale Carnegie

Passez à l’action !

En conclusion du livre, Dale Carnegie invite le lecteur à passer à l’action et résume ses principes en quelques lignes :

Voyez les choses du point de vue de l’autre. Accordez considération véritable et félicitations. Mobilisez la puissance prodigieuse de l’enthousiasme. Respectez la dignité des autres. Ne soyez pas trop critique. Donnez aux autres une belle réputation à mériter. Gardez le sens de l’humour et l’équilibre dans votre vie.

Ces conseils sont finalement extrêmement simples. Ils demandent juste une réelle mise en pratique et de l’énergie.

Si vous rêvez de devenir un bon leader avec des conseils simples et plein de bon sens, alors je recommande !

Au terme de sa lecture, “Comment trouver le leader en vous” m’apparaît comme un véritable petit guide pratique et concret qui énonce les bases du leadership de manière très accessible. Et finalement, une fois ses principes appliqués dans notre vie quotidienne familiale, amicale et professionnelle, ceux-ci peuvent vraiment créer une différence et être source de succès personnels et professionnels. Il se pourrait bien que nos vies en soient changées !

Par ailleurs, ce livre se lit très rapidement (format livre de poche). Maîtriser les qualités de leader énoncées ne demande ni doctorat en psychologie ni longues études en management mais le simple désir de mieux vivre ! C’est donc un livre que je recommande à tous ceux qui souhaitent améliorer leur leadership professionnel comme personnel avec des conseils de base et de bon sens.

Points forts :

  • Les conseils pertinents et les illustrations très parlantes, qui font de ce livre un véritable guide pratique des relations humaines et du leadership ;
  • La simplicité des principes énoncés qui ne demandent qu’un peu d’investissement personnel pour être appliqués au quotidien ;
  • La facilité de lecture du livre, avec plein d’exemples, d’histoires, d’idées concrètes.

Point faible :

  • C’est à la fois le point positif et négatif du livre : beaucoup de bon sens et certains conseils vraiment basiques (sourire et dire bonjour à ses collaborateurs par exemple). Or, avec son titre, certains attendront davantage du livre.

Ma note :

créer votre succès     créer votre succès     créer votre succès    créer votre succès     image

Avez-vous lu le livre “Comment trouver le leader en vous” ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (2 votes, moyenne: 3,50 out of 5)

Loading...

Visitez Amazon afin de lire plus de commentaires sur le livre “Comment trouver le leader en vous”

Visitez Amazon et achetez le livre “Comment trouver le leader en vous”

Recherches utilisées pour trouver cet article :

Comment trouver le leader en vous, dale carnegie comment trouver le leader en vous pdf, comment reussir avec le leadership selon dale carnegie, comment trouver le leader en vous pdf, Dalcarnigie comment trouvé le leader en nous, dale carnegie comment devenir un leader pdf, dale carnegie comment devenir un leader pdf gratuit, Dale carnegie \comment trouver le leader en vous\
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

2 Commentaires pour :

Comment trouver le leader en vous


  • […] Dale Carnegie […]

    Répondre



    • Adam A.

      4 Nov 2019 à 08:14

      “Identifiez vos aptitudes, n’imitez pas les autres !” J’ai été sceptique sur ce point, car certains conseillent aussi de suivre un “modèle” et d’agir comme tel. Par exemple, je peux prendre Elon Musk comme modèle de leadership afin de suivre toutes ses qualités. Qu’en pensez-vous ? Perso, je suis plus d’accord avec le point de vue Canergie et le fait de rester soi.

      Répondre









      Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

      Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.