Une sélection de livres rares et exigeants pour changer de vie.

Secrets d’un écrivain freelance

Couverture de Secrets d'un écrivain freelance de Robert W. Bly

Résumé de « Secrets d’un écrivain freelance » de Robert W. Bly : un classique qui vous expliquera de A à Z comment acquérir un niveau de vie confortable en réalisant une activité de rédaction freelance !

Par Robert W. Bly, 2006 (4e édition), 385 pages.

Titre original : « Secrets of a Freelance Writer. How to Make $ 100,000 a Year or More »

Table des matières

Chronique et résumé de « Secrets d’un écrivain freelance » par Robert W. Bly :

Robert W. Bly : un copywriter états-unien à succès

Avec plus de 30 ans d’expérience dans le métier, Robert W. Bly a fait ses preuves. Copywriter états-unien spécialisé dans le domaine du marketing et du business-to-business (B2B), il a eu le temps de se construire une solide expérience et une forte réputation. Il a même enseigné le copwriting à l’université de New York.

Ce livre n’est pas le seul qu’il a à son actif : The Complet Idiot’s Guide to Direct Marketing, ou encore internet Direct Mail : The Complete Guide to Successful E-Mail Marketing Campaigns sont d’autres exemples de ses productions. Néanmoins, c’est bien cet écrit qui a rendu son auteur célèbre parmi les rédacteurs, y compris francophones.

Préface de « Secrets d’un écrivain freelance »

L’objectif du livre est on ne peut plus clairement défini dès la première phrase de la préface :

« Ce livre est écrit pour vous aider à vous faire beaucoup d’argent en tant qu’écrivain freelance. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. xv)

Le livre s’adresse en particulier aux personnes qui :

  • Sont déjà rédacteurs commerciaux, mais qui peinent à en vivre ;
  • Aux rédacteurs débutants qui viennent de se lancer en tant que freelances ;
  • Sont employés dans une entreprise en tant que rédacteur et qui souhaitent quitter leur job pour se lancer de façon indépendante ;
  • Ont déjà un revenu, mais aimeraient le compléter ;
  • Ont un intérêt pour l’écriture, mais qui n’ont peut-être jamais écrit pour de l’argent et qui pensent à se reconvertir.

Tout d’abord, il faut savoir que ce métier est en plein changement (c’est d’autant plus vrai au moment où Robert W. Bly écrit cette préface, c’est-à-dire en 2006). Au rang des mauvaises nouvelles, on compte une concurrence accrue, des dates limites toujours plus courtes, des exigences plus grandes en termes de compétences informatiques, etc.

Mais il y a aussi de bonnes nouvelles :

  • La demande de rédacteurs freelance a explosé ces dernières années ;
  • Celui qui veut gagner plus le pourra très certainement ;
  • Internet est le nouveau créneau à investir ;
  • Les entreprises externalisent de plus en plus leur production éditoriale (d’où une demande accrue) ;
  • La technologie, une fois maîtrisée, vous permet d’être plus productif.

Alors, si vous vous sentez attiré par l’expérience de la vie de freelance et que l’écriture — sous toutes ses formes — est une activité qui vous plaît, pourquoi ne pas tenter cette voie ? Le livre de Robert W. Bly vous donnera une foule de bons plans pour développer votre affaire sur de bonnes bases. La preuve par 17 !

Se faire de l'argent grâce au métier de copywriter

1. Introduction

1.1. Y a-t-il un nombre à six chiffres dans votre futur ?

Robert W. Bly ne pense pas que la chose soit si compliquée. Pour lui, ni génie, ni même excellence absolue ne sont indispensables. Certes, il faut bien faire son travail et être raisonnablement intelligent, mais c’est donc tout à fait à la portée de la plupart d’entre nous.

Trois éléments essentiels sont requis :

  • Une attitude humble, mais fière, à l’égard de son travail. Ce n’est peut-être pas de la littérature, mais il y a de la joie et de la dignité à écrire pour les entreprises.
  • Du dévouement, car vous allez passer du temps à écrire et si vous ne mettez aucun enthousiasme à cette tâche, cela se ressentira dans vos écrits (et donc sur vos revenus).
  • Une approche orientée business, autrement dit un goût pour les affaires et la vente, car la recherche de prospects et la gestion d’un portefeuille de clients font partie intégrante de ce métier.

1.2. L’affreuse vérité sur l’écriture freelance « traditionnelle »

L’écrivain indépendant débutant pense souvent qu’il gagnera sa vie en écrivant des livres et des articles (en s’orientant soit dans une carrière littéraire, soit vers le, journalisme, voire le journalisme web). Or, ce type de production rapporte en vérité assez peu ou, du moins, nécessite de longs efforts avant d’être rentable.

Par ailleurs, beaucoup écrivains tendent à tomber trop rapidement dans une mentalité de la pauvreté.

« La première étape pour gagner beaucoup d’argent comme écrivain freelance est d’éviter la “mentalité du pauvre” que tant d’écrivains ont. C’est-à-dire la croyance que (a) les écrivains freelances gagnent vraiment très peu d’argent ; (b) qu’ils méritent de gagner peu ; (c) qu’il est impossible de se faire beaucoup d’argent en tant qu’écrivain freelance à moins de frapper un grand coup avec un bestseller ou un scénario de film ; et (d) que donc, vous ne gagnerez pas beaucoup d’argent en tant qu’écrivain freelance. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 4)

Au contraire, Robert W. Bly invite le rédacteur novice à avoir confiance en soi et à considérer qu’il peut et mérite de bien gagner sa vie grâce à l’écriture. Il donne, pour ce faire, quelques exemples venus des États-Unis.

1.3. Un nouveau type de travail indépendant : l’écriture à haut profit

Cette façon de gagner sa vie par l’écriture passe par l’écriture commerciale, c’est-à-dire l’écriture pour de petites et grandes entreprises. Ne cherchez donc plus du côté des magazines, journaux et éditeurs de romans. Au terme d’écriture commerciale (ou copywriting), l’auteur préfère le terme d’écriture à haut profit. Voici comment il la définit :

« L’écriture à haut profit est un travail réalisé pour un client qui va utiliser votre texte pour des objectifs commerciaux. L’écrit peut être utilisé pour motiver, éduquer, informer ou persuader. La plupart des écrits commerciaux sont créés pour vendre ou aider quelqu’un à vendre un produit ou un service. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 5)

Bien des types d’écrits sont concernés (voir le chapitre 4) ! Et bien des institutions pourront faire appel à vous également (en effet, vos clients ne se limitent pas nécessairement aux entreprises stricto sensu, voir le chapitre 6 pour plus de détail).

1.4. Les pour et les contre de l’écriture commerciale en freelance

Voici les avantages mis en avant par Robert W. Bly :

  1. Vous gagnez plus d’argent que dans l’écriture traditionnelle ;
  2. L’écriture commerciale a de beaux jours devant elle ;
  3. Il y a une grande variété de contenus à écrire ;
  4. Il y a une forte demande de la part des grandes et petites entreprises ;
  5. Le niveau de professionnalisme est élevé et la relation client-écrivain est souvent de qualité ;
  6. Il existe peu, voire pas du tout d’impayés ;
  7. On vous donne des idées pour écrire ;
  8. Vous recevez, en même temps que l’argent, une dignité nouvelle liée à votre activité d’écrivain ;
  9. Vous êtes capable de trouver par vous-même des personnes avec qui travailler, sans avoir besoin de les attendre.

Voici maintenant les inconvénients qui sont pointés du doigt par l’auteur :

  1. Vous ne signez pas, vous n’êtes donc pas l’auteur reconnu des textes, mais c’est le client (la plupart du temps) qui l’est ;
  2. Le style d’écriture commerciale peut ennuyer ceux qui ont des ambitions littéraires ;
  3. Les idées ne viennent pas de vous, mais de l’entreprise (votre créativité intervient surtout au niveau de la mise en forme du texte lui-même) ;
  4. La forme finale du texte dépend de l’entreprise ;
  5. Les paiements peuvent tarder quelque peu à arriver, mais ils arrivent ;
  6. Il se peut qu’il y ait des conflits entre un client et un écrivain au sujet du travail ou du texte lui-même ;
  7. Lorsque le travail s’accumule, cela peut générer du stress ;
  8. Vous êtes un homme ou une femme à tout faire dans votre propre entreprise — vous travaillez majoritairement seul et êtes sur tous les fronts ;
  9. Le travail est sédentaire, ce qui peut générer des soucis de santé à ne pas négliger.

Stress et fatigue : ne les laissez pas vous gagner

2. Trucs pour débutants : comment commencer

2.1. Les clients engageront-ils des écrivains indépendants débutants ?

Les clients sont très variés (dans leurs demandes, leurs attentes, leurs perceptions, etc.). Il n’est donc pas impossible que, même sans expérience, vous arriviez à décrocher quelques contrats. Voici quelques caractéristiques que Robert W. Bly a tirées de sa propre expérience :

  • L’intérêt d’un tiers des clients se focalise sur la fiabilité, la capacité, le budget et les dates limites — avant même de consulter le portfolio, qu’ils demandent par routine. Si vous parvenez à les convaincre des points précédents, c’est gagné ;
  • Un client qui demande sans fin des échantillons de vos textes n’est pas à la recherche d’un véritable rédacteur, mais d’un contenu qu’il pourrait copier (vous en trouverez également un bon tiers qui agissent ainsi) ;
  • Un autre tiers des clients sait qui vous êtes parce qu’il a entendu parler de vous en bien par d’autres personnes (amis, famille, relations, etc.). Il est donc facile de se faire embaucher dans ce cas.

Peut-être qu’au départ, ce seront des entreprises avec de petits budgets qui feront appel à vous. Mais c’est un début ! Il y a suffisamment d’entreprises dans le monde pour tirer son épingle du jeu.

2.2. Vous n’êtes peut-être pas si inexpérimenté que vous ne le pensez

Par ailleurs, vous dévalorisez peut-être sans le savoir votre expérience. N’avez-vous vraiment jamais écrit ? Certes, vous n’étiez sans doute pas écrivain professionnel, mais que faisiez-vous ? Bien des métiers impliquent la rédaction de textes. Peut-être avez-vous eu à écrire des :

  • Lettres d’affaires ;
  • Rapports, mémos, emails, etc. ;
  • Articles publiés ou non, etc.

Ne laissez pas ces écrits au grenier ; exploitez-les. Seul conseil supplémentaire de l’auteur :

« La seule chose que je ne montrerais définitivement pas à un client commercial, ce sont les histoires courtes non publiées, les romans, les pièces de théâtre et les poèmes. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 18)

2.3. Si vous n’avez aucune expérience, sortez et apprenez

Comment faire ? Plusieurs solutions s’offrent à vous :

  1. Travailler comme bénévole pour des ONGs (vous pourrez rédiger des newsletters, par exemple) ;
  2. Collaborer autour de vous, dans votre communauté ou les associations de quartier que vous fréquentez ;
  3. Écrire des articles pour des journaux commerciaux liés à votre spécialité (et qui peuvent vous faire connaître auprès de potentiels clients) ;
  4. Proposer de l’aide à vos amis qui ont de petites entreprises.

Vous pouvez aussi retaper au propre des travaux réalisés pour vous-même ou dans le cadre du travail. Faites cela correctement et dites à votre client de quel type de texte il s’agit, s’il le demande. Vous pouvez aussi vous amuser à retravailler des textes (ou des publicités) existants pour les rendre meilleurs et les montrer à des prospects.

2.4. Construire votre portfolio

Vous commencez à assembler tous les textes que vous avez écrits au cours de votre carrière (avant et après votre reconversion). En fait, vous n’aurez sans doute pas besoin de beaucoup d’échantillons, seulement les plus signifiants.

Lorsque quelqu’un vous en demande, vous pourrez la plupart du temps vous contenter d’envoyer vos trois ou quatre textes les plus pertinents. S’il vous connaît déjà, peut-être vous ne le demandera-t-il même pas !

Néanmoins, c’est important de construire son portfolio, au cas où. Si vous êtes un vrai débutant, reportez-vous au point précédent.

2.5. Comment trouver votre premier client ?

Le conseil de Robert W. Bly est simple :

« Par tous les moyens, concentrez vos efforts commerciaux initiaux dans les domaines pour lesquels vous avez un fort intérêt, une aptitude, des connexions, ou quelque expérience préalable. Pour un rédacteur débutant, c’est le meilleur endroit où commencer. Après tout, si vous avez un intérêt important, vous serez plus enthousiaste, et lorsque celui-ci se verra dans vos écrits (comme il le fera invariablement), le client le remarquera et l’appréciera. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 22)

Mais attention, ne soyez pas non plus trop restrictif : par exemple, si vous avez travaillé (ou avez un intérêt) pour la santé et en particulier pour le cancer, évitez d’être trop précis et contentez-vous de mentionner les thématiques de santé.

2.6. Comment répondre à un prospect qui demande : « Qui sont vos clients ? »

Utilisez les finesses du langage pour dire ce que vous avez fait par le passé : vous devez dire la vérité, mais vous pouvez néanmoins élargir le concept de « client » à toutes les expériences que vous avez eues par le passé.

Vous avez écrit bénévolement un article ? Dites où ou pour qui. Bref : ne mentez pas, mais ne rejetez aucune de vos expériences !

2.7. Ayez quelques noms importants dans votre liste de clients aussi tôt que vous le pourrez

Il est vrai que les beaux noms attirent et retiennent l’attention. Dès que vous aurez un peu d’expérience, tentez de démarcher de grands noms dans votre domaine (ou au-delà). Même si le travail que vous y réalisez n’est pas de grande envergure, insérez ce nom important dans votre liste de clients/expériences.

2.8. Devriez-vous travailler gratuitement pour un client ?

Parfois, vous pouvez écrire en proposant de vous faire payer si et seulement si le client est satisfait. Cela peut être une manière de le mettre en confiance et d’obtenir un premier contrat. Les prospects le demandent d’ailleurs de temps en temps.

Si cela ne vous plaît pas, vous pouvez demander une « taxe de mort » (kill fee) : en cas de rejet, vous empocherez tout de même 10 % (par exemple) du prix total du texte. Si le client n’est pas d’accord, tournez les talons.

Cela ne doit pas devenir une habitude, surtout si vous commencez à avoir une réputation que vous pouvez exhiber.

2.9. Créer vos premiers matériaux de marketing : considérations spécifiques pour débutants

Un rédacteur débutant n’indiquera pas les mêmes données qu’un rédacteur expérimenté (qui pourra mettre en avant toute son expérience, ses clients, ses résultats, etc.). Pour avoir une visibilité commerciale, communiquez autour de :

  • Qui vous êtes ;
  • Vos crédits (tout ce qui concerne votre travail avant la reconversion, par exemple) ;
  • Vos capacités ;
  • Les services que vous rendez ;
  • Les types de projets que vous pouvez gérer ;
  • Vos clients (ou expériences) ;
  • Les bénéfices de faire appel à vous ;
  • Votre valeur ajoutée par rapport à la concurrence ;
  • Votre confiance en vous.

2.10. Mettez-vous sur votre 31

Vous n’êtes pas obligé de dire que vous êtes un débutant ! Soyez plutôt prêt directement à affirmer votre expérience préalable. Projetez la confiance et l’estime de soi.

2.11. Caractéristiques de l’entrepreneur à succès travaillant à la maison

C’est sûr, pour devenir rédacteur freelance, il faut tout de même apprécier la solitude. De façon générale, les freelances :

  • Aiment travailler seul depuis chez eux ;
  • Sont motivés par l’argent ;
  • Ne sont pas intéressés aux détails du business ;
  • Ne veulent pas superviser d’autres personnes.

2.12. Construire un petit matelas avant de sauter le pas

Si vous avez la chance de pouvoir économiser, faites-le pour vous assurer une sécurité financière durant les premiers mois d’activité. Robert W. Bly suggère d’avoir entre 6 et 12 mois de revenus épargnés avant de commencer.

Créez votre portfolio en ligne

3. Mettre en place votre activité d’écrivain freelance

3.1. Les neuf raisons les plus communes pour lesquelles les clients engagent des écrivains commerciaux en freelance

Pour savoir comment agir et réussir à travailler avec des clients, vous devez comprendre les raisons potentielles qui les motivent à faire appel à vous. Voici une liste non exhaustive qui vous permettra de vous faire une idée.

  1. Surmenage : l’équipe de rédacteurs de votre client ne peut absorber plus de travail.
  2. Sous-effectifs : l’entreprise ne trouve personne en interne pour effectuer le job ici et maintenant.
  3. Qualité : le travail sera mieux fait par quelqu’un d’extérieur, notamment parce qu’il est spécialisé.
  4. Résultats : le travail du rédacteur peut être contrôlé et mesuré plus facilement.
  5. Perspective nouvelle : un freelance extérieur peut apporter une expertise, un point de vue original.
  6. Incapacité : tout simplement, l’entreprise est incapable de réaliser ce travail par elle-même.
  7. Insatisfaction : vous remplacez d’autres freelances ou l’équipe interne, jugée inadéquate.
  8. Prix : vous proposez de réaliser le travail moins cher que si cela devait être réalisé en interne.
  9. Flexibilité : l’entreprise a besoin de quelqu’un tout de suite et vous acceptez aisément les conditions demandées.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Tous les marketeurs sont des menteurs - Seth Godin

Même un chirurgien a dû commencer à opérer en trouvant un patient qui lui fasse confiance, alors pourquoi ne réussiriez-vous pas à trouver votre premier client ?

3.2. Devez-vous être un spécialiste ou un généraliste ?

« Mon expérience est que les spécialistes sont presque toujours mieux payés et plus demandés que les généralistes. La raison est liée à la nature des affaires en tant que freelance. Quand les entreprises engagent un rédacteur, ils ne se soucient pas tant que ça de sa formation ou de sa spécialité parce qu’ils peuvent toujours le former à leur façon d’écrire au sein de l’équipe. Ils recherchent surtout de la créativité et du talent. Mais quand les entreprises ou les agences de publicité ont besoin d’un rédacteur freelance, c’est pour un projet spécifique. Ils ne veulent pas avoir à l’entraîner […] Ils veulent un rédacteur qui soit immédiatement capable d’intervenir, de reprendre la main et de faire le job seul, sans supervision — rapidement, correctement et de façon compétente. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 39)

Deux types de spécialités existent : par industrie ou par type d’écrit. Vous pouvez ainsi vous spécialiser dans les technologies de l’information et de la communication, dans la santé, dans le tourisme, dans l’écriture financière, etc., ou bien vous concentrer sur l’envoi de mails, sur les newsletters, sur le community management, sur les rapports d’entreprise ou les communiqués de presse, etc.

Bien sûr, si vous n’avez pas encore de spécialité (pas de formation ou d’expérience professionnelle antérieure), il est tout à fait acceptable de commencer comme généraliste, et de se faire la main doucement. Certains domaines, certains contenus vous intéresseront plus que d’autres.

Par ailleurs, il n’est pas recommandé de rejeter systématiquement les occasions qui pourraient s’offrir à vous, même en dehors de votre champ d’expertise. La diversification de vos activités peut vous apporter une nouveauté bienvenue dans vos activités et vous aider à repousser les limites de votre créativité.

3.3. Construire votre portfolio et un dossier d’échantillons

Gardez vos textes, classez-les par spécialités. Envoyez les plus pertinents au client (par industrie ou par type de texte). Créez-vous progressivement une bibliothèque d’échantillons que vous pourrez sélectionner de façon opportune.

Aujourd’hui, une version numérique du portfolio suffit amplement. Si — par miracle — on vous demande des documents écrits, envoyez des copies, car vous ne reverrez sans doute pas les documents.

3.4. Aménager votre bureau

« Plus de 90 pour cent des rédacteurs commerciaux freelances que je connais travaillent à la maison. Ils le font pour d’évidentes raisons : quand vous travaillez à la maison, vous ne payez pas de location de bureau, vous avez un trajet de moins de 60 secondes et votre travail est toujours à portée de main, dès que vous avez envie de le faire. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 47)

Toutefois, il peut être bon de travailler en dehors de la maison. C’est d’ailleurs ce que préfère faire Robert W. Bly. Pourquoi ? Car il est hors de toute distraction possible : les enfants, le ménage, la TV, etc. Il s’oblige ainsi à être focalisé sur son travail et il a, par ailleurs, plus de place pour organiser ses affaires.

Dès lors, un conseil : pour bien travailler à la maison, assurez-vous d’avoir un bureau fermé aux distractions, avec tout le matériel électronique nécessaire, dans lequel vous pourrez travailler à l’aise et de façon complètement professionnelle.

3.5. Ordinateurs

Cela va sans dire : aujourd’hui, l’achat d’un ordinateur est absolument incompressible. C’est votre outil de travail principal. Assurez-vous de vous procurer le meilleur que vous puissiez, car vous ne voulez sans doute pas devoir en changer dans quelques mois.

Vous voulez un dispositif performant en matière de mémoire, de processeur, de disque dur, etc. Pensez aussi aux à-côtés : l’imprimante, le scanneur, le fax (sans doute moins utile aujourd’hui). Bien sûr, soignez aussi particulièrement le choix de votre logiciel de traitement de texte et de votre fournisseur d’accès à internet.

3.6. Créer une bibliothèque de référence

En fonction de votre spécialité, créez-vous une bibliothèque de livres et de ressources en ligne pour pouvoir travailler plus efficacement en ayant toutes les informations nécessaires ou utiles à portée de main. Assurez-vous que celle-ci soit à jour (surtout dans certaines spécialités comme le droit ou la santé).

Si vous travaillez pour plusieurs domaines ou sous-spécialités, organisez votre bibliothèque pour avoir un accès facile à toutes ces données. Gardez aussi sous la main les contenus que vous avez déjà rédigés pour vos clients, ainsi que toutes les informations qui proviennent de leur entreprise (brochures, etc.).

4. Les tâches d’un écrivain commercial freelance

Voici les tâches que vous pourriez être amené à réaliser en tant que rédacteur commercial indépendant. Les données chiffrées fournies par Robert W. Bly sont liées aux États-Unis et ne sont donc pas très pertinentes dans le cadre francophone contemporain.

Quoi qu’il en soit, prenez le temps de prendre connaissance des types d’écrits qui vous conviennent le mieux et chercher à connaître ce que vous pourriez gagner pour réaliser ce type de prestation.

  1. Publicité : écrire des textes publicitaires.
  2. Publireportages : un article publicitaire (plus long qu’une simple publicité).
  3. Rapports annuels : une démonstration des réalisations d’une entreprise sur un an.
  4. Livres : soit pour la publicité d’une entreprise, soit d’une célébrité.
  5. Livrets : plus courts, ils exposent les avantages d’un produit ou d’un service.
  6. Brochures : le flyer typique que vous trouvez dans chaque magasin ou hôtel, par exemple.
  7. Business plans : le projet détaillé d’une affaire en cours de création.
  8. Histoires à succès : écrire la success-story d’un produit ou d’un service.
  9. Catalogues : le détail des produits d’une entreprise.
  10. Emails commerciaux : pour attirer de nouveaux clients, notamment.
  11. Reportages publicitaires pour la télévision.
  12. Packaging pour les produits qui se retrouvent dans le commerce.
  13. Pages de vente pour les sites internet.
  14. Manuels : explications techniques pour les produits ou services.
  15. Présentations multimédias : conférences, PowerPoint, etc.

La liste est encore longue ! Et je dirais même qu’elle s’allonge de jour en jour. Rédacteur publicitaire de la vieille école, Robert W. Bly n’en parle pas, mais les rédacteurs professionnels peuvent aujourd’hui rédiger des scripts de podcasts ou de vidéos YouTube, des sous-titres, etc. Et, bien sûr (l’auteur le cite à la fin de sa liste), des contenus pour les sites internet ! La rédaction web freelance a de beaux jours devant elle.

5. Établir vos prix

5.1. Forfait ou paiement à l’heure

Beaucoup de rédacteurs proposent des forfaits, alors que cela semble de prime abord moins avantageux pour eux. En effet, ce sont eux qui assument le risque d’un dépassement horaire et donc d’une perte de revenus.

Toutefois, le rédacteur intelligent est capable de savoir ce que le client est prêt à payer pour un service (par exemple, la rédaction d’une brochure) et il sait aussi évaluer avec justesse le temps que cela va lui prendre.

Il peut donc ajuster son forfait sans avoir à annoncer son taux horaire (que le client n’accepterait peut-être pas) ou le temps qu’il va prendre pour réaliser la tâche. Pour ces raisons, le forfait est donc préférable.

« Les gens comprennent qu’un unique prix est lié à un unique produit, ce qui est l’une des manières les plus répandues dans le monde de vendre quelque chose. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 77)

5.2. Est-ce qu’un horaire à l’heure a du sens ?

Parfois, cela peut avoir un intérêt. Dans quelles situations ? Voici une liste indicative.

  • Vous êtes l’expert reconnu de votre profession : vous pouvez exiger le prix que vous voulez.
  • Vous ne pouvez pas estimer correctement la durée du travail : il vaut donc mieux être prudent.
  • Un projet trop petit (correction, relecture d’une page, etc.) : le client préfèrera sans doute un taux horaire.
  • Autres tâches que l’écrit : vous pouvez alors proposer un tarif horaire qui vous semple pertinent, en fonction de vos compétences.

5.3. Déterminer votre taux horaire

« Tout le monde devrait avoir un taux horaire. Les écrivains qui se font payer à l’heure ont besoin d’établir ce qu’ils vont facturer à leur client. Mais même les rédacteurs qui se font payer au projet ont besoin d’un taux horaire. Si vous facturez au projet, l’estimation de votre projet sera basée sur la multiplication du nombre d’heures que le travail vous prendra par le taux horaire que vous voulez gagner. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 79)

Robert W. Bly propose un calcul sur base de votre travail salarié, s’il est relativement similaire à celui que vous ferez en tant que freelance. En l’occurrence, vous divisez votre salaire annuel par 2 080. Pour obtenir un taux horaire minimum en tant qu’indépendant, vous devrez multiplier le résultat de ce premier calcul par 2,5 minimum (afin de prendre en compte les charges). Vous obtiendrez ainsi un point de départ : c’est-à-dire le taux horaire minimum acceptable pour n’importe quel travail.

Regardez ensuite ce que propose la concurrence et évaluez votre propre niveau d’expertise (êtes-vous un débutant ou non, etc.). Par ailleurs, restez à l’affût des réactions de vos clients ; avec ces différents indicateurs, vous parviendrez à ajuster votre taux horaire et à décider du prix de vos prestations.

5.4. Comment établir vos prix de forfait

Suivez à peu près la même logique : instruisez-vous auprès de vos concurrents/collègues. Voyez si cela correspond au calcul que vous avez réalisé sur base de votre taux horaire. N’oubliez pas d’estimer l’ensemble du projet, et pas seulement l’écriture : recherche, édition, écriture et relecture.

5.5. Quatre facteurs qui affectent le prix

En résumé, quels sont les principaux facteurs à avoir bien à l’esprit lorsque vous décidez de vos prix ?

  1. Votre statut: déterminez avec honnêteté à quel niveau vous en êtes dans le métier (sans expérience, novice, expérimenté, etc.).
  2. Le taux en vigueur pour ce type de service: ce que les clients sont généralement prêts à payer.
  3. Les prix proposés par vos compétiteurs: quelles sont les pratiques de vos collègues ?
  4. Le besoin financier: avez-vous besoin (ou envie) de vous engager dans ce business ?

Si vous ne souhaitez pas particulièrement travailler dans un domaine ou sur un type de produit, ou bien que vous êtes déjà débordé et à l’aise financièrement, n’hésitez pas à facturer plus cher. En fait, cela vous permet de faire naturellement le tri et de laisser tomber les projets les moins intéressants sans regret.

Par ailleurs, en tant que débutant, apprenez à ne pas vous sous-estimer de façon trop évidente. Vous pourriez être surpris de ce que les clients sont capables de payer !

5.7. Conditions de vente

Il est indispensable d’envoyer un document de la sorte, au moins après avoir convenu du prix. C’est à vous de décider comment vous souhaitez être payé, combien de relectures vous acceptez, etc., mais aussi ce que vous promettez à votre client et intégrez dans le prix.

Cela doit impérativement être clarifié afin d’éviter les conflits et les pertes de temps. Donc, même si cela n’est pas toujours évident à présenter au client, il est nécessaire d’en passer par là. En tant que vendeur, vous êtes responsable.

5.8. Présenter votre grille tarifaire à vos futurs clients

« Une fois que j’ai déterminé si je souhaite travailler avec un client potentiel, la prochaine étape est de lui dire que je lui enverrai les informations détaillées concernant mes services. Le matériel que j’envoie inclut une page avec les prix et les termes généraux de la vente. Je garde aussi une grille tarifaire en version PDF que je peux envoyer au client s’il veut la consulter tout de suite. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 91)

Vous avez une marge de manœuvre sur votre grille tarifaire si vous indiquez, plutôt qu’un prix unique, une fourchette de prix. Cela vous permettra de calculer le prix de chaque projet spécifique au sein de cette fourchette, afin de correspondre à la difficulté du travail à réaliser. Vous pouvez ainsi présenter votre grille comme un support pour l’estimation de la prestation.

5.9. Devis et négociation d’honoraires

Demeurez flexible, malgré votre grille tarifaire. Réfléchissez-bien à l’utilité de cette mission pour votre carrière ou à son intérêt financier. Pensez, par exemple, à proposer des réductions si vous souhaitez obtenir un projet. Surtout, résistez à la tentation de vous faire sous-payer, surtout lorsque vous êtes débutant.

5.10. Devez-vous accorder des crédits ?

C’est une pratique courante chez les freelances, puisque vous êtes payés après la réalisation du travail. Vous pouvez demander une partie du paiement en avance (en proposant par exemple des solutions via PayPal ou cartes de crédit). Dans tous les cas, vous courrez le risque de ne pas être payé en totalité.

Pour minimiser ce risque, la meilleure protection consiste à avoir un document avec des conditions de vente claires, signées par le client.

Trouver des clients et signer des contrats

6. Trouver vos marchés

6.1. Grandes entreprises

Ce sont les plus grands employeurs de rédacteurs commerciaux : banques, assurances, entreprises textiles ou tout autre type d’organisation. Ils ont constamment besoin de communiquer vers l’extérieur (publicité, notamment) et vers l’intérieur (rapports internes, mémos, etc.).

Pour les plus grandes entreprises, vous veillerez à contacter en priorité le directeur de la publicité, le directeur des relations publiques, par exemple.

6.2. Petites entreprises

Pour les moyennes et petites entreprises, vous pouvez contacter directement le patron ou le directeur général, ou le cas échéant le directeur du marketing.

Les plus petites entreprises ont généralement un budget moins élevé, mais le défi à relever peut aussi être plus intéressant, et vous êtes en contact plus direct avec le projet de la société pour laquelle vous travaillez. Du coup, leurs responsables vous demanderont peut-être d’intervenir sur plusieurs tâches.

6.3. Agences de publicité

Les freelances y sont souvent demandés pour des missions liées à l’écriture de spots télé, de brochures, etc. Il y a, ici aussi, des grosses et des petites entités. Les plus petites agences risquent de vous payer plus tardivement, puisqu’elles attendent elles-mêmes d’être payées par leur client et n’ont pas de cash-flow.

Quelles sont les différences entre travailler pour un client direct et une agence de publicité ? Robert W. Bly fait part de quelques observations issues de son expérience.

  • Plus de pression au niveau des dates limites ;
  • Plus d’allers-retours (relecture, etc.) ;
  • Davantage de variété dans les tâches proposées ;
  • Moins bien payé (mais gestion du contact avec le client) ;
  • Votre travail est intégré dans un ensemble et mieux présenté (design, etc.).

6.4. Autres clients potentiels

Voici une série de clients potentiels à prospecter lorsque vous vous lancez dans la rédaction commerciale freelance (sur internet ou non).

  • Sociétés de relations publiques
  • Associations
  • Producteurs multimédias, agences audiovisuelles
  • Studios d’art de design graphique
  • Agences gouvernementales
  • Organisations sans but lucratif
  • Sites de freelance en ligne
  • Et on pourrait ajouter à cette liste les blogueurs professionnels et autres entrepreneurs du web, que Robert W. Bly ne mentionne pas !

Selon le pays ou la région dans laquelle vous exercez, vous pouvez repérer les prospects intéressants et — si vous faites bien les choses — commencer à générer des ventes !

7. Prospecter : générer des ventes

7.1. Appel à froid

C’est sans doute la solution la plus old school (à moins d’aller frapper à la porte de chaque prospect !).

« Quand vous sonnez un appel à froid à un prospect, ne lui faites pas un argumentaire de vente. Posez-lui plutôt une série de questions qui vont le qualifier comme un preneur de décision et mettez en place les prochaines étapes du processus de vente. C’est comme cela que ça marche. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 113)

7.2. Témoignages

Demandez aux clients satisfaits de vous laisser un témoignage. Vous pourrez utiliser celui-ci dans vos communications ultérieures. Vous pouvez commencer par écrire rapidement au client pour lui demander s’il a apprécié le service et s’il ne manque de rien. S’il vous répond positivement, vous pouvez lui demander si vous pouvez utiliser ce témoignage pour vos publicités futures.

7.3. La lettre directe

À l’heure d’internet, ce moyen est aujourd’hui dépassé (voir point 7,7.).

7.4. Publicité

Vous pouvez investir dans des publicités dans des magazines spécialisés ou des journaux qui sont liés à votre domaine de spécialité (si vous en avez un). Une technique particulièrement utilisée aujourd’hui est aussi de payer pour apparaître en haut des résultats d’un moteur de recherche (tel que Google) : cela s’appelle le SEA (search engine advertising).

7.5. Réseautage

C’est aussi l’une des plus vieilles — et même plus antique encore — manières de faire de la publicité : le bouche-à-oreille et la mise en lien interpersonnelle. Vous connaissez quelqu’un qui connaît quelqu’un, qui… Et vous avez peut-être trouvé une nouvelle mission !

Ces dernières années, Facebook a permis d’étendre ce système de réseautage.

7.6. Avantages Premium

Vous offrez un cadeau à vos prospects et à vos clients.

« L’utilité de donner des avantages premium est double : premièrement, pour créer de la bonne volonté en donnant un cadeau à quelqu’un, quel que soit le prix de celui-ci ; deuxièmement, pour servir de rappel constant de vous et de vos services. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 129)

7.8. Ligne téléphonique dédiée (hotline)

Vous donnez une information gratuite sur vos services à vos prospects et à vos clients. Cela les amène à vous s’ils ont une question, et peut les inciter — si la réponse fournie est de qualité — à passer à l’action.

7.9. Brochures de vente

Un autre classique du marketing.

7.10. Garder la trace des prospects

Créez un fichier avec le maximum d’informations sur les prospects qui sont venues jusqu’à vous et vous ont demandé des informations. Vous pouvez utiliser un logiciel pour conserver ces données et relancer les personnes.

7.11. Groupes de discussion en ligne et forums

Vous profitez des forums pour vous faire connaître en proposant des informations de qualité et en répondant aux questions des personnes qui y viennent pour trouver une réponse à une question.

7.12. Marketing par email

Rappelez de temps en temps aux prospects (de votre liste) que vous pensez toujours à eux. En plus, vous pouvez créer une newsletter qui reprend des informations importantes sur vos services. Vous voulez en savoir plus ? Rendez-vous au chapitre 10 !

7.13. Site internet

C’est aujourd’hui l’une des façades les plus intéressantes pour un rédacteur professionnel. On en reparle au chapitre 9 !

7.14. Penser en dehors des cadres

« Si l’inspiration vous prend et que vous avez une idée formidable, essayez-là ! Trop souvent, nous conservons des idées pour après, puis nous perdons l’intérêt ou l’enthousiasme. Essayez quelque chose de nouveau de temps en temps si cela peut être testé à un coût raisonnable. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 141)

Pensez en dehors des cadres

8. Autopromotion : construire sa réputation et sa visibilité

Il existe d’autres moyens de gagner en visibilité. Ce sont des moyens plus doux qui ne mettent pas directement en avant le côté promotionnel, mais qui permettent de vous construire une réputation et donc un portefeuille de clients plus important.

8.1. Articles

Vous pouvez écrire sur un sujet que vous maîtrisez, par exemple dans une revue spécialisée dans votre champ d’expertise, que liront de potentiels prospects.

8.2. Lettre ouverte ou réponse

Vous pouvez également répondre à un article paru dans l’une de ces revues et ainsi obtenir une tribune pour donner votre opinion et montrer votre savoir-faire.

8.3. Conférences et prises de parole en public

Une autre solution consiste à devenir conférencier. Beaucoup d’auteurs utilisent ce moyen afin de diffuser et partager leurs connaissances, tout en se faisant reconnaître comme expert de leur discipline.

8.4. Enseignement

Cela peut aller de pair avec le précédent. En montrant que vous savez enseigner à des étudiants, par exemple au niveau universitaire, vous démontrez implicitement que vous connaissez ce dont vous parlez et que des institutions vous font confiance.

8.5. Séminaires

Une autre proposition de Robert W. Bly concerne les séminaires. Aujourd’hui, on peut penser aux nombreux séminaires dont la promotion est réalisée sur LinkedIn ou d’autres réseaux sociaux. Il s’agit souvent de freelances qui s’associent et discutent d’un thème au croisement de leurs disciplines, thématiques de prédilection, etc. Grâce à YouTube et d’autres canaux de distribution vidéo, ce type de production devient de plus en plus facile à publier.

8.6. Livret gratuit

Offrez un livre à vos prospects : nous avons vu ce point au chapitre précédent. N’y faites pas votre promotion ; révélez juste des informations intéressantes que d’autres pourront utiliser (vos collègues, des clients, etc.). Le partage est l’une des voies vers la reconnaissance. À l’heure des blogs et des sites internet, pensez à offrir un ebook à ceux qui arrivent sur votre page d’accueil !

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Comment écrire plus

8.7. Newsletters

« Des newsletters autopubliées, régulièrement envoyées, sont un moyen puissant de construire votre réputation et la conscience de votre nom auprès d’une audience sélectionnée (les personnes recevant votre bulletin d’informations) sur une période étendue. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 157)

Grâce à internet, vous pouvez maintenant envoyer facilement ces lettres, à une fréquence régulière, sans devoir les imprimer et les poster.

Utiliser internet pour vendre ses produits et services

9. Créer un site web pour son activité d’écrivain freelance

9.1. 7 étapes pour créer un site web efficace

Voici les principaux éléments à ne pas manquer lorsque vous décidez de créer un site web professionnel :

  1. Enregistrez un nom de domaine : privilégiez votre propre nom à quelque chose de générique.
  2. Créez le site pour qu’il s’occupe des besoins et des intérêts de vos prospects : convaincre, tel est le but.
  3. Organisez le site pour que l’information s’y trouve facilement : vous ne voulez pas perdre votre futur client dans les méandres d’un site mal ficelé.
  4. Demandez-vous ce qu’un client pourrait vous demander avant de vous engager et rendez-le disponible sur votre site internet : créez par exemple des onglets en fonction du type de client.
  5. Faites de votre portfolio la partie la plus importante de votre site : en proposant des onglets par types de texte, par exemple.
  6. Si vous avez écrit des articles, permettez aux internautes de les lire et de les télécharger : transparence et valeur ajoutée !
  7. Ayez une page avec des images et des descriptions des livres que vous avez écrits : si c’est le cas, bien sûr.

9.2. Principales sections de votre site web

Voici, selon Robert W. Bly, les principaux éléments à intégrer dans votre futur site web professionnel :

  • Une page d’accueil ;
  • Un formulaire d’inscription (à votre newsletter) ;
  • Un accord de confidentialité (stipulant que vous ne partagez pas les adresses mail reçues avec d’autres entreprises) ;
  • Une description de vos services ;
  • Le portfolio ;
  • Une courte biographie ;
  • La liste de vos clients ;
  • Des témoignages ;
  • Des articles ou des livres ;
  • Un formulaire de contact ;
  • Une FAQ ;
  • Des liens externes.

9.3. Mise en route de votre site web

Voici maintenant les principales étapes à suivre (vous pouvez ici vous faire aider) pour mettre en route, concrètement, votre site web :

  1. Enregistrer le nom du domaine ;
  2. Créer l’architecture du site ;
  3. Écrire le contenu ;
  4. Créer le design du site ;
  5. S’assurer que le site est bien hébergé ;
  6. Nommer un administrateur de site.

9.4. Devez-vous avoir un blog sur votre site web ?

« Comment un blog vous fait gagner de l’argent à vous, rédacteur ? En vous aidant à augmenter votre visibilité sur internet. L’espoir est que certaines personnes lisant votre blog seront de potentiels clients — et que ce qu’ils lisent les impressionne suffisamment pour les convaincre de vous engager sur un projet d’écriture. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 177)

Vous pouvez mettre en place un blog professionnel relativement facilement. Incluez un flux RSS auquel les internautes pourront s’abonner afin de recevoir régulièrement vos nouveaux articles. Les moteurs de recherche tels que Google aiment les blogs et ils sont bons pour le SEO (search engine optimization), pour peu que les articles soient optimisés.

Évitez de partir dans tous les sens : votre blog doit avoir une thématique précise et s’y tenir. Donnez des informations utiles ou des infos de dernière minute sur votre sujet. Vous pouvez collecter également des entretiens avec des collègues ou des personnes intéressantes, etc., ou donnez votre opinion informée sur telle problématique…

10. Écrire et publier votre propre webzine

Le webzine est l’autre nom de votre newsletter, mais qui pourra être, éventuellement, un peu plus long que cette dernière. Il vise à faire de l’autopromotion tout en apportant des informations et de la valeur ajoutée à vos prospects ou clients. Tous les mois, vous leur envoyez un magazine en ligne rempli de bons plans !

10.1. Offres d’affiliation

Le principe est simple : vous partagez une publicité d’une autre marque sur votre propre site web ou, comme le propose ici Robert W. Bly, dans votre webzine. Si l’un de vos prospects ou clients clique sur le lien et passe à l’action, vous recevez une partie du produit de la vente (entre 15 et 50 %, selon l’enseigne).

L’avantage, c’est qu’il s’agit d’un revenu passif (vous n’avez pas à agir ou à produire grand-chose pour gagner cet argent). Mais attention à ne pas en abuser. Vos abonnés vous le feront vite savoir, soit par des plaintes, soit en se désabonnant de votre liste. Or, ce n’est pas ce que vous voulez.

10.2. Écrire et mettre en page votre webzine

Voici les conseils de l’auteur pour créer votre webzine :

  1. Utilisez un format texte plutôt que HTML, cela est plus simple à prendre en main ;
  2. Programmez votre publication une fois par mois ;
  3. N’en faites pas trop, avec cinq ou six articles d’une minute de lecture chacun, cela suffit ;
  4. Optez pour la formule 80 % de contenu original et 20 % de promotion de produits et services ;
  5. Écrivez sur des choses relevant de votre spécialité (en tant qu’écrivain ou dans un domaine précis) ;
  6. Sollicitez les réactions de vos abonnés, ils vous aideront volontiers ;
  7. Choisissez bien le titre de votre email ;
  8. Variez vos articles et leurs titres pour créer l’intérêt et la diversité ;
  9. Créez une brève description du contenu de votre webzine (une phrase) au début du texte ;
  10. Donnez la possibilité à vos abonnés de se désabonner facilement et dites-le ;
  11. Proposez à vos abonnés de partager le webzine avec leurs amis ou connaissances ;
  12. Incluez éventuellement une courte présentation de vous et de vos services.

10.3. Qu’écrire dans votre webzine ?

Répétons-le : des informations sur votre domaine de spécialité. Si vous êtes rédacteur web, parlez SEO et langage HTML, par exemple. Si vous êtes spécialisé dans la rédaction touristique, trouvez des informations pertinentes qui concernent à la fois le tourisme et la rédaction. Quoi d’autre ? Voici une nouvelle liste, totalement indicative, de ce que vous pourriez inclure dans votre webzine des :

  • Réponses/commentaires de vos abonnés ;
  • Annonces de vos prochaines conférences ;
  • Projets récents que vous avez finalisés ou auxquels vous avez participé ;
  • Magasins que vous recommandez et des ressources que vous utilisez ;
  • Sites web que vous aimez et qui pourraient intéresser vos abonnés ;
  • Recensions d’ouvrages pertinents pour votre domaine de prédilection ;
  • Nouvelles de votre domaine ;
  • Publications personnelles (un nouveau livre ou un nouvel article récemment sorti) ;
  • Citations inspirantes.

Etablissez un devis et faites signer un contrat

12. Clôturer la vente

Il n’y a pas de chemin unique pour arriver à réaliser une vente. Certains préfèrent se rencontrer, d’autres préfèrent envoyer des emails et puis téléphoner, ou simplement utiliser leur site internet et les réseaux sociaux : c’est à vous de voir.

11.1. Suivi

Toutefois, un programme de mails réguliers aux prospects (avec ou sans téléphone) est une bonne manière de donner l’occasion à vos prospects de se souvenir de vous.

Bien sûr, en tant que freelance solitaire, vous n’avez pas nécessairement beaucoup de temps à dédier à cette tâche. C’est pourquoi Robert W. Bly vous donne trois moyens de rendre ce suivi plus efficace.

  1. Planifiez et programmez vos emails ou autres modes d’approche ;
  2. À défaut de planification poussée, envoyez des nouvelles à certains de vos prospects quand vous avez une actualité chaude (publication d’un livre, etc.) ;
  3. Demandez à vos prospects et clients la permission d’ajouter leur adresse email à votre liste d’abonnés afin d’automatiser le processus de suivi (ils recevront tous les mois votre newsletter/webzine).

11.2. Rencontre avec des prospects

Il y a deux approches pour gérer les rencontres d’affaires : la façon conventionnelle, qui se centre sur le portfolio du rédacteur, et une approche différente, la « vente conseil ». L’approche-conseil paraît supérieure à l’auteur. Pourquoi ?

Cette approche se focalise sur les besoins du prospect et non pas sur les réalisations de l’écrivain. « Expliquez-moi vos problèmes commerciaux », demandera le rédacteur orienté conseil. Ensuite, celui-ci identifiera le problème, le résumera, et proposera son aide. Agissez comme un consultant et non comme un simple exécutant !

11.3. Établir un devis

Certains projets sont simples et vous pouvez alors appliquer votre grille tarifaire. Dans d’autres cas, lorsque le projet est plus indécis ou plus complexe à chiffrer, n’hésitez pas à demander le budget prévu pour sa réalisation.

« Si le budget disponible est trop petit pour le travail à réaliser, cela m’évite d’avoir à faire un devis. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 213)

Bien sûr, il faut éviter d’être trop inflexible, surtout si le projet vous intéresse pour d’autres raisons. Quoi qu’il en soit, ne vous sentez pas obligé de fixer un prix dès que le client vous a donné son feu vert pour travailler avec vous. Vous pouvez lui donner une évaluation, mais lui dire que vous avez besoin d’un peu de temps pour calculer le montant et établir le devis.

11.4. Coucher l’accord sur le papier

Notez le prix, la date limite et toutes les informations importantes concernant le projet et la relation professionnelle que vous allez entretenir. Cela rassure à la fois votre client et vous-même. Un contrat signé est donc la meilleure façon de travailler serein. Faites de même avec vos conditions de vente ; demandez à votre client de les signer.

11.5. Que faire si le client dit que vos prix sont trop élevés ?

« Ne soyez pas trop prompt à baisser vos tarifs à la minute où le client rechigne, hésite ou se plaint du fait que les prix sont trop élevés. Si vous réduisez vos prix à ce que le client veut, celui-ci sera amené à penser que le prix initial était exagéré et vous défiera sur chaque prix que vous lui proposerez. Une meilleure façon de surpasser la résistance consiste à trouver ce que le client est prêt à dépenser, et à lui offrir un service réduit en fonction de ce budget. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 215)

Plus vous aurez de l’expérience et des clients, et moins vous aurez besoin de négocier vos prix. Vous pourrez faire des exceptions pour un client, mais n’aurez plus la pression qu’à vos débuts. N’oubliez jamais que vous offrez un service professionnel et qu’il est donc justifié que vous obteniez un juste dédommagement.

Savoir s'organiser, l'une des clés du succès

12. Gérer votre entreprise d’écrivain freelance

12.1. Planifier et terminer le travail

La question « combien de temps cela vous prendra-t-il ? » est certainement la seconde question la plus récurrente après « combien ça coûte ? ». En fait, cela dépend beaucoup de votre vitesse d’écriture, ainsi que des facteurs externes qui peuvent entrer en jeu (devez-vous réaliser un entretien pour réaliser le projet ou avez-vous une autre chose importante à faire avant de vous y mettre ?).

Vous pouvez créer une feuille de route avec les délais probables pour chaque mission ou annoncer une période fixe (par exemple : deux semaines, quel que soit le travail). Mais le plus important : ne manquez pas les dates limites !

12.2. Gérer les demandes urgentes

Cela dépend de votre capacité à gérer le stress. Si vous ne supportez pas l’anxiété liée à l’urgence, refusez ce type de proposition ; si, au contraire, cela vous booste, alors pourquoi pas ! Dans l’idéal, prévoyez toujours un peu de temps supplémentaire pour terminer une mission tranquillement.

Ne commencez pas une relation sur la base de l’urgence, cela donnerait l’impression au client qu’il peut agir ainsi constamment. Faites-le uniquement pour des clients que vous connaissez et de façon exceptionnelle.

12.3. Respecter les dates limites

Afin de ne pas accumuler du retard et de contenter vos clients sur ce point, voici quelques conseils donnés par Robert W. Bly.

  1. Ne jamais prendre plus de travail que ce que l’on est capable de gérer ;
  2. Ne jamais charger son planning au maximum (laisser des espaces tampons) ;
  3. Garder une liste des projets en cours avec leurs dates, visible à proximité de son bureau ;
  4. Faites de même avec un calendrier électronique ou papier ;
  5. Choisir ses dates de remise pour le lundi ou le mardi (cela laisse le week-end au cas où) ;
  6. Planifier l’inattendu ;
  7. Créer des arrangements avec des collègues de confiance, en cas de survenue d’un problème.

12.4. Réviser

Le plus souvent, soit le client accepte le texte tel quel soit les changements sont mineurs et il préfère s’en charger lui-même. Mais lorsqu’un désaccord sur le texte apparaît, il faut pouvoir réviser éventuellement sa production. Bien sûr, plus le changement est important, plus cela prendra du temps.

« Revoir un texte requiert du travail de la part du client, et le client doit le comprendre. Le rédacteur ne peut pas produire une révision satisfaisante sans que le client lui explique, en détail, ce qui ne va pas avec le texte et quels sont les changements qu’il souhaite. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 224)

Pour ce faire, vous pouvez numéroter les lignes de votre texte et demander, pour chaque ligne, quel est le problème. Aujourd’hui, vous pouvez également utiliser des logiciels de partage de documents et faire des commentaires directement en ligne. Insistez pour que ces commentaires soient précis.

12.5. Construire la relation client-rédacteur

« Votre but devrait être de gagner des clients, non des missions. Bien qu’il soit toujours bon d’obtenir des missions, votre revenu augmentera plus largement lorsque vous construirez une relation stable avec des clients réguliers qui reviennent vers vous encore et encore. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 225)

Pour cela, voici quelques trucs proposés par Robert W. Bly.

  • Cherchez des clients qui peuvent vous apporter un flux régulier de commandes ;
  • Faites le nécessaire pour rendre ces clients satisfaits ;
  • Construisez une relation personnelle avec eux ;
  • Envoyez-leur des cadeaux ou des remerciements s’ils vous recommandent auprès d’autres personnes ;
  • Participez aux activités de vos clients ;
  • Envoyez à vos clients des copies de vos articles les plus pertinents ;
  • Cultivez la relation avec autant de personnes de l’entreprise cliente que possible ;
  • Ne soyez jamais discourtois, mais restez patient et amical ;
  • Souvenez-vous que les clients ont le pouvoir de continuer ou de stopper la relation, quelle que soit la (bonne ou mauvais) raison.

12.6. Gérer son temps

Pour un freelance, chaque heure compte. Réfléchissez donc attentivement à votre gestion du temps. De nouveau, l’auteur ne manque pas de bons conseils.

  • Organisez votre bureau avec tout ce dont vous avez besoin à proximité ;
  • Gardez des dossiers avec vos projets en cours proches de vous ;
  • Pensez à faire appel à une aide administrative si cela vous encombre ;
  • Gardez à l’esprit que votre argent vient du temps passé à écrire et créer vos projets (évacuez les tâches inutiles) ;
  • Groupez les courses et choses à faire en dehors du bureau à un moment précis de la journée ;
  • Utilisez les logiciels et dispositifs technologiques dont vous avez besoin ;
  • Expérimentez, testez et arrêtez une routine qui vous convient ;
  • Évitez d’accepter trop de propositions de sortie en dehors du bureau, pour ne pas être débordé ;
  • Fixez des priorités ;
  • Faites des pauses quand vous êtes fatigué ;
  • Utilisez des noms pratiques pour vos documents et organisez vos fichiers de manière efficace ;
  • Ayez suffisamment de repos et respectez les limites de votre corps ;
  • Ne rayez pas la vie personnelle de votre agenda, vos proches ont aussi besoin de vous.

12.7. Surmonter la panne de l’écrivain

Une façon de surmonter la page blanche est de se ressourcer en travaillant sur différents projets en même temps. La diversité des tâches permet d’éviter l’épuisement et invite à la circulation des idées.

Souvent, l’angoisse provient de l’idée que le travail est trop gros ou difficile à réaliser. Vous pouvez aussi le déconstruire en plus petites tâches. Dans ce cas, créez-vous un programme hebdomadaire (par exemple) pour le projet, avec un créneau horaire quotidien dédié à chaque petite tâche. Avancez pas à pas.

Si c’est le manque de connaissance qui coince — par exemple si vous devez écrire sur un sujet dont vous ignorez tout, ou si c’est un nouveau type de texte que vous ne maîtrisez pas encore — profitez des conseils de vos collègues.

12.8. Facturer le client pour les services rendus

Les clients privés, à la différence des magazines (qui fonctionnent à la pige), ont besoin de factures. Vous devrez créer des factures avec quelques informations essentielles (cela peut dépendre d’un pays à l’autre, renseignez-vous).

Veillez à envoyer votre facture peu après la réalisation du projet. Assurez-vous que le client vous ait donné toutes les informations nécessaires ou qu’il n’ait pas d’exigences particulières que vous auriez oubliées.

12.9. Se faire payer les factures pendantes

Certains clients paient plus tard que d’autres. Normalement, vous n’aurez pas de problème, mais si c’est le cas, voici ce que vous pourriez faire :

  • Envoyer une lettre polie au client en demandant le règlement de la facture ;
  • Après deux semaines, renvoyer une lettre ;
  • Si cela ne fonctionne toujours pas, essayer un appel téléphonique ;
  • Si cela fonctionne, écrire une lettre recommandée avec les informations et l’accord conclu de vive voix ;
  • Sans réponse, envoyer une dernière lettre formelle affirmant que des actions légales seront entreprises (par exemple, envoyer une lettre de mise en demeure).

13. Comment s’assurer de la satisfaction de votre client ?

13.1. Rechercher

Bien sûr, vos écrits doivent être pertinents : il vous faudra donc collecter l’information (lié à l’industrie, au produit ou au service, à l’entreprise, au sujet à traiter en général) dont vous avez besoin. Collectez tous les matériaux en provenance de votre client qui pourraient s’avérer utiles (présentations PowerPoint, anciennes brochures, etc.).

13.2. Poser des questions

N’hésitez pas à demander lorsque vous ne trouvez pas une information dans les matériaux sources de vos clients. Prévoyez éventuellement une liste de questions à poser à votre client, concernant le produit et ses acheteurs potentiels.

13.3. Devez-vous proposer un aperçu du texte ?

Vous pouvez proposer un document dans lequel vous résumer et présenter la façon dont vous allez construire le projet et rédiger le texte. Ce document peut comprendre :

  • Un gros titre ;
  • Un aperçu du contenu ;
  • Une liste exhaustive des points traités ;
  • Un appel à l’action ;
  • Une description de la cible ou de l’audience du texte.

13.4. Parfois, enfreindre les règles peut rapporter gros

Certaines règles de rédaction, pourtant bien ancrées, peuvent parfois être enfreintes si elles apportent une plus-value au texte. La plupart du temps, mieux vaut les utiliser ; mais les copywriters professionnels sont des maîtres des mots, ils peuvent donc, de temps en temps, briser ces chaînes !

  1. Être concis: c’est la règle de base (à utiliser 90 % du temps). Mais pourquoi pas aussi, de temps à autre, ajouter aussi des mots afin d’accentuer le sens et se faire mieux comprendre ?
  2. Éviter le jargon: certes, cela facilite la communication. Mais vous ne pouvez parfois pas vous en passer pour faire comprendre un concept.
  3. Mentionner un bénéfice dans le titre principal: c’est d’usage et très recommandé. Néanmoins, vous pouvez aussi choisir de vous focaliser sur un autre point (par exemple, cibler l’audience à laquelle vous voulez parler).
  4. Utiliser des mots simples: oui, toujours. Enfin… Presque. Parfois, utiliser un mot compliqué peut augmenter le prestige de ce que vous vendez.
  5. Utiliser des phrases courtes: une règle d’or ! Eh bien, pas à tous les coups… Si vous avez des choses compliquées à dire, vous n’aurez parfois pas le choix.
  6. Éviter les phrases négatives: le plus souvent, vous ferez bien, mais soyez créatifs et pensez à la situation que vous voulez décrire. Serez-vous plus efficace, plus convaincant avec une phrase négative ?
  7. Ne cognez pas sur la concurrence: c’est une règle commerciale qui a, aujourd’hui, du plomb dans l’aile avec les campagnes comparatives notamment.
  8. Aller droit au but: mais quel est ce point ? Le consommateur-lecteur connaît-il le problème ? Est-il évident ? Réfléchissez-y avant de rédiger.

13.5. Améliorer votre productivité d’écrivain

« Plus vite vous pourrez écrire, et plus de travail vous pourrez rendre à un niveau acceptable de qualité, et plus vous pourrez bien gagner votre vie. Par ailleurs, devenir un écrivain rapide facilite le respect des dates limites, qui deviennent plus courtes chaque année : aujourd’hui, tout le monde est pressé, et tout le monde veut le travail pour hier. Si vous pouvez vous accommoder de dates limites courtes, vous pouvez plaire potentiellement à une portion substantielle du marché qui évalue positivement la rapidité. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 250)

Comment améliorer simultanément la qualité et la productivité de son écriture ? Voici quelques trucs et astuces complémentaires proposés par Robert W. Bly.

  • Écrivez durant les heures de plus grande énergie (matin ou soir, à vous de savoir).
  • Dégagez des plages horaires suffisamment longues durant lesquelles vous n’êtes pas dérangé.
  • Détaillez ce que vous allez écrire.
  • Avant d’écrire, réglez les détails mécaniques (liés à votre ordinateur ou traitement de texte).
  • Copiez-collez certaines parties des matériaux issus de vos clients pour travailler votre texte.
  • Rédigez les sections faciles en premier.
  • Sauvegardez des copies de vos anciens projets sur un disque dur (vos anciens textes peuvent toujours resservir).
  • Pensez aux travaux que vous avez réalisés pour d’autres clients : peuvent-ils servir ?

14. Garder les clients satisfaits

14.1. Faites le meilleur travail que vous pouvez

Augmenter sa productivité ne signifie pas pour autant diminuer sa qualité. Vous devez donner le meilleur de vous-même, non seulement parce que c’est dans l’intérêt des clients, mais aussi du vôtre. Les décevoir est votre pire cauchemar. Vous voulez par-dessus les conserver et acquérir une bonne réputation dans le métier.

« Si un travail prend beaucoup plus d’heures que ce qui avait été anticipé au départ, mon conseil est de prendre le temps qu’il faut pour écrire le meilleur texte que vous pouvez. Ne vous préoccupez pas du profit. Le client est concerné par la qualité de votre travail, pas par votre profit ou vos pertes. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 257)

14.2. Ne manquez jamais une date limite

La fiabilité est aussi essentielle que la qualité. Ne manquez donc pas les dates limites ! Voici quelques astuces supplémentaires de Robert W. Bly pour fournir le travail de façon ponctuelle.

  • Ne pas prendre un projet si on sait qu’on ne pourra pas respecter la date limite ;
  • Ne pas prendre plus de projets que ce que l’on peut confortablement réaliser ;
  • Négocier les dates limites trop courtes avec les clients ;
  • Effectuer les recherches le plus rapidement possible ;
  • Organiser les éventuels entretiens ou rencontres dès le début du projet ;
  • Travailler les soirées ou les week-ends si cela s’avère nécessaire ;
  • Engager quelqu’un pour se faire aider sur le plan administratif ou autre.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Le guide du copywriting

14.3. Donnez au client plus que ce qu’il attend

Cela ne signifie pas qu’il faille donner son temps ou ses idées ! Néanmoins, vous pouvez proposer des choses à vos clients lorsque cela est opportun ou ne vous prend pas trop de temps supplémentaires. Souvent, ils seront contents de vous et ils vous donneront peut-être des projets supplémentaires.

N’oubliez pas de conserver une mentalité de rédacteur-consultant, et pas seulement de rédacteur-exécutant.

14.4. Assurez-vous d’offrir le meilleur service au client

« La satisfaction du client n’est pas quelque chose que vous pratiquez une fois par mois, et que vous pouvez laisser aller une fois que les choses vont tranquillement. C’est une attitude, une manière de faire des affaires, qui doit être appliquée de façon diligente à chaque moment, chaque minute de votre journée de travail. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 260)

Vous devez donc soigner le service qui entoure le texte lui-même (c’est-à-dire le produit que vous offrez). Pourquoi ? Simplement parce que les clients sont très sensibles à la relation que vous entretenez avec eux, et pas seulement à la qualité des textes que vous leur envoyez.

14.5. Différenciez-vous de la concurrence

Le plus important n’est pas d’être excellent ou d’être un génie dans son domaine, mais simplement d’être suffisamment bon (ou original) pour se démarquer de la concurrence. Vous pouvez y parvenir en améliorant votre service client, en vous spécialisant, etc.

14.6. Écoutez vos clients

Vous coupez la parole ou trépignez d’impatience à l’idée de parler dès que l’autre a terminé ? Mauvaise idée… Vous n’êtes pas dans l’écoute. Or, les clients n’aiment pas cela. Ils ont besoin d’être écoutés et de s’assurer que vous comprenez ce qu’ils souhaitent. Prenez le temps d’étudier leurs propositions et de leur répondre calmement.

14.7. Méthode

Faire plus pour un client ne veut pas dire faire ce que vous ne savez pas faire. Par exemple, vous n’êtes pas censé réaliser, en tant que rédacteur, le design d’une brochure, d’un manuel ou de quelconque autre texte.

Parfois, les clients peuvent confondre votre service avec celui d’une agence et vous demander un « pack complet » incluant texte, mise en page, impression, etc. Pour éviter ce problème, vous pouvez publier et transmettre à vos clients, le plus tôt possible dans le cycle de vente, une brève description de votre méthodologie de travail.

C’est-à-dire ? Vous proposez une liste des choses que vous faites et de ce que vous ne faites pas, en proposant des ressources pour ce que vous ne faites pas (par exemple, en proposant des noms de graphistes avec lesquels vous travaillez), en expliquant aussi la manière dont vous travaillez et transmettez les textes à vos clients.

Etablir une grille tarifaire est important pour vous comme pour le client

15. Problèmes usuels : comment les gérer

15.1. Votre client et vous avez des désaccords fondamentaux sur la façon dont le projet doit être géré

Pour évacuer ce problème, assurez-vous dès le départ — quand votre client est encore un prospect — que vous avez une approche similaire des affaires. Lors de vos premiers échanges, vérifiez attentivement quels sont son style, sa philosophie, son ton et sa façon de concevoir le projet. Si vous ne vous sentez pas à l’aise, déclinez l’offre. Cela vous évitera un problème plus grand par la suite.

15.2. Votre client et vous avez un désaccord fondamental sur les modalités de la relation de travail

Ceci ressemble au problème précédent, mais concerne les façons de travailler. Si vous n’aimez pas les réunions sans fin, par exemple, dites-le directement à votre client et — surtout — essayez de connaître au préalable ses habitudes. Vous pourrez alors choisir de travailler avec lui sur une base saine, ou refuser le projet.

15.3. Le client n’aime pas votre texte

Les révisions sont une chose normale. Mais que faire lorsqu’un client n’aime pas du tout le texte et le refuse ? Cela peut être difficile à vivre, surtout si le client vous parle de façon agressive et désobligeante.

Les deux premières choses à faire sont de rester calme et d’interroger le client sur ce qu’il n’aime pas précisément. Expliquez que vous devez comprendre très exactement ce qui ne fonctionne pas dans le texte pour pouvoir le réviser.

Si le client est irrationnel ou de mauvaise foi, efforcez-vous de faire la révision du mieux que vous pouvez, envoyez la facture et passez au client suivant !

15.4. Le client est en retard de paiement

Les entreprises peuvent avoir des habitudes de paiement différentes. Même si vous indiquez « À payer dans les 30 jours » sur la facture, il se peut que certains clients prennent un peu plus de temps. Assurez-vous dans ce cas de la politique de l’entreprise en question.

Si le temps passe et que rien n’arrive, procédez selon la méthode proposée au chapitre 12. Une autre méthode, incitative, consiste à proposer une petite réduction en cas de paiement rapide — par exemple, une déduction de x % pour un paiement dans les dix jours).

15.5. Le client refuse de payer la facture ou ne peut pas le faire

Dans ce cas, vous devrez en passer par la voie légale. Attendez deux semaines, puis envoyez une première lettre. Répétez l’opération deux semaines plus tard si vous n’avez toujours pas de nouvelles. Ensuite, faites les démarches judiciaires nécessaires. Plus vous avez de documents (contrat, copie du compte en banque du client, devis, etc.) et plus vous serez en sécurité devant les tribunaux.

15.6. Le client exige une date de remise irréaliste

« La définition d’un travail “en urgence” dépend du rédacteur et du client. Pour moi, deux ou trois semaines est une date limite acceptable, bien que j’essaie de laisser les trois semaines seulement pour les projets difficiles ou complexes. Je ne promets presque jamais rien en deçà d’une ou deux semaines, et un délai d’exécution de moins d’une semaine après la réception du projet est pour moi un travail “dans l’urgence”. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 276)

Même s’il convient d’être flexible, vous avez des limites. Vous risqueriez de fournir un travail de moindre qualité et vous seriez perdant au bout du compte. Ne faites donc pas trop de compromis. Estimez correctement votre emploi du temps.

Si c’est un client régulier auquel vous tenez, négociez toujours de façon courtoise. S’il insiste vraiment, vous pouvez soit refuser (au risque de mettre fin à la collaboration), soit accepter en lui faisant savoir poliment qu’il s’agit d’une faveur et que vous comptez augmenter exceptionnellement vos tarifs.

15.7. Vos prix sont trop élevés

Ne vous sous-estimez pas ! Aucune profession n’a à rougir de ces tarifs. Vous faites un travail de qualité qui nécessite des compétences singulières et qui mérite une juste rétribution.

Ne succombez pas non plus trop rapidement aux sirènes de la charité : vous faites des affaires, vous ne sauvez pas le monde.

Enfin, ne laissez pas vos clients penser que vous affichez des prix surélevés ; or, c’est ce qu’il croira si vous baissez trop rapidement vos tarifs.

15.8. Le client ne veut pas signer le contrat

Parfois, le client utilise l’urgence pour éviter d’avoir à signer un contrat. Pris par le temps, vous pensez qu’il est inutile ou inefficace de lui faire signer un accord. Mais si vous avez un document déjà préparé que vous n’avez qu’à lui envoyer, cela ne vous coûte plus rien.

« Avec les emails et les fax, il n’y a aucune raison sur Terre pour laquelle le client ne pourrait pas recevoir, signer et vous retourner le contrat signé quelques minutes seulement après votre coup de téléphone. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 281)

15.9. Il y a des personnes dans l’entreprise qui ne coopèrent pas

Agissez de manière stoïque. Vous êtes de passage, ce qui est positif (vous ne devrez pas faire face longtemps à ce manque de coopération) et négatif (en tant qu’outsider, il serait plus facile à un supérieur de vous blâmer vous, plutôt qu’un membre de l’équipe).

Si le sujet s’envenime, prévenez simplement un supérieur de l’attitude de la personne ou du groupe en question. Faites-le de manière formelle, professionnelle. Ne vous laissez pas gagner par les émotions.

15.10. Le client annule le travail à mi-chemin

Prévoyez une clause spécifique dans votre contrat en cas d’annulation. Vous pourrez ainsi, de façon totalement transparente, envoyer une facture pour le travail réalisé. Vous pouvez baser le montant de votre dû à partir de l’état d’avancement de votre travail. Par exemple :

  • 10 % du montant total si le travail est annulé juste après son commencement ;
  • 25 % du montant prévu si vous avez commencé le travail sans avoir encore proposé de texte ;
  • 50 % si vous avez soumis une maquette du projet, mais que le texte n’a pas encore été fourni ;
  • 75 % si le texte a été remis, mais que les révisions restent à faire ;
  • 100 % si le texte est remis et révisé.

15.11. Le projet demande plus de travail que vous ne l’imaginiez

Cela arrive souvent. Et c’est pourquoi il importe de bien cerner le projet au départ, de bien estimer le temps et la charge de travail. Toutefois, si vraiment le travail s’avère beaucoup plus complexe que prévu, que faire ?

Surtout, ne dites pas au client que vous avez sous-estimé le travail, car cela vous dévaluerait à ses yeux. Si le travail demeure le même, efforcez-vous de le faire du mieux que vous pouvez et tenez-vous en là.

Vous pourrez seulement trouver un nouveau compromis si le client a effectivement changé les objectifs du travail ou la quantité de contenu à fournir en cours de route. Dans ce cas, vous pourrez prévenir que ces modifications impliquent un changement de tarif. Et de ce fait, ajustez le contrat.

15.12. Le client veut le package entier, incluant le design et l’impression

Vous pouvez soit vous référer au point 14.7 (avertir de ce que vous faites et ne faites pas en amont), soit proposer effectivement le « pack complet ». Dans ce cas, vous devez soit le faire vous-même (ce qui, de l’avis de Robert W. Bly, est une perte de temps et d’argent), soit externaliser les tâches supplémentaires à des freelances spécialisés. Mais rappelez-vous : cela n’a rien d’une obligation et vous pouvez très bien trouver des clients sans proposer des services supplémentaires.

La vie de rédacteur freelance

16. Construire votre activité d’écrivain freelance

16.1. Aller vers de nouveaux marchés et domaines

Souvent, le rédacteur freelance commencera sa carrière dans un domaine proche du métier qu’il exerçait en tant que salarié. Il peut néanmoins chercher, plus tard, à diversifier ses horizons de missions. Comment s’y prendre ?

Le meilleur moyen est sans doute de passer, au moins dans un premier temps, par des agences de publicité ou de marketing, car elles ont un éventail suffisant de clients pour vous faire travailler dans des spécialités différentes.

Le bouche-à-oreille fonctionne également et peut, petit à petit, vous faire sortir de votre zone de confort. Vous pourrez être amenés à traiter des types de textes (articles de magazine, par exemple) que vous n’aviez jamais expérimentés auparavant.

« L’aspect positif de réaliser quelque chose de nouveau est que c’est agréable, excitant, intéressant et que c’est un défi. Par ailleurs, cela vous donne de l’expérience et vous pouvez utiliser ces textes pour vous vendre afin d’obtenir de nouvelles missions dans ces domaines. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 289)

Bien sûr, cela prend aussi plus de temps de travail, parce que vous n’avez pas l’habitude. Mais cela en vaut la peine. Cherchez à équilibrer votre emploi du temps entre choses connues et projets nouveaux.

16.2. Augmenter ses profits

Il n’y a pas de poudre magique vous permettant d’augmenter vos gains comme par miracle. Voici les principales façons de faire mises en évidence par Robert W. Bly.

  1. Écrire plus vite: cela vient avec le temps et l’organisation (parfois aussi quelques dispositifs techniques).
  2. Augmenter ses tarifs: ce n’est pas facile à réaliser, mais vous pouvez tenter le coup en justifiant et en respectant une certaine limite.
  3. Faire valoir ses droits d’auteur (de façon efficace): vous pouvez signer un contrat qui vous garantit des gains à chaque utilisation de vos textes.
  4. Engager des assistants: cela peut vous faire gagner du temps pour certaines tâches et donc vous faire travailler plus sur les tâches importantes qui rapportent davantage.
  5. Créer son entreprise: c’est un pas au-delà de la vie de freelance, c’est donc à vous de voir si cela vous plaît d’engranger ainsi les responsabilités et les tâches.
  6. Trouver des centres de profit additionnels: intervenir en tant que consultant, écrire des livres, etc.

16.3. Comment éviter l’épuisement ?

« Dans un certain sens, la rédaction freelance est plus facile que d’autres jobs : pas de chef, pas de trajets, du travail intéressant et vous décidez de vos horaires. En même temps, écrire est très difficile. Chaque mission amène avec elle de nouvelles idées, de nouvelles dates limites, de nouveaux mots à créer à partir de zéro. À la différence d’un enseignant, qui peut donner les mêmes leçons chaque année, le rédacteur est toujours en train d’inventer quelque chose de nouveau. Or, cela peut être fatigant. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 296)

Voici quelques pistes à suivre pour ménager votre temps et votre esprit.

  1. Aller en vacances ;
  2. Réduire sa charge de travail ;
  3. Se lancer dans un projet personnel ;
  4. Avoir une vie sociale plus riche ;
  5. Ajouter de la diversité dans ses tâches ;
  6. Trouver une source de revenus complémentaires ;
  7. Diminuer son temps de travail (se mettre à mi-temps) ;
  8. Changer de voie professionnelle.

16.5. Continuer à se former

Le rédacteur est un vrai « collecteur d’information » : afin de trouver de nouvelles idées pour rédiger ses textes, il doit constamment se tenir au courant des avancées dans son domaine, notamment en lisant des magazines et autres livres.

Plus généralement, le rédacteur freelance est curieux de tout ce qui se passe autour de lui, et il cherche aussi à apprendre par l’observation : en repérant les façons d’interagir entre personnes, il acquiert de l’expérience en matière de relations commerciales.

Le rédacteur peut également s’inspirer des personnes qui réussissent à ses côtés. Cela lui montre la voie à suivre.

16.6. Soyez résistants et n’abandonnez jamais !

Le rédacteur freelance ne doit pas regarder à court terme, mais viser le long terme et être tenace. Certaines journées sont fructueuses, d’autres non. Vous créez parfois beaucoup de contacts pour obtenir, finalement, peu de clients. C’est ainsi !

L’important, c’est de continuer à tisser son réseau et à gagner sa vie, peu à peu. La persévérance vaut bien davantage que le génie ou le talent : c’est elle qui vous fera avancer jusqu’à l’objectif souhaité.

Bien sûr, vous aurez peur — et donc besoin de courage — et vous ferez des erreurs — et donc vous aurez besoin d’intelligence.

Même si vous avez déjà suffisamment de clients, n’hésitez pas à continuer à prospecter. Plus vous avez de choix, plus vous pouvez choisir ceux qui vous intéressent davantage ou vous rapportent plus.

Devenez riche grâce au copywriting

17. Devenir millionnaire grâce à l’écriture, l’épargne et l’investissement : derniers conseils

17.1. La clé de votre indépendance financière : commencez à épargner maintenant !

Pour atteindre les 100 000 $ (ou euros) à l’année, comme l’auteur le promet, vous pouvez suivre les conseils donnés dans les 16 chapitres précédents. Vous pouvez le faire : tel est le crédo de Robert W. Bly. Si vous voulez atteindre le million, alors il vous faudra sans doute épargner et investir. Suivez les conseils de vos banquiers et assureurs.

Tentez de conserver entre 10 et 40 % de ce que vous recevez de vos clients. N’oubliez pas, en effet, que vous aurez à payer des taxes. Par ailleurs, en tant qu’entrepreneur freelance, vous devez assurer vous-même votre pension. Commencez dès que vous le pouvez.

Comment ? En investissant dans des bons d’État, des actions, etc. Mais aussi par l’investissement immobilier ou en souscrivant à des assurances vie, par exemple. Tel est le conseil de l’auteur :

« Ne sacrifiez pas votre vie pour l’argent. […] Mais faites de l’accumulation de la richesse une priorité de votre existence. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 311)

Trois conseils basiques, empruntés par l’auteur à Michael Masterson :

  1. Augmentez vos revenus
  2. Développer des capitaux propres, que ce soit par le biais d’investissements immobiliers ou d’entreprises que vous possédez
  3. Réduisez vos dépenses, de telle façon à ce que vos revenus soient toujours supérieurs à vos frais

17.2. Mettez votre carrière en perspective

Voici les dernières recommandations de Robert W. Bly pour réussir sa vie de rédacteur freelance. Une sorte de liste récapitulative à la Prévert pour terminer en beauté !

  • « Faites de votre mieux
  • Tenez vos promesses
  • Respectez les dates limites
  • Établissez des priorités dans vos tâches
  • Aidez vos clients
  • Prenez soin de vous
  • Concentrez-vous sur ce que veut le client et donnez-le-lui
  • Conservez de l’ordre dans vos dossiers
  • Si vous sentez que quelque chose va mal ou n’est pas confortable, allez-vous-en
  • Épargnez et investissez votre argent
  • Profitez du temps avec vos enfants tant qu’ils sont jeunes et vous veulent près d’eux
  • Restez dévoué à votre métier et votre savoir-faire
  • Soyez un éternel étudiant — au sujet de la rédaction, du commerce et des domaines sur lesquels vous écrivez
  • Ne soyez pas arrogant, mais humble
  • Apprenez à dire non. Ne vous surchargez pas ni ne promettez trop
  • Attendez-vous et apprenez à vivre avec des hauts et des bas
  • Restez cool, tranquille et posé. Ne permettez pas à la colère d’interférer avec vos pensées et vos actions
  • Payez à temps et assurez-vous d’être payé
  • Traitez les autres de façon juste
  • Établissez les choses par écrit
  • Assurez-vous que les autres vous traitent justement
  • Réalisez des travaux qui vous font plaisir
  • Pour chaque mission, donnez davantage à vos clients que ce que vous êtes payé pour faire le travail
  • Gérez une diversité de missions tout en vous développant comme spécialiste dans un ou plusieurs domaines
  • Demandez des prix corrects
  • Ne faites pas payer trop cher
  • Soyez prêt à vous éloigner
  • Restez en contact avec vos clients et prospects. » (Secrets d’un écrivain freelance, p. 313-315)

Conclusion sur « Secrets d’un écrivain freelance »

« Secrets d’un écrivain freelance » de Robert W. Bly est un classique du genre

Réédité trois fois depuis sa première publication en 1988, il a inspiré un grand nombre d’écrivains freelance aux États-Unis et en Europe. Il s’agit donc d’une lecture presque obligatoire et initiatique pour tout rédacteur (web ou non) freelance en herbe.

Bien sûr, certaines parties mériteraient une actualisation. Comme il n’est plus réédité depuis 2006, tout le traitement de la question d’internet demeure aujourd’hui insuffisant. Par ailleurs, on peut rester sur sa faim quant aux techniques d’écriture. Néanmoins, cela n’enlève rien à la qualité du livre et vous pourrez aisément compléter cette lecture par d’autres ouvrages plus actuels ou plus techniques.

Ce qu’il faut retenir de « Secrets d’un écrivain freelance » de Robert W. Bly

Un livre très bien écrit, à la fois agréable à lire et pertinent, qui focalise son attention sur les meilleures manières d’acquérir un niveau de vie confortable en réalisant une activité de rédaction freelance, avec une pléthore de conseils orientés productivité, promotion de soi et relations clients.

Points forts :

  • La qualité d’écriture ;
  • Les innombrables conseils pratiques sous forme de listes ;
  • Une sincérité dans la démarche qui se ressent à chaque page ;

Point faible :

  • Un livre qui a un peu vieilli — depuis 2006, la situation du rédacteur freelance a été largement transformée par le développement exponentiel d’internet et des réseaux sociaux.

Ma note :

Explorateur expédition Mike Horn Conquérant de l'impossible     Explorateur expédition Mike Horn Conquérant de l'impossible     Explorateur expédition Mike Horn Conquérant de l'impossible     Explorateur expédition Mike Horn Conquérant de l'impossible     Explorateur expédition Mike Horn Conquérant de l'impossible

Avez-vous lu le livre de Robert W. Bly « Secrets d’un écrivain freelance » ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (Pas encore de Note)

Loading...

Visitez Amazon afin de lire plus de commentaires sur le livre de Robert W. Bly « Secrets d’un écrivain freelance »

Visitez Amazon afin d’acheter le livre de Robert W. Bly « Secrets d’un écrivain freelance »

2 Commentaires pour :

Secrets d’un écrivain freelance







Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés

Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie. Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus et choisis parmi des centaines d’autres.

Partagez
WhatsApp
Partagez
Tweetez
Enregistrer